Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement pour le putois d'Amérique (Mustela nigripes) au Canada

Loi sur les espèces en péril – Série des programmes de rétablissement, Programme de rétablissement pour le putois d’Amérique (Mustela nigripes) au Canada.

Loi sur les espèces en péril
Série des programmes de rétablissement

Putois d’Amérique

Juin 2009

La série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril

Qu’est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l'une des pierres d'assise de l'effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, à permettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées.

Qu'est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est le processus par lequel le déclin d'une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays est arrêté ou inversé et par lequel les menaces à sa survie sont éliminées ou réduites de façon à augmenter la probabilité de survie de l'espèce à l'état sauvage. Une espèce sera considérée comme rétablie lorsque sa survie à long terme à l'état sauvage aura été assurée.

Qu'est-ce qu'un programme de rétablissement?

Un programme de rétablissement est un document de planification qui identifie ce qui doit être réalisé pour arrêter ou inverser le déclin d'une espèce. Il établit des buts et des objectifs et indique les principaux champs des activités à entreprendre. La planification plus élaborée se fait à l'étape du plan d'action.

L'élaboration de programmes de rétablissement représente un engagement de toutes les provinces et de tous les territoires ainsi que de trois organismes fédéraux - Environnement Canada, l'Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada - dans le cadre de l'Accord pour la protection des espèces en péril. Les articles 37 à 46 de la LEP décrivent le contenu d'un programme de rétablissement publié dans la présente série ainsi que le processus requis pour l'élaborer (http://www.sararegistry.gc.ca/approach/act/default_e.cfm).

Selon le statut de l'espèce et le moment où elle a été évaluée, un programme de rétablissement doit être préparé dans un délai de un à deux ans après l'inscription de l'espèce à la Liste des espèces en péril de la LEP. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de trois à quatre ans.

Et ensuite?

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs plans d'action seront élaborés pour définir et guider la mise en oeuvre du programme de rétablissement. Cependant, les recommandations contenues dans le programme de rétablissement suffisent pour permettre la participation des collectivités, des utilisateurs des terres et des conservationnistes à la mise en oeuvre du rétablissement. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin d'une espèce.

La série de Programmes de rétablissement

Cette série présente les programmes de rétablissement élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s'ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril et que les programmes de rétablissement existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de conservation, veuillez consulter le Registre public des espèces en péril.


Programme de rétablissement pour le putois d'Amérique (Mustela nigripes) au Canada

Juin 2009

Citation recommandée

Tuckwell, J. et T. Everest. 2009. Programme de rétablissement pour le putois d'Amérique (Mustela nigripes) au Canada. Série des programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril. Agence Parcs Canada. Ottawa. viii + 41 pp.

Exemplaires supplémentaires

Il est possible de télécharger des exemplaires de la présente publication à partir du Registre public des espèces en péril.

Illustration de la couverture

The Calgary Zoological Society

Also available in English under the title “Recovery Strategy for the Black-footed Ferret (Mustela nigripes) in Canada”.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Environnement, 2009. Tous droits réservés.

Le contenu (à l'exception de l'illustration de la couverture) peut être utilisé sans permission, pourvu que la source soit dûment mentionnée.

Déclaration

En ratifiant l'Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de collaborer à l'élaboration de lois, de programmes et de politiques en vue de protéger les espèces sauvages en péril à l'échelle du Canada. La Loi sur les espèces en péril (L.C. 2002, chap. 29) exige des ministres fédéraux compétents qu'ils préparent des programmes de rétablissement pour les espèces inscrites à titre d'espèces disparues du pays, en voie de disparition et menacées.

Le ministre de l'Environnement a l'honneur de soumettre le présent document, qui renferme le programme de rétablissement du putois d'Amérique, conformément aux exigences de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Ce programme a été élaboré en collaboration avec les compétences responsables de l'espèce, qui sont décrites dans l'avant-propos. Le ministre invite les autres compétences et organismes qui participent au rétablissement de l'espèce à se servir du présent programme de rétablissement comme guide.

Les buts, approches et objectifs énoncés dans le programme sont fondés sur les meilleures connaissances actuelles et sont sujets à modification en raison de nouvelles découvertes ou d'une révision des objectifs.

Le présent programme de rétablissement sera complété par un ou plusieurs plans d'action qui renfermeront plus de détails sur les mesures à prendre pour favoriser la protection et le rétablissement de l'espèce. Pour que les mesures de rétablissement produisent les résultats voulus, il faut pouvoir compter sur l'engagement et la coopération d'un grand nombre d'intervenants qui participeront à la mise en oeuvre des mesures définies dans le programme. Dans l'esprit de l'Accord pour la protection des espèces en péril, toute la population canadienne est invitée à accorder son appui et à participer à l'exécution du programme, qui profitera à l'espèce aussi bien qu'à la société canadienne dans son ensemble. Le ministre de l'Environnement rendra compte des progrès accomplis d'ici cinq ans.

Auteurs

Le présent programme de rétablissement a été préparé par Joanne Tuckwell, Agence Parcs Canada, Winnipeg (Manitoba), et Tian Everest, Calgary Zoological Society, Calgary (Alberta), en collaboration avec l'équipe de rétablissement du putois d'Amérique et du chien de prairie.

Remerciements

Le présent document est le fruit du dévouement et de l'engagement de nombreuses personnes et organisations d'Amérique du Nord. Les rédacteurs tiennent à remercier tout particulièrement les membres de l'équipe de rétablissement du putois d'Amérique et du chien de prairie pour leur précieuse collaboration à la préparation de ce programme.

Coprésidents:

Pat Fargey, Agence Parcs Canada
Joanne Tuckwell, Agence Parcs Canada

Membres:

Bill Bristol, Direction générale des services agroenvironnementaux, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Brad Dixon, propriétaire foncier
Tian Everest, Calgary Zoological Society
Maria Franke, Toronto Zoo
David Gummer, Agence Parcs Canada, anciennement du Royal Alberta Museum
Geoff Holroyd, Service canadien de la faune, Environnement Canada
Karson Legault, Municipalité rurale de Val Marie
Sue McAdam, Ministry of Environment, Saskatchewan
Robert Sissons, Agence Parcs Canada
Lorne Veitch, Saskatchewan Agriculture and Food

Membres associés:

Steve Forrest, Fonds mondial pour la nature - États-Unis
J. Michael Lockhart, anciennement du U.S. Fish & Wildlife Service
Travis Livieri, Prairie Wildlife Research

Nous remercions tout spécialement les participants et les organisateurs de nos quatre principaux ateliers ainsi que les organismes qui les ont financés:

  • Towards a Management Strategy for Black-tailed Prairie Dogs and Black-footed Ferrets in Southwestern Saskatchewan (8 et 9 juin 2004, Val Marie, Saskatchewan)
  • International Black-footed Ferret Recovery Workshop (1 au 4 avril 2005, Calgary, Alberta)
  • Black-footed Ferret Recovery Strategy Workshop (8 au 10 septembre 2005, Val Marie, Saskatchewan)
  • Rencontre de l'équipe de rétablissement du putois d'Amérique et du chien de prairie (5 au 7 septembre 2007, Toronto, Ontario).

Les connaissances transmises par les participants à ces ateliers constituent le fondement de vastes portions du présent document. Steve Forrest, Travis Livieri (Prairie Wildlife Research), Rurik List (Universidad Nacional Autonoma de Mexico), J. Michael Lockhart, Paul Marinari (U.S. Fish & Wildlife Service) et Randy Matchett (U.S. Fish & Wildlife Service) ont fourni des renseignements précieux sur l'écologie du putois d'Amérique et sur les expériences de rétablissement de cette espèce aux États-Unis et au Mexique.

Pat Fargey et Shelley Pruss (Agence Parcs Canada) ont fourni des informations et des conseils utiles sur la planification du programme de rétablissement et les exigences relatives à la préparation du présent document. Axel Moehrenschlager (Calgary Zoological Society) a fourni une aide et des conseils précieux tout au long du processus de rédaction. Judy Toews (Agence Parcs Canada) a également participé à la rédaction du présent document. Le temps consacré au projet par les participants aux groupes de travail communautaires et les idées qu'ils ont partagées ont également été très appréciés.

Résumé de l'évaluation environnementale stratégique

Conformément à la Directive du Cabinet sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes, une évaluation environnementale stratégique (EES) est réalisée pour tous les programmes de rétablissement établis en vertu de la Loi sur les espèces en péril désignées aux termes de la LEP (2004). Le but de cette évaluation est de faire en sorte que les conséquences pour l'environnement des politiques, plans et programmes publics proposés soient prises en compte dès l'étape de leur élaboration, de manière à permettre une prise de décision éclairée.

Les programmes de rétablissement visent à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général, mais ils peuvent avoir des effets imprévus sur l'environnement. Les incidences environnementales, y compris les impacts sur les espèces non ciblées, ont été prises en compte pendant l'élaboration du programme. L'EES n'est pas un document séparé; elle est incorporée dans le programme de rétablissement aux sections section1.4.2, section1.7 et section2.7, et résumée ci-dessous.

Le présent programme de rétablissement profitera à l'environnement en réintroduisant le putois d'Amérique dans une zone qu'il occupait autrefois et en favorisant son rétablissement. Le programme aura également des effets positifs indirects. L'expansion éventuelle de l'aire de répartition du chien de prairie (espèce préoccupante) élargira l'habitat d'espèces comme la Chevêche des terriers et le renard véloce (espèces en voie de disparition) et augmentera le nombre de proies disponibles pour des espèces comme l'Aigle royal et la Buse rouilleuse (espèces préoccupantes). Le programme de rétablissement pourrait par contre présenter certains effets négatifs comme un risque accru de maladies, une réduction de certains habitats comme les communautés d'armoises, et la destruction de certaines communautés d'invertébrés. L'importance de ces effets reste inconnue; chacun d'eux sera examiné en détails à la section 1.7. Le taux de mortalité des chiens de prairie (espèce préoccupante) subira une hausse sensible à cause de la prédation directe du putois, et la Chevêche des terriers et le Tétras des armoises (espèces en voie de disparition) risquent également de souffrir de cette prédation. On considère toutefois que le putois n'a pas d'effet sur ces espèces, à l'échelle des populations, dans les régions des États-Unis où il se trouve (Rodger et al., 2004).

Pour atténuer les effets négatifs possibles sur les espèces en péril, il faudra collaborer régulièrement avec les équipes chargées du rétablissement de ces espèces et surveiller les activités et le régime alimentaire des putois ainsi que l'utilisation qu'ils font de l'habitat, et surveiller également l'évolution des autres espèces en péril dans l'aire de réintroduction. Les effets sur les autres espèces en péril seront évalués de près, et les stratégies de gestion des putois seront modifiées si des effets néfastes sont détectés. Les mesures d'atténuation qui visent les autres espèces associées sont examinées à la section 2.8. Les stratégies visant à contrer de possibles effets négatifs seront élaborées avant la mise en oeuvre des mesures de rétablissement et incluses dans le plan d'action pour putois d'Amérique.

Résidence

La LEP définit ainsi le terme "résidence": gîte - terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable - occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l'élevage, les haltes migratoires, l'hivernage, l'alimentation ou l'hibernation [par. 2(1)].

Les descriptions de résidences et les motifs justifiant l'inapplicabilité du concept de résidence à une espèce donnée sont affichés dans le Registre public des espèces en péril.

Préface

Le présent programme porte sur le rétablissement du putois d'Amérique au Canada. Cette espèce se trouvait autrefois principalement dans le sud de la Saskatchewan, et pouvait également s'observer jusque dans le sud de l'Alberta.

L'Agence Parcs Canada a dirigé la préparation du présent programme de rétablissement avec les membres de l'équipe de rétablissement du putois d'Amérique et du chien de prairie. Le programme a été élaboré en collaboration avec les organismes provinciaux et fédéraux responsables de cette espèce et de son habitat (Saskatchewan Environment, Saskatchewan Agriculture and Food, Direction générale des services agroenvironnementaux d'Agriculture et Agroalimentaire Canada et Service canadien de la faune), ainsi qu'avec le Toronto Zoo, la Calgary Zoological Society, le Royal Alberta Museum, le United States Fish and Wildlife Service, le Fonds mondial pour la nature et Prairie Wildlife Research.

Sommaire

Le putois d'Amérique (Mustela nigripes) est un membre de taille moyenne de la famille des mustélidés qui habite les écosystèmes de prairies où se trouvent des chiens de prairie (Cynomys spp.). Cette espèce qu'on pensait disparue a été réintroduite aux États-Unis, mais est toujours considérée comme disparue du Canada. Les données historiques donnent à penser que l'aire de répartition du putois d'Amérique comprenait autrefois le sud de la Saskatchewan et de l'Alberta. La réintroduction et le rétablissement de cette espèce au Canada contribueront aux efforts de conservation déployés à l'échelle de l'Amérique du Nord en créant une population viable à l'état sauvage à la limite septentrionale de l'aire de répartition.

Un programme d'élevage fructueux produit des putois d'Amérique aux fins des efforts de réintroduction aux États-Unis et au Mexique depuis 1991. Il produit suffisamment d'animaux pour participer également aux efforts de réintroduction canadiens. La Black-footed Ferret Recovery Implementation Team (BFFRIT), qui s'occupe du rétablissement du putois d'Amérique aux États-Unis sous la coordination du U.S. Fish & Wildlife Service, utilisera ses connaissances et son expérience de la gestion du putois d'Amérique pour aider à la réintroduction de l'espèce au Canada. Des travaux approfondis d'analyse et de planification ont déjà été effectués en vue de cette réintroduction; ils seront décrits en détails dans un plan d'action qui suivra le programme de rétablissement. Cette réintroduction expérimentale sera gérée avec souplesse; elle fera l'objet de contrôles fréquents pour atténuer les effets négatifs et stimuler au besoin la croissance de la population par l'ajout de sujets supplémentaires. Les enseignements de la campagne canadienne de réintroduction seront utiles aux autres efforts de réintroduction de l'espèce sur l'ensemble de son ancienne aire de répartition internationale.

La peste sylvatique, les maladies naturelles (virus de la maladie de Carré et de la rage) et la prédation sont les principales menaces au rétablissement du putois. D'autres menaces comme l'empoisonnement des spermophiles de Richardson et des chiens de prairie (Cynomys ludovicianus), le changement climatique (sécheresses plus fréquentes) et la réduction de la diversité génétique risquent également de faire obstacle aux efforts de rétablissement.

Comme les colonies canadiennes de chiens de prairie ne couvrent qu'environ 1 000 hectares, les limites de l'habitat propice risquent de nuire considérablement aux efforts de rétablissement du putois. Le putois d'Amérique est extrêmement dépendant des chiens de prairie qui sont pour lui une proie et dont les terriers lui permettent de s'abriter, d'échapper à ses prédateurs et d'élever ses petits. Des efforts importants pourraient être nécessaires pour faire en sorte que l'habitat des chiens de prairie soit assez grand pour permettre d'atteindre l'objectif de rétablissement du putois.

Le rétablissement du putois d'Amérique est jugé faisable au Canada. L'objectif consiste à établir une population sauvage de l'espèce dont la probabilité de survie sur 20 ans atteindra au moins 80 % (probabilité d'extinction inférieure à 20 % sur 20 ans). Il n'est pas possible à l'heure actuelle de fixer des objectifs précis pour la taille de la population puisqu'on ignore toujours quelle pourra être la capacité de charge de l'aire de répartition canadienne. De nombreux facteurs seront évalués après les réintroductions initiales pour permettre une estimation des objectifs futurs en matière de population.

Le présent programme décrit les objectifs de rétablissement, les lacunes des connaissances, les mesures prises jusqu'à ce jour, les étapes précises à franchir pour atteindre les objectifs de rétablissement et les succès remportés jusqu'à maintenant.

Le présent document définit l'habitat essentiel du putois d'Amérique, dont les limites coïncident avec celles des colonies canadiennes de chiens de prairie telles que cartographiées en 2007. Il présente également une liste des activités qui risquent de détruire cet habitat ainsi qu'un calendrier des travaux prévus pour l'améliorer. Un plan d'action décrivant les méthodes envisagées existe déjà à l'état d'ébauche et sera achevé d'ici septembre 2009. Les premiers lâchers de putois d'Amérique seront effectués à l'automne 2009.

Introduction