Évaluation scientifique

Rainette faux-grillon de l'ouest

Photo de la rainette faux-grillon de l'ouest

Haut de la page

1. Rainette faux-grillon de l'ouest – vue d'ensemble

La présente évaluation scientifique fournit une mise à jour sur la situation de la population de la rainette faux-grillon de l'ouest au Canada ainsi que sur la situation et les tendances de l'habitat de l'espèce. Les renseignements pris en compte dans le cadre de l'évaluation incluent de l'information qui provient des gouvernements du Québec et de l'Ontario, de diverses municipalités, d'offices de protection de la nature, d'organisations non gouvernementales, d'experts de l'espèce, de ministères fédéraux et de Quintcap Inc. (promoteur d'un projet domiciliaire à La Prairie, au Québec) ainsi que de documents et de rapports scientifiques. L'évaluation est fondée sur l'information du COSEPAC (COSEWIC, 2008) et du Programme de rétablissement de la rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata), population des Grands Lacs/Saint-Laurent et du Bouclier canadien, au Canada (Environnement Canada [sous presse], ci-après appelé « le programme de rétablissement fédéral »).

L'évaluation révèle une perte d'habitat et une réduction du nombre de sites occupés Content Footnote 1 de la rainette faux-grillon de l'ouest au Québec et en Ontario. La probabilité d'occurrence moyenne a diminué de 2,6 % par année en Ontario de 1995 à 2014 (ce qui équivaut à une perte cumulative de 26 % sur la période de 10 ans) (Tozer, comm. pers., 2015). En présumant que l'évaluation indique la tendance véritable de la population, si le déclin devait se poursuivre à ce rythme, la situation pourrait s'avérer préoccupante. L'analyse de l'habitat indique aussi une légère réduction de 0,42 % de l'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest dans la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent (figure 1). Au Québec, où neuf métapopulations existaient dans la région de la Montérégie en 2004, on pense qu'il en reste seulement six (Picard, 2015). Toujours au Québec, les tendances en matière d'habitat indiquent une réduction de 7,4 % de l'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest entre 1991 et 2014 dans la région de l'Outaouais, et de 23,6 % entre 1992 et 2013, dans la région de la Montérégie; la plus grande perte s'est produite au sein de la métapopulation de la rainette faux-grillon de l'ouest de La Prairie (dans la région de la Montérégie), où 57,3 % de l'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest a fait l'objet d'une perte entre 1992 et 2013. Si le développement devait se poursuivre sur ce site, la superficie d'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest ainsi que la connectivité entre les étangs de reproduction diminueraient davantage. La perte soutenue d'habitat convenable et de connectivité réduit les probabilités de viabilité à long terme de cette métapopulation ainsi que son potentiel de rétablissement.

Haut de la page

1.1. Situation de l'espèce

Le COSEPAC a déterminé deux unités désignables (UD) de la rainette faux-grillon de l'ouest au Canada (COSEWIC, 2008, 2010), soit la population carolinienne et la population des Grands Lacs/Saint-Laurent et du Bouclier canadien (GLSLBC). La limite géographique divisant les deux UD correspond à la limite entre la province faunique de la forêt carolinienne et celle des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent (figure 1). La population de la rainette faux-grillon de l'ouest des GLSLBC a été inscrite comme espèce « menacée » aux termes de l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) (L.C. 2002, ch. 29) en 2010, tandis que la population carolinienne a été désignée comme étant « non en péril ». Du point de vue de la taxinomie, un examen de la littérature scientifique disponible indique que la population de rainettes faux-grillons des Grands Lacs/Saint-Laurent et du Bouclier canadien est désignée par un des deux noms taxinomiques suivants : rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata) et rainette faux-grillon boréale (Pseudacris maculata). De nouvelles données disponibles depuis l'évaluation de la situation de 2008 de la population des GLSLBC de la rainette faux-grillon de l'ouest, préparée par le COSEPAC laissent croire que la population fait partie de l'espèce de la rainette faux-grillon boréale.

Haut de la page

Figure 1. Provinces fauniques de la rainette faux-grillon de l'ouest et observations de l'espèce dans la province faunique carolinienne et la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent (adaptation de COSEWIC, 2008). Les observations au-dessus de la zone grisée se situent dans la province faunique du Bouclier canadien.

Rainette faux-grillon de l'ouest et observations de l'espèce

Description longue pour la figure 1

Carte montrant les observations de la rainette faux-grillon de l'ouest dans le sud de l'Ontario et du Québec, à l'intérieur des deux provinces fauniques de la forêt carolinienne et des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent. Les observations situées au-dessus de la zone voilée en gris se situent quant à elles dans une troisième province faunique, le Bouclier Canadien.

Haut de la page

Toutes les données disponibles ont été prises en compte, y compris celles du COSEPAC et du promoteur (affidavits de Hamel [2015] et de Lapointe [2015]) ainsi que les études publiées par Moriarty-Lemmon et al. (2007) et Rogic et al. (2015). Parmi toutes ces sources d'information, c'est à la clarification fournie par le COSEPAC qu'a été accordée la plus grande importance, plutôt qu'aux conclusions d'auteurs indépendants. Le COSEPAC est l'organisme faisant autorité au Canada, établi à titre de comité technique indépendant responsable de déterminer les espèces, sous-espèces et autre « unité » biologique à l'état sauvage à évaluer, ainsi que de mener l'évaluation de la situation de cette « unité » biologique. Le COSEPAC rassemble des spécialistes d'espèces de différentes classes d'animaux et de végétaux et, en s'appuyant sur cette expertise et ces connaissances collectives, détermine la classification taxinomique de chaque « unité » biologique qu'il évalue.

La clarification fournie par trois représentants du COSEPAC tient compte de l'ensemble de la nouvelle information technique, y compris celle qui a été citée par le promoteur, depuis l'évaluation de la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) par le COSEPAC en 2008. Plutôt que d'établir que la nouvelle information technique était concluante, la clarification du COSEPAC confirme qu'une incertitude demeure. À la lumière de cette incertitude persistante, la présente évaluation se fonde sur l'évaluation préexistante du COSEPAC, compte tenu de l'expertise de ce dernier en la matière, mais aussi parce que cela permet d'assurer une protection continue de l'espèce aux termes de la LEP. Par conséquent et aux fins de la présente évaluation, le terme « rainette faux-grillon de l'ouest » désigne ci-après les individus du sud de l'Ontario et du Québec se trouvant dans la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent et la province faunique du Bouclier canadien.

Au Québec, la population de la rainette faux-grillon de l'ouest des GLSLBC a été inscrite en 2001 sur la liste des espèces vulnérables aux termes de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (L.R.Q., ch. E-12.01), et sa situation est en cours de réexamen. En Ontario, le débat entre les experts au sujet de la classification génétique de la rainette faux-grillon de l'ouest et de la rainette faux-grillon boréale en Ontario a mené le Comité de détermination du statut des espèces en péril en Ontario (CDSEPO) à traiter la rainette faux-grillon de l'ouest comme une seule population en Ontario, et à classer l'espèce comme non en péril aux termes de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition de l'Ontario (S.O. 2007, ch. 6) (COSSARO, 2009).

Haut de la page

1.2. Biologie

La rainette faux-grillon de l'ouest est un petit amphibien d'environ 2,5 cm de long, qui se reproduit habituellement dans les milieux humides temporaires exempts de prédateurs, comme les poissons et les plus grands anoures, situés à proximité d'habitats ouverts ou de forêts discontinues. La longévité des individus adultes est habituellement de un an (un seul événement de reproduction), bien que certains aient vécu jusqu'à deux ou trois ans (Whiting, 2004).

Les besoins en matière d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest sont présentés dans le programme de rétablissement fédéral de l'espèce. Celle-ci a besoin d'habitat à l'intérieur de son domaine vital pour se reproduire, s'alimenter, se déplacer et hiberner, mais elle a aussi besoin d'habitat à l'extérieur de son domaine vital pour se disperser. Les populations de rainettes faux-grillon de l'ouest peuvent être reliées entre elles par des processus de migration, d'échange génétique et de colonisation, formant ainsi de plus grandes unités appelées métapopulations. Une structure de métapopulation dépend fortement de la connectivité et, où la structure de métapopulation existe, constitue un élément clé du maintien de la diversité génétique et de la résilience aux perturbations naturelles ou anthropiques. Aucune structure de métapopulation de la rainette faux-grillon de l'ouest n'a encore été déterminée en Ontario; c'est pourquoi une évaluation à l'échelle de la métapopulation n'a été effectuée qu'au Québec.

Haut de la page

1.3. Répartition

L'aire de répartition de la rainette faux-grillon de l'ouest s'étend du centre-est des États-Unis au sud-ouest du Québec. Au Canada, l'espèce se trouve dans les basses terres du centre-sud et de l'est de l'Ontario ainsi que dans le sud-ouest du Québec.

Au Québec, la rainette faux-grillon de l'ouest était historiquement présente dans la partie sud de la province, de la vallée de l'Outaouais aux contreforts des Appalaches, ainsi qu'à l'ouest de la rivière Richelieu (Bonin et Galois, 1996; Picard et Desroches, 2004; figure 2). Aujourd'hui, elle n'occuperait que 10 % de cette aire de répartition historique (Bonin et Galois, 1996).

En Ontario, la rainette faux-grillon de l'ouest est plus répandue, et son aire de répartition s'étend de la frontière avec les États-Unis (à l'est) et de la limite de la province faunique carolinienne et de la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent (à l'ouest) vers le nord jusqu'à la partie sud de la province faunique du Bouclier canadien. Elle s'étend vers l'est à partir de la région de Sault Ste. Marie jusqu'à la vallée de l'Outaouais, et suit le fleuve Saint-Laurent jusqu'au Québec. Il est à noter qu'un faible nombre de mentions de la rainette faux-grillon de l'ouest proviennent des districts de Cochrane et de Timiskaming. Ces mentions ont été retenues aux fins de l'évaluation parce qu'aucune limite nord n'a été définie par le COSEPAC pour l'UD, et qu'elles proviennent d'une zone située à l'est de l'aire de répartition de la rainette faux-grillon boréale.

Figure 2. Aires de répartition historique et actuelle de la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) dans les régions des Outaouais et de la Montérégie du Québec (carte modifiée de MFFP, 2015 [inédit]).

Aires de répartition historique et actuelle

Description longue pour la figure 2

Carte montrant l'aire de répartition historique potentielle de la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) dans les régions québécoises de l'Outaouais et de la Montérégie, ainsi que son aire de répartition actuelle. Historiquement, l'aire de répartition de la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) s'étendait potentiellement le long de la rivière des Outaouais, depuis Petawawa jusqu'à Montebello dans la région de l'Outaouais, et couvrait la rive sud du fleuve Saint-Laurent jusqu'à l'état de New-York adjacent, dans la région de la Montérégie. La carte démontre que l'aire de répartition actuelle de la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) est maintenant réduite à une mosaïque composée d'aires visiblement non reliées autour d'Ottawa, et le long du fleuve Saint-Laurent dans les environs de Montréal.

Haut de la page

1.4. Menaces

Comme le décrit le programme de rétablissement fédéral, les principales menaces qui pèsent sur la rainette faux-grillon de l'ouest sont la perte et la dégradation de l'habitat par l'urbanisation, l'intensification de l'agriculture, les changements climatiques, les pesticides et les fertilisants, l'expansion et l'entretien des infrastructures linéaires ainsi que la succession des habitats. D'autres renseignements ont été recueillis au sujet de ces menaces, et sont présentés à la section 1.5, Situation et tendances de l'habitat et de la population.

En plus des menaces énoncées dans le programme de rétablissement fédéral, d'autres menaces potentielles ont été relevées dans le cadre de la présente évaluation : les changements hydrologiques causés par le castor (Castor canadensis), espèce indigène de la région des GLSLBC, et l'altération de l'habitat par une espèce envahissante, le nerprun cathartique (Rhamnus cathartica) (Sacerdote et King, 2014).

1.4.1. Changements hydrologiques causés par le castor

La transformation du paysage et les changements hydrologiques causés par le castor constituent une menace pour l'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest. Les barrages de castors peuvent entraîner des changements hydrologiques et la perte de l'habitat nécessaire aux fins de la reproduction, de l'alimentation et de la dispersion de l'espèce. Lorsque les milieux humides éphémères utilisés par la rainette faux-grillon de l'ouest sont transformés en étangs à castors, la prédation et la compétition augmentent. Les barrages de castor peuvent aussi limiter l'écoulement de l'eau vers les milieux humides en aval utilisés par la rainette faux-grillon de l'ouest, rendant ces derniers non convenables pour la reproduction de la rainette faux-grillon de l'ouest. De plus, les clairières du castor peuvent modifier le microclimat des milieux humides, et ont des répercussions semblables à celles de la transformation anthropique du paysage ou des changements climatiques (Skelly et Freidenburg, 2000).

Au Québec, cette menace a été relevée depuis au moins 2010 (Tommy Montpetit, comm. pers. in Picard, 2015). Lorsqu'on évalue les causes de la destruction des étangs de reproduction entre 2004 et 2014 dans la région de la Montérégie, les inondations causées par les castors arrivent en second derrière le développement résidentiel (Picard, 2015). Par exemple, dans les métapopulations du bois de Brossard Sud et du boisé du Tremblay, Picard (2015) a déterminé que les barrages de castors étaient responsables d'une baisse majeure du nombre d'étangs de reproduction actifs. Les répercussions de la transformation du paysage par le castor sur la rainette faux-grillon de l'ouest sont inconnues en Ontario, mais il y a une possibilité de perte d'habitat dans les zones où des milieux humides éphémères sont perdus de façon permanente sans être remplacés. Dans la région d'Ottawa, aux endroits que les castors ont recolonisés dans les années 1950 et où les populations ont atteint un sommet vers la fin des années 1990, un grand nombre de marécages ont été convertis en marais, et certains milieux humides ont pris de l'expansion dans des régions de faible relief depuis les années 1950 (Stow, comm. pers., 2015). Hill et Duval (2009) ont constaté que les barrages de castors dans le sud de l'Ontario pouvaient causer des hausses de la nappe phréatique riveraine pouvant atteindre jusqu'à 1 m, et entraînaient des changements hydrologiques et chimiques considérables sous la surface.

Certaines études ont montré que les changements du paysage causés par les castors pouvaient être avantageux pour les amphibiens. En effet, les étangs à castors peuvent fournir un habitat convenable pour plusieurs espèces d'amphibiens (Cunningham et al., 2007; Stevens et al., 2007), et les chenaux des castors peuvent servir de corridors de déplacement (Anderson et al., 2015) et ainsi accroître le taux de colonisation des milieux humides (Hossack et al., 2015). Au fil du temps, les castors entraînent la formation d'un paysage diversifié composé d'étangs actifs et abandonnés, qui conviennent à différentes espèces dont les besoins en matière d'habitat varient (p. ex. diverses hydropériodes et présence ou absence de poissons) (Cunningham et al., 2007). Toutefois, aux endroits où les milieux naturels environnants sont détruits ou altérés par des activités humaines, il est possible que la modification de l'habitat résiduel par le castor le rende temporairement non convenable pour la rainette faux-grillon de l'ouest. Dans de tels cas, les individus seraient incapables de se réfugier dans de l'habitat refuge périphérique, ce qui mènerait à la disparition de la population locale. Si l'habitat refuge périphérique est trop éloigné, il est aussi peu probable que la rainette faux-grillon de l'ouest soit capable de recoloniser rapidement de grands complexes d'étangs à castors une fois que les castors les ont quittés (Picard, 2015).

Haut de la page

1.4.2. Espèces envahissantes – nerprun cathartique

Le nerprun cathartique, espèce envahissante, constitue une menace potentielle pour la rainette faux-grillon de l'ouest en Ontario et au Québec. Une étude réalisée dans le nord-est de l'Illinois (Sacerdote et King, 2014) s'est penchée sur la lixiviation du composé émodine à partir de feuilles de nerprun cathartique dans deux étangs de reproduction éphémères abritant des individus reproducteurs de la rainette faux-grillon de l'ouest. D'après l'examen des embryons recueillis dans ces étangs, on a conclu que la gravité des malformations augmentait avec la hausse des concentrations d'émodine (Sacerdote et King, 2014). L'augmentation de la mortalité et de la malformation des embryons causées par l'émodine pourrait limiter le recrutement; c'est pourquoi ce composé a été associé à des baisses régionales des populations d'amphibiens, dont la rainette faux-grillon de l'ouest (Sacerdote et King, 2014). L'émodine devient préoccupante lorsqu'elle est rejetée dans les étangs de reproduction en grandes concentrations, ce que l'on observe aux endroits où de denses peuplements dominants de plantes produisant ce composé sont présents (Sacerdote et King, 2014). En Ontario, le nerprun cathartique pousse en denses peuplements monospécifiques, dans des zones d'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest. Dans certaines régions, l'enlèvement du nerprun cathartique a entraîné une augmentation de la croissance du nerprun bourdaine (Frangula alnus), autre plante envahissante produisant de l'émodine (Anderson, 2012).

L'aire de répartition géographique du nerprun cathartique chevauche celle de la rainette faux-grillon de l'ouest en Ontario et au Québec, et pourrait entraîner la dégradation de l'habitat convenable et la mortalité directe d'individus. Le nerprun cathartique est répandu au Canada, de la Saskatchewan à la Nouvelle-Écosse. L'espèce est commune dans le sud de l'Ontario, mais rare au nord du Bouclier canadien (Anderson, 2012). Le nerprun cathartique et le nerprun bourdaine sont d'ailleurs considérés comme les espèces envahissantes les plus agressives dans les milieux humides de la région d'Ottawa (Anderson, 2012). En outre, le nerprun cathartique a été identifié comme une menace pour la rainette faux-grillon de l'ouest à London, en Ontario, où la rainette faux-grillon de l'ouest et de fortes densités de nerprun cathartique sont présentes (McDougall, comm. pers., 2015). Le nerprun cathartique est aussi actuellement considéré comme une menace pour au moins deux métapopulations de rainettes faux-grillons de l'ouest au Québec, soit celles du boisé du Tremblay et du bois de Brossard, où il envahit l'habitat de la rainette faux-grillon.

La possibilité que l'émodine contribue à des déclins localisés et régionaux d'amphibiens représente une menace pour la persistance de la population de rainettes faux-grillons de l'ouest en Ontario et au Québec, quoique la gravité et l'étendue des répercussions soient inconnues. Des pratiques de gestion exemplaires ont été élaborées pour lutter contre le nerprun cathartique (Anderson, 2012); cette lutte favorisera le maintien des conditions avantageuses pour les amphibiens, dont la diversité des plantes indigènes, la structure de l'habitat et les régimes d'humidité du sol (Klionsky et al., 2010).

Haut de la page

1.5. Situation et tendances de l'habitat et de la population

1.5.1. Analyse

Une analyse des tendances en matière de population se penche sur les variations de la taille, de la répartition spatiale et de la densité des populations. Lorsque l'on dispose de suffisamment de données démographiques (nombre d'individus matures, fertilité, mortalité, migration), il est possible de déterminer les tendances démographiques passées et d'établir des modèles de prévision. Dans le cas de la rainette faux-grillon de l'ouest, une analyse exhaustive des tendances de la population permettrait d'évaluer le flux génétique et la façon dont celui-ci est influencé par la connectivité au sein des métapopulations et entre celles-ci. Dans les cas où l'on ne dispose pas de suffisamment de données démographiques et où le nombre d'individus ne peut pas être estimé, comme pour la rainette faux-grillon de l'ouest (voir ci-après), il est possible d'examiner les tendances de l'occupation à l'échelle des métapopulations ou des régions.

Les relevés auditifs constituent la méthode la plus courante pour dénombrer les anoures. Ces relevés sont répartis en deux groupes distincts : les MCS (relevés manuels des cris) et les ARS (systèmes d'enregistrement automatisés). Les MCS exigent que les observateurs écoutent les vocalisations des rainettes mâles pendant une période de temps donnée, dans une zone définie (Dorcas et al.,2009). Selon Dorcas et al. (2009), la probabilité de détection peut varier en fonction de facteurs tels que les conditions abiotiques et biotiques, et les biais liés aux observateurs pouvant produire de faux négatifs. La variabilité des observateurs peut aussi agir sur la qualité des résultats des relevés, et il est possible de mal identifier les vocalisations, ce qui produit de faux positifs. Ces relevés sont aussi limités puisqu'ils permettent seulement de déceler la présence de mâles dans une zone donnée, et ne présentent pas une structure de population complète; ils ne quantifient pas non plus le succès de reproduction. Les ARS sont des systèmes automatisés destinés à la collecte intensive de données dans des zones restreintes (Dorcas et al.,2009). Même si les biais associés à la probabilité de détection et à la variabilité des observateurs peuvent être amoindris par cette méthode, la couverture de grandes zones est difficile, et les limites relatives à la structure des populations et au succès de reproduction demeurent.

Certains relevés auditifs se fondent sur la densité des cris comme indicateur d'occupation. Cette méthode comporte des limites, et ne peut être utilisée que pour obtenir des données qualitatives de l'abondance grâce à des indices de cris des anoures (Dorcas et al.,2009). De tels indices existent pour la rainette faux-grillon de l'ouest à certains sites, mais ils ne peuvent pas être utilisés pour établir la taille d'une population de manière précise. Après un certain nombre de mâles entendus (le nombre varie, mais il se situe généralement entre 10 et 20), les cris se mêlent, et les individus ne peuvent plus être comptés. Par exemple, lorsqu'on utilise une échelle de 1 à 3, une cote de 3 (c.-à-d. grande chorale; les cris individuels ne sont pas perceptibles [Dorcas et al., 2009]) pourrait indiquer n'importe quel nombre de l'ordre de dizaines ou de milliers de mâles. Par conséquent, le nombre d'individus à un étang auquel on a attribué la cote la plus élevée peut grandement varier. La taille de l'étang peut aussi influer sur la cote; les plus grands étangs peuvent avoir des cotes plus élevées parce qu'il y a beaucoup de mâles à distance de détection, même si leur densité peut être plus faible. En outre, au sein d'une métapopulation, les étangs dont la cote est faible, même pour plusieurs années, peuvent être nécessaires au maintien de la connectivité entre les étangs locaux et de la résilience de la métapopulation dans son ensemble.

Les données dont on dispose sur la rainette faux-grillon de l'ouest sont hétérogènes et reflètent l'ampleur des activités de recherche et de conservation dans les deux provinces où l'espèce est présente. L'échelle des données est plus définie au Québec, où l'espèce se trouve seulement dans deux régions localisées de la province, qu'en Ontario, où l'espèce est répandue dans toute la province. Dans les deux provinces, toutefois, les données de relevé sont fondées sur des MCS et ne permettent pas d'estimer le nombre d'individus ni la densité. La densité de la population de rainettes faux-grillons de l'ouest à un site donné peut aussi varier d'une année à l'autre à cause de facteurs naturels. Par conséquent, les véritables tendances en matière de population ne peuvent pas être calculées, et la disponibilité de l'habitat convenable, combinée à l'occupation à l'échelle régionale, constitue le meilleur substitut disponible.

Haut de la page

1.5.2. Portrait de la situation au Québec

Analyse et échelle géographique

Au Québec, le changement de la disponibilité de l'habitat a été déterminé d'après la variation de la superficie d'habitat convenable à deux points dans le temps (1991 et 2014 ou 1992 et 2013, selon la disponibilité des données). Pour effectuer l'analyse, tout l'habitat à moins de 300 m de tous les points d'observation Content Footnote 2 à l'intérieur de la période a été évalué comme étant convenable ou non convenable. Les grands plans d'eau, les bâtiments, les surfaces pavées, les cultures intensives (p. ex. maïs et soja) et la plupart des zones gazonnées, comme les cours arrière et les terrains de golf, ont été considérés comme étant non convenables. Cette analyse a été effectuée à l'échelle provinciale en Ontario et au Québec, à l'échelle régionale en Outaouais et en Montérégie, et à l'échelle des métapopulations pour chaque métapopulation contenue dans la région de la Montérégie. La perte de l'habitat par la destruction liée aux menaces est directement associée à la disponibilité de l'habitat. Le nombre de sites détruits est aussi présenté, lorsque cette information est disponible.

Pour évaluer l'occupation à l'échelle des métapopulations en Montérégie, on a effectué une comparaison entre le nombre de sites de reproduction actifs d'une année à l'autre. Bien que l'abondance et la répartition locale de la rainette faux-grillon de l'ouest puissent varier de manière interannuelle, les résultats utilisés sont issus d'une comparaison entre deux années où les conditions environnementales étaient à la fois semblables et favorables, ce qui a réduit ce biais (Picard, 2015).

À l'intérieur d'une même métapopulation, la connectivité entre les étangs de reproduction, qui permet la dispersion vers de nouveaux sites et le réétablissement de sites précédemment disparus, constitue un élément essentiel de la dynamique des populations d'amphibiens (Semlitsch, 2002). Une perte de connectivité aura un effet direct sur la structure de la métapopulation, ce qui peut ensuite compromettre le rétablissement et la survie à l'échelle locale. Par conséquent, la connectivité et/ou la fragmentation ainsi que leurs répercussions sur la structure des populations à l'échelle régionale et sur les métapopulations ont été évaluées en plus de la disponibilité et de l'occupation de l'habitat, dans la mesure du possible. Les distances de dispersion des individus devraient être prises en compte au moment d'évaluer la connectivité entre les étangs de reproduction et, par le fait même, la résilience d'une métapopulation aux perturbations et aux conditions environnementales changeantes. Dans une étude visant des individus marqués au Co60, un isotope radioactif, on a constaté que la plupart demeuraient à moins de 100 m de leur site de reproduction; la plus grande distance parcourue en ligne droite a été de 213 m (Kramer, 1973). Dans une autre étude (Whitaker, 1971), tous les individus capturés à l'été étaient situés dans un rayon d'environ 200 m de sites de reproduction potentiels. Au Québec, des individus ont été capturés à l'aide de clôtures de dérivation à une distance pouvant atteindre 200 m des sites de nidification (Whiting, 2004). Les résultats d'une étude recommandent que tout l'habitat convenable à moins de 300 m des étangs de reproduction soit maintenu pour permettre l'accomplissement du cycle vital annuel de l'espèce (Ouellet et Leheurteux, 2007).

Haut de la page

Tendances en matière d'habitat

Quand on compare la superficie d'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest entre 1992 et 2013 en Montérégie et entre 1991 et 2014 en Outaouais, l'analyse montre une réduction de l'habitat convenable de 13,1 % (11,5 km2) dans un rayon de 300 m autour de chaque point d'observation de la rainette faux-grillon de l'ouest pour l'ensemble du Québec.

On s'attend à ce que la population humaine du Québec atteigne 9 millions d'ici 2027. Il s'agit d'une augmentation de près de 10 % par rapport à 2014 (Institut de la statistique du Québec, 2014a). Une telle hausse démographique devrait avoir des répercussions sur le territoire, ce qui limiterait davantage la disponibilité de l'habitat pour la rainette faux-grillon de l'ouest. Dans les deux régions où l'on trouve la rainette faux-grillon de l'ouest, la croissance prévue des ménages (de 2011 à 2061) est supérieure à la moyenne provinciale (Institut de la statistique du Québec, 2014a).

Dans les régions où l'espèce est présente, la superficie d'habitat convenable est limitée et, tel qu'il est expliqué ci-après, en baisse. Les milieux humides ne couvrent qu'une faible proportion du paysage de la Montérégie (578 km2 ou 4,9 %) et de l'Outaouais (3 263 km2 ou 9,6 %) (Pellerin et Poulin, 2013), et subissent les pressions du développement. De novembre 2006 à mars 2010, au Québec, 558 permis délivrés ont visé 808 milieux humides, pour un total de 2 870 ha (Pellerin et Poulin, 2013), en majeure partie pour des projets résidentiels. De ces permis, le plus grand nombre a été délivré en Montérégie (142), tandis que 21 l'ont été pour l'Outaouais (Pellerin et Poulin, 2013).

Haut de la page

1.5.3. Portrait de la situation en Outaouais

Tendances en matière d'habitat

En Outaouais, l'analyse des tendances en matière d'habitat (de 1991 à 2014) indique une réduction de la superficie d'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest de l'ordre de 7,4 % (4,28 km2) (tableau 1, figure 3). Certaines régions, comme celle de Gatineau, ont affiché des baisses plus importantes qu'ailleurs.

Tableau 1. Comparaison de la superficie d'habitat convenable pour la rainette faux-grillon de l'Ouest de 1991 à 2014 dans cinq régions de l'Outaouais.
RégionSuperficie d'habitat convenable en 1991 (km2)Superficie d'habitat convenable en 2014 (km2)Proportion d'habitat convenable restant en 2014
Gatineau8,075,8372,3 %
Hull2,432,0584,3 %
Aylmer10,529,1887,3 %
Chelsea1,281,2899,9 %
Agroforestière (ouest)35,3034,9899,1 %
Outaouais57,6053,3292,6 %

Haut de la page

Figure 3. Superficies d'habitat convenable restant et détruit de la rainette faux-grillon de l'ouest entre 1991 et 2014 dans cinq régions de l'Outaouais.

Superficies d'habitat convenable restant et détruit

Description longue pour la figure 3

Carte montrant l'habitat convenable détruit entre 1991 et 2014 et l'habitat convenable résiduel en 2014 de la rainette faux-grillon de l'ouest dans cinq métapopulations de l'Outaouais. Celles-ci sont, d'est en ouest, les métapopulations de Gatineau, les métapopulations de Hull, les métapopulations de Chelsea, les métapopulations d'Aylmer et les métapopulations agroforestières de l'ouest.

Haut de la page

La croissance de la population en Outaouais continuera d'exercer une pression sur l'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest et, donc, sur les métapopulations de rainettes faux-grillons de l'ouest, dont bon nombre se trouvent dans des régions urbaines. De 2011 à 2036, on estime que la croissance démographique dans la région de l'Outaouais atteindra 24 % (Institut de la statistique du Québec, 2014a). Durant la même période, la région métropolitaine de recensement de Gatineau devrait afficher le taux de croissance le plus élevé parmi toutes les régions métropolitaines de recensement du Québec (Institut de la statistique du Québec, 2014a). En tenant compte de ces projections de croissance, la Ville de Gatineau a publié en 2011 ses prévisions concernant le nombre de nouvelles unités d'habitation à construire. On estime que 30 000 nouvelles unités d'habitation devraient être construites avant 2031 (Ville de Gatineau, 2011).

Le paysage agricole convient plus à la rainette faux-grillon de l'ouest en Outaouais qu'en Montérégie, puisque 80 % des terres y sont réservées à la culture fourragère (MAPAQ, 2013a). Toutefois, la surface occupée par les cultures céréalières augmente (MAPAQ, 2013a).

1.5.3.2. Situation de la population

De 2004 à 2009, en Outaouais, des relevés ont permis de repérer un total de 346 sites de reproduction de la rainette faux-grillon de l'ouest (ÉRRFGOQ, 2010). En 2009, 97 de ces sites avaient été détruits, et 30 étaient menacés et pouvaient être détruits à court terme (ÉRRFGOQ, 2010). La plupart de ces sites (55 détruits et 29 menacés) se trouvaient dans des zones urbaines ou à proximité (ÉRRFGOQ, 2010).

Depuis 2010, d'autres sites de reproduction de la rainette faux-grillon de l'ouest ont été détruits, comme le montrent les données brutes des relevés de suivi à long terme réalisés par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Haut de la page

1.5.4. Portrait de la situation en Montérégie

Tendances en matière d'habitat

En Montérégie, l'analyse des tendances en matière d'habitat (de 1992 à 2013) montre une réduction de l'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest de l'ordre de 23,6 % (7,26 km2) (tableau 2, figure 4, figure 5). La métapopulation affichant la baisse la plus marquée est celle de La Prairie. Dans certaines populations isolées (p. ex. St-Chrysostome, Pin rigide, refuge Marguerite d'Youville), même s'il reste d'importantes quantités d'habitat convenable, aucune rainette faux-grillon de l'ouest n'a été observée dans ces endroits au cours des dernières années. De plus, bien que de l'habitat puisse avoir semblé convenable dans le cadre de l'analyse géospatiale, il pourrait avoir été détruit par des castors ou par la succession de l'habitat en forêts à couvert fermé. Dans les métapopulations du bois de Brossard Sud et du boisé du Tremblay, des portions de l'habitat qui semblaient toujours convenables pour la rainette faux-grillon de l'ouest ont été détruites, selon Picard (2015), par des barrages de castors.

Tableau 2. Comparaison de la superficie d'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest entre 1992 et 2012 dans les métapopulations et les populations de la Montérégie.
Métapopulation ou populationSuperficie d'habitat convenable en 1992 (km2)Superficie d'habitat convenable en 2013 (km2)Proportion d'habitat convenable restant en 2013
Beauharnois11,6410,2588,1 %
Bois de Brossard Nord2,862,86100,0 %
Bois de Brossard Sud3,403,1893,6 %
Boisé de l'Amélanchier0,530,4382,0 %
Boisé du Tremblay7,415,8078,2 %
Boisé St-Bruno – Carignan3,091,8860,9 %
Boucherville12,938,8668,5 %
Contrecœur0,660,6699,5 %
Huntingdon0,700,70100,0 %
Île Perrot9,838,9891,4 %
Île St-Bernard0,230,23100,0 %
Kahnawake0,230,2296,4 %
La Prairie Table Footnote a7,323,1342,7 %
Marais Darveau0,210,22104,7 %
Melocheville0,470,47100,0 %
Mont St-Bruno1,541,54100,0 %
Parc Michel-Chartrand1,720,7845,3 %
Pin rigide1,671,6699,7 %
Secteur ligne Hertel/lac Fontarabie/rivière Saint-Jacques3,673,4293,1 %
St-Chrysostome0,430,3785,4 %
St-Hubert3,372,6478,3 %
Montérégie30,6923,4476,4 %

Table Footnote

Footnote 1

Ces statistiques ne tiennent pas compte de la destruction de l'habitat qui a eu lieu après 2013. En outre, un minimum de 0,22 km2 d'habitat convenable a été détruit par la construction des phases 1, 2 et 3 du projet domiciliaire Symbiocité. Lorsqu'on ajoute cette superficie aux 4,16 km2 d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest déjà perdu, la proportion d'habitat restant passe à 39,8 %.

Return to Footnote a referrer

Haut de la page

Figure 4. Superficies d'habitat convenable restant et détruit pour la rainette faux-grillon de l'ouest entre 1992 et 2013 dans les métapopulations et les populations du nord-est de la Montérégie.

Superficies d'habitat nord est de la Montérégie

Description longue pour la figure 4

Carte montrant l'habitat convenable détruit entre 1992 et 2013 et l'habitat convenable résiduel en 2013 dans 14 métapopulations et populations du nord-est de la Montérégie.

Haut de la page

Figure 5. Superficies d'habitat convenable restant et détruit de la rainette faux-grillon de l'ouest entre 1992 et 2013 dans les métapopulations et les populations du sud-ouest de la Montérégie.

Superficies d'habitat sud ouest de la Montérégie

Description longue pour la figure 5

Carte montrant l'habitat convenable détruit entre 1992 et 2013 et l'habitat convenable résiduel en 2013 dans 7 métapopulations et populations du sud-ouest de la Montérégie.

Haut de la page

Durant la même période, le paysage agricole à l'intérieur de l'aire de répartition de la rainette faux-grillon de l'ouest en Montérégie a changé et a contribué à la perte d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest. La culture de soja et de maïs – deux cultures incompatibles avec l'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest – dominant le paysage agricole de la Montérégie (MAPAQ, 2013b), les fourrages sont passés de 13 à 11 %, et les pâturages sont passés de 2 à 1 % (MAPAQ et CMM, 2012).

Les pressions exercées sur l'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest continueront à augmenter à mesure que d'autres terres seront nécessaires pour accommoder la croissance de la population humaine. En Montérégie, la croissance démographique de 2011 à 2036 devrait atteindre 21 %, soit la deuxième en importance après Montréal (Institut de la statistique du Québec, 2014a). Sur le plan des ménages, la Montérégie se situe au premier rang à l'échelle provinciale, avec une augmentation prévue de 157 000 ménages de 2011 à 2036 (Institut de la statistique du Québec, 2014a). La croissance de la population aura un effet sur chaque municipalité régionale de comté où se trouvent des rainettes faux-grillons de l'ouest (Institut de la statistique du Québec, 2014b).

Situation de la population

En 2009, la rainette faux-grillon de l'ouest avait perdu plus de 90 % de son aire de répartition historique en Montérégie (ÉRRFGOQ, 2010). À cette époque, il restait 9 métapopulations et 7 populations isolées dans la région (ÉRRFGOQ, 2010). Il s'agissait d'une baisse par rapport aux années précédentes, à cause de la perte de 4 métapopulations entre 1994 et 2004 (Picard, 2015). En raison des déclins importants observés chez les métapopulations de Saint-Hubert, de Saint-Bruno et du bois de Brossard Sud durant les relevés de 2014 (tableau 3), Picard avance que seulement 6 des 9 métapopulations d'origine demeurent fonctionnelles en Montérégie.

Haut de la page

Tableau 3. Situation des neuf métapopulations de rainettes faux-grillons de l'ouest en Montérégie entre 2004 et 2014, y compris le nombre d'étangs de reproduction actifs et détruits (modification de Picard, 2015).
Nom de la métapopulationNombre d'étangs de reproduction actifs en 2004Nombre d'étangs de reproduction détruits en 2014 (%)Nombre d'étangs de reproduction actifs en 2014 (% d'augmentation ou de réduction par rapport à 2004)
Beauharnois510 (0 %)75 (+47 %)
Bois de Brossard Nord470 (0 %)32 (-32 %)
Bois de Brossard Sud10530 (29 %)14 (-87 %)
Boisé du Tremblay19061 (32 %)96 (-49 %)
Boucherville16845 (27 %)207 (+23 %)
Île Perrot5216 (33 %)104 (+100 %) Table Footnote b
La Prairie8945 (51 %)128 (+44 %) Table Footnote c
Saint-Bruno185 (28 %)3 (-83 %)
Saint-Hubert3710 (27 %)16 (-57 %)

Table Footnote

Footnote 2

En raison de l'augmentation des activités de relevé en 2014, il n'est pas possible de quantifier avec précision la situation de cette métapopulation (Picard, 2015).

Return to Footnote b referrer

Footnote 3

Voir la section ci-après pour un portrait détaillé de la situation de la métapopulation de La Prairie.

Return to Footnote c referrer

Haut de la page

1.5.5. Métapopulation de La Prairie

Tendances en matière d'habitat

En ce qui concerne la métapopulation de rainettes faux-grillons de l'ouest de La Prairie, l'analyse des tendances en matière d'habitat (de 1992 à 2013) montre une réduction de l'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest de 4,16 km2 (57,3 %). Depuis 2013, au moins 0,22 km2 additionnel a été détruit par la construction des phases 1, 2 et 3 du projet domiciliaire Symbiocité (auparavant connu sous le nom de Domaine de la nature) (figure 6). Lorsqu'on ajoute cette superficie aux 4,16 km2 d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest déjà perdus, le taux de destruction est de 60,2 % au cours des 23 dernières années. À l'intérieur de l'étendue considérable d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest qui est toujours présent au sud-est de l'autoroute 30, dans la population de la ligne Hertel/du lac Fontarabie/de la rivière Saint-Jacques, le nombre d'étangs de reproduction actifs enregistré en 2004 et en 2014 se limitait à quatre (Picard, 2015). On pense qu'il s'agit des restes d'anciennes populations en déclin ou d'individus isolés qui se sont dispersés à partir des métapopulations adjacentes (Picard, 2015).

Figure 6. Métapopulation de rainettes faux-grillons de l’ouest de La Prairie. Zones d’habitat convenable résiduelles et détruites de la rainette faux-grillon de l’ouest, y compris la destruction de l’habitat par le développement des phases 1, 2 et 3 du projet domiciliaire Symbiocité. La carte montre aussi les étangs de reproduction actifs, détruits, isolés et menacés de la rainette faux-grillon de l’ouest.

Métapopulation de rainettes faux-grillon de l'ouest de La Prairie

Description longue pour la figure 6

Carte montrant la métapopulation de rainettes faux-grillon de l'ouest de La Prairie, dans le nord-est de la Montérégie. Il est possible d'observer les zones d'habitat convenable résiduel et détruit de la rainette faux-grillon de l'ouest, y compris la destruction de l'habitat occasionnée par le développement des phases 1, 2 et 3 du projet domiciliaire Symbiocité. La carte montre aussi les étangs de reproduction actifs, détruits, isolés et menacés de la rainette faux-grillon de l'ouest.

Haut de la page

Situation de la métapopulation

Au printemps 2004, des relevés ont permis de repérer un total de 89 étangs de reproduction de la rainette faux-grillon de l'ouest au sein de la métapopulation de La Prairie (Picard et Desroches, 2004; Picard, 2015). En date de septembre 2004, près du tiers de ces étangs avaient été détruits (Picard et Desroches, 2004; Picard, 2015). En date de 2014, 45 avaient été détruits (Picard, 2015). Avant 2004, des baisses avaient été observées dans le cadre de relevés partiels (de 1999 à 2003) dans lesquels 12 des 31 étangs connus à cette époque avaient été détruits (Picard et Desroches, 2004). En 2014, 99 autres étangs ont été trouvés, ce qui a fait passer le nombre total d'étangs actifs à 128 (Picard, 2015). Il n'est pas toujours possible d'évaluer si les étangs additionnels (les nouvelles mentions d'étang de reproduction) sont de nouveaux étangs, des étangs hétérocycliques qui étaient absents au cours d'inventaires précédents, ou des étangs préexistants qui n'avaient pas été inventoriés antérieurement. Des 99 étangs additionnels consignés en 2014, 79 provenaient de la division d'étangs existants et de la création de petits étangs par des perturbations, 19 correspondaient à une augmentation de la population de rainettes faux-grillons de l'ouest dans la zone du Grand Boisé Sud, et seulement 4 étaient absents des inventaires précédents (Picard, 2015).

À partir des données précédentes, on estime que la baisse du nombre d'étangs de reproduction a été de 28,5 % entre 1999 et 2014, si l'on exclut les 14 étangs inactifs trouvés en 2014 (figure 7). Pour différentes raisons, des étangs peuvent ne pas avoir été utilisés par la rainette faux-grillon de l'ouest chaque année. Par conséquent, l'inoccupation des étangs anciennement utilisés par la rainette faux-grillon de l'ouest n'est pas nécessairement une indication que la population a disparu ou n'utilise plus cet habitat. L'inoccupation prolongée peut être causée par de multiples facteurs, y compris la disparition locale/régionale de l'espèce, les altérations de la connectivité rendant l'étang inaccessible, ou encore la modification des propriétés physiologiques ou biologiques de l'habitat de manière à le rendre non optimal, voire inadéquat pour la reproduction. À l'heure actuelle, il est impossible d'évaluer si les étangs de reproduction inactifs inventoriés en 2014 demeureront inoccupés de manière permanente. Il est à noter que les relevés effectués en 2004 et 2014 étaient exhaustifs et que, par conséquent, les données qui en ont été issues ont permis de réaliser des comparaisons fiables. Par contre, les données obtenues en 2015 n'étaient pas aussi exhaustives, et l'étendue des comparaisons est plus limitée.

Haut de la page

Figure 7. Destruction des étangs de reproduction de la rainette faux-grillon de l'ouest connus à La Prairie de 1999 à 2014.

Destruction des étangs de reproduction

Description longue pour la figure 7

Graphique montrant la proportion de la destruction au fil du temps des étangs de reproduction connus pour la rainette faux-grillon de l'ouest à La Prairie entre 1999 et 2014. Le graphique montre qu'en 2004, on ne connaissait que la moitié des étangs de reproduction actifs connus en 2014. Cela signifie qu'à l'époque, les étangs de reproduction détruits entre 1999 et 2004 représentaient presque un tiers des étangs de reproduction connus en 2004.

Haut de la page

D'après les données de relevé de 2015, plus de la moitié des étangs de reproduction actuels de la métapopulation de La Prairie se trouve à l'intérieur de l'empreinte du projet domiciliaire Symbiocité et de son Parc de conservation du marais. La zone du projet représente le cœur de la métapopulation de rainettes faux-grillons de l'ouest de La Prairie. Dans la zone visée par le projet, 13 étangs de reproduction ont été détruits depuis le début de la phase 1 en juillet 2014 (Blais, 2015a). Ces étangs de reproduction ne sont pas inclus dans la figure 2, puisque les relevés de 2014 ont été effectués avant leur destruction. En date de 2015, 66 étangs de reproduction actifs, au total, se trouvaient toujours dans l'empreinte du projet. Selon les inventaires effectués au printemps 2015, 34 de ces étangs de reproduction actifs étaient situés dans le Parc de conservation du marais, 10 étaient situés dans les phases 1 à 4, et 22 étaient situés dans les phases 5 et 6 (voir les étangs de reproduction actifs à la figure 6). La poursuite des travaux dans les phases 1 à 4 et dans les phases 5 et 6 menace directement près de la moitié des étangs de reproduction restants dans la zone du projet (voir les étangs de reproduction menacés par la construction à la figure 6).

Connectivité dans la métapopulation

La connectivité au sein de la métapopulation de La Prairie a été touchée par la destruction des étangs de reproduction de 2004 à 2014. En outre, d'après Picard (2015), un canal empêche actuellement la dispersion de l'espèce entre les phases 1 à 4 et les phases 5 et 6 du projet Symbiocité, ce qui limite davantage la connectivité (non montré à la figure 4). Certains étangs de reproduction à l'extérieur du projet sont déjà isolés du cœur de la métapopulation (voir les étangs isolés à la figure 6), mais ceux-ci ne peuvent pas soutenir la métapopulation de La Prairie à eux seuls (voir une description détaillée à la section Viabilité des étangs de reproduction restants ci-après). Sans connectivité, les métapopulations ne peuvent pas subsister : les étangs de reproduction deviennent isolés les uns des autres, et les rainettes faux-grillons de l'ouest qui les occupent risquent davantage de subir un déclin rapide, voire de disparaître (Marsh et Trenham, 2001). De plus, on a constaté que l'abondance de la rainette faux-grillon de l'ouest était plus grande dans les étangs formant une métapopulation que dans les populations isolées (Broadman, 2009). On peut s'attendre à ce que les autres pertes d'étangs de reproduction causées par le développement des phases 5 et 6 et la poursuite des travaux dans les phases 1 à 4 du projet Symbiocité dégradent davantage la connectivité et, donc, la fonctionnalité de la métapopulation (voir les étangs de reproduction menacés par la construction à la figure 6).

Une partie de la connectivité restante dans la métapopulation de La Prairie est maintenue par la zone visée par le développement des phases 5 et 6 du projet domiciliaire Symbiocité. Les phases 5 et 6 du projet se trouvent à la limite entre les municipalités de La Prairie et de Saint-Philippe, et les étangs contenus dans la phase 2 du projet assurent la connectivité entre le Parc de conservation du marais et les étangs situés dans la municipalité de Saint-Philippe. Le développement des phases 5 et 6 du projet aurait pour effet d'isoler la plupart des étangs de reproduction de Saint-Philippe du reste de la métapopulation. Là encore, les étangs isolés seront plus vulnérables aux perturbations et aux événements stochastiques propres aux sites, ce qui augmentera les risques de disparition de l'espèce.

Haut de la page

Viabilité des étangs de reproduction restants

Les étangs de reproduction à l'intérieur de la zone visée par le développement des phases 5 et 6 du projet domiciliaire Symbiocité seraient viables à l'heure actuelle, quoique certains semblent avoir été altérés par le début des travaux dans le secteur. D'après la biologiste Isabelle Picard (observations de terrain, avril 2015), des canaux creusés manuellement à la limite nord-est entre les phases 5 et 6 et le Parc de conservation du marais ont créé du drainage aux étangs voisins. À la suite de l'inspection, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques est d'avis que les changements du niveau d'eau sont probablement causés par un printemps particulièrement sec plutôt que par les changements anthropiques des propriétés hydrologiques dans le secteur (Véronique Beauchemin, comm. pers., 2015).

La zone non développée dans les phases 5 et 6 du projet ainsi que les étangs de reproduction restants dans la phase 4 sont nécessaires au maintien de la viabilité de la métapopulation de La Prairie car, tel qu'on le mentionne ci-après, ni le Parc de conservation du marais ni les étangs situés à l'extérieur du projet domiciliaire Symbiocité ne peuvent, à eux seuls, assurer la viabilité de cette métapopulation si du développement additionnel devait se produire dans le projet domiciliaire.

Parc de conservation du marais

Selon Blais (2015a), les étangs de reproduction situés dans le Parc de conservation du marais et à proximité du secteur des phases 5 et 6 seront menacés par le drainage à proximité si le développement des phases 5 et 6 est mis en œuvre (parmi les étangs de reproduction actifs, figure 6). Certains étangs au nord du Parc de conservation du marais, à proximité de la route 104 et à l'est du point de diversion du cours d'eau, sont aussi menacés par le drainage ou ont déjà été détruits. La conception du Parc de conservation du marais ne prévoit pas assez d'espace autour de la plupart des étangs de reproduction pour assurer la survie à long terme des rainettes faux-grillons de l'ouest qui vivent dans ces étangs (Picard, 2015). Une zone terrestre de 300 m autour des étangs de reproduction est nécessaire pour permettre l'accomplissement du cycle vital annuel de l'espèce (Ouellet et Leheurteux, 2007). Le plan du Parc de conservation du marais semble prévoir une zone tampon de 50 m autour des étangs de reproduction, ce qui est considéré comme insuffisant pour répondre aux besoins biologiques de la rainette faux-grillon de l'ouest (Angers et al., 2008). De plus, la forme du parc est irrégulière, ce qui confère à ce dernier un rapport périmètre/superficie élevé, et réduit donc la zone totale d'habitat convenable exempte d'effet de bordure pour la rainette faux-grillon de l'ouest dans le parc. Enfin, la zone centrale du parc sera aussi touchée par un réseau de sentiers récréatifs, qui produira un effet de bordure supplémentaire. Compte tenu du faible nombre d'étangs de reproduction actifs dans le Parc de conservation du marais, de la conception du secteur et des répercussions possibles des phases 5 et 6, il est peu probable que le Parc de conservation du marais, à lui seul, suffise à assurer la survie de la métapopulation de La Prairie.

Haut de la page

Étangs à l'extérieur du projet domiciliaire Symbiocité

Les étangs de reproduction à l'extérieur du projet domiciliaire Symbiocité et du Parc de conservation du marais subissent aussi des pressions, et leur viabilité est compromise. Certains d'entre eux sont déjà isolés, ce qui signifie que, à moins d'être reconnectés au cœur de la métapopulation, ils ne peuvent pas contribuer à la dynamique de la métapopulation. Par conséquent, ces étangs ne pourront pas produire l'immigration de source externe requise par la métapopulation de La Prairie si les phases 4, 5 et 6 du projet Symbiocité sont mises en œuvre.

  • À l'extrémité sud-est de la métapopulation et à l'est du Parc de conservation du marais se trouve le parc industriel de La Prairie, qui contient quelques étangs (contour bleu foncé, figure 6) (Blais, 2015b). Ces étangs sont isolés du reste de la métapopulation. La plupart sont situés à l'intérieur d'une emprise d'Hydro-Québec (Blais, 2015b), un type de milieu habituellement considéré comme compatible avec l'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest. Selon Blais (2015 b), ces étangs pourraient toutefois être menacés par les activités de remblayage. Un autre étang se trouve sur un terrain en zone industrielle, et le développement potentiel dans ce secteur menace sa viabilité à long terme (Blais, 2015b).
  • Un étang isolé se trouve à l'est du boulevard Palerme et au sud de la route 104 (contour vert, figure 6). Compte tenu de son emplacement – à côté d'un développement domiciliaire et d'une carrière – et de son faible nombre d'individus, la viabilité à long terme de cet étang est aussi compromise (Blais, 2015b).
  • Un autre étang est contenu dans un secteur résidentiel au sud du club de golf de Candiac (contour rose, figure 6) et, donc, isolé de tous les autres étangs de reproduction de la métapopulation. Selon Blais (2015 b), les rejets d'eau de piscine des propriétés voisines et la contamination par les pesticides représentent des menaces potentielles pour cet étang.
  • D'autres étangs de reproduction isolés se trouvent au nord-est du projet domiciliaire; certains sont situés dans la voie d'extension du boulevard des Prés-Verts, tandis que d'autres se trouvent dans la zone urbaine de la municipalité de La Prairie (contour bleu pâle, figure 6) (Blais, 2015b).

D'autres étangs (contour noir, figure 6), situés au sud dans la municipalité de Saint-Philippe, sont toujours connectés au cœur de la métapopulation. Ce secteur est surtout associé aux phases 5 et 6 du projet, dont la construction entraînerait la perte de la connectivité entre ces étangs et le cœur de la métapopulation de rainettes faux-grillons de l'ouest. Selon Blais (2015 b), tous ces étangs sont menacés dans une certaine mesure. Ces étangs pourraient, par exemple, être détruits par le développement résidentiel ou des travaux sur les terrains du ministère des Transports du Québec. Ces étangs à eux seuls ne suffisent pas à maintenir la métapopulation de La Prairie.

Haut de la page

1.5.6. Portrait de la situation en Ontario

1.5.6.1. Analyses et échelle géographique

La situation et les tendances en matière de population et d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest ont été examinées, dans la mesure du possible, à diverses échelles géographiques afin de mieux comprendre la situation et les tendances globales ainsi que les tendances localisées résultant de menaces potentiellement concentrées sur le plan géographique. Les trois principales échelles de l'analyse en Ontario étaient :

  1. la partie ontarienne de l'UD de la rainette faux-grillon de l'ouest des GLSLBC;
  2. les provinces fauniques (province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent et province faunique du Bouclier canadien);
  3. les divisions du recensement de 2011 de l'Ontario, définies par Statistique Canada (2012) (figure 1).

Comme l'espèce est largement répandue en Ontario, on ne disposait pas de données uniformes à ces différentes échelles, et certaines d'entre elles ne s'appliquaient qu'à une partie de l'aire de répartition.

La décision de procéder à des analyses à l'échelle des provinces fauniques repose en partie sur les différences en matière de disponibilité des données. On dispose de plus de renseignements sur la rainette faux-grillon de l'ouest et son habitat dans la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent que dans celle du Bouclier canadien, pour laquelle on manque de données sur les tendances en matière d'habitat (p. ex. perte de milieux humides, changements de l'utilisation des terres, intensification des activités agricoles) et de population. Peu de relevés et de parcours de suivi ont été effectués dans la partie du Bouclier canadien de l'aire de répartition, et les mentions fortuites de l'espèce y sont limitées.

L'échelle de la division de recensement a été utilisée pour établir les tendances localisées puisque plusieurs sources de données étaient disponibles à cette échelle (p. ex. croissance prévue de la population humaine, tendances en matière d'agriculture, pertes de milieux humides) ou pouvaient être rapportées à cette échelle en Ontario. Des mentions de la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) proviennent de 39 divisions de recensement en Ontario (dont 26 sont entièrement contenues dans la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent, 2 sont entièrement contenues dans la province faunique du Bouclier canadien, 6 sont divisées entre la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent et la province faunique du Bouclier canadien, et 5 sont divisées entre la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent et la province faunique carolinienne).

Pour faciliter davantage l'analyse de certaines tendances (c.-à-d. changements de l'utilisation des terres et menaces liées au développement d'infrastructures linéaires) aux endroits où la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) a été documentée, des « unités d'habitat » ont été créées par l'application d'un rayon de 300 m Content Footnote 3 autour des observations adéquates Content Footnote 4 de la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) et en fusionnant les unités dont les limites se chevauchaient; 1 433 unités d'habitat ont ainsi été créées, pour un total de 53 307 ha (figure 8; annexe B – tableau A).

Haut de la page

Figure 8. Distribution des unités d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest des GLSLBC.

Distribution des unités d'habitat des GLSLBC

Description longue pour la figure 8

Carte montrant la distribution des unités d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest des GLSLBC au Canada.

Haut de la page

1.5.6.2. Situation de la population
Dénombrement des populations locales

Aucun rapport précédent n'a fourni de dénombrement des populations locales en Ontario, et les occurrences d'éléments n'ont pas été définies parce que l'espèce ne fait actuellement l'objet d'aucun suivi par le Centre de données sur la conservation de l'Ontario. Dans le cadre de la présente évaluation scientifique, les lignes directrices de NatureServe pour la délimitation des populations ou des occurrences d'élément (NatureServe, 2015) ont été utilisées pour établir une estimation grossière du nombre de populations locales dans la partie ontarienne de l'UD des GLSLBC. D'après cette analyse, quelque 389 populations locales ont été délimitées en Ontario. Parmi celles-ci, 367 se trouvent entièrement ou en partie dans la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent. L'analyse a été fondée sur la meilleure information accessible (relevés non systématiques dans l'ensemble de l'aire de répartition) de 1975 à 2014, et les résultats doivent être interprétés avec prudence. Le nombre estimé de populations constitue vraisemblablement une sous-estimation de la répartition actuelle en Ontario.

Situation de la population

On en sait peu sur les populations de rainettes faux-grillons de l'ouest dans l'ensemble de leur aire de répartition en Ontario en raison d'un manque de relevés et de suivis systématiques de l'espèce dans la province. Quelques études réalisées dans l'est de l'Ontario (c.-à-d. dans les divisions de recensement de Renfrew, d'Ottawa, de Prescott et de Russell) ont indiqué une réduction du nombre de sites où l'espèce était présente historiquement (Seburn et Gunson, 2011; Seburn et al., 2008). Ces études ont eu lieu dans des zones de perte d'habitat causée par le développement résidentiel, mais ne tiennent pas compte du fait que certains sites de reproduction adjacents ont pu avoir été recolonisés depuis.

Même si les véritables tendances globales en matière de population n'ont pas été évaluées pour cette espèce en Ontario, certaines analyses ont été effectuées à l'échelle de l'UD et des provinces fauniques d'après les données recueillies dans le cadre du Programme de surveillance des marais (PSM) Content Footnote 5. Comme le mentionne le programme de rétablissement fédéral, les données du PSM montrent que le nombre de sites occupés dans la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent a diminué de 42,6 % en Ontario au cours de la période de 1995-1996 à 2005-2006 (Crewe et al., 2009).

Pour soutenir cette analyse, les données du PSM sur la rainette faux-grillon de l'ouest en Ontario de 1995 à 2014 ont été analysées afin de déterminer de quelle façon la probabilité moyenne d'occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest (ou l'indice d'occurrence) avait changé au fil du temps (tableau 4).

Haut de la page

Tableau 4. Tendances du Programme de surveillance des marais (PSM) quant à la probabilité moyenne d'occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest en Ontario de 1995 à 2014.
Province fauniqueTendance du PSM
(probabilité moyenne d'occurrence)
Référence
Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent-2,9 %/an (-5,0, -0,7); significative sur le plan statistiqueTozer, 2015
Bouclier canadienDonnées insuffisantesTozer, comm. pers., 2015
Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent ET UD du Bouclier canadien-2,6 %/an (-4,6, -0,5); significative sur le plan statistiqueTozer, comm. pers., 2015

Haut de la page

1.5.6.3. Situation et tendances de l'habitat
Changements passés en matière de disponibilité et de qualité de l'habitat
Analyse des changements de l'utilisation des terres

Les données sur le changement du Système d'information sur les terres du Sud de l'Ontario (version 2.0) (SOLRIS) (OMNRF, 2015) ont été utilisées pour étudier les changements généraux concernant l'utilisation des terres de 1999 à 2002 et de 2009 à 2011. Les changements sur le plan de l'utilisation des terres ont été regroupés selon s'ils entraînaient un gain d'habitat convenable potentiel, ou une perte d'habitat potentielle pour l'espèce. Les utilisations des terres classées comme étant de l'habitat convenable potentiellement comprenaient les terres boisées, les milieux humides, les plans d'eau et les terres non différenciées, alors que les utilisations des terres classées comme étant probablement de l'habitat non convenable comprenaient les zones bâties, et les zones d'extraction et de transport. Les données sur l'utilisation des terres tirées de SOLRIS sont présentées à basse résolution. Par conséquent, la capacité de différencier l'habitat convenable de l'habitat non convenable pour la rainette faux-grillon de l'ouest est limitée (p. ex. tous les types de terres agricoles sont classés dans la catégorie d'utilisation des terres « non différenciées », et ont donc été considérées comme étant « potentiellement convenables », même si certains types d'activités agricoles, comme la culture du maïs et du soya, ne sont pas convenables pour l'espèce, tandis que les pâturages et les terres agricoles abandonnées sont plus communément utilisés par l'espèce). La superficie d'habitat potentiellement convenable est donc surestimée.

Le système SOLRIS couvre environ 58,5 % de la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent. À l'intérieur de cette zone, la perte globale d'habitat convenable potentiel depuis 1999-2002 est estimée à 0,42 %. Lorsque l'on ne prend en considération que la zone à l'intérieur du rayon de 300 m autour des unités d'habitat (mentions connues), la perte estimée d'habitat convenable potentiel est de 0,7 %. Le système SOLRIS ne couvre pas la province faunique du Bouclier canadien.

Lorsque les données étaient analysées à l'échelle des divisions de recensement entières (annexe B – tableau B), 5 divisions de recensement ont indiqué une perte d'habitat potentielle de plus de 1 % : Peel (2,6 %), Halton (2,2 %), York (2,1 %), Waterloo (1,5 %) et Ottawa (1,3 %).

En se fondant sur les changements en matière d'utilisation des terres uniquement à l'intérieur des unités d'habitat d'un rayon de 300 m, 7 divisions de recensement ont indiqué une perte potentielle de plus de 1 % : Middlesex (4,6 %), Halton (2,0 %), Ottawa (1,9 %), Wellington (1,3 %), York (1,3 %), Toronto (1,0 %) et Durham (1,0 %).

La division de Middlesex montre la perte potentielle la plus élevée, soit 4,6 % (en comparaison avec le résultat de la division de recensement de 0,39 %). Globalement, toutefois, les estimations de la perte potentielle sont faibles dans toutes les divisions de recensement, mais on soupçonne qu'il s'agit de sous-estimations en raison de la résolution de l'analyse (p. ex. les champs abandonnés ou pâturages convertis en cultures intensives de maïs n'auraient pas été désignés comme perte d'habitat potentielle).

Haut de la page

Conversion des milieux humides

Canards Illimités Canada (Ducks Unlimited Canada, 2010) a réalisé une analyse visant à estimer la conversion des milieux humides dans le sud de l'Ontario depuis la période précédant l'établissement des humains jusqu'à 1982 et 2002. La zone d'étude du sud de l'Ontario (annexe A – figure B) n'est pas représentative de l'ensemble de l'aire de répartition de l'UD des GLSLBC; elle couvre la portion sud de la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent, mais ne couvre aucune partie de la province faunique du Bouclier canadien. Elle englobe également la province faunique carolinienne (à l'extérieur de l'UD des GLSLBC). En outre, l'analyse a été restreinte aux milieux humides dont la superficie est supérieure à 10 ha. Par conséquent, bien qu'il soit utile de comprendre de façon générale les taux de perte de milieux humides (milieux humides permanents), un grand nombre d'habitats de reproduction spécifiques utilisés par la rainette faux-grillon de l'ouest (c.-à-d. qui comprennent de nombreux petits milieux humides éphémères) ne seraient pas pris en compte dans l'analyse.

En 2002, dans l'ensemble de la zone d'étude, seulement 28 % des milieux humides datant d'avant l'établissement des humains étaient encore présents. Dans la portion des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent de la zone d'étude, le déclin des milieux humides depuis l'établissement des humains était le plus important (85 % des milieux humides d'origine étaient convertis) dans certaines parties de l'est de l'Ontario et dans la région de Toronto. À court terme, dans l'ensemble de la zone d'étude du sud de l'Ontario, on a observé une perte de milieux humides de 3,5 % entre 1982 et 2002. À l'intérieur du Golden Horseshoe Content Footnote 6, la perte de milieux humides était principalement due aux zones bâties imperméables et perméables. À l'extérieur du Golden Horseshoe, les milieux humides ont été principalement convertis en terres agricoles, en friches industrielles urbaines, en emprises hydroélectriques, en corridors de transport et en éclaircies dans les forêts (Ducks Unlimited Canada, 2010).

Canards Illimités Canada (Ducks Unlimited Canada, 2010) a également présenté des changements concernant la couverture totale des milieux humides entre 1982 et 2002 à l'échelle des comtés (correspondant dans la plupart des régions aux divisions de recensement) (annexe B – tableau C). La tendance relative à la perte de milieux humides (de 1982 à 2002) était très élevée, élevée ou modérée (par rapport aux tendances observées dans d'autres régions abritant la rainette faux-grillon de l'ouest) dans les comtés/divisions de recensement suivants :

  • très élevée : Lanark (19,7 %) et Frontenac (17,3 %);
  • élevée : Stormont (9,3 %), Glengarry (partie de la division de recensement de Stormont, Dundas et Glengarry) (8,1 %), Lennox et Addington (8,1 %), Hastings (7,3 %);
  • modérée : Dundas (partie de la division de recensement de Stormont, Dundas et Glengarry) (5,8 %) et Durham (5,5 %).
Intensification des activités agricoles

L'intensification de l'agriculture est l'une des principales menaces pour l'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest. L'habitat convenable de la rainette faux-grillon de l'ouest, principalement les petits milieux humides éphémères, est souvent perdu en raison de l'expansion des terres agricoles (Seburn et al., 2014), et la connectivité de l'habitat peut être réduite. Dans la région se trouvant à l'est d'Ottawa et au nord de Renfrew, la rainette faux-grillon de l'ouest est disparue de vastes régions où le seul changement évident en matière d'utilisation des terres était l'intensification de l'agriculture (Schueler et Karstad, 2012). Dans cette composante de l'analyse, les tendances générales de l'intensification de l'agriculture seront analysées à l'aide de la littérature récente et des données de recensement des terres agricoles. L'intensification de l'agriculture pourrait être la cause d'apports de pesticides et d'engrais plus élevés, de plus grandes fermes et de la capitalisation accrue des fermes.

Le pourcentage du territoire de l'Ontario (province entière) occupé par des terres agricoles est passé de 10,1 % en 1931 à 5,6 % en 2011 (Smith, 2015). En ce qui concerne précisément le sud de l'Ontario (annexe A – figure C), qui inclut la portion méridionale de la province faunique des Grands Lacs/Fleuve Saint-Laurent, en plus de la province faunique carolinienne, cela représente une baisse, soit d'un pourcentage de 60,7 % en 1931 à un pourcentage de 35,5 % en 2011 (Smith, 2015). Cette baisse est principalement composée de diminutions du nombre de fermes propriétaires de pâturages, de terres boisées, de milieux humides et d'autres terres non destinées à la production (Smith, 2015). Bien que l'habitat convenable pour la rainette faux-grillon de l'ouest soit menacé par l'intensification de l'agriculture, l'espèce utilise certains types de terres agricoles, notamment les champs abandonnés et les pâturages (Seburn et al., 2014). Dans l'est de l'Ontario, la superficie de pâturages a diminué, passant de 20 à 30 % en 1971 à 2 à 5 % en 2001. De manière similaire, une diminution de la superficie de pâturages a été observée dans certains cantons du comté de Bruce (de 30 à 40 % en 1971 à 5 à 10 % en 2001) (Neave et Baldwin, 2011). La superficie en champs abandonnés/terrains arbustifs a également connu un déclin le long de l'Arche-de-Frontenac et à l'ouest de Peterborough, passant de 10 à 20 % en 1971 à 5 à 10 % en 2001 (Neave et Baldwin, 2011). D'importants déclins à long terme de la superficie totale de pâturages devraient se poursuivre (Smith, 2015).

Depuis 1960, la couverture de terres agricoles en Ontario a également connu une croissance des cultures de maïs et de soya (Joseph et Keddie, 1981; Small, 1999; Keddie et Wandel, 2001). Plus récemment, des preuves indiquent que des haies, des forêts et des petits milieux humides sont convertis en cultures annuelles (Smith, 2015). La hausse du nombre de monocultures et la perte de cultures agricoles abritant la rainette faux-grillon de l'ouest constituent des menaces importantes pour l'espèce en Ontario.

Haut de la page

Pesticides et fertilisants

L'utilisation de pesticides (insecticides, herbicides et fongicides) a diminué de plus de 45 % en Ontario de 1983 à 2008 (Smith, 2015). On attribue la diminution de l'utilisation des pesticides à de multiples facteurs, notamment aux mesures incitatives de lutte antiparasitaire intégrée, aux changements des méthodes de production, au coût croissant des pesticides et aux variétés résistant aux ravageurs (Gallivan et al., 2001; Government of Ontario, 2003; McGee et al., 2010). On note également une tendance à la baisse de l'utilisation de fertilisants de 1980 à 2000 (Smith, 2015). Par conséquent, le degré de dégradation de l'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest attribuable à l'utilisation de pesticides et de fertilisants pourrait également diminuer avec le temps.

Effets attendus de la croissance démographique humaine et des projets de développement

Croissance démographique humaine et développement urbain anticipé

Le développement urbain est l'une des principales menaces pesant sur la rainette faux-grillon de l'ouest, et entraîne la dégradation et la perte de l'habitat convenable. Les cartes ou les emplacements précis des projets futurs de développement urbain ne sont pas facilement accessibles dans l'aire de répartition de la rainette faux-grillon de l'ouest en Ontario. Par conséquent, la présente analyse s'appuie sur la croissance démographique humaine prévue à l'échelle des divisions de recensement comme substitut/prédicteur des développements urbains futurs (c.-à-d. qu'on peut s'attendre à ce qu'une croissance démographique accrue entraîne un accroissement du développement urbain).

Les prévisions démographiques à long terme des divisions de recensement de l'Ontario ont été produites par le ministère des Finances de l'Ontario (Ontario Ministry of Finance, 2014), et s'appuient sur les données du Recensement du Canada de 2011. En se fondant sur la population de 2013 comme référence, le taux de croissance démographique prévue a été calculé pour 2016, 2021, 2026, 2031 et 2041 (Ontario Ministry of Finance, 2014; annexe B – tableau D). Les divisions de recensement montrant la tendance la plus élevée en matière de croissance démographique (de 2013 à 2021) dans la région des GLSLBC étaient les suivantes : Halton (17,6 %), York (16,2 %), Peel (14,3 %), Ottawa (11,8 %) et Durham (11,1 %).

En utilisant la croissance démographique prévue comme substitut pour calculer le développement urbain anticipé, on peut supposer que les divisions de recensement énumérées ci-dessus connaîtront également une forte tendance en matière de développement urbain, par rapport aux autres divisions de recensement de la région des GLSLBC.

En ce qui concerne l'ensemble de l'UD des GLSLBC (en se fondant sur toutes les divisions de recensement prises partiellement ou intégralement dans la région des GLSLBC), la population humaine, en 2013, était de plus de 12 millions d'habitants, et cette population devrait augmenter de 3,3 % d'ici 2016, et de 9,4 % d'ici 2021.

Haut de la page

Expansion et entretien des infrastructures linéaires

Comme le précise le programme de rétablissement fédéral, l'expansion et l'entretien des infrastructures linéaires telles que les routes et les emprises de lignes électriques et de pipelines constituent des menaces pour la rainette faux-grillon de l'ouest dans l'ensemble de son aire de répartition. En plus d'entraîner des mortalités directes (p. ex. mortalité attribuable à la circulation routière) et la propagation d'espèces végétales envahissantes, les infrastructures linéaires peuvent agir comme des obstacles à la dispersion et, ainsi, contribuer à la fragmentation de l'habitat ou entraîner une perte complète d'habitat (c.-à-d. perte d'étangs de reproduction dans l'aire de répartition d'une métapopulation). Il est à noter, toutefois, que l'entretien des infrastructures peut être bénéfique pour les populations locales lorsqu'il est mené durant une période appropriée qui favorise le maintien des conditions de l'habitat convenable.

Tous les projets proposés ou connus à l'intérieur d'une division de recensement où l'espèce a été observée, à l'intérieur d'un rayon de 1 km d'une occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest ou dans un rayon de 300 m d'une occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest ont été compilés. La majorité de ceux-ci sont des projets de grande envergure qui ont été désignés dans le cadre de recherches menées aux termes d'évaluations environnementales (EE) fédérales. Cinq projets se trouvaient à l'intérieur d'un rayon de 300 m d'une occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest, six autres projets étaient menés à l'intérieur d'un rayon de 1 km d'une occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest, et cinq autres projets étaient menés à plus de 1 kmd'une occurrence de rainette faux-grillon de l'ouest, mais à l'intérieur d'une division de recensement abritant l'espèce (tableau 5). Les projets menés à l'intérieur d'un rayon de 300 m d'une occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest comprenaient des pipelines gazières et pétrolières (une dans la division de York, une autre dans les divisions de York et de Toronto, et une troisième dans la division de Sarnia à Montréal), et des corridors de transport (routes, voies de transport en commun et chemins de fer; un projet dans la division de York, et un autre dans les divisions de Halton, de Peel et de York). Il est possible que d'autres projets d'infrastructures linéaires (en particulier de petites routes) qui ne nécessitent pas d'EE fédérale soient également planifiés dans l'aire de répartition de l'espèce et qu'ils s'ajoutent à ceux qui sont décrits ici.

Haut de la page

Tableau 5. Projets connus ou proposés qui recoupent (à l'intérieur d'un rayon de 300 m) ou qui se trouvent à proximité (à l'intérieur d'un rayon de 1 km ou moins) d'une occurrence de la rainette faux-grillon de l'ouest, ou à l'intérieur d'une division de recensement abritant l'espèce.
Nom du projet/statutSource

Recoupement (à l'intérieur d'un rayon de 300 m

rainette faux-grillon de l'ouest)

Proximité (à l'intérieur d'un rayon de 1 km

rainette faux-grillon de l'ouest)

Division de recensement
Élargissement de l'autoroute 69EENonNonSudbury, Parry Sound
Inversion de la canalisation 9 d'Enbridge – en constructionEEOuiOuiDe Sarnia à Montréal
Oléoduc d'Énergie EstEENonOuiStormont, Dundas and Glengarry
Réseau principal EstEEInconnuOuiYork, Durham, Nonrthumberland, Hastings, Lennox et Addington, Frontenac, Leeds et Grenville, Stormont, Dundas et Glengarry
Pôle logistique de Milton de la compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) – examen par une commission créée aux termes de la LCEEEENonOuiHalton
Corridor de transport RGT en direction ouest – EE aux termes de la LCEE, en attenteEEOui (Peel et York)OuiHalton, Peel, York
Raccordement du projet pipelinier de Vaughan au réseau principal de TransCanadaEEOuiOuiYork
Projet de raccordement Kings North de TransCanadaEEOuiOuiYork, Toronto
Remplacement de la canalisation 10 d'EnbridgeEENonOuiHamilton
Pipeline de l'installation de Chalk River des Laboratoires nucléaires canadiens (Enbridge) (art. 67)EENonNonRenfrew
Égout principal de Kanata-Nord (art. 67)EENonOuiOttawa
CCN – Nouveau sentier, de la rue Tauvette au corridor du sentier (art. 67)EENonNonOttawa
Expansion de la route 427AutreOuiOuiYork
Voie de contournement de BradfordAutrePeut-êtreOuiSimcoe

Haut de la page

1.5.6.4. Zones généralement dignes de mention et/ou zones préoccupantes en Ontario

Les divisions de recensement ci-dessous ont été désignées comme étant des zones d'intérêt potentiel et/ou préoccupantes d'après l'information qui suit, tirée de la présente évaluation :

  • grand nombre/grande superficie d'unités d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest;
  • perte ou dégradation évidentes importantes de l'habitat (passé) et/ou menaces anticipées importantes découlant de futurs projets de développement (urbains ou linéaires)

Les divisions de recensement comprenant le plus grand nombre et/ou la plus grande superficie d'unités d'habitat comprennent : Peterborough, Leeds et Grenville, le comté de Prince Edward, Ottawa, York et Lanark.

Les tendances de perte d'habitat (changement en matière d'utilisation des terres d'après les données du système SOLRIS), la perte de milieux humides, le développement urbain anticipé (croissance démographique humaine) et l'intensification de l'agriculture ont été classés pour chacune des régions précisées ci-dessus, et les projets d'infrastructures linéaires ont également été pris en considération. Peterborough, Leeds et Grenville, de même que le comté de Prince Edward, n'ont pas obtenu un rang élevé, et ce, pour aucune des analyses de menaces. Ottawa a obtenu un rang élevé en ce qui touche la perte d'habitat et le développement urbain anticipé. York a obtenu un rang élevé en ce qui concerne la perte d'habitat et le développement urbain anticipé. Par ailleurs, plusieurs projets d'infrastructures linéaires sont également connus ou proposés dans la division de recensement de York. Lanark a connu une perte intensive de milieux humides (pourcentage du comté) de 1982 à 2002.

Parmi les zones qui n'ont pas obtenu un rang élevé en ce qui concerne le nombre et/ou la superficie d'unités d'habitat de la rainette faux-grillon de l'ouest, mais qui subissent une perte ou une dégradation évidentes importantes de l'habitat convenable et/ou des menaces importantes anticipées découlant de projets de développement urbain ou de projets d'infrastructures linéaires, on compte les suivantes :

  • Durham (perte d'habitat et développement urbain)
  • Frontenac (perte de milieux humides et développement urbain)
  • Halton (perte d'habitat, développement urbain et futurs projets de développement)
  • Hamilton (perte d'habitat et futurs projets de développement)
  • Middlesex (perte d'habitat, perte de milieux humides et développement urbain)
  • Peel (perte d'habitat, développement urbain et futurs projets de développement)
  • Prescott et Russell (développement urbain)
  • Simcoe (perte d'habitat, développement urbain et futurs projets de développement)
  • Toronto (perte d'habitat, développement urbain et futurs projets de développement)
  • Waterloo (perte d'habitat et développement urbain)
  • Wellington (perte d'habitat et développement urbain)

Des déclins répandus de la rainette faux-grillon de l'ouest ont déjà été observés à Ottawa, Renfrew, et Prescott et Russell (Schueler et Karstad, 2012; Seburn et al., 2008, 2014; Seburn et Gunson, 2011).

Haut de la page

1.6. Capacité d'aménager un habitat pour la rainette faux-grillon de l'ouest et une nouvelle métapopulation

Les probabilités d'aménager ou de déplacer avec succès une métapopulation semblent faibles ou, du moins, difficiles à prévoir. Il existe déjà un guide sur l'aménagement et le suivi d'habitats de la rainette faux-grillon (Montpetit et al., 2010), mais il met l'accent sur des mesures visant à améliorer la connectivité entre les populations et les métapopulations de rainettes faux-grillons, plutôt que sur la création d'une métapopulation disjointe. Pour la colonisation d'un site aménagé par la rainette faux-grillon, le guide préconise la colonisation naturelle. Pour ce faire, le site aménagé doit être situé à proximité (moins de 250 m) d'un site déjà occupé par l'espèce, et il ne doit y avoir aucun obstacle aux déplacements (p. ex. routes, cours d'eau, murets). La relocalisation par l'homme d'individus ou d'œufs d'un site occupé vers un site aménagé n'est pas recommandée à cause du faible taux de succès observé lors de la relocalisation d'amphibiens (Desroches et Picard, 2004), qui est encore au stade expérimental, et des efforts considérables requis pour la capture et la relocalisation d'un grand nombre d'individus ou d'œufs au cours d'une période de plusieurs années (Montpetit et al., 2010; Tessier et al., 2015). Le risque d'introduction et de propagation de pathogènes ainsi que la possibilité du retour des individus déplacés vers le site de naissance pourraient être également problématiques lors de la relocalisation d'amphibiens. De plus, il existe une incertitude quant au nombre minimal d'individus requis pour établir une population viable; plusieurs dizaines de milliers d'œufs ou de larves seraient probablement nécessaires au cours de plusieurs années consécutives (Desroches et Picard, 2004). Le lâcher d'individus élevés en captivité (p. ex. dans le cadre du projet-pilote élaboré par le Biodôme de Montréal et le Zoo Ecomuseum [Jacques Dancosse, comm. pers.]) n'est pas recommandé dans le contexte actuel non seulement à cause de l'origine et de la faible diversité génétique des individus, mais aussi parce qu'il y a un manque actuel de connaissances sur le sort des individus relâchés (p. ex. survie et capacité de se reproduire en milieu naturel). Il est également à noter qu'une étude portant sur la caractérisation génétique des populations de rainettes faux-grillons de l'ouest du Québec et de l'Ontario indique la présence d'unités de conservation génétiquement distinctes dans ces deux provinces, notamment en Montérégie (N. Tessier, comm. pers. et article en préparation, cité dans Tessier et al., 2015). Les différences génétiques entre les populations et les métapopulations en Montérégie pourraient refléter des adaptations locales (p. ex. à la fuite de prédateurs ou à la résistance à des pathogènes); il serait donc risqué de relocaliser des individus non adaptés à un habitat donné.

Des tentatives d'aménagement d'habitat pour la rainette faux-grillon de l'ouest ont été faites au Québec par le passé, avec un succès très limité. En effet, on rapporte que seulement 4 des 32 milieux aménagés qui ont été visités en 2014 présentaient des caractéristiques propices à la reproduction des rainettes faux-grillons de l'ouest (Tessier et al., 2015). Parmi les problèmes rencontrés, on cite le caractère permanent (non temporaire) de certains milieux humides, la présence de prédateurs de la rainette faux-grillon de l'ouest, les températures élevées de l'eau en juillet, l'assèchement prématuré de l'habitat, la densité trop élevée du couvert forestier et la colonisation des étangs par des plantes envahissantes. Ces caractéristiques illustrent que la rainette faux-grillon de l'ouest n'est pas une espèce généraliste et qu'elle nécessite des caractéristiques d'habitat très précises pour lesquelles on manque de connaissances, rendant difficile l'aménagement d'habitat convenable. Sur la base de leurs observations sur le terrain, Tessier et al. (2015) proposent plusieurs modifications au guide de Montpetit et al. (2010), sans toutefois garantir qu'elles entraîneraient un meilleur taux de succès. Par ailleurs, un projet a été initié en 2015 au sein de la métapopulation de Saint-Bruno avec l'objectif d'aménager éventuellement un habitat convenable à l'espèce en prenant en compte les paramètres qui ont un effet sur les éléments hydrologiques de l'environnement et les capacités de dispersion de l'espèce (MFFP, comm. pers.); les résultats de ce projet ne sont pas encore connus.

Il existe donc certaines méthodes pour aménager un habitat pour la rainette faux-grillon de l'ouest, mais leur taux de succès était très faible par le passé; ces méthodes visaient également à augmenter la superficie de l'habitat et à améliorer la connectivité entre les populations et les métapopulations en misant sur la colonisation naturelle par les individus, plutôt que sur l'aménagement ou le déplacement d'une population ou d'une métapopulation.

Haut de la page

Références

Anderson, H. 2012. Invasive Common (European) Buckthorn (Rhamnus cathartica): Best Management Practices in Ontario. Ontario Invasive Plant Council, Peterborough, ON. (fichier PDF).

Anderson, N., C. Paszkowski et G. Hood. 2015. Linking aquatic and terrestrial environments: can beaver canals serve as movement corridors for pond-breeding amphibians? Animal Conservation 18(3):287.

Angers, V.A., L. Bouthillier, A. Gendron et T. Montpetit. 2008. Plan de conservation de la rainette faux-grillon en Montérégie – Ville de La Prairie. Centre d'information sur l'environnement de Longueuil et Équipe de rétablissement de la rainette faux-grillon de l'ouest au Québec, 39 p.

Blais, P. 2015a. Affidavit du docteur Philippe Blais. 18 p.

Blais, P. 2015b. Mise à jour de situation des étangs de reproductions de la rainette faux-grillon métapopulation de La Prairie, Québec. 7 p.

Bonin, J. et P. Galois. 1996. Rapport sur la situation de la rainette faux-grillon (Pseudacris triseriata) au Québec. Ministère de l'Environnement et de la Faune, Direction de la faune et des habitats, Québec, 39 p.

Broadman, R. 2009. A 14-year study of amphibian populations and metacommunities. Herpetological Conservation and Biology 4(1):106-119.

COSEWIC. 2008. COSEWIC Assessment and Update Status Report on the Western Chorus Frog Pseudacris triseriata in Canada – Carolinian population – Great Lakes / St. Lawrence – Canadian Shield population. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. vii + 54 p. Species at Risk Public Registry. (Également disponible en français : COSEPAC. 2008. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata) population carolinienne et population des Grands Lacs et Saint-Laurent et du Bouclier canadien au Canada – Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. vii + 55 p. Registre public des espèces en péril).

COSEWIC. 2010. Supplemental information on boundary lines and designable units. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. 1 p. (Également disponible en français : COSEPAC. 2010. Renseignements supplémentaires (lignes de démarcation et unités désignables). Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. 1 p.).

COSSARO. 2009. COSSARO Candidate Species at Risk Evaluation Form for Western Chorus Frog (Pseudacris triseriata). Committee on the Status of Species at Risk in Ontario. 14 p.

Crewe, T.L., P.D. Taylor et D.S. Badzinski. 2009. Trend in Chorus Frog occurrence indices using Marsh Monitoring Program data (1995–2006). Supplement to the COSEWIC status report on the Western Chorus Frog. 9 p.

Cunningham, J.M., A.J.K. Calhoun et W.E. Glanz. 2007. Pond-Breeding Amphibian Species Richness and Habitat Selection in a Beaver-Modified Landscape. The Journal of Wildlife Management 71(8):2517-2526.

Desroches, J.-F. et I. Picard. 2004. Pour la sauvegarde des amphibiens : la conservation et non la relocalisation. Le naturaliste canadien 128(2):29-34.

Dorcas M.E., S.J. Price, S.C. Walls et W.J. Barichivich. 2009. Auditory monitoring of anuran populations. In C. K. Dodd (Ed). Amphibian Ecology and Conservation: A Hanbook of Technique. Oxford University Press. 556 p.

Ducks Unlimited Canada. 2010. Southern Ontario Wetland Conversion Analysis: Final Report. 23 p.

Environment Canada. Sous presse. Recovery Strategy for the Western Chorus Frog (Pseudacris triseriata), Great Lakes / St. Lawrence – Canadian Shield population, in Canada, Species at Risk Act Recovery Strategy Series, Environment Canada, Ottawa, vi + 50 p. (Également disponible en français : Environnement Canada. Sous presse. Programme de rétablissement de la rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata), population des Grands Lacs/Saint-Laurent et du Bouclier canadien, au Canada, Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Environnement Canada, Ottawa, vii + 52 p.)

ÉRRFGOQ. 2010. Bilan du rétablissement de la rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata) pour la période 1999-2009. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Faune Québec. 42 p.

Gallivan, G., G. Surgeoner et J. Kovach. (2001). Pesticide risk reduction on crops in the province of Ontario. Journal of Environmental Quality 30: 798–813.

Government of Ontario. (2003). Food Systems 2002: A program to reduce pesticides in food production. Ontario Ministry of Agriculture and Food, Guelph.

Hamel, Steve. 2015. Affidavit de monsieur Steve Hamel. 2 p.

Hill, A.R. et T.P. Duval. 2009. Beaver dams along an agricultural stream in southern Ontario, Canada: their impact on riparian zone hydrology and nitrogen chemistry. Hydrological Processes 23(9):1324-1336.

Hossack, B.R., R.W. Gould, D.A. Patla, E. Muths, R. Daley, K. Legg et P.S. Corn. 2015. Trends in Rocky Mountain amphibians and the role of beaver as a keystone species. Biological Conservation 187: 260-269.

Institut de la statistique du Québec. 2014a. Perspectives démographiques du Québec et des régions, 2011-2061. Québec. 123 p.

Institut de la statistique du Québec. 2014b. Perspectives démographiques des MRC du Québec, 2011-2036. Québec. 15 p.

Joseph, A. et P. Keddie. 1981. The diffusion of grain corn production through southern Ontario, 1946-1971. Canadian Geographer 25: 333–349.

Keddie, P. et J. Wandel. 2001. The "Second Wave": the expansion of soybeans across southern Ontario, 1951-96. Great Lakes Geographer 8:15-30.

Klionsky, S.M., K.L. Amatangelo et D.M. Waller. 2010. Above- and below- ground impacts of European buckthorn (Rhamnus cathartica) on four native forbs. Restoration Ecology 19:728-737.

Kramer, D.C. 1973. Movements of Western Chorus Frogs Pseudacris triseriata Tagged with Co60. Journal of Herpetology 7(3): 231–235.

Lapointe, André. 2015. Affidavit de monsieur André Lapointe. 7 p.

MAPAQ et CMM (ministère de l'Agriculture, des Pêches et de l'Alimentation du Québec et Communauté métropolitaine de Montréal). 2012. Portrait statistique agricole de l'agglomération de Longueuil. 14 p.

MAPAQ. 2013a. 7 Outaouais, dans Profil régional de l'industrie bioalimentaire au Québec. p.76-79.

MAPAQ. 2013b. 16 Montérégie, dans Profil régional de l'industrie bioalimentaire au Québec. p.102-105.

Marsh, D.M. et P. C. Trenham. 2001. Metapopulation dynamics and amphibian conservation. Conservation Biology 15(1):40-49.

McDougall, L. comm. pers. 2015. Correspondance par courriel adressée au Service canadien de la faune – Ontario. Août 2015. Écologiste, Environmental and Parks Planning, Planning Services, City of London. London (Ontario).

McGee, B., H. Berges et D. Beaton. 2010. Survey of pesticide use in Ontario, 2008, Estimates of pesticides used on field crops, fruit and vegetable crops, and other agricultural crops. Ontario Ministry of Agriculture, Food and Rural Affairs, Guelph. (Également disponible en français : McGee, B., H. Berges et D. Beaton. 2010. Enquête sur l'utilisation des pesticides en Ontario, 2008, évaluation des quantités de pesticides utilisées sur les grandes cultures, les cultures fruitières et légumières et autres productions agricoles. Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, Guelph.)

Montpetit T., L. Tanguay et N. Roy. 2010. Protocole et principes d'aménagement et de suivi de nouveaux habitats pour la rainette faux-grillon. Centre d'information sur l'environnement de Longueuil, 23 p.

Moriarty-Lemmon, E., A.R. Lemmon, J.T. Collins, J.A. Lee-Yaw et D.C. Cannetella. 2007. Phylogeny-based delimitation of species boundaries and contact zones in the trilling chorus frogs (Pseudacris). Molecular Phylogenetics and Evolution 44:1068-1082.

Neave, E. et D. Baldwin. 2011. Mixedwood Plains and Southern Boreal Shield Open Country Birds Habitat Assessment: History and Trends. Report prepared for the Canadian Wildlife Service-Ontario.

NatureServe. 2015. NatureServe Explorer: An online encyclopedia of life [application web]. Version 7.1. NatureServe, Arlington, Virginia. [consulté en septembre 2015].

Ontario Ministry of Finance. 2014. Ontario Population Projections. [consulté en août 2015] (Également disponible en français : Ontario. Ministère des Finances. 2014. Projections démographiques pour l'Ontario.).

Ontario Ministry of Natural Resources and Forestry (OMNRF). 2015. Land Information Ontario. [consulté en août 2015]. (Également disponible en français : Ontario. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts [MRNF]. 2015. Information sur les terres de l'Ontario.).

Ouellet, M. et C. Leheurteux. 2007. Principes de conservation et d'aménagement des habitats de la rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata) : revue de littérature et recommandations. Amphibia-Nature et ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Direction du développement de la faune, Québec. 52 p.

Pellerin, S. et M. Poulin. 2013. Analyse de la situation des milieux humides au Québec et recommandations à des fins de conservation et de gestion durable. Rapport présenté au ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs. 104 p.

Picard, I. 2015. Portrait détaillé de la rainette faux-grillon en Montérégie en 2014 : 10 ans plus tard. Rapport présenté à Ciel et Terre, Longueuil, Québec. 92 p. + 8 appendices.

Picard, I. et J.-F. Desroches. 2004. Situation de la rainette faux-grillon de l'ouest (Pseudacris triseriata) en Montérégie – Inventaire printanier 2004. Centre d'information sur l'environnement de Longueuil (CIEL), Longueuil (Québec). 50 p.

Rogic, A., N. Tessier, S. Noël, A. Gendron, A. Branchaud et F-J. Lapointe. 2015. A "Trilling" Case of Mistaken Identity: Call Playbacks and Mitochondrial DNA Identify Chorus Frogs in Southern Québec (Canada) as Pseudacris maculata and Not P. triseriata. Herpetological Review 46(1):1-7.

Sacerdote, A.B. et R.B. King. 2014. Direct effects of an invasive European Buckthorn metabolite on embryo survival and development in Xenopus laevis and Pseudacris triseriata. Journal of Herpetology 48(1):51-58.

Schueler, F.W. et A. Karstad. 2012. Early spring cryptic species expedition: northern range limits of the "Western" Chorus Frog. Report to Canadian Wildlife Federation. 25 p.

Seburn, D.C., C.N.L. Seburn et W.F. Weller. 2008. A localized decline in the Western Chorus Frog, Pseudacris triseriata, in eastern Ontario. Canadian Field Naturalist 122(2): 158–161.

Seburn, D.C. et K. Gunson. 2011. Has the Western Chorus Frog (Pseudacris triseriata) declined in western Ottawa, Ontario? Canadian Field-Naturalist 125(3): 220–226.

Seburn, D.C., K. Gunson et F.W. Schueler. 2014. Apparent widespread decline of the Boreal Chorus Frog (Pseudacris maculata) in eastern Ottawa. Canadian Field-naturalist 128(2): 151–157.

Semlitsch, R.D. 2002. Critical Elements for Biologically Based Recovery Plans of Aquatic-Breeding Amphibians. Conservation Biology 16(3):619-629.

Skelly, D.K. et L.K. Freidenburg. 2000. Effects of Beaver on the thermal biology of an amphibian. Ecology Letters 3(6):483-486.

Small, E. (1999). New crops for Canadian agriculture. In J. Janick (Ed.), Perspectives on New Crops and New Uses. Proceedings of the Fourth National Symposium New Crops and New Uses: Biodiversity and Agricultural Sustainability. ASHS Press, Alexandria, VA. 38 p.

Smith, P.G.R. 2015. Long-Term Temporal Trends in Agri-Environment and Agricultural Land Use in Ontario, Canada: Transformation, Transition and Significance. Journal of Geography and Geology. 7(2): 32-55.

Statistics Canada 2012. Map produced by Remote Sensing and Geospatial Analysis Agriculture Division, Statistics Canada. [consulté en septembre 2015]. (Également disponible en français : Statistique Canada 2012. Carte créée par télédétection et analyse géospatiale, Division de l'agriculture, Statistique Canada.).

Stevens, C.E., C.A. Paszkowski et A.L. Foote. 2007. Beaver (Castor canadensis) as a surrogate species for conserving anuran amphibians on boreal streams in Alberta, Canada. Biological Conservation 134(1):1-13.

Stow, N. comm. Pers. 2015. Correspondance par courriel adressée au Service canadien de la faune – Ontario. Août 2015. Urbaniste III, Systèmes naturels, Ville d'Ottawa. Ottawa (Ontario).

Tessier, N., L. Veilleux et E. Roy. 2015. Validation des outils et modifications des aménagements de la rainette faux-grillon, printemps-été 2014. Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Direction de la gestion de la faune de l'Estrie, de Montréal, de la Montérégie et de Laval, Secteur de la faune. 38 p. + appendices.

Tozer, D. 2015. Western Chorus Frog in Ontario (statistical analyses). Report prepared for the Canadian Wildlife Service – Ontario. 1 p.

Tozer, D. comm. pers. 2015. Communication personnelle adressée à R. deCatanzaro. Août 2015. Ontario Program Scientist, Études d'oiseaux Canada, Ontario.

Ville de Gatineau. 2011. Croissance urbaine et potentiel de développement résidentiel. Gatineau. 23 p.

Whitaker, J.O. Jr. 1971. A study of the Western Chorus Frog Pseudacris triseriata, in Vigo County Indiana. Journal of Herpetology 5(3–4): 127–150.

Whiting, A. 2004. Population ecology of the Western Chorus Frog, Pseudacris triseriata. Mémoire de maîtrise, Université McGill, Montréal (Québec), Canada. 106 p.

Haut de la page

Annexe A - Figures

Divisions du recensement de 2011 en Ontario

Figure A. Divisions du recensement de 2011 en Ontario (Statistics Canada, 2012). L'Ontario compte un total de 49 divisions de recensement, dont 39 comportent des observations de rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC).

Divisions du recensement de 2011 en Ontario

Description longue pour la figure A

Carte montrant les divisions du recensement de 2011 en Ontario (Statistiques Canada, 2012). L'Ontario compte un total de 49 divisions de recensement, dont 39 comportent des observations de rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC).

Haut de la page

Perte de milieux humides – zone d'étude

Figure B. Zone d'étude du sud de l'Ontario visant la perte de milieux humides (figure tirée de Ducks Unilimited Canada, 2010).

Zone d'étude du sud de l'Ontario

Description longue pour la figure B

Carte montrant une zone d'étude traitant de la perte des milieux humides au sud de l'Ontario. La zone a fait l'objet d'évaluations complètes ou partielles, en 1967, 1982 et 2002, avec une zone non évaluée dans la zone métropolitaine de Toronto.

Haut de la page

Figure C. Zone où ont lieu les activités agricoles en Ontario, au Canada (la frontière entre le nord et le sud de l'Ontario est illustrée) (figure tirée de Smith, 2015).

Zone où ont lieu les activités agricoles en Ontario

Description longue pour la figure C

Carte montrant la zone où ont lieu les activités agricoles en Ontario, au Canada. La carte illustre également la frontière entre le nord et le sud de l'Ontario. Les activités agricoles ont principalement lieu dans le sud de l'Ontario.

Haut de la page

Annexe B - Tableaux

Unités d'habitat

Tableau A. Unités d'habitat créées à partir de zones tampon de 300 m autour des observations. Les unités d'habitat essentiel désignées dans le programme de rétablissement fédéral sont également présentées à des fins de comparaison.
Division de recensementUnités d'habitat
Superficie (ha)
Unités d'habitat
% de la superficie totale
Unités d'habitat
Nombre d'unités (ou de portions d'unités)
Unités d'habitat essentiel
Superficie (ha)
Unités d'habitat essentiel
% de la superficie totale
Unités d'habitat essentiel
Nombre d'unités (ou de portions d'unités)
Algoma3740,712280,21
Brant8721,6232101,37
Bruce5071,018---
Cochrane280,11---
Dufferin1700,36---
Durham1 1852,2382691,65
Frontenac2 4344,6713542,19
Grey1 2542,444270,21
Haliburton2620,510280,21
Halton1 2112,3394402,65
Hamilton5931,1161981,22
Hastings2 3064,3732781,710
Huron3820,713270,21
Kawartha Lakes1 5652,9572081,25
Lambton1680,33320,21
Lanark2 1364,0623372,05
Leeds et Grenville6 06211,41592 78516,746
Lennox et Addington1 0101,9311370,85
Middlesex3610,7121190,74
Muskoka5961,121550,32
Nipissing2600,58---
Northumberland1 3782,6382751,77
Ottawa4 1107,71088825,313
Oxford1480,34---
Parry Sound1410,35---
Peel9611,8224622,84
Perth3130,611---
Peterborough12 01222,52827 51645,158
Prescott et Russell2160,46270,21
Prince Edward2 3194,4614652,814
Renfrew9041,730---
Simcoe1 4522,748---
Stormont, Dundas et Glengarry1 0652,0321340,83
Sudbury850,23---
Timiskaming280,11---
Toronto3740,714---
Waterloo9171,730550,32
Wellington5741,1211240,74
York2 5744,8581 2127,37
TOTAL53 307100-16 683100-
---(nombre d'unités = 1 433)--(nombre d'unités = 218)

Haut de la page

Changements de l'utilisation des terres

Tableau B. Changement de la couverture des terres par le système SOLRIS. Les divisions de recensement sont énumérées en ordre de perte d'habitat potentielle.
Division de recensement (DR)Superficie de la DR (ha)Couverture par SOLRIS
Superficie (ha) non couverte
Couverture par SOLRIS
Superficie (ha) couverte
Couverture par SOLRIS
Pourcentage de la DR couverte par SOLRIS
Changement de couverture par SOLRIS (par pourcentage de la superficie totale couverte par SOLRIS)
Perte d'habitat potentielle
Changement de couverture par SOLRIS (par pourcentage de la superficie totale couverte par SOLRIS)
Aucun gain/aucune perte probables (demeure potentiel-lement convenable)
Changement de couverture par SOLRIS (par pourcentage de la superficie totale couverte par SOLRIS)
Aucun gain/aucune perte probables (demeure potentiellement non convenable)
Changement de couverture par SOLRIS (par pourcentage de la superficie totale couverte par SOLRIS)
Gain potentiel d'habitat
Peel125 805-125 8051002,590,020,090,01
Halton97 051-97 0511002,200,080,080,00
York209 766-209 7661002,130,150,040,00
Waterloo138 534-138 5341001,510,030,240,00
Ottawa289 202-289 2021001,280,250,170,01
Durham262 149-262 1491000,970,060,010,00
Simcoe533 234688532 5461000,510,090,010,00
Hamilton114 799-114 7991000,490,040,060,00
Middlesex333 620-333 6201000,390,040,050,00
Toronto63 445-63 4451000,360,000,090,00
Peterborough421 346124 376296 970700,330,100,010,01
Wellington269 980-269 9801000,330,090,010,00
Prescott et Russell206 972-206 9721000,320,340,000,00
Oxford205 193-205 1931000,240,030,000,00
Brant110 632-110 6321000,230,020,180,00
Kawartha Lakes333 49553 703279 792840,190,050,010,01
Frontenac422 976271 696151 280360,180,020,040,00
Dufferin149 711-149 7111000,170,140,000,00
Northumberland199 094-199 0941000,170,020,000,01
Hastings633 753430 879202 873320,160,040,000,00
Renfrew805 765656 844148 920180,130,030,020,00
Grey454 931-454 9311000,110,050,000,00
Leeds et Grenville360 95424 455336 499930,110,100,000,01
Lanark319 667185 175134 492420,100,010,010,00
Stormont, Dundas et Glengarry332 308-332 3081000,100,410,000,01
Lennox et Addington297 821170 330127 491430,090,000,010,00
Perth222 421-222 4211000,080,040,000,00
Bruce415 119-415 1191000,070,100,000,00
Haliburton455 841450 0015 83910,040,100,000,00
Lambton305 931-305 9311000,020,010,000,00
Prince Edward107 565-107 5651000,020,000,000,00
Huron341 873-341 8731000,010,030,000,00

Haut de la page

Conversion des milieux humides

Tableau C. Perte de milieux humides depuis la période précédant la colonisation. Les comtés sont énumérés en ordre décroissant des tendances (en %) en matière de perte de milieux humides de 1982 à 2002 (Ducks Unlimited Canada, 2010).
ComtéMilieux humides perdus en 1967 – superficie (ha)Milieux humides perdus en 1967 - % du comtéMilieux humides perdus en 1982 – superficie (ha)Milieux humides perdus en 1982 - % du comtéMilieux humides perdus en 2002 - superficie (ha)Milieux humides perdus en 2002 - % du comtéTendance en matière de perte de milieux humides (% du comté) 1982-2002
ComtéMilieux humides perdus en 1967 – superficie (ha)Milieux humides perdus en 1967 – % du comtéMilieux humides perdus en 1982 – superficie (ha)Milieux humides perdus en 1982 – % du comtéMilieux humides perdus en 2002 – superficie (ha)Milieux humides perdus en 2002 – % du comtéTendance en matière de perte de milieux humides (% du comté) 1982-2002
Lanark32 48939,4 %34 57041,9 %50 75461,6 %- 19,7 %
Frontenac17 21557,6 %15 67452,4 %20 83269,7 %- 17,3 %
Stormont25 25260,6 %22 43953,8 %26 31763,1 %- 9,3 %
Glengarry40 57773,3 %38 88970,2 %43 36878,3 %- 8,1 %
Lennox et Addington26 33468,6 %24 22063,1 %27 33371,2 %- 8,1 %
Niagara57 76083,8 %53 24977,3 %58 65985,1 %- 7,8 %
Elgin13 41476,4 %13 58677,4 %14 88084,8 %- 7,4 %
Hastings17 39752,5 %15 20945,9 %17 61553,2 %- 7,3 %
Halton8 01064,6 %7 83763,2 %8 58669,3 %- 6,1 %
Dundas38 48372,0 %36 51768,3 %39 59074,1 %- 5,8 %
Middlesex32 12378,1 %34 19383,2 %36 60389,0 %- 5,8 %
Durham11 43334,9 %10 71832,7 %12 52038,2 %- 5,5 %
Lambton126 31087,6 %131 31891,0 %139 14596,5 %- 5,5 %
Perth27 54381,9 %27 99783,3 %29 78088,6 %- 5,3 %
Grenville21 24045,6 %16 47835,4 %18 84940,5 %- 5,1 %
Peel6 97873,2 %7 00473,5 %7 47578,4 %- 4,9 %
York14 96854,8 %14 74854,0 %16 02658,6 %- 4,6 %
Prescott52 95683,8 %52 23082,6 %54 38586,0 %- 3,4 %
Leeds31 94356,8 %31 40955,8 %33 26159,1 %- 3,3 %
Grey30 71035,8 %32 41737,8 %35 08340,9 %- 3,1 %
Haldimand-Norfolk67 60377,5 %69 39479,6 %71 66182,1 %- 2,5 %
Oxford11 09563,0 %11 26664,0 %11 69566,4 %- 2,4 %
Russell19 86689,6 %19 73289,0 %20 08190,6 %- 1,6 %
Simcoe37 05046,8 %38 88149,1 %40 09150,6 %- 1,5 %
Bruce52 83262,7 %53 30263,3 %54 32264,5 %- 1,2 %
Northumberland13 17246,3 %11 89241,8 %12 25643,0 %- 1,2 %
Ottawa-Carleton94 62971,9 %92 95070,6 %94 56671,8 %- 1,2 %
Huron50 50972,8 %52 20675,3 %52 98776,4 %- 1,1 %
Kent135 36796,1 %137 81197,9 %138 69598,5 %- 0,6 %
Peterborough15 20337,9 %15 06737,6 %15 22037,9 %- 0,3 %
Essex151 43497,2 %153 39598,5 %152 71198,0 %0,5 %
Waterloo14 70275,9 %14 59175,4 %14 40574,4 %1,0 %
Dufferin17 48056,5 %19 40862,7 %18 80260,8 %1,9 %
Victoria22 63741,6 %25 32546,5 %23 76143,6 %2,9 %
Toronto métropolitain1 26491,7 %1 379100,0 %1 33496,7 %3,3 %
Hamilton-Wentworth9 62864,1 %10 02866,8 %9 40262,6 %4,2 %
Brant7 94184,0 %8 80593,1 %8 29687,7 %5,4 %
Prince Edward8 16844,2 %7 15338,7 %6 04232,7 %6,0 %
Wellington16 96445,8 %21 51258,0 %18 26749,3 %8,7 %
Muskoka8 89088,1 %---- 

Haut de la page

Croissance démographique prévue

Tableau D. Croissance démographique prévue à partir des données de 2013 pour les divisions de recensement abritant la rainette faux-grillon de l'ouest (GLSLBC) en Ontario
Division de recensement

Population historique (en milliers)


2013

Population prévue (en milliers)


2016

Population prévue (en milliers)


2021

Population prévue (en milliers)


2041

Tendance en matière de croissance démographique par division de recensement de 2013 à 2041


2016

Tendance en matière de croissance démographique par division de recensement de 2013 à 2041


2021

Tendance en matière de croissance démographique par division de recensement de 2013 à 2041


2041

Halton539,4572,7634,3931,56,20 %17,60 %72,70 %
York1 106,101 169,001 285,401 763,905,70 %16,20 %59,50 %
Peel1 387,901 457,601 586,102 112,105,00 %14,30 %52,20 %
Ottawa934,39721 044,801 341,204,00 %11,80 %43,60 %
Durham645669,5716,8956,33,80 %11,10 %48,30 %
Simcoe472,2489519,1642,33,60 %9,90 %36,00 %
Toronto2 771,802 870,803 030,903 639,303,60 %9,30 %31,30 %
Waterloo534,8552,6584,7712,73,30 %9,30 %33,30 %
Wellington219,6226,4238,7286,53,10 %8,70 %30,50 %
Haliburton18,118,619,422,42,80 %7,20 %23,80 %
Middlesex461,7473,4494,5578,32,50 %7,10 %25,30 %
Prescott et Russell89,391,595,9108,42,50 %7,40 %21,40 %
Frontenac155,3159166,4192,32,40 %7,10 %23,80 %
Hamilton545,6558,8581,6677,62,40 %6,60 %24,20 %
Dufferin58,960,263,177,82,20 %7,10 %32,10 %
Brant141,7144,7150,4174,12,10 %6,10 %22,90 %
Oxford110,7112,7115,4121,31,80 %4,20 %9,60 %
Lennox et Addington44,445,146,148,21,60 %3,80 %8,60 %
Muskoka61,962,864,772,71,50 %4,50 %17,40 %
Northumberland85,186,488,997,31,50 %4,50 %14,30 %
Kawartha Lakes75,976,978,683,51,30 %3,60 %10,00 %
Peterborough139140,6144,2157,41,20 %3,70 %13,20 %
Grey9595,898,1104,90,80 %3,30 %10,40 %
Prince Edward25,425,626,428,20,80 %3,90 %11,00 %
Bruce67,868,369,270,20,70 %2,10 %3,50 %
Lanark67,467,969,374,40,70 %2,80 %10,40 %
Leeds et Grenville101,9102,5104,1107,50,60 %2,20 %5,50 %
Renfrew104104,6106,41090,60 %2,30 %4,80 %
Perth77,978,37980,70,50 %1,40 %3,60 %
Nipissing87,487,788,590,30,30 %1,30 %3,30 %
Parry Sound43,143,243,443,30,20 %0,70 %0,50 %
Stormont, Dundas et Glengarry115,4115,2115,2111,7- 0,20 %- 0,20 %- 3,20 %
Hastings138,1137,4137,5136,1- 0,50 %- 0,40 %- 1,40 %
Lambton130,3129,5129126,1- 0,60 %- 1,00 %- 3,20 %
Timiskaming33,533,132,631,2- 1,20 %- 2,70 %- 6,90 %
Algoma117,6115,8113,8106,2- 1,50 %- 3,20 %- 9,70 %
Cochrane82,381,179,473,1- 1,50 %- 3,50 %- 11,20 %
Huron58,557,65754,7- 1,50 %- 2,60 %- 6,50 %
Sudbury21,120,519,817,3- 2,80 %- 6,20 %- 18,00 %

Haut de la page


Content Footnote

Footnote 1

Dans la présente évaluation, les sites contenant des occurrences connues de la rainette faux-grillon de l'ouest sont considérés comme occupés par l'espèce.

Return to Footnote 1 referrer

Footnote 2

Tout l'habitat convenable situé à moins de 300 m des étangs de reproduction doit être maintenu pour permettre l'accomplissement du cycle vital annuel de l'espèce (Ouellet et Leheurteux, 2007).

Return to Footnote 2 referrer

Footnote 3

300 m d'habitat de milieu humide ou terrestre (convenable ou non) autour de chaque observation adéquate. On considère que 300 m est le rayon qui doit être maintenu pour permettre l'accomplissement du cycle vital annuel de l'espèce (Ouellet et Leheurteux, 2007).

Return to Footnote 3 referrer

Footnote 4

Les mentions d'observations adéquates sont précises sur le plan spatial (< 1 000 m) ou fournissent assez de détails pour être associées à un endroit précis. L'ensemble des observations de la rainette faux-grillon de l'ouest (jusqu'à 2014) dont on disposait a été pris en compte dans l'analyse.

Return to Footnote 4 referrer

Footnote 5

Le PSM est un programme de surveillance de la faune visant les marais côtiers et continentaux fondé sur les efforts de volontaires qui recueillent des données sur les oiseaux des marais, les grenouilles et les crapauds. Il est à noter que les milieux humides permanents (p. ex. les marais) surveillés dans le cadre de ce programme ne sont pas les plus représentatifs de l'habitat utilisé par la rainette faux-grillon de l'ouest et que les tendances dégagées devraient être interprétées en conséquence.

Return to Footnote 5 referrer

Footnote 6

Sous-région du sud de l'Ontario englobant la grande région métropolitaine de Toronto et Hamilton, de même que les régions et les comtés environnants.

Return to Footnote 6 referrer

Haut de la page