Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la salamandre tigrée (Ambystoma tigrinum) (population des Grands Lacs) au Canada (Proposition)

Photo by Dr. James P. Bogart of a male Tiger Salamander from Kelleys Island, Erie County, Ohio, U.S.A, located in the western basin of Lake Erie, collected by Leslie A. Lowcock on March 25, 1985 (catalogue number JPB10674).

Salamandre tigrée (population des Grands Lacs)

Janvier 2009

Actuellement, le rétablissement de l'èce est jugé non réalisable sur les plans technique et biologique.

Déclaration
Auteurs
Remerciements
Énoncé d'évaluation environnementale stratégique
Résidence
Préface

La série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril

Qu'est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l'une des pierres d'assise de l'effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, à permettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées.

Qu'est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est le processus par lequel le déclin d'une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays est arrêté ou inversé et par lequel les menaces à sa survie sont éliminées ou réduites de façon à augmenter la probabilité de survie de l'espèce à l'état sauvage. Une espèce sera considérée comme rétablie lorsque sa survie à long terme à l'état sauvage aura été assurée.

Qu'est-ce qu'un programme de rétablissement?

Un programme de rétablissement est un document de planification qui identifie ce qui doit être réalisé pour arrêter ou inverser le déclin d'une espèce. Il établit des buts et des objectifs et indique les principaux champs des activités à entreprendre. La planification plus élaborée se fait à l'étape du plan d'action.

L'élaboration de programmes de rétablissement représente un engagement de toutes les provinces et de tous les territoires ainsi que de trois organismes fédéraux -- Environnement Canada, l'Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada -- dans le cadre de l'Accord pour la protection des espèces en péril. Les articles 37 à 46 de la LEP décrivent le contenu d'un programme de rétablissement publié dans la présente série ainsi que le processus requis pour l'élaborer.

Selon le statut de l'espèce et le moment où elle a été évaluée, un programme de rétablissement doit être préparé dans un délai de un à deux ans après l'inscription de l'espèce à la Liste des espèces en péril de la LEP. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de trois à quatre ans.

Et ensuite?

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs plans d'action seront élaborés pour définir et guider la mise en oeuvre du programme de rétablissement. Cependant, les recommandations contenues dans le programme de rétablissement suffisent pour permettre la participation des collectivités, des utilisateurs des terres et des conservationnistes à la mise en oeuvre du rétablissement. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin d'une espèce.

La série de Programmes de rétablissement

Cette série présente les programmes de rétablissement élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s'ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril et que les programmes de rétablissement existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de rétablissement, veuillez consulter le Registre public de la LEP et le site Web du Secrétariat du rétablissement (http://www.especesenperil.gc.ca/recovery/).

Référence recommandée :

Ngo, Andre, Vicki L. McKay et Robert W. Murphy. 2009. Programme de rétablissement de la salamandre tigrée (Ambystoma tigrinum) (population des Grands Lacs) au Canada [proposition], Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Agence Parcs Canada, Ottawa, vi + 30 p. + 1 annexe.


Exemplaires supplémentaires

Il est possible de télécharger des exemplaires de la présente publication à partir du Registre public de la Loi sur les espèces en péril.

Illustration de la couverture: Photographie prise par James P. Bogart d'une salamandre tigrée mâle de l'île Kelleys (située dans le bassin ouest du lac Érié), dans le comté d'Erie, en Ohio (É.-U.). Cette salamandre a été capturée par Leslie A. Lowcock le 25 mars 1985 (numéro de catalogue JPB10674).

Also available in English under the title:

« Recovery Strategy for Tiger Salamander (Ambystoma tigrinum) (Great Lakes Population) in Canada [Proposed] ».

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Environnement, 2009. Tous droits réservés.

ISBN : À venir

Nº de catalogue : À venir

Le contenu du présent document (à l'exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, à condition que la source soit mentionnée.

Déclaration

Aux termes de l'Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de travailler ensemble aux règlements, programmes et politiques visant à protéger les espèces sauvages en péril à l'échelle du Canada. Selon la Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, chap. 29) (LEP), les ministres fédéraux compétents sont tenus d'élaborer des programmes de rétablissement pour les espèces désignées menacées, en voie de disparition ou disparues du Canada.

Conformément aux dispositions de la LEP, le ministre de l'Environnement propose le programme de rétablissement de la salamandre tigrée (population des Grands Lacs) décrit dans le présent document. Ce document a été préparé en collaboration avec les autorités compétentes responsables de l'espèce, énumérées dans la préface.

À l'heure actuelle, le rétablissement de la salamandre tigrée (population des Grands Lacs) au Canada n'est considéré ni approprié ni réalisable sur le plan technique ou biologique. L'existence d'une telle population au Canada, même dans le passé, est discutable et demeure non confirmée. Si une population a bel et bien déjà existé, elle a maintenant disparu. Il n'y a pas clairement de candidats à la relocalisation, ni d'habitat approprié disponible, pas plus que de méthodes actuellement connues d'atténuation ou de rétablissement efficaces.

La faisabilité d'un programme de rétablissement pour cette espèce sera réévaluée lorsque des conditions ou des connaissances nouvelles le justifieront.

Auteurs

Le présent document a été rédigé par Andre Ngo (Ph. D., Musée royal de l'Ontario [MRO]/Université de Toronto), Vicki McKay (biologiste des espèces en péril, parc national du Canada de la Pointe-Pelée [PNPP], Agence Parcs Canada [APC]) et Robert W. Murphy (conservateur principal, MRO/professeur, Université de Toronto), et a été révisé par des pairs et des représentants de différents gouvernements.

Remerciements

Nous remercions particulièrement Jim Bogart (Université de Guelph), Craig A. Campbell (consultant privé),  Francis R. Cook (Musée canadien de la nature [MCN]), Jon (Sandy) Dobbyn (Parcs Ontario [PO]), Deb Jacobs (ministère des Richesses naturelles de l'Ontario [MRNO]), Leslie A. Lowcock (Cascade Environmental Research Group), Ross MacCulloch (MRO), Michael J. Oldham (Centre d'information sur le patrimoine naturel [CIPN], MRNO), Emily Slavik (PO) et Michèle Steigerwald (MCN), pour leur aide quant à l'analyse et à la compréhension des données de l'Ontario et du Manitoba sur la salamandre tigrée. Nous avons apprécié l'aide de Brett Groves (Essex County Stewardship Network) pour ses recherches sur le travail de P. A. Taverner. Nous remercions aussi, pour leur examen attentif du document, Madeline Austen (Service canadien de la faune [SCF]), James P. Bogart, Francis R. Cook, Leslie A. Lowcock, Michael J. Oldham, Dan Reive (PNPP, APC), Lindsay Rodger (APC), Barbara Slezak (SCF), D. A. Sutherland (CIPN, MRNO), Kara Vlasman (APC) et Allen Woodliffe (MRNO). La cartographie a été réalisée par Justin Quirouette (APC). Le financement provient du Programme sur les espèces en péril de l'APC, appuyé par la Stratégie nationale pour la protection des espèces en péril.

Énoncé d'évaluation environnementale stratégique

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée dans le cadre de tous les programmes de rétablissement aux termes de la LEP, conformément à la Directive du Cabinet de 2004 sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L'objet de l'EES est d'incorporer les considérations environnementales à l'élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer la prise de décisions éclairées du point de vue de l'environnement.

La planification du rétablissement vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant admis que des programmes peuvent, par inadvertance, produire des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification tient compte de tous les effets environnementaux, notamment des incidences possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l'EES sont directement intégrés dans le programme lui-même, et sont également résumés ci-dessous.

Étant donné l'absence de preuve confirmant la présence, antérieure ou actuelle, d'une population des Grands Lacs de la salamandre tigrée au Canada, et que son rétablissement n'est jugé ni approprié ni réalisable, aucune mesure de rétablissement n'est envisagée à l'heure actuelle. Par conséquent, ce programme de rétablissement n'aura aucun effet sur l'environnement.

Résidence

La LEPdéfinit la résidence comme suit :

« Gîte -- terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable --occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l'élevage, les haltes migratoires, l'hivernage, l'alimentation ou l'hibernation » [paragraphe 2(1)].

Les descriptions de la résidence ou les raisons pour lesquelles le concept de résidence ne s'applique pas à une espèce donnéesont publiées dans le Registre public de la LEP.

Dans le cas d'une espèce disparue du Canada pour laquelle le programme de rétablissement ne recommande pas la réinsertion à l'état sauvage au pays, l'interdiction d'endommager ou de détruire la résidence de l'espèce ne s'applique pas [LEP, article 33].

Préface

Ce programme vise le rétablissement de la salamandre tigrée (population des Grands Lacs). Au Canada, l'aire de répartition actuelle de la salamandre tigrée (Ambystoma tigrinum) s'étend de la Colombie-Britannique au Manitoba, en passant par l'Alberta et la Saskatchewan. Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC, à l'impression) divise cette espèce en trois populations distinctes, ou unités désignables, en fonction de sa répartition géographique : 1) la population des Grands Lacs (disparue du pays – Ontario); 2) la population des montagnes du Sud (en voie de disparition – Colombie-Britannique); 3) la population boréale et des Prairies (non en péril - Alberta, Saskatchewan et Manitoba). La population des Grands Lacs ainsi que celle des montagnes du Sud sont inscrites à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril.

En vertu de la Loi sur les espèces en péril, l'Agence Parcs Canada est l'autorité responsable de la protection de la salamandre tigrée (population des Grands Lacs) et a dirigé l'élaboration du programme de rétablissement de cette espèce. Environnement Canada, la province de l'Ontario et des pairs réviseurs ont apporté leur précieuse collaboration.

La conclusion selon laquelle le rétablissement est impossible, y compris la justification de cette conclusion, a été examinée dans le cadre du processus d'examen visant le Programme de rétablissement. La responsabilité de la décision finale et de sa formulation appartenait à l'Agence Parcs Canada, qui l'a exercée en prenant en considération les commentaires reçus.

Information sur le document