Description de la résidence de la sterne de Dougall (Sterna dougallii) au Canada

L'article 33 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) interdit d'endommager ou de détruire la résidence d’une espèce inscrite comme menacée, en voie de disparition ou disparue du pays. La LEP définit la résidence comme suit : « Gîte -- terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable -- occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l'élevage, les haltes migratoires, l'hivernage, l'alimentation ou l'hibernation » [paragraphe 2(1)].

L'interdiction relative à la résidence prend effet de différentes façons selon la compétence responsable de l’espèce. Étant un oiseau migrateur protégé par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs (LCOM), la Sterne de Dougall relève de la compétence fédérale. Cela signifie que les interdictions relatives à la résidence sont en vigueur sur tout le territoire canadien dès que l’espèce est ajoutée à la liste officielle des espèces en péril. 

La description ci-après de la résidence de la Sterne de Dougall (Sterna dougallii) a été produite afin d’accroître la sensibilisation publique et d’aider à l'application de l'interdiction mentionnée précédemment. On sait que les Sternes de Dougall ont une résidence : leur nid.

Information sur l'espèce

Nom commun - Sterne de Dougall

Nom scientifique - Sterna dougallii

Statut COSEPAC actuel et année de désignation - En voie de disparition (1999)

Présence au Canada - Nouvelle-Écosse, Québec, Nouveau-Brunswick (figure 1)

Justification de la désignation - Prédation, compétition, perturbation d’origine humaine

Figure 1. Aire de reproduction connue de la Sterne de Dougall (Sterna dougallii) au Canada.
Les triangles indiquent les sites où l’espèce nidifie depuis 1982.

Aire de reproduction connue de la Sterne de Dougall. (Voir description longue ci-dessous.)
Description longue de la figure 1

Aire de répartition mondiale : Se reproduitpartout dans le monde, habituellement sur des îles marines. En Amérique du Nord, la population du Nord–Est se reproduit du golfe du Saint–Laurent (îles de la Madeleine) jusqu’à l’État de New York; une population isolée des Caraïbes se reproduit de la Floride et des Bahamas jusqu’aux Petites Antilles.

Aire de répartition au Canada : Depuis 1982, l’espèce a niché à environ 28 endroits, pour la plupart des îles côtières de la Nouvelle–Écosse; 12 au plus de ces endroits ont été fréquentés année après année . L’emplacement des colonies change de façon imprévisible au fil des ans et ne peut pas toujours être précisé, malgré des recherches intensives. Au cours des dix dernières années, seulement trois colonies ont accueilli plus de 20 couples; il s’agit des îles Brothers (de 33 à 86 couples), de l’île Grassy (de 0 à 30 couples) et de l’île Country (de 0 à 53 couples). Certaines années, l’espèce a niché dans un sous-ensemble variable d’autres sites, dont les îles de la Madeleine (Québec) (trois sites), l’île Machias Seal (Nouveau–Brunswick) et environ 21 autres endroits en Nouvelle–Écosse (Whittam, 1999; Leonard et al., 2004; annexe B).

Pourcentage de l’aire de répartition mondiale au Canada : Les couples qui nichent au Canada représentent de 3 à 4 % de la population du nord–ouest de l’Atlantique et moins de 1 % de la population mondiale (dont l’estimation est cependant imprécise) (Gochfeld et al., 1998).

1) Le nid

Aspect physique et contexte

La résidence de la Sterne de Dougall est son nid. Les sternes se reproduisent normalement dans les îles côtières1. Le nid est construit sur le sol, souvent caché par une touffe de végétation, sous une pile de pierres ou de débris de plage, ou dans le cas des colonies gérées, dans des nichoirs spécialement installés. Lorsqu'elles sont utilisées, ces structures seraient considérées comme un élément de la résidence. La sterne se reproduit dans des colonies mixtes avec les Sternes pierregarins (Sterna hirundo) et les Sternes arctiques (Sterna paradisaea)1.

La couvée comprend normalement un ou deux oeufs1. Les œufs, mesurant environ 43 mm x 29 mm, ont diverses teintes de brun, avec des taches noir-brun et des stries1.  À l'éclosion, les oisillons sont couverts de duvet et sont capables de marcher. Si elles ne sont pas dérangées, les sternes peuvent rester dans leur nid ou à proximité (dans un rayon de 10 cm) pendant toute la période d'élevage de la couvée. Si elles sont forcées à quitter le nid, elles se cacheront à proximité dans la végétation ou sous une pile de débris et peuvent parcourir jusqu'à 60 m pour rejoindre une couverture plus épaisse1.

Fonction

Le nid résidence offre les fonctions essentielles d’abri pour l’incubation et l'éclosion des œufs et pour l'élevage et l'alimentation des oisillons. 

Endommagement et destruction de la résidence

Toute activité qui détruit la fonction du nid constituerait un acte d’endommagement ou de destruction de la résidence. Les exemples comprennent, entre autres, déplacer les œufs ou les déranger autrement; modifier le microclimat du nid (par exemple en changeant l’éclairage ou la température interne); empêcher l'accès au nid ou, dans le cas de colonies installées dans des nichoirs, modifier la fonction des nichoirs. Les Sternes de Dougall dépendent des grandes colonies de Sternes arctiques et de Sternes pierregarins pour la protection offerte par le nombre contre les prédateurs. Toute action ou activité qui a une incidence sur la colonie pourrait donc nuire à la fonctionnalité de la résidence de la Sterne de Dougall, en empêchant la réussite de la nidification.

Période et fréquence d'occupation

L'espèce est présente dans les colonies de reproduction de la mi-mai à la fin-août2. Puisque les nids peuvent être utilisés par les jeunes pendant une période prolongée, ils doivent être protégés non seulement durant la construction du nid, la ponte, l'incubation et l'éclosion, mais aussi pendant l'élevage de la couvée, soit une période minimale de 60 jours environ après la construction du nid.

Renseignements supplémentaires

Pour obtenir d’autres renseignements sur la Sterne de Dougall.

Pour de plus amples renseignements sur la LEP.

Bibliographie

1 Burger, J., et I.C.T Nisbet. 1998. « Roseate Tern (Sterna dougallii), », in The Birds of North America, Numéro 370 (A. Poole et F. Gills, éditeurs), Philadelphia, PA.

2 Kirkham, I.R., et D.N. Nettleship. 1986. Situation de la Sterne de Dougall (Sterna dougallii) au Canada, Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada, Ottawa (Ontario).