Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport annuel du COSEPAC - 2005

Dr. Marco Festa-Bianchet

Président du COSEPAC / Chair of COSEWIC

Coprésident, Sous-comité des mammifères terrestres du COSEPAC

Co-chair, COSEWIC Terrestrial Mammals Specialist Subcommittee

Département de biologie, Université de Sherbrooke

Sherbrooke, Québec  J1K 2R1

Tél. (819) 821-8000 poste/ext 2061   Fax (819) 821-8049

Marco.Festa-Bianchet@USherbrooke.ca

Le 12 août 2005

L’ Honorable Stéphane Dion

Ministre de l’environnement

Gouvernement du Canada

Ottawa (Ontario)

K1A 0H3

Monsieur le Ministre,

Vous trouverez ci-inclus le rapport annuel 2004-2005 du Comité sur la Situation des Espèces en Péril au Canada (COSEPAC), soumis à votre attention en vertu de la Loi sur les espèces en péril.  Je profite de l’occasion pour vous remercier de votre soutien au COSEPAC et pour votre travail pour la conservation de la biodiversité au Canada.

Je tiens d’abord à répondre à quatre éléments de votre lettre du 10 janvier 2005 envoyée au nom du Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril:

  1. ‘nommer des membres au nouveau Sous-comité sur les connaissances traditionnelles autochtones (CTA) et élaborer des procédures pour intégrer les CTA au processus d’évaluation’
  2. Comme expliqué dans le rapport annuel, le COSEPAC a élaboré, avec des représentants des 5 organisations autochtones nationales, une procédure pour nommer les membres du sous-comité sur les CTA, choisir des coprésidents de ce sous-comité et permettre l’écriture de rapports sur les CTA pour des espèces choisies par le comité sur les CTA.  Suite à cette entente, le COSEPAC a sollicité des nominations de membres de ce comité auprès de ces 5 organisations.  Jusqu’à présent, je n’ai eu vent d’aucune nomination ayant été acheminée officiellement au COSEPAC ou à vous-même.  Les deux seuls membres de ce sous-comité demeurent les deux coprésidents en place.  Monsieur le Ministre, le COSEPAC a travaillé très fort sur ce dossier, et est prêt à accueillir d’autres membres pour compléter ce sous-comité, mais ceci ne sera pas possible sans la nomination de candidats.  Par ailleurs, avec la collaboration des deux coprésidents, on continue à faire en sorte d’intégrer le mieux possible les CTA dans nos évaluations.  Les récents rapports de situation sur le Caribou de Peary et sur le Béluga sont des bons exemples d’inclusion de CTA, qui ont été prises en considération lors des évaluations.  Je souligne que les CTA sont davantage valorisées lorsqu’elles sont présentées avec les connaissances scientifiques.

  3. ‘avancer considérablement l’intégration des connaissances locales dans le processus d’évaluation tel que requis par la LEP’
  4. Comme présenté dans le rapport annuel, le COSEPAC a pris trois initiatives pour intégrer davantage les connaissances des collectivités dans le processus d’évaluation: utilisation du rapport intérimaire pour solliciter ces connaissance, préparation d’un questionnaire web pour donner l’opportunité aux communautés de contribuer aux évaluations et formation d’un groupe de travail pour élaborer d’autre façons d’obtenir, évaluer et intégrer les connaissances locales dans notre processus d’évaluation.  On a aussi fait des efforts pour établir des contacts avec des groupes qui pourraient nous aider dans cette tâche (pêcheurs, trappeurs, etc.).  Finalement,  plusieurs membres du COSEPAC, moi y compris, ont fait plusieurs présentations à des écoles, des universités et des groupes de personnes intéressées pour illustrer le processus d’évaluation du COSEPAC et son rôle au sein de la LEP.

  5. ‘trouver les moyens de rationaliser le processus de réévaluation des espèces étant donné la demande à la hausse avec laquelle le COSEPAC doit composer tous les dix ans’
  6. Lorsqu’il est évident que la situation n’a pas changé assez pour justifier un changement d’évaluation, le COSEPAC évaluera la possibilité de ne pas faire de mise à jour du rapport de situation.  On va profiter bientôt du système des ‘documents vivants’ pour lesquels on a les droits d’auteur et qui seront utilisés comme points de départ pour les mises à jour.  Le travail des équipes de rétablissement pourrait aussi nous aider à produire des rapports mis à jour et faciles à évaluer.  Par contre, on fait face à des pressions à la hausse afin d’inclure davantage d’information (incluant les connaissances communautaires) dans certains rapports de situation, ainsi qu’à une croissance de rapports non sollicités, en particulier en provenance de certaines compétences.  Les rapports non sollicités contournent notre processus d’établissement des priorités pour les nouvelles espèces à évaluer et nous obligent à faire des réévaluations supplémentaires à tous les 10 ans.  Je souligne aussi les demandes incessantes de consultations additionnelles de certains conseils de gestion de la faune, lesquels se font plutôt discrets lors qu’on demande des renseignements pendant le processus d’évaluation.

  7. ‘organiser, dès que possible, un atelier axé sur l’évaluation du risque de disparition des espèces de poissons de mer’
  8. Nous avons organisé cet atelier à Halifax au début mars et vous trouverez ci-joint le rapport final.  Je vous remercie de cette idée car cet atelier a eu un effet très positif sur notre capacité d’évaluer les poissons de mer, en identifiant les sources des difficultés rencontrées dans le passé et en montrant des remèdes potentiels.  Le COSEPAC a reçu des suggestions spécifiques qu’il est en train d’évaluer.  Cet atelier et des rencontres subséquentes (notamment un breffage de certains employés de EC et P-O, ainsi qu’une rencontre avec l’Honorable Trevor Taylor à St.-Jean Terre-Neuve) nous ont aussi permis d’illustrer les différences entre la perception des façons de faire du COSEPAC et la réalité de son fonctionnement.  J’étais personnellement très soulagé de constater que les experts participants à cet atelier ont eu très peu de critiques envers les évaluations de poissons marins faites par le COSEPAC jusqu’à présent.Le rapport sur l'atelier sur les poissons marins et les recommandations à l'intention du COSEPAC sont inclus au présent rapport annuel et sont aussi disponibles pour le public.

Le présent rapport renferme les résultats des évaluations des espèces réalisées lors des réunions de novembre 2004 et mai 2005. Tel que convenu avec votre prédécesseur, les rapports de situations afférents à ces évaluations ont été finalisés et traduits et sont maintenant sur le registre public de la LEP. Quelques rapports de situation ( celui sur l’esturgeon jaune ainsi que celui sur la truite fardée du versant de l’ouest) n’ont pu être finalisés à temps pour cet envoi et vous seront envoyés avec le prochain rapport annuel. Les résultats d’évaluation pour ces dernières espèces ne vous sont envoyés qu’à titre indicatif et ne devraient pas déclencher le processus de réponse de votre part en vertu de l’article 25 de la LEP. Quant au rapport sur la population de l'Okanagan du saumon quinnat (Chinook), il sera aussi complété pour le prochain rapport annuel.

En terminant, le COSEPAC doit encore réévaluer trois espèces inscrites à l'annexe 2 de la LEP d'ici juin 2006.  Ce sont  la couleuvre d’eau du lac Érié, Nerodia sipedon insularum, le cisco à nageoires noires, Coregonus nigripinnis et le chabot de profondeur des Grands Lacs, population des Grands Lacs, Myoxocephalus thompsoni.  Afin de s’assurer que le COSEPAC a le temps requis pour procéder à la réévaluation approfondie de ces trois espèces, je vous demande, par la présente, de prolonger le délai accordé pour une année de plus (jusqu’en juin 2007).

Veuillez agréer, cher Monsieur le Ministre, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

Signature

Marco Festa-Bianchet

Président du COSEPAC

Table des Matières