Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Application du concept de résidence à la buchloé faux-dactyle (Buchloë dactyloides)

Le concept de la résidence au titre de la LEP s'applique-t-il à cette espèce? Non.

Justification détaillée :

(1) L'écologie de l'espèce inclut-elle l'utilisation d’un gîte – qui est un lieu (ou des lieux) précis ou un espace délimité qui contient des caractéristiques semblables à un terrier ou un nid ou qui a des fonctions semblables à un terrier ou un nid?

Non - L'emplacement précis occupé par une plante de buchloé faux-dactyle est évidemment un élément de l'habitat général de l'espèce; il n'y a aucune caractéristique inhérente à cet endroit qui soit semblable à un gîte ou un nid.

(2) Ces lieux sont-ils occupés ou normalement occupés pendant tout ou une partie du cycle biologique de l'espèce?

Non pertinent

(3) Ces lieux sont-ils essentiels à la bonne performance d'une fonction précise et cruciale du cycle biologique de l'espèce?

Non pertinent

Résumé de la justification

Les plantes individuelles de cryptanthe faux-dactyle ne semblent pas utiliser un gîte semblable à un nid ou à un abri et donc ne se qualifient pas comme ayant une résidence. Il n'y aurait aucune protection légale additionnelle qui n'est pas déjà prévue par la protection de l'individu et de son habitat essentiel.

Références

Gouvernement du Canada. 2004. Politique de la Loi sur les espèces en péril : Politique sur la résidence. Ébauche (18 juin 2004). Inédit. 17 pages.

Harms, V.L. 1998. Rapport de situation du COSEPAC sur la buchloé faux-dactyle, Buchloë dactyloides. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. 56 pages