Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement et plan d'action visant la physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni) au Canada (modification)

Loi sur les espèces en péril Série de Programmes de rétablissement, Programme de rétablissement et plan daction visant la physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni) au Canada (modification, novembre 2010).

Loi sur les espèces en péril
Programmes de rétablissement

Physe des fontaines de Banff

Novembre 2010

Les Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril – Quelques mots sur la collection

Qu'est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est une contribution majeure du gouvernement fédéral à l'effort national de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Cette loi entrée en vigueur en 2003 a notamment pour but de « permettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées ».

Qu'est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est l'ensemble des mesures visant à arrêter ou inverser le déclin d'une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays et à atténuer ou supprimer les menaces pesant sur elle, de manière à améliorer ses chances de survie dans la nature. L'espèce est considérée comme rétablie lorsque son maintien à long terme dans la nature a été assuré.

Qu'est-ce qu'un programme de rétablissement?

Le programme de rétablissement d'une espèce est un document de planification énonçant ce qui doit être fait pour arrêter ou inverser son déclin. Il définit les buts et objectifs du rétablissement et précise les grands types de mesures à prendre. La planification détaillée se fait à l'étape du plan d'action.

Dans le cadre de l'Accord pour la protection des espèces en péril, les provinces et territoires du Canada ainsi que les trois organismes fédéraux qui doivent appliquer la LEP (Environnement Canada, Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada) se sont engagés à élaborer des programmes de rétablissement. Les articles 37 à 46 de la LEP énumèrent les éléments que doivent contenir les programmes de rétablissement publiés dans la présente collection et définissent le processus d'élaboration de ces programmes.

Le programme de rétablissement doit être élaboré dans un délai de un ou deux ans après l'inscription de l'espèce sur la liste des espèces sauvages en péril, selon le statut qui lui est attribué et la date de l'évaluation. Un délai de trois ou quatre ans est autorisé pour les espèces inscrites au moment de l'entrée en vigueur de la LEP.

Prochaines étapes

Dans la plupart des cas, on procédera à l'élaboration d'un ou de plusieurs plans d'action visant à préciser et orienter la mise en œuvre du programme de rétablissement. Cependant, les orientations fixées dans le programme de rétablissement sont suffisantes pour qu'on puisse commencer à obtenir la participation des collectivités, des conservationnistes ainsi que des utilisateurs des terres et des eaux aux activités de rétablissement. En outre, l'absence de certitude scientifique absolue ne saurait justifier le report de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin de l'espèce.

La collection

La présente collection réunit les programmes de rétablissement préparés ou adoptés par le gouvernement fédéral conformément à la LEP. La collection s’accroîtra régulièrement avec l’inscription de nouvelles espèces et avec la mise à jour des programmes déjà publiés.

Pour en savoir plus

Pour de plus amples renseignements sur la Loi sur les espèces en péril (LEP) et sur les projets de rétablissement, consulter le registre de la LEP ainsi que le site web du Secrétariat du rétablissement (www.especesenperil.gc.ca/recovery/default_f.cfm).

 

Programme de rétablissement et plan d'action visant la Physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni) au Canada (modification)

Novembre 2010

Citation recommandée :

Lepitzki, D.A.W., et C. Pacas. 2010. Programme de rétablissement et plan d'action visant la physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni) au Canada [proposition]. Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril. Agence Parcs Canada, Ottawa. viii + 72 pp.

Pour obtenir des exemplaires additionnels de cette publication :

Des exemplaires additionnels de cette publication peuvent être téléchargés du Registre public de la Loi sur les espèces en péril.

Illustration de la page couverture :

D.A.W. Lepitzki

Also available in English under the title "Recovery strategy and action plan for the Banff spring snail (Physella johnsoni) in Canada (amendment)."

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Environnement, 2010. Tous droits réservés.
ISBN : 978-1-100-96103-3
No de catalogue : En3-4/89-2011F-PDF

On peut utiliser le contenu du présent document (à l'exception de l'illustration de la page couverture) sans permission, à condition d'en indiquer la source.


Déclaration

En vertu de l’Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de travailler ensemble aux règlements, programmes et politiques visant à protéger les espèces sauvages en péril dans tout le Canada. Selon la Loi sur les espèces en péril (LEP), L.C. 2002, ch. 29, les ministres fédéraux compétents doivent élaborer des programmes de rétablissement pour les espèces désignées à titre d’espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées.

Le ministre de l’Environnement présente ici le programme de rétablissement et plan d’action visant la physe des fontaines de Banff conformément aux exigences de la LEP. Ce programme a été rédigé en collaboration avec les compétences responsables de cette espèce, tel que mentionné dans l’Avant-propos. Le Ministre invite les autres autorités et organisations qui peuvent être concernées par le rétablissement de cette espèce à utiliser ce programme de rétablissement et plan d’action afin de guider leurs initiatives.

Les buts, objectifs et approches de rétablissement décrits dans le présent programme de rétablissement et plan d’action ont été élaborés en fonction des meilleures connaissances actuelles et pourront faire l’objet de modifications à la suite de nouvelles conclusions ou de la révision des objectifs.

Le succès du rétablissement de l’espèce dépendra de l’engagement et de la collaboration des nombreuses parties qui participeront à la mise en œuvre des mesures figurant dans le présent programme de rétablissement et plan d’action. Dans l’esprit de l’Accord pour la protection des espèces en péril, tous les Canadiens sont invités à appuyer ce programme de rétablissement et plan d’action et à contribuer à sa mise en œuvre dans l’intérêt de l’espèce et de la société canadienne dans son ensemble. Le ministre de l’Environnement rendra compte des progrès réalisés dans les cinq prochaines années.


Auteurs

Dwayne A. W. Lepitzki, Wildlife Systems Research, Banff
Charlie Pacas, Aquatics Specialist, spécialiste des écosystèmes aquatiques, Parcs Canada, parc national du Canada Banff, Banff


Membres de l'équipe de rétablissement

Charlie Pacas, spécialiste des écosystèmes aquatiques, parc national du Canada Banff (président)
Dale Redford, gestionnaire des biens, parc national du Canada Banff
David Poll, coordonnateur, espèces en péril, Western Canada Service Center, Calgary
Dwayne A.W. Lepitzki, Wildlife Systems Research, Banff
Ian Syme, gardien de parc en chef, parc national du Canada Banff
Lynn Barrett, gestionnaire des opérations, sources thermales Upper Hot Springs de Banff, Parc national du Canada Banff
Mary Dalman, agente de communications, parc national du Canada Banff
Rob Harding, gestionnaire des programmes du patrimoine, parc national du Canada Banff
Stephen Anderson, opérations – gardiens de parc, parc national du Canada Banff
Steve Malins, superviseur – lieux historiques, parc national du Canada Banff
Walter Guest, gestionnaire de programmes, Travaux publics et Services gouvernementaux, Calgary


Remerciements

Nous tenons à souligner l'excellent travail accompli sur le terrain par Brenda Lepitzki lors de la collecte des données qui ont servi de fondement au présent plan. Dave Dalman, Dave Hunter et Joanne Cairns ont joué un rôle important dans la mise en œuvre en 1996 du projet de recherche sur la physe des fontaines de Banff, qui se poursuit depuis sous la direction de Charlie Pacas, spécialiste des écosystèmes aquatiques au parc national Banff (PNB). L'aide et la participation des employés de soutien de Parcs Canada, du personnel affecté à la protection, des spécialistes en communication et des employés du lieu historique national Cave and Basin (LHNC&B) ont été très appréciées. La mise en œuvre du programme de recherche et de rétablissement de la physe des fontaines de Banff a été rendue possible grâce au soutien financier de Parcs Canada (section des écosystèmes aquatiques du PNB, fonds pour les espèces en péril de Parcs Canada et unité d'entreprise de Parcs Canada affectée aux sources thermales), du Fonds de rétablissement des espèces en péril (parrainé par le Fonds mondial pour la nature - Canada, le Service canadien de la faune et le Programme des partenariats du millénaire), des Amis du parc national Banff et du club de naturalistes de la vallée de la Bow (Bow Valley Naturalists). Des commentaires fort utiles sur les versions antérieures du plan approuvé de gestion des ressources du parc national Banff, qui constitue le fondement du présent programme de rétablissement national, ont été fournis par Peter Achuff, Christine Aikens, Theresa Aniskowicz-Fowler, Lynn Barrett, Danielle Bellefleur, Dave Dalman, Rex Delay, Doug Eastcott, Leah de Forest, Bill Fisher, Ken Fisher, Carolyn Fysh, Steve Grasby, Walter Guest, Rob Harding, Dennis Herman, Bill Hunt, Steve Malins, Ann Morrow, David Poll, Kent Prior, Don Rivard, Mary Rothfels, Gilles Seutin, Ian Syme, Ron Tessolini, Lisa Twolan et Cliff White, ainsi que par quatre examinateurs anonymes. Jessica Penno a procédé à la saisie et au formatage d'une version préliminaire de ce document; Holly Bickerton s'est chargée de la mise en forme et de la compilation des premières ébauches du présent programme de rétablissement et plan d'action. David Poll a vérifié la conformité du document aux exigences de la LEP. Katherine Cumming et Kristy Forrestall ont réalisé l'évaluation environnementale stratégique. Alison Buckingham a préparé les cartes de l'habitat critique. Lindsay Rodger, Marie-Josée Laberge, Maryse Mahy, Richard Pither, Kent Prior et David Poll ont effectué l'examen du programme national.


Résumé de l'évaluation environnementale stratégique

Tous les documents relatifs à la planification du rétablissement d'espèces visées par la LEP doivent faire l'objet d'une évaluation environnementale stratégique (EES) conformément à la Directive du Cabinet sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. Le processus de planification du rétablissement vise à protéger les espèces en péril et la biodiversité en général. Il n'est cependant pas exclu que les programmes de rétablissement et plans d'action puissent avoir des effets environnementaux imprévus. Les conclusions de l'EES sont résumées dans les paragraphes qui suivent.

Le présent programme de rétablissement et plan d'action aura des retombées bénéfiques pour l'environnement en favorisant le rétablissement de la physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni). En contribuant à atténuer les effets des menaces qui pèsent sur cette espèce en péril, à protéger et à restaurer son habitat essentiel et à combler les lacunes en matière de connaissances, il aura des effets positifs non seulement pour la physe elle-même et les sources thermales qui lui servent d'habitat, mais aussi pour les algues, les mousses, les hépatiques, les demoiselles, les plantes vasculaires, les amphibiens et les autres organismes qui partagent cet habitat. Toutefois, plusieurs projets en cours d'examen prévoyant notamment la dérivation de certains exutoires, le déplacement de structures naturelles, le rétablissement des débits naturels à la source Lower Cave and Basin et l'élaboration de politiques et protocoles destinés à prévenir l'effondrement des populations et divers événements autres que le tarissement des sources thermales, pourraient avoir des effets néfastes pour d'autres espèces rares (mousses, hépatiques, demoiselles, amphibiens, algues et plantes vasculaires) occupant l'écosystème des sources thermales. Si les mesures d'atténuation prévues sont appliquées et si le processus d'évaluation environnementale requis est mené à bien, le présent programme de rétablissement et plan d'action ne devrait pas avoir de répercussions négatives pour les autres espèces rares partageant l'écosystème des sources thermales. Bien au contraire, il devrait avoir des effets positifs pour la physe des fontaines de Banff, les nombreuses espèces rares avec lesquelles elle cohabite et les écosystèmes vulnérables qui leur servent d'habitat, grâce à la protection accrue qu'il leur accorde. Les mesures d'atténuation recommandées visent à :

  • protéger les populations d'autres espèces rares et prévenir leur disparition ou leur altération;
  • favoriser la protection des espèces rares de mousses et d'hépatiques qui vivent dans les sources thermales et éviter que ces populations ne disparaissent ou ne subissent des torts irréparables;
  • étendre les mesures de conservation des sources thermales aux eaux superficielles plus froides et aux bassins situés en aval des sources, ces milieux abritant la plus grande diversité et abondance d'espèces d'odonates et autres macro-invertébrés aquatiques (Rice, 2002);
  • préserver la végétation servant de refuge aux demoiselles adultes autour des bassins (les arbres dans le cas de l'Argia vivida, les graminées dans celui de l'Amphiagrion abbreviatum);
  • préserver des milieux appropriés afin d'y relocaliser les amphibiens durant les activités de construction;
  • assurer à l'échelle locale la protection des populations de plantes rares et des dépôts de tuf essentiels à la croissance de la végétation;
  • évaluer, avant d'entreprendre des travaux susceptibles d'altérer les conditions environnementales (p. ex. modification du régime d'éclairement, apport nutritif supplémentaire), les impacts de ces activités sur les communautés d'algues et de bactéries afin de prévenir la perte d'espèces non ciblées ou une réduction importante de leurs populations;
  • effectuer une analyse des diverses options visant à préserver l'intégrité physique de la caverne (c.-à-d. installation d'une membrane) dans le cas où la restauration du débit à la source Lower Cave and Basin s'avérerait réalisable.

Certaines des activités prévues dans le cadre de ce programme de rétablissement et plan d'action pourraient avoir un impact sur l'intégrité commémorative et l'expérience de séjour des visiteurs. Les trois activités suivantes pourraient avoir des effets négatifs : mise à jour des panneaux de signalisation, installation de lattes verticales additionnelles sur les rampes existantes et aménagement d'un bassin permettant aux visiteurs de toucher aux eaux thermales. En raison de leurs effets négatifs potentiels sur l'intégrité commémorative et l'expérience de séjour des visiteurs, une évaluation des mesures visant à protéger la physe des fontaines de Banff devrait être effectuée dans le cadre du processus de planification de la gestion du lieu historique national du Canada Cave and Basin. Cette évaluation devrait être menée à bien selon un système de classement accordant la préséance aux mesures les moins intrusives.

De plus amples renseignements sont présentés dans l'évaluation stratégique environnementale du programme de rétablissement et plan d'action visant la physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni) au Canada (Strategic Environmental Assessment for the Recovery Strategy and Action Plan for the Banff springs snail) (Physella johnsoni) in Canada (Parks Canada, 2006). Eu égard aux mesures d'atténuation proposées, le présent programme de rétablissement ne devrait pas causer d'effets négatifs importants.


Avant-propos

Le présent programme de rétablissement et plan d'action vise le rétablissement de la physe des fontaines de Banff. Au Canada, cette espèce se rencontre uniquement dans le parc national du Canada Banff (PNB). Le présent document portant sur la stratégie de rétablissement et le plan d'action remplace le document précédent affiché sur le registre public de la LEP le 14 février 2007. Ce document actualisé contient deux cartes (figures figure4b et figure4h) qui ont été corrigées depuis l'affichage initial de la stratégie de rétablissement et du plan d'action.

En ratifiant l'Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de collaborer à l'élaboration de lois, de programmes et de politiques en vue de protéger les espèces sauvages en péril à léchelle du Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (2002, ch. 29) (LEP), le ministre compétent doit préparer des programmes de rétablissement pour les espèces disparues, en voie de disparition et menacées.

L'Agence Parcs Canada (APC) a dirigé l'élaboration du présent programme de rétablissement et plan d'action en collaboration avec les membres de l'équipe de rétablissement de la physe des fontaines de Banff. L'équipe de rétablissement a élaboré ce programme de rétablissement et plan d'action et fera tout ce qui est en son pouvoir pour favoriser sa mise en œuvre sous l'autorité et la direction locale du directeur du PNB. Le présent document est fondé sur le plan de gestion des ressources pour le rétablissement de la physe des fontaines de Banff dans le parc national Banff (2002). Ce plan, approuvé par l'Agence Parcs Canada, énonçait les orientations futures en matière de recherche et de rétablissement requises aux fins du rétablissement de l'espèce.

Même si la gestion du rétablissement de la physe des fontaines de Banff incombe à une seule autorité, le fait que les sources thermales servant d'habitat à cette espèce se trouvent à la fois dans le PNB et le lieu historique national du Canada Cave and Basin (LHNC&B) fait en sorte que le rétablissement n'est envisageable que si les valeurs d'intégrité commémorative et d'intégrité écologiqueNote de bas de page 1 sont entièrement intégrées. La Loi sur les espèces en péril, la Loi sur les parcs nationaux du Canada (2000, ch. 32), le plan de gestion du PNB, l'énoncé d'intégrité commémorative du LHNC&B et le plan de gestion du LHNC&B servent de fondement général à ce plan.

Le présent programme de rétablissement et plan d'action vise à répondre à toutes les exigences de la LEP relatives au rétablissement des espèces. Il ne concerne qu'une seule espèce et couvre l'ensemble de son aire de répartition; le plan d'action pour l'espèce a été directement incorporé. L'habitat essentiel de la physe des fontaines de Banff y est désigné, et ses limites y sont précisées.

Dans l'esprit de l'Accord pour la protection des espèces en péril au Canada, tous les Canadiens sont invités à appuyer la mise en œuvre de ce programme et à en respecter les dispositions dans l'intérêt de l'espèce et de la société canadienne en général. Le ministre rendra compte des progrès réalisés d'ici cinq ans.


Résumé

Le présent document contient le programme de rétablissement et plan d'action visant la physe des fontaines de Banff (P. johnsoni).

La physe des fontaines de Banff est un petit gastéropode qui occupe un habitat très spécialisé et présente une aire de répartition restreinte. Elle a été trouvée dans onze sources thermales du PNB, a disparu de six sources et a été réintroduite dans deux sources. Ses populations subissent d'importantes fluctuations saisonnières qui peuvent atteindre deux ordres de grandeur. Ces fluctuations compliquent l'étude des tendances des populations. L'espèce ne semble pas en voie de disparition, mais certaines populations semblent plus vulnérables que d'autres.

La physe des fontaines de Banff présente une répartition restreinte dans chaque source thermale et exutoire. Cette répartition est corrélée avec des températures élevées de l'eau, des valeurs faibles de pH et d'oxygène dissous et de fortes concentrations de sulfure d'hydrogène. La physe des fontaines de Banff pourrait avoir besoin d'un écoulement d'eau et d'espèces microbiennes particulières, car elle broute les tapis microbiens qui se forment dans les sources. Elle est presque certainement le principal organisme brouteur dans les sources thermales. Elle contribue également par ses déjections à l'enrichissement en éléments nutritifs des sources et constitue probablement une source de nourriture mineure pour certains oiseaux et serpents.

Plusieurs menaces pèsent sur la physe des fontaines de Banff. Dans le PNB, de nombreuses sources thermales ont subi des modifications importantes, ont fait l'objet de travaux visant à en réguler le débit et sont soumises aux impacts des visiteurs. L'interruption, la dérivation et la réduction du débit d'eau des sources thermales peuvent avoir un impact considérable sur les populations du gastéropode. Des visiteurs en train de s'immerger, de nager, de piétiner le fond ou de se tremper les mains ou les pieds dans l'eau ont été vus à toutes les sources. Les principales menaces naturelles qui pèsent sur l'espèce incluent la vulnérabilité aux événements stochastiques (perturbations graves imprévisibles), les fortes fluctuations des populations et la reproduction consanguine. La mise en place d'un programme de recherche et de rétablissement dans le parc en 1996 a donné lieu à de nombreuses améliorations et à une réduction des menaces.

Le rétablissement de la physe des fontaines de Banff est jugé réalisable aux plans technique et biologique. Le but de rétablissement est de restaurer les populations du mollusque et de les maintenir viables et autosuffisantes à l'échelle de son aire de répartition historique. Les objectifs de rétablissement sont les suivants :

  • Protéger les populations et leur habitat en atténuant les menaces anthropiques et naturelles;
  • Restaurer les populations du mollusque de façon à les rendre viables et autosuffisantes ainsi que son habitat à l'échelle de son aire de répartition historique, aux endroits et aux moments où cela sera possible;
  • Accroître nos connaissances et notre compréhension de l'écologie de la physe des fontaines de Banff, des écosystèmes des sources thermales et des menaces pesant sur l'espèce et son habitat.

Les activités prévues, les échéanciers, les responsabilités et les mesures de rendement sont précisés dans le plan d'action inclus dans le présent document. L'habitat essentiel de la physe des fontaines de Banff a été désigné. Une évaluation environnementale stratégique a été effectuée, et un sommaire des conclusions de cette évaluation est inclus.

La totalité de l'habitat de la physe des fontaines de Banff se trouve dans le PNB, dont la gestion est assurée par l'APC en vertu de la LPNC. Même si la gestion du rétablissement de la physe des fontaines de Banff incombe à une seule autorité, le fait que les sources thermales servant d'habitat à cette espèce se trouvent à la fois dans le PNB et le LHNC&B fait en sorte que le rétablissement n'est envisageable que si les valeurs d'intégrité commémorative et d'intégrité écologique sont entièrement intégrées.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Parcs Canada a pour mandat de protéger l'intégrité écologique dans les parcs nationaux et de préserver l'intégrité commémorative (protéger, mettre en valeur et gérer les ressources culturelles) dans les lieux historiques nationaux. Dans l'acquisition, la gestion et l'administration des endroits et des programmes du patrimoine, la protection de l'intégrité écologique et la préservation de l'intégrité écologique doivent occuper la première place. Pour préserver l'intégrité des ressources naturelles et culturelles du patrimoine, Parcs Canada veille à ce que ses décisions se rattachant à la gestion de ces endroits spéciaux s'appuient sur de solides pratiques de gestion des écosystèmes et des ressources culturelles.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Introduction