Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport annuel du COSEPAC pour 2010-2011

Rapport annuel du COSEPAC

présenté au

Ministre de l'Environnement

et au

Conseil canadien pour la conservation
des espèces en péril
(CCCEP)

par le

Comité sur la situation des espèces
en péril au Canada
(COSEPAC)

2010-2011



COSEPAC
Comité sur la situation des
espèces en péril au Canada
COSEWIC logo


COSEWIC
Committee on the Status
of Endangered Wildlife in
Canada

 

Le 9 septembre 2011

L’honorable Peter Kent
Ministre de l’Environnement
Les Terrasses de la Chaudière
10, rue Wellington
28e étage
Gatineau (Québec)  K1A 0H3

Monsieur le Ministre,

Veuillez trouver ci-joint le Rapport annuel de 2010‑2011 du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), que je vous présente respectueusement ainsi qu’au Conseil canadien de conservation des espèces en péril (CCCEP). La présentation de ce rapport répond aux obligations du COSEPAC en vertu de l’article 26 de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Ce rapport annuel sera également disponible en ligne sur le Registre public des espèces en péril, à http://www.sararegistry.gc.ca/gen_info/cosewic_annual_f.cfm.

Comme vous le savez, le rôle du COSEPAC est d’évaluer la situation quant à la conservation des espèces sauvages au Canada. À ce jour, le COSEPAC a évalué 635 espèces sauvages dans diverses catégories de risque, y compris 278 en voie de disparition, 158 menacées, 176 préoccupantes et 23 disparues du pays. Le Comité a également classé 14 espèces sauvages dans la catégorie « disparues de la planète », 50 dans la catégorie « données insuffisantes » et 170 dans la catégorie « non en péril ».

Le Rapport annuel présente les espèces sauvages qui seront considérées aux fins d’ajout à l’annexe 1 de la LEP et confirme le statut des espèces actuellement inscrites à l’annexe 1. Au point V – Attribution du statut des espèces sauvages, vous trouverez le statut attribué à chacune de ces espèces, la justification des désignations et les critères appliqués par le COSEPAC accompagnés des codes alphanumériques.

La présentation de ces renseignements répond aux obligations du COSEPAC en vertu de l’article 25 de la LEP, qui exige que le COSEPAC fournisse au ministre de l’Environnement et au CCCEP une copie des évaluations de la situation des espèces et des raisons derrière ces évaluations. Cela répond également à nos obligations en vertu de l’article 24, qui prévoit que le COSEPAC doit réviser la classification des espèces en péril au moins une fois tous les 10 ans.

La capacité du COSEPAC de respecter son mandat prescrit dépend du temps et de l’expertise fournie par ses membres et les membres de ses sous‑comités de spécialistes des espèces et du Sous‑comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA). Je tiens à souligner avec une certaine inquiétude que la charge de travail pour ces membres augmentera lorsque le COSEPAC amorcera l’examen décennal de la classification requis pour les espèces qui ont été inscrites à l’annexe 1 lors de l’adoption de la LEP en 2003 et celles qui ont été évaluées au cours des années subséquentes. J’ai formé un groupe de travail sur le plan stratégique afin de fournir des recommandations sur la meilleure façon d’aborder les problèmes imminents de charges de travail. Néanmoins, je prévois que le Comité risque d’être confronté à de grandes difficultés à cet égard au cours des prochaines années et que nous dépendrons d’un soutien administratif solide et continu du secrétariat du COSEPAC et de votre ministère pour être en mesure de respecter nos obligations.

Le COSEPAC est également confronté à des difficultés associées à la collecte de CTA, tel que requis en vertu du paragraphe 15(2) de la LEP. Comme vous le savez, en avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices sur les procédures et les protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones, qui fournissent des principes clairs et convenus pour la collecte de CTA. Depuis, le Sous-comité du COSEPAC a hiérarchisé les espèces aux fins de collecte de CTA, a amorcé le processus de détermination des sources de CTA et a rassemblé les CTA accessibles au public pour les évaluations à venir des espèces. Pour de nombreuses espèces, cependant, les CTA doivent être recueillies directement auprès de sources dans les collectivités. Les projets de collecte de CTA requièrent des efforts considérables de la part de notre Sous-comité des CTA et des ressources considérables. Malheureusement, les fonds actuellement accordés au COSEPAC ne nous permettent pas de mener ces projets importants.

Enfin, j’attire votre attention sur mes lettres du 31 mai et du 30 août 2011 concernant les candidats à une nomination au COSEPAC. Comme je l’ai mentionné, le Comité a effectué un examen minutieux et transparent de tous les candidats, et ceux qui vous ont été présentés le 31 mai représentent un groupe de personnes extrêmement qualifiées. Vous trouverez un résumé de l’expertise de chacun à la page 63 (annexe III) du rapport. J’espère que vous considérerez la nomination de ces candidats sans tarder, avant que le mandat des employés en poste prenne fin.

Pour terminer, je souhaite exprimer ma sincère gratitude pour le soutien de votre ministère et son engagement envers la conservation et la protection des espèces sauvages en péril au Canada.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, mes salutations distinguées.

Signature de Marty L. Leonard

Marty L. Leonard
Président, COSEPAC

Table des matières