Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Bruant des prés de la sous-espèce princeps

Plan de gestion du Bruant des prés de la sous-espèce princeps

(Passerculus sandwichensis princeps)

au Canada [PROPOSITION]

 Bruant des prés de la sous-espèce princeps

Juillet 2006

 

La série de Plans de gestion de la Loi sur les espèces en péril

Qu’est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l’une des pierres d’assise de l’effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, à  « favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu’elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées ».

Qu’est-ce qu’une espèce préoccupante?

Selon la LEP, une espèce préoccupante est une espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou une espèce en voie de disparition par l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces signalées à son égard. Les espèces préoccupantes sont inscrites à la Liste des espèces en péril de la LEP.

Qu’est-ce qu’un plan de gestion?

Selon la LEP, un plan de gestion est un document de planification orienté vers l’action qui identifie les activités de conservation et les mesures relatives à l’utilisation des terres, en vue d’empêcher à tout le moins que l’espèce préoccupante ne devienne menacée ou en voie de disparition. Pour de nombreuses espèces, le but ultime d’un plan de gestion est de réduire les menaces d’origine anthropique et de retirer l’espèce de la Liste des espèces en péril. Le plan fixe des buts et des objectifs, identifie les menaces et propose diverses activités visant à réduire ces dernières.

L’élaboration de plans de gestion est obligatoire en vertu des articles 65 à 72 de la LEP (http://www.registrelep-sararegistry.gc.ca/approach/act/default_f.cfm).

Un plan de gestion doit être préparé au plus tard trois ans après l’inscription de l’espèce à la Liste des espèces en péril. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de cinq ans.

Et ensuite?

Les recommandations contenues dans un plan de gestion permettront aux compétences, aux collectivités, aux utilisateurs des terres et aux conservationnistes de mettre en œuvre des mesures de conservation qui auront des effets préventifs ou réparateurs. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes pour prévenir qu’une espèce ne devienne plus en péril, la mise en œuvre de telles mesures peut même éviter d’importantes dépenses futures.

La série de Plans de gestion

Cette série présente les plans de gestion élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s’ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril de la LEP et que les plans de gestion existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de conservation, veuillez consulter le Registre public de la LEP (http://www.registrelep.gc.ca)et le site Web du Secrétariat du rétablissement (http://www.sararegistry.gc.ca/sar/recovery/default_f.cfm).

Référence recommandée :

Environnement Canada. 2006. Plan de gestion du Bruant des prés de la sous-espèce princeps (Passerculus sandwichensis princeps) au Canada [Proposition], Série de Plans de gestion de la Loi sur les espèces en péril, Environnement Canada, Ottawa, v + 21 p.

 Exemplaires supplémentaires : 

Il est possible de télécharger des exemplaires de la présente publication à partir du Registre public de la Loi sur les espèces en péril ( http://www.registrelep.gc.ca) 

Illustration de la couverture : Bruant des prés de la sous‑espèce princeps, par Lloyd Fitzgerald © 1974. Autorisation accordée par Wayne Stobo. 

Also available in English under the title:

“Management Plan for the Savannah Sparrow, princeps subspecies (Passerculus sandwichensis princeps), in Canada [Proposed]”

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Environnement, 2006. Tous droits réservés.

ISBN      à venir

No de cat. à venir

Le contenu (à l’exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, mais en prenant soin d’indiquer la source.

Déclaration

Environnement Canada a élaboré son plan de gestion pour leBruant des prés de la sous-espèce princeps tel que l’exige la Loi sur les espèces en péril. Le présent plan de gestion proposé a été préparé en collaboration avec les compétences responsables de l’espèce, tel qu’il est décrit dans la préface.

Réussir à conserver cette espèce dépendra de l’engagement et de la collaboration d’un grand nombre de parties concernées qui participeront à la mise en œuvre des orientations formulées dans le présent plan. Cette réussite ne pourra reposer sur Environnement Canada ou sur toute autre compétence seulement. Dans l’esprit de l’Accord pour la protection des espèces en péril, le ministre de l’Environnement invite toutes les Canadiennes et tous les Canadiens à se joindre à Environnement Canada pour appuyer le présent plan et le mettre en œuvre, pour le bien du Bruant des prés de la sous-espèce princeps et de l’ensemble de la société canadienne. Environnement Canada s’appliquera à appuyer la mise en œuvre du présent plan, compte tenu des ressources disponibles et des diverses priorités à l’égard de la conservation des espèces en péril. Le ministre rendra compte des progrès réalisés d’ici cinq ans.

Compétences responsables

Environnement Canada

Gouvernement de la Nouvelle‑Écosse

Auteur

Andrew G. Horn

Département de biologie

Dalhousie University

Halifax (Nouvelle‑Écosse)

B3H 4J1

Remerciements

L’auteur tient tout particulièrement à remercier Andrew Boyne, du Service canadien de la faune, de lui avoir donné la possibilité de rédiger ce rapport et de l’avoir guidé tout au long de ce travail. Andrew Boyne, Ian McLaren, Phil Taylor, Wayne Stobo, Julie McKnight et Doug Bliss ont formulé des commentaires utiles sur les ébauches antérieures. La Section de l’évaluation environnementale d’Environnement Canada (Région de l’Atlantique) a produit le texte des passages ayant trait à l’évaluation environnementale. Marty Leonard, Zoe Lucas, Ian McLaren, Steve Mockford, Dave Patriquin, Jim Rising et Bob Zink ont fourni de précieux renseignements inédits. Il importe de remercier tout particulièrement Gerry Forbes, Zoe Lucas et Ian McLaren de leur appui constant aux activités visant à mieux comprendre l’écologie de cet oiseau et de l’île qui lui sert de territoire de nidification. Et enfin, il faut remercier la Section de la conservation des habitats du Service canadien de la faune pour les conseils formulés et la Section du rétablissement du Service canadien de la faune pour les conseils et les efforts entourant la préparation de l’affichage du présent document.

Évaluation environnementale stratégique

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée dans le cadre de tous les documents de planification du rétablissement en vertu de la LEP conformément à la Directive du Cabinet de 1999 sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L’objet de l’EES est d’incorporer les considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairées du point de vue de l’environnement.

La planification de la gestion vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant reconnu que des plans de gestion peuvent, par inadvertance, produire des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des lignes directrices nationales tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des incidences possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l’EES sont directement inclus dans le plan de gestion lui-même, mais également résumés ci-dessous. 

Le présent plan de gestion favorisera clairement l’environnement en encourageant la conservation du Bruant des prés de la sous-espèce princeps. La possibilité que le plan produise par inadvertance des effets négatifs sur d’autres espèces a été envisagée. L’EES a permis de conclure que le présent plan sera clairement favorable à l’environnement et n’entraînera pas d’effets négatifs significatifs. Consultez plus particulièrement les sections suivantes du document : Présentation générale (section 2); Approche recommandée, portée des efforts de gestion (section 3.3).

Préface

Le Bruant des prés de la sous-espèce princeps (« Bruant d’Ipswich ») est un oiseau migrateur visé par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, et la gestion de cette espèce relève de la responsabilité du gouvernement fédéral. La Loi sur les espèces en péril (LEP, article 65) oblige le ministre compétent à élaborer un plan de gestion pour chaque espèce préoccupante inscrite. Le Bruant des prés de la sous-espèce princeps a été ajouté à la liste de la LEP en juin 2003 à titre d’espèce préoccupante. Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada (Région de l’Atlantique) a dirigé l’élaboration du présent plan de gestion. Le gouvernement de la Nouvelle‑Écosse, la seule compétence responsable, en a examiné et approuvé le contenu. Le plan proposé répond aux exigences de la LEP du point de vue du contenu et du processus (articles 65 et 66). Il a été rédigé en collaboration ou en consultation avec les groupes suivants :

  • La compétence provinciale du territoire où se trouve l’espèce – Gouvernement de la Nouvelle‑Écosse.
  • Groupes autochtones – Nova Scotia Native Council et Confederacy of Mainland Mi'kmaq.
  • Groupes environnementaux non gouvernementaux – Sable Island Preservation Trust et Nova Scotia Bird Society.
  • Intervenant de l’industrie – Office Canada‑Nouvelle‑Écosse des hydrocarbures extracôtiers.
  • Propriétaire foncier – Ministère des Pêches et des Océans.

Il s’agit ici du premier plan de gestion à figurer dans le Registre public de la Loi sur les espèces en péril.

Sommaire

Le Bruant des prés de la sous-espèce princeps (Passerculus sandwichensis princeps) (« Bruant d’Ipswich ») figure sur la liste des espèces préoccupantes au Canada. Cette sous-espèce se distingue, par sa morphologie et son comportement, des populations de Bruants des prés « typiques » qui sont plus répandues. Elle niche presque exclusivement sur l’île de Sable, à 150 km au sud-est de la Nouvelle‑Écosse continentale et elle hiverne sur les dunes des côtes de la Nouvelle‑Écosse à la Floride. À la lumière des recensements réalisés sur les sites de reproduction depuis 1967, les chercheurs estiment que l’effectif de la population adulte varie de 1250 à 3400 individus, bien qu’un recensement effectué selon des méthodes différentes ait produit une estimation de 5962 individus en 1998. Cet oiseau se caractérise par un taux de reproduction très élevé; il commence à nicher au cours de sa deuxième année. Le taux de survie des adultes est relativement élevé pour un passereau migrateur (de 28 à 42 %), et le succès d’envol est lui aussi très élevé (de 72 à 84 %); les couples produisent de deux à trois couvées par saison. La population n’est actuellement soumise à aucune menace connue, mais la superficie très restreinte de son aire de répartition la rend vulnérable à toute menace locale qui pourrait apparaître. La population semble effectivement avoir été temporairement réduite de la moitié environ, à la fin des années 1970, probablement en raison de la rigueur des conditions météorologiques pendant la migration et l’hivernage. En pareilles circonstances, certains facteurs, autrement inoffensifs, peuvent devenir des menaces sérieuses, il en est ainsi entre autres pour la prédation, l’activité humaine, la perte d’habitat, les fluctuations démographiques stochastiques et la perte de diversité génétique.

En raison de son aire de répartition limitée, cette sous-espèce ne devrait probablement jamais être reclassée dans une catégorie de moindre risque. Le présent plan de gestion vise d’abord et avant tout à maintenir l’effectif de la population nicheuse de Bruants des prés de la sous-espèce princeps à son niveau actuel. Voici les objectifs du plan :

                     i.           Maintenir l’effectif de la population nicheuse à son niveau actuel, en prévoyant qu’il pourrait chuter en deçà du seuil fixé à la suite d’hivers particulièrement rigoureux.

                   ii.           Préserver la superficie et la composition actuelles de l’habitat de reproduction.

                  iii.           Éliminer ou réduire les menaces qui pèsent sur le Bruant des prés de la sous‑espèce princeps ainsi que sur son habitat de reproduction et d’hivernage.

Pour atteindre ces objectifs, il faudra prendre les mesures suivantes : 1) effectuer des activités de suivi de la population nicheuse; 2) effectuer des activités de suivi de l’habitat de reproduction; 3) examiner le statut de l’île de Sable en matière de conservation; 4) assurer le respect de la réglementation en vigueur à l’île de Sable; 5) adopter une approche préventive à l’égard des projets susceptibles d’avoir des répercussions sur le Bruant des prés de la sous‑espèce princeps; 6) conserver la population hivernante et son habitat; 7) mettre en oeuvre des programmes de sensibilisation et de communication.

Table des Matières