Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Description de la résidence du Pluvier montagnard (CHARADRIUS montanus) au Canada

L'article 33 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) interdit d'endommager ou de détruire la résidence d’une espèce inscrite comme menacée, en voie de disparition ou disparue du pays. La LEP définit la résidence comme suit : « Gîte -- terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable -- occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l'élevage, les haltes migratoires, l'hivernage, l'alimentation ou l'hibernation » [paragr. 2(1)].

L'interdiction relative à la résidence prend effet de différentes façons, selon la compétence responsable de l’espèce. Étant un oiseau migrateur protégé par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs(LCOM), le Pluvier montagnard relève de la compétence fédérale. Cela signifie que les interdictions relatives à la résidence sont en vigueur sur tout le territoire canadien dès que l’espèce est ajoutée à la liste officielle des espèces en péril.  ) ou les oiseaux migrateurs protégés par la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs.  La LEP contient en outre une disposition interdisant la destruction des résidences des espèces non visées par la compétence fédérale se trouvant sur les terres provinciales, domaniales et privées, par l’autorité fédérale du droit pénal, si le ministre de l’Environnement le juge nécessaire [paragraphes 34(2), 35(2)].

La description ci-après de la résidence du Pluvier montagnard (Charadrius montanus) a été produite afin d’accroître la sensibilisation publique et d’aider à l'application de l'interdiction mentionnée précédemment. On sait que les Pluviers montagnards ont une résidence : leur nid.

Information sur l'espèce :

Nom commun -- Pluvier montagnard

Nom scientifique -- Charadrius montanus

Statut COSEPAC actuel et année de désignation -- En voie de disparition (1987, 2000)

Présence au Canada-- Au Canada, la reproduction s’effectue exclusivement dans le sud‑est de l'Alberta et le sud-ouest de la Saskatchewan (fig. 1)

Justification de la désignation -- Cette espèce se trouve en très faible nombre au Canada et ne s’y reproduit peut-être pas chaque année; elle dépend d'habitats à très faible végétation résultant du surpâturage ou du brûlage.

Figure 1. Distribution connue du Pluvier montagnard (Charadrius montanus) au Canada.

Figure 1. Distribution connue du Pluvier montagnard (Charadrius montanus) au Canada.

Figure 2. Nid et oeufs du Pluvier montagnard

Figure 2. Nid et oeufs du Pluvier montagnard

1) Le nid

 Aspect physique et contexte

Tout site utilisé comme nid par le Pluvier montagnard est une résidence.  Les Pluviers montagnards se reproduisent dans les endroits à végétation courte ou intensément broutée, dans les prairies récemment brûlées, dans les terres nues à topographie plane1,2,3,4. La plupart des quelques Pluviers montagnards qui se reproduisent au Canada construisent leurs nids dans les zones pâturées ou récemment brûlées des prairies mixtes naturelles1. Toutefois on en trouve aussi  dans des étendues de prairie ouverte de grandeur variable, parsemées de bouquets d’armoises, notamment deux nids observés à un lek3 de Tétras des armoises et une occurrence de nidification dans un champ cultivé1. En Saskatchewan, les Pluviers montagnards sont fréquemment observés à proximité ou au milieu de colonies de chiens de prairie, avec notamment un dossier de nidification1. La réduction de la hauteur des végétations et de leur couverture par les chiens de prairie rend ces endroits plus propices à la nidification des Pluviers montagnards.

Les sites de nidification comprennent généralement au moins 30 % de terres nues et sont couverts d’une végétation ne dépassant pas 10 cm de hauteur2. Le nid est une coupe (dépression en forme de bol) creusée dans la terre, normalement dans des sols de limon, d'argile ou de gravier2. Après la ponte des oeufs, des matières telles que du lichen, des feuilles, du fumier de bétail et des déjections de lagomorphes (lapins et lièvres) sont ajoutées jusqu'à ce que les œufs soient à moitié recouverts2,5. Seulement trois œufs sont pondus par nid. Le mâle peut incuber un premier nid et la femelle peut pondre une seconde couvée qu'elle incube1. Les œufs sont de couleurs olive foncé, chamois ou parfois rose cannelle pâle, avec des taches noires irrégulières2 (fig. 2). Les œufs sont en forme de poire et mesurent environ 38 x 28 mm2. Les œufs éclosent après environ un mois; les oisillons quittent le nid quelques jours après l'éclosion1. La nidification a normalement lieu de mai à juillet.

 Fonction

La fonction du nid résidence est d’offrir abri, protection et les conditions propices à la ponte, à l’incubation et à l’éclosion.

 Endommagement et destruction de la résidence

Toute activité qui endommage ou détruit la fonction du nid constituerait un acte d’endommagement ou de destruction de la résidence. Les exemples comprennent, entre autres, empêcher l'accès des oiseaux adultes au nid, prendre, déplacer ou déranger autrement les œufs, détruire le nid, ou en modifier le microclimat (par exemple en changeant la température interne).

Période et fréquence d’occupation

Le nid constitue une résidence à partir de sa construction jusqu'à ce que les oisillons, qui sont des nidifuges précoces (capables de se déplacer quelques heures après l’éclosion), quittent le nid après éclosion. La période va normalement de la fin avril jusqu’à la fin juillet, chaque année.

Renseignements supplémentaires

Pour obtenir d’autres renseignements sur le Pluvier montagnard, consulter le site : http://www.especesenperil.gc.ca/search/speciesDetails_f.cfm?SpeciesID=27

Pour de plus amples renseignements sur la LEP, consulter le site : http://www.registrelep.gc.ca/default_f.cfm

Bibliographie

1 Wershler, C.R. 2000. Update COSEWIC Status Report on Mountain Plover, Charadrius montanus, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, 32 pages.

2K nopf, F.L. 1996. « Mountain Plover (Charadrius montanus) », dans The Birds of North America, no 211 (A. Poole et F. Gill, éd.), The Academy of Natural Sciences, Philadelphia, PA et la American Ornithologists’ Union, Washington, DC.

3Wershler, C.R., et C.A. Wallis. 1986. Status Report on the Mountain Plover,Charadrius montanus, in Canada, Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada, 40 pages.

4 Knowles, C.J., et P.R. Knowles. 1998. The historic and current status of the mountain plover in Montana, Bureau of Land Management, Billings, Montana.

5Wallis, C.A., et C.R. Wershler. 1981. « Status and breeding of Mountain Plovers (Charadrius montanus) in Canada », Can. Field-Nat., 95:133-136.

6 Graul, W.D. 1975. « Breeding biology of the Mountain Plover », Wilson Bulletin, 87:6-31.