9. Cadre de gestion actuel

Le cadre de gestion actuel est décrit ici dans ses grandes lignes, tel qu'il s'applique à la gestion des personnes et de l'habitat.

9.1 Intérêts des Premières Nations

L'intendance partagée des ressources halieutiques communes de la C.-B. et l'appui aux besoins alimentaires, sociaux et rituels des Premières Nations sont des éléments essentiels de la reconnaissance des droits établis de ces dernières. En ce qui concerne la gestion de la truite fardée versant de l'ouest, cela signifie qu'il faut consulter les Premières Nations à propos des enjeux en matière de gestion qui sont susceptibles de toucher leur culture. En tout temps, les Premières Nations seront consultées, comme il se doit, en suivant au moins les lignes directrices relatives aux consultations établies par la province (province de Colombie-Britannique 2010) et par le Ministère. L'exécution efficace du présent plan de gestion dépend de l'établissement d'une relation avec les Premières Nations et de la participation de ces dernières à toutes les activités, comme la restauration de l'habitat, car il existe toujours une possibilité de partage de l'information et de mise en œuvre rentable sur le plan financier. En outre, la compilation du savoir traditionnel, telle que l'a amorcée Prince (2001), devrait se poursuivre et pourrait contribuer à clarifier les données de référence, par exemple celles qui concernent la répartition.

9.2 Gestion de l'habitat

Les outils législatifs suivants pourraient permettre de protéger divers aspects de l'habitat du poisson dans l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest.

Description longue du tableau 9

Tableau 9. Le tableau 9 est intitulé « Outils législatifs susceptibles de protéger divers aspects de l’habitat du poisson dans l’aire de répartition de la truite fardée versant de l’ouest ». Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 2 colonnes et 13 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Lois et Détails. Des en-têtes horizontales intitulées « Fédéral » et « Provincial » sous-divisent les lignes en dessous.

Tableau 9. Outils législatifs susceptibles de protéger divers aspects de l'habitat du poisson dans l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest.
Outil législatifDétails
Outil fédéral
Loi sur les pêchesLes dispositions relatives à la protection des pêches et à la prévention de la pollution de la Loi sur les pêches offrent une protection à la truite fardée versant de l'ouest.
Loi sur les parcs nationaux du CanadaCette loi permet au gouverneur en conseil ou au ministre responsable de l'Agence Parcs Canada d'élaborer des règlements concernant la gestion des parcs, y compris celle de la flore, de la faune et des pêches.
Loi sur les espèces en péril (LEP)L'un des buts de la LEP consiste à gérer les espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent en voie de disparition ou menacées. La LEP exige l'élaboration d'un plan de gestion qui doit comprendre des mesures visant à assurer la conservation de l'espèce, et la production de rapports sur sa mise en œuvre. Si un projet doit faire l'objet d'une évaluation en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (2012), des mesures doivent être prises pour éviter ou amoindrir tout effet nocif du projet sur l'espèce.
Outil provincial
Wildlife Act de la C.-B.Zones de gestion de la faune (qui ne concernent pas le poisson en général, mais qui peuvent lui bénéficier de façon indirecte)
Forest and Range Practices Act (FRPA)Stratégie de gestion de la faune relevée – La truite fardée versant de l'ouest figure sur la liste des espèces en péril susceptibles d'être touchées par les pratiques concernant les forêts et pâturages et qui pourraient exiger des mesures de protection supplémentaires. Un énoncé concernant cette espèce établit les besoins en matière d'habitat et les vulnérabilités, ainsi que des mesures de protection appropriées. Les cours d'eau vulnérables à la pêche peuvent également être désignés en vertu de la FRPA, lorsque la valeur du poisson est élevée et que le cours d'eau est vulnérable aux pratiques concernant les forêts et pâturages. Jusqu'à présent, un seul cours d'eau, le ruisseau Palliser, a été désigné ainsi, ce qui veut dire que des mesures de gestion spéciales s'imposent si l'on veut en maintenir les caractéristiques principales. En vertu de la FRPA, les cours d'eau sensibles à la température pourraient également être désignés afin que l'on mette en lumière la nécessité de maintenir les températures de l'eau, mais, jusqu'à présent, aucun cours d'eau n'a reçu une telle désignation, et aucune procédure officielle n'est en place à cette fin (L. Reese-Hansen, comm. pers. 2010). La désignation de zones d'habitat faunique (qui n'a été faite, jusqu'à présent, que pour l'omble à tête plate) représente une autre possibilité.
Outils législatifs associés aux zones protégéesPark Act, Ecological Reserve Act, Reserve Act, Environment, Land Use Act – Le but général de ces lois consiste à maintenir l'intégrité des écosystèmes.
Fish Protection Act de la C.-B.Riparian Areas Regulations – Ce règlement ne s'applique qu'aux gouvernements locaux des Districts régionaux de Columbia/Shuswap et Thompson/Nicola. Ces deux régions se trouvent dans les zones périphériques de l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest en C.-B.
Water Act de la C.-B.Modernisation de la Water Act (en cours), nouvelle Water Sustainability Act proposée et programme d'utilisation intelligente des eaux vives (Living Water Smart) Article 9 concernant les changements des cours d'eau ou à propos de ceux-ci, qui intègre les notions de santé des cours d'eau et des besoins en débit minimal pour les allocations d'eau.
Environmental Management Act de la C.-B.Loi entrée en vigueur en 2004 – Contient notamment un règlement sur l'évacuation des déchets.

9.3 Gestion de la pêche

9.3.1 Cadre réglementaire

Les lois tant fédérales que provinciales offrent un cadre pour la gestion de la pêche à la truite fardée versant de l'ouest.

  • Loi sur les pêches fédérale – Sport Fishing Regulations de la C.-B. (quota journalier groupé de six pour la truite fardée) – réglementation des quotas provinciaux pour toutes les espèces visées par la pêche récréative.
  • Wildlife Act provinciale – Réglementation des permis de pêche récréative pour les espèces visées par la pêche récréative en eau douce.
  • Loi sur les parcs nationaux du Canada et Règlement sur la pêche dans les parcs nationaux du Canada.

9.3.2 Règlements régionaux concernant la truite fardée versant de l'ouest

Depuis les années 1980, des règlements de plus en plus stricts ont été mis en place pour améliorer la qualité de la pêche dans les tributaires de la rivière Kootenay Est, en réponse aux plaintes concernant le déclin de l'abondance de l'espèce et de la taille des poissons. En particulier, ces règlements ont été conçus de manière à rétablir une structure par âge équilibrée de l'espèce et à en réduire les prélèvements (Oliver 2009). Les mesures de gestion adoptées se sont révélées efficaces vis-à-vis de l'atteinte de ces buts, au moins dans les eaux hautement fréquentées par les pêcheurs à la ligne des rivières Elk et St. Mary. Les prises saisonnières par pêcheur ont augmenté d'un facteur 30, les truites fardées versant de l'ouest représentant maintenant 95 % des prises totales. Par ailleurs, les CPUE ont augmenté de façon importante (jusqu'à 3,5 fois), et les gros poissons (> 30 cm) sont beaucoup plus fréquemment observés (Oliver 2009). Les pêcheurs à la ligne recourent de façon beaucoup plus importante à des guides-accompagnateurs.

En outre, le plan de gestion de la pêche à la ligne dans la rivière Kootenay Est a été achevé en 2006 (ministère de l'Environnement de la C.-B.), en réponse aux problèmes posés par la surfréquentation de cours d'eau qui sont considérés comme les principaux à soutenir des populations de truites fardées versant de l'ouest. Le plan de gestion de la pêche à la ligne dans la rivière Kootenay Est repose sur le postulat que les besoins en matière de conservation ont déjà été comblés.

Voici quelques-uns des règlements actuels sur la pêche à la ligne (sommaire des Freshwater Fishing Regulations de 2009 à 2011) :

  • Désignation des eaux classifiées (classe II) – Sept bassins hydrographiques (y compris les tributaires) ont été classifiés, dont les rivières Wigwam, Elk, Bull, St. Mary et White, le ruisseau Skookumchuck et la rivière Kootenay, en amont du confluent avec la rivière White. Dans ces cours d'eau, la pêche exige l'achat d'un permis supplémentaire de pêche dans des eaux classifiées.
  • Utilisation d'un seul hameçon sans ardillon dans toutes les eaux de la rivière Kootenay Est.
  • Autorisation de la seule pratique des prises et remises à l'eau dans tous les cours d'eau entre le 1ernovembre et le 31 mars. Cette limitation peut s'appliquer toute l'année dans certains cours d'eau fréquentés par des truites fardées versant de l'ouest, comme dans certaines zones de plusieurs tronçons de la rivière Elk.
  • Interdiction de pêcher dans certains cours d'eau entre le 1er avril et le 14 juin.
  • Le quota de pêche quotidien est de cinq, mais de deux seulement dans certains cours d'eau, et ne comprend pas plus d'un poisson de taille supérieure à 50 cm. Les quotas peuvent être plus limités dans certaines rivières (ou certaines zones), où les prises sont réduites à un poisson ou ne sont pas autorisées.
  • Interdiction d'utiliser des appâts dans bon nombre de rivières fréquentées par l'espèce.

9.3.3 Programme des eaux de qualité

Comme mentionné précédemment, le plan de gestion de la pêche à la ligne dans la rivière Kootenay Est établit des quotas journaliers précis et oriente les plafonds autorisés pour chacun des sept cours d'eau visés par le programme des eaux de qualité. Tandis que ces eaux de qualité concernent toutes les espèces, les truites fardées versant de l'ouest sauvages représentent généralement l'espèce ciblée par les pêcheurs à la ligne, qu'ils soient accompagnés de guides ou non, bien que l'omble à tête plate soit aussi ciblé dans la rivière Wigwam, et représente l'espèce de second choix dans certains autres cours d'eau (J. Burrows, comm. pers. 2011). La mise en œuvre du programme des gardes-pêche, comme partie intégrante du programme des eaux de qualité, a permis de surveiller la qualité de la pêche à la truite fardée versant de l'ouest.

9.3.4 Amélioration de la pêche

L'amélioration des possibilités de pêche récréative ciblant la truite fardée versant de l'ouest est actuellement limitée à l'empoissonnement avec des poissons d'écloserie diploïdes F1, poissons originaires du stock de géniteurs du lac Connor. L'empoissonnement avec des truites fardées versant de l'ouest est maintenant principalement limité aux lacs, qui se trouvent tous dans l'aire de répartition indigène de la sous-espèce. Nous ignorons encore si des réseaux hydrographiques soutenant des populations sauvages de l'espèce ont été empoissonnés. Tous les deux ans, des œufs provenant des stocks de géniteurs sauvages du lac Connor sont recueillis. Le programme d'indemnisation concernant la faune aquatique et terrestre du bassin du fleuve Columbia pourrait lancer une initiative d'amélioration de la pêche dans certains cours d'eau au cours des cinq prochaines années.

9.3.5 Protection et présence de populations refuges

Aucun cadre ou politique n'est en place concernant l'identification ou la création de populations refuges de truites fardées versant de l'ouest pures, mais certains chercheurs ont envisagé récemment que l'on établisse des fermetures de la pêche, désigne des populations dans les cours supérieurs de rivières, au-dessus des obstacles (COSEPAC 2006) et pratique les déplacements dans des zones isolées, au-dessus des obstacles. Par exemple, on a amorcé la transplantation de poissons depuis le ruisseau Cupola dans le ruisseau Ventigo, précédemment exempt de poissons, dans le cadre d'un projet de PIE, pour servir de « police d'assurance » pour la population. Tandis que les populations refuges peuvent contribuer à l'atteinte des buts de la conservation, il faut entreprendre, à l'avance, une évaluation exhaustive de l'efficacité et des impacts potentiels sur d'autres espèces, en tenant compte des nouvelles politiques et des nouvelles données biologiques et génétiques.

9.3.6 Parcs provinciaux

Il existe des lignes directrices sur l'empoissonnement dans les zones protégées de la province de C.-B. (Fish Stocking in Provincial Protected Areas Guideline). Cependant, le lac Whiteswan, dans le parc provincial Whiteswan, présente une situation particulièrement difficile. Le parc a été désigné comme parc de classe A en 1978 (D. Biffard, comm. pers. 2011). Le lac soutient une pêche sportive importante sur le plan régional, et a été régulièrement empoissonné avec des truites arc-en-ciel de différentes souches entre 1964 et 2009 (plus récemment de la souche Gerrard). Historiquement, l'empoissonnement a été effectué à une période aussi précoce qu'entre 1931 et 1957, mais, à cette époque, le lac a été traité au toxaphène dans le but d'éliminer les espèces indigènes non ciblées par la pêche sportive (J. Burrows, comm. pers. 2011). Le lac a empoissonné avec des poissons diploïdes (1,5 million de truites arc-en-ciel de différentes souches) jusqu'en 2003. Une population naturalisée de truites arc-en-ciel s'est établie dans le lac, et les efforts se sont tournés vers la stimulation du frai naturel. Parmi ces efforts figurait le contrôle des populations de castor pour maintenir l'accès aux cours d'eau. Plus récemment, le contrôle des espèces indigènes et la facilitation de l'établissement d'une espèce envahissante ont été jugés contraires à la politique du programme de conservation mis en œuvre en vertu de la Park Act, mais admissibles dans le cas où ils seraient expressément approuvés par le gestionnaire régional des parcs et des zones protégées. Actuellement, le gestionnaire régional approuve une stratégie qui consiste à interrompre le contrôle des populations de castors, à surveiller la fréquentation par les pêcheurs à la ligne et à empoissonner de façon à maintenir la pêche à la truite arc-en-ciel stérile (D. Biffard, comm. pers. 2011), mais l'on a cessé d'améliorer les habitats de frai depuis 2009. Cependant, la situation demeure difficile, car les truites arc-en-ciel continuent de migrer à l'extérieur du lac malgré les efforts de confinement au moyen de clôtures (Heidt 2007, 2009) et la prise d'autres mesures préventives. On trouve régulièrement des truites arc-en-ciel en train de frayer en aval du lac et des chutes (Bell et Chirico 2007), des secteurs où l'on constate également la présence de grands nombres d'hybrides avec des truites fardées versant de l'ouest (Rubidge et Taylor 2004, 2005).

9.3.7 Parcs nationaux

Dans les parcs nationaux des montagnes, la pêche à la ligne est gérée en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada et le Règlement sur la pêche dans les parcs nationaux du Canada. Outre la loi et la réglementation sur les pêches, le directeur de chaque parc peut adopter des décrets qui peuvent être utilisés pour la gestion à court terme ou pour combler les intervalles entre des modifications réglementaires. Il n'existe pas de limites de possession de truites fardées versant de l'ouest dans les parcs nationaux Yoho et Kootenay. Sur le mont Revelstoke et dans le parc national des Glaciers, les ruisseaux et rivières sont fermés à la pêche à la ligne. Au-delà de cela, nous ne disposons que de peu d'information sur les pêches. Les étendues d'eau des parcs nationaux sont fréquentées par un très faible nombre de pêcheurs, tendent à être relativement non productives, et aucune opération de facilitation ou de fertilisation n'a été menée depuis les années 1970. Quoi qu'il en soit, les ombles de fontaine de l'Est utilisés à l'origine pour l'empoissonnement dans la plus grande partie des parcs nationaux Kootenay et Yoho sont maintenant devenus l'espèce dominante (S. Humphries, comm. pers. 2011).

9.4 Mesures de gestion recommandées et priorités

Les mesures de gestion recommandées pour la truite fardée versant de l'ouest en C.-B. servent à faire en sorte que les objectifs de la gestion (voir la section 6) soient atteints. Elles doivent être en harmonie avec les buts du programme des pêches en eau douce de la C.-B. (ministère de l'Environnement de la C.-B. 2007), et faire en sorte que la situation de l'espèce au chapitre de la conservation revienne à celle d'espèce non en péril. Comme les éléments probants dont nous disposons sont imprécis ou manquants dans bien des cas, les mesures incluses sont celles jugées nécessaires si l'on veut combler les principales lacunes dans les connaissances, traiter les menaces en fonction des priorités établies et viser directement l'atteinte des cibles et des objectifs.

La liste complète des mesures recommandées est fournie au tableau 10. Les mesures ont été classées par ordre de priorité en fonction du caractère immédiat du besoin. Les mesures qui doivent être lancées immédiatement sont indiquées comme essentielles. La plupart de ces mesures consistent en des activités axées sur l'établissement d'inventaires et la surveillance, ou des activités axées sur la restauration et la protection de l'habitat. Cet accent fait ressortir le manque actuel de données pour décrire la structure et la répartition de la population, ainsi que la nécessité de certains travaux immédiats de planification et d'élaboration de politiques visant à améliorer la protection des populations de truites fardées versant de l'ouest.

On trouvera dans les sections suivantes un résumé des recommandations pour la gestion de l'espèce à l'échelle provinciale, des recommandations que les gouvernements, les partenaires et les groupes d'intérêt pourront utiliser pour s'aider à établir les priorités en matière de ressources et à élaborer des énoncés de politiques appropriées.

Description longue du tableau 10

Tableau 10. Le tableau 10 est intitulé « Résumé des mesures recommandées considérées comme cruciales si l’on veut mettre en œuvre le plan de gestion de la truite fardée versant de l’ouest ». Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 3 colonnes et 46 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Mesures recommandées, Objectif et préoccupation traités et Priorité. Des en-têtes horizontales intitulées « Conservation de la population » et « Protection/restauration de l’habitat » sous-divisent les lignes en dessous. Des notes de bas de page dans les en-têtes des colonnes « Objectif et préoccupation traités » et « Priorité » et la légende du tableau offrent de plus amples explications.

Tableau 10 . Résumé des mesures recommandées22 considérées comme cruciales si l'on veut mettre en œuvre le plan de gestion de la truite fardée versant de l'ouest.
Mesures recommandéesObjectifset préoccupation traitésPrioritét
Conservation de la population

Définir la population en utilisant des modèles prévisionnels.

  • Confirmer la situation de l'espèce dans les zones non connues, y compris les zones périphériques.
  • Considérer les données sur l'ampleur des déplacements ainsi que les données sur les obstacles, les unités hydrologiques, les paramètres génétiques, les menaces et les registres d'empoissonnement.
  • Obtenir des observations sur le terrain sur la composition de la sous-espèce, les unités hydrologiques logiques, la génétique, la démographie, les obstacles et les perturbations de l'habitat en utilisant des approches normalisées.
1; Lacunes des connaissancesEssentielle
Décrire la structure génétique de la population de truites fardées versant de l'ouest de C.-B. Population de truites fardées versant de l'ouest1; Lacunes des connaissancesBénéfique

Établir la situation de la population de truites fardées versant de l'ouest en ce qui concerne l'introgression.

  • Mettre à jour l'inventaire génétique et effectuer une analyse des lacunes.
  • Lorsqu'un certain degré d'hybridation est constaté, déterminer la direction et le taux de changement.
1; Lacunes des connaissancesEssentielle
Déterminer les lieux de frai de la truite arc-en-ciel naturalisée en mettant l'accent sur les lieux où ces poissons sont susceptibles de se concentrer (p. ex. dans les ruisseaux de plus faible élévation), et donner la priorité aux zones dans lesquelles cette espèce pourrait se croiser avec la truite fardée versant de l'ouest.1; Menace : IntrogressionEssentielle
Identifier les populations d'ombles de fontaine de l'Est naturalisés.1; Menace : IntrogressionNécessaire
Surveiller les déplacements en amont d'hybrides venant des États-Unis au sein du groupe de la population de la rivière Flathead.1; Menace : Modification de la dynamique des communautésNécessaire
Déterminer si la facilitation du saumon kokani dans le réservoir Kookanusa pourrait se faire au détriment de la production de truites fardées versant de l'ouest.1; Menace : IntrogressionBénéfique
Définir la notion de « population pure » de truites fardées versant de l'ouest et établir des seuils de déclenchement de réponses de gestion appropriées.1; Menace : Modification de la dynamique des communautésNécessaire
Établir un ordre de priorité parmi les populations de truites fardées versant de l'ouest pour la mise en œuvre des mesures de restauration fondées sur la pureté génétique.1; Menaces : toutesNécessaire
Compiler les connaissances traditionnelles autochtones et d'autres observations historiques de la présence de l'espèce et de ses caractéristiques uniques pour aider à préciser l'aire de répartition historique, l'abondance relative et la structure des communautés de poissons.1, 2; Lacunes des connaissancesNécessaire

Élaborer des politiques et des règlements pour protéger et rétablir les populations sauvages de truites fardées versant de l'ouest, et envisager ce qui suit :

  • Règlements : retrait occasionnel d'individus dans des zones où l'hybridation est prononcée et qui soutiennent des populations de truites arc-en-ciel naturalisées (énumérées à l'annexe 4).
  • Politiques : création de populations refuges et transplantations; utilisation d'obstacles; supplémentation par des éléments nutritifs; complétion par des poissons d'écloserie. Il convient de noter que, à l'heure actuelle, la C.-B. n'utilise pas la complétion par des poissons d'écloserie pour restaurer les populations de salmonidés. En conséquence, cette mesure devrait tout d'abord être considérée dans un contexte d'évaluation expérimental (province de Colombie-Britannique 2005).
  • Constitution d'une réserve d'habitat – Cette mesure doit être explorée en tant qu'option de compensation et l'on doit déterminer s'il est approprié de la mettre en œuvre.
1; Threats: Introgression; Fish passage; large-scale habitat modificationsEssentielle

Passer en revue les programmes d'empoissonnement à des fins récréatives avec des truites fardées versant de l'ouest, des truites arc-en-ciel et des ombles de fontaine de l'Est pour faire en sorte que les risques qui pèsent sur la truite fardée versant de l'ouest soient réduits au minimum :

  • Empoissonnement avec des truites fardées versant de l'ouest dans le lac Connor – Passer en revue le plan d'empoissonnement pour veiller à ce que cette opération ne se fasse pas dans des eaux soutenant des populations de truites fardées versant de l'ouest sauvages.
  • Empoissonnement avec des ombles de fontaine de l'Est – Vérifier que le plan respecte la politique actuelle sur l'empoissonnement.
  • Empoissonnement avec des truites arc-en-ciel – Vérifier que toutes les opérations d'empoissonnement actuellement menées dans l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest concernent des lacs isolés et des spécimens stériles; réduire la fréquence de ces opérations dans les zones principales et l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest et envisager l'empoissonnement avec des espèces indigènes comme solution de rechange.
1; Menace : IntrogressionNécessaire

Soutenir les initiatives d'intendance lancées par des gouvernements locaux, des groupes de pêcheurs à la ligne et des groupes d'intendance de cours d'eau en aidant ceux-ci à préparer ce qui suit aux fins d'une diffusion plus large que le sommaire des règlements :

  • Outils d'identification de l'espèce
  • Matériel éducatif pour réduire la mortalité associée aux blessures causées par les hameçons
  • Matériel éducatif à l'intention des écoles et des clubs de pêcheurs à la ligne sur la biologie, les menaces (notamment les espèces envahissantes et l'introgression), comme des brochures, des présentations en Powerpoint et une signalisation pertinente.
  • Faire la promotion d'ententes d'intendance et d'engagements à l'égard de la conservation.
1-4; Menaces : toutesBénéfique
Élaborer un plan de gestion de la truite fardée versant de l'ouest dans le lac Whiteswan du fait de la situation d'hybridation confirmée (TFVO x TAC) dans le bassin hydrographique. Le plan doit comprendre des recommandations pour l'empoissonnement, des mesures de gestion de la population de truites arc-en-ciel naturalisées, des indications sur l'utilisation d'obstacles, etc.1, 2; Threats: IntrogressionEssentielle
En ce qui concerne les populations sauvages, non exploitées de truites fardées versant de l'ouest, il convient d'effectuer une analyse des menaces pour identifier les populations à risque et évaluer la capacité biotique d'un échantillon aléatoire de ces populations.1, 2; Lacunes des connaissancesBénéfique

Identifier les populations sauvages, exploitées, lotiques et lentiques de truites fardées versant de l'ouest (y compris les sous-groupes, au besoin) aux fins d'évaluation de certains stocks, y compris ceux qui se trouvent dans des eaux classifiées ou non classifiées :

  • Eaux classifiées : rivières Bull, Wigwam, Elk, St. Mary, White et Kootenay supérieure, ruisseau Skookumchuck;
  • Eaux non classifiées : rivières Flathead, Akolkolex, Goat, Findlay et Lussier;
  • Autres petites populations.
2; Lacunes des connaissancesEssentielle

Élaborer une mesure de la capacité biotique pour chaque population exploitée de truites fardées versant de l'ouest, en utilisant les moyens suivants :

  • l'approche empirique (préférable) en vertu de laquelle on se sert d'autant de populations que possible pour mesurer l'abondance totale et le taux de prélèvement; ou
  • l'approche de la modélisation (au besoin), qui exige un volume de données démographiques considérable.
2; Lacunes des connaissancesNécessaire

Élaborer et mettre en application des protocoles standard pour déterminer l'abondance totale de la truite fardée versant de l'ouest.

  • Envisager de suivre les méthodes suivantes :
    • plongée avec tuba – dénombrement des adultes dans la totalité d'un cours d'eau;
    • marquage-recapture – à l'échelle d'un bassin hydrographique ou d'un tronçon de cours d'eau;
    • prises par unité d'effort (pourrait se révéler extrêmement stable; nécessité de mener des études préalables);
    • analyses génétiques (nécessité de mener des études préalables pour en évaluer la faisabilité);
  • Déterminer les densités d'alevins et de tacons (p. ex. plongée avec tuba de nuit).
  • Déterminer si différentes méthodes produisent des résultats équivalents.
  • Documenter, mettre à l'essai et classer par ordre de priorité chaque protocole.
  • Élaborer des stratégies d'échantillonnage à long terme pour obtenir des données sur la capacité biotique.
2; Lacunes des connaissancesEssentielle
Établir un calendrier de réévaluations périodiques des stocks de truites fardées versant de l'ouest qui tienne compte des priorités liées aux risques relatifs de chaque menace et de la disponibilité de données sur les manifestations des menaces.2; Lacunes des connaissancesNécessaire
Déterminer s'il est approprié d'utiliser une seule valeur de Nequilibre pour les grands réseaux productifs et la cible connexe de l'objectif 2 concernant l'espèce étant donné la variabilité dans la productivité constatée, même parmi les cours d'eau classifiés.2; Lacunes des connaissancesNécessaire
D'après l'application de points de référence relatifs à l'abondance, élaborer un résumé des mesures de gestion de la sous-espèce pour chaque zone de gestion (adapté de Johnston et al. 2002).2; Lacunes des connaissancesNécessaire
Pour les populations sauvages, non exploitées de truites fardées versant de l'ouest, gérer les menaces de sorte à conserver les stocks au-dessus du point de référence limite (0,2 Nequilibre ou plus pour les populations de très faible taille).2; Menaces : toutesBénéfique
Déterminer si le but de la persistance pour les populations sauvages, non exploitées (dans les cours supérieurs des rivières) de truites fardées versant de l'ouest dont l'abondance se situe à 0,2 Nequilibre (point de référence limite) nécessite un rajustement (pourrait ne pas être suffisamment élevé). Rajuster, au besoin.2; Lacunes des connaissancesNécessaire
Déterminer de quelle manière évaluer la mortalité par la pêche à la ligne et obtenir des mesures directes de la mortalité associée à la pratique des prises et remises à l'eau pour chaque pêche (p. ex. pêche à la mouche seulement dans les zones avec prises et remises à l'eau; pêche avec engins dans la zone avec prises et remises à l'eau; pêche à la mouche dans la zone avec prélèvements; pêche avec engins dans la zone avec prélèvements).2; Lacunes des connaissances; Menace : Mortalité directeNécessaire
Évaluer les impacts physiologiques de la pratique des prises et remises à l'eau : facteur de l'état de santé, âge selon la taille, mortalité postérieure à la remise à l'eau (normes relatives à la mortalité allant de 24 à 48 heures).2; Lacunes des connaissances; Menace : Mortalité directeNécessaire
Protection et restauration de l'habitat
Relever les principaux habitats des populations migratrices et résidentes de truites fardées versant de l'ouest.3; Lacunes des connaissancesNécessaire
Examiner les données sur les obstacles au passage du poisson et mener d'autres études pour vérifier l'importance de cette menace (p. ex. diminution de la capacité biotique) pesant sur l'espèce.3; Menaces : Passage du poisson; Modifications à petite échelle de l'habitatEssentielle

Appuyer la modernisation de la Water Act, notamment :

  • établir les besoins de la truite fardée versant de l'ouest en matière de débit et établir un ordre de priorité parmi les bassins hydrographiques qui affichent des lacunes constantes;
  • renforcer les dispositions concernant le rejet de substances nocives dans les cours d'eau affichant un risque élevé;
  • soutenir ou élaborer des plans de gestion de l'eau pour les cours d'eau prioritaires.
3; Lacunes des connaissances; Menace : Modification des régimes d'écoulementBénéfique
Explorer la possibilité d'élargir le règlement sur les zones riveraines de la rivière Kootenay, au-delà de Revelstoke, pour inclure le but consistant à relever les possibilités de réglementer la largeur minimale des zones de protection riveraines dans les secteurs de la province où ces zones n'existent pas actuellement.3; Menaces : Modifications à petite et à grande échelle de l'habitatBénéfique
Mener à bien des opérations de restauration des cours d'eau qui affichent des insuffisances en matière d'habitat, qui subissent des impacts sur celui-ci ou qui font l'objet d'une pression par la pêche élevée.1-4, Toutes; Menaces : Modification des zones riveraines; Modification des régimes d'écoulement; Modification de l'habitat des cours d'eauEssentielle
Durabilité et diversité des possibilités récréatives
Obtenir des données sur la fréquentation des eaux non classifiées prioritaires : rivières Goat, Lussier, Findlay et Wildhorse.4; Lacunes des connaissancesBénéfique
Établir la relation entre les CPUE et l'abondance du poisson.2, 4; Lacunes des connaissancesNécessaire
Établir l'avantage d'une cible relative aux CPUE pour les eaux classifiées.4; Lacunes des connaissancesBénéfique
Déterminer si les activités commerciales sont adéquatement réglementées dans les eaux non classifiées.4; Lacunes des connaissancesNécessaire
Établir les avantages des activités récréatives associées à l'espèce pratiquées dans les petits lacs et envisager des moyens d'optimiser des activités durables telles que l'empoissonnement, l'enrichissement des lacs, etc.4; Lacunes des connaissancesBénéfique
Déterminer les données nécessaires pour que l'on puisse mieux comprendre et établir les possibilités de prélèvements de truites fardées versant de l'ouest. Élaborer un plan pour explorer les possibilités de prélèvements.4; Lacunes des connaissancesBénéfique
Étendre le programme des gardes-pêche aux eaux non classifiées prioritaires, notamment la collecte de données sur la surveillance de la conformité (y compris dans les petits cours d'eau) et la détermination des taux de prélèvement.4; Menaces : plusieursBénéfique
Envisager d'adopter l'approche utilisée dans la rivière Skeena (Dolan 2008) pour composer avec les problèmes d'abonnements excédentaires pour la pêche dans les rivières Wigwam et Elk.4; Menace : Mortalité directeNécessaire
Publier la situation de la truite fardée versant de l'ouest au moyen d'un bulletin d'information ou d'un programme d'affichage approprié, pour informer le public de la situation en matière de conservation et des mesures de gestion requises.1, 2, 3, 4; Menaces : plusieursBénéfique

s Les objectifs sont décrits à la section 6.

t Essentiel (urgent et important; les mesures doivent être lancées immédiatement); nécessaire (important, mais non urgent; les mesures peuvent être lancées dans deux à cinq ans); bénéfique (les mesures seront bénéfiques et pourraient être lancées en tout temps lorsque c'est possible).

9.4.1 Conservation de la population (objectifs 1 et 2)

La protection et le rétablissement de la population de truites fardées versant de l'ouest sont des priorités absolues du présent plan de gestion. La conservation est également le fondement sur lequel une pêche récréative durable peut être maintenue. Jusqu'à présent, la conservation des populations sauvages de truites fardées versant de l'ouest a principalement fait l'objet de mesures ponctuelles et réactives, en réponse à la diminution de la qualité de l'expérience de pêche à la ligne, peu d'initiatives singulières, comme le déplacement, associées à l'utilisation des terres et de l'eau ayant été lancées. La réglementation de la pêche à la ligne est devenue de plus en plus stricte, ayant une incidence positive confirmée par la présence de poissons plus gros et plus abondants dans les quelques rivières ayant fait l'objet d'un suivi. L'introgression et la modification des communautés associées aux initiatives d'empoissonnement passées n'ont été que récemment prises en considération au moment de modifier ces pratiques. En particulier, on a limité l'empoissonnement en utilisant des truites arc-en-ciel stériles (3N TAC) dans la rivière Kootenay Est et des ombles de fontaine de l'Est stériles (tous des femelles) (TF3N OFE) dans toute la province. (Pour une description détaillée des poissons utilisés pour l'empoissonnement, veuillez consulter la Freshwater Fisheries Society of BC 2003.) L'ampleur de l'hybridation existante et en cours demeure inconnue, mais le risque d'impact semble plus important chez les groupes de la population de la rivière Kootenay supérieure et de la rivière Elk. En outre, les points de référence de l'abondance de la population n'ont pas été établis, et nous ne savons pas exactement si la mortalité par la pêche à la ligne est un enjeu important, quelle que soit la pêche pratiquée (p. ex. eaux classifiées, eaux non classifiées en été, eaux non classifiées en hiver).

9.4.2 Protection et restauration de l'habitat (objectif 3)

La protection et la restauration de l'habitat sont des composantes fondamentales de la conservation. Peu d'évaluations à l'échelle du paysage ont pris en compte la disponibilité et la qualité de l'habitat expressément pour la truite fardée versant de l'ouest en C.-B., bien que plusieurs évaluations propres à certains sites aient été menées. Les impacts de l'exploitation forestière seraient principalement de nature résiduelle (c.-à-d. antérieurs à l'entrée en vigueur du Code d'exploitation forestière), bien que certaines préoccupations soient exprimées à propos du cadre axé sur les résultats actuel et exigent une surveillance accrue de la conformité au nom du gouvernement et de l'industrie. Le développement agricole et urbain, qui engendre principalement des problèmes concernant les zones riveraines et les dérivations de cours d'eau, doit tenir compte de la nécessité de veiller à ce que les besoins de l'espèce soient comblés. En outre, il faut déterminer dans quelle mesure les franchissements de cours d'eau représentent un obstacle notable pour l'accès aux habitats situés en amont. Enfin, les préoccupations relatives à la qualité de l'eau suscitées par l'exploitation du charbon sont importantes en ce qui concerne le groupe de la population de la rivière Elk et doivent faire l'objet d'une surveillance.

9.4.3 Durabilité et diversité des possibilités récréatives (objectif 4)

Si l'on présume que les besoins de la conservation sont comblés, l'offre de possibilités récréatives est essentielle au sein du programme des pêches. La réglementation des pêches à la truite fardée versant de l'ouest en C.-B. est devenue de plus en plus stricte depuis les années 1980. Au moins dans les eaux visées par le programme des eaux de qualité, la réponse est généralement positive, la qualité de l'expérience de pêche à la ligne étant considérée comme allant de très bonne à excellente. Cependant, la surfréquentation est devenue un enjeu croissant dans certains cours d'eau, et la conformité demeure une source de préoccupations, tant dans les eaux classifiées que dans les eaux non classifiées. Nous ne savons pas dans quelle mesure les prélèvements peuvent être maintenus. Dans le même ordre d'idées, de petits lacs pourraient offrir des possibilités récréatives supplémentaires dont nous ne savons rien à l'heure actuelle. Parmi les mesures à prendre figurent l'exploration de possibilités de pêche récréative supplémentaires et la collaboration au sein du processus du plan de gestion de la pêche à la ligne dans les eaux visées par le programme des eaux de qualité pour faire en sorte que des possibilités de haute qualité soient maintenues. Le plan de gestion de la truite fardée versant de l'ouest définit le surplus utilisable de poissons de cette espèce. Ce surplus (c.-à-d. des possibilités de prélèvements) sera traité par un processus indépendant d'établissement d'une réglementation.

9.4.4 Approche recommandée

Un certain nombre d'initiatives et de projets ont été recommandés pour que des mesures protectrices soient mises en place et que les principales lacunes de nos connaissances de l'espèce soient comblées. La définition des populations et leur classement par ordre de priorité en vue de leur conservation figurent parmi les priorités absolues. Nous recommandons d'entreprendre ce travail au niveau de la population, car l'évaluation à l'échelle du bassin hydrographique est considérée comme étant un filtre trop grossier. Pour ce faire, il faudra identifier des populations distinctes, en déterminer le niveau d'abondance et décrire l'approche de gestion connexe adoptée (voir l'annexe 2). Des ressources importantes devront être consacrées à l'exécution d'un modèle prévisionnel qui permettra de définir, sur le plan spatial, toutes les populations qui se répartissent dans le paysage. Cependant, les populations exploitées sont facilement identifiées, et leur situation peut être en partie évaluée au moyen d'outils d'évaluation des stocks qui permettent d'en établir l'abondance. L'activité de pêche à la ligne devra être prise en considération (de pair avec l'amélioration des possibilités de prélèvements, la surveillance de la conformité et l'évaluation de la réglementation des pêches), car la pression engendrée par cette pêche est croissante. Une fois que les populations auront été évaluées, il faudra mettre au point et appliquer une méthodologie permettant de classer par ordre de priorité les efforts de conservation.

Ainsi, parmi les activités qui peuvent être entreprises immédiatement, deux domaines affichant une priorité élevée ressortent. Premièrement, il faut lancer dès que possible un plan complet d'évaluation des stocks qui établira les méthodologies normalisées qui nous permettront d'évaluer l'abondance de l'espèce dans les réseaux exploités. Cette approche nous permettra non seulement d'évaluer les méthodologies actuelles et nouvelles disponibles pour estimer l'abondance et suivre les tendances, mais aussi d'identifier les populations qui devront être ciblées en priorité pour l'évaluation des tendances. Un tel plan permettra de répartir de façon appropriée nos ressources limitées. Deuxièmement, en ce qui concerne les mesures de protection et de restauration nécessaires si l'on veut traiter le problème de l'hybridation, un certain nombre de ressources supplémentaires seront consacrées à l'élaboration de deux documents de politique : un document plus important concernant les obstacles au passage du poisson, et le plan de gestion du lac Swan. En outre, l'élaboration d'une stratégie réglementaire visant à traiter la présence de la truite arc-en-ciel dans les zones où elle cohabite avec la truite fardée versant de l'ouest devra être amorcée.

9.5 Mises à jour du plan de gestion et surveillance de sa mise en œuvre

Le long laps de temps nécessaire pour documenter le rétablissement de la population et les mesures de gestion continues requises pour les populations exploitées exigent que l'on élabore un plan de gestion qui évolue au fil du temps. Nous réalisons des progrès continus dans notre compréhension de la biologie de la truite fardée versant de l'ouest indigène (p. ex. détermination du cycle biologique, de la biologie de la population et des caractéristiques génétiques), des méthodologies et des résultats afférents à l'évaluation des stocks, outre les changements d'intérêts et de préoccupations des pêcheurs à la ligne, des Premières Nations et du grand public. Le paysage change également, avec des modifications d'ordre anthropique qui apparaissent rapidement, ayant une incidence sur les menaces qui pèsent sur la sous-espèce, et les organismes de gestion sont, dans leur structure, leur champ de compétence et leurs capacités, dans une période d'incertitude et de flux importants. Pour être efficace, le plan de gestion doit être éclairé par ces modifications, et les objectifs et les priorités en matière de gestion doivent évoluer pour refléter ces modifications. Pour être moderne et efficace, le plan doit également être évalué tous les cinq ans et mis à jour au besoin (une exigence de la LEP). Le but consiste à offrir au moins une version à jour pour éclairer chaque réévaluation effectuée par le COSEPAC, des réévaluations qui prennent place actuellement environ tous les dix ans (la prochaine devant être menée en 2016).

Les activités classées comme essentielles dans l'ordre de priorité présentées au tableau 10 doivent être achevées dans les cinq à dix prochaines années, et peuvent servir de points de référence et de mesures de rendement dans l'évaluation des progrès réalisés vers l'atteinte des objectifs du plan. Ces activités sont directement liées aux justifications de la désignation présentées par le COSEPAC (c.-à-d. hybridation et compétition avec des espèces introduites, développement, agriculture, industries reposant sur l'exploitation des ressources) et fournissent l'information sur l'évaluation des stocks qui est nécessaire si l'on veut mesurer les progrès réalisés vers l'atteinte des objectifs en matière de conservation et de possibilités récréatives.

10. Effets sur d'autres espèces

La mise en œuvre de mesures cohérentes par rapport aux objectifs du plan vise à empêcher que l'espèce ne devienne encore plus en péril, à ce qu'elle retrouve la situation de conservation « non en péril » et à ce que l'on assume notre responsabilité mondiale vis-à-vis de la conservation de l'espèce. Les résultats supplémentaires des mesures, qui sont le maintien ou l'amélioration de la capacité des habitats naturels et des fonctions des écosystèmes, seront bénéfiques à bon nombre d'autres espèces de poissons, de mammifères et d'oiseaux. Parmi les espèces aquatiques figurant dans la liste de la LEP et susceptibles d'être touchées figurent le naseux d'Umatilla (Rhinichthys umatilla), le chabot à tête courte (Cottus confuses), le chabot du Columbia (Cottus hubbsi), la tortue peinte de l'Ouest (Chrysemys picta), la grenouille-à-queue des Rocheuses (Ascaphus montanus), l'esturgeon blanc ((Acipenser transmontanus) et l'omble à tête plate. Nous avons envisagé la possibilité que la plan ait des effets non voulus sur d'autres espèces. La plan sera sans aucun doute avantageux pour l'environnement et n'entraînera pas d'effets nocifs notables.

11. Références

Allendorf, F.W., Leary, R.F., Hitt, N.P., Knudsen, K.L., Lundquist, L.L., and Spruell, P. 2004. Intercrosses and the U.S. Endangered Species Act: Should hybridized populations be included as Westslope Cutthroat Trout? Conserv. Biol. 18(5): 1203-1213.

Balmford, A., Carey, P., Kapos, V., Manica, A., Rodrigues, A.S.L., Scharlemann, J.P.W., and Green, R.E. 2009. Capturing the many dimensions of threat: comment on Salafsky et al. Conserv. Biol. 23( 2): 482-487.

Barton, N.H. and Hewitt, G.M. 1989. Adaptation, speciation and hybrid zones. Nature 341: 497-502.

Baxter, J. 2004. Westslope Cutthroat Trout studies in the upper Bull River: preliminary surveys conducted in fall 2003. Prepared for BC Hydro, Castlegar, BC. 28 p.

Baxter, J. 2006. Westslope Cutthroat Trout studies in the upper Bull River: fourth year surveys conducted in summer/fall 2006. Prepared for BC Hydro, Castlegar, BC. 13 p.

Baxter, J.S. and Hagen, J. 2003. Population size, reproductive biology, and habitat use of Westslope Cutthroat Trout (Oncorhynchus clarkii lewisi) in the Wigwam River watershed. Report prepared for B.C. Ministry of Water, Land and Air Protection, B.C. Ministry of Sustainable Resource Management, and Tembec Industries by Baxter Environmental and J. Hagen and Associates, Nelson, BC. 48 p.

B.C. Conservation Data Centre. 2012. BC Species and Ecosystems Explorer. B.C. Min. Environ. (en anglais seulement), Victoria, BC. Accès : [consulté le 2 avril 2012].

B.C. Ministry of Environment. 2006. East Kootenay Angling Management Plan (EKAMP). B.C. Min. Environ. (en anglais seulement), Fish and Wildlife Branch. Nelson, BC. Accès : [consulté le 13 mai 2011].

B.C. Ministry of Environment. 2007. Freshwater Fisheries Program Plan. Province of British Columbia. [PDF 2.8 Mo] (en anglais seulement) Accès : [consulté le 13 mai 2011].

Dolan, A. 2008. DRAFT Angling management plan Skeena quality waters strategy. Report prepared for B.C. Ministry of Environment, Fish and Wildlife Branch. [PDF 1.2 Mo] (en anglais seulement) Skeena, BC, by Alan Dolan and Associates, Sidney, BC. Accès : [consulté le 13 mai 2011].

B.C. Ministry of Environment. 2010. Conservation framework. B.C. Min. Environ (en anglais seulement)., Victoria, BC. Accès : [consulté le 2 avril 2012].

B.C. Ministry of Environment. 2013. Water quality. B.C. Min. Environ. (en anglais seulement), Victoria, BC. Accès : [consulté le 2 décembre 2013].

Behnke, R.J. 1992. Native Trout of western North America. American Fisheries Society Monograph 6.

Bell, J. and Chirico, A. 2007. Kootenay Fisheries Field Report, Whiteswan Lake Creek or Outlet Creek. B.C. Ministry of Environment, Report ID 10636. 6 p.

Bennett, S.N. 2007. Assessing the extent of hybridization between Westslope Cutthroat Trout and introduced Rainbow Trout in the upper Kootenay River, British Columbia. Ph.D. thesis. Utah State Univ., Logan, Utah.

Bennett, S.N. and Kershner, J.L. 2009. Levels of introgression in Westslope Cutthroat Trout populations nine years after changes to Rainbow Trout stocking programs in southeastern British Columbia. N. Am. J. Fish. Manage. 29: 1271-1282.

Boyer, M.C., Muhlfeld, C.C, and Allendorf, F.W. 2008. Rainbow Trout (Oncorhynchus mykiss) invasion and the spread of hybridization with native Westslope Cutthroat Trout (Oncorhynchus clarkii lewisi). Can. J. Fish. Aquat. Sci. 65: 658-669.

Bradford, M.J. and Irvine, J.R. 2000. Land use, fishing, climate change and the decline of Thompson River, British Columbia, coho salmon. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 57: 13-16.

Burrows, J. 2007. Kootenay Region angling management planning and performance 2003–2007. Powerpoint presentation made at the annual meeting of the Fisheries Program Rivers Committee. March 2007.

Ciruna, K.A., Butterfield, B., McPhail, J.D., and B.C. Ministry of Environment. 2007. EAU BC Ecological Aquatic Units of British Columbia. Nature Conservancy of Canada, Toronto, ON. 200 p.

COSEPAC (Comité sur la situation des espèces en péril au Canada). 2006. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la truite fardée versant de l’ouest Oncorhynchus clarkii lewisi (population de la Colombie-Britannique et population de l'Alberta) au Canada [1.07 Mo]. Ottawa (Ont.) vii + 77 p.

Costello, A.B. 2007. Negative impacts of fish stocking on Westslope Cutthroat Trout: towards a conservation strategy based on genetic purity. Prepared for B.C. Ministry of Environment, Victoria, BC.

Downs, C.C. and White, R.G. 1997. Age at sexual maturity, sex ratios, fecundity, and longevity of isolated headwater populations of Westslope Cutthroat Trout. N. Am. J. Fish. Manage. 17: 85-92.

Dymond, J.R. 1931. Description of two new forms of British Columbia trout. Contr. Can. Biol. Fish. 6: 391-395.

East Kootenay Angling Management Plan Committee (EKAMP). 2003. Status report: East Kootenay angling management plan. Report prepared for B.C. Ministry of Water, Land and Air Protection, Nelson, BC.

Freshwater Fisheries Society of British Columbia (FFSBC). 2003. Rainbow Trout strains currently stocked in B.C. waters. [PDF 399 Ko] (en anglais seulement) Produced by the Freshwater Fisheries Society of British Columbia. Accès : [consulté le 8 mars 2012].

Hagen, J. and Baxter, J.T.A. 2009. Westslope Cutthroat Trout population abundance monitoring of Classified Waters in the East Kootenay region of British Columbia. Prepared for B.C. Ministry of Environment, Cranbrook, BC. 34 p.

Hatfield, T., and Long, G. 2010. BC freshwater fish threats assessment tool. Spreadsheet, documentation and user guide. Prepared for B.C. Ministry of Environment, Victoria, BC.

Heidt, K.D. 2003. Elk River Creel Survey 2002 - Quality Waters strategy (River Guardian Program). Prepared for B.C. Ministry of Water, Land and Air Protection, Kootenay Region, Cranbrook, BC. 24 p.

Heidt, K.D. 2004. St. Mary River Creel Survey 2003 Quality Waters Strategy (River Guardian Program). B.C. Min. Environ., Cranbrook, BC. 35 p.

Heidt, K. 2007. Whiteswan Lake Operation and Management – 2007. B.C. Min. Environ., Fish and Wildlife Section, Kootenay Region, Report ID 11110. 8 p.

Heidt, K. 2009. Whiteswan Lake Operation and Management – 2009. B.C. Min. Environ., Fish and Wildlife Section, Kootenay Region.

Heidt, K.D. 2010. River guardian compliance monitoring and angler survey on East Kootenay Classified Waters - 2009 (River Guardian Program). B.C. Min. Environ., Cranbrook, BC.

Hilderbrand, R.H. 2003. The roles of carrying capacity, immigration, and population synchrony on persistence of stream-resident Cutthroat Trout. Biol. Conserv. 110: 257-266.

Hitt, N.P., Fissell, C.A., Muhlfeld, C.C., and Allendorf, F.W. 2003. Spread of hybridization between native Weststlope Cutthroat Trout, Oncorhynchus clarki lewisi, and nonnative Rainbow Trout, Oncorhynchus mykiss. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 60: 1440-1451.

Johnston, N.T. 2001. Synoptic surveys of the effects of riparian management regulations along S5 and S6 streams on downstream fish habitat. Fisheries Project Report No. RD92. B.C. Fisheries Branch, Vancouver, BC.

Johnston, N.T., Parkinson, E.A., Tautz, A.F., and Ward, B.R. 2000. Biological reference points for the conservation and management of steelhead, Oncorhynchus mykiss. Canadian Stock Assessment Secretariat. Research Document 2000/126. Fisheries and Oceans Canada. 96 p.

Johnston, N.T., Parkinson, E.A., Tautz, A.F., and Ward, B.R. 2002. Biological reference points from deterministic stock-recruit relations. B.C. Fisheries Branch, Vancouver, BC. Fisheries Project Report No. RD100.

Liknes, G.A., and Graham, P.J. 1988. Westslope Cutthroat Trout in Montana: life history, status and management. Am. Fisheries Soc. Symp. 4: 55-60.

McPhail, J.D. 2007. The freshwater fishes of British Columbia. Univ. Alberta Press, Edmonton, AB.

Martin, A.D. 1983. Fisheries management implications of creel surveys conducted at the Elk River in Kootenay Region 1982–83. Fisheries Management Report No. 78 (1983).

Martin, A.D. 1984. Effects of a 2.5 year closure of the cutthroat fishery on the Upper St. Mary River: management implications of implementing an alternate year closure on East Kootenay trout streams. Fisheries Management Report No. 82 (1984).

Master, L., Faber-Langendoen, D., Bittman, R., Hammerson, G.A., Heidel, B., Nichols, J., Ramsay, L., Tomaino, A. 2009. NatureServe conservation status assessments: factors for assessing extinction risk. (en anglais seulement) NatureServe, Arlington, VA. Accès : [consulté le 2 avril 2012].

Mayhood, D.W. 1999. Provisional evaluation of the status of Westslope Cutthroat Trout in Canada. In Darling, L.M., ed. Proceedings of the Biology and Management of Species and Habitats at Risk, Kamloops, BC, 15-19 February, 1999, pages 579-585. B.C. Min. Environ., Lands and Parks, Victoria, BC, and University College of the Cariboo, Kamloops, BC.

Mayhood, D.W. 2009. Contributions to a recovery plan for Westslope Cutthroat Trout (Oncorhynchus clarkii lewisi) in Alberta: threats and limiting factors (en anglais seulement). Report prepared for Alberta Fish and Wildlife, Cochrane, AB. FWF Freshwater Research Limited Technical Report No.2009/05-2, Calgary, AB. Ix + 68 p.

McPhail, J.D., and Carveth, R. 1992. A Foundation for Conservation: The Nature and Origin of the Freshwater Fish Fauna of British Columbia. Report from the UBC Fish Museum, and Department of Zoology, Vancouver, B.C.

Muhlfeld, C.C., Kalinowski, S.T., McMahon, T.E., Taper, M.L., Painter, S., Leary, R.F., and Allendorf, F.W. 2009. Hybridization rapidly reduces fitness of a native trout in the wild. Biol. Lett. 5: 328-331.

NatureServe. 2010. NatureServe Explorer: An Online Encyclopedia of Life [application Web] (en anglais seulement). Version 7.1. Arlington, VA. Accès : [consulté le 2 avril 2012].

Oliver, G.G. 1990. An evaluation of special angling regulations for Cutthroat Trout in the lower St. Mary River. B.C. Min. Environ., Fish. Manage. Rep. No. 97. 19 p.

Oliver, G.G. 2003. Joseph Creek restoration: opportunities in water supply management to accommodate downstream ecosystem needs. Prepared for Columbia Basin Trust, Nakusp, BC, and Columbia Kootenay Fisheries Renewal Partnership, Cranbrook, BC. Prepared by G.G. Oliver Environmental Science, Cranbrook, BC. 30 p. + appendices.

Oliver, G.G. 2009. Towards a Westslope Cutthroat Trout management plan for the Province of British Columbia. Report prepared for B.C. Ministry of Environment, Prepared by G.G. Oliver and Associates Environmental Science, Cranbrook, BC. 95 p. + appendices.

Parkinson, E.P., Keeley, E.R., Taylor, E.B., Pollard, S., and Tautz, A.F. 2005. A population database for defining conservation units for steelhead. B.C. Fisheries Management Report 119.

Prince, A. 2001. Local knowledge of Columbia River fisheries in British Columbia, Canada. Report prepared for Columbia-Kootenay Fisheries Renewal Partnership, Cranbrook, BC. Prepared by Westslope Fisheries, Cranbrook, BC. 50 p. + 1 app.

Province of British Columbia. 1982. Wildlife Act [RSBC 1996] c. 488. (en anglais seulement) Queen’s Printer, Victoria, BC. Accès : [consulté le 2 avril 2012]

Province of British Columbia. 2002. Forest and Range Practices Act [RSBC 2002] c. 69 (en anglais seulement) Queen’s Printer, Victoria, BC. Accès : (en anglais seulement) [consulté le 2 avril 2012].

Province of British Columbia. 2005. Steelhead stream classification policy [PDF 79 Ko] (en anglais seulement). Accès : [consulté le 2 avril 2012].

Province of British Columbia. 2008. Oil and Gas Activities Act [SBC 2008] c. 36 (en anglais seulement). Queen’s Printer, Victoria, BC. Accès : [consulté le 2 avril 2012].

Province of British Columbia. 2010. Updated procedures for meeting legal obligations when consulting First Nations, Interim. (en anglais seulement) Accès : [consulté le 8 mars 2012].

Ptolemy, R. 2010. Landscape threats assessment for Westslope Cutthroat Trout located in the Southern Interior Mountains Ecoprovince: hydrology, water supply, water allocation and baseflow characterization. B.C. Min. Environ., Victoria, BC. Rapport inédit.

Rubidge, E.M. and Taylor, E.B. 2004. Hybrid zone structure and the potential role of selection in hybridizing populations of native westslope cutthroat trout (Oncorhynchus clarki lewisi) and introduced rainbow trout (O. mykiss). Mol. Ecol. 13: 3735-3749.

Rubidge, E.M., and Taylor, E.B. 2005. An analysis of spatial and environmental factors influencing hybridization between native Westslope Cutthroat Trout (Oncorhynchus clarki lewisi) and introduced Rainbow Trout (O. mykiss) in the upper Kootenay river drainage, British Columbia. Conserv. Biol. 6: 369-384.

Salafsky, N., Salzer, D., Stattersfield, A.J., Hilton-Taylor, C., Neugarten, R., Butchart, S.H.M., Collen, B., Cox, N., Master, L.L., O'Connor, S., et al. 2008. A standard lexicon for biodiversity conservation: unified classifications of threats and actions. Conserv. Biol. 22: 897-911.

Schmetterling, D.A. 2000. Redd characteristics of fluvial Westslope Cutthroat Trout in four tributaries to the Blackfoot River, Montana. N. Am. J. Fish. Manage. 21: 507-520.

Shepard, B.B., Sanborn, L., Ulmer, L., and Lee, D.C. 1997. Status and risk of extinction for Westslope Cutthroat Trout in the upper Missouri River basin, Montana. N. Am. J. Fish. Manage. 17: 1158-1172.

Stalberg, H.C., Lauzier, R.B., MacIsaac, E.A., Porter, M., and Murray, C. 2009. Canada’s policy for conservation of wild pacific salmon: stream, lake and estuarine habitat indicators. Fisheries and Oceans, Canada. Canadian Manuscript Report of Fisheries and Aquatic Sciences 2859.

Taylor, E.B., Stamford, M.D., and Baxter, J.S. 2003. Population subdivision in Westslope Cutthroat Trout (Oncorhynchus clarki lewisi) at the northern periphery of its range: evolutionary inferences and conservation implications. Mol. Ecol. 12: 2609-2622.

Tepper, H. 2008a. Status report on angler use of the seven classified waters in Region 4. Unpublished report for B.C. Ministry of Environment, Cranbrook, BC.

Tepper, H. 2008b. Status report on compliance monitoring and enforcement on EK QWs in 2008. Report for B.C. Ministry of Environment, Cranbrook, BC.

Trotter, P. 2008. Cutthroat: native trout of the West. 2nd edition. Univ. California Press, Berkeley, CA.

Valdal, E.J., and Quinn, M.S. 2010. Spatial analysis of forestry related disturbance on Westslope Cutthroat Trout (Oncorhynchus clarki lewisi): implications for policy and management. applied spatial analysis. Publié en ligne en janvier 2010.

Westover, W.T. 1993. Summer 1991 creel survey on the Elk River from Ladner Creek to Elko. Fisheries Project Report KO 49 (1993).

Westslope Fisheries Ltd. 2003. Elk River Westslope Cutthroat Trout radio telemetry study 2000–2002. Prepared for Columbia-Kootenay Fisheries Renewal Partnership, Cranbrook, BC. 36 p.

Wydoski, R.S. 1979. Relation of hooking mortality and sublethal hooking stress to quality fishery management. In R.D. Bernhart and T.D. Roelefs, eds. A national symposium on catch and release fishing - proceedings. Pages 43-87. Humboldt State Univ., Arcata, CA.

Communications personnelles

  • Doug Biffard. Écologiste des milieux aquatiques, division Parks and Protected Areas, ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique). Janvier 2011.
  • Jeff Burrows. Ichtyobiologiste principal, Ministère des Forêts, des Terres et de l'Exploitation des ressources naturelles de la Colombie-Britannique, Nelson (Colombie-Britannique). Janvier 2011.
  • Peter Corbett. Mirkwood Ecological Consultants Ltd, Winlaw (Colombie-Britannique). Décembre 2010.
  • Kevin Heidt. Technicien des pêches. Ministère des Forêts, des Terres et de l'Exploitation des ressources naturelles de la Colombie-Britannique, Cranbrook (Colombie-Britannique). Décembre 2011.
  • Shelley Humphries. Spécialiste des milieux aquatiques, Parcs Canada, lac Louise, parcs nationaux Yoho et Kootenay. Décembre 2010.
  • Cory Legebokow. Spécialiste des écosystèmes. Ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Revelstoke (Colombie-Britannique). Décembre 2010.
  • Doug Martin. Spécialiste principal des écosystèmes, Ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Cranbrook (Colombie-Britannique). Correspondance par courriel. Janvier 2011.
  • Craig Mount. Géomorphologue des habitats aquatiques, ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique). Janvier 2011.
  • Ron Ptolemy. Instream Flow Specialist, ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique). Décembre 2010.
  • Lars Reese-Hansen. Biologiste de la planification des écosystèmes, ministère de l'Exploitation des ressources naturelles de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique). Janvier 2010.
  • Mike Robinson. Consultant indépendant, Cranbrook (Colombie-Britannique). Décembre 2010.
  • Dr Eric Taylor. Professeur, département de zoologie, Université de la Colombie-Britannique, Vancouver (Colombie-Britannique). Novembre 2010.
  • Byron Woods. Coordonnateur du SIG, ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique). En cours.

Annexe 1. Utilisation de l'habitat dans la rivière Elk

Le résumé qui suit décrit de façon plus précise l'utilisation de l'habitat par la truite fardée versant de l'ouest dans la rivière Elk. Cette information est utile à notre compréhension du besoin de l'espèce en matière de corridors de migration intacts et du degré auquel elle utilise différents habitats à différents moments. Une étude récente de radiomarquage menée en 2001 et 2002 dans la rivière Elk a permis de relever les habitats importants de la truite fardée versant de l'ouest (Westlope Fisheries Ltd. 2003).

Selon cette étude, l'habitat d'hivernage est caractérisé par des tronçons de rivières plus profonds, avec des plats lentiques et des fosses, tant dans les tronçons couverts de glace que dans les tronçons libres de glaces. À partir du mois d'octobre, les poissons ont tendance à se regrouper dans ces tronçons, et ils y demeurent jusqu'au mois d'avril suivant. Fait plus notable, les poissons qui se trouvent dans les tronçons supérieurs de la rivière migrent sur une distance deux fois supérieure à celle parcourue par les poissons qui se trouvent dans les tronçons inférieurs pour accéder aux sites d'hivernage que sont les lacs Elk. Une fois dans leur site d'hivernage, les poissons demeurent assez sédentaires. Les lacs Elk représentent indubitablement l'une des quelques zones de la partie supérieure du bassin hydrographique où la profondeur est appropriée au soutien des populations de truites fardées versant de l'ouest adultes durant l'hiver. Dans les tronçons inférieurs de la rivière, les poissons ont tendance à se déplacer fréquemment au cours de l'hiver, possiblement pour éviter le mouvement des glaces. Les poissons qui se trouvent dans ce tronçon inférieur se déplacent tant en amont qu'en aval pour accéder à l'habitat d'hivernage. La plus grande distance observée durant l'étude entre les habitats de frai et d'hivernage atteint 60 km.

La présence d'un habitat de frai a été documentée dans les tributaires et le cours principal de la rivière, dans des zones où des graviers ont été fraîchement déposés après un épisode de débordement. Les géniteurs qui fraient dans les tributaires du cours inférieur de la rivière Elk entreprennent les plus longues migrations vers les aires de frai (jusqu'à 20 km). Bien que les microhabitats choisis pour le frai varient des rives des chenaux principaux aux chenaux latéraux et aux ruisseaux pérennes, ces habitats affichaient des caractéristiques particulières assez semblables. Les gravières ont tendance à être regroupées dans des zones caractérisées par une abondance de grands débris ligneux et de berges érodées. Le substrat dominant utilisé est le gravier (d'un diamètre de 1,8 à 3,3 cm). Le frai se produit à la fin mai et au mois de juin, lorsque les températures atteignent 7 à 11 °C, mais les moments précis dépendent de l'altitude et de la fonte de la couverture de neige.

Selon les conclusions de cette étude, la truite fardée versant de l'ouest fréquentant la rivière Elk présente les éléments suivants :

  1. Les migrations vers les habitats d'hivernage et de frai se font sur des distances variables, reflétant les différents stades du cycle biologique et une disponibilité variable de l'habitat.
  2. Les habitats de frai comprennent un éventail d'emplacements (rives du cours principal de la rivière, zones hors chenaux, tributaires éphémères et pérennes). Bien que la plupart des poissons fraient dans le cours principal de la rivière, certains fraient dans les ruisseaux Morrissey, Lizard, Hartley, Michel et Fording, ainsi que dans l'émissaire du lac Elk inférieur.
  3. Le moment du frai semble être lié aux conditions principales présentes dans le cours d'eau, notamment la température et le débit (partie descendante de l'hydrogramme, après le dépôt de graviers frais).
  4. Le choix d'un microhabitat semble être assez constant, quel que soit son emplacement.

Annexe 2. Description détaillée du cadre et des cibles de l' abondance qui en découlent (pour atteindre l'objectif 2)

Objectif 2 Maintenir les populations sauvages à des niveaux d'abondance qui permettent d'éviter la désignation d'espèce en péril, de sorte que les populations puissent offrir des retombées sociales durables.

Cadre de gestion

Les trois seuils d'abondance sont illustrés à la figure A2.1. Le cadre repose sur l'hypothèse selon laquelle les gestionnaires peuvent modifier les taux de mortalité ou la productivité des stocks en prenant des mesures de gestion. Pour les populations qui soutiennent des pêches récréatives, les mesures de gestion consisteront souvent à modifier les taux de mortalité par la pêche.

Figure A2.1 (Traduction des mots anglais trouvés à la Figure A2.1 : LRP = PRL, TRP = PRC). Éléments d'un cadre de gestion prudent axé sur l'abondance. Trois seuils d'abondance (le point de référence limite [PRL], le seuil de préoccupations concernant la conservation [SPC], le point de référence cible [PRC]) sont définis pour imposer des changements par la prise de mesures de gestion obligatoires qui visent à maintenir la population dans la zone de gestion courante, qui correspond à une optimisation des retombées sociales durables. Dans les fourchettes d'abondance qui correspondent à des préoccupations concernant la conservation et à des préoccupations concernant la conservation extrêmes, les mesures de gestion s'orientent de plus en plus vers la promotion du rétablissement de la population (p. ex. en réduisant les taux de prélèvement de HTR à HLR), et les retombées sociales potentielles diminuent en conséquence. L'abondance de la population est mesurée par rapport à l'abondance maximale asymptotique (voir ci-après).

Description longue de la figure A2.1

Figure A2.1. La figure A2.1 est intitulée « Éléments d’un cadre de gestion prudent axé sur l’abondance ». Trois seuils d’abondance (le point de référence limite [PRL], le seuil de préoccupations concernant la conservation [SPC], le point de référence cible [PRC]) sont définis pour imposer des changements par la prise de mesures de gestion obligatoires qui visent à maintenir la population dans la zone de gestion courante, qui correspond à une optimisation des retombées sociales durables. Dans les fourchettes d’abondance qui correspondent à des préoccupations concernant la conservation et à des préoccupations concernant la conservation extrêmes, les mesures de gestion s’orientent de plus en plus vers la promotion du rétablissement de la population (p. ex. en réduisant les taux de prélèvement de HTR à HLR), et les retombées sociales potentielles diminuent en conséquence. L’abondance de la population est mesurée par rapport à l’abondance maximale asymptotique (voir ci-après). L’axe des abscisses est nommé « Abondance relative » et varie de 0,0 à 0,5. L’axe des ordonnées est nommé « Mesure de gestion » et varie de 0,0 à 0,6. Le graphique est divisé par trois lignes verticales tiretées : le point de référence limite (PRL, situé à 0,15 sur l’axe des abscisses), le seuil de préoccupations concernant la conservation (SPC, situé à 0,3 sur l’axe des abscisses) et le point de référence cible (PRC, situé à 0,45 sur l’axe des abscisses). Celles-ci définissent les limites de trois zones : à gauche du PRL se trouve la zone qui correspond à des préoccupations concernant la conservation extrêmes; entre le PRL et le SPC se trouve la zone qui correspond à des préoccupations concernant la conservation, et à droite du SPC se trouve la zone de gestion courante. Dans le coin inférieur droit du graphique (0,5, 0,0), le point de référence limite de prélèvement est nommé HLR. Une ligne tiretée sur le graphique commence aux coordonnées 0,15, 0,0, continue en suivant une pente linéaire positive jusqu’aux coordonnées 0,3, 0,4, point à partir duquel la ligne continue à l’horizontale jusqu’aux coordonnées 0,5, 0,4; ce point est nommé HTR, le point de référence cible de prélèvement.

Graphique

Le seuil d'abondance principal est le seuil de préoccupations concernant la conservation (SPC, voir la figure A2.1). Le SPC établit un niveau d'abondance en dessous duquel la capacité de la population d'offrir des retombées durables est réduite, et la probabilité d'un déclin à long terme augmente. Le seuil de préoccupations concernant la conservation est utilisé en tant que seuil prudent qui, lorsqu'il est atteint, impose la prise de mesures de gestion obligatoires (comme la réduction des taux de prélèvement ou d'autres sources de mortalité anthropiques) qui visent à freiner le déclin de la population et à rétablir celle-ci rapidement aux niveaux d'abondance souhaités dans des conditions environnementales moyennes. Les mesures de gestion deviennent de plus en plus strictes à mesure que la différence entre l'abondance observée et le seuil de préoccupations concernant la conservation s'accroît. Par exemple, la mortalité par la pêche autorisée devrait être réduite à de faibles taux d'abondance de la population (figure A2.1). Une population dont l'abondance se situe en dessous du seuil de préoccupations concernant la conservation pourrait être encore capable d'offrir des retombées sociales durables, comme la possibilité de prélever des poissons, mais dans une moindre mesure. La définition opérationnelle du seuil de préoccupations concernant la conservation est celle de l'abondance des adultes au niveau de production maximale soutenable, NPMS, en dessous duquel une population est considérée comme étant surexploitée. Cet usage est conforme au Code de conduite pour une pêche responsable de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), qui établit un objectif de gestion minimal consistant à « maintenir ou rétablir les stocks à des niveaux où ils sont capables d'offrir une production maximale soutenable » [traduction].

Le point de référence limite (PRL, figure 1) indique un niveau d'abondance en dessous duquel le risque de non-rétablissement dans la zone de gestion courante dans un laps de temps préétabli et dans des conditions environnementales moyennes est considéré comme inacceptable. Plus l'abondance descend sous le PRL, plus la viabilité à long terme de la population et sa capacité d'offrir, à l'avenir, les retombées sociales désirées sont menacées. Pour les petites populations, le risque de disparition augmente de façon marquée lorsque l'abondance se situe en dessous du PRL. Le PRL est conçu pour imposer des mesures de gestion visant à rétablir une population qui s'est effondrée avant que sa viabilité ne soit menacée. Parmi les mesures de gestion pourraient figurer des mesures extraordinaires comme l'élimination de toutes les sources anthropiques de mortalité, la réduction des sources de mortalité naturelle qui peuvent être maîtrisées et des mesures visant à accroître la productivité des stocks). Notre définition opérationnelle du PRL pour les populations de salmonidés modérément productives comme celles de la truite fardée versant de l'ouest correspond à l'abondance nécessaire à une population pour qu'elle se rétablisse au niveau du seuil de préoccupations concernant la conservation en une à deux générations dans des conditions environnementales moyennes. Des simulations de la dynamique d'une population de truites steelhead bien étudiée nous montrent que l'application de cette définition nous aidera à éviter la disparition de stocks de petite taille lorsqu'elle sera combinée à des mesures de réduction de la mortalité (Johnston et al. 2000). Comme le rythme de rétablissement d'une population qui s'est effondrée dépend de la productivité du stock, qui est habituellement connue de façon imprécise, il est préférable de définir le PRL de telle sorte qu'il demeure efficace malgré cette incertitude.

Les niveaux d'abondance qui se situent au-dessus du seuil de préoccupations concernant la conservation définissent une « zone de gestion courante » (figure A2.1), qui correspond à un faible risque de déclin irréversible de l'abondance et à une gestion de la population de nature à optimiser les retombées sociales positives. Le point de référence cible (PRC, figure A2.1) est le niveau d'abondance auquel l'efficacité de la mesure choisie pour optimiser les retombées sociales positives est maximale. La position du PRC varie avec les objectifs de gestion du stock et les facteurs qui sont pris en considération dans la mesure des retombées sociales positives qui sont à optimiser. Des consultations auprès des intervenants pourraient nous aider à définir les facteurs à prendre en considération. Pour les pêches avec prélèvement, le PRC pourrait être près de NPMS pour optimiser les rendements, tandis que pour les pêches avec prises et remises à l'eau, le PRC pourrait être près du niveau d'abondance à l'équilibre des populations non exploitées pour optimiser les taux de prise attendus. Il pourrait être nécessaire de mener des analyses particulières pour déterminer la valeur de PRC s'il faut tenir compte de critères économiques ou d'autres mesures de retombées sociales positives non liées aux pêches, mais, en aucun cas, le PRC ne pourra se situer en dessous du seuil de préoccupations concernant la conservation.

Seuils d'abondance et points de référence pour la truite fardée versant de l'ouest

La définition de points de référence pour la gestion de la truite fardée versant de l'ouest et d'autres espèces qui affichent de faibles effectifs et forment des populations distinctes est une entreprise difficile, car, normalement, nous ne disposons que de peu, voire d'aucune donnée quantitative sur l'abondance d'une population donnée. En particulier, il existe peu de données sur la productivité des stocks, qui détermine le rythme du rétablissement à de faibles niveaux d'abondance. Même lorsque des données fiables sont disponibles, les estimations des paramètres qui sont nécessaires à l'établissement des points de référence peuvent se révéler très imprécises. Il est cependant particulièrement important d'établir des points de référence limite efficaces, car la faible taille de bon nombre de populations accroît leur risque de disparition. En raison des limites des données, il est souhaitable d'établir des points de référence efficaces qui ne reposent pas sur des données concernant la productivité des stocks. Notre approche consiste à utiliser une méthode analytique simple pour établir les points de référence limite et les seuils des préoccupations concernant la conservation. Cette méthode est adéquate pour les populations démographiquement indépendantes de salmonidés territoriaux croissant dans les cours d'eau, dont les relations stock-recrutement peuvent souvent être représentées par un modèle de Beverton-Holt (figure A2.1). Bien qu'il existe d'autres approches, ce modèle est raisonnable et permet d'établir des seuils estimés à partir de données limitées sur l'abondance de populations non exploitées. Pour une relation stock-recrutement de Beverton-Holt, le SPC (défini comme étant NPMS) est :

SPC = NPMS = B · a-0.5 – B · a-1

(Johnston et al. 2002).

Figure A2.2. Relation stock-recrutement de Beverton-Holt (ligne bleue) : Recrues = a Géniteurs / (1 + a Géniteurs / B), où a représente la productivité du stock et B l'abondance maximale asymptotique. La productivité d'un stock est le taux de croissance de la population à des niveaux d'abondance très faibles (ligne tiretée en diagonale, nommée « a »). L'abondance maximale asymptotique, B, représente le recrutement attendu à un très haut niveau d'abondance des géniteurs; elle est estimée à partir d'une série chronologique des données géniteur-recrutement. Une population non exploitée fluctue autour de la taille de la population à l'équilibre, Nequilibre, qui est toujours inférieure à B selon un modèle de Beverton-Holt. La ligne noire pleine représente la ligne 1:1, où le nombre de recrues est égal à celui des géniteurs. La différence entre la ligne 1:1 et la relation stock-recrutement représente le surplus (potentiellement) exploitable. NPMS représente l'abondance des géniteurs qui produisent le plus haut niveau de surplus exploitable. Dans cet exemple, a = 5, les géniteurs et les recrues étant tous deux exprimés dans des unités de B, NPMS = 0,247B et Nequilibre = 0,80 B.

Description longue de la figure A2.2

Figure A2.2. La figure A2.2 est intitulée « Relation stock-recrutement de Beverton-Holt (ligne bleue) : Recrues = a Géniteurs / (1 + a Géniteurs / B), où a représente la productivité du stock et B l’abondance maximale asymptotique ». La productivité d’un stock est le taux de croissance de la population à des niveaux d’abondance très faibles (ligne tiretée en diagonale, nommée « a »). L’abondance maximale asymptotique, B, représente le recrutement attendu à un très haut niveau d’abondance des géniteurs; elle est estimée à partir d’une série chronologique des données géniteur-recrutement. Une population non exploitée fluctue autour de la taille de la population à l’équilibre, Nequilibre, qui est toujours inférieure à B selon un modèle de Beverton-Holt. La ligne noire pleine représente la ligne 1:1, où le nombre de recrues est égal à celui des géniteurs. La différence entre la ligne 1:1 et la relation stock-recrutement représente le surplus (potentiellement) exploitable. NPMS représente l’abondance des géniteurs qui produisent le plus haut niveau de surplus exploitable. Dans cet exemple, a = 5, les géniteurs et les recrues étant tous deux exprimés dans des unités de B, NPMS = 0,247 B et Nequilibre = 0,80 B. La formule R = a·S / (1 + a·S / B) est centrée au-dessus du graphique. L’axe des abscisses est nommé « Géniteurs » et varie de 0,0 à 1,2. L’axe des ordonnées est nommé « Recruteurs » et varie de 0,0 à 1,2. À 1,0 sur l’axe des ordonnées, une ligne droite tiretée noire nommée « B » traverse le graphique horizontalement. Une autre ligne tiretée noire nommée « a » commence aux coordonnées 0,0, 0,0 et continue en suivant une pente linéaire positive jusqu’à environ 0,15, 0,75. Une ligne diagonale pleine noire traverse le graphique en diagonale depuis les coordonnées 0,0, 0,0 jusqu’aux coordonnées 1,2, 1,2. Une ligne bleue pleine commençant aux coordonnées 0,0, 0,0 s’incurve vers le haut, traverse la ligne diagonale pleine noire à environ 0,8, 0,75 (ce point bleu est nommé Nequilibre), et se termine à environ 1,2, 0,85. Sur l’axe des abscisses, un point rouge nommé NPMS se situe à environ 0,25, 0,0. Une ligne verticale pleine rouge alignée à 0,25 sur l’axe des ordonnées relie la ligne diagonale pleine noire à la ligne courbée bleue.

Graphique

Bien que le seuil de préoccupations concernant la conservation dépende de la productivité du stock, il est une fonction lentement variable de la productivité du stock dans la fourchette habituellement constatée pour les salmonidés, et possède une borne supérieure de 0,25B (figure A2.3). Bien que nous manquions d'estimations de la productivité du stock pour la plupart des populations de truites fardées versant de l'ouest, nous pouvons fixer le seuil de préoccupations concernant la conservation à 0,25B (nous modifierons ultérieurement cette valeur pour tenir compte de la variabilité des conditions environnementales). Cette valeur sera une excellente approximation de la valeur réelle dans la fourchette des valeurs de la productivité du stock qui s'applique vraisemblablement aux populations de salmonidés de faible taille (figure A2.3, espace de gauche), et permettra d'assurer une protection notable aux populations qui affichent une productivité très faible des stocks, et d'engendrer des résultats désirables pour les petites populations qui sont particulièrement vulnérables au risque de disparition. Si le seuil de préoccupations concernant la conservation est fixé en tant que proportion constante de l'abondance maximale asymptotique, il est facile de fixer le point de référence limite pour un rétablissement en une génération. Le PRL s'exprime de la façon suivante :
PRL = B SPC / a (B – SPC).

Le point de référence limite dépend fortement de la productivité du stock, mais est limité par 0,13B pour un rétablissement à NPMS en une génération (figure A2.3, à gauche). Le rétablissement à 0,25B exige que l'on établisse un point de référence limite légèrement supérieur à de très faibles niveaux de productivité du stock (figure A2.3, à gauche).

Figure A2.3 (Traduction des mots anglais trouvés à la Figure A2.3 : recruit = recrue). Les seuils de gestion axés sur l'abondance peuvent varier avec la productivité du stock. L'abondance des géniteurs au niveau de production maximale soutenable (NPMS, ligne verte pleine) pour une relation stock-recrutement de type Beverton-Holt (à gauche) est une fonction variant lentement de la productivité du stock qui s'approche de 0,25B (SPC, ligne tiretée noire) (valeur limite), où B représente l'abondance maximale asymptotique. Le niveau d'abondance des géniteurs à partir duquel un stock peut se rétablir à NPMS (ligne rouge pleine) ou à 0,25B (ligne rouge tiretée) en une génération détermine les points de référence limites (PRL) possibles. Pour une relation stock-recrutement de type Ricker, NPMS varie plus fortement avec la productivité du stock et représente une plus grande proportion de l'abondance maximale asymptotique que NPMS pour une relation stock-recrutement de type Beverton-Holt avec le même niveau de productivité du stock. Nequilibre (ligne bleue) représente l'abondance à l'équilibre autour de laquelle fluctue une population non exploitée.

Description longue de la figure A2.3

Figure A2.3. La figure A2.3 est intitulée « Les seuils de gestion axés sur l’abondance peuvent varier avec la productivité du stock ». L’abondance des géniteurs au niveau de rendement maximal soutenu (NRMS, ligne verte pleine) pour une relation stock-recrutement de type Beverton-Holt (à gauche) est une fonction variant lentement de la productivité du stock qui s’approche de 0,25B (SPC, ligne tiretée noire) (valeur limite), où B représente l’abondance maximale asymptotique. Le niveau d’abondance des géniteurs à partir duquel un stock peut se rétablir à NPMS (ligne rouge pleine) ou à 0,25B (ligne rouge tiretée) en une génération détermine les points de référence limites (PRL) possibles. Pour une relation stock-recrutement de type Ricker, NPMS varie plus fortement avec la productivité du stock et représente une plus grande proportion de l’abondance maximale asymptotique que NPMS pour une relation stock-recrutement de type Beverton-Holt avec le même niveau de productivité du stock. Nequilibre (ligne bleue) représente l’abondance à l’équilibre autour de laquelle fluctue une population non exploitée. Deux graphiques sont représentés. L’axe des abscisses des deux graphiques est nommé « Productivité des stocks (recrues/géniteur-1) » et s’étend de 1 à 10. L’axe des ordonnées des deux graphiques est nommé « Abondance des géniteurs (B-1) » et s’étend de 0,0 à 0,6. Sur les deux graphiques, à environ 0,25 sur l’axe des ordonnées, une ligne tiretée noire nommée SPC traverse le graphique horizontalement. Le graphique à gauche est intitulé « Relation stock-recrutement de Beverton-Holt ». Une ligne rouge solide nommée PRLNPMS commence à environ 1,0, 0,02 sur ce graphique, s’incurve vers le haut, puis descend, se terminant à environ 10, 0,02. Une ligne tiretée rouge nommée PRL0,25B commence à environ 1,0, 0,32, s’incurve vers le bas et se termine à environ 10,0, 0,02. Une ligne bleue pleine nommée Nequilibre commence à environ 1,0, 0,03 et s’incurve brusquement vers le haut, se terminant à environ 2,4, 0,58. Une ligne verte pleine nommée NPMS commence à environ 1,0, 0,03), touche le seuil de préoccupations concernant la conservation, puis s’incurve vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,03. Le graphique à droite est intitulé « Relation stock-recrutement de Ricker. » Une ligne rouge solide nommée PRLNPMS commence à environ 1,0, 0,06 sur ce graphique, s’incurve vers le haut, et se termine à environ 10,0, 0,02. Une ligne tiretée rouge nommée PRL0,25B commence à environ 1,2, 0,56, s’incurve vers le bas, et se termine à environ 10,0, 0,05. Une ligne bleue pleine nommée Nequilibre commence à environ 1,0, 0,13, remonte brusquement, et se termine à environ 1,3, 0,55. Une ligne verte pleine nommée NPMS commence à environ 1,0, 0,13, s’incurve vers le haut, puis vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,21.

Graphique

En l'absence de données sur la productivité des stocks propre à la population, la définition de seuils de gestion en tant que proportions fixes de l'abondance maximale asymptotique (p. ex. PRL ≈ 0,13B et SPC ≈ 0,25B) est justifiable et efficace sur le plan opérationnel dans bon nombre de cas. Cependant, cette approche comporte deux inconvénients potentiels. Le premier est l'incertitude qui entoure la forme structurelle « réelle » de la relation stock-recrutement. Les seuils de gestion qui sont dérivés d'un modèle de relation stock-recrutement de type Ricker (figure A2.3, à droite) ou d'un modèle en bâton de hockey (Johnston et al. 2002) sont apparemment moins efficaces que ceux qui sont dérivés d'un modèle de type Beverton-Holt. Le deuxième inconvénient est le fait que l'abondance maximale asymptotique n'est pas directement observable dans le cadre d'un modèle de type Beverton-Holt. Elle est estimée à partir des analyses stock-recrutement. L'abondance des populations non exploitées fluctue autour de leur abondance à l'équilibre, qui est considérablement plus faible que la valeur maximale asymptotique (figure A2.2).

Les seuils de gestion potentiels peuvent être exprimés de nouveau en tant que proportions de l'abondance à l'équilibre observable (figure A2.4). Il semble que les seuils de gestion pour les stocks non productifs soient de fortes proportions des tailles de population à l'équilibre, p. ex. SPC ≈ 0,4Nequilibre à 0,5Nequilibre et PRL ≈ 0,3Nequilibre à 0,4Nequilibre quelle que soit la forme de la relation stock-recrutement. En ce qui concerne les stocks modérément productifs, c'est-à-dire a ≥ 3 recrues géniteur-1, les valeurs de SPC devraient s'établir grossièrement entre 0,35Nequilibre et 0,4Nequilibre, et celles du PRL entre ≈ 0,1Nequilibre et 0,2Nequilibre. En général, l'effet de l'incertitude entourant les paramètres et la variabilité des conditions environnementales est l'accroissement des seuils de gestion requis, bien que cela dépende de la variance de l'erreur du processus stochastique et de la nature des règles de contrôle appliquées entre le seuil de préoccupations concernant la conservation et le point de référence limite (Johnston et al. 2000). La figure A2.5 présente un exemple de l'efficacité relative de plusieurs définitions du PRL quant à la diminution du risque de « disparition » de la sous-espèce. Malheureusement, nous manquons actuellement de données démographiques pour mener des analyses semblables concernant la truite fardée versant de l'ouest. En l'absence de données sur la productivité des stocks, nous proposons d'établir le seuil de préoccupations concernant la conservation à 0,4Nequilibre, et le point de référence limite à 0,2Nequilibre.

L'abondance à l'équilibre à partir de laquelle les seuils d'abondance propres à chaque population utilisés pour la gestion peuvent être établis peut être grossièrement considérée comme la densité moyenne mesurée pour une population non exploitée dans un habitat non perturbé, ou être estimée à partir de modèles de la capacité de l'habitat. Pour une espèce de salmonidés dont le cycle biologique peut être séparé en stade juvénile, affichant une mortalité dépendante de la densité, et un stade plus avancé, affichant une mortalité non dépendante de la densité, la densité qui doit être prise en considération pour établir des seuils de gestion doit être celle qui est observée après le stade où la mortalité est dépendante de la densité, qui est souvent le stade des tacons. En ce qui concerne la truite fardée versant de l'ouest, la meilleure estimation de la capacité de l'habitat dont nous disposons actuellement est vraisemblablement la densité des poissons susceptibles d'être capturés (c.-à-d. ceux dont la longueur à la fourche est supérieure à 30 cm) qui est dérivée des relevés au tuba menés pour des populations légèrement exploitées (p. ex. Oliver 1990) ou dans des eaux classifiées où s'appliquent des règlements contraignants sur les prises et remises à l'eau et où la mortalité par la pêche est faible (p. ex. Hagen et Baxter 2009). Les données recueillies dans le cours inférieur de la rivière St. Mary, un grand cours d'eau productif, donnent à penser que l'abondance à l'équilibre avoisinerait les 75 poissons de longueur à la fourche supérieure à 30 cm par kilomètre de rivière (Oliver 1990). Dans d'autres eaux classifiées, les densités s'échelonneraient actuellement entre 15 et 45 poissons par kilomètre (Hagen et Baxter 2009). Cependant, nous ne savons pas si ces valeurs peuvent être considérées comme des estimations des densités à l'équilibre des différentes populations.

Figure A2.4 Seuils de gestion exprimés en niveau d'abondance à l'équilibre, Nequilibre, selon les modèles de relation stock-recrutement de Beverton-Holt (à gauche) et de Ricker (à droite). NPMS représente l'abondance des géniteurs au niveau de production maximale soutenue, SPC0,25B représente 0,25 fois l'abondance maximale asymptotique, PRLNpms représente l'abondance à partir de laquelle une population peut se rétablir à NPMS en une génération dans des conditions environnementales moyennes, et PLR0,25B représente l'abondance à partir de laquelle une population peut se rétablir à 0,25 de l'abondance maximale asymptotique en une génération dans des conditions environnementales moyennes.

Description longue de la figure 2.4

Figure A2.4. La figure A2.4 est intitulée « Seuils de gestion exprimés en niveau d’abondance à l’équilibre, Nequilibre, selon les modèles de relation stock-recrutement de Beverton-Holt (à gauche) et de Ricker (à droite) ». NPMS représente l’abondance des géniteurs au niveau de production maximale soutenue, SPC0,25B représente 0,25 fois l’abondance maximale asymptotique, PRLNPMS représente l’abondance à partir de laquelle une population peut se rétablir à NPMS en une génération dans des conditions environnementales moyennes, et PLR0,25B représente l’abondance à partir de laquelle une population peut se rétablir à 0,25 de l’abondance maximale asymptotique en une génération dans des conditions environnementales moyennes.Deux graphiques sont représentés. L’axe des abscisses sur les deux graphiques est nommé « Productivité des stocks (recrues/géniteur-1) » et s’étend de 1 à 10. L’axe des ordonnées sur les deux graphiques est nommé « Abondance des géniteurs (Nequilibre-1) » et s’étend de 0,0 à 0,6. . Sur les deux graphiques, à 0,4 sur l’axe des ordonnées, une ligne tiretée noire traverse le graphique horizontalement. Le graphique à gauche est intitulé « Relation stock-recrutement de Beverton-Holt ». Une ligne solide rouge nommée PRLNPMS commence à environ 1,0, 0,5 et s’incurve vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,03. Une ligne tiretée rouge nommée PRL0,25B commence à environ 1,6, 0,56 et s’incurve vers le bas, se terminant à environ (10,0, 0,03). Une ligne solide verte nommée SPC0,25B commence à environ 1,8, 0,57 et s’incurve vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,28. Une ligne solide bleue nommée NPMS commence à environ 1,0, 0,5 et s’incurve vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,24. Le graphique à droite est intitulé « Relation stock-recrutement de Ricker. » Une ligne solide rouge nommée PRLNPMS commence à environ 1,0, 0,5 sur ce graphique et s’incurve vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,03. Une ligne tiretée rouge nommée PRL0,25B commence à environ 1,2, 0,56 et s’incurve vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,03. Une ligne solide verte nommée SPC0,25B commence à environ 1,2, 0,46), s’incurve vers le bas, puis vers le haut, se terminant à environ 10,0, 0,4. Une ligne solide bleue nommée NPMS commence à environ 1,0, 0,5 et s’incurve vers le bas, se terminant à environ 10,0, 0,34.

Graphique

Figure A2.5 (Traduction des mots anglais trouvés à la Figure A2.5 : recruit = recrue). Probabilité de quasi-disparition (N < 10 adultes en moyenne sur une génération) des stocks affichant une faible productivité en vertu d'un cadre de gestion axé sur l'abondance avec un taux d'exploitation constant de 0,1 dans la zone de gestion courante, qui décline de façon linéaire vers le zéro entre un seuil de préoccupations concernant la conservation de 0,4Nequilibre et un point de référence limite tel qu'indiqué. La simulation tient compte de niveaux réalistes d'erreur de processus et d'erreur de mise en œuvre temporairement autocorrélées. L'exemple concerne les populations qui affichent une abondance à l'équilibre de 1 000 poissons adultes et repose sur les paramètres démographiques du stock de truites steelhead de la rivière Keogh (pour plus de détails, veuillez vous reporter à Johnston et al. 2000). Les simulations donnent à penser que les petits stocks qui sont hautement non productifs et qui se trouvent dans des environnements variables, et pour lesquels le modèle est exécuté avec un taux de survie bon et mauvais, affichent un haut risque de disparition, mais que la limitation des points de référence dans la fourchette de 0,1 Nequilibre à 0,2Nequilibre donne des résultats qui avoisinent ceux d'une population non exploitée. Les populations modérément productives (productivité des stocks > 2,5 recrues par géniteur) affichent un faible risque de disparition en vertu d'un cadre de gestion qui met en vigueur un seuil de préoccupations concernant la conservation et un point de référence limite, bien qu'un tel modèle ait un coût en matière d'accès aux pêches. Les résultats de la simulation rendent possible la comparaison des politiques, mais les risques estimés de disparition ne doivent pas être considérés comme précis.

Description longue de la figure A2.5

Figure A2.5. La figure A2.5 est intitulée « Probabilité de quasi-disparition (N < 10 adultes en moyenne sur une génération) des stocks affichant une faible productivité en vertu d’un cadre de gestion axé sur l’abondance avec un taux d’exploitation constant de 0,1 dans la zone de gestion courante, qui décline de façon linéaire vers le zéro entre un seuil de préoccupations concernant la conservation de 0,4 Nequilibre et un point de référence limite comme indiqué ». La simulation tient compte de niveaux réalistes d’erreur de processus et d’erreur de mise en œuvre temporairement autocorrélées. L’exemple concerne les populations qui affichent une abondance à l’équilibre de 1 000 poissons adultes et repose sur les paramètres démographiques du stock de truites arc-en-ciel de la rivière Keogh (pour plus de détails, veuillez vous reporter à Johnston et al. 2000). Les simulations donnent à penser que les petits stocks qui sont hautement non productifs et qui se trouvent dans des environnements variables, et pour lesquels le modèle est exécuté avec un taux de survie bon et mauvais, affichent un haut risque de disparition, mais que la limitation des points de référence dans la fourchette de 0,1 Nequilibre à 0,2 Nequilibre donne des résultats qui avoisinent ceux d’une population non exploitée. Les populations modérément productives (productivité des stocks > 2,5 recrues par géniteur) affichent un faible risque de disparition en vertu d’un cadre de gestion qui met en vigueur un seuil de préoccupations concernant la conservation et un point de référence limite, bien qu’un tel modèle ait un coût en matière d’accès aux pêches. Les résultats de la simulation rendent possible la comparaison des politiques, mais les risques estimés de disparition ne doivent pas être considérés comme précis. Le graphique est intitulé « Relation stock-recrutement de Beverton-Holt ».L’axe des abscisses est nommé « Productivité des stocks (recrues/géniteur-1) » et varie de 1 à 4. L’axe des ordonnées est nommé « Probabilité de disparition » et varie de 0,0 à 1,0. Sept scénarios différents sont représentés sur le graphique : population non exploitée (ligne pleine noire), aucun PRL (ligne pleine rouge), PRL = 0,10 Nequilibre (ligne tiretée bleue), PRL = 0,15 Nequilibre (ligne pleine verte), PRL = 0,20 Nequilibre (ligne tiretée mauve), PRL = 0,25 Nequilibre (ligne pleine mauve), et PRL = SPC (ligne tiretée rouge). Toutes les lignes commencent généralement en haut à gauche du graphique (entre environ 0,5 et 0,75 sur l’axe des ordonnées) et s’incurvent vers le bas du graphique (entre environ 2,4 et 3,0 sur l’axe des abscisses).

Graphique

Annexe 3. Définition de groupes de la population

La Endangered Species Act des États-Unis définit de façon très officielle des unités significatives pour l'héritage évolutif, tandis que le COSEPAC, chargé en vertu de la LEP d'évaluer la situation des espèces sauvages en matière de conservation, définit des unités désignables (UD). Deux UD ont été définies pour la truite fardée versant de l'ouest, des UD qui correspondent aux deux provinces dans lesquelles la sous-espèce est présente au Canada, à savoir l'Alberta et la Colombie-Britannique.

En C.-B., la truite steelhead (Oncorhyncus mykiss) est gérée en tant que population (ou stocks) distincte, isolée sur le plan reproductif, à l'échelle de bassin hydrographique de troisième ordre ou plus étendu (Johnston et al. 2002, Parkinson et al. 2005). À cette échelle spatiale, les populations semblent être suffisamment isolées, d'après les données génétiques et les hypothèses connexes, pour afficher une dynamique indépendante. Johnston et ses collaborateurs (2002) proposent que l'on utilise l'échelle du bassin hydrographique comme celle permettant de décrire des « stocks » ou des « groupes de stocks » auxquels doivent s'appliquer les objectifs opérationnels de la gestion. En outre, ces auteurs appuient l'idée d'une gestion à une échelle plus fine lorsque cela est approprié pour assurer la conservation d'écotypes particuliers. Cependant, ils reconnaissent que cette approche pourrait se révéler problématique en raison du manque de données et de ressources disponibles pour gérer certains stocks.

Justification

La présente section expose les motifs justifiant l'emploi d'une structure génétique et de bassins hydrographiques pour définir les groupes de la population.

1. Structure génétique (résumée dans Costello 2008)

Les données de génétique moléculaire sont largement reconnues comme décrivant la diversité au sein des espèces. C'est-à-dire que ces données offrent une estimation du degré d'isolement reproductif d'une espèce. Plus les populations sont isolées, plus grande est la probabilité que des traits adaptatifs par rapport aux conditions locales évoluent de façon indépendante par rapport à ceux d'une autre population.

Taylor et ses collaborateurs (2003) ont indiqué, grâce à une analyse de microsatellites, qu'un degré inhabituellement élevé de variance génétique pouvait être attribué aux différences au sein d'une même population (32 %), mettant l'accent sur la nécessité de considérer les « unités de gestion » à des échelles géographiques relativement petites (par comparaison avec des populations de salmonidés anadromes pour lesquelles cette variance est habituellement inférieure à 10 %). Ce degré de différenciation donne à penser qu'il existe une structure de population contemporaine importante, avec un flux génétique assez limité, même aux échelons locaux. La notion de flux génétique limité signifie que les populations ne peuvent pas s'appuyer sur l'immigration régulière pour recoloniser des milieux ou accroître leurs effectifs. En outre, bon nombre de populations isolées affichent une variation génétique très faible, ce qui reflète la petite taille de la population et l'absence d'échanges génétiques avec d'autres populations (p. ex. Taylor et al. 2003). Par exemple, en C.-B., les populations résidant au-dessus des obstacles qui se trouvent dans les corridors de migration présentent un nombre d'allèles par locus microsatellite significativement plus faible que les populations qui se trouvent sous ces obstacles (Taylor et al. 2003). La faible variation au sein d'une population n'indique pas nécessairement qu'il existe une consanguinité. Cependant, elle pointe la nécessité de maintenir de nombreuses populations pour faire en sorte que l'on conserve une diversité génétique adéquate au sein de l'espèce. En outre, ces populations isolées affichent souvent de hautes fréquences d'allèles rares ou absents ailleurs, ce qui, encore une fois, pointe la nécessité de maintenir autant de populations que possible dans le paysage (Taylor et al. 2003). Dans l'ensemble, ces résultats indiquent que les populations tendent à se regrouper géographiquement et sont associées aux bassins hydrographiques, les points aberrants représentant les populations hautement isolées des cours supérieurs des rivières. La divergence importante entre les populations, même lorsque les échanges génétiques sont possibles, donne à penser qu'il existe une forte indépendance démographique et une nécessité de gérer la ressource à l'échelle de la population locale, en dépit des déplacements à grande échelle fréquemment observés (Taylor et al. 2003).

Trois principaux groupes de population ressortent de ces analyses génétiques : 1) les populations du cours principal et des tributaires de la rivière Kootenay supérieure; 2) les populations du cours principal et des tributaires de la rivière Elk; 3) les populations du cours principal et des tributaires de la rivière Fording supérieure (au-dessus de l'obstacle). En outre, un ensemble hétérogène de populations des cours supérieurs des rivières, au-dessus des obstacles, provenant d'emplacements situés à l'ouest du confluent entre la rivière Kootenay et le fleuve Columbia, ne s'assemblent pas avec d'autres groupes de la population, donnant à penser que ces stocks sont beaucoup plus isolés et affichent un potentiel plus élevé de divergence. Cependant, une variation importante entre les populations qui ne sont pas confrontées à la présence d'obstacles évidents semble indiquer qu'il existe un isolement important, même parmi des populations adjacentes (Taylor et al. 2003).

2. Grands bassins hydrographiques

L'établissement d'une structure hiérarchique, telle que reflétée dans l'organisation du bassin hydrographique, est considéré comme un moyen approprié de classifier les réseaux d'eau douce en fonction de processus spatiaux et temporels clés (voir Ciruna et al. 2007 et les références citées par ces auteurs). La C.-B. a adopté un tel cadre de classification des eaux douces pour décrire les réseaux hydrographiques à trois échelles spatiales : les écorégions d'eaux douces (qui en comprennent 5), les unités écologiques hydrographiques (UEH, qui en comprennent 36) et, à une échelle plus fine, les types d'écosystèmes lotiques et lentiques. Nous avons grosso modo adopté la deuxième échelle de ce cadre de classification pour déterminer les grands bassins hydrographiques au sein de l'aire de répartition indigène de la truite fardée versant de l'ouest. Ces UEH sont conçues pour refléter les processus tant historiques (c.-à-d. zoogéographiques) que contemporains (c.-à-d. physiographiques et hydrologiques) qui influent sur la répartition de la sous-espèce (Ciruna et al. 2007). À l'origine, les UEH comprenaient le haut Columbia, les lacs Arrow, la rivière Kootenay supérieure, la rivière Kootenay inférieure, ainsi que les rivières Kettle, Flathead et Thompson. Toutes ces zones affichent des caractéristiques zoogéographiques, physiographiques et hydrologiques différentes (Ciruna et al. 2007). Parkinson et ses collaborateurs (2005) ont également considéré les grands bassins hydrographiques pour établir l'organisation hiérarchique de la diversité au sein des populations de truites steelhead, arguant que les populations qui évoluent dans des régions géographiques semblables partagent les mêmes traits adaptatifs.

Six grands bassins hydrographiques se trouvent dans l'aire de répartition indigène de la truite fardée versant de l'ouest en C.-B. : il s'agit de la rivière Kootenay supérieure (au-dessus de l'emplacement d'origine des chutes de Kootenai, en aval du réservoir Kookanusa), de la rivière Elk (y compris les tributaires qui se trouvent au-dessus du barrage Elko), de la rivière Kootenay Est (lac Kootenay et en aval de celui-ci), du fleuve Columbia (y compris les lacs Arrow et la rivière Pend d'Oreille) et des rivières Kettle et Thompson Sud.

Groupes de la population

En combinant les six unités hydrographiques désignées et les trois groupes génétiques, nous avons décrit sept groupes de la population (tableau A3.1). Étant donné que le groupe génétique de la rivière Forging supérieure se trouve au-dessus d'un obstacle naturel, il a été traité comme les autres populations isolées des cours supérieurs des rivières, mais il est inclus dans le groupe de la population de la rivière Elk. Les populations fréquentant les cours supérieurs des rivières sont traitées comme des « cas spéciaux » au sein de leur groupe de la population, du fait de leur nature hautement isolée et vulnérable.

Description longue du tableau A3.1

Tableau A3.1. Le tableau A3.1 est intitulé « Groupes de la population décrits d’après les données génétiques et la démarcation entre les grands bassins hydrographiques au sein de l’aire de répartition indigène de la truite fardée versant de l’ouest ». Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 4 colonnes et 9 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Bassins hydrographiques, Autres groupes génétiques au sein des bassins hydrographiques, Groupe de la population, État de l’aire de répartition.

Tableau A3.1 Groupes de la population décrits d'après les données génétiques et la démarcation entre les grands bassins hydrographiques au sein de l'aire de répartition indigène de la truite fardée versant de l'ouest.
Bassins hydrographiquesAutres groupes génétiques au sein des bassins hydrographiquesGroupe de la populationSituation par rapport à l'aire de répartition
Rivière ElkRivière Elk et ses tributairesElkZone centrale
ElkRivière Fording supérieure et tributaires connexes (au-dessus de l'obstacle)ElkZone centrale
Rivière Flatheads.o. (mal représenté)Rivière FlatheadZone centrale
Rivière Kootenay supérieureCours principal de la rivière Kootenay supérieure et ses tributairesRivière Kootenay supérieureZone centrale
Rivière Kootenay Ouests.o. (mal représenté)Rivière Kootenay OuestZone centrale/périphérique
Fleuve Columbias.o. (mal représenté)Fleuve ColumbiaZone périphérique
Rivière KettleEnsemble qui se trouve au-dessus de l'obstacleRivière KettleZone périphérique
Rivière Thompson SudEnsemble qui se trouve au-dessus de l'obstacleRivière Thompson SudZone périphérique

Annexe 4. Introgression

L'hybridation avec des espèces de truites non indigènes mène à l'introgression, et la présence d'essaims d'hybrides est constamment décrite comme étant l'une des principales menaces qui pèsent sur la truite fardée versant de l'ouest dans toute son aire de répartition en Amérique du Nord. En réalité, on estime que les populations de truites fardées versant de l'ouest non hybrides persistent maintenant dans moins de 10 % de leur aire de répartition historique, et se limitent fréquemment aux réseaux hydrographiques isolés des cours supérieurs des rivières, où elles sont hautement vulnérables à une disparition liée aux événements stochastiques (Trotter 2008).

Un nombre total de 114 sites (y compris des tronçons inférieurs, supérieurs et, dans certains cas, intermédiaires des mêmes cours d'eau) représentant 88 étendues d'eau (cours d'eau et lacs) ont fait l'objet d'évaluations visant à déceler la présence d'hybrides (voir le tableau A4.2). Comme il est très difficile de faire une distinction entre des degrés d'hybridation très faibles et le polymorphisme au sein d'une même espèce (c.-à-d. < 1 % d'admixtion) (Allendorf et al. 2001), toutes les populations au sein desquelles les génotypes de truites fardées versant de l'ouest caractérisent 99 % ou plus des effectifs sont considérées comme des populations de truites fardées versant de l'ouest pures.

Plusieurs auteurs se sont penchés sur les profils de propagation de l'hybridation et les mécanismes qui facilitent ou limitent potentiellement cette propagation au sein des populations de la sous-espèce en C.-B. (Hitt et al. 2003; Rubidge et Taylor 2005; Boyer et al. 2008; Bennett et Kershner 2009). Voici les principales conclusions de ces études :

  1. Les poissons rétrocroisés (c.-à-d. hybrides au-delà de F1) sont les formes d'hybrides les plus fréquemment observées au sein des populations de C.-B. étudiées, ce qui témoigne d'une capacité continue de croisement entre les différentes formes d'hybrides et la forme pure.
  2. Certaines populations s'approchent de la situation d'essaim hybride lorsqu'il ne reste plus de génotype pur de truite fardée versant de l'ouest.
  3. L'admixtion avec la truite arc-en-ciel diminue avec la distance en amont de la source de cette dernière espèce ou de l'essaim d'hybrides.
  4. Les populations qui se tiennent au-dessus de l'obstacle au passage du poisson contiennent moins d'hybrides que les populations qui se tiennent en dessous de cet obstacle.
  5. Le rôle des facteurs environnementaux dans la limitation de la propagation de l'hybridation pourrait ne pas être aussi important que celui des facteurs démographiques.
  6. La présence d'hybrides semble faciliter la dissémination des gènes de truites arc-en-ciel au sein des populations voisines, par l'intermédiaire de taux d'errance accrus par rapport à ceux qui sont observés pour la truite fardée versant de l'ouest pure.
  7. Comme nous le pensions, la plus grande partie des zones centrales de l'aire de répartition de la sous-espèce en C.-B. ne représente pas le bastion des populations restantes de truites fardées versant de l'ouest pures.
  8. Bien que toutes les opérations d'empoissonnement avec la truite arc-en-ciel dans l'aire de répartition indigène de la truite fardée versant de l'ouest soient maintenant menées avec des poissons stériles, ce qui permettra d'éviter une hybridation accrue dans les nouveaux secteurs, les populations introgressées peuvent persister indéfiniment (bien qu'elles puissent se diluer au fil du temps), ce qui rend hautement prioritaire la protection des populations non introgressées.

En résumé, ces études montrent que deux principaux groupes de la population sont gravement touchés par l'introgression avec la truite arc-en-ciel non indigène. Certaines populations de truites fardées versant de l'ouest pures existent encore au sein de ces groupes, mais ces populations ont tendance à se limiter aux tronçons des tributaires qui se trouvent en amont. Le groupe de la rivière Flathead semble être le seul à ne pas afficher d'hybridation, au moins dans la partie canadienne de la rivière. Le travail de relevé est demeuré trop limité pour que nous puissions tirer des conclusions sur la situation des groupes de la population dans les zones périphériques. La truite fardée versant de l'ouest semble être naturellement limitée aux tributaires, tandis que la truite arc-en-ciel indigène a tendance à dominer dans les cours principaux de ces rivières, en aval, ce qui donne à penser qu'un isolement reproductif a permis d'éviter une introgression à vaste échelle à ces endroits.

Description longue du tableau A4.2

Tableau A4.2. Le tableau A4.2 est intitulé « Pourcentage de populations considérées comme des populations de truites fardées versant de l’ouest pures grâce à l’analyse de données génétiques, par groupe de la population ». Il convient de noter que, dans certains cas, les auteurs ont consigné l’emplacement approximatif au sein du cours d’eau (I = cours inférieur; M = cours moyen; S = cours supérieur). Dans le cas contraire, l’emplacement est désigné par le terme « Inconnu ». (TFVO = truite fardée versant de l’ouest, TAC = truite arc-en-ciel). Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 7 colonnes et 24 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Groupe de la population, Emplacement dans le cours d’eau, Plus de 98 % de TFVO, De 95 à 98 % de TFVO, Moins de 95 % de TFVO, Populations de TAC pures et % des populations de TFVO pures. Une ligne grisée de sous-total se situe en dessous de chaque groupe de la population et une ligne de total général se situe tout en bas.

Tableau A4.2 Pourcentage de populations considérées comme des populations de truites fardées versant de l'ouest pures grâce à l'analyse de données génétiques, par groupe de la population. Il convient de noter que, dans certains cas, les auteurs ont consigné l'emplacement approximatif au sein du cours d'eau (I = cours inférieur; M = cours moyen; S = cours supérieur). Dans le cas contraire, l'emplacement est désigné par le terme « Inconnu ». (TFVO = truite fardée versant de l'ouest, TAC = truite arc-en-ciel)
Groupe de la populationEmplace-ment dans le cours d'eau> 98 % de TFVODe 95 à 98 % de TFVO< 95 % de TFVOTAC pures% de populations de TFVO pures
Rivière ElkI125012,5
M101050,0
S302060,0
Inconnu2000100,0
Totalité du réseau hydrographique de la rivière Elk (11 étendues d'eau) 728041,2
Rivière FlatheadI1000100,0
S2000100,0
Inconnu11000100,0
Totalité du réseau hydrographique de la rivière Flathead (8 étendues d'eau) 14000100,0
Rivière Kootenay supérieureI3113017,7
M304042,9
S512062,5
Inconnu1242066,7
Totalité du réseau hydrographique de la rivière Kootenay supérieure
(45 étendues d'eau)
 23621048,0
Totalité du réseau hydrographique de la rivière Kootenay Ouest
(3 étendues d'eau)
 3000100,0
Fleuve ColumbiaI2000100,0
M1000100,0
S2000100,0
Inconnu1612372,7
Totalité du réseau hydrographique du fleuve Columbia (18 étendues d'eau) 2112377,8
Totalité du réseau hydrographique de la rivière Kettle (2 étendues d'eau) 101050,0
Totalité du réseau hydrographique de la rivière Thompson Sud
(1 étendue d'eau)
 1000100,0
Total global (88 étendues d'eau) 70932261,4

Annexe 5. Abondance

Les données sur l'abondance des populations de truites fardées versant de l'ouest en C.-B. sont extrêmement limitées. On a amorcé une surveillance à court terme dans la rivière Kootenay Est pour estimer l'abondance des populations dans certains cours d'eau de priorité élevée.

Des relevés au tuba ont été menés sur un certain nombre de sites indexés où se trouvent plusieurs cours d'eau soutenant des truites fardées versant de l'ouest fortement fréquentés par les pêcheurs pour estimer l'abondance et la densité des populations de cette sous-espèce. Les relevés au tuba semblent être assez efficaces (c.-à-d. les plongeurs peuvent observer le plus grand nombre de poissons) pour les poissons adultes et subadultes (données analysées dans Hagen et Baxter 2009). Le tableau A5.1 résume les estimations et les tendances concernant l'abondance des truites fardées versant de l'ouest dans les cours d'eau dans lesquels des relevés ont été menés.

Description longue du tableau A5.1

Tableau A5.1. Le tableau A5.1 est intitulé « Résumé des estimations de l’abondance et de la densité des truites fardées versant de l’ouest dans un petit nombre de cours d’eau soutenant les groupes de la population de la rivière Elk et de la rivière Kootenay supérieure ». Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 3 colonnes et 12 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Système, Abondance (sous-divisée en Année, Estimations et Nombre de poissons/km) et Conclusion. Les notes de bas de page dans le tableau offrent des explications supplémentaires en ce qui concerne les références citées.

Tableau A5.1 Résumé des estimations de l'abondance et de la densité des truites fardées versant de l'ouest dans un petit nombre de cours d'eau soutenant les groupes de la population de la rivière Elk et de la rivière Kootenay supérieure.
Réseau hydrographiqueAbondanceConclusion
AnnéeEstimationNombre de poissons/
km
Rivière Wigwama,b – entre les ruisseaux Desolation et Lodgepole – 42,1 km2008> 300 mm = 701
> 400 mm = 189
12–24
4–6
Modification de la densité en amont au fil du temps, mais l'abondance globale semble assez stable; les estimations faites en 2008 pour les gros poissons étaient supérieures à celles faites en 2001 ou 2002 en amont du ruisseau Bighorn; les estimations faites en 2008 pour les gros poissons étaient inférieures à celles faites en 2001 ou 2002 en aval du ruisseau Bighorn.
2002> 300 mm = 341
> 400 mm = 95
5–32
2–9
2001> 300 mm = 295
> 400 mm = 64
10–33
2–7
Ruisseau Michela – relevés menés dans trois tronçons (supérieur, intermédiaire et inférieur) – longueur totale de 36,7 km2008> 300 mm = 1704
> 400 mm = 611
46
17
Population hautement productive, comportant une très grande proportion de très gros poissons
Tronçon inférieur de la rivière St. Marya – 54,1 km2008> 300 mm = 236044Après une faible abondance enregistrée fin des années 1980-début des années 1990, un certain de degré de rétablissement est évident, mais la densité la plus élevée a été observée en 1982, ce qui donne à penser que la capacité biotique est supérieure à celle actuellement constatée. Remarquez aussi la diminution notable de la longueur à la fourche, d'une moyenne de 342 mm en 1981 à une moyenne de 271 mm en 1989c.
1994> 300 mm = 173132
1990> 300 mm = 92017
1989> 300 mm = 108220
1984> 300 mm = 243545
1982> 300 mm = 416677
Rivière St. Mary supérieuree
3,9 km (de la route de Mud Hole jusqu'au pont Meachen)
2010> 300 mm = 49317 
Rivière St. Mary supérieurea,e – 2,8 km (43,5 km jusqu'au ruisseau Pyramid)2010
2008
> 300 mm = 493
> 300 mm = 49
> 400 mm = 10
21
14
3
Assez limité en ce qui concerne l'ampleur de la couverture
Rivière Elka – 4,9 km2008> 300 mm = 192*
> 400 mm = 108*
39*
22*
Étude de faisabilité seulement, mais 192 poissons > 300 mm observés, dont la moitié font > 40 mm. *Veuillez noter qu'il s'agit de comptes non rajustés.
Rivière Bull supérieure – entre le ruisseau Van et la retenue d'amont de Aberfeldiec – 11 km2006> 300 mm = 538
> 400 mm = ?
33
4
Les truites fardées versant de l'ouest sont réparties sur une vaste zone, sauf dans les premiers kilomètres en amont de la retenue d'amont, les densités étant semblables à celles observées ailleurs dans la rivière.
Rivière Bull supérieured – entre le ruisseau Sulphur et le ruisseau Van – 17,5 kmAnnée?> 300 mm = 860
> 400 mm = ?
39
3
Comprend un tronçon réservé aux prises et remises à l'eau et un tronçon adjacent où les prélèvements sont autorisés.
Rivière White (N. Fork)e
– de Goat Camp au ruisseau Colin – 2,7 km
2010> 300 mm = 26010.2 
Rivière White (N. Fork)e – Nilksuka en amont – 2,3 km2010Voir précédemment6.5 

Tiré de aHagen et Baxter 2009; bBaxter et Hagen 2003; cBaxter 2006; dBaxter 2004; eK. Heidt, comm. pers. 2011.

Les densités varient selon le cours d'eau, les rivières St. Mary et Wigwam supérieures étant clairement moins productives que le ruisseau Michel et la rivière St. Mary inférieure. L'estimation non élargie pour la rivière Wigwam donne à penser que les densités à cet endroit sont même supérieures à celles enregistrées pour les autres cours d'eau ayant fait l'objet de relevés (Hagen et Baxter 2009).

Les données sur les CPUE peuvent également nous fournir un indice de l'abondance des poissons. Une étude récente de radiomarquage menée dans le tronçon inférieur de la rivière Elk montre que les valeurs des CPUE pour les poissons dont la longueur est égale ou supérieure à 350 mm sont de beaucoup supérieures dans le tronçon inférieur de la rivière Elk (entre le barrage Elko et Sparwood, tronçons avec prises et remises à l'eau et tronçons avec prélèvements autorisés combinés [2,36 poissons par heure]) par comparaison aux valeurs enregistrées dans le tronçon supérieur de la rivière Elk (entre Sparwood et le lac Elk inférieur, tronçons avec prises et remises à l'eau et tronçons avec prélèvements autorisés combinés [0,97 poisson par heure]) (Westlope Fisheries Ltd. 2003).

En ce qui concerne les populations fluviales qui résident dans les cours supérieurs des rivières, un exercice de modélisation a permis d'évaluer les réponses de la population à la capacité biotique de l'habitat mesurée par la probabilité de disparition (Hilderbrand 2003). Les résultats montrent que la probabilité de disparition décline de façon marquée à mesure que la capacité biotique augmente, même si ces augmentations sont très modestes. Ce phénomène reflète une relation générale négative entre le taux de disparition et la taille de la population. L'auteur conclut que nous devrions maintenir une taille de la population aussi grande que possible pour les petites populations isolées et conserver l'habitat qui soutient l'espèce. On pourrait enregistrer des gains importants en augmentant la superficie d'habitat (et en éliminant les espèces non indigènes) et la qualité de celui-ci. En outre, cette étude constate que la migration vers de petits réseaux hydrographiques isolés peut réduire le risque de disparition sans risque pour la population source. Ainsi, nous devons maintenir la connectivité naturelle entre les populations qui fréquentent les zones centrales et celles qui fréquentent les zones périphériques de l'aire de répartition de l'espèce. Cependant, cet avantage décroît au fur et à mesure que la dynamique des grandes populations migratrices et des petites populations isolées devient de plus en plus synchronisée.

Annexe 6. Mortalité par la pêche à la ligne

Durant les relevés au tuba menés en 2008 (Hagen et Baxter 2009), l'existence de blessures liées aux morsures d'hameçons a été documentée. Seuls les réseaux hydrographiques de la rivière Wigwam et du ruisseau Michel ont fait l'objet d'évaluations adéquates en raison de la visibilité limitée dans les autres réseaux. Dans les deux réseaux, la proportion de poissons affichant des blessures augmente de façon significative avec la taille, comme suit : de 0 à 54 % chez les poissons dont la longueur est > à 200 mm, de 5 à 76 % chez les poissons dont la longueur varie de 200 à 300 mm, de 15 à 92 % chez les poissons dont la longueur varie de 300 à 400 mm et de 26 à 94 % chez les poissons dont la longueur est > à 400 mm. Dans le ruisseau Michel, les fréquences de blessures étaient généralement plus élevées pour tous les groupes d'âge, probablement en raison de la faible taille du cours d'eau et de la vulnérabilité des poissons.

Comme la mortalité due aux hameçons oscille habituellement entre 3 et 5 %, la mortalité cumulative due à cette cause peut être significativement plus élevée pour l'ensemble de la saison. Cet état de fait suscite des préoccupations particulières pour une espèce comme la truite fardée versant de l'ouest, qui peut être capturée plusieurs fois durant la même saison.

Une étude de radiomarquage au cours de laquelle on a suivi des adultes durant deux ans dans la rivière Elk a permis d'estimer les taux de mortalité associés à différentes sources, comme suit : 12,5 % (frai), 5 % (prédation par des oiseaux) et 17,5 % (prélèvements par les pêcheurs à la ligne) (Westlope Fisheries Ltd. 2003).

Annexe 7. Zones tampons de l'habitat riverain

Enjeux relatifs à l'exploitation forestière

Oliver (2009) a étudié l'impact des activités forestières sur l'habitat de la truite fardée versant de l'ouest et a montré que, sur 50 bassins hydrographiques fréquentés par les groupes de la population de la rivière Kootenay supérieure et du fleuve Columbia ayant fait l'objet d'une évaluation, seuls cinq affichaient un dépassement des lignes directrices relatives à la sensibilité de l'espèce, les sensibilités les plus marquées étant observées dans les bassins les plus petits. Des cotes plus élevées de danger d'érosion de surface et de mouvements en masse étaient régulièrement observées pour les bassins qui présentaient des zones de coupes rases équivalentes supérieures à 10 %. Nous ne savons pas exactement jusqu'à quel point cette petite proportion de cours d'eau est représentative pour la truite fardée versant de l'ouest en C.-B. Les pratiques d'exploitation forestière se sont, de façon générale, grandement améliorées au cours des trente dernières années, et les pratiques actuelles adoptées en vertu de la Forest and Range Practices Act de la C.-B. (FRPA, mise en œuvre en 2004) visent à offrir des zones tampons adéquates pour l'habitat riverain des cours d'eau soutenant des poissons. Le ruisseau Palliser est actuellement le seul cours d'eau de l'aire de répartition indigène de la sous-espèce qui ait été désigné comme cours d'eau vulnérable à la pêche en vertu de la FRPA, et des lignes directrices plus strictes en matière de gestion sont appliquées pour protéger la valeur de la pêche qui y est pratiquée. La section 7.3.4, Accès à l'habitat (voir aussi l'annexe 10) traite de façon plus particulière des franchissements de cours d'eau.

Enjeux relatifs à l'agriculture

Parmi les 52 pâturages de la Couronne inventoriés dans la partie sud du sillon des montagnes Rocheuses et dans la vallée de l'Elk, 22 seraient utilisés et 8 susciteraient des préoccupations particulières pour l'espèce en raison de l'accès du bétail aux cours d'eau (Oliver 2009). La vulnérabilité serait supérieure aux endroits où la largeur des cours d'eau est faible.

Enjeux relatifs à l'exploitation minière

Il existe quelques exemples, au sein de l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest, de zones où les drains en pierre sèche ont éliminé de façon permanente l'habitat du poisson et les zones de passage (p. ex. les ruisseaux Line et Kilmarnock), et les dérivations temporaires peuvent également nuire au passage du poisson (Oliver 2009). De nombreuses zones hors chenaux et zones humides ont été altérées ou éliminées du fait des bassins de réception des résidus et de décantation (Oliver 2009). Nous n'avons pas calculé la mesure dans laquelle ces installations ont modifié l'habitat riverain dans l'aire de répartition de la sous-espèce. Les impacts ne sont vraisemblablement significatifs que pour un nombre limité de cours d'eau.

Enjeux relatifs au développement urbain

Les impacts du développement urbain sur les habitats riverains les mieux décrits sont probablement ceux de Cranbrook, où le cours d'eau soutenant l'espèce, le ruisseau Joseph, traverse la ville. La modification des régimes d'écoulement de surface associés aux surfaces revêtues et aux débordements des égouts pluviaux a entraîné une charge sédimentaire élevée qui pénètre dans le cours d'eau pendant les épisodes de hautes eaux (Oliver 2009). Cet enjeu est indubitablement présent dans toutes les collectivités qui sont implantées dans l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest (c.-à-d. Kimberley, Fairmont, Golden, Revelstoke, Castelgar, Invermere et Trail), mais il est probablement plus important lorsque les eaux réceptrices sont des cours d'eau relativement petits plutôt que de grands cours principaux (comme le fleuve Columbia et la rivière Elk), où les impacts sont dilués (Oliver 2009).

Enjeux relatifs aux routes et aux corridors de transport

La source de préoccupations probablement la plus importante est liée au grand nombre d'autoroutes et de lignes de chemin de fer qui franchissent de petits cours d'eau fréquentés par la truite fardée versant de l'ouest, affectant le passage des poissons vers d'autres habitats (Oliver 2009). L'impact réel sur l'habitat riverain est probablement très localisé et surtout lié aux travaux de construction.

Annexe 8. Conditions de débit naturelles

La presque totalité de l'aire de répartition indigène de la truite fardée versant de l'ouest en C.-B. se trouve dans l'écoprovince des montagnes de l'intérieur méridional, une région qui est caractérisée par deux régimes climatiques : l'un qui concerne les zones montagneuses, et l'autre qui concerne la partie sud du sillon des montagnes Rocheuses. Le sillon est un secteur naturellement sensible au débit, et une analyse récente a montré que le débit unitaire était généralement faible dans toutes les écosections qui se trouvent dans l'écoprovince, mais très faible (zone sèche) dans le sillon de la rivière Kootenay Est ainsi que dans le pâturage McGillivary (Ptolemy 2010). Ces deux écosections contiennent deux tributaires dans lesquels les débits posent des problèmes pour les poissons, à savoir les ruisseaux Wolfe et Joseph. En particulier, on estime que les débits pour le passage en amont des truites adultes et pour le frai devraient atteindre près de 124 % du débit annuel moyen durant des jours ou des semaines en mai et en juin dans les petits cours d'eau comme le ruisseau Joseph (Ptolemy 2010). En 1977, les débits printaniers ont atteint en moyenne L•s-1 ou 8,5 % du débit annuel moyen, ce qui a causé des échecs du frai. Des échecs ont également été constatés en 1992 et en 2001 (Oliver 2003).

Annexe 9. Fidélité au site

Dans la rivière Elk, la truite fardée versant de l'ouest serait fidèle aux sites, tant pour ce qui est des aires d'alimentation que des aires de frai, non seulement à l'échelle de la population (comme le montrent les données génétiques), mais aussi à l'échelon individuel, comme le montre une étude de radiomarquage sur deux ans (Westlope Fisheries Ltd. 2003). En réalité, 25 % des adultes marqués ont migré vers le même site durant deux années consécutives. La longueur moyenne des cours d'eau utilisés par l'espèce pour hiverner et frayer mesurée au cours de cette étude était de 11,2 km (entre 1,8 et 35,9 km). En outre, les poissons qui résidaient dans le tronçon supérieur de la rivière Elk utilisaient deux fois plus d'habitat riverain durant une année que ceux qui se trouvaient dans le tronçon inférieur, ce qui reflète indubitablement la disponibilité d'un habitat convenable, notamment un habitat libre de glaces, pour l'hivernage (Westlope Fisheries Ltd. 2003).

Cette fidélité se reflète de façon claire dans la structure génétique des populations de C.-B., où le degré considérable de variation génétique est attribué aux différences entre populations (c.-à-d. 32 % de la variation totale; Taylor et al. 2003). Bien que la truite fardée versant de l'ouest puisse occuper un vaste territoire durant une année, utilisant différents habitats pour s'alimenter, croître, frayer et hiverner, la structure des populations locales montre que, chez cette sous-espèce, l'instinct du retour est très prononcé. Du point de vue de la conservation, ces résultats montrent qu'il est nécessaire de conserver tout un éventail d'habitats et de corridors de migration pour cette sous-espèce.

Annexe 10. Franchissements de cours d'eau

Tableau A10.1 Nombre estimé de franchissements associés aux routes forestières dans les zones fréquentées par les sept groupes de gestion de la truite fardée versant de l'ouest qui ont été évaluées comme présentant un problème pour le passage du poisson.

Au cours d'un exercice de modélisation, nous avons estimé à 69 131 le nombre total de franchissements associés aux routes forestières dans les zones fréquentées par les sept groupes de gestion de la truite fardée versant de l'ouest. De ce nombre, les deux tiers (42 483) se trouveraient, d'après le modèle, dans l'habitat du poisson (C. Mount, comm. pers. 2011). L'évaluation a révélé qu'un nombre total de 2 017 franchissements (< 5 %) présentaient des problèmes pour le passage du poisson. De ce sous-ensemble, environ la moitié sont des structures à fond fermé (SFF). Données fournies par C. Mount. Les réseaux hydrographiques ayant fait l'objet de l'évaluation sont tous des habitats du poisson présumés.

Description longue du tableau A10.1

Tableau A10.1. Le tableau A10.1 est intitulé « Nombre estimé de franchissements associés aux routes forestières dans les zones fréquentées par les sept groupes de gestion de la truite fardée versant de l’ouest qui ont été évaluées comme présentant un problème pour le passage du poisson ». Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 3 colonnes et 46 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Groupe de la population de TFVO, Type de franchissement, Sous-type de franchissement, Évaluées (sous-divisée en : Nbre total, Nbre d’obstacles, Nbre d’obstacles potentiels, Pourcentage d’obstacles, Pourcentage d’obstacles ou Pourcentage d’obstacles potentiels) et Modélisées (sous-divisée en Nbre de franchissements (habitat du poisson) et Nbre de franchissements (habitat n’appartenant pas au poisson). Une ligne grisée de sous-total se situe en dessous de chaque groupe de la population et deux lignes jaunes de total général se situent tout en bas. Une note de bas de page au bas du tableau offre de plus amples explications en ce qui concerne les acronymes utilisés.

 

Tableau A10.1 Nombre estimé de franchissements associés aux routes forestières dans les zones fréquentées par les sept groupes de gestion de la truite fardée versant de l'ouest qui ont été évaluées comme présentant un problème pour le passage du poisson.
   ÉvaluésModélisés
Groupe de la population de truites fardées versant de l'ouestType de franchissementSous-type de franchissementNombre totalNombe d'obstaclesNombre d'obstacles potentielPourcentage d'obstaclesPourcentage d'obstacle ou obstacle potentielNombre de franchissements (habitat du poisson)Nombre de franchissements (en dehors de l'habitat du poisson)
Fleuve ColumbiaSFFPONCEAU OVALE22-100%100%--
Fleuve ColumbiaSFFPONCEAU ROND2331081146%51%--
Fleuve ColumbiaASF-57--0%0%--
Fleuve ColumbiaASFGUÉ7--0%0%--
Fleuve ColumbiaSFO-8--0%0%--
Fleuve ColumbiaSFOPONT82--0%0%--
Fleuve ColumbiaSFOTUYAU ARQUÉ31-33%33%--
Fleuve ColumbiaSFOPONCEAU À CAISSON EN BOIS24--0%0%--
Fleuve ColumbiaAUTRES-6--0%0%--
Sous-total pour le fleuve Columbia (tous)TousTous4221111126%29%12,41610,243
Sous-total pour le fleuve Columbia (SFF seulement)SFFTous les SFF2351101147%51%--
Rivière KettleSFFAUTRES21-50%50%--
Rivière KettleSFFPONCEAU ROND174623236%54%--
Rivière KettleASF-34--0%0%--
Rivière KettleASFGUÉ11--0%0%--
Rivière KettleSFOPONT4--0%0%--
Rivière KettleSFOTUYAU ARQUÉ73-43%43%--
Rivière KettleSFOPONCEAU À CAISSON EN BOIS5--0%0%--
Sous-total pour la rivière Kettle (tous)TousTous237663228%41%9,0182,126
Sous-total pour la rivière Kettle (SFF seulement)SFFTous les SFF176633236%54%--
Rivière Thompson SudSFFPONCEAU ROND3441472343%49%--
Rivière Thompson SudASF-105--0%0%--
Rivière Thompson SudASFGUÉ2--0%0%--
Rivière Thompson SudSFOPONT105--0%0%--
Rivière Thompson SudSFOTUYAU ARQUÉ4--0%0%--
Rivière Thompson SudSFOPONCEAU À CAISSON EN BOIS1--0%0%--
Rivière Thompson SudAUTRES-115--0%0%--
Sous-total pour la rivière Thompson Sud (tous)TousTous6761472322%25%4,4472,636
Rivière Thompson Sud (SFF seulement)SFFTous les SFF3441472343%49%--
Rivière Kootenay supérieureSFFPONCEAU ROND101711170%81%--
Rivière Kootenay supérieureASF-85--0%0%--
Rivière Kootenay supérieureASFGUÉ62--0%0%--
Rivière Kootenay supérieureSFOPONT7--0%0%--
Rivière Kootenay supérieureSFOPONCEAU À CAISSON EN BOIS82225%50%--
Rivière Kootenay supérieureAUTRES-71114%29%--
Sous-total pour la rivière Kootenay supérieure (tous)TousTous270741427%33%9,3504,295
Sous-total pour la rivière Kootenay supérieure (SFF seulement)SFFTous les SFF101741173%84%--
West KootenaySFFPONCEAU ROND15196664%68%--
Rivière Kootenay OuestASF-124--0%0%--
Rivière Kootenay OuestASFGUÉ9--0%0%--
Rivière Kootenay OuestSFOPONT97--0%0%--
Rivière Kootenay OuestSFOTUYAU ARQUÉ1--0%0%--
Rivière Kootenay OuestSFOPONCEAU À CAISSON EN BOIS22--0%0%--
Rivière Kootenay OuestAUTRES-81-13%13%--
Sous-total pour la rivière Kootenay Ouest (tous)TousTous41297624%25%4,0835,499
Sous-total pour la rivière Kootenay Ouest (SFF seulement)SFFTous les SFF15196664%68%--
----------
Sous-total pour la rivière Elk (tous)TousTous0----22511536
Sous-total pour la rivière Elk (SFF seulement)SFFTous les SFF0------
----------
Sous-total pour la rivière Flathead (tous)TousTous0----918313
Sous-total pour la rivière Flathead (SFF seulement)SFFTous les SFF0------
----------
TOTAL (toutes les évaluations)TousTous20174958625%29%42,48326,648
TOTAL (SFF seulement)SFFTous les SFF10074908349%57%--

Types de franchissements : SFF = structure à fond fermé; ASF = absence de structure de franchissement (gué); SFO = structure à fond ouvert

Annexe 11. Qualité de la pêche

Le tableau A11.1 résume la situation en matière de fréquentation par les pêcheurs à la ligne dans les sept cours d'eau classifiés. Il est tiré de Tepper sans adaptation (2008a). Il présente des données recueillies par le programme des gardes-pêche pour la rivière Elk (2002), la rivière St. Mary (2003) et les sept rivières (2004-2008).

Description longue du tableau A11.1

Tableau A11.1. Le tableau A11.1 est intitulé « Prises par unité d’effort (CPUE) et commentaires sur la qualité de la pêche dans plusieurs réseaux hydrographiques visés par le programme des eaux de qualité ». Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 3 colonnes et 9 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Rivière, CPUE et Commentaire sur la qualité.

Tableau A11.1 Prises par unité d'effort (CPUE) et commentaires sur la qualité de la pêche dans plusieurs réseaux hydrographiques visés par le programme des eaux de qualité.
Cours d'eauCPUECommentaires sur la qualité
Rivière Kootenay supérieures.o.Élevée – repose sur des données limitées
Rivière White1,0 (2007)
0,8 (2008)
De bonne à excellente, mais repose sur un petit nombre d'entrevues; légère fréquentation par les pêcheurs à la ligne, mais pourrait être en hausse.
Ruisseau Skookumchuck0,9 – 1,9 (2004-2008), pas de tendancesLa qualité s'améliore, légère fréquentation, déclaration des guides-accompagnateurs présumées adéquates, présence de pêcheurs à la ligne non accompagnés et non-résidents en augmentation de 27 % par rapport à l'allocation cible de 180 jours de pêche.
Rivière St. Mary0,8 – 1,8 (2003-2007), plus faible récemmentLa qualité s'est améliorée en 2006, à chuté légèrement en 2007 et 2008, mais est encore considérée comme allant de bonne à excellente; CPUE inférieur en 2007 et 2008 aux années précédentes; le nombre de jours de pêche enregistrés par les pêcheurs non résidents (accompagnés ou non) est bien en dessous de l'allocation cible de 2 750 jours de pêche; pas de surfréquentation.
Rivière Bull0,9 – 1,5 (2004-2008), pas de tendancesLa qualité s'améliore et est considérée comme élevée, la fréquentation pourrait augmenter, le nombre de jours de pêche enregistrés par les pêcheurs non résidents (accompagnés ou non) est considéré comme bien en dessous de l'allocation cible de 1 100 jours de pêche.
Rivière Elk0,9 – 1,5 (2002-2008), pas de tendancesLa qualité s'est améliorée jusqu'en 2007 et 2008, années où l'on a enregistré une légère baisse, possiblement en raison d'une fréquentation accrue. Elle est encore considérée comme allant d'élevée à excellente; le nombre de jours de pêche enregistrés par les pêcheurs résidents et non résidents non accompagnés se situe au-dessus de l'allocation cible de 3 540 jours de pêche dans une proportion de 57 %.
Ruisseau Michel (tributaire de la rivière Elk qui n'est pas classifié de façon indépendante)1,2 – 2,0 (2004-2008), pas de tendancesLa qualité s'est améliorée et est considérée comme allant d'élevée à excellente; la fréquentation pourrait être en hausse (notamment selon la perception des pêcheurs locaux résidents).
Rivière Wigwam0,8 – 1,4 (2004-2008), tendance à la baisseLa qualité s'est améliorée jusqu'en 2007 et 2008, et est encore considérée comme allant d'élevée à excellente; CPUE plus faibles en 2007 et 2008 que les années précédentes; le nombre de jours de pêche enregistrés par les pêcheurs non résidents non accompagnés dépassait l'allocation cible de 180 jours de pêche dans une proportion de 444 % en 2006; la fréquentation pourrait être en hausse, les résidents locaux, guides-accompagnateurs et non-résidents qualifiant la rivière de « très fréquentée ».

Annexe 12. Empoissonnement

Menace associée à l'empoissonnement

Plusieurs impacts observés ou potentiels sur la truite fardée versant de l'ouest sont associés à la longue histoire d'empoissonnement en C.-B. Les trois impacts les plus importants sont les suivants :

  1. Hybridation menant à l'introgression – Croisement entre des truites fardées versant de l'ouest et une espèce de truite non indigène étroitement reliée à celle-ci, comme la truite arc-en-ciel, ce qui entraîne la présence d'hybrides fertiles capables de se reproduire en retour avec des truites fardées versant de l'ouest, des truites arc-en-ciel ou d'autres hybrides. La truite fardée versant de l'ouest est particulièrement vulnérable face à cette menace aux endroits où elle a évolué de façon isolée par rapport à d'autres espèces étroitement reliées et n'a, en conséquence, pas acquis de mécanismes d'isolement reproductif (c.-à-d. en amont des chutes Kootenai). Si l'on permet à cette situation de perdurer, le résultat sera probablement la production d'essaims hybrides au sein de la population, des essaims qui ne contiennent plus aucun génotype parental. Les hybrides et les individus rétrocroisés peuvent présenter des phénotypes et des capacités d'adaptation intermédiaires. On a également montré qu'ils affichaient davantage de comportements d'errance. D'un point de vue écologique, il en résulte une perte de structure de la population locale et de traits adaptatifs locaux. Ces traits pourraient précisément expliquer pourquoi la truite fardée versant de l'ouest a continué de persister durant des milliers d'années dans des conditions considérées comme trop rigoureuses pour bon nombre d'autres espèces de poissons d'eau douce. Sans nul doute, il s'agit d'une menace très importante qui pèse sur les populations des zones centrales de l'aire de répartition indigène de la sous-espèce en C.-B., et ce serait l'une des principales causes des déclins précipités des populations de truites fardées versant de l'ouest pures dans le Montana et en Alberta.
  2. Compétition et déplacement – Des espèces comme la truite arc-en-ciel et l'omble de fontaine de l'Est sont plus productives (c.-à-d. qu'elles se reproduisent à un âge plus précoce et ont une progéniture plus abondante) que la truite fardée versant de l'ouest, et tendent à afficher davantage de résilience face à la pression par la pêche. En outre, ces salmonidés pourraient se comporter mieux dans les conditions dégradées (hausse des températures de l'eau, envasement accru) face auxquelles la truite fardée versant de l'ouest est plus vulnérable, et pourraient afficher un avantage compétitif, car les alevins émergent plus précocement (résumé dans Costello 2008). La combinaison de ces facteurs pourrait expliquer la prédominance de l'omble de fontaine de l'Est dans le ruisseau Joseph (Oliver 2009).
  3. Dépression endogamique – Bien que cette menace n'ait pas été évaluée dans le cas de la truite fardée versant de l'ouest en C.-B. ou ailleurs, il convient de la prendre en considération. Depuis des décennies, des truites fardées versant de l'ouest provenant d'écloseries sont relâchées dans des bassins hydrographiques du sud-est de la C.-B. Depuis le début des années 1970, tous les poissons proviennent d'une population source unique qui se trouve dans le lac Connor. La pureté génétique des poissons de cette source a été confirmée, mais tous les spécimens relâchés continuent d'être diploïdes. Étant donné la sous-structure localisée importante qui est apparente au sein des populations sauvages, il existe un certain risque à relâcher des poissons capables de se reproduire qui ne sont pas de provenance locale (c.-à-d. qui ne viennent pas du même bassin hydrographique).

Histoire d'empoissonnement en C.-B.

L'empoissonnement par des espèces de truites non indigènes dans des eaux fréquentées par la truite fardée versant de l'ouest indigène constitue l'une des principales menaces à la persistance de l'espèce dans la plus grande partie de son aire de répartition d'origine.

Pour examiner les étendues d'eau soutenant des truites fardées versant de l'ouest de façon plus précise, nous avons créé le tableau A12.1, qui ne concerne que les étendues d'eau empoissonnées dans lesquelles l'espèce a également été observée d'après les registres provinciaux de la base de données du SISP. La modélisation prévisionnelle visant à établir quelles étendues d'eau soutiennent vraisemblablement des truites fardées versant de l'ouest nous permettra d'analyser de façon plus minutieuse les pratiques d'écloserie dans l'aire de répartition indigène de l'espèce en C.-B.

Pour les groupes qui occupent les zones centrales, plus de 50 % des lacs dans lesquels l'espèce a été observée sont également empoissonnés avec des truites fardées versant de l'ouest. La plupart des initiatives d'empoissonnement récentes étaient limitées aux lacs qui se trouvent dans ces zones, mais un certain degré d'empoissonnement avec des truites fardées versant de l'ouest semble encore pratiqué dans des zones riveraines. Bien que cela ne doive pas toucher l'intégrité génétique au niveau de l'espèce, il pourrait contribuer à homogénéiser les populations sur le plan génétique aux endroits où des stocks non locaux provenant d'écloseries se croisent avec des populations sauvages locales, notamment du fait des origines floues des poissons d'écloserie du lac Connor.

En ce qui concerne l'empoissonnement avec la truite arc-en-ciel dans les zones centrales de l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest, à l'extérieur de l'aire de répartition indigène de la truite arc-en-ciel, le groupe de la population de la rivière Kootenay supérieure a connu le plus grand nombre d'introductions. Seuls un lac et un cours d'eau, dans le réseau hydrographique de la rivière Flathead, ont reçu des truites arc-en-ciel. Seules huit étendues d'eau du réseau hydrographique de la rivière Elk qui, selon les observations, abriteraient des truites fardées versant de l'ouest, ont reçu des truites arc-en-ciel. Il convient de noter que le lac Summit (dans le réseau hydrographique de la rivière Elk), le ruisseau Joseph et la rivière Bull (qui appartiennent tous deux au groupe de la rivière Kootenay supérieure) abritent tous des populations indigènes de truites fardées versant de l'ouest et ont également directement reçu, à au moins dix reprises, des truites arc-en-ciel provenant d'écloseries.

Description longue du tableau A12.1

Tableau A12.1. Le tableau A12.1 est intitulé « Nombre de cours d’eau et de lacs (selon le codage en bleu unique jusqu’en 2008; B. Woods, comm. pers. en cours) où des truites fardées versant de l’ouest ont été observées au moins une fois et dans lesquels un épisode d’empoissonnement par les spécimens résultant du croisement entre des truites fardées et des truites arc-en-ciel (TF x TAC), des truites fardées (TF, vraisemblablement d’origine côtière), des ombles de fontaine de l’Est (OFE), des truites arc-en-ciel (TAC) et des truites fardées versant de l’ouest (TFVO) a également eu lieu (jusqu’en 2008). Total des TFVO = nombre total de cours d’eau et de lacs dans lesquels des truites fardées versant de l’ouest ont été observées. » Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 9 colonnes et 10 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Groupe de la population, Type d’étendue d’eau, Total des TFVO, TF x TAC, TF, OFE, TAC et Total des étendues d’eau empoissonnées. Les lignes de toutes les en-têtes des colonnes à droite du Groupe de la population sont sous-divisées en Cours d’eau et Lac. Une ligne de total se situe tout en bas du tableau.

Tableau A12.1 Nombre de cours d'eau et de lacs (selon le codage en bleu unique jusqu'en 2008; B. Woods, comm. pers. en cours) où des truites fardées versant de l'ouest ont été observées au moins une fois et dans lesquels au moins un épisode d'empoissonnement par les spécimens résultant du croisement entre des truites fardées et des truites arc-en-ciel (TF x TAC), des truites fardées (TF, vraisemblablement d'origine côtière), des ombles de fontaine de l'Est (OFE), des truites arc-en-ciel (TAC) et des truites fardées versant de l'ouest (TFVO) a également eu lieu. Total des TFVO = nombre total de cours d'eau et de lacs dans lesquels des truites fardées versant de l'ouest ont été observées.
Groupe de la populationType d'étendue d'eauTotal des TFVOTF x TACTFOFETACTFVOTotal des étendues d'eau empoisson-nées
Rivière ElkCours d'eau13400432229
Lac3600052025
Rivière FlatheadCours d'eau85000167
Lac1700011213
Rivière Kootenay supérieureCours d'eau406035154366
Lac114017215382
Rivière Kootenay OuestCours d'eau246124213058
Lac81002164765
Fleuve ColumbiaCours d'eau11700291930
Lac54010112941
Rivière KettleCours d'eau12000033
Lac7000077
Rivière Thompson SudCours d'eau6000156
Lac4000314
TotalCours d'eau1 006151540128189
 Lac31302954169234

Annexe 13. Évaluation des menaces

Bien que les menaces cotées de modérées à élevées relevées pour chaque groupe de la population soient traitées de façon détaillée dans le corps principal du présent document, les menaces de faible degré, qui peuvent afficher un vaste éventail, et les menaces pour lesquelles il existe des lacunes importantes dans les données pourraient jouer un rôle important en exacerbant d'autres facteurs qui menacent déjà la truite fardée versant de l'ouest. Par exemple, on soupçonne que les espèces envahissantes (COSEPAC 2007) telles que les poissons à rayons épineux ou les moules zébrées et quagga pourraient entrer en compétition avec la truite fardée versant de l'ouest pour l'accès aux ressources communes. Cependant, en raison de lacunes des connaissances, nous ne pouvons évaluer avec certitude l'ampleur du rôle qu'elles jouent. Bien que la pression par la pêche n'ait pas été citée comme une menace de degré élevé pour les populations en péril, elle s'exerce dans toute l'aire de répartition de la truite fardée versant de l'ouest, et les déclins des populations pourraient accroître la vulnérabilité de l'espèce aux événements stochastiques (p. ex. épizootiques; COSEPAC 2007). Mayhood (2009) souligne que la truite fardée versant de l'ouest est la plus vulnérable aux prélèvements excessifs dans les petits cours d'eau, en particulier en raison de sa vulnérabilité à l'accroissement des accès routiers dans ces zones. Enfin, bien qu'elle ne soit pas considérée comme une menace unique, la dégradation de l'habitat est un enjeu récurrent associé à la plupart des menaces qui pèsent sur l'espèce. Par exemple, l'exploitation forestière, l'exploitation minière, les projets linéaires, l'agriculture, le développement urbain et l'utilisation de l'eau affectent potentiellement la qualité et la quantité de l'habitat de la truite fardée versant de l'ouest. En particulier, la capacité biotique des populations de truites fardées versant de l'ouest de l'Alberta diminue de façon importante lorsque l'habitat est dégradé par la sédimentation de matériaux fins, la création d'obstacles et le réchauffement du climat (Mayhood 2009). Nous manquons d'informations sur des effets équivalents en C.-B. Les tendances observées donnent à penser que l'habitat s'est dégradé de façon importante au cours des 100 dernières années, en partie en raison de l'accroissement récent de l'accès aux étendues d'eau et du fait que des mesures de protection officielles ne sont entrées en vigueur que récemment (COSEPAC 2006). Il est donc important de tenir compte de l'incidence des espèces envahissantes, de la pression par la pêche et de la dégradation de l'habitat lorsque l'on interprète les résultats donnés par l'outil d'évaluation des menaces.

Le tableau suivant présente la totalité de la liste des mécanismes d'action des menaces et de leurs sources connexes, classés en fonction de l'ampleur des menaces23. Pour plus d'information sur le processus d'évaluation des menaces suivi, veuillez vous reporter à Hatfield et Long (2010).

Description longue du tableau 13.1

Tableau 13.1. Le tableau 13.1 est intitulé « Extrants produits par l’outil d’évaluation des menaces, toutes les menaces ayant été prises en compte. Menaces triées par groupe de la population, puis par mécanisme d’action. » Le tableau se lit horizontalement, de gauche à droite, et comprend 8 colonnes et 438 lignes. La ligne du haut présente les en-têtes des colonnes : Groupe de la population, Mécanisme d’action des menaces de niveau 1, Mécanisme d’action des menaces de niveau 2, Source de la menace, Ampleur, Gravité et Moment. Des notes de bas de page dans les en-têtes des colonnes Groupe de la population, Ampleur, Gravité, Moment et Impact de la menace offrent de plus amples explications.

Tableau A13.1 Extrants produits par l'outil d'évaluation des menaces, toutes les menaces ayant été considérées. Menaces triées par groupe de la population, puis par mécanisme d'action.
Groupe de la populationuMécanisme d'action de la menace de 1er niveauMécanisme d'action de la menace de 2e niveauSource de la menacePortéevGravitéwDimension temporellexImpact de la menacey
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesInconnueInconnueInconnueInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeMoyenneContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsÉtendueInconnueContinue, mais en augmentationInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeÉlevéeContinue, mais en augmentationMoyen
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)ÉtendueMoyenneContinue, mais en augmentationMoyen
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementAgricultureLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation forestièreLimitéeMoyenneContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation forestièreÉtendueInconnueContinue, mais en diminutionInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueContinue, stableInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeÉlevéeContinue, stableMoyen
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonProjets linéairesÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)ÉtendueLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauProjets linéairesÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation forestièreNégligeableNégligeableContinue, mais en diminutionNégligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)ÉtendueInconnueContinue, stableInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeNégligeableContinue, stableNégligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesAgricultureLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatEspèces envahissantesInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatProjets linéairesFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauEspèces envahissantesInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, mais en augmentationMoyen
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation minièreFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsLimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Fleuve ColumbiaLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesFaibleInconnueContinue, stableInconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeMoyenneContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)GénéraliséeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésAquaculture, écloseries et empoissonnementFaibleExtrêmeContinue, stableFaible
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésPêcheFaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMortalité directeMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesInconnueInconnue0Inconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMortalité directeAquaculture, écloseries et empoissonnementLimitéeInconnueContinue, stableInconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMortalité directeProjets linéairesInconnueInconnue0Inconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMortalité directePêcheFaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMaladiesEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMaladiesEffluents industriels et municipauxInconnueInconnue0Inconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMaladiesAquaculture, écloseries et empoissonnementInconnueInconnue0Inconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatMaladiesChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatEntraînementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesInconnueInconnue0Inconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeableEffets résiduels seulementNégligeable
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeableContinue, stableNégligeable
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatIntrogressionEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Fleuve ColumbiaNon liée à l'habitatIntrogressionAquaculture, écloseries et empoissonnementFaibleExtrêmeContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleInconnueContinue, mais en augmentationInconnu
Rivière ElkLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière ElkLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleGraveContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsÉtendueInconnueContinue, mais en augmentationInconnu
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeÉlevéeContinue, mais en augmentationMoyen
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementAgricultureLimitéeMoyenneContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleMoyenneContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation forestièreLimitéeMoyenneContinue, mais en diminutionFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation forestièreLimitéeInconnueContinue, mais en diminutionInconnu
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueContinue, stableInconnu
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeÉlevéeContinue, mais en augmentationMoyen
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonProjets linéairesÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Rivière ElkLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauAgricultureFaibleÉlevéeContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Rivière ElkLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableLégèreContinue, stableNégligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation forestièreNégligeableNégligeableContinue, mais en diminutionNégligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation minièreFaibleÉlevéeContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation minièreLimitéeÉlevéeContinue, stableMoyen
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesAgricultureLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatEspèces envahissantesLimitéeInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation minièreFaibleMoyenneContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatProjets linéairesFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauEspèces envahissantesLimitéeInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, mais en augmentationMoyen
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation minièreLimitéeGraveEffets résiduels seulementMoyen
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsLimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesFaibleInconnueContinue, stableInconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeMoyenneContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésAquaculture, écloseries et empoissonnementLimitéeÉlevéeContinue, stableMoyen
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésPêcheÉtendueNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière ElkNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière ElkNon liée à l'habitatMortalité directeMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatMortalité directeAquaculture, écloseries et empoissonnementLimitéeInconnueContinue, stableInconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatMortalité directeProjets linéairesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatMortalité directePêcheÉtendueLégèreContinue, stableFaible
Rivière ElkNon liée à l'habitatMaladiesEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatMaladiesEffluents industriels et municipauxInconnueInconnue0Inconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatMaladiesAquaculture, écloseries et empoissonnementInconnueInconnue0Inconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatMaladiesChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatEntraînementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeableEffets résiduels seulementNégligeable
Rivière ElkNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière ElkNon liée à l'habitatIntrogressionEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière ElkNon liée à l'habitatIntrogressionAquaculture, écloseries et empoissonnementÉtendueExtrêmeContinue, mais en augmentationÉlevé
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation forestièreLimitéeModéréeContinue, mais en diminutionFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementAgricultureNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementEffluents industriels et municipauxNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonProjets linéairesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation forestièreLimitéeMoyenneContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPassage du poissonMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauProjets linéairesLimitéeMoyenneEffets résiduels seulementFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauAgricultureNégligeableNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation forestièreNégligeableNégligeableEffets résiduels seulementNégligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatAgricultureNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeableContinue, mais en augmentationNégligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation forestièreLimitéeMoyenneEffets résiduels seulementFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesProjets linéairesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatAgricultureNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation forestièreLimitéeMoyenneContinue, mais en diminutionFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation du pétrole et du gazFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauProjets linéairesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadLiée à l'habitatQualité de l'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésProjets linéairesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésAquaculture, écloseries et empoissonnementLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésPêcheNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMortalité directeProjets linéairesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMortalité directeMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMortalité directePêcheFaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMortalité directeAquaculture, écloseries et empoissonnementNégligeableNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMaladiesEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMaladiesAquaculture, écloseries et empoissonnementInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMaladiesChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnue0Inconnu
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatMaladiesEffluents industriels et municipauxNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatEntraînementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatIntrogressionAquaculture, écloseries et empoissonnementInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière FlatheadNon liée à l'habitatIntrogressionEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleInconnueContinue, mais en augmentationInconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleÉlevéeContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsÉtendueInconnueContinue, mais en augmentationInconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeÉlevéeContinue, mais en augmentationMoyen
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementAgricultureFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleMoyenneContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation forestièreLimitéeMoyenneContinue, mais en diminutionFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation minièreFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation forestièreLimitéeInconnueContinue, mais en diminutionInconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueContinue, stableInconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeÉlevéeContinue, mais en augmentationMoyen
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonProjets linéairesÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation minièreFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauAgricultureFaibleÉlevéeContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableLégèreContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation forestièreNégligeableNégligeableContinue, mais en diminutionNégligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesAgricultureLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleMoyenneContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatEspèces envahissantesLimitéeInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégère0Faible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatProjets linéairesFaibleÉlevéeContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauEspèces envahissantesLimitéeInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation minièreFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauProjets linéairesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsLimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesFaibleInconnueContinue, stableInconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésAquaculture, écloseries et empoissonnementLimitéeExtrêmeContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeMoyenneContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésPêcheÉtendueNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMortalité directeMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMortalité directeAquaculture, écloseries et empoissonnementLimitéeInconnueContinue, stableInconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMortalité directeProjets linéairesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMortalité directePêcheÉtendueLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMaladiesEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMaladiesEffluents industriels et municipauxInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMaladiesAquaculture, écloseries et empoissonnementInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatMaladiesChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnueÀ l'avenir seulementInconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatEntraînementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableEffets résiduels seulementNégligeable
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatIntrogressionEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay supérieureNon liée à l'habitatIntrogressionAquaculture, écloseries et empoissonnementÉtendueExtrêmeContinue, mais en augmentationÉlevé
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)ÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsFaibleLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)ÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation forestièreÉtendueModéréeContinue, mais en diminutionMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementAgricultureFaibleMoyenneContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)LimitéeMoyenneContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementEffluents industriels et municipauxFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation minièreLimitéeLégèreContinue, mais en diminutionFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModification des régimes d'écoulementProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonProjets linéairesÉtendueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)ÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)LimitéeLégère0Faible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation minièreLimitéeLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPassage du poissonExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauProjets linéairesÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation forestièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatPerturbation mécanique des cours d'eauExploitation minièreNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeMoyenneContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation minièreFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)LimitéeNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à grande échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation forestièreÉtendueMoyenneEffets résiduels seulementMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation minièreLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesProjets linéairesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatDéfrichage et modification des zones riverainesExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)FaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation minièreLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatProjets linéairesLimitéeLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatModifications à petite échelle de l'habitatExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation forestièreÉtendueMoyenneContinue, mais en diminutionMoyen
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauAgricultureFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)LimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)LimitéeMoyenneContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation minièreLimitéeLégèreEffets résiduels seulementFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauProjets linéairesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsLimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauEspèces envahissantesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestLiée à l'habitatQualité de l'eauExploitation du pétrole et du gazNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)ÉtendueMoyenneContinue, stableMoyen
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)LimitéeLégèreContinue, mais en augmentationFaible
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEffluents industriels et municipauxLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésEspèces envahissantesLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésAquaculture, écloseries et empoissonnementLimitéeLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsFaibleLégèreContinue, stableFaible
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésPêcheNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatModification de la dynamique des communautésProjets linéairesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMortalité directeMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMortalité directeProjets linéairesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMortalité directePêcheFaibleNégligeableContinue, stableNégligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMortalité directeAquaculture, écloseries et empoissonnementNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMaladiesEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMaladiesEffluents industriels et municipauxInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMaladiesAquaculture, écloseries et empoissonnementInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatMaladiesChangements climatiques et phénomènes météorologiques violentsInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Dérivations et barrages temporaires (à des fins autres que la consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatEntraînementUtilisation de l'eau – Extraction permanente (à des fins de consommation)NégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatEntraînementMise en valeur du territoire à des fins résidentielles, récréatives et commercialesNégligeableNégligeable0Négligeable
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatIntrogressionAquaculture, écloseries et empoissonnementInconnueInconnue0Inconnu
Rivière Kootenay OuestNon liée à l'habitatIntrogressionEspèces envahissantesInconnueInconnue0Inconnu

u Groupe de la population – tel que décrit à la section 4.2.2.

v Portée – Proportion de l'espèce dont on peut raisonnablement prévoir qu'elle sera touchée par la menace dans les dix prochaines années. Cette valeur est habituellement mesurée en tant que proportion de la population de l'espèce dans la zone d'intérêt. (Généralisée = 71-100 %; Étendue = 31-70 %; Limitée = 11-30 %; Faible = 1-10 %; Négligeable = < 1 %)

w Gravité – À l'intérieur de la portée, niveau de dommages causés par la menace à l'espèce dont on peut raisonnablement prévoir qu'elle sera touchée par la menace dans les dix prochaines années ou dans le laps de temps correspondant à trois générations. Cette valeur est habituellement mesurée en tant que degré de diminution de la population de l'espèce. (Extrême = 71-100 %; Élevée = 31-70 %; Moyenne = 11-30 %; Légère = 1-10 %; Négligeable = < 1 %)

x Dimension temporelle – Effets résiduels seulement (c.-à-d. la menace n'existe plus, mais ses effets résiduels demeurent); continue, mais en diminution; continue et stable; continue, mais en augmentation; à l'avenir seulement

y Impact de la menace – Degré auquel on observe, déduit ou soupçonne que l'espèce est directement ou indirectement touchée par la menace dans la zone d'intérêt (Master et al. 2009). Cette cote combinée repose sur l'interaction entre la portée et les valeurs de la gravité attribuées, et ne concerne que les menaces présentes et futures. L'impact de la menace reflète la réduction de la population de l'espèce ou le déclin ou la dégradation d'une zone de l'écosystème. (Très élevé; Élevé; Moyen; Faible; Négligeable; Inconnu; Blanc) « Inconnu » signifie que les données permettant d'évaluer la menace ne sont pas disponibles. « Blanc » signifie que l'évaluateur n'a pa


22 Les mesures de gestion recommandées concernant la truite fardée versant de l'ouest en C.-B. reposent, de façon générale, en grande partie sur les résultats d'un atelier provincial qui s'est tenu à Cranbrook, en C.-B., les 8 et 9 décembre 2010.

23 Les extrants ont été dérivés des réponses préliminaires données par quatre experts locaux et des discussions de suivi tenues au cours de l'atelier provincial de décembre 2010.


* Avis Et Avertissement : Le MPO n'est pas responsable de la qualité des renseignements, produits ou services offerts par les sites Internet mentionnés plus haut. Les utilisateurs doivent aussi reconnaître que les renseignements provenant de sources externes ne sont disponibles que dans la langue d'origine.