Le bec-de-lièvre

Consultations sur l’inscription en vertu de la Loi sur les espèces en péril

Illustration d'un bec-de-lièvre.  Source: E. Edmonson, New York State Department of Environmental Conservation
Source: E. Edmonson, New York State Department of Environmental Conservation

Le bec-de-lièvre a été évalué comme espèce préoccupante par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Une espèce préoccupante est une espèce qui risque de devenir menacée ou en voie de disparition en raison d’une conjugaison de facteurs biologiques et de menaces reconnues.

Avant de décider si cette espèce sera ajoutée à la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP), Pêches et Océans Canada souhaite obtenir votre opinion, vos commentaires et suggestions au sujet des répercussions écologiques, culturelles et économiques possibles de son inscription ou de sa non-inscription. La LEP vise à prévenir la disparition des espèces sauvages, à prévoir leur rétablissement et à assurer la conservation de la diversité biologique.

Veuillez SVP fournir vos commentaires d’ici le 27 février 2015.

 

Vu de la lèvre inférieure à trois lobes
Crédit : Nate Tessler

Le bec-de-lièvre est un petit poisson d’eau douce de la famille des cyprins (ou ménés). Il peut atteindre une longueur d’environ 160 mm. Il se distingue des autres espèces de poisson par son corps trapu, ses flancs argentés aux teintes violet verdâtre et sa lèvre inférieure à trois lobes.

Au Canada, le bec-de-lièvre vit dans le bassin versant du fleuve Saint-Laurent, depuis Ivy Lea, en Ontario, jusqu’à Saint-Pascal au Québec. En Ontario, l’espèce occupe maintenant trois des sept plans d’eau où elle se trouvait autrefois. Au Québec, l’espèce est plus répandue, mais depuis 2002, sa présence a été confirmée seulement dans 79 plans d’eau sur les 206 où elle était présente autrefois. Il est difficile de déterminer si cette baisse résulte d’un déclin de l’espèce ou d’un manque d’activités d’échantillonnages récentes, ou des deux.

 

La répartition du bec-de-lièvre au Canada

Description

Carte de l’aire de répartition du bec-de-lièvre. Au Canada, le bec-de-lièvre vit dans le bassin versant du fleuve Saint-Laurent, depuis Ivy Lea, en Ontario à l’ouest, jusqu’à Saint-Pascal au Québec à l’est.

Carte

ET SI L’ESPÈCE EST AJOUTÉE À LA LISTE DES ESPÈCES EN PÉRIL ?

En 2013, le bec-de-lièvre a été évalué comme étant une espèce à statut préoccupant par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce comité, composé de spécialistes, évalue les espèces sauvages du Canada en se basant sur la meilleure information disponible, ce qui inclut les données scientifiques, les connaissances de la collectivité et le savoir traditionnel autochtone.

Si l’espèce est ajoutée à la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril, un plan de gestion sera élaboré. Ce document décrira les mesures à mettre en place pour réduire les menaces dues aux activités humaines. Étant donné le statut préoccupant du bec-de-lièvre, les interdictions automatiques (par exemple, interdit de tuer, nuire, capturer) prévues à la Loi sur les espèces en péril ne s’appliquent pas.

STATUT PROVINCIAL

En Ontario, le bec-de-lièvre est désigné espèce menacée en vertu de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition et un programme de rétablissement provincial a été rédigé. Au Québec, l’espèce ne figure pas sur la Liste des espèces désignées menacées ou vulnérables en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

Pour en savoir plus sur le bec-de-lièvre

Habitat et cycle de vie

Le bec-de-lièvre vit principalement dans des ruisseaux ou des rivières à l’eau claire, au courant lent, au fond composé de galet, gravier, sable, boue, et généralement couvert de végétation aquatique. Pendant la période de fraie, au printemps ou au début de l’été, le mâle construit un nid en transportant un à un de petits cailloux. Lorsque le nid est prêt, il laisse une femelle y déposer ses oeufs qu’il fertilise au même moment. Après la fraie, il entretient le nid et défend les oeufs et les alevins qui s’y trouvent. Le bec-de-lièvre se nourrit sur le fond des cours d’eau d’une variété d’invertébrés aquatiques.

Menaces

Les menaces spécifiques pesant sur le bec-de-lièvre sont peu connues. L’espèce tolère probablement mal la turbidité persistante et l’envasement excessif, deux conséquences possibles de certaines activités agricoles et urbaines. Le gobie à taches noires et la tanche, deux espèces envahissantes réputées pour nuire aux poissons indigènes, pourraient aussi avoir des effets néfastes sur le bec-de-lièvre.

Importance de l'espèce

Le bec-de-lièvre possède plusieurs caractéristiques qui le rendent unique. Par exemple, il est le seul méné d’Amérique du Nord à posséder une lèvre inférieure à trois lobes et l’un des rares à s’occuper de ses alevins après l’éclosion. L’espèce est aussi réputée pour attaquer et manger les yeux des autres espèces de poissons, ce qui est à l’origine de son nom familier en anglais « eye picker ».

Photo d'un bec-de-lièvre dans un main

Dans le cadre d’un inventaire, ce poisson a été capturé et remis à l’eau vivant. (Crédit photo : Nate Tessler)


Questionnaire sur l’inscription du bec-de-lièvre en vertu de la Loi sur les espèces en péril

Ce questionnaire vise à recueillir vos commentaires sur l’ajout du bec-de-lièvre à la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril.

  1. Êtes-vous en faveur de l’ajout du bec-de-lièvre à la Liste des espèces en péril ? Pourquoi ?
    Oui
    Non

  2. Quels seraient les impacts positifs sur vos activités, votre communauté, l’environnement, la culture et l’économie si le
    bec-de-lièvre était inscrit ?

  3. Quels seraient les impacts négatifs sur vos activités, votre communauté, l’environnement, la culture et l’économie si
    le bec-de-lièvre était inscrit ?

  4. Avez-vous d’autres commentaires à formuler sur l’inscription du bec-de-lièvre ?

  5. Veuillez indiquer votre secteur d’activité (p. ex. pêche, environnement). Si vous répondez au nom d’une communauté
    autochtone, d’une industrie, d’une petite entreprise1, d’une collectivité, d’une association ou d’un organisme, veuillez
    indiquer son nom.

  6. Dans quelle province ou territoire résidez-vous ? Dans quelle province ou territoire votre organisation mène-t-elle ses
    opérations ?

  7. Si le bec-de-lièvre était inscrit, seriez-vous intéressés à participer à son rétablissement ?

 

Votre nom, votre adresse courriel (optionnel − si vous souhaitez un suivi de notre part).

 

Ces questions visent à recueillir vos commentaires sur l’ajout du bec-de-lièvre à la Liste des espèces en péril. Si vous ne pouvez pas utiliser notre formulaire PDF interactif (414,16 Ko), veuillez soumettre vos commentaires en utilisant le formulaire pour commentaires.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de renseignements.

Québec
Gestion des espèces en péril
Pêches et Océans Canada
Institut Maurice-Lamontagne
850, route de la Mer, C.P. 1000
Mont-Joli (Québec) G5H 3Z4
Tél. : 1-877-775-0848
Courriel : lep-sara-qc@dfo-mpo.gc.ca

Ontario
Programme des espèces en péril
Pêches et Océans Canada
Institut des eaux douces
501, University Crescent
Winnipeg (Manitoba) R3T 2N6
Tél. : 204-984-0599 ou 1-866-538-1609
Courriel : fwisar@dfo-mpo.gc.ca