Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

l’Arlequin plongeur (Histrionicus histrionicus)

Loi sur les espèces en péril

Série de Plans de gestion

Plan de gestion de l’Arlequin plongeur

(Histrionicus histrionicus), population de l’Est,

au Canada atlantique et au Québec

Arlequin plongeur, population de l’Est

1

Mai 2007

La série de Plans de gestion de la Loi sur les espèces en péril

Qu’est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l’une des pierres d’assise de l’effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, à  « favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu’elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées ».

Qu’est-ce qu’une espèce préoccupante?

Selon la LEP, une espèce préoccupante est une espèce sauvage qui peut devenir menacée ou en voie de disparition par l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces signalées à son égard. Les espèces préoccupantes sont inscrites à la Liste des espèces en péril de la LEP.

Qu’est-ce qu’un plan de gestion?

Selon la LEP, un plan de gestion est un document de planification orienté vers l’action qui identifie les activités de conservation et les mesures relatives à l’utilisation des terres, en vue d’empêcher à tout le moins que l’espèce préoccupante ne devienne menacée ou en voie de disparition. Pour de nombreuses espèces, le but ultime d’un plan de gestion sera de réduire les menaces d’origine anthropique et de retirer l’espèce de la Liste des espèces en péril. Le plan fixe des buts et des objectifs, identifie les menaces et propose diverses activités visant à réduire ces dernières.

L’élaboration de plans de gestion est obligatoire en vertu des articles 65 à 72 de la LEP (www.registrelep.gc.ca/default_f.cfm).

Un plan de gestion doit être préparé au plus tard trois ans après l’inscription de l’espèce à la Liste des espèces en péril. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de cinq ans.

Et ensuite?

Les recommandations contenues dans le plan de gestion permettront aux compétences, aux collectivités, aux utilisateurs des terres et aux conservationnistes de mettre en œuvre des mesures de conservation qui auront des effets préventifs ou réparateurs. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes visant à prévenir qu’une espèce ne devienne plus en péril; la mise en œuvre de telles mesures peut même éviter d’importantes dépenses futures.

La série de Plans de gestion

Cette série présente les plans de gestion élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s’ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril de la LEP et que les plans de gestion existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de conservation, veuillez consulter le Registre public de la LEP (www.registrelep.gc.ca) et le site Web du Secrétariat du rétablissement (www.especesenperil.gc.ca/recovery/default_f.cfm).

Plan de gestion de l’Arlequin plongeur

(Histrionicus histrionicus), population de l’Est,

au Canada atlantique et au Québec

Mai 2007

Référence recommandée :

Environnement Canada. 2007. Plan de gestion de l’Arlequin plongeur (Histrionicus histrionicus), population de l’Est, au Canada atlantique et au Québec, Série de Plans de gestion de la Loi sur les espèces en péril, Environnement Canada, Ottawa, vii + 34 p.

Exemplaires supplémentaires :

Il est possible de télécharger des exemplaires de la présente publication à partir du Registre public de la Loi sur les espèces en péril (www.registrelep.gc.ca).

Illustration de la couverture : Couple d’Arlequins plongeurs ©Peter Thomas, SCF-NL, 2004

Also available in English under the title:

“Management Plan for the Harlequin Duck (Histrionicus histrionicus), Eastern population, in Atlantic Canada and Québec”

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Environnement, 2007. Tous droits réservés.

ISBN   978-0-662-09089-2

No de cat.   En3-4/21-2007F-PDF

Le contenu (à l’exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, mais en prenant soin d’indiquer la source.

DÉCLARATION

Le présent plan de gestion a été préparé en collaboration avec les compétences responsables de l’Arlequin plongeur, population de l’Est, au Canada atlantique et au Québec. Environnement Canada a revu le document et l’accepte comme son plan de gestion de l’Arlequin plongeur, population de l’Est, tel que l’exige la Loi sur les espèces en péril. Ce plan de gestion représente également un avis à l’intention des autres compétences et organisations qui pourraient participer au rétablissement de l’espèce.

La réussite de la conservation de l’espèce dépendra de l’engagement et de la collaboration d’un grand nombre de parties concernées qui participeront à la mise en œuvre des recommandations formulées dans le présent plan. Cette réussite ne pourra reposer seulement sur Environnement Canada ou toute autre compétence. Dans l’esprit de l’Accord pour la protection des espèces en péril, le ministre de l’Environnement invite toutes les compétences responsables ainsi que les Canadiennes et les Canadiens à se joindre à Environnement Canada pour appuyer le plan et le mettre en œuvre, pour le bien de l’Arlequin plongeur, population de l’Est, et de l’ensemble de la société canadienne. Le ministre rendra compte des progrès réalisés d’ici cinq ans. 

COMPÉTENCES RESPONSABLES

Environnement Canada :

Service canadien de la faune, Région de l’Atlantique (responsable)

Service canadien de la faune, Région du Québec

Parcs Canada :

Parcs Canada, Centre de services du Québec, Québec

Parcs Canada, Unité de gestion continentale de la Nouvelle-Écosse

Nouveau-Brunswick :

Division des ressources renouvelables

Ministère des Ressources naturelles

Terre-Neuve-et-Labrador :

Department of Environment and Conservation

Inland Fish and Wildlife Division

Nouvelle-Écosse :

Wildlife Division

Department of Natural Resources

Île-du-Prince-Édouard :

Department of Environment, Energy and Forestry

Québec:

Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Direction générale du Développement de la faune

AUTEUR

Le plan de gestion a été préparé par Peter W. Thomas.  

REMERCIEMENTS 

J’aimerais remercier tous les représentants en matière de compétence des cinq provinces de l’Est qui ont contribué à l’élaboration du présent plan de gestion. J’aimerais également remercier Parcs Canada, les organismes non gouvernementaux ainsi que les groupes autochtones participants, incluant la nation innue, le gouvernement du Nunatsiavut, et les Mi’kmaq des Maritimes, qui ont contribué à l’élaboration et à la rédaction du présent document.

PRÉFACE

L’Arlequin plongeur est un oiseau migrateur protégé par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, et la gestion de cette espèce relève de la compétence du gouvernement fédéral. En vertu de l’article 65 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), le ministre compétent est tenu d’élaborer un plan de gestion pour chaque espèce sauvage inscrite comme espèce préoccupante. L’Arlequin plongeur s’est vu attribuer ce statut en mai 2001. Le Service canadien de la faune, Région de l’Atlantique, Environnement Canada, a dirigé l’élaboration du présent plan. Toutes les compétences responsables ont révisé et approuvé le plan. Il satisfait aux exigences de la LEP du point de vue du contenu et du processus (articles 68 à 70). Le présent plan a été élaboré en collaboration ou en consultation avec les parties suivantes :

·       Compétences responsables – Environnement Canada (Régions de l’Atlantique et du Québec), Parcs Canada, Department of Environment and Conservation de Terre‑Neuve‑et‑Labrador, Department of Natural Resources de la Nouvelle‑Écosse, ministère des Ressources naturelles du Nouveau‑Brunswick, Department of Environment, Energy and Forestry de l’Île‑du‑Prince‑Édouard et ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec

·       Groupes autochtones de Terre‑Neuve‑et‑Labrador et des provinces maritimes

·       gouvernement du Nunatsiavut

·       nation innue

·       Mi’kmaq des Maritimes

·       Secteur privé – Représentants des naturalistes locaux et d’autres organisations

·       Québec : Comité conjoint de chasse, de pêche et de piégeage

·       Ian Goudie

·       Paul Linegar

·       Bruce Mactavish

Il s’agit du premier plan de gestion de l’Arlequin plongeur à être affiché sur le Registre public de la LEP. Pour l’heure, la conservation à long terme de l’espèce se fera dans le cadre d’une approche monospécifique, parce qu’aucune autre espèce en péril inscrite n’occupe un habitat comparable. Une démarche plurispécifique ne serait donc pas indiquée. Cependant, il se peut que les efforts déployés pour assurer la conservation et la viabilité à long terme de la population d’Arlequins plongeurs facilitent le travail de conservation et de sensibilisation effectué en faveur d’autres espèces.

Les mesures de conservation exposées ici visent uniquement les provinces de l’Atlantique et le Québec. Aucune mesure de gestion n’est énoncée pour le Nunavut car les consultations ne sont pas terminées. Lorsque ces consultations auront eu lieu, un plan de gestion modifié sera publié afin d’intégrer les mesures de gestion prévues pour ce territoire.

SOMMAIRE  

En 1990, le Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada (l’actuel Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, ou COSEPAC) a désigné l’Arlequin plongeur (Histrionicus histrionicus), population de l’Est, comme espèce en voie de disparition, en raison des faibles effectifs de sa population et de déclins localisés enregistrés dans plusieurs aires d’hivernage connues de l’est de l’Amérique du Nord. Depuis, une intensification des efforts de recherche, de recensement et de suivi a permis d’approfondir les connaissances sur l’espèce. En 2001, le COSEPAC a réévalué la situation de la population de l’Est et l’a reclassée dans une catégorie de moindre risque, celle des espèces préoccupantes, et ce pour deux raisons : une augmentation de l’effectif dans quatre aires d’hivernage stratégiques (Thomas et Robert, 2001) et la découverte d’une population hivernant dans le sud‑ouest du Groenland ayant des liens avec la population de l’est de l’Amérique du Nord. Les Arlequins plongeurs qui hivernent dans l’est de l’Amérique du Nord sont considérés comme une seule et même population sur la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril.

L’Arlequin plongeur est actuellement inscrit à la liste légale de l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril en tant qu’espèce préoccupante. Il est également classé comme espèce menacée d’extinction au Nouveau‑Brunswick, espèce en voie de disparition [endangered] en Nouvelle‑Écosse et espèce vulnérable [vulnerable] à Terre‑Neuve‑et‑Labrador, en vertu des lois de ces provinces. Le Québec a donné à l’Arlequin plongeur le statut d’espèce susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable, en vertu de sa Loi sur les espèces menacées ou vulnérables. À l’heure actuelle, l’Arlequin plongeur ne figure sur aucune liste d’espèces en péril à l’Île‑du‑Prince-Édouard.

En 1995, un plan de rétablissement de l’Arlequin plongeur a été établi afin d’orienter les priorités en matière de rétablissement de la population de l’Est. Le but de ce plan était d’atteindre une population hivernant dans l’est de l’Amérique du Nord qui se maintienne à 2 000 individus pendant au moins trois années sur cinq années consécutives d’ici 2005, suivi par le but à long terme d’au moins 3 000 individus hivernant (dont au moins 1 000 femelles adultes) pendant au moins trois années sur cinq années consécutives d’ici 2010 (Montevecchi et al., 1995). Bien que l’effectif soit en croissance dans quatre aires d’hivernage stratégiques (Thomas et Robert, 2001), la population hivernant dans l’est de l’Amérique du Nord n’a toujours pas atteint le but initial fixé dans le plan de rétablissement de 1995. Selon les estimations démographiques généralement admises, elle s’élèverait à 1 800 individus (Mittelhauser, 2000; Thomas et Robert, 2001; Robertson et Thomas, sous presse). Cependant, les activités de relevés de 2005-2006 donnent à penser que la cible de 2 000 individus a été atteinte pour ces deux années (A. Boyne et P. Thomas, comm. pers.). La population hivernant dans l’est de l’Amérique du Nord ne totaliserait pas encore 3 000 individus.

Pour faire suite aux priorités du plan de rétablissement initial, le but du présent plan de gestion est de maintenir la population d’Arlequins plongeurs hivernant dans l’est de l’Amérique du Nord à 3 000 individus pendant trois années sur cinq années consécutives. Pour atteindre ce but, le plan de gestion a défini des objectifs et des mesures concrètes destinées à maintenir les niveaux de population et à assurer la protection des habitats importants.

L’estimation des effectifs de la population est l’une des plus hautes priorités du présent plan. L’amélioration des programmes de suivi pour s’assurer qu’ils reflètent bien l’ensemble de la population constitue une priorité. Il est également impératif de mieux comprendre les menaces qui pèsent sur l’espèce. Étant donné l’étendue de l’aire de répartition de l’Arlequin plongeur, ces menaces et leur gravité peuvent varier d’un secteur à l’autre de cette aire. Le présent plan recommande de réaliser une étude approfondie des menaces afin de pouvoir évaluer leur gravité et d’élaborer une stratégie pour les aborder et atténuer leurs impacts.

La Loi sur les espèces en péril exige l’élaboration de plans de gestion comportant des mesures de conservation pour toutes les espèces préoccupantes et leur habitat. Elle précise que ces plans doivent être élaborés en collaboration et en consultation avec tous les ordres de gouvernement, les groupes autochtones et les intervenants concernés. Le contenu du présent plan satisfait aux exigences de l’article 65 de la Loi sur les espèces en péril.

Ce plan est le fruit des efforts concertés de plusieurs compétences, intervenants et groupes intéressés. Bien que l’Arlequin plongeur relève en premier lieu de la compétence fédérale, la majorité de son habitat relève de la compétence légale des provinces. Le Service canadien de la faune assurera la coordination du plan de gestion afin de maximiser les résultats des efforts investis dans la gestion de l’Arlequin plongeur par les programmes et par les participants.

Table des Matières