Programme de rétablissement du ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius) au Canada (Proposition)

Loi sur les espèces en péril
Série de Programmes de rétablissement

Ginseng à cinq folioles
2015

Ginseng à cinq folioles

Haut de la page

Information sur le document

Programme de rétablissement du ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius) au Canada - 2015 (Proposition)

Ginseng à cinq folioles

American Ginseng
Photo: © Andrée Nault, Biodôme de Montréal

Référence recommandée :

Environnement Canada. 2015. Programme de rétablissement du ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius) au Canada [Proposition], Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Environnement Canada, Ottawa, vii + 32 p.

Pour télécharger le présent programme de rétablissement ou pour obtenir un complément d’information sur les espèces en péril, incluant les rapports de situation du COSEPAC, les descriptions de la résidence, les plans d’action et d’autres documents connexes sur le rétablissement, veuillez consulter le Registre public des espèces en péril.

 

Le contenu du présent document (à l’exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, mais en prenant soin d’indiquer la source.

Haut de la page

Préface

En vertu de Accord pour la protection des espèces en péril (1996) les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux signataires ont convenu d'établir une législation et des programmes complémentaires qui assureront la protection efficace des espèces en péril partout au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, ch. 29) (LEP), les ministres fédéraux compétents sont responsables de l'élaboration des programmes de rétablissement pour les espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et sont tenus de rendre compte des progrès réalisés dans les cinq ans après la publication du document final dans le Registre public des espèces en péril.

La ministre de l’Environnement du Canada et ministre responsable de l’Agence Parcs Canada est la ministre compétente en vertu de la LEP pour le rétablissement du ginseng à cinq folioles et ont élaboré ce programme conformément à l’article 37 de la LEP. Dans la mesure du possible, le programme de rétablissement a été préparé en collaboration avec les gouvernements de l’Ontario (Ministère des Richesses naturelles et de la Foresterie) et du Québec (Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques), en vertu du paragraphe 39(1) de la LEP.

La réussite du rétablissement de l’espèce dépendra de l’engagement et de la collaboration d’un grand nombre de parties concernées qui participeront à la mise en œuvre des directives formulées dans le présent programme. Cette réussite ne pourra reposer seulement sur Environnement Canada et l'Agence Parcs Canada, ou sur toute autre compétence. Tous les Canadiens et les Canadiennes sont invités à appuyer ce programme et à contribuer à sa mise en œuvre pour le bien du ginseng à cinq folioles et de l’ensemble de la société canadienne.

Le présent programme de rétablissement sera suivi d’un ou de plusieurs plans d’action qui présenteront de l’information sur les mesures de rétablissement qui doivent être prises par Environnement Canada et l’Agence Parcs Canada et d’autres compétences et/ou organisations participant à la conservation de l’espèce. La mise en œuvre du présent programme est assujettie aux crédits, aux priorités et aux contraintes budgétaires des compétences et organisations participantes.

Haut de la page

Remerciements

Le présent programme de rétablissement a été élaboré par Vincent Carignan et Alain Branchaud (Environnement Canada, Service canadien de la faune [EC-SCF] – région du Québec) à partir d’une ébauche rédigée par Andrée Nault (Biodôme de Montréal) et en collaboration avec :

EC-SCF – Région de l'Ontario : Angela McConnell, Lee Voisin, Marie Archambault, Krista Holmes and Madeline Austen.

EC-SCF – Région du Québec :  Karine Picard, Geneviève Langlois and Matthew Wild.

EC-SCF – Région de la Capitale Nationale: Paul Johanson and Manon Dubé.

Ministère des Richesses naturelles et de la Foresterie de l’Ontario (MRNF) : Jay Fitzsimmons, Eric Snyder, Aileen Wheeldon, Shaun Thompson, Roxanne St. Martin, Tom Croswell, Dr. Brian Naylor, Jim Saunders Daryl Coulson Corina Brdar, Ron Gould, Amanda Fracz, Vivian Brownell et Jim Mackenzie.

Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MDDELCC) : Patricia Désilets, Évelyne Barrette, Guy Jolicoeur, Line Couillard and Vincent Piché.

Agence Parcs Canada (APC) : Vicki Leck, Beth McEachern, Josh Van Wieren, Hillary Knack, Leonardo Cabrera et Gary Allen.

Les personnes suivantes ont également contribué au présent document ou fourni des informations afin d’en améliorer le contenu : Caroline Tanguay (Conservation de la nature Canada – région du Québec), Robert Werbiski et autres membres du personnel du Ministère de la Défense Nationale; Jean-François Dubois, Jacinthe Bélec, Lonny Coote (EC-Direction de l’application de la loi sur la faune); Adrianne Sinclair et Andrea White (EC-SCF – CITES), ainsi que Marie-José Ribeyron (consultante), Don Cuddy et Marjorie MercureFootnote 1.

Haut de la page

Sommaire

Le ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius) est une plante vivace longévive qui est associée aux forêts matures. L’espèce a été désignée « en voie de disparition » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en 2000 et est inscrite selon le même statut à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) depuis 2003.

Moins de 1 % de la population mondiale du ginseng à cinq folioles se trouve au Canada. Bien qu’il y ait consensus à l’effet que l’espèce soit en déclin prononcé, les imprécisions concernant le nombre de populations existantes et l’absence de données d’abondance pour plusieurs d’entre elles ne permet pas le calcul des tendances.

Les principales menaces pour le ginseng à cinq folioles sont la récolte illégale de racines, la déforestation (expansion industrielle, urbaine et agricole); le broutage, la prédation et les maladies (mortalité); les espèces introduites et envahissantes; la récolte forestière; la culture commerciale ainsi que les changements climatiques. La petite taille des populations, le long temps nécessaire avant de pouvoir se reproduire et les contraintes climatiques sont considérés comme des facteurs limitatifs.

Le caractère réalisable du rétablissement du ginseng à cinq folioles comporte certaines inconnues. Néanmoins, conformément au principe de précaution, un programme de rétablissement a été élaboré en vertu du paragraphe 41(1) de la LEP, comme cela est fait lorsque le rétablissement est jugé réalisable.

Les objectifs en matière de population et de répartition du ginseng à cinq folioles au Canada sont :

  • à court terme (2015-2025) : maintenir ou augmenter l’abondance des plants de ginseng à cinq folioles ainsi que la superficie d’habitats convenables occupés à chaque site existant;
  • à long terme (2015-2035) : assurer la viabilité des occurrences existantes et, lorsque techniquement et biologiquement réalisable, restaurer les occurrences historiques et disparues.

Les stratégies et approches générales pour l’atteinte de ces objectifs sont présentées dans la section Orientation stratégique pour le rétablissement.

L’habitat essentiel du ginseng à cinq folioles est partiellement désigné dans le présent programme de rétablissement. Il correspond à l’habitat convenable situé à l’intérieur d’une zone de fonctions essentielles de 150 m autour de chaque plant existant de ginseng à cinq folioles. Au total, 2 590 unités d’habitat essentiel contenant 7 921 ha à l’intérieur de la zone de fonctions essentielles sont désignées au Canada, soit 334 en Ontario (3 635 ha) et 2256 au Québec (4 286 ha). En raison de la susceptibilité de l’espèce (p. ex. à la récolte illégale), le Ministre de l’Environnement du Canada, suivant l’avis du COSEPAC, a restreint la diffusion d’information relative à la localisation des plants de ginseng à cinq folioles ou son habitat (LEP art. 124). Un calendrier des études décrit les principales activités nécessaires pour compléter la désignation de l’habitat essentiel.

Un ou plusieurs plans d’action seront publiés dans le Registre public des espèces en péril avant la fin de 2020.

Haut de la page

Résumé du caractère réalisable du rétablissement

D’après les quatre critères suivants, énoncés par le Gouvernement du Canada (2009), le caractère réalisable du rétablissement du ginseng à cinq folioles comporte des inconnues. Néanmoins, conformément au principe de précaution, un programme de rétablissement a été élaboré en vertu du paragraphe 41(1) de la LEP, comme cela serait fait lorsque le rétablissement est jugé réalisable. Le présent programme de rétablissement tient compte des inconnues entourant le caractère réalisable du rétablissement.

1. Des individus de l’espèce sauvage capables de se reproduire sont disponibles maintenant ou le seront dans un avenir prévisible pour maintenir la population ou augmenter son abondance.

Oui. Des plants matures se trouvent dans plusieurs secteurs de l’aire de répartition de l’espèce, y compris au sein de populations viables. Cependant, l’espèce demeure rare ou peu fréquente, et ce même aux États-Unis où elle est plus largement répandue. La probabilité d’un effet de rescousse en provenance de populations des États‑Unis est donc considérée faible. Des individus cultivés >ex situ à partir de graines pourraient être utilisés pour augmenter les populations appauvries ainsi qu’à des fins de réintroduction.

2. De l’habitat convenable suffisant est disponible pour soutenir l’espèce, ou pourrait être rendu disponible par des activités de gestion ou de remise en état de l’habitat.

Oui. Il existe des forêts matures convenables dans l’ensemble de l’aire de répartition du ginseng à cinq folioles, et des inventaires récents menés dans ces habitats ont permis d’y découvrir de nouvelles populations. L’aménagement forestier et la restauration seront nécessaires pour plusieurs populations de ginseng à cinq folioles qui se trouvent dans un état appauvri.

3. Les principales menaces pesant sur l’espèce ou son habitat (y compris les menaces à l’extérieur du Canada) peuvent être évitées ou atténuées.

Inconnu. La plupart des menaces (p. ex. déforestation, mortalité des plantes et graines) peuvent être atténuées grâce à des mesures d’intendance ou l’aménagement adapté des forêts. L’atténuation des effets de la récolte illégale sur les populations sauvages demeurera le principal défi et nécessitera la collaboration des différents intervenants de façon à promouvoir l’application efficace des lois et règlements existants.

4. Des techniques de rétablissement existent pour atteindre les objectifs en matière de population et de répartition, ou leur élaboration peut être prévue dans un délai raisonnable.

Inconnu. Il faudra déployer beaucoup d’efforts pour rétablir pleinement l’espèce, car il est improbable que les menaces puissent être entièrement éliminées. La gestion active et les mesures d’application de la loi seront toujours nécessaires pour lutter contre la récolte illégale de racines sauvages et faire contrepoids à la pression constante du développement et de l’exploitation forestière dans les habitats naturels. Cependant, les activités de rétablissement pourront être soutenues à l’aide de techniques relativement simples et abordables, telles que la transplantation d’individus ou de graines.

Haut de la page

1. Évaluation de l’espèce par le COSEPACFootnote *

Sommaire de l'évaluation :
Mai 2000
Nom commun :
Ginseng à cinq folioles
Nom scientifique :
Panax quinquefolius
Statut:
Espèce en voie de disparition
Justification de la désignation :
En dépit des restrictions reliées au commerce international, des taux élevés de collecte se poursuivent, et il y a eu des pertes importantes de populations au cours de la dernière décennie.
Présence au Canada :
Ontario et Québec
Historique du statut :
Espèce désignée « menacée » en avril 1988. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en avril 1999. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000.

Extent and Occupancy Information Footnotes

Extent and Occupancy-Information Footnotes 1

COSEPAC : Comité sur la situation des espèces en péril au canada. Un rapport de situation à jour a été produit, mais n'a pas encore été publié (COSEPAC 2011 – rapport inédit).

Return to first Extent and Occupancy Information footnote * referrer

Haut de la page

2. Information sur la situation de l'espèce

Moins de 1% de la population mondiale du ginseng à cinq folioles se trouve au Canada. En 2003, l’espèce a été inscrite comme espèce en voie de disparition à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) (L.C. 2002, ch. 29). En Ontario, le ginseng à cinq folioles est inscrit comme espèce en voie de disparition en vertu de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition (L.O. 2007, ch. 6) depuis 2008. Au Québec, il est inscrit comme espèce menacéeFootnote 2 en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (L.R.Q., ch. E-12.01) depuis 2001. Ces deux lois interdisent de récolter, posséder ou exporter le ginseng à cinq folioles.

NatureServe (2014) a attribué à l’espèce un rang global (mondial) de G3G4 (vulnérable/ apparemment non en péril – dernier examen effectué en 2005) et un rang national de N2N3 (en péril/vulnérable – dernier examen effectué en 2011) au Canada. L’espèce a un rang de S2 (en péril) au Québec et en OntarioFootnote3.

Le ginseng à cinq folioles est également inscrit à l'annexe IIFoote 4 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) depuis 1973. C’est par la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial (L.C. 1992, ch. 52) et son Règlement sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages que le Canada met en œuvre la CITES et réglemente ainsi l’importation et l’exportation du ginseng à cinq folioles.

3. Information sur l'espèce

3.1 Description de l'espèce

Le contenu de la présente section a été simplifié afin de limiter la diffusion d’informations sensibles.

White (1988) décrit le ginseng à cinq folioles comme une plante forestière herbacée vivace, tolérante à l’ombre. La plante se compose d’une racine pivotanteFootnote5 allongée, portant un rhizome mince et surmonté d’une tige aérienne se terminant par un verticille de feuilles composées-palmées (une à quatre – rarement jusqu’à sept). Les individus peuvent vivre jusqu’à environ 50 ans (A. Nault, communication personnelle) et mesurer de 20 à 70 cmFootnote6. de hauteur. L’inflorescence est une ombelle terminale prenant naissance au centre du verticille de feuilles composées et pouvant comporter plusieurs fleurs.

Haut de la page

3.2 Population et répartition

Le ginseng à cinq folioles est présent uniquement en Amérique du Nord, dans une vaste partie de l’est des États-Unis, depuis la Nouvelle-Angleterre et le Minnesota jusqu’en Louisiane et en Géorgie (Argus et White, 1984; Figure 1). Au Canada, l’espèce est présente en Ontario et au Québec. Le ginseng à cinq folioles est considéré comme rare ou peu commun dans la plus grande partie de son aire de répartition (White, 1988; Nault, 1998; McGraw et al., 2003).

L’abondance du ginseng à cinq folioles à l’intérieur des populations canadiennes est estimée entre 50 000 et 100 000 plantesFootnote7. Cela représenterait moins de 1% des populations nord-américaines qui comporteraient de « plusieurs millions à quelques milliards » d’individus (NatureServe, 2014). En Ontario, le Centre d’information sur le patrimoine naturel (CIPN, 2014) rapporte 287 occurrences de l’espèce, dont 89 sont historiques (l’observation la plus récente remontant à 20 ans ou plus) et 38 sont considérées comme disparuesFootnote8. Aucune estimation de l’abondance n’est disponible dans cette province. Au Québec, le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ, 2014) rapporte plus de 35 000 individus dans 168 occurrences, dont 14 sont historiques et 11 sont disparues. En raison de l’absence de données d’abondance pour la plupart des occurrences en Ontario, les analyses de tendance des populations ne sont pas possibles. Les spécialistes du ginseng à cinq folioles au Canada rapportent cependant des déclins prononcés dans la plupart des secteurs.

Haut de la page

Figure 1. Répartition globale du ginseng à cinq folioles
Répartition globale du ginseng
Carte : © Argus et White, 1984
Description longue de la figure 1

Indique l'emplacement des trois mentions d'occurrence historiques de l'espèce : une près de Brandon (au Manitoba), une près de Saskatoon (en Saskatchewan) et une près de Medicine Hat (en Alberta). On y indique également l'emplacement des deux mentions d'occurrence récentes en Alberta, situées toutes les deux entre Edmonton et Medicine Hat.

Haut de la page

La taille minimale d’une population viable a été étudiée en Amérique du Nord. En Ontario et au Québec, Nantel et al. (1996)Footnote9 considèrent qu’une population viable comporte au moins 172 individus, a un bon taux de recrutement annuel (graines survivant pour produire la génération suivante) et compte une bonne proportion de plants matures (au moins 100 individus comportant 3 ou 4 feuilles). En utilisant ce seuil, seulement 9 populations en Ontario et 54 au Québec seraient considérées viables (CDPNQ, 2014; NHIC, 2014). Cependant, dans le centre des Appalaches (États-Unis),  il a été estimé que les populations viables doivent comprendre plus de 55 individus (Souther 2011) ou entre 780 et 820 plantes ou plus (McGraw et Furedi, 2005). Les impacts des menaces comme le broutage par les cervidés pourraient expliquer une bonne partie de ces chiffres hautement variables selon le secteur et suggèrent qu’il n’existe pas un seuil unique de viabilité des populations de ginseng à cinq folioles.

Haut de la page

3.3 Besoins du ginseng à cinq folioles

Le contenu de la présente section a été simplifié afin de limiter la diffusion d’informations sensibles.

Le ginseng à cinq folioles est une espèce tolérante à l’ombre qui croît typiquement dans les grandes forêts relativement peu perturbées (Charron et Gagnon, 1991; Nault et al., 1998). Ainsi, l’espèce est considérée comme étant sensible aux effets de lisièreFootnote10 qui sont reconnus comme ayant un impact sur la structure et la composition des forêts matures de l’est de l’Amérique du Nord jusqu’à une distance d’environ 90 mFootnote11(Harper et al., 2005). En particulier, les changements dans le niveau de luminosité (et des températures au niveau du sol) près des lisières peuvent affecter les plants de ginseng à cinq folioles puisque l’espèce est physiologiquement adaptée aux conditions de faible luminosité (10 à 30%; Proctor, 1980; Westerveld, 2010). Au-delà de ces niveaux, les plants montrent des signes de chlorose (jaunissement des tissues de la feuille en raison du manque de chlorophylle), de sénescence prématurée et de croissance réduite (Gagnon, 1999; Jochum et al. 2007).

Les arbres qui composent la futaie des forêts occupées par le ginseng à cinq folioles sont généralement l’érable à sucre (Acer saccharum), le frêne blanc (Fraxinus americana), le caryer cordiforme (Carya cordiformis), le tilleul d’Amérique (Tilia americana), le chêne rouge (Quercus rubra) et le noyer cendré (Juglans cinerea), bien que certaines occurrences se situent dans des forêts ayant une composante importante de cèdre blanc (Thuja occidentalis) et de pruche du Canada (Tsuga canadensis) (Agence Parcs Canada, communication personnelle). Le couvert arbustif y est généralement clairsemé, mais les plantes du sous-étage sont diversifiées (White, 1988; Burkhart 2013).

Les sols sont d’origine glaciaire, épais (50 à 100 cm), bien drainés et possèdent un pH relativement neutre (6.5-7.5) (White, 1988; Couillard et al. 2012).

Il y a deux pollinisateurs connus du ginseng à cinq folioles: les diptères de la famille des syrphidés et les abeilles de la famille des halictidés. Les deux sont des pollinisateurs généralistes (Duke 1980). Lorsque les graines sont produites, leur dispersion repose principalement sur la gravité (Lewis et Zenger, 1982; van der Voort, 2005) mais les oiseaux, en particulier les grives, semblent jouer un rôle important dans la dispersion à plus grande distance (Hruska et al., sous press).

Facteurs limitatifs

Les facteurs limitatifs ont une influence sur la survie et la reproduction de l’espèce en plus de jouer un rôle important dans sa capacité à atteindre certains niveaux de population (se rétablir après un déclin). Pour le ginseng à cinq folioles, ils incluent :

  • une longue période avant d’atteindre la maturité et pouvoir produire des graines (7 à 10 ans; White, 1988).
  • la production de graines est généralement plus faible dans les populations du nord (Charron et Gagnon, 1991) et les taux de germination sont faibles car les graines doivent demeurer en dormance pendant une période d’au moins 18 mois, durant laquelle elles sont très vulnérables à la sécheresse et à la prédation (Lewis et Zenger, 1982).
  • la mortalité des jeunes plants, par la sécheresse et la prédation notamment, peut atteindre 70 à 90 % (Charron et Gagnon, 1991; Nault, 1998). La prédation des graines réduit également le potentiel de recrutement naturel du ginseng à cinq folioles.
  • Dans les petites populations, les taux d’auto-fertilisation peuvent être plus élevés, ce qui réduit la valeur adaptative comparativement à ce qui est observé dans les populations ayant un plus haut taux de fertilisation croisée (Mooney et McGraw, 2007b).
  • Un effet de Allee (c.-à-d. problèmes associés à se retrouver dans des petites populations isolées; Hackney et McGraw, 2001).
  • La plupart des oiseaux de la famille des grives sont en déclin depuis la fin des années 1960 et la Grive des bois (Hylocichla mustelina) a récemment été évaluée comme étant menacée par le COSEPAC (2012). 

Haut de la page

4. Menaces

4.1 Évaluation des menaces

Tableau 1 - Tableau d'évaluation des menaces

Catégorie de la menace : Utilisation des ressources biologiques

Menace : Récolte illégale des racines

Menace : Culture commerciale

Catégorie de la menace : Changements dans la dynamique écologique ou dans les processus naturels

Menace : Broutage, prédation et maladies (mortalité)

Menace : Espèces introduites et envahissantes

Catégorie de la menace: Perte ou dégradation de l'habitat

Menace : Déforestation (expansion industrielle, urbaine et agricole)

Menace : Récolte forestière

Catégorie de la menace : Climat et catastrophes naturelles

Menace :Changements climatiques

Table 1 Footnotes

Table 1 Footnotes a

Niveau de préoccupation : signifie que la gestion de la menace représente une préoccupation (élevée, moyenne ou faible) pour le rétablissement de l'espèce, conforme aux objectifs en matière de population et de répartition. Ce critère tient compte de l'évaluation de toute l'information figurant dans le tableau.

Return to a Table 1 Footnote a referrer

Table 1 Footnotes b

Gravité : indique l'effet à l'échelle de la population (élevée : très grand effet à l'échelle de la population, modérée, faible, inconnue).

Return to a Table 1 Footnote b referrer

Table 1 Footnotes c

Certitude causale : indique le degré de preuve connu de la menace (élevée : la preuve disponible établit un lien fort entre la menace et les pressions sur la viabilité de la population; moyenne : il existe une corrélation entre la menace et la viabilité de la population, p. ex., une opinion d'expert; faible : la menace est présumée ou plausible).

Return to a Table 1 Footnote c referrer

Haut de la page

4.2 Description des menaces

Les menaces sont décrites selon un en ordre décroissant de niveau de préoccupation.

Récolte illégale des racines

La valeur médicinale des racines de ginseng, incluant le ginseng à cinq folioles, est reconnue en Asie depuis plus de 2 000 ans (Small et al., 1994). Malgré les interdictions visant la récolte, la possession et l’exportation de ginseng à cinq folioles sauvage qui ont été imposées au Québec (2001), en Ontario (2008) et sur l’ensemble des terres fédérales (via la LEP; 2003), le COSEPAC (2011- rapport inédit) suggère que plus de 50 % des populations étudiées en Ontario et 15 % des populations au Québec, y compris plusieurs se trouvant dans des aires protégées (Nault et al., 1998, 2002), ont fait l’objet de braconnage.

Bien que tout type de récolte illégale soit au détriment de l’espèce par l’entremise d’une réduction de l’abondance, de leur potentiel de reproduction, de la diversité génétique et de leur viabilité (Nault et Tanguay, 2011), certaines pratiques sont plus destructrices que d’autres. La taille des individus récoltés et les dates de la saison de récolte (permettre aux individus de produire leurs graines) constituent les deux aspects principaux qui déterminent l’impact et la durée des effets (McGraw et Ferudi, 2005; Van der Voort et McGraw, 2006; McGraw et al., 2010). Il existe des indications que les plants de ginseng à cinq folioles sont plus petits maintenant qu’historiquement (McGraw, 2001). Cela pourrait être le résultat de la sélection artificielle imposée par la récolte des plus gros plants, ce qui réduit la valeur adaptative des plants qui sont laissés sur place ainsi que la production de graines à l’intérieur des populations sauvages (Charron et Gagnon, 1991; McGraw, 2001; Cruse-Sanders et Hamrick 2004; Mooney et McGraw 2007a, 2009). Bien que le ginseng à cinq folioles puisse croître à nouveau après la récolte si les racines et rhizomes demeurent présents, ce processus prend beaucoup de temps (van der Voort et al., 2003). De plus, comme le ginseng à cinq folioles a besoin de beaucoup de temps pour atteindre la maturité, une récolte annuelle de seulement 5 % des racines d’une population initialement viable peut mener à sa disparition (Nantel et al., 1996; McGraw et al., 2013).

Déforestation (expansion industrielle, urbaine et agricole)

Le ginseng à cinq folioles pousse dans le sud de l’Ontario et du Québec, là où les activités industrielles, urbaines et agricoles ont causé de hauts niveaux de perte d’habitats et continuent d’exercer de la pression pour le développement des forêts matures qui persistent dans le paysage. Bien que les pertes dues à l’expansion agricole semblent s’être stabilisées sur la plus grande partie de l’aire de répartition du ginseng à cinq folioles, ayant même reculé dans les secteurs situés sur des sols de moindre qualité (p. ex. Jobin et al. 2014), l’urbanisation, elle,  s’est accélérée au point où elle est considérée comme la principale cause de déforestation en Amérique du Nord (Radeloff et al., 2005; Masek et al., 2011) et constitue un important facteur contributif au Canada (Elliott 1998; Jobin et al. 2014).

L’exploitation des sources d’énergie (p. ex. pétrole, gaz) et de minéraux (incluant les agrégats) ainsi que leur transport (ex. oléoducs, lignes de transport d’électricité, routes) continuent d’entraîner des pertes d’habitats ainsi qu’une dégradation et une fragmentation de la plupart des secteurs de l’aire de répartition du ginseng à cinq folioles (Drummond et Loveland, 2010; Masek et al., 2011).

Outre la perte d’habitat, les installations et les infrastructures récréatives (p. ex. sentiers pour la randonnée ou les véhicules tout-terrain, pentes de ski, terrains de golf) causent la dégradation de l’habitat (p. ex. érosion et compaction du sol, fragmentation, vecteurs d’espèces envahissantes, effets de lisière telle l’augmentation de la densité de la végétation adjacente qui engendre une augmentation du broutage par les cerfs). Il a également été observé que ces infrastructures augmentent substantiellement la récolte illégale de plantes - les braconniers utilisent les réseaux de sentiers pour repérer l’espèce et pour la récolte et il a été démontré que les impacts sont plus lourds le long des sentiers dans les aires protégées provinciales comparativement aux impacts sur les populations situées plus loin des sentiers (Young et al., 2011).

Haut de la page

Broutage, prédation et maladies (mortalité)

Au Canada et aux États‑Unis, on a constaté que le broutage par le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) avait d’importants effets sur la survie des populations de ginseng à cinq folioles, notamment en raison de la réduction de la vigueur des plantes (les feuilles et les fleurs broutées ne sont pas remplacées durant la saison de végétation) et d’une diminution importante de la production de graines (Brdar, 2003; Furedi et McGraw, 2004; McGraw et Furedi, 2005; McGraw et al., 2013; Nault, 2013). L’interdiction de chasse dans les aires protégées a mené à des populations de cerfs qui ne sont pas soutenables relativement aux efforts de conservation des plantes (Nugent et al., 2011). La récolte forestière entraîne également une augmentation de la densité des cerfs en augmentant la végétation du sous-étage qui est utilisée pour le broutage (Côté et al., 2004). Même si le ginseng à cinq folioles a la capacité de se rétablir après le broutage, le broutage répété peut modifier de façon substantielle la végétation du sous-étage et les effets produits peuvent être difficiles, voire impossibles, à renverser (Stromayer et Warren, 1997).

De petits rongeurs se nourrissent également des fruits et graines du ginseng à cinq folioles tel que révélé par les enveloppes vides qui sont souvent trouvées à la base des plantes (Nault et Tanguay, 2011; McGraw et al., 2013).  L’impact de ces prédateurs sur l’espèce reste à clarifier mais il a été démontré que les impacts sont importants dans plusieurs populations au Québec où l’ensemble de la production annuelle de graines a été retirée (A. Nault,  communication personnelle).

Des champignons pathogènes naturellement présents dans l’environnement affectent communément les racines et feuilles du ginseng à cinq folioles (Westerveld, 2010).

Espèces introduites et envahissantes

Les espèces envahissantes représentent l’une des cinq principales causes du déclin de la biodiversité (Millenium Ecosystem Assessment, 2005). En Amérique du Nord, on trouve de plus en plus souvent des limaces envahissantes (p. ex. Arion rufus, A. fasciatus, A. fuscus) dans les populations de ginseng à cinq folioles et celles-ci ont un impact particulièrement prononcé lorsqu’elles se nourrissent des plantes dès leur émergence au printemps (Nadeau, 2002; Westerveld, 2010; McGraw et al., 2013; Nault, 2013, 2014; Marineau et al., 2014). Les plantes affectées à ce stade ne peuvent produire de feuilles ou de graines durant la saison de végétation, ni accumuler de réserves dans leurs racines, ce qui réduit leur vigueur et leur taux de survie. Les vers de terres introduits constituent également un risque en raison de leur capacité d’apporter des changements aux sols forestiers (Addison, 2009) et de favoriser les plantes envahissantes (Nuzzo et al., 2009).  

Les espèces végétales envahissantes, comme le rosier multiflore (Rosa multiflora), l’épine-vinette de Thunberg (Berberis thunbergii), l’alliaire officinale (Alliaria petiolata), le nerprun cathartique (Rhamnus cathartica) et le dompte-venin de Russie (Cynanchum rossicum) sont fréquemment observées dans les occurrences de ginseng à cinq     folioles et sont problématiques car elles livrent une compétition intense pour les ressources disponibles mais également parce qu’elles peuvent produire des produits chimiques capables de causer du tort aux autres plantes (Wixted et McGraw, 2009, 2010; Klionsky et al., 2011). La croissance des espèces envahissantes est favorisée par des perturbations (p. ex. abattage d’arbres, travaux de construction, exploitation de carrières, activités récréatives) dans les forêts occupées par l’espèce ou à proximité et peuvent rapidement devenir l’espèce dominante, affectant ainsi l’habitat convenable pour le ginseng à cinq folioles.

La progression de l’agrile du frêne (Agrilus planipennis), un insecte envahisseur attaquant les frênes, et du chancre du noyer cendré (Sirococcus clavigignenti-juglandacearum), un champignon introduit qui attaque le noyer cendré, pourraient représenter des facteurs significatifs dans les forêts où ces espèces constituent une composante importante. La mortalité des arbres pourrait rendre les conditions de croissance du ginseng à cinq folioles moins convenables en provoquant l’ouverture de la futaie, ce qui augmenterait la pénétration de la lumière et la compétition par les arbustes et les herbacées.

Récolte forestière

Le ginseng à cinq folioles est considéré comme intolérant aux plus grandes ouvertures dans la futaie (McConnell et Bjorgan, 2004; Couillard et al., 2012). La récolte forestière engendrant l’extraction de grands volumes de bois (p. ex. coupe à blanc, coupe par bandes) affecte directement l’habitat du ginseng à cinq folioles en modifiant les paramètres écologiques, notamment en provoquant l’accroissement de l’intensité lumineuse (ouverture de la futaie), la diminution de l’humidité du sol, l’augmentation des fluctuations quotidiennes de la température au niveau du sol et une augmentation marquée de la compétition exercée par les semis et les gaulis d’arbres ainsi que par les arbustes et plantes herbacées (White, 1988; Nault et al., 1998). La machinerie peut également engendrer l’érosion du sol, la compaction ainsi que déraciner ou écraser les individus. Dans les secteurs plus éloignés, la construction de routes forestières peut également faciliter l’accès pour les braconniers.

La récolte forestière engendrant l’extraction de faibles volumes de bois et visant à promouvoir la croissance d’espèces tolérantes à l’ombre peut être compatible avec le maintien du ginseng à cinq folioles (Chamberlain et al. 2013; McGraw et al. 2013). La production acéricole plus intensive, par contre, peut mener à une simplification trop prononcée de la végétation, particulièrement des strates arbustives et au niveau du sol.

Culture commerciale du ginseng à cinq folioles

La culture commerciale du ginseng à cinq folioles (en milieu boisé ou agricole)  progresse au Canada, les exportations ayant augmenté de 4,7 % au cours de la période 2007-2011 periodFootnote12 (AAC, 2011). La culture commerciale du ginseng en milieu boisé risque d’affecter les populations de ginseng sauvage en raison des perturbations liées à la préparation des sites (défrichage du sous‑bois) et à leur entretien (engrais et fongicides), de l’introduction de pathogènes (Reeleder et Fisher, 1995) et de l’introduction de matériel génétique étranger résultant de l’utilisation de semences d’origine inconnue (Nault, 1998; Grubbs et Case, 2004; McGraw et al., 2013). Les impacts de cette menace ont fait l’objet de peu d’études (voir Mooney et McGraw, 2007b), particulièrement pour les populations nordiques au sein desquelles les individus pourraient être adaptés aux conditions climatiques plus froides ou d’autres variables environnementales (Souther et McGraw, 2011a).

Changements climatiques

Les effets des changements climatiques incluent l’augmentation du nombre d’événements climatiques extrêmes (ex. coups de froid, verglas, ouragans, tempêtes de vents; Huber et Gulledge 2011; Kirtman et al. 2013) qui sont reconnus comme ayant des effets sur les individus et les populations de ginseng à cinq folioles (Souther et McGraw, 2011b; Souther et McGraw, 2014), incluant des effets à long terme lorsque des composantes de l’habitat sont affectées. En janvier 1998, dans la partie de l’aire de répartition du ginseng à cinq folioles située dans l’est de l’Ontario et au Québec, une grande tempête de verglas a provoqué des dégâts importants dans le couvert forestier, dégâts qui ont été comparés aux effets d’une coupe sélective intensive (COSEPAC, 2000). À la suite de cette tempête, la troisième population en importance au Québec (plus de 1 000 individus) a été réduite à environ 300 individus.

Haut de la page

5. Objectifs en matière de population et de répartition

Les objectifs en matière de population et de répartition du ginseng à cinq folioles sont :

  • à court terme (2015-2025) : maintenir ou augmenter l’abondance des plants de ginseng à cinq folioles ainsi que la superficie d’habitats convenables occupés à chaque site existant Footnote13.
  • à long terme (2015-2035) : assurer la viabilité des occurrences existantes et, lorsque techniquement et biologiquement réalisable, restaurer les occurrences historiques et disparues.

Ces objectifs adressent le déclin à long terme des populations qui a mené à la désignation de l’espèce comme étant en voie de disparition (COSEPAC, 2000). L’horizon de 10 ans pour les objectifs à court terme correspond à l’intervalle entre les évaluations successives du status d’une espèce par le COSEPAC et est considérée raisonnable étant donné le défi que représente le rétablissement d’un nombre élevé de sites existants. En ce qui concerne les objectifs à long terme, s’assurer que l’ensemble des occurrences existantes soient viables est nécessaire étant donné les pressions intenses affectant l’espèce et son habitat. Pour le moment, il n’est pas possible de quantifier le seuil de viabilité puisqu’il pourrait être variable dans les différents secteurs de l’aire de répartition de l’espèce en fonction des menaces locales et de leur intensité.

Les objectifs pourraient être revus lors de l’élaboration du rapport d’évaluation de la mise en oeuvre du programme de rétablissement et du progrès vers l’atteinte des objectifs qui est requis 5 ans après l’affichage du programme de rétablissement (LEP art. 46). 

Haut de la page

6. Stratégies et approches générales pour l'atteinte des objectifs

6.1 Mesures déjà achevées ou en cours

  • De nombreuses occurrences se trouvant dans des aires protégées (provinciales, fédérales, privées), ou sur d’autres sites abritant des populations importantes sont gérées en vue d’assurer leur viabilité (p.ex. plans de conservation; Nault et al. 2002; Nault 2013, 2014) à travers des partenariats entre des propriétaires privés, des organisations de conservation (p. ex. Corridor Appalachien, Conservation de la nature Canada) et des partenaires fédéraux.
  • Efforts d’application de la loi afin de protéger les populations contre la récolte illégale, incluant par le marquage à l’encre permettant d’augmenter la traçabilité et réduire le potentiel de mise en marché à l’intérieur des réseaux de braconniers; formation des agents d’application de la loi (provinciaux et fédéraux) dans la recherche, la saisie, et les techniques d’enquête afin de combattre la menace de récolte illégale de ginseng sauvage.

Québec

  • Un groupe de mise en œuvre du rétablissement du ginseng à cinq folioles a été mis en place par le gouvernement du Québec.
  • Le gouvernement du Québec a élaboré une ébauche de Plan de conservation du ginseng à cinq folioles (Désilets et al., document inédit), dont les objectifs sont de protéger toutes les occurrences existantes dont la cote de qualité est A (excellente) ou B (bonne);  de protéger au moins une occurrence dans chacune des régions physiographiques (unités d’environ 1000 km2)Footnote14 actuellement occupées par l’espèce; de protéger au moins une occurrence par type d’habitat actuellement occupé et de réintroduire l’espèce, s’il y a lieu, dans les ensembles physiographiques où elle est disparue ou historique.
  • Afin de faciliter la conservation et le rétablissement des plantes menacées au sein de territoires soumis aux opérations forestières, le Gouvernement du Québec délimite les occurrences du ginseng à cinq folioles en fonction des unités éco-forestièresFootnote15 plutôt que selon des superficies occupées à chaque occurrence (Couillard et al. 2012).
  • Depuis 1994, le Biodôme de Montréal dirige un programme de conservation dont les objectifs sont les suivants : 1) caractérisation et suivi des occurrences; 2) formation et support scientifique et technique pour les intervenants et groupes impliqués dans la conservation des occurrences prioritaires, et 3) restauration des occurrences appauvries ou disparues.
  • Depuis 2002, des parcelles permanentes entourées d’exclos ont été établies dans une grande population protégée, afin de quantifier l’impact des cerfs. Des exclos contenant des bandes de cuivre sont également testés comme mesure de contrôle des limaces envahissantes.

Ontario

  • Depuis 2001, le suivi d’un certain nombre d’occurrences a été entrepris et certaines occurrences historiques ont été revisitées.
  • En 2000-2001, des exclos pour les cerfs ont été installés afin de suivre les impacts du broutage par les cerfs sur la végétation.
  • De 2002 à 2010, des biologistes du ministère des Richesses naturelles de l'OntarioFootnote16 ont formé le Groupe de mise en œuvre du rétablissement du ginseng à cinq folioles. Les activités annuelles du groupe comprenaient la récolte et la mise en terre de graines, le retrait de graines visibles, le suivi de populations connues, la recherche de nouvelles populations, la sensibilisation du personnel et la création d’écrans visuels pour réduire la détectabilité de certaines populations.
  • En 2010, le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a publié le guide Gestion forestière : conservation de la biodiversité à l’échelle du peuplement et du site (OMNR, 2010) qui est utilisé par les gestionnaires de la forêt lors de la planification et de la mise en œuvre d’opérations forestières sur les terres de la couronne. Ce document indique les lignes directrices pour les interventions dans les zones où se situent le ginseng à cinq folioles afin de protéger l’espèce des impacts négatifs des opérations forestières et se base sur les directives développées par McConnell et Bjorgan (2004).
  • Depuis 2013, l’habitat général du ginseng à cinq folioles a été décrit dans (OMNR, 2013) et est protégé par la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition.

Haut de la page

6.2 Orientation stratégique pour le rétablissement

Tableau 2. Tableau de planification du rétablissement

Menace ou facteur limitatif : Toutes les menaces

Stratégie générale pour le rétablissement : Intendance et gestion de l'espèce et de son habitat convenable

Priorité : Élevée

  • Description générale des approches de recherche et de gestion
    • Protéger les secteurs d'importance pour l'espèce au moyen d'une protection légale ou d'accords d'intendance
    • Appuyer l'élaboration de pratiques bénéfiques de gestion à l'échelle locale et du paysage afin d'atténuer les menaces, avec une emphase particulière sur la récolte illégale ainsi que la mortalité des plantes et des graines
    • Restaurer les habitats et réintroduire l'espèce de certaines occurrences historiques et disparues

Menace ou facteur limitatif : Lacunes dans les connaissances

Stratégie générale pour le rétablissement : Suivi et Recherche

Priorité : Élevée

  • Description générale des approches de recherche et de gestion
    • Mener des études démographiques et génétiques pour déterminer comment les populations de ginseng à cinq folioles réagissent à différentes menaces
    • Étudier les aspects liés à la propagation des individus (p. ex. pollinisateurs; culture ex situ à des fins de transplantation et de réintroduction; agents de dispersion des graines à courte et longue distance)

Priorité : Moyenne

  • Description générale des approches de recherche et de gestion
    • Mettre en œuvre des protocoles standardisés de recherche et de suivi sur les populations, les caractéristiques de l'habitat et les menaces
    • Élaborer, valider ou améliorer des modèles (ex. détectabilité, habitats convenables, viabilité des populations)

Menace ou facteur limitatif : Toutes les menaces

Stratégie générale pour le rétablissement : Communication et partenariats

Priorité : Élevée

  • Description générale des approches de recherche et de gestion
    • Établir des partenariats avec les ministères et agences gouvernementaux, les organisations de conservation, les autochtones, les propriétaires privés, l'industrie de la culture commerciale et le public afin de mettre en œuvre un programme de formation/sensibilisation /restauration/réintroduction
    • Considérer la création d'un groupe de travail nord-américain
    • Améliorer les communications et la gestion des données d'espèces sensibles (p. ex., sensibiliser les médias, sécuriser l'entreposage et l'échange des données)

Menace ou facteur limitatif : Toutes les menaces

Stratégie générale pour le rétablissement : Législation et politiques

Priorité : Élevée

  • Description générale des approches de recherche et de gestion
    • Promouvoir et vérifier la conformité avec les lois environnementales, les règlements et politiques existants afin de prévenir les infractions pour tous les types d'activités et de tenures de terres
    • Développer des programmes et de nouvelles politiques lorsque des lacunes sont identifiées

Haut de la page

7. Habitat essentiel

7.1 Désignation de l'habitat essentiel de l'espèce

Aux termes de la LEP, l’habitat essentiel est « l’habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d’une espèce sauvage inscrite ». L’article 41(1)(c) de la LEP requiert que les programmes de rétablissement incluent la désignation de l’habitat essentiel, dans la mesure du possible, ainsi que des exemples d’activités susceptibles d’entraîner sa destruction. Le présent programme de rétablissement désigne partiellement l’habitat essentiel sur la base des meilleures données sur le ginseng à cinq folioles disponibles en date d’octobre 2014. Le calendrier des études (section 7.2) décrit les activités requises pour compléter la désignation de l’habitat essentiel nécessaire à l’atteinte des objectifs en matière de population et de répartition établis pour l’espèce. À mesure que de nouvelles données deviendront accessibles, les limites établies pourront être modifiées et de l’habitat essentiel additionnel pourrait être désigné.

La désignation de l’habitat essentiel du ginseng à cinq folioles est fondée sur deux critères : l’occupation de l’habitat ainsi que son caractère convenable.

7.1.1 Occupation de l'habitat

L’occupation de l’habitat par l’espèce est établie en sélectionnant les points d’observation provenant des occurrences existantes (cotes de qualité A, B, C, D ou EFootnote17) selon la plus récente compilation des données disponibles dans les centres de données sur la conservation (CDPNQ, CIPN) ainsi que les points d’observation de tout site non-incorporé comme occurrence provenant d’autres sources au cours des 20 dernières années (1994 à 2013, inclusivement). Vingt ans est le seuil fixé par les centres de données sur la conservation à partir duquel une occurrence est considérée comme étant historique.

L’ensemble des individus existants sont considérés nécessaires au rétablissement du ginseng à cinq folioles. Ainsi, selon le principe de précaution, tous les points d’observation existants, même ceux des sites ne présentant qu’un seul individu, ont été incorporés en raison des effets que peuvent avoir les principales menaces sur les populations de ginseng à cinq folioles sur de très courtes périodes de temps.

7.1.2 Caractère convenable de l'habitat

Le caractère convenable de l’habitat réfère aux superficies ayant des caractéristiques biophysiques particulières permettant d’assurer que les individus d’une espèce pourront compléter les aspects importants de leur cycle de vie. Les caractéristiques biophysiques de l’habitat convenable au  ginseng à cinq folioles sont décrites au tableau 3 (voir la section 3.3. Besoins de l’espèce pour les références).

L’habitat convenable est décrit à l’intérieur d’une zone de fonctions essentielles de 150 m dont le premier 100 m ajouté autour de chaque plant vise à maintenir les attributs biophysiques nécessaires pour assurer le cycle vital complet, faciliter la dispersion à courte distance des graines et réduire les effets de lisière (voir « habitats convenables à la croissance » au tableau 3). Un 50 m additionnel peut s’étendre dans d’autres types de forêts ou des marécages arborescents qui, bien qu’en eux-mêmes n’ont pas les caractéristiques biophysiques nécessaires pour permettre la croissance du ginseng à cinq folioles, contribuent au maintien de conditions convenables (ex.: humidité, pénétration de lumière réduite) dans les habitats convenables à la croissance qui sont adjacents, permettent d’assurer la dispersion à longue distance des graines et de limiter l’envahissement par les espèces exotiques (Harper et al., 2005). Cette définition de l’habitat convenable est compatible avec la Description générale de l’habitat du ginseng à cinq folioles (OMNR 2013) protégé par le Gouvernement de l’Ontario aux termes de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition.

Tableau 3 - Description des caractéristiques biophysiques de l'habitat convenable du ginseng à cinq folioles.

Composantes de l'habitat convenable : Habitats convenables à la croissance

Caractéristiques biophysiques

  • Structure typique des forêts matures ou de forêts secondaires plus âgées où il y a peu de perturbations récentes (p. ex. grands arbres, futaie fermée)
  • Forêts feuillues ou mixtes comportant des espèces tels l'érable à sucre, le frêne blanc, le caryer cordiforme, le tilleul d'Amérique, le chêne rouge et le noyer cendré; bien que certaines populations se trouvent dans des forêts/marécages de cèdre blanc ou de pruche du Canada
  • Couvert arbustif relativement clairsemé (<25%) et espèces végétales compagnes généralement diversifiées dans le sous‑étage
  • Sols habituellement d'origine glaciaire, épais (50 cm à 100 cm), bien drainés (classe de drainage de 20 - bon ou 30 - modéré) et de pH relativement neutre; bien que certaines populations se trouvent sur des sols très superficiels et rocheux, parfois directement dans les crevasses de grès dolomitique
  • La pénétration de la lumière au niveau du sol est faible (sous 30%; typique des forêts à futaie fermée)
    • S'applique dans un rayon de 100 m autour de chaque plant

Composantes de l'habitat convenable : Habitats servant à maintenir les attributs des habitats convenables à la croissance

Caractéristiques biophysiques

  • Autres habitats forestiers et marécages arborescents
    • S'applique dans un rayon de 50 m additionnel au premier 100 m autour de chaque plant

7.1.3 Application des critères de désignation de l'habitat essentiel

Dans le présent programme de rétablissement, l’habitat essentiel du ginseng à cinq folioles est partiellement désigné. Il correspond à l’habitat convenable situé à l’intérieur d’une zone de fonctions essentielles de 150 m autour de chaque plant de ginseng à cinq folioles. Seuls les individus sauvages (incluant ceux issus de la réintroduction) sont considérés. La désignation de l’habitat essentiel est partielle puisque la plupart des occurrences ou sites connus ne sont pas présentement considérés viables et qu’elle n’inclut pas certaines occurrences historiques ou extirpées permettant d’atteindre les objectifs à long terme en matière de population et de répartition.

Au total, 2 590 unités d’habitat essentiel contenant 7 921 ha à l’intérieur de la zone de fonctions essentielles sont désignées au Canada, soit 334 en Ontario (3 635 ha) et 2256 au Québec (4 286 ha). En raison de la susceptibilité de l’espèce (p. ex. à la récolte illégale), le Ministre de l’Environnement du Canada, suivant l’avis du COSEPAC, a restreint la diffusion d’information relative à la localisation des plants de ginseng à cinq folioles ou son habitat (LEP art. 124). Conséquemment, l’Annexe A (tableaux A-1 et A-2) présente l’habitat essentiel du ginseng à cinq folioles au Canada en fonction des carrés de 100 x 100 km du quadrillage UTM utilisé dans le système national de référence cartographique. De plus amples informations sur l’emplacement des unités d’habitat essentiel peuvent être obtenues, à des fins de conservation de l’espèce et de son habitat ainsi qu’après justification auprès d’Environnement Canada – Section de la planification du rétablissement, à : RecoveryPlanning_Pl@ec.gc.ca.

Les éléments anthropiques (p. ex. maisons, surfaces pavées) et tout élément (p. ex. champs agricoles, terrains de golf) ne possédant pas les caractéristiques biophysiques de l’habitat convenable du ginseng à cinq folioles ne sont pas désignés comme étant de l’habitat essentiel.

Haut de la page

7.2 Calendrier des études visant à désigner l'habitat essentiel

Tableau 4. Calendrier des études visant à désigner l'habitat essentiel

Description de l'activité

Confirmer les localisations, obtenir l'information sur les populations et déterminer la qualité de l'habitat des occurrences historiques ainsi que des occurrences existantes qui ont des données spatiales moins précises. De plus, utiliser cette information pour réviser, mettre à jour ou préciser les observations existantes ainsi que les occurrences de ginseng à cinq folioles selon l'approche NatureServe

  • Justification
    • Nécessaire pour l'atteinte des objectifs en matière de population et de répartition à court et à long terme
  • Échéance
    • 2015-2017

Description de l'activité

Procéder à l'évaluation des occurrences historiques afin de déterminer si des plants de ginseng à cinq folioles ou de l'habitat convenable sont encore présents. Si l'évaluation est positive, procéder à la désignation de l'habitat essentiel

  • Justification
    • Nécessaire pour l'atteinte des objectifs en matière de population et de répartition à long terme
  • Échéance
    • 2015-2025

Description de l'activité

Procéder à l'évaluation des occurrences disparues afin de déterminer si la restauration de l'habitat suivie de la réintroduction du ginseng à cinq folioles est techniquement et biologiquement réalisable. Si l'évaluation est positive, procéder à la désignation de l'habitat essentiel

  • Justification
    • Nécessaire pour l'atteinte des objectifs en matière de population et de répartition à long terme
  • Échéance
    • 2015-2035

Haut de la page

7.3 Activités susceptibles d'entraîner la destruction de l'habitat essentiel

La compréhension de ce que constitue la destruction de l’habitat essentiel est nécessaire pour la protection et la gestion de l’habitat essentiel. La destruction de l’habitat est déterminée au cas par cas. On peut parler de destruction lorsqu’il y a dégradation d’un élément de l’habitat essentiel, soit de façon permanente ou temporaire, à un point tel que l’habitat essentiel n’est plus en mesure d’assurer ses fonctions lorsqu’exigé par l’espèce. La destruction peut découler d’une activité unique à un moment donné ou des effets cumulés d’une ou de plusieurs activités au fil du temps (Gouvernement du Canada, 2009). Les activités décrites au tableau 5 incluent celles qui sont susceptibles d’entraîner la destruction de l’habitat essentiel pour l’espèce. Cependant, les activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel ne se limitent pas à celles-ci.

Tableau 5 - Exemples d'activités susceptibles d'entraîner la destruction de l'habitat essentiel du ginseng à cinq folioles.

Description de l'activité

  • Construction, entretien et utilisation de structures linéaires (p. ex. routes, autoroutes, sentiers, lignes de transport d'énergie, pipelines)
  • Expansion industrielle (p. ex. extraction de minéraux, agrégats, parcs industriels)
  • Expansion urbaine (p. ex. maisons, zones et structures récréatives)
  • Expansion agricole

Description de l'impact

  • Perte et dégradation d'habitat convenable incluant :
    • retrait de la végétation (p. ex. couvert forestier),
    • recouvrement permanent du sol,
    • modification des conditions de drainage (ex. entraîne un mauvais drainage),
    • perturbations du sol favorisant la croissance d'espèces introduites et envahissantes qui modifient la structure et la composition de la végétation et compétitionnent pour les ressources;
    • effets de lisière dans les forêts adjacentes (p. ex. augmentation de l'intensité lumineuse, modification des conditions d'humidité, densification de la strate arbustive qui peut attirer les cerfs qui modifient la structure et la composition de la végétation par le broutage).

Détail de l'impact

  • Constitue de la destruction si les caractéristiques biophysiques dans le 1er 100 m de la zone de fonctions essentielles entourant les plants de ginseng à cinq folioles sont affectées.
  • Constitue de la destruction si les activités menées dans la zone 100 à 150 m de la zone de fonctions essentielles affectent les caractéristiques biophysiques dans le 1er 100 m de la zone de fonctions essentielles entourant les plants de ginseng à cinq folioles.

Description de l'activité

Récolte forestière lorsque de plus grands volumes d'arbres sont récoltés (p.ex. coupe à blanc, coupe par bande).

Description de l'impact

  • Perte et dégradation d'habitat convenable incluant :
    • la coupe d'arbres à un niveau qui entraîne l'augmentation de l'intensité lumineuse, modification des conditions d'humidité, densification de la strate arbustive qui peut attirer les cerfs qui modifient la structure et la composition de la végétation par le broutage;
    • la machinerie endommage le sol en détruisant la végétation et en contribuant à l'érosion et à la compaction ainsi qu'en modifiant le drainage;
    • la construction de chemins détruit et fragmente l'habitat, engendre des effets de lisière et facilite l'accès aux braconniers;
    • modification la structure et de la composition de la forêt  en raison de la sélection des essences coupées et du recrutement d'espèces opportunistes

Détail de l'impact

  • Constitue de la destruction si les caractéristiques biophysiques dans le 1er 100 m de la zone de fonctions essentielles entourant les plants de ginseng à cinq folioles sont affectées.
  • Constitue de la destruction si les activités menées dans la zone 100 à 150 m de la zone de fonctions essentielles affectent les caractéristiques biophysiques dans le 1er 100 m de la zone de fonctions essentielles entourant les plants de ginseng à cinq folioles.

Description de l'activité

Culture commerciale du ginseng en milieu forestier

Description de l'impact

Dégradation directe ou indirecte de la structure et de la composition de l'habitat via son aménagement pour accueillir le ginseng cultivéFootnoted

Détail de l'impact

Pourrait constituer de la destruction si les caractéristiques biophysiques dans le 1er 100 m de la zone de fonctions essentielles entourant les plants de ginseng à cinq folioles sont affectées.

Extent and Occupancy Information Footnotes

Extent and Occupancy-Information Footnotes 1

Cette activité engendre également la possibilité d'introduction de matériel génétique étranger et de maladies ayant des effets négatifs sur la vigueur des plantes et la production de graines (aspects non liés à l'habitat essentiel).

Return to 1 Extent and Occupancy Information footnote d referrer

Haut de la page

8. Mesure des progrès

Les indicateurs de rendement présentés ci-dessous proposent un moyen de définir et de mesurer les progrès vers l’atteinte des objectifs en matière de population et de répartition. Les progrès précis réalisés en vue de la mise en œuvre du programme de rétablissement seront mesurés par rapport aux indicateurs définis dans les plans d’action ultérieurs :

  • À court terme (2015-2025), l’abondance des plants de ginseng à cinq folioles ainsi que la superficie d’habitats convenables occupés sont maintenues ou augmentées à chaque site existant.
  • À long terme (2015-2035), la viabilité est assurée dans chaque occurrence existante et, lorsque biologiquement et techniquement réalisable, les occurrences historiques ou extirpées ont été restaurées.

Haut de la page

9. Enoncé sur les plans d'action

Un ou plusieurs plans d’action visant le ginseng à cinq folioles seront publiés dans le Registre public des espèces en péril d’ici la fin de 2020.

10. Référence

AAC. 2011. Le ginseng de l'Amérique du Nord au Canada. Agriculture et Agroalimentaire Canada. 4 p.

Addison, J.A. 2009. Distribution and impacts of invasive earthworms in Canadian forest ecosystems. Biological Invasions 11: 59–79.

Argus, G.W. et J. White. 1984. Panax quinquefolium L. in G.W. Argus et C.J. Keddy (éd.), Atlas des plantes vasculaires rares de l'Ontario, partie 3, Musée national des sciences naturelles, Musée national du Canada, Ottawa.

Brdar, C. 2003. American Ginseng monitoring and recovery – Summary of field work and findings, South Eastern zone, 2002-2003, Parcs Ontario, rapport confidential. 15 p.

Burkhart, E.P. 2013. American ginseng (Panax quinquefolius L.) floristic associations in Pennsylvania: guidance for identifying calcium-rich forest farming sites. Agroforestry Systems 87(5): 1157-1172.

CDPNQ. 2014. Ginseng à cinq folioles, Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec, Québec.

Chamberlain, J. L., Prisley, S. et M. McGuffin. 2013. Understanding the relationships between American ginseng harvest and hardwood forests inventory and timber harvest to improve co-management of the forests of the eastern United States. Journal of Sustainable Forestry 32: 605-624.

Charron, D. et D. Gagnon. 1991. The demography of northern populations of Panax quinquefolium (American Ginseng). Journal of Ecology 79:431-445.

CIPN. 2014. Centre d'information sur le patrimoine naturel, Ministère des Richesses Naturelles et de la Foresterie de l'Ontario. Peterborough (Ontario).

COSEPAC. 2000. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius) au Canada – Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa, 21 p.

COSEPAC. 2012. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Grive des bois (Hylocichla mustelina) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. ix + 51 p.

COSEPAC. Rapport inédit. COSEWIC status report on the American Ginseng Panax quinquefolius in Canada (version provisoire, décembre 2011). Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa, 42 p.

Côté, S.D., T.P. Rooney, J.-P. Tremblay, C. Dussault et D.M. Waller. 2004. Ecological impacts of Deer overabundance. Annual Review of Ecology, Evolution and Systematics 35: 113–147.

Couillard, L., N. Dignard, P. Petitclerc, D. Bastien, A. Sabourin et J. Labrecque. 2012. Guide de reconnaissance des habitats forestiers des plantes menacées ou vulnérables, Outaouais, Laurentides et Lanaudière, ministère des Ressources naturelles et de la Faune et ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, 434 p.

Cruse-Sanders, J.M.et J.L. Hamrick. 2004. Spatial and genetic structure within populations of wild American Ginseng (Panax quinquefolius L., Araliaceae). Journal of Heredity 95:309–321.

Désilets, P., G., Jolicoeur et L. Couillard. Document inédit. Plan de conservation du ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius), Espèce menacée au Québec, Gouvernement du Québec, ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, Québec, 26 p.

Drummond, M.A. et T.R. Loveland. 2010. Land-use pressure and a transition to forest-cover loss in the Eastern United States. BioScience 60: 286–298.

Duke, J.A. 1980. Pollinators of Panax? Castanea 45:141.

Elliott, K. A. 1998. The forests of southern Ontario. The Forestry Chronicle 74 (6): 850-854.

Furedi, M.A. et J.B. McGraw. 2004. White-tailed deers: Dispersers or predators of American Ginseng seeds? The American Midland Naturalist 152(2):268-276.

Gagnon, D. 1999. An analysis of the sustainability of American ginseng harvesting from the wild: the problem and possible solutions. US Fish and Wildlife Service, Office of Scientific Authority. 24 p.

Gouvernement du Canada. 2009. Politiques de la Loi sur les espèces en péril, Cadre général de politiques [ébauche]. Loi sur les espèces en péril, Séries de politiques et de lignes directrices, Environnement Canada, Ottawa. 42 p.

Grubbs, H.J. et M.A. Case. 2004. Allozyme variation in American Ginseng (Panax quinquefolius L.): Variation, breeding system, and implications for current conservation practice. Conservation Genetics 5:13-23.

Hackney, E. et J.B. McGraw. 2001. Experimental demonstration of an Allee effect in American ginseng. Conservation Biology 15(1):129-136.

Harper, K.A., S.E. MacDonald, P.J. Burton, J. Chen, K.D. Brosofske, S.C. Saunders, E.S. Euskirchen, D. Roberts,M.S. Jaiteh, et P. Esseen. 2005. Edge influence on forest structure and composition in fragmented landscapes. Conservation Biology 19(3): 768-782.

Hruska, A., S. Souther, et J.B. McGraw. Sous presse. Songbird dispersal of American ginseng (Panax quinquefolius L.). Ecoscience.

Huber, D. G. and J. Gulledge. 2011. Extreme weather and climate change: understanding the link, managing the risk. Center for Climate and Energy Solutions, Arlington, VA.

Jobin, B., C. Latendresse, A. Baril, C. Maisonneuve et D. Côté. 2014. A half-century analysis of landscape dynamics in southern Québec, Canada. Environmental Monitoring and Assessment 186: 2215–2229.

Jochum, G. M., K. W. Mudge et R. B. Thomas. 2007. Elevated temperatures increase leaf senescence and root secondary metabolite concentrations in the understory herb Panax quinquefolius (Araliaceae). American Journal of Botany 94: 819-826.

Kirtman, B., S.B. Power, J.A. Adedoyin, G.J. Boer, R. Bojariu, I. Camilloni, F.J. Doblas-Reyes, A.M. Fiore, M. Kimoto, G.A. Meehl, M. Prather, A. Sarr, C. Schär, R. Sutton, G.J. van Oldenborgh, G. Vecchi et H.J. Wang. 2013. Near-term Climate Change: Projections and Predictability. In Stocker, T.F., D. Qin, G.-K. Plattner, M. Tignor, S.K. Allen, J. Boschung, A. Nauels, Y. Xia, V. Bex et P.M. Midgley. (eds.). Climate Change 2013: The physical science basis. Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change . Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA.

Klionsky, S.M., K.L. Amantangelo et D.M. Waller. 2011. Above- and belowground impacts of European Buckthorn (Rhamnus cathartica) on four native forbs. Restoration Ecology 19 (6): 728–737.

Levine. S.A. 2009. The Princeton guide to ecology. Princeton University Press. 848 p.

Lewis, W. H. et V. E. Zenger. 1982. Population dynamics of the American Ginseng Panax quinquefolium (Araliaceae) - PDF. American Journal of Botany 69(9): 1483-1490

Lewis, W. H. and V. E. Zenger. 1983. Breeding systems and fecundity in the American ginseng, Panax quinquefolium (Araliaceae). American Journal of Botany 70: 466‑468.

Li, T., J. Bissonnette, J.P. Ducruc, V. Gérardin et L. Couillard. 1994. Le cadre écologique de référence du Québec : les régions naturelles, Présentation générale, ministère de l'Environnement et de la Faune du Québec, 20 p.

Marineau, K., Y. Tendland et M.-E. Tousignant. 2014. Revue de littérature sur les méthodes de contrôle des limaces et des agents nuisibles (cerfs, rongeurs) ainsi que sur les facteurs affectant une plante en péril [titre abrégé pour limiter la communication de données sensibles]. Rapport final présenté à Environnement Canada, 28 p.

Masek, J.G., W.B. Bohen, D. Leckie, M.A. Wulder, R. Vargas, B. de Jong, S. Healey, B. Law, R. Birdsey, R.A. Houghton, D. Mildrexler, S. Goward et W.B. Smith. 2011. Recent rates of forest harvest and conservation in North America. Journal of Geophysical Research 116 G00K03 doi:10.1029/2010JG001471.

McConnell, A. et L. Bjorgan. 2004. Directive for protecting American Ginseng habitat during forest management operations on crown land in Southern region, Ontario, [version provisoire], version 5.0., ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, 31 p.

McGraw, J.B. 2001. Evidence for decline in stature of American Ginseng plants from herbarium specimens. Biological Conservation 98:25-32.

McGraw, J.B. et M.A. Furedi. 2005. Deer browsing and population viability of a forest understory plant. Science 307:920-922.

McGraw, J. B., S. M. Sanders et M.E. Van der Voort. 2003. Distribution and abundance of Hydrastis canadensis L. (Ranunculaceae) and Panax quinquefolius L. (Araliaceae) in the central Appalachian region. Journal of the Torrey Botanical Club 130(2):62-69.

McGraw, J. B., S. Souther et A.E. Lubbers. 2010. Rates of harvest and compliance with regulations in natural populations of American ginseng (Panax quinquefolius L.).  Natural Areas Journal 30:202-210.

McGraw,J.B., A.E. Lubbers, M. Van der Voort, E.H. Mooney, M.A. Furedi, S. Souther, J.B. Turner et J. Chandler. 2013. Ecology and conservation of ginseng (Panax quinquefolius) in a changing world. Annals of the New York Academy of Sciences 1286: 62-91.

Millennium Ecosystem Assessment. 2005. Ecosystems and human well-being : Biodiversity synthesis (A report of the Millennium Ecosystem Assessment), Washington D.C., World Ressources Institute, 100 p.

Mooney, E. H. et J. B. McGraw. 2007a. Alteration of selection regime resulting from harvest of American ginseng, Panax quinquefolius. Conservation Genetics 8:57-67.

Mooney, E. H. et J. B. McGraw. 2007b. Effects of self-pollination and outcrossing with cultivated plants in small natural populations of American ginseng, Panax quinquefolius (Araliaceae). American Journal of Botany 94:1677-1687.

Mooney, E. H. et J. B. McGraw. 2009. Relationship between age, size and reproduction in populations of American ginseng, Panax quinquefolius (Araliaceae), across a range of harvest pressures. Ecoscience 16(1):84-94.

Nadeau, I. 2002. Guide sur la culture du ginseng en milieu forestier, Ginseng Boréal. 92 p.

Nantel, P., D. Gagnon et A. Nault. 1996. Population viability analysis of American Ginseng and wild leek harvested in stochastic environments. Conservation Biology 10:608-620.

NatureServe. 2002. Element occurrence data standard (PDF).

NatureServe. 2014. NatureServe Explorer: An online encyclopedia of life. NatureServe, Arlington (Virginie). (consulté le 10 avril, 2014).

Nault, A. 1998. La situation du ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius L.) au Québec, Gouvernement du Québec, ministère de l'Environnement et de la Faune, Direction de la conservation et du patrimoine écologique, Québec, 43 p.

Nault, A. 2013. Rapport de situation pour la conservation du ginseng à cinq folioles [titre abrégé pour limiter la communication de données sensibles], rapport préparé pour Environnement Canada, 39 p.

Nault, A. 2014. Mesures prioritaires de rétablissement pour le ginseng à cinq folioles [titre abrégé pour limiter la communication de données sensibles], rapport préparé pour Environnement Canada, 30 p.

Nault, A., D. Gagnon, D. White et G. Argus. 1998. Conservation of ginseng in Ontario, Report 1997/1998, ministère des Richesses naturelles, Sciences et technologie, Section des sciences de l'Est, rapport inédit, 89 p.

Nault, A. et C. Tanguay. 2011. Conservation et restauration du ginseng à cinq folioles au Québec, Guide de référence, Biodôme de Montréal, 68 p.

Nault, A., V. Bachand-Lavallée et D. Gagnon. 2002. Implementation of conservation measures in five parks of Eastern Ontario. Parcs Ontario, 35 p.

NHIC. 2014. Natural Heritage Information Centre, Ontario Ministry of Natural Resources and Forestry. Peterborough, Ontario. 

Nugent, G., W.J. McShea, J. Parkes, S. Woodley, J. Waithaka, J.Moro, R. Gutierrez, C. Azorit, F. Mendez Guerrero, W. T. Flueck et J. M. Smith-Flueck. 2011. Policies and management of overabundant deer (native or exotic) in protected areas. Animal Production Science 51: 384-389.

Nuzzo, V.A., J.C. Maerz et B. Blossey. 2009. Earthworm invasion as the driving force behind plant invasion and community change in northeastern North American forests. Conservation Biology 23(4): 966–974.

OMNR. 2010. Forest management guide for conserving biodiversity at the stand and site scales. Ontario Ministry of Natural Resources. Toronto: Queen's Printer for Ontario. 211 pp.(consulté le 6 novembre 2014).

OMNR. 2013. General habitat description for the American Ginseng (Panax quinquefolius). Ontario Ministry of Natural Resources. 4 p.

Proctor, R. 1980. Some aspects of the Canadian culture of ginseng (Panax quinquefolius L.) particularly the growing environment.  Pages 39-48 In Proceedings of the third national ginseng symposium. Korean Ginseng Institute, Seoul, Korea.

Radeloff, V.C., R.B. Hammer et S.I. Stewart. 2005. Rural and sub-urban sprawl in the U.S. Midwest from 1940 to 2000 and its relation to forest fragmentation. Conservation Biology 19:793-805.

Reeleder, R.D. et P. Fisher. 1995. Les maladies du ginseng, Fiche technique no 95‑004, ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, 4 p.

Small, E., P.M. Catling et E. Haber. 1994. Poorly known economic plants of Canada, Ginseng – Panax quinquefolius L. CBA/ABC Bulletin 27(4):70-72.

Souther, S. et J. B. McGraw. 2011a. Evidence of local adaptation in the demographic response of American ginseng to interannual temperature variation. Conservation Biology 25(5):922-931.

Souther, S. et J. B. McGraw. 2011b. Vulnerability of wild American ginseng to an extreme early spring temperature fluctuation.  Population Ecology 53:119–129.

Souther, S. et J.B. McGraw 2014. Synergistic effects of climate change and harvest on extinction risk of American ginseng. Ecological Applications 24:1463–1477.

Stromayer, K.A.K. et R.J. Warren. 1997. Are overabundant deer herds in the eastern United States creating alternate stable states in forest plant communities? Wildlife Society Bulletin 25(2): 227-234.

Van der Voort, M. E., 2005. An ecological and demographic study of American ginseng (Panax quinquefolius L.) in central Appalachia. Ph.D. dissertation, West Virginia University Morgantown, West Virginia.

Van der Voort, M. E. et J. B. McGraw. 2006. Effects of harvester behavior on population growth rate affects sustainability of ginseng trade. Biological Conservation  130:505-516.

Westerveld, S. 2010. Ginseng production in Ontario. Ontario Ministry of Agriculture and Food and Rural Affairs. Factsheet No. 10-081W AGDEX 268. 8 p.

White, D.J. 1988. Ecological study and status report on American Ginseng Panax quinquefolium L.: A threatened species in Canada, Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada, Service canadien de la faune, 170 p.

Wixted, K. et J. B. McGraw. 2009. A Panax-centric view of invasive species.  Biological Invasions 11(4): 883-893.

Wixted, K. et J. B. McGraw. 2010. Competitive and allelopathic effects of garlic mustard (Alliaria petiolata) on American ginseng (Panax quinquefolius). Plant Ecology 208:347–357.

Young, J.A., F.T. van Manen et C.A. Thatcher. 2011. Geographic Profiling to Assess the risk of rare plant poaching in Natural Areas. Environmental Management 48 (3) : 577-587

Haut de la page

Annexe A : Habitat essentiel du ginseng à cinq folioles au Canada

Le contenu de la présente section a été simplifié afin de limiter la diffusion d'informations sensibles. Par exemple, la tenure des terres à l'intérieur de chaque carré UTM n'est pas spécifiée.

Tableau A-1

>Carrés de 100 x 100 km du quadrillage UTM de référence contenant l'habitat essentiel du ginseng à cinq folioles en Ontario. L'habitat essentiel se trouve là où les critères énoncés à la section 7.1 sont rencontrés.
Code d'identification du carré de 100 x 100 km du quadrillage
UTM de référence
Table A1-A2 Footnote e
Coordonnées UTM du carré Table A1-A2 Footnote f
UTM Est
Coordonnées UTM du carré Table A1-A2 Footnote f
UTM Nord
17MG4000004600000
17MH4000004700000
17MJ4000004800000
17MK4000004900000
17NH5000004700000
17NJ5000004800000
17NK5000004900000
17PH6000004700000
17PJ6000004800000
17PK6000004900000
17PL6000005000000
18TPTable A1-A2 Footnote g2567234800000
18TQ2603464900000
18UR3000005000000
18VQ4000004900000
18VR4000005000000
18WQ5000005000000
18WR5000005000000

Total :3 635 ha dans 334 unités d'habitat essentiel

Tableau A-2

Carrés de 100 x 100 km du quadrillage UTM de référence contenant de l'habitat essentiel du ginseng à cinq folioles au Québec. L'habitat essentiel se trouve là où les critères énoncés à la section 7.1 sont rencontrés.
Code d'identification du carré de 100 x 100 km du quadrillage
UTM de référence Table A1-A2 Footnote e
Coordonnées UTM du carré Table A1-A2 Footnote f
UTM Est
Coordonnées UTM du carré Table A1-A2 Footnote f
UTM Nord
18UR3000005000000
18US3000005100000
18VR4000005000000
18VS4000005100000
18WQ/18WRTable A1-A2 Footnote g5000784981039
18XQ/18XR6000004984209
18XS6000005100000
18YQ/18YR/19BK/19BL7000004988027
18YS/19BM7000005100000
19CN3000005200000

Total : 4 286 ha dans 2 256 unités d'habitat essentiel

Tableaux A1 et A2 Footnotes

Tableaux A1 et A2 Footnotes d

Code d'identification du système militaire de quadrillage de référence UTM; les deux premiers caractères correspondent à la zone UTM et les deux suivants (lettres) désignent le carré de 100 x 100 km du quadrillage UTM de référence renfermant la totalité ou une partie d'unité d'habitat essentiel. L'utilisation de ce code alphanumérique univoque s'inspire de la méthodologie utilisée pour les Atlas des oiseaux nicheurs du Canada (pour obtenir plus d'information sur les Atlas des oiseaux nicheurs).

Return to first Tableaux A1 et A2 Footnote e referrer

Tableaux A1 et A2 Footnotes e

Les coordonnées indiquées sont celles du coin sud-ouest du carré de 100 x 100 km qui renferme la totalité ou une partie de l'habitat essentiel. Elles sont données à titre indicatif seulement; le point correspondant ne fait pas nécessairement partie de l'habitat essentiel.

Return to first Tableaux A1 et A2 Footnote f referrer

Tableaux A1 et A2 Footnotes f

En raison de leur taille significativement plus petite, les carrés UTM de référence se trouvant à l'intersection de zones UTM ainsi que ceux se situant à moins de 50% au Canada sont fusionnés avec le carré UTM complet le plus près ou afin de former un carré/rectangle de superficie semblable à 100 x 100 km. Cette méthode est appliquée que les différents carrés constituants contiennent de l'habitat essentiel ou non afin d'éviter la diffusion d'information sensible. Les coordonnées rapportées correspondent alors à celle du coin sud-ouest du carré/rectangle fusionné résultant.

Return to first Tableaux A1 et A2 Footnote g referrer

Haut de la page

Annexe B : Effets sur l'environnement et sur les espèces non ciblées

Le contenu de la présente section a été simplifié afin de limiter la diffusion d'informations sensibles.

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée pour tous les documents de planification du rétablissement en vertu de la LEP, conformément à La directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L’objet de l’EES est d’incorporer les considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairée du point de vue de l'environnement et d’évaluer si les résultats d’un document de planification du rétablissement peuvent affecter un élément de l’environnement ou tout objectif ou cible de la Stratégie fédérale de développement durable (SFDD).

La planification du rétablissement vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant reconnu que des programmes peuvent, par inadvertance, produire des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des lignes directrices nationales tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des incidences possibles sur des espèces ou des habitats non ciblés. Les résultats de l'EES sont directement inclus dans le programme de rétablissement lui-même, mais également résumés dans le présent énoncé, ci‑dessous.

Le présent programme de rétablissement fédéral profitera nettement à l'environnement en favorisant le rétablissement du ginseng à cinq folioles. La possibilité que le programme produise par inadvertance des effets néfastes sur d'autres espèces a été envisagée. L'EES a permis de conclure que le présent programme sera clairement favorable à l'environnement et n'entraînera pas d'effets néfastes notables.

La majorité des activités de rétablissement proposées dans le présent document devrait avoir des impacts limités ou des effets positifs sur les espèces non visées, les communautés naturelles ou les processus écologiques. Toutes les mesures visant à accroître la protection de l'habitat seraient directement bénéfiques aux nombreux animaux et plantes vivant dans l'habitat du ginseng à cinq folioles, y compris d'autres espèces inscrites sur la liste des espèces en péril par le gouvernement fédéral.

Haut de la page

Footnotes

Footnote 1

Anciennement d’EC-SCF – région du Québec.

Return to footnote 1 referrer

Footnote 2

Les statuts « espèce en voie de disparition » (Ontario) et « espèce menacée » (Québec) sont similaires et désignent les espèces qui risquent, de façon imminente, de disparaître du territoire ou de la planète.

Return to footnote 2 referrer

Footnote 3

Consultez le site de NatureServe pour le Panaxquinque folius pour les rangs supranationaux (par État) aux États-Unis.

Return to footnote 3 referrer

Footnote 4

L’annexe II comprend des espèces qui, bien qu’elles ne soient pas actuellement menacées de disparition (à l’échelle mondiale), pourraient disparaître en l’absence de réglementation du commerce. L’annexe II comprend également des espèces qui ressemblent à d’autres espèces inscrites et doivent être réglementées afin que le commerce de ces autres espèces puisse être contrôlé de manière efficace.

Return to footnote 4 referrer

Footnote 5

Racine pivotante : racine relativement large, fuselée à pratiquement cylindrique, qui s’enfonce verticalement dans le sol et produit des racines latérales.

Return to footnote 5 referrer

Footnote 6

La vigueur des individus peut être réduite dans certains secteurs de l’Ontario, les plantes matures atteignant parfois seulement 10 cm de hauteur (C. Brdar, données inédites).

Return to footnote 6 referrer

Footnote 7

Cette estimation provient de la multiplication par deux de l’abondance connue au Québec.

Return to footnote 7 referrer

Footnote 8

Ces données ont été fournies en avril 2014 par le CIPN. Le nombre d’occurrences est probablement plus élevé que 287 puisque de nouvelles données sont régulièrement transmises mais que l’ensemble de celles-ci n’avait pas été entièrement évalué par le CIPN au moment d’élaborer le présent programme de rétablissement. EC-SCF a utilisé l’information du CIPN ainsi que celle disponible auprès d’autres sources afin de désigner l’habitat essentiel et élaborer les stratégies et approches de rétablissement.

Return to footnote 8 referrer

Footnote 9

Étant donné les intervalles de confiance  larges utilisés pour calculer les probabilités d’extinction dans les modèles mathématiques, P. Nantel (communication personnelle) suggère que la taille minimale d’une population viable pourrait se situer entre 50 et 300 plants.

Return to footnote 9 referrer

Footnote 10

Les effets de lisière réfèrent aux changements dans la structure d’une population ou d’une communauté qui correspond à l’interface entre deux habitats (Levine, 2009).

Return to footnote 10 referrer

Footnote 11

Ce chiffre a été obtenu pour les lisières franches (habitats adjacents contrastés).

Return to footnote 11 referrer

Footnote 12

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca/fact-fiche/pdf/5270-fra.pdf

Return to footnote 12 referrer

Footnote 13

Dans le présent programme de rétablissement, un site correspond à une localisation connue, qu’il soit incorporé ou non au sein d’une occurrence dans les centres de données sur la conservation. Le terme « existant » réfère à la présence d’au minimum un plant de ginseng à cinq folioles.

Return to footnote 13 referrer

Footnote 14

La région physiographique est l’unité territoriale utilisée par le gouvernement du Québec pour la planification des aires protégées et le rétablissement des espèces en péril (Li et coll., 1994).

Return to footnote 14 referrer

Footnote 15

Ce système est utilisé pour la planification du territoire et particulièrement dans la planification des opérations forestières au Québec, ce qui facilite l’incorporation de considérations liées à la protection des espèces menacées au sein d’ensembles de paysages beaucoup plus larges. De plus, en incorporant des superficies d’habitats convenables plus larges que celles qui sont présentement occupées, une augmentation de l’abondance des plants demeure possible et les effets de lisière sont réduits. 

Return to footnote 15 referrer

Footnote 16

En juillet 2014, le Ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO) a été renommé Ministère des Richesses naturelles et de la Foresterie de l’Ontario (MRNF).

Return to footnote 16 referrer

Footnote 17

Le CDPNQ et le CIPN évaluent la qualité des occurrences selon la méthodologie NatureServe qui considère l’abondance et/ou l’intégrité de l’habitat : A : Excellent (>500 individus); B : Bonne (>500 individus et présence de menaces ou 176-500 individus); C : Moyenne (176-500 individus et présence de menaces ou 51-175 individus); D : Basse (51-175 individus et la présence de menaces ou < 51 individus); E : Récente (non évaluée); H : Historique; X : Extirpée (disparue).

Return to footnote 17 referrer

Haut de la page