Rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement du rorqual bleu (Balaenoptera musculus), population de l’Atlantique Nord-Ouest au Canada pour la période 2009-2014

Table des matières

Liste des tableaux

  • Table 1. Résumé des menaces au rétablissement du rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest
  • Table 2. Calendrier des études visant à désigner l’habitat essentiel du rorqual bleu (tiré du programme de rétablissement).

Haut de la page


Rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement du rorqual bleu (Balaenoptera musculus), population de l’Atlantique Nord-Ouest au Canada pour la période 2009-2014

2016

Rorqual bleu

Rorqual bleu

Citation recommandée :

Pêches et Océans Canada, 2016. Rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement du rorqual bleu (Balaenoptera musculus), population de l’Atlantique Nord-Ouest au Canada pour la période 2009-2014. Loi sur les espèces en péril, série de rapports sur les programmes de rétablissement. Pêches et Océans Canada, Ottawa. ii + 14 p.

Pour obtenir des exemplaires du rapport d'étape ou de plus amples renseignements sur les espèces en péril, y compris les rapports de situation du COSEPAC, les descriptions de résidence, les plans d'action et d'autres documents liés au rétablissement, veuillez consulter le Registre public des espèces en péril.

Illustration de la couverture : Y. Morin, MPO

Also available in English under the title:

Report on the Progress of Recovery Strategy Implementation for the blue whale (Balaenoptera musculus), Northwest Atlantic population, in Canada for the Period 2009 – 2014

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de Pêches et Océans Canada, 2016. Tous droits réservés.
ISBN 978-0-660-04811-6
Numéro de catalogue En3-4/59-1-2016F-PDF

Le contenu (à l'exception de l'illustration de couverture) peut être utilisé sans autorisation, sous réserve de la mention de la source.

Haut de la page

Préface

L'article 46 de la Loi sur les espèces en péril(L.C. 2002, ch. 29) [LEP] impose au ministre compétent d'effectuer un rapport sur la mise en œuvre du programme de rétablissement d'une espèce en péril, et sur les progrès réalisés pour atteindre ses objectifs dans les cinq ans suivant son inclusion au registre public des espèces en péril et pendant toute période de cinq ans subséquente, jusqu'à ce que ses objectifs aient été atteints ou que le rétablissement de l'espèce ne soit plus réalisable.

La production des rapports sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement nécessite de rendre compte des efforts collectifs réalisés par le ou les ministres compétents, les organismes provinciaux et toutes les autres parties intéressées pour mener des activités contribuant au rétablissement de l'espèce. Les programmes de rétablissement désignent des approches et des stratégies générales qui offriront la meilleure chance de rétablissement des espèces en péril. Quelques-unes des approches et stratégies désignées font suite aux progrès réalisés ou à l'achèvement d'autres; elles ne peuvent pas toutes être entreprises ou afficher des progrès importants au cours de la période visée d'un rapport sur les progrès de la mise en œuvre du programme de rétablissement (rapport d'étape).

Le ministre de Pêches et Océans Canada (MPO) est le ministre compétent en vertu de la LEP pour rorqual bleu, population de l’Atlantique Nord-Ouest, et a préparé le présent rapport. Pour les rorquals bleus qui fréquentent les eaux du parc national de Forillon, le ministre responsable de l’Agence Parcs Canada est le ministre compétent.

Conformément à ce qui est énoncé dans le préambule de la LEP, la réussite du rétablissement de cette population dépendra de l'engagement et de la collaboration d'un grand nombre de parties concernées qui participeront à la mise en œuvre des directives formulées dans le programme. Cette réussite ne pourra reposer uniquement sur Pêches et Océans Canada, ou sur toute autre organisation seule. Les coûts de la conservation des espèces en péril sont partagés entre les différentes instances. Tous les Canadiens et toutes les Canadiennes sont invités à appuyer le programme de rétablissement et à le mettre en œuvre pour le bien rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest et de l'ensemble de la société canadienne.

Remerciements

Le présent rapport d'étape a été préparé par Andréanne Demers et Hugues Bouchard (MPO). Dans la mesure du possible, le présent rapport d'étape a été préparé en collaboration avec Parcs Canada et la Station de recherche des îles Mingan. Pêches et Océans Canada aimerait remercier toutes les personnes et organisations qui ont contribué au rétablissement rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest.

Résumé

La population du rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest a été inscrite en vertu de la Loi sur les espèces en péril en 2005 en tant qu’espèce en voie de disparition. Le Programme de rétablissement du rorqual bleu (Balaenoptera musculus), population de l’Atlantique Nord-Ouest au Canada a été rédigé en collaboration avec l’équipe de rétablissement du rorqual bleu et publié sur le Registre public des espèces en péril en 2009. Ce programme propose des objectifs de rétablissement qui visent à mieux connaître la population et son habitat, à mieux comprendre les menaces et à les atténuer. Il présente des mesures de recherche, de conservation et de sensibilisation afin de guider les actions entreprises par le ministère de Pêches et Océans Canada (MPO) et par tous les intervenants concernés par le rétablissement du rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest.

Le présent rapport a pour but de rendre compte de la mise en œuvre du programme de rétablissement pendant la période 2009-2014. Les recherches effectuées par le MPO et ses partenaires ont permis de caractériser plusieurs zones d’alimentation du rorqual bleu dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent, et de documenter sa présence sur le plateau néo-écossais et au sud de Terre-Neuve. Les recherches ont permis de mieux comprendre le comportement et la dynamique de population du krill, la principale ressource alimentaire du rorqual bleu, et leur impact sur le comportement de celui-ci. La recherche sur l’exposition du rorqual bleu au bruit dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent, et dans le chenal Laurentien, a permis de faire progresser les connaissances sur la menace que représente le bruit provenant de la navigation. Plusieurs mesures de conservation et de sensibilisation, axées principalement sur la navigation commerciale et de plaisance, prises autant par le MPO que par d’autres intervenants, ont permis de réduire le dérangement et les risques de collisions.

Les priorités établies dans le programme de rétablissement sont encore d’actualité et des recherches seront encore nécessaires afin de rencontrer les objectifs du programme du rorqual bleu.

Haut de la page

1. Contexte

1.1 Résumé de l'évaluation du COSEPAC

L’encadré ci-dessous est tiré du rapport de situation sur le rorqual bleu du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC, 2012).

Nom commun (population) : Rorqual bleu (population de l’Atlantique)

Nom scientifique : Balaenoptera musculus

Inscription légale (LEP) : Janvier 2005 (en voie de disparition)

Désignation du COSEPAC : En voie de disparition

Date de l’évaluation : Mai 2012

Justification de la désignation : La chasse à la baleine a réduit la population initiale de cette espèce. La taille de la population est inconnue, mais il existe probablement moins de 250 individus matures au Canada. Il y a de fortes indications d’un taux faible de mise bas et d’un taux faible de recrutement au sein de la population. Les causes de mortalité anthropique connues de l’espèce au Canada et ailleurs sont les collisions avec des navires et l’enchevêtrement dans des engins de pêche.

L’espèce peut aussi être vulnérable aux perturbations causées par le bruit accru dans le milieu marin et aux changements dans l’abondance de sa proie (zooplancton), causés, par exemple, par les changements climatiques à long terme.

Présence au Canada : Océan Atlantique

Historique du statut selon le COSEPAC :L’espèce a été considérée comme une unité et a été désignée « préoccupante » en avril 1983. Division en deux populations en mai 2002. La population de l’Atlantique a été désignée « en voie de disparition » en mai 2002. Réexamen et confirmation du statut en mai 2012.

1.2 Menaces

Le tableau ci-dessous résume les menaces énumérées dans le programme de rétablissement (Beauchamp et coll., 2009). À ces menaces d’origine anthropique s’ajoutent des facteurs naturels pouvant causer des mortalités telles que la prédation et les glaces.

Tableau 1. Synthèse des menaces au rétablissement du rorqual bleu. La première colonne présente la liste des menaces et les colonnes suivantes les décrivent. Légende : Étendue : indique si la menace est généralisée ou localisée dans l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce. Occurrence : indique si la menace est historique, courante, imminente ou anticipée. Fréquence : indique si la menace a une occurrence unique, saisonnière, continue ou récurrente (non sur une base annuelle ou saisonnière). Certitude causale : indique si les meilleures connaissances disponibles au sujet de la menace et de son impact sur la viabilité de la population sont de qualité élevée, moyenne ou faible. Gravité : indique si le niveau de la gravité de la menace est élevé, modéré ou faible. Niveau de préoccupation : indique si la gestion de la menace est, dans l’ensemble, une préoccupation de niveau élevé, moyen ou faible. Cela peut tenir compte de la capacité d’atténuer ou d’éliminer la menace.

Tableau 1. Résumé des menaces au rétablissement du rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest
MenaceÉtendueOccurrenceFréquenceCertitude causaleGravitéNiveau de préoccupation
BruitGénéraliséeCouranteContinueMoyenne à élevéeInconnueÉlevé
Disponibilité de la nourritureGénéraliséeCouranteContinueFaible à élevéeInconnueÉlevé
ContaminantsGénéraliséeCouranteContinueFaibleInconnueMoyen
Collision avec les naviresLocaliséeCouranteContinueMoyenneModéréeMoyen
Observation des baleinesLocaliséeCouranteSaisonnièreMoyenne à ÉlevéeModéréeMoyen
Empêtrement dans les engins de pêcheGénéraliséeCouranteContinueMoyenneInconnueFaible
Épizooties et efflorescences d’algues toxiquesGénéraliséeAnticipéeInconnueInconnueInconnueFaible
Déversement de produits toxiquesGénéraliséeAnticipéeRécurrenteMoyenneFaible à modéréeFaible

Étendue : indique si la menace est généralisée ou localisée dans l’ensemble de l’aire de répartition de la population.
Occurrence : indique si la menace est historique (elle a contribué au déclin, mais n’a plus d’incidence sur la population), courante (a actuellement une incidence sur la population), imminente (devrait prochainement avoir une incidence sur la population) ou anticipée (pourrait avoir une incidence sur la population dans l’avenir).
Fréquence : indique si la menace a une occurrence unique, saisonnière, continue ou récurrente (non de façon annuelle ou saisonnière).
Certitude causale : indique si les meilleures connaissances disponibles au sujet de la menace et de son impact sur la viabilité de la population sont de qualité élevée, moyenne ou faible.
Gravité : indique si le niveau de la gravité de la menace est élevé, modéré ou faible.
Niveau de préoccupation : indique si la gestion de la menace est, dans l’ensemble, une préoccupation de niveau élevé, moyen ou faible. Cela peut prendre en compte la capacité d’atténuer ou d’éliminer la menace.

Haut de la page

2. Rétablissement

2.1 Buts du rétablissement

Le but du programme de rétablissement pour assurer la survie et le rétablissement de la population de rorquals bleus de l’Atlantique Nord-Ouest est d’atteindre un effectif d'au moins 1 000 individus matures. Ce but de rétablissement correspond au critère du COSEPAC pour rétrograder la population de rorquals bleus d’un statut de « en voie de disparition » à un statut non en péril.

2.2 Indicateurs de rendement

Le programme ne comprenait pas d’indicateurs de rendement directement liés au but du rétablissement. Il proposait toutefois des objectifs de rétablissement :

  • 1. Définir et entreprendre une évaluation à long terme des effectifs, de la structure et des tendances de la population de rorquals bleus de l’Atlantique Nord-Ouest dans les eaux canadiennes et en déterminer l’aire de répartition ainsi que son habitat essentiel.

  • 2. Mettre en place des mesures de contrôle et de suivi des activités pouvant nuire au rétablissement du rorqual bleu dans son aire de répartition canadienne en priorisant les actions visant :

    • 2.1 premièrement, la réduction du bruit d ’origine anthropique (p. ex. exploration sismique) et la protection de ses ressources alimentaires;

    • 2.2 deuxièmement, la réduction du dérangement causé par les activités d’origine anthropique (p. ex. les activités d’observation), la réduction des risques d’accidents associés aux collisions ainsi qu’aux autres activités humaines (p. ex. les pêches et les prises accidentelles) et la réduction de la contamination du milieu marin qui peut avoir un impact sur le rorqual bleu.
  • 3. Accroître les connaissances sur les principales menaces au rétablissement du rorqual bleu dans les eaux canadiennes, soit le bruit d’origine anthropique, la réduction de la disponibilité des ressources alimentaires, les activités anthropiques pouvant entraîner du dérangement, des blessures ou de la mortalité (p. ex. activités d’observation en mer, circulation maritime, développement côtier ou extracôtier) et la contamination afin d’en déterminer leurs impacts réels et d’identifier des moyens efficaces d’atténuer les conséquences négatives sur le rétablissement de cette population. 

Pour atteindre ces objectifs, plusieurs mesures de rétablissement ont été proposées en fonction de trois approches : la recherche et le suivi, la conservation, la sensibilisation et l’éducation. Les activités décrites plus bas sont classées selon ces approches et témoignent des progrès réalisés vers l’atteinte des objectifs de rétablissement.

3. Progrès accomplis par rapport au rétablissement

Le mandat de Pêches et Océans Canada (MPO) et sa participation dans l’application des lois en vigueur incluent le rétablissement du rorqual bleu. En effet, les besoins du rorqual bleu sont pris en compte dans les évaluations environnementales des différents projets faites par exemple en vertu de la Loi sur les pêches, la Loi sur les espèces en péril, la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale ou la Loi sur l’Office national de l’énergie. Le MPO révise les évaluations environnementales soumises aux offices fédéral-provincial de pétrole extracôtier pour s’assurer, entre autres, que les espèces en péril sont prises en considération. Des mesures d’atténuation peuvent être incluses dans les conditions des autorisations délivrées en vertu des différentes législations qu’applique le ministère. De plus, les protocoles des recherches scientifiques sur le rorqual bleu sont examinés pour limiter le dérangement. D’autres ministères et agences contribuent également au rétablissement du rorqual bleu grâce à l’application des lois. Par exemple, Parcs Canada met en œuvre le Règlement sur les activités en mer dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent et toute collision avec un mammifère marin à l’intérieur du parc marin doit obligatoirement être signalée sans délai à un garde-parc. Deux gardes- parc sont dédiés à l’application de la loi au parc marin.

Haut de la page

3.1 Activités de recherche et de suivi

Le programme de rétablissement du rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest souligne de nombreuses lacunes dans les connaissances de base sur la population telles que sa taille et sa répartition. C’est pourquoi deux des trois objectifs de rétablissement visaient à accroître les connaissances soit sur la population et son habitat, soit sur les menaces qui pèsent sur son rétablissement. De plus, le calendrier des études visant à désigner l’habitat essentiel (tableau 2), dans le programme de rétablissement, fixait également des priorités de recherche pour la période 2009-2014.

Tableau 2. Calendrier des études visant à désigner l’habitat essentiel du rorqual bleu (tiré du programme de rétablissement).  L’objectif de l’étude est indiqué dans la première colonne, suivie dans la deuxième colonne d’une description des recherches. La troisième colonne décrit l’échéance souhaitée pour la réalisation de l’étude.

Tableau 2. Calendrier des études visant à désigner l’habitat essentiel du rorqual bleu (tiré du programme de rétablissement).
Objectifs de la rechercheDescription de l’activitéÉchéance
Mieux connaître la répartition du rorqual bleu.
  • Déterminer la répartition saisonnière du rorqual bleu dans les eaux canadiennes.
  • Déterminer la répartition dans les zones où il n’existe que peu ou pas de données telles que les eaux bordant Terre-Neuve-et-Labrador, le plateau néo-écossais, l’est et le sud du golfe du Saint-Laurent.
2014
Mieux connaître les zones d’alimentation.
  • Déterminer et définir les aires d’alimentation du rorqual bleu dans les eaux canadiennes.
  • Identifier et valider les aires d’agrégation du krill, dans l’estuaire et le golfe Saint-Laurent et sur le plateau continental du Canada.
  • Étudier les processus physiques et biologiques ayant une incidence sur les agrégations et l’abondance du krill.
2014

Plusieurs activités de recherche ont donc été effectuées par Pêches et Océans Canada ou ses partenaires entre 2009 et 2014 afin de mieux connaître la population (objectif 1) et de désigner son habitat essentiel :

Collecte et utilisation des données d’observation

  • Une analyse a été faite par la Station de recherche des îles Mingan (MICS) de leurs données récoltées entre 1980 et 2008 sur les observations de rorquals bleus, principalement dans le golfe du Saint-Laurent. Les secteurs présentant les densités les plus importantes de rorquals bleus et les plus longues durées de séjour comprennent la rive nord de l’estuaire maritime du Saint-Laurent et l’extrémité est de la Gaspésie – entre Rivière-au-Renard et Percé. Plusieurs changements dans la répartition des rorquals bleus ont été notés pendant la durée de l’étude. Un total de 402 rorquals bleus différents ont été identifiés dans le golfe du Saint-Laurent; certain de ces individus ont été photographiés également dans le golfe du Maine, au large de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador, jusqu’au Groenland. Bien que les rorquals bleus soient de grands voyageurs qui visitant différentes aires d’alimentation dans une saison ou chaque année, le nombre de visiteurs fréquents et les densités d’observation indiquent l’importance du golfe Saint-Laurent pour le rorqual bleu (Ramp et Sears, 2013).
  • Les données d’observation de cétacés sur le plateau néo-écossais, dont le rorqual bleu, sont collectées et compilées dans la Banque de données d’observation des cétacés de la région administrative des Maritimes du MPO. Ces observations sont faites par divers observateurs tels que les chercheurs du MPO ou les observateurs d’oiseaux du Service canadien de la faune. Ces données peuvent être utilisées par exemple pour documenter la fréquentation du plateau néo-écossais par le rorqual bleu dans les évaluations environnementales.
  • Une analyse des observations des cétacés, dont le rorqual bleu, dans la région du Goulet, sur le plateau néo-écossais entre 1988 et 2011 a été faite par l’Université de Dalhousie. L’analyse démontre une augmentation de 11% des observations de rorquals bleus dans cette région sur 23 ans d’observation (Whitehead, 2013).

Caractérisation spatio-temporelle des aires d’alimentation des rorquals bleus 

  • Des émetteurs satellites ont été déployés sur des rorquals bleus et les analyses préliminaires des données recueillies de plus d’une quinzaine d’individus ont permis des avancées. Les déploiements ont permis d'identifier trois nouvelles aires d'alimentation, ainsi que des aires automnales et possiblement d’hivernage au sud-ouest et sud de Terre-Neuve. Ils permettront de décrire les patrons de résidence des rorquals bleus à l'automne alors que les données étaient jusqu’alors relativement limitées à cette période, d'identifier des voies migratoires et mieux caractériser l'utilisation de l'habitat dans l'estuaire et le nord-ouest du golfe, à travers les mouvements individuels (V. Lesage, MPO, communication personnelle).
  • L’analyse de trente-deux inventaires acoustiques et études de la biomasse de krill, menés de 2000 à 2014, ont permis la cartographie des variations temporelles et spatiales de la répartition et des biomasses des deux principales espèces de krill dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent, le plateau néo-écossais et le sud de Terre-Neuve. Ces inventaires ont permis de caractériser des aires de concentration de krill connues ou nouvellement identifiées et de connaître leur association à la présence de rorqual bleu (McQuinn et coll., 2013a; McQuinn et coll., 2013c; McQuinn et coll., 2013e; Maps et coll., 2014; McQuinn et coll., 2015).
  • L’analyse de neuf inventaires de mammifères marins, menés conjointement avec des relevés acoustiques, soit trois à l’échelle du golfe et six autres à l’échelle régionale (estuaire ou nord-ouest du golfe), ont permis d’étudier le comportement des rorquals bleus en relation avec les biomasses et la répartition des proies (McQuinn et coll., 2013c; McQuinn et coll., 2013e).
  • Des zones de densité d'œufs de krill ont été déterminées pour identifier les zones de ponte (indicateur d’agrégation de krill adulte) dans différentes régions du nord-ouest, centre et nord-est du golfe du Saint-Laurent ainsi qu’au nord d’Anticosti. Une carte de la distribution spatiale de ces données a été produite (Plourde et coll., 2013).
  • Plusieurs études ont été réalisées afin de mieux comprendre les processus physiques et biologiques responsables des agrégations de krill qui attirent les rorquals bleus dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent afin d’éventuellement désigner son habitat essentiel. (McQuinn et coll., 2013a; Plourde et coll., 2013; Maps et coll., 2014; McQuinn et coll., 2015)
  • Une étude des proies qui soutiennent la biodiversité au parc marin du Saguenay–Saint-Laurent a été menée par l’équipe de Parcs Canada. Elle vise à faire un suivi à long terme de l’abondance des différents types de proies entre mai et octobre ainsi qu’une cartographie des aires utilisées par les proies et les prédateurs. Plusieurs partenaires collaborent pour certains volets de ce suivi, notamment le MPO et le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM). Depuis août 2009, le bateau de Parcs Canada L’Alliance a été équipé d’un système d’échosondeur scientifique déployé à partir d’un appendice rétractable conçu sur mesure. Les échosondeurs scientifiques permettent de mesurer l’abondance, la densité et la taille des organismes pélagiques vivant sous la surface de l’eau, comme le krill et les poissons.

Programmes de suivi acoustique

  • Le MPO a déployé quatre enregistreurs acoustiques autonomes le long de la côte sud de Terre-Neuve pendant l’été 2014. Ces enregistreurs peuvent détecter la présence de rorquals bleus par leur chant. Le projet doit se poursuivre sur plusieurs années afin de confirmer l’utilisation de la région par la population. Les résultats pourront soutenir l’élaboration d’objectifs de conservation pour le site d’intérêt pour une future zone de protection marine du chenal Laurentien.
  • L’analyse des données acoustiques provenant de plusieurs endroits le long de l’est du plateau néo-écossais collectées pendant les mois d’été et d’hiver de 2006 à 2009 par l’Université de Dalhousie et le MPO, en collaboration avec JASCO Applied Sciences a permis de valider que les vocalises de rorqual bleu sont plus nombreuses en été, mais qu’elles sont présentes aussi en hiver (Moors, 2012).
  • De 2012 à 2014, des données acoustiques ont été récoltées en presque continu grâce à des balises autonomes amarrées dans la zone de protection marine du Gully et autour de celle-ci.  Ces enregistrements ont été analysés en collaboration avec JASCO Applied Sciences pour la présence de vocalises de cétacés, incluant celles du rorqual bleu. Les résultats préliminaires confirment ceux de Marotte (2014), soit que le rorqual bleu fréquente l’est du talus néo-écossais toute l’année.

Autres activités de recherche

Des recherches ont également été effectuées afin de mieux comprendre les menaces au rétablissement du rorqual bleu (objectif 3).

  • L’exposition du rorqual bleu au bruit anthropique dans son habitat de l’estuaire et du Golfe du Saint-Laurent a été étudiée. Une base de données a été constituée pour cartographier la navigation (source principale du bruit anthropique dans les habitats du rorqual bleu) dans l’est du Canada, à connaître le niveau et les fréquences du bruit par type, longueur et vitesse des navires (Simard et coll., 2014).
  • Des biopsies provenant de trois des neuf rorquals bleus morts dans les glaces au sud-ouest de Terre-Neuve au printemps 2014 ont été collectées pour analyse en collaboration avec le Musée royal de l’Ontario. 
  • Une revue des mesures d’atténuation et de suivi pour les levés sismiques dans et proche de l’habitat d’espèces de cétacés en péril a été effectuée. Une rencontre regroupant plusieurs parties prenantes s’est tenue en mars 2014 pour revoir l’efficacité de l’Énoncé des pratiques canadiennes d'atténuation des ondes sismiques en milieu marin pour les espèces en péril. Cette rencontre avait pour but  d’améliorer les mesures d’atténuation recommandées pour les espèces de cétacés en péril, dont le rorqual bleu, pendant les levés sismiques. Plusieurs des mesures d’atténuation supplémentaires recommandées sont déjà en train d’être mises en œuvre par l’industrie et le gouvernement dans des projets de levés sismiques au large de la Nouvelle-Écosse (MPO, 2015).

Haut de la page

3.2 Activités de conservation

Les mesures de conservation (objectif 2) proposées dans le programme de rétablissement visaient la réduction de l’impact du bruit et la promotion de l’utilisation d’outils règlementaires pour protéger le rorqual bleu et son habitat.

Le programme d’intervention auprès des mammifères marins

En collaboration avec des groupes voués à la conservation et des organisations non gouvernementales, le Ministère soutient des réseaux d’intervention auprès des mammifères marins dans toutes les régions maritimes du Canada sous les auspices du Programme d’intervention auprès des mammifères marins.

Au Québec, le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins a pour mandat d’organiser, de coordonner et de mettre en œuvre des mesures visant à réduire les cas de mortalité accidentelle de mammifères marins, à secourir des animaux en difficulté et à favoriser l’acquisition de connaissances sur les des animaux morts, échoués ou à la dérive dans les eaux du Saint-Laurent québécois. Jusqu’à maintenant, la coordination et le centre d’appel du réseau sont assurés par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

Le Marine Animal Response Society (MARS) est un organisme de bienfaisance voué à la conservation des mammifères marins dans les provinces Maritimes par le biais d’activités d’éducation, de recherche et de sauvetage. Cet organisme gère un centre d’appel et de coordination de sauvetage de mammifères marins échoués ou empêtrés grâce à plusieurs partenaires, dont le MPO. L’organisme documente les cas et en tient une base de données.

Le Campobello Whale Rescue Team, situé à Campobello Island, Nouveau Brunswick, se spécialise dans le désempêtrement des baleines. Le groupe travaille en étroite collaboration avec le MPO en désempêtrant des baleines ou en fournissant des conseils par téléphone lorsque le temps de réponse est critique pour la survie de l’animal. Il a développé un dépliant qui a été distribué aux navigateurs de la Nouvelle-Écosse pour les informer des démarches à suivre lorsqu’un animal marin mort ou en détresse est repéré au large (la distribution cible les usagers au large de la Nouvelle-Écosse).

Finalement, le Whale Release and Stranding Group a été implanté à Terre-Neuve-et-Labrador, il y a quelques décennies, afin de permettre aux pêcheurs, aux partenaires et au public de rapporter les cas où des mammifères marins sont empêtrés, blessés ou morts, ainsi qu’à une équipe d’intervenir auprès des mammifères marins en difficulté. Le groupe réalise aussi des activités de sensibilisation et collecte des données et échantillons pour les Sciences du MPO dans la région.

Mesures de protection volontaires dans l’estuaire du Saint-Laurent

Le MPO, en partenariat avec le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent (Parcs Canada), a mis sur pied en 2011 le Groupe de travail sur le transport maritime et la protection des mammifères marins (G2T3M) dans le but de déterminer des pistes de solution pour réduire les risques associés au transport maritime encourus par les mammifères marins dans l’estuaire du Saint-Laurent, tout en tenant compte des contraintes opérationnelles de la marine marchande et sans compromettre la sécurité. Les organisations membres composant le G2T3M sont issues des secteurs :

  • de la navigation commerciale (pilotage, cabotage, transports internationaux, croisières internationales, réglementation et intervention en matière de sûreté et sécurité),
  • de la conservation et de la protection du milieu marin (réglementation et intervention en matière de protection du milieu marin), et
  • du milieu scientifique (mammifères marins, modélisation, effets du trafic maritime, etc.).

Les travaux du groupe ont permis la mise en place de mesures de protection volontaires. Ces mesures sont applicables de mai à octobre au passage des navires marchands et de croisière entre pointe à Boisvert et cap de la Tête au Chien pour réduire les risques de collision avec les baleines. Elles incluent une zone de vigilance, une aire de réduction de vitesse à 10 nœuds et une aire à éviter. Une analyse a permis d’estimer que le risque de collision a diminué de 18% en 2013 pour le rorqual bleu dans la zone où ces mesures volontaires sont appliquées (G. Cantin, MPO, communication personnelle). On estime que des efforts additionnels permettraient de réduire encore sensiblement ce risque pour cette espèce dans le futur.

Le banc des Américains : un site d’intérêt pour une zone de protection marine

Les travaux du MPO ont permis d’identifier le banc des Américains, situé à l’est de la péninsule gaspésienne dans le golfe du Saint-Laurent, comme site d’intérêt pour une future zone de protection marine en vertu de la Loi sur les océans. Le site a été choisi et étudié afin de déterminer ses caractéristiques écologiques et celles de son fond marin. Des données de fréquentation du site par le rorqual bleu ont été récoltées par le Réseau d’observation de mammifères marins (ROMM)(Pieddesaux et coll., 2010). Un des objectifs de conservation du site est la protection des espèces en péril, dont le rorqual bleu. Des consultations auprès des intervenants ont débuté. Les prochaines étapes seront de proposer des mesures de conservation volontaires et règlementaires et de préparer une intention réglementaire visant à rédiger un règlement de zone de protection marine en vertu de la Loi sur les océans. Des exemples de mesures de conservation potentielles seraient la délivrance de permis aux opérateurs d’activités d’observation en mer pour encadrer les activités et prévenir le dérangement, ou l’application de mesures visant la pêche afin de réduire les risques d’empêtrement.

Haut de la page

3.3. Activités de sensibilisation et d’éducation

Les mesures de sensibilisation et d’éducation (objectif 2) proposées dans le programme de rétablissement visaient la sensibilisation des usagers maritimes à l’impact de leurs activités et à minimiser cet impact sur le rorqual bleu. En plus des activités ci-dessous, le MPO et les autres intervenants font de la sensibilisation sur la conservation du rorqual bleu à travers leurs sites Web et leurs publications régulières.

Campagne Dites-le à Jack (« Tell Jack ») à Terre-Neuve-et-Labrador

La campagne de sensibilisation « Tell Jack » a débuté à Terre-Neuve-et-Labrador en 2014; elle vise à encourager les observateurs de mammifères marins à participer à l’effort de recherche du MPO. Elle permet aussi de mieux faire connaître la recherche qui se fait au MPO sur les mammifères marins et les actions posées pour mieux comprendre et protéger ces espèces, notamment le rorqual bleu. Des observations anecdotiques et des photos envoyées au groupe de recherche sur les mammifères marins du MPO permettent de collecter des informations utiles qui leur permettent de savoir quels animaux sont présents et où ils sont, et d’obtenir d’autres renseignements pouvant être utiles. La campagne « Tell Jack » utilise les médias sociaux, une relation proactive avec les médias et des activités de sensibilisation du public pour solliciter des rapports d’observation et des photos par courriel ou par Twitter.

Production et distribution du guide Navires et baleines de l’Atlantique Nord-Ouest

Ce projet de sensibilisation a été réalisé par le Réseau d’observation de mammifères marins (ROMM) en collaboration avec la Fédération maritime du Canada et le soutien du Programme d’intendance de l’habitat des espèces en péril. Le principal objectif du projet était de réduire les collisions en permettant un meilleur partage dans le temps et dans l’espace entre les espèces de cétacés en péril, dont le rorqual bleu, et le trafic maritime dans l'océan Atlantique Nord-Ouest. Le ROMM et ses partenaires ont élaboré un guide sur les baleines à l'intention de l'industrie maritime. Cet ouvrage, qui a été produit en 1 500 exemplaires, a été distribué gratuitement en 2014 par la Fédération maritime du Canada aux armateurs naviguant dans le secteur ciblé. Il contient de l'information pertinente pour les sensibiliser à la présence de nombreuses espèces de cétacés dans les eaux de l'Atlantique Nord-Ouest, à celles qui sont en péril et à leur sensibilité spécifique aux collisions. Il inclut également un guide d’identification des différentes espèces et met un accent sur les zones de vigilance accrue et les comportements à adopter pour diminuer les risques de collision et l’importance de signaler les cas de collisions, le cas échéant. De plus, un outil-résumé bilingue présentant les informations permettant de signaler adéquatement les cas de collision, a été produit à la demande de l'industrie.

Sensibilisation de l’industrie des activités d’observation en mer

Portrait 2005-2010 des activités d’observation en mer des mammifères marins dans l’estuaire du Saint-Laurent

Une étude sur les activités d’observation en mer à l’intérieur des limites du site d’intérêt de l’estuaire du Saint-Laurent a été réalisée de 2005 à 2010 par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins conjointement avec Parcs Canada et le MPO. Les données recueillies ont permis de décrire les territoires utilisés pour les excursions, de faire des bilans d’activité de ces excursions et d’examiner l’utilisation du territoire en fonction des différentes classes d’activités. L’analyse de ces données a également permis de localiser les centres d’activités d’observation des mammifères marins, de mesurer la répartition des observations dirigées vers chacune des espèces et de caractériser la composition et la concentration de la flotte des bateaux d’excursion sur les sites d’observation.

Encourager la participation des acteurs de l’industrie de l’observation à la conservation des cétacés en péril dans le Saint-Laurent

Ce projet a été mis en œuvre par le ROMM avec le soutien du Programme d’intendance de l’habitat des espèces en péril. L'industrie des activités d'observation en mer (AOM) dans la péninsule gaspésienne est en expansion et se réalise sur un territoire fréquenté par le rorqual bleu. L'acquisition d'information sur les AOM s'avère nécessaire à leur encadrement et à la réalisation d'actions d'intendance visant à minimiser les impacts négatifs du dérangement en mer. Le projet consistait à caractériser les AOM (plongée, kayak, zodiac et autres bateaux) et évaluer l'utilisation du territoire de la péninsule gaspésienne par ces derniers, et ce, depuis 2006. La présence d’observateurs sur les embarcations tout au long de la saison touristique a permis de faire une formation et un suivi continu auprès des capitaines et des guides-naturalistes tout en examinant la répartition des observations de mammifères marins. De plus, le financement accordé en 2013 a été utilisé pour produire un nouveau bulletin de liaison appelé L'Info-Baleines: en direct de la Gaspésie.

Alliance Éco-Baleine

Des entreprises d’excursion, Parcs Québec, Parcs Canada et le GREMM se sont unis pour assurer la pratique responsable et le développement durable des activités d’observation de baleines dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Cette initiative comprend un guide des bonnes pratiques pour les capitaines et les naturalistes ainsi que la création du Fonds Éco-Baleine pour le soutien des activités de recherche, de formation et d’éducation relatives aux activités d’observation en mer des baleines.

Sensibilisation dans le parc marin du SaguenaySaint-Laurent

Parcs Canada organise une formation obligatoire pour tous les capitaines et les guides-kayakistes pour exercer leurs activités dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Celle-ci vise à les familiariser avec les bonnes pratiques d’observation des mammifères marins (règlement sur les activités en mer, biologie et moyens de diversifier les excursions). Parcs Canada et Parcs Québec effectuent aussi plusieurs actions sur le territoire, telles qu’une tournée d’éducation et des patrouilles afin de sensibiliser les plaisanciers à la réglementation en vigueur dans le parc. Un guide des pratiques écoresponsables pour les capitaines et les naturalistes a été développé par ceux-ci dans le but notamment de sensibiliser le public à la conservation et limiter les impacts des activités d'observation en mer. Un Guide du plaisancier [PDF 1,57 Mo] a aussi été développé.

Le GREMM publie un bulletin hebdomadaire, intitulé Portrait de baleines (en anglais seulement), durant chaque saison d’observation pour faire le point sur les projets en cours et sur les actions entreprises pour protéger les baleines afin de les faire connaître aux capitaines et aux naturalistes.

Guide des bonnes pratiques pour les activités d’observation des mammifères marins dans le Gully

Un guide a été développé et distribué aux opérateurs de bateaux pour l’observation des mammifères marins dans la zone de protection marine du Gully. Ce guide vise à les sensibiliser aux bonnes pratiques afin de réduire leur impact sur les mammifères marins qui fréquentent ce secteur, dont le rorqual bleu.

Formation des observateurs en mer

Une formation est offerte sur demande par le MPO aux divers observateurs en mer de la région administrative des Maritimes afin d’améliorer l’identification des mammifères marins et la collecte de données d’observation.

Haut de la page

3.4. Résumé des progrès accomplis par rapport au rétablissement

Il reste encore des lacunes dans nos connaissances sur la population de rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest puisque la recherche sur cette espèce pose des défis financiers et logistiques qui sont à l’échelle de sa vaste aire de répartition. Toutefois, les recherches décrites ci-haut ont permis d’acquérir de précieuses connaissances sur cette population et sur les menaces qui pèsent sur son rétablissement.

L’objectif 1 visait à obtenir une meilleure connaissance de la population et de son habitat. Les recherches effectuées par le MPO et ses partenaires ont permis de caractériser plusieurs zones d’alimentation du rorqual bleu dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent. Ces aires de concentration permettront à l’avenir de cibler les inventaires de rorquals et d’éventuellement estimer la taille de la population. Les données hydroacoustiques permettent de documenter l’utilisation par le rorqual bleu du sud de Terre-Neuve et du plateau néo-écossais. Les recherches ont aussi permis de mieux comprendre le comportement et la dynamique de population du krill, la principale ressource alimentaire du rorqual bleu, et leur impact sur le comportement de celui-ci.

Ces recherches répondent également à l’objectif 3 qui vise à mieux comprendre les menaces au rétablissement, dans ce cas-ci, la disponibilité des proies. La recherche sur l’exposition du rorqual bleu au bruit dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent, et dans le chenal Laurentien a permis de faire progresser les connaissances sur la menace que représente le bruit provenant de la navigation.

L’objectif 2 visait à réduire l’impact des activités humaines sur le rorqual bleu. Plusieurs mesures de conservation et de sensibilisation, axées principalement sur la navigation commerciale et de plaisance, ont permis de réduire le dérangement et les risques de collisions. D’autres actions pourront être posées à mesure que les connaissances sur la population et sur les menaces à son rétablissement s’améliorent.

4. Recommandations

Le rétablissement du rorqual bleu de l’Atlantique Nord-Ouest est considéré comme étant faisable et les objectifs de rétablissement peuvent être atteints. Certains progrès ont été réalisés vers la mise en œuvre du programme de rétablissement de cette population; toutefois plusieurs autres travaux sont requis. Pour atteindre les objectifs de rétablissement énoncés dans le programme de rétablissement, il est essentiel de poursuivre la mise en œuvre des mesures de rétablissement prioritaires. Il sera important de maintenir les partenariats existants, d'en créer de nouveaux et de mener les études scientifiques requises pour combler les lacunes dans les connaissances. La recherche effectuée pour déterminer les aires d’alimentation du rorqual bleu dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent servira à soutenir la désignation de l’habitat essentiel. S’il est possible de désigner l’habitat essentiel, il le sera dans un amendement du programme de rétablissement. Un plan d’action est en cours d’élaboration et sera déposé au Registre public des espèces en péril.

Les priorités des mesures proposées dans le programme de rétablissement restent d’actualité. Elles sont : augmenter les connaissances sur la population et son habitat, en particulier au large de la côte atlantique canadienne, augmenter les connaissances sur les menaces au rétablissement, et réduire les impacts des menaces, notamment le bruit.

5. Références

Beauchamp, J., H. Bouchard, P. de Margerie, N. Otis et J.-Y. Savaria. 2009. Programme de rétablissement du rorqual bleu (Balaenoptera musculus), population de l'Atlantique Nord-Ouest au Canada. Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Pêches et Océans Canada. Québec. vi+64p.

COSEPAC. 2012. Sommaire du statut de l’espèce du COSEPAC sur le rorqual bleu (Balaenoptera musculus) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. xiip.

Maps, F., S. Plourde, D. Lavoie, I. McQuinn et J. Chasse. 2014. Modelling the influence of daytime distribution on the transport of two sympatric krill species (Thysanoessa raschii and Meganyctiphanes norvegica) in the Gulf of St Lawrence, eastern Canada. ICES Journal of Marine Science. 71(2):282-292.

Marotte, E. 2014. Presence of blue whales (Balaenoptera musculus) in the Gully Marine Protected Area in summer and winter. Thèse de maîtrise. Dalhousie University, 40p.

McQuinn, I. H., S. Plourde, J.-F. St-Pierre et M. Dion. 2015. Spatial and temporal variations in the abundance, distribution, aggregation and transport of krill (Thysanoessa raschii and Meganyctiphanes norvegica) in the lower estuary and Gulf of St. Lawrence. Progress in Oceanography.131:159-176.

McQuinn, I. H., S. Plourde, J. F. St. Pierre et M. Dion. 2013a. Patron saisonnier de transport du krill dans l’EMSL: un convoyeur avec halte de ravitaillement. Dans: Rapport intégré de l’initiative de recherche écosystémique (IRÉ) de la région du Québec pour le projet : les espèces fourragères responsables de la présence des rorquals dans l’estuaire maritime du Saint-Laurent. J. A. Gagné, P. Ouellet, C. Savenkoff, P. G. Galbraith, A. O. V. Bui et M.-N. Bourassa (Ed.). Canadian Science Advisory Secretariat Research Document 2013/086. Ottawa. p.39-42.

McQuinn, I. H., R. Sears, S. Plourde, J.-F. Gosselin, V. Lesage, T. Doniol-Valcroze, J. F. St. Pierre, M. Dion, M.-N. Bourassa, A. Raymond, R. Michaud et N. Ménard. 2013c. Le rôle structurant du krill dans la distribution, le déplacement et le comportement d’alimentation des rorquals bleus dans l’EMSL et les eaux adjacentes. Dans: Rapport intégré de l’initiative de recherche écosystémique (IRÉ) de la région du Québec pour le projet : les espèces fourragères responsables de la présence des rorquals dans l’estuaire maritime du Saint-Laurent. J. A. Gagné, P. Ouellet, C. Savenkoff, P. G. Galbraith, A. O. V. Bui et M.-N. Bourassa (Ed.). Canadian Science Advisory Secretariat Research Document 2013/086. Ottawa. p.42-50.

McQuinn, I. H., J. F. St. Pierre, M. Dion et S. Plourde. 2013e. Patron de distribution spatiale du krill et variabilité interannuelle d’abondance. Dans: Rapport intégré de l’initiative de recherche écosystémique (IRÉ) de la région du Québec pour le projet : les espèces fourragères responsables de la présence des rorquals dans l’estuaire maritime du Saint-Laurent. J. A. Gagné, P. Ouellet, C. Savenkoff, P. G. Galbraith, A. O. V. Bui et M.-N. Bourassa (Ed.). Canadian Science Advisory Secretariat Research Document 2013/086. Ottawa. p.25-29.

Moors, H. B. 2012. Acoustic monitoring of Scotian Shelf Northern Bottlenose Whales (Hyperoodon ampullatus). Thèse de doctorat. University of Dalhousie, Department of Biology.

MPO. 2015. Examen des mesures d'atténuation et de surveillance dans le cadre des activités de levés sismiques dans l'habitat d'espèces de cétacés en péril et à proximité de celui-ci. Secrétariat canadien de consultation scientifique. Avis scientifique 2015/005. 38p.

Pieddesaux, S. C., E. Blier et V. Nolet. 2010. Projet de photo-identification des cétacés de la péninsule gaspésienne - Suivi 2009. Rapport final. Réseau d'observation de mammifères marins. Rivière-du-Loup. 13p.

Plourde, S. p., I. H. McQuinn, F. d. r. Maps, J.-F. o. St-Pierre, D. Lavoie et P. Joly. 2013. Daytime depth and thermal habitat of two sympatric krill species in response to surface salinity variability in the Gulf of St Lawrence, eastern Canada. ICES Journal of Marine Science.71 (2):272-281.

Ramp, C. et R. Sears. 2013. Distribution, densities, and annual occurrence of individual blue whales (Balaenoptera musculus) in the Gulf of St. Lawrence, Canada from 1980-2008. Secrétariat canadien de consultation scientifique. Document de recherche 2012/157.

Simard, Y., N. Roy, S. Giard et M. Yayla. 2014. Canadian year-round shipping traffic atlas for 2013: Volume 1, East Coast marine waters. Canadian Technical Report Fisheries and Aquatic Sciences. 3091(Vol.1). 327p.

Whitehead, H. 2013. Trends in cetacean abundance in the Gully submarine canyon, 1988 to 2011, highlight a 21% per year increase in Sowerby's beaked whales (Mesoplodon bidens). Canadian Journal of Zoology.91 (3):141-148.

 

Haut de la page


*AVIS ET AVERTISSEMENT : Le MPO n'est pas responsable de la qualité des renseignements, produits ou services offerts par les sites Internet mentionnés plus haut. Les utilisateurs doivent aussi reconnaître que les renseignements provenant de sources externes ne sont disponibles que dans la langue d'origine.