Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du Tétras des armoises (Centrocercus urophasianus urophasianus) au Canada

Loi sur les espèces en péril - Programme de rétablissement du Tétras des armoises (Centrocercus urophasianus urophasianus) au Canada (Janvier 2008).

Loi sur les espèces en péril
Programmes de rétablissement

Tétras des armoises

Janvier 2008

 

Les Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril – Quelques mots sur la collection

Qu'est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est une contribution majeure du gouvernement fédéral à l'effort national de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Cette loi entrée en vigueur en 2003 a notamment pour but de « permettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées ».

Qu'est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est l'ensemble des mesures visant à arrêter ou inverser le déclin d'une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays et à atténuer ou supprimer les menaces pesant sur elle, de manière à améliorer ses chances de survie dans la nature. L'espèce est considérée comme rétablie lorsque son maintien à long terme dans la nature a été assuré.

Qu'est-ce qu'un programme de rétablissement?

Le programme de rétablissement d'une espèce est un document de planification énonçant ce qui doit être fait pour arrêter ou inverser son déclin. Il définit les buts et objectifs du rétablissement et précise les grands types de mesures à prendre. La planification détaillée se fait à l'étape du plan d'action.

Dans le cadre de l'Accord pour la protection des espèces en péril, les provinces et territoires du Canada ainsi que les trois organismes fédéraux qui doivent appliquer la LEP (Environnement Canada, Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada) se sont engagés à élaborer des programmes de rétablissement. Les articles 37 à 46 de la LEP énumèrent les éléments que doivent contenir les programmes de rétablissement publiés dans la présente collection et définissent le processus d'élaboration de ces programmes.

Le programme de rétablissement doit être élaboré dans un délai de un ou deux ans après l'inscription de l'espèce sur la liste des espèces sauvages en péril, selon le statut qui lui est attribué et la date de l'évaluation. Un délai de trois ou quatre ans est autorisé pour les espèces inscrites au moment de l'entrée en vigueur de la LEP.

Prochaines étapes

Dans la plupart des cas, on procédera à l'élaboration d'un ou de plusieurs plans d'action visant à préciser et orienter la mise en œuvre du programme de rétablissement. Cependant, les orientations fixées dans le programme de rétablissement sont suffisantes pour qu'on puisse commencer à obtenir la participation des collectivités, des conservationnistes ainsi que des utilisateurs des terres et des eaux aux activités de rétablissement. En outre, l'absence de certitude scientifique absolue ne saurait justifier le report de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin de l'espèce.

La collection

La présente collection réunit les programmes de rétablissement préparés ou adoptés par le gouvernement fédéral conformément à la LEP. La collection s’accroîtra régulièrement avec l’inscription de nouvelles espèces et avec la mise à jour des programmes déjà publiés.

Pour en savoir plus

Pour de plus amples renseignements sur la Loi sur les espèces en péril (LEP) et sur les initiatives de rétablissement, consulter le Registre public de la LEP.

 

Programme de rétablissement du Tétras des armoises (Centrocercus urophasianus urophasianus) au Canada

Janvier 2008

Citation recommandée :

Lungle, K., et S. Pruss. 2008. Programme de rétablissement du Tétras des armoises (Centrocercus urophasianus urophasianus) au Canada. Collection des Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Agence Parcs Canada, Ottawa. vii + 44 p.

Exemplaires supplémentaires :

Vous pouvez télécharger des exemplaires de la présente publication à partir du Registre public de la Loi sur les espèces en péril.

Photo de la couverture :

U.S. Fish & Wildlife Service (domaine public)

Also available in English under the title “Recovery Strategy for the Greater Sage-Grouse (Centrocercus urophasianus urophasianus) in Canada”.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Environnement, 2008. Tous droits réservés.

ISBN 978-0-662-07891-3
Cat. No. En3-4/53-2008F-PDF

Le contenu du présent document peut être utilisé sans permission, à condition que la source en soit bien indiquée.

Déclaration

Aux termes de l'Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de travailler ensemble aux règlements, programmes et politiques visant à protéger les espèces sauvages en péril à l'échelle du Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, ch. 29) (LEP), les ministres fédéraux compétents sont tenus d'élaborer des programmes de rétablissement pour les espèces désignées menacées, en voie de disparition ou disparues au Canada.

Conformément aux dispositions de la LEP, le ministre de l'Environnement propose le programme de rétablissement du Tétras des armoises de la sous-espèce urophasianus décrit dans le présent document. Ce document a été préparé en collaboration avec les autorités compétentes responsables de l'espèce, énumérées dans la préface. Le ministre invite les autres autorités compétentes et organisations susceptibles de participer au rétablissement du Tétras des armoises à suivre les recommandations formulées dans le présent programme de rétablissement.

Les buts, objectifs et approches de rétablissement présentés dans le programme sont fondés sur les meilleures données disponibles et pourraient être modifiés à la lumière de nouveaux résultats et d'objectifs révisés.

Le présent programme de rétablissement servira de fondement à un ou à plusieurs plans d'action énonçant les mesures requises pour assurer la protection et le rétablissement du Tétras des armoises de la sous-espèce urophasianus. La réussite du rétablissement du Tétras des armoises dépendra de l'engagement et de la collaboration des nombreuses parties invitées à participer à la mise en œuvre des mesures formulées dans le présent programme. Dans l'esprit de l'Accord pour la protection des espèces en péril, tous les Canadiens et les Canadiennes sont invités à appuyer le programme et à contribuer à sa mise en œuvre dans l'intérêt de l'espèce et de l'ensemble de la société canadienne. Le ministre de l'Environnement rendra compte des progrès réalisés d'ici cinq ans.

Auteurs

Ken Lungle, Perdix Professionals, Edmonton (Alberta)
Shelley Pruss, Agence Parcs Canada

Remerciements

Un document de cette nature nécessite l'engagement et le dévouement de beaucoup de personnes et d'organisations. Les auteurs sont particulièrement reconnaissants à Pat Fargey et à Joanne Tuckwell, de Parcs Canada, pour leurs conseils, les renseignements qu'ils ont fournis et les nombreuses discussions intéressantes sur la planification du rétablissement. Nous remercions également Dale Eslinger et Joel Nicholson, d'Alberta Sustainable Resource Development, et Sue McAdam, de Saskatchewan Environment, de nous avoir fourni des renseignements utiles sur les initiatives de conservation du Tétras des armoises dans les deux provinces. Nous apprécions beaucoup l'énergie et la sagesse des personnes de gouvernements, du milieu universitaire et d'organismes privés qui ont participé à l'atelier d'élaboration du programme de rétablissement (voir l'annexe A) et ont examiné et commenté les ébauches du présent document.

Évaluation environnementale stratégique

Conformément à la Directive du Cabinet sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes (2004), une évaluation environnementale stratégique (EES) doit être réalisée pour tous les programmes de rétablissement assujettis à la Loi sur les espèces en péril (LEP). Cette évaluation vise à garantir que les incidences environnementales des politiques, des plans et des programmes publics proposés seront prises en compte dès le début des travaux d'élaboration, de manière à permettre la prise de décisions éclairées et respectueuses de l'environnement. Les programmes de rétablissement favorisent les espèces en péril et la biodiversité en général, mais ils peuvent aussi avoir des effets imprévus sur l'environnement. Le contenu du rapport d'EES (Forrestall, 2006) est résumé ci-dessous.

Les programmes de rétablissement visent à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général, mais ils peuvent aussi avoir des effets environnementaux imprévus. Ces effets, y compris les impacts sur des espèces non visées et sur l'environnement, ont été pris en compte dans la planification du rétablissement. L'EES est intégrée directement dans la stratégie et résumée ci-dessous.

Il est évident qu'en favorisant le rétablissement du Tétras des armoises (Centrocercus urophasianus urophasianus), ce programme de rétablissement sera bénéfique pour l'environnement. La protection des écosystèmes d'armoises broussailleuses qui s'amenuisent profitera notamment au Moqueur des armoises (Oreoscoptes montanus) et à la Chevêche des terriers (Speotyto cunicularia), deux espèces en voie de disparition, à la Pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides (Lanius ludovicianus excubitorides) et au mormon (Apodemia mormo), deux espèces menacées, et au Courlis à long bec (Numenius americanus), une espèce préoccupante. Le programme aura aussi un effet favorable sur la culture autochtone, dont le Tétras des armoises fait partie. Par contre, on a identifié trois situations dans lesquelles le programme pourrait avoir des effets défavorables.

Premièrement, il a été déterminé qu'une stratégie de recherche sur l'utilisation du feu pour stimuler et revitaliser les communautés associées aux armoises pourrait déboucher sur des activités de brûlage dirigé d'habitats de prairie. Ces activités pourraient nuire à d'autres espèces directement ou en perturbant ou détruisant leur habitat et/ou leur résidence. En tenant compte des autres espèces en péril présentes et en appliquant de bonnes pratiques de gestion du feu, on pourrait réduire ou éliminer les éventuels effets néfastes sur les autres espèces. Tout brûlage dirigé dans un parc national nécessiterait d'abord une évaluation environnementale détaillée en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (LCEE).

Deuxièmement, des recherches concernant les effets d'ouvrages de régularisation des eaux sur l'hydrologie naturelle et leurs conséquences pour l'armoise pourraient déboucher sur des mesures influant sur l'hydrologie. La modification de l'hydrologie d'une région pourrait nuire à d'autres espèces végétales et animales soit directement soit en perturbant ou en détruisant leurs habitats ou résidence. Les modifications à l'hydrologie devraient prendre en compte les effets sur des espèces non ciblées et pourraient nécessiter une évaluation environnementale détaillée en vertu de la LCEE.

Troisièmement, comme on l'a indiqué plus haut, les stratégies de protection ou d'expansion de l'habitat de l'armoise argentée favoriseraient toutes les espèces qui ont le même habitat que le Tétras des armoises. Par contre, l'expansion de l'habitat d'armoise du Tétras des armoises pourrait nuire au Pluvier montagnard (Charadrius montanus) qui exige une végétation basse et du sol nu. Toutefois, comme le Pluvier montagnard est une espèce inscrite à la liste de la LEP, il doit faire l'objet d'un programme de rétablissement qui vise le suivi, la recherche et les menaces qui pèsent sur lui, lesquelles pourraient comprendre les impacts de l'expansion de l'habitat d'armoise.

L'EES a conclu que le programme de rétablissement aura de nombreux effets bénéfiques et qu'il ne causera pas d'effets nuisibles importants, à condition que l'on mette en œuvre les mesures d'atténuation recommandées. Il s'agit ici de toute autre évaluation des mesures proposées (par exemple, le brûlage dirigé ou la modification de l'hydrologie dans un parc national) découlant des recherches qui seront effectuées dans le cadre du programme de rétablissement.

Résidence

La LEP définit la résidence comme suit : « gîte – terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable – occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l'élevage, les haltes migratoires, l'hivernage, l'alimentation ou l'hibernation » [LEP, paragraphe 2(1)].

Les descriptions de résidence ou les raisons pour lesquelles le concept de résidence ne s'applique pas à une espèce donnée sont publiées dans le Registre public de la LEP.

En vertu de la LEP, les résidences du Tétras des armoises sont protégées contre les dommages ou la destruction. Les experts de l'espèce qui travaillent à son rétablissement considèrent que les nids constituent des résidences de l'espèce.

Avant-propos

La présente stratégie de rétablissement concerne le Tétras des armoises de la sous-espèce urophasianus, qui est présent au Canada dans le sud-est de l'Alberta et le sud-ouest de la Saskatchewan.

La stratégie de rétablissement du Tétras des armoises a été élaborée par les auteurs pour l'Agence Parcs Canada, au nom du ministre compétent, soit le ministre de l'Environnement. Son développement repose sur une collaboration avec un groupe de travail sur le Tétras des armoises, qui s'est réuni en février 2006. Ce groupe de travail était composé de représentants d'organismes provinciaux de gestion de la faune et des terres, d'organismes de conservation, de l'industrie, du milieu universitaire, de Parcs Canada, d'Environnement Canada et d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (annexe A).

Une équipe de rétablissement du Tétras des armoises avait été mise sur pied en 1997 par l'Alberta et la Saskatchewan. En 2001, une stratégie canadienne de rétablissement du Tétras des armoises a été produite (Canadian Sage-Grouse Recovery Team, 2001), qui a passé en revue le contexte et la situation de l'espèce, a établi des buts et des objectifs de rétablissement et a présenté des stratégies pour le rétablissement des populations. Ce programme de rétablissement, qui constitue une mise à jour de celui élaboré en 2001 par l'Alberta et la Saskatchewan, sera le premier programme de rétablissement du Tétras des armoises lancé en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

Résumé

Le Tétras des armoises (Centrocercus urophasianus urophasianus) est le plus grand Tétras indigène de l'Amérique du Nord. Cet oiseau ne vit qu'en association avec les armoises arbustives, dans l'aire de répartition de ces plantes, dans le sud-est de l'Alberta, le sud-ouest de la Saskatchewan ainsi que les États du Montana, du Dakota du Nord, du Dakota du Sud, d'Idaho, du Wyoming, du Colorado, d'Utah, de Washington, d'Oregon, de Californie et du Nevada. Le présent rapport porte sur la population du C. u. urophasianus qui occupe des habitats favorables dans le sud-est de l'Alberta et le sud-ouest de la Saskatchewan, à la limite nord de son aire de répartition en Amérique du Nord. Aux États Unis, on considérait le C. urophasianus phaios comme la sous-espèce occidentale et le C. urophasianus urophasianus comme la sous-espèce orientale, mais l'U.S. Fish and Wildlife Service, se fondant sur des données génétiques et écologiques (Benedict et al., 2003), a décidé de considérer les deux sous-espèces de Tétras des armoises comme une seule espèce (Centrocercus urophasianus) dans toute son aire de répartition. Au Canada, le nom scientifique Centrocercus urophasianus urophasianus et le nom commun « Tétras des armoises de la sous-espèce urophasianus » figurent encore aux listes du COSEPAC et de la LEP.

Le Tétras des armoises dépend de l'armoise pour se nourrir et s'abriter. Les communautés de prairie dominées par l'armoise argentée dans les prairies canadiennes lui offrent donc l'habitat dont il a besoin. Le Tétras des armoises occupe actuellement environ 6 000 km2 en Alberta et en Saskatchewan. L'aire de répartition et la taille des populations de Tétras des armoises ont diminué considérablement dans toutes les parties de son aire de répartition en Amérique du Nord.

Les menaces qui pèsent sur les populations de Tétras des armoises dans les prairies canadiennes comprennent la perte et la dégradation de l'habitat (attribuables à l'agriculture et à l'industrie), la fragmentation de l'habitat (attribuable à l'agriculture, à l'industrie ainsi qu'aux infrastructures de services publics et de transport), la prédation (faible recrutement annuel), les modifications de l'hydrologie (altération des ressources en nourriture et en habitat), les maladies, les facteurs de mortalité directe et les fluctuations climatiques (effets aggravants). Le rétablissement des populations de Tétras des armoises est considéré faisable pour les raisons suivantes : a) la population est actuellement faible mais stable, et il reste suffisamment de Tétras des armoises et de leks utilisés pour permettre une croissance de la population; b) il existe actuellement de l'habitat « source » qui permet une production nette positive et de l'habitat sous optimal où le recrutement est plus faible, mais qui pourrait être amélioré pour produire des hausses nettes de la population; c) l'atténuation des effets nuisibles et la modification de l'utilisation des terres peuvent réduire ou éliminer les menaces pesant sur l'espèce et son habitat. Les initiatives établies dans le cadre de ce programme permettront de mettre à l'essai et d'améliorer des techniques non éprouvées pour l'élaboration de bonnes pratiques d'aménagement du territoire qui optimisent la production et le maintien du Tétras des armoises.

Les objectifs suivants visent surtout à éviter d'autres réductions de la population et d'autres pertes d'habitat tout en améliorant la disponibilité d'habitats de qualité afin d'accroître la population de façon à atteindre des cibles à court et à long terme :

  • Éviter toute perte de leks utilisés par le Tétras des armoises et toute baisse des populations de l'espèce dans son aire de répartition actuelle en Alberta et en Saskatchewan.

  • D'ici 2012, améliorer la situation et la productivité des populations de Tétras des armoises en Alberta et en Saskatchewan de façon à ce que, sur l'aire de répartition actuelle, le nombre de mâles en parade sur les leks et le nombre de leks utilisés augmentent pour toutes ces populations durant la période 2000-2012.

  • D'ici 2026, faire en sorte que la population de Tétras des armoises soit stable ou en hausse et ait atteint les niveaux suivants :
    1. au moins 365 mâles en parade sur des leks en Alberta et au moins 500 mâles en parade sur des leks en Saskatchewan;
    2. au moins 16 leks utilisés en Alberta et au moins 30 leks utilisés en Saskatchewan.

Les objectifs du programme sont les suivants : réaliser un suivi des populations pour mesurer les progrès accomplis par rapport aux cibles; assurer la connectivité de l'habitat pour préserver les flux génétiques; déterminer les causes des déclins des populations et les bonnes pratiques de gestion pour permettre le rétablissement de l'espèce; relever, protéger et améliorer les habitats essentiels; intégrer les activités de conservation du Tétras des armoises aux initiatives générales d'aménagement et de conservation des prairies à l'échelle du paysage. Le présent document ne fournit pas une désignation complète de l'habitat essentiel du Tétras des armoises, mais il comprend un calendrier d'études visant à permettre une désignation partielle de cet habitat.

Introduction