Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'onagre à fruits tordus (Camissonia contorta) au Canada

Loi sur les espèces en péril Série de programmes de rétablissement

2011

Tables des matières

Citation recommandée :

Agence Parcs Canada. 2011. Programme de rétablissement de l’onagre à fruits tordus (Camissonia contorta) au Canada [Proposition], Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Agence Parcs Canada, Ottawa, vii + 33 p.

Pour obtenir des exemplaires du programme de rétablissement ou un complément d’information sur les espèces en péril, incluant les rapports de situation du COSEPAC, les descriptions de la résidence, les plans d’action et d’autres documents connexes sur le rétablissement, veuillez consulter le Registre public des espèces en péril (www.sararegistry.gc.ca).

Illustration de la couverture : Onagre à fruits tordus – Photo : M. Fairbarns.

Also available in English under the title
“Recovery Strategy for Contorted-pod Evening-primrose (Camissonia contorta) in Canada [Proposed].”

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Environnement, année . Tous droits réservés.

ISBN à venir
N° de catalogue à venir

Le contenu (à l’exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, à condition que la source soit dûment citée.

Haut de la page

Préface

En vertu de l’Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux signataires ont convenu d’adopter une législation et des programmes complémentaires qui assureront la protection des espèces en péril partout au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) (L.C. 2002, ch. 29), les ministres fédéraux compétents sont responsables de l’élaboration des programmes de rétablissement pour les espèces désignées disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et sont tenus de rendre compte des progrès réalisés d’ici cinq ans.

Le ministre responsable de l’Agence Parcs Canada et le ministre de l’Environnement sont les ministres compétents pour le rétablissement de l’onagre à fruits tordus et ont élaboré le présent programme, conformément à l’article 37 de la LEP, en collaboration avec l’équipe de rétablissement de l’onagre à fruits tordus. Ce programme a été préparé sous la direction de l’Agence Parcs Canada, en collaboration avec le gouvernement de la Colombie-Britannique et Environnement Canada.

Il va sans dire que ni l’Agence Parcs Canada, ni Environnement Canada ni aucune autre instance ne peuvent mener ce programme de rétablissement à bien sans l’engagement et la coopération des nombreuses parties qui seront appelées à participer à la mise en œuvre des orientations et mesures préconisées. Tous les Canadiens et les Canadiennes sont également invités à appuyer le programme et à contribuer à sa mise en œuvre dans l’intérêt de l’espèce et de la société canadienne dans son ensemble.

Le présent programme de rétablissement sera suivi d’un ou de plusieurs plans d’action qui exposeront les mesures que doivent prendre l’Agence Parcs Canada, Environnement Canada et les autres instances et organisations participantes pour assurer la conservation de l’espèce. La mise en œuvre du présent programme demeure assujettie aux crédits, aux priorités et aux contraintes budgétaires des compétences responsables et organisations participantes.

Haut de la page

Énoneé de recommandation et d’approbation

L’Agence Parcs Canada a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement du gouvernement fédéral, en collaboration avec l’autre ministre compétent (ou les autres ministres compétents) dont relève l’espèce en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Le directeur général, suivant la recommandation du directeur de parc et du directeur d’unité de gestion (Parcs Canada), approuve le présent document, attestant ainsi qu’il est conforme aux exigences relatives aux programmes de rétablissement des articles 37 à 42 de la Loi sur les espèces en péril.

Recommandé par :
___________________________________________________
Wayne Bourque
Directeur, Réserve de parc national du Canada des Îles-Gulf


Recommandé par :
___________________________________________________
Steve Langdon
Directeur d'unité de gestion, Côte de al Colombie-Britannique


Recommandé par :
___________________________________________________
Alan Latourelle
Directeur général, Agence Parcs Canada



 

Tous les ministres compétents ont approuvé la publication du présent programme de rétablissement dans le Registre public des espèces en péril.

Haut de la page

Remerciements

Matt Fairbarns, d’Aruncus Consulting, et Ross Vennesland, de l’Agence Parcs Canada, ont rédigé le présent programme de rétablissement, sous la supervision d’un groupe consultatif d’experts techniques formé de Brenda Costanzo et de Ted Lea, du ministère de l’Environnement (Ministry of Environment) de la Colombie-Britannique, de Matt Fairbarns, et de Ross Vennesland et de Conan Webb, de l’Agence Parcs Canada. Le soutien financier nécessaire à l’élaboration du programme de rétablissement a été fourni par l’Agence Parcs Canada. Louise Blight, Jeff Brown, Trudy Chatwin, Marilyn Fuchs, Todd Golumbia, Stephanie Hazlitt, Greg MacMillan, Bonnie McKenzie, Kari Nelson, Jillayne Peers, Richard Pither, Lucy Reiss, Dan Shervill, Kara Vlasman, Leah Westereng et Patrick Yarnell ont également collaboré à l’élaboration du présent programme de rétablissement.

Haut de la page

Sommaire

L’onagre à fruits tordus (Camissonia contorta) a été désignée « espèce en voie de disparition » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en avril 2006 et inscrite à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en décembre 2007.

L’onagre à fruits tordus est une annuelle qui se rencontre de la Colombie-Britannique à la Californie et, vers l’est, jusqu’en Idaho et dans l’ouest du Nevada. Elle est classée non en péril à l’échelle mondiale. Neuf populations ont été trouvées au Canada, mais l’une d’entre elles est aujourd’hui tenue pour disparue (observée pour la dernière fois en 1893). Au Canada, l’onagre à fruits tordus est confinée aux zones côtières du sud-est de l’île de Vancouver et aux îles Gulf du Sud et du Nord, qui constituent la limite septentrionale de son aire de répartition mondiale. Au Canada, elle se rencontre uniquement dans des habitats d’arrière-plage de sable. Elle préfère les milieux ouverts de faible altitude (moins de 100 m) qui demeurent humides en hiver et au printemps mais qui sont très secs à partir du milieu de l’été.

Les principales menaces qui pèsent sur l’onagre à fruits tordus sont la destruction de son habitat, les activités récréatives, les plantes envahissantes et divers facteurs limitatifs comme les contraintes découlant de la faible taille de ses populations (vraisemblablement inférieure à la taille minimale d’une population viable dans tous les cas).

Le but global du présent programme de rétablissement (pour la période 2011 à 2020) est d’assurer le maintien de neuf populations viables au Canada. À cette fin, le présent programme de rétablissement propose quatre objectifs en matière de population et de répartition. Ces objectifs ne sont pas présentés ci-dessous par ordre de priorité (voir le tableau 4 pour connaître l’ordre de priorité des activités recommandées).

  1. Préserver la zone d’occurrence connue de l’espèce au Canada (d’ici 2015).
  2. Faire en sorte que les populations maintiennent leur taille actuelle ou augmentent à tous les sites actuellement occupés par l’espèce (d’ici 2015).
  3. Faire en sorte que les huit populations existantes atteignent et conservent la taille minimale d’une population viable (d’ici 2020).
  4. Établir une population additionnelle (pour remplacer la population reconnue comme disparue) à un site comportant des parcelles d’habitat propice compris dans l’aire de répartition connue de l’espèce au Canada et veiller à ce que cette population conserve au moins la taille minimale d’une population viable (d’ici 2020).

Les approches générales additionnelles suivantes sont recommandées pour le rétablissement de l’espèce : conservation des populations; réalisation de travaux de recherche prioritaires visant à combler les principales lacunes dans les connaissances; cartographie, inventaire et surveillance des populations existantes et des sites candidats en vue de l’établissement d’une population en remplacement de la population disparue; restauration et augmentation des populations; éducation du public et vulgarisation.

Le présent programme de rétablissement propose une désignation de l’habitat essentiel de l’onagre à fruits tordus nécessaire pour assurer la survie et l’expansion limitée de sept des huit populations existantes. Cette désignation n’est cependant pas suffisante pour atteindre les objectifs en matière de population et de répartition. Des mesures sont recommandées pour désigner d’autres parcelles d’habitat essentiel et atteindre ces objectifs.

Un ou plusieurs plans d’action pour le rétablissement de l’onagre à fruits tordus seront publiés dans le Registre public des espèces en péril d’ici mars 2015.

Résumé du caractère réalisable du rétablissement

Le rétablissement de l’onagre à fruits tordus au Canada est jugé réalisable selon les critères énoncés par le gouvernement du Canada (2009) (voir le tableau ci-dessous).

Critère de rétablissementFaisabilité pour l’onagre à fruits tordus
1. Des individus de l’espèce sauvage qui peuvent se reproduire sont présents maintenant ou le seront dans un avenir rapproché pour maintenir la population ou augmenter son abondance.Oui. Toutes les populations existantes produisent des graines.
2. Une superficie suffisante d’habitat convenable est à la disposition de l’espèce, ou pourrait l’être par des activités de gestion ou de restauration de l’habitat.Oui. L’onagre à fruits tordus a des besoins très particuliers en matière d’habitat, mais un certain nombre de sites occupés et d’autres parcelles inoccupées semblent propices à l’espèce.
3. Les menaces importantes auxquelles fait face l’espèce ou son habitat (y compris les menaces à l’extérieur du Canada) peuvent être éliminées ou atténuées.Oui. Les mesures recommandées au tableau 4 devraient permettre d’atténuer les menaces qui pèsent sur l’espèce ou sur son habitat.
4. Des techniques de rétablissement existent pour atteindre les objectifs relatifs à la population et à la répartition ou peuvent raisonnablement être élaborées dans un délai raisonnable.Oui. À court terme, les mesures de rétablissement seront principalement axées sur l’atténuation des menaces, mais à plus long terme, elles porteront sur l’élaboration de techniques permettant de ré-établir des populations disparues.
Introduction