L’anguille d’Amérique

Consultations sur l’inscription en vertu de la Loi sur les espèces en péril

Sommaire de l'information et sondage pour les consultations sur l'inscription de l’anguille d’Amérique comme espèce menacée à la Liste des espèces en péril – Veuillez SVP fournir vos commentaires d’ici le  18 mars, 2016.

Consultation

Faites connaître votre opinion

La Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada garantit la protection juridique des espèces sauvages en péril afin de conserver la diversité biologique. Elle reconnaît également que tous les Canadiens et les Canadiennes ont un rôle à jouer dans la conservation des espèces sauvages.

Avant de prendre une décision concernant l'ajout ou non de l’anguille d’Amérique (Anguilla rostrata) à la Liste des espèces en péril, nous aimerions avoir votre opinion, vos commentaires et vos suggestions au sujet des impacts écologiques, culturels et économiques pouvant découler de l'inscription ou de la non-inscription de cette espèce en vertu de la LEP.

Inscription d'une espèce sur la Liste des espèces en péril

Le processus d'inscription d'une espèce en vertu de la LEP du Canada comprend plusieurs étapes: il commence avec l’évaluation de la situation par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) pour se terminer par une décision du gouvernement du Canada d’ajouter ou non l’espèce à la Liste des espèces en péril. Des consultations publiques sont menées pour connaître les opinions des Canadiennes et des Canadiens. Elles sont une étape importante du processus d’inscription.

Quelques faits sur l'anguille d'Amérique

L'anguille d'Amérique

Figure 1. L’anguille d’Amérique (Illustration par Jeffrey C. Domm).

Le cycle vital de l’anguille d’Amérique comprend différentes étapes. Il commence dans l’océan, dans la mer des Sargasses, où l’anguille fraie. Une fois l’œuf éclot, la larve est ensuite transportée dans le Gulf Stream pendant une période pouvant s’étendre jusqu’à un an.  Elle se transforme ensuite en civelle transparente (une forme plus allongée et semblable à une anguille), puis elle migre vers des eaux côtières et continentales, où elle se colore et devient une civelle pigmentée (une version miniature de l’anguille adulte). Les civelles pigmentées grandissent et deviennent des anguilles jaunes, lesquelles peuvent occuper des eaux douces, des eaux saumâtres ou des eaux salées.  Les anguilles jaunes peuvent également migrer entre ces différents habitats. Les anguilles jaunes se transforment en anguilles argentées (après 4 à 23 ans), puis elles migrent de nouveau vers la mer des Sargasses, où elles fraient et meurent.

Les anguilles jaunes et argentées étaient autrefois pêchées commercialement dans les Grands Lacs ; elles sont toujours capturées dans le cadre de pêches commerciales et récréatives le long du fleuve Saint-Laurent et dans l’ensemble des provinces de l’Atlantique. Les civelles pigmentées sont pêchées commercialement le long de la côte atlantique en Nouvelle-Écosse ainsi que la baie de Fundy. L’anguille d’Amérique est une espèce importante pour la pêche de subsistance de nombreuses collectivités autochtones dans l’ensemble de son aire de répartition.

Toutes les anguilles d’Amérique de l’Amérique du Nord font partie d’une seule population; par conséquent, le COSEPAC a conclu que les anguilles d’Amérique de l’est du Canada appartiennent à la même population.  Leur aire de répartition dans l’Atlantique ouest est très vaste : elle s’étend de Venezuela  jusqu’au Groenland et l’Islande, et elle englobe la mer des Sargasses (dans le sud de l’Atlantique Nord), où toutes les anguilles d’Amérique se reproduisent.  Leur aire de répartition canadienne englobe tous les plans d’eau douce, les estuaires et les eaux marines côtières qui sont accessibles par l’océan Atlantique, des Grands Lacs jusqu’au milieu de la côte du Labrador.  Les anguilles d’Amérique occupent sans doute la plus grande diversité d’habitats aquatiques de tous les poissons. 

Carte

Figure 2. Répartition de l’anguille d’Amérique (en rouge; carte reproduite avec l’autorisation de Parcs Canada).

Qui a donné le statut d'espèce menacée à l’anguille d’Amérique?

Le COSEPAC, un comité indépendant composé de spécialistes, évalue les espèces sauvages qui risquent de disparaître du Canada. Il évalue la situation selon les meilleurs renseignements disponibles, notamment des données scientifiques, de connaissances écologiques locales et le savoir traditionnel des peuples autochtones.  L’évaluation de la situation de l’anguille d’Amérique comme étant préoccupante a été réalisée en avril 2006.  Elle a été réévaluée en mai 2012 et désignée à un plus haut niveau de risque au statut d’espèce menacée. 

Pourquoi l’anguille d’Amérique est-elle en péril?

En utilisant la meilleure information disponible, le COSEPAC a relevé les menaces suivantes liées à l’espèce (remarque : l’importance des menaces varie dans les différentes zones de son aire de répartition): les obstacles en eau douce qui empêchent la remontée; la mortalité due aux turbines des centrales hydroélectriques; la vulnérabilité aux pêches; les contaminants; le parasite de la vessie natatoire; les changements climatiques et les changements des conditions océaniques.

Si l'espèce était inscrite à la liste de la Loi sur les espèces en péril...

Si l’anguille d’Amérique est inscrite comme espèce menacée, des interdictions automatiques s’appliqueront, et il sera alors interdit de tuer, de nuire, de harceler, de capturer, de prendre, de posséder, de collectionner, d’acheter, de vendre ou d’échanger une anguille d’Amérique sauf dans le cadre d'un permis délivré en vertu de la LEP ou d'une exemption accordée en vertu d'un programme de rétablissement. Par exemple, la pêche communautaire autorisée à des fins alimentaires, sociales et rituelles sera permise s’il était établi dans un programme de rétablissement que la récolte ne pose aucune menace au rétablissement de la population. Un programme de rétablissement et des plans d’action subséquents seront élaborés dans le but de déterminer les mesures à appliquer pour atténuer les menaces connues liées aux activités humaines.  L’habitat essentiel de l’anguille d’Amérique (c.-à-d. l’habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement de l’espèce) sera également protégé après avoir été désigné dans un programme de rétablissement ou dans un plan d’action.

Nous aimerions recevoir vos commentaires sur les impacts potentiels de l'ajout ou non de l’anguille d’Amérique comme espèce menacée à la Liste des espèces en péril.

Vos commentaires sont importants.

Veuillez répondre au sondage : nous voulons connaître votre opinion.

Vous pouvez obtenir une copie de l'Évaluation et du Rapport de situation du COSEPAC de 2013 sur l’anguille d’Amérique, ainsi que d'autres renseignements, en consultant le Registre public des espèces en péril.

Références

COSEPAC. 2012. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’anguille d’Amérique (Anguilla rostrata) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. xiii + 127 p.

Merci d'avoir rempli ce sondage.

Programme des espèces en péril
Région du Golfe
343 Avenue Université
Moncton, Nouveau-Brunswick, E1C 9B6
glf-sara-lep@dfo-mpo.gc.ca