Plan de gestion pour kiyi, des Grands Lacs supérieurs (Coregonus kiyi kiyi) au Canada

Table des matières

Liste des figures

  • Figure 1. Cisco kiyi (Coregonus kiyi)
  • Figure 2. Aire de répartition mondiale du kiyi
  • Figure 3. Aire de répartition canadienne du kiyi (des Grands Lacs supérieurs)

Liste des tableaux

  • Tableau 1. Rang de conservation aux échelles mondiale, nationale et infranationale du kiyi
  • Tableau 2. Classification des menaces pour le kiyi
  • Tableau 3. Résumé des relevés effectués récemment par divers organismes dans le lac Supérieur
  • Tableau 4. Calendrier de mise en œuvre

Kiyi

Dessin du Cisco kiyi (Coregonus kiyi) © Joseph Tomelleri

À propos de la série des plans de gestion de la Loi sur les espèces en péril

Qu'est-ce que la Loi sur les espèces en péril(LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l'une des pierres d'assise de l'effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, à « favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées ».

Qu'est-ce qu'une espèce préoccupante?

Selon la LEP, une espèce préoccupante est une espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou une espèce en voie de disparition par l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces signalées à son égard. Les espèces préoccupantes sont inscrites sur la Liste des espèces en péril de la LEP.

Qu'est-ce qu'un plan de gestion?

Selon la LEP, un plan de gestion est un document de planification axé sur l'action qui désigne les activités de conservation et les mesures relatives à l'utilisation des terres qu'il faut prendre pour éviter, à tout le moins, que l'espèce préoccupante ne devienne menacée ou en voie de disparition. Pour de nombreuses espèces, l'objectif ultime du plan de gestion sera d'atténuer les menaces d'origine humaine et de radier ces espèces de la Liste des espèces en péril. Le plan établit des buts et des objectifs, définit les menaces et indique les principaux champs des activités à entreprendre pour contrer ces menaces.

L'élaboration de plans de gestion est obligatoire en vertu des articles 65 à 72 de la LEP.

Le plan de gestion doit être préparé au plus tard trois ans après l'inscription de l'espèce sur la Liste des espèces en péril. Dans le cas des espèces qui ont été inscrites sur la liste lorsque la LEP a été adoptée, le délai est de cinq ans.

Quelle est la prochaine étape?

Les orientations contenues dans le plan de gestion permettront aux entités responsables, aux collectivités, aux utilisateurs des terres et aux agents de protection de la nature de mettre en œuvre des mesures de conservation qui auront des effets préventifs ou de rétablissement. Le manque de certitude scientifique ne doit pas justifier de retarder la prise de mesures rentables pour éviter qu'une espèce ne devienne davantage en péril; la mise en œuvre de telles mesures pourrait en effet entraîner d'importantes économies de coûts pour l'avenir.

La série

La série présente les plans de gestion élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s'ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites sur la Liste des espèces en péril et que les plans de gestion seront mis à jour.

Pour en savoir davantage

Pour en savoir davantage sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de conservation, veuillez consulter le Registre public de la LEP.

Plan de gestion pour kiyi, des Grands Lacs supérieurs (Coregonus kiyi kiyi) au Canada
[Proposition]
2014

Citation recommandée

Pêches et Océans. 2014. Plan de gestion pour kiyi, des Grands Lacs supérieurs (Coregonus kiyi kiyi) au Canada [Proposition]. Série des plans de gestion de la Loi sur les espèces en péril. Pêches et Océans Canada, Ottawa, viii+ 32 p.

Exemplaires supplémentaires

Il est possible de télécharger des exemplaires de la présente publication à partir du Registre public de la LEP.

Illustration de la couverture

© Joseph Tomelleri

Also available in English under the title:
"Management Plan for Kiyi, Upper Great Lakes
(Coregonus kiyi kiyi) in Canada"

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Pêches et des Océans, 2014. Tous droits réservés.
ISBN
Numéro de catalogue :

Le contenu du présent document (à l’exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, à condition que la source soit adéquatement citée.

Préface

Le kiyi est un poisson d'eau douce qui relève de la responsabilité du gouvernement fédéral. Le ministre des Pêches et des Océans est un « ministre compétent » en matière d'espèces aquatiques en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Étant donné que le kiyi (des Grands Lacs supérieurs) se trouve également dans l'aire marine nationale de conservation du lac SupérieurNote de bas de page 1 proposée, administrée par l’Agence Parcs Canada, le ministre de l'Environnement deviendra un « ministre compétent » en vertu de la Loi sur les espèces en péril si cette aire marine nationale est créée. Le kiyi (des Grands Lacs supérieurs) a été désigné « espèce préoccupante » en vertu de la Loi sur les espèces en péril en mai 2005. Les populations du lac Ontario ont été déclarées « disparues » et ne sont donc pas couvertes par le présent document. La LEP (article 65) stipule que les ministres compétents doivent préparer des plans de gestion pour les espèces inscrites comme espèces préoccupantes. L'élaboration du présent plan de gestion a été dirigée par Pêches et Océans Canada, région du Centre et de l'Arctique, en collaboration et en consultation avec plusieurs personnes, organismes et agences gouvernementales, notamment la province de l'Ontario. Ce plan répond aux exigences de la Loi sur les espèces en péril en matière de contenu (LEP, articles 65 à 67).

La réussite de la conservation de cette espèce dépend de l'engagement et de la collaboration des nombreuses parties qui participeront à la mise en œuvre des orientations formulées dans le présent plan et ne peut reposer uniquement sur Pêches et Océans Canada et sur l'Agence Parcs Canada ou sur une autre autorité. Le plan vise à guider les administrations et les organisations qui participent ou qui souhaitent participer aux activités de conservation de l'espèce. Dans l'esprit de l'Accord national pour la protection des espèces en péril, le ministre des Pêches et des Océans et le ministre de l'Environnement invitent toutes les instances responsables ainsi que tous les Canadiens à se joindre à Pêches et Océans Canada et à l'Agence Parcs Canada pour appuyer le présent plan et le mettre en œuvre au profit du kiyi et de l'ensemble de la société canadienne. Les ministres compétents rendront compte des progrès réalisés d’ici cinq ans.

Remerciements

Pêches et Océans Canada tient à remercier les auteurs suivants pour leur rôle dans l'élaboration de la première ébauche du présent plan de gestion : Peter L. Jarvis et Shelly Dunn. Par ailleurs, les personnes et organisations suivantes ont apporté leur aide lors des étapes de révision, d'élaboration ou de mise à jour du plan de gestion : Peter Ross (ministère de la Justice); l'Agence Parcs Canada (Joanne Tuckwell et Chantal Vis); le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario (MRNO) (Scott Reid, Section de recherche-développement en matière de pêche; Alan Dextrase, Section de la biodiversité; Lloyd Mohr, Ken Cullis et Eric Berglund, Unité de gestion des ressources des Grands Lacs supérieurs; Amelia Argue, Direction des espèces en péril); l'Équipe de rétablissement des poissons d'eau douce de l'Ontario, notamment Tom Pratt (Pêches et Océans Canada (MPO), Laboratoire des Grands Lacs pour les pêches et les sciences aquatiques); la Station biologique du lac Supérieur du United States Geological Survey (USGS) (Daniel Yule et Owen Gorman) en ce qui a trait aux renseignements concernant les relevés récents de ciscos, et le Minnesota Department of Natural Resources (Don Schreiner, Lake Superior Area Fisheries Office) en ce qui a trait aux renseignements concernant les pêches commerciales aux cyprinidés dans la partie américaine du lac Supérieur. Les cartes ont été élaborées pour le MPO par Shady Abbas.

Évaluation environnementale stratégique

Conformément à la Directive du Cabinet sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes, tous les documents de planification du rétablissement sont soumis à une évaluation environnementale stratégique (EES). Ce type d'évaluation vise à intégrer des considérations environnementales dans l'élaboration de politiques publiques, de plans et de propositions de programme pour appuyer une prise de décision éclairée en matière d'environnement.

La planification du rétablissement vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général, mais certains plans peuvent avoir des effets imprévus sur l'environnement qui vont au-delà des avantages recherchés. Le processus de planification du rétablissement est fondé sur des lignes directrices nationales et tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des répercussions possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l'EES sont directement intégrés au plan de gestion, mais ils sont également résumés ci-après.

Le présent plan de gestion aura manifestement des répercussions positives sur l'environnement en favorisant la conservation du kiyi. La possibilité que ce plan ait des répercussions nuisibles non voulues sur d'autres espèces a été prise en compte. Voir plus particulièrement les parties suivantes du document : Besoins en matière d'habitat et besoins biologiques (Partie 1.4.1); Rôle écologique (Partie 1.4.2); Facteurs limitatifs (1.4.3); Description des menaces (1.5.2); Mesures de gestion (Partie 2.3) et Effets sur les autres espèces (Partie 2.5). L'EES a permis de conclure que le plan de gestion permettra très certainement de protéger l'environnement et n'aura pas d'effets nocifs notables.

Sommaire

En 2005, le cisco kiyi (des Grands Lacs supérieurs) a été désigné comme une espèce préoccupante au Canada par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et a été inscrit en 2007 à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Cette désignation par le COSEPACa été faite sur la base de la disparition de l'espèce dans le lac Huron (ainsi que dans le lac Michigan aux États-Unis); la présence du kiyi est ainsi restreinte au lac Supérieur. Il semble que l'introduction d'espèces envahissantes et l'exploitation soient les causes principales du rétrécissement de l'aire de répartition du kiyi, et que la destruction de son habitat, l'eutrophisation et les rejets toxiques soient aussi probablement en cause. Une sous-espèce qui peuplait le lac Ontario par le passé a été déclarée « disparue » par le COSEPACet n'est donc pas couverte par le présent document.

Le kiyi est un cisco de profondeur de la famille des salmonidés. Il existe d'autres espèces de ciscos de profondeur dans le lac Supérieur, comme le cisco de fumage et le cisco à mâchoires égales; pour sa part, le cisco ou hareng de lac est une espèce des eaux peu profondes. Le kiyi, dont le corps est principalement allongé et argenté, peut mesurer plus de 300 mm de long et peser plus de 125 grammes (g.) cependant, sa taille est habituellement comprise entre 100 et 200 mm et son poids entre 20 et 40 g. Le kiyi est plus abondant dans les eaux hauturières et peut se trouver à n'importe quelle profondeur, mais il est généralement plus abondant entre 100 et 200 m en journée et à moins de 75 m la nuit. Pour chasser sa proie principale, la mysis spp, et échapper à son plus grand prédateur, le touladi, le kiyi effectue une migration verticale diurne, se déplaçant à la surface de la colonne d'eau pendant la nuit puis rejoignant des eaux plus profondes pendant la journée. En général, la biomasse du kiyi n'a pas été bien évaluée car aucune étude ciblée et exhaustive n'a été réalisée et les espèces de ciscos peuvent s'avérer difficiles à distinguer. Il est difficile d'estimer de façon appréciable l'abondance à long terme du kiyi, mais l'espèce semble être largement répartie dans le lac Supérieur.

L'implantation d'espèces envahissantes dans le lac Supérieur (notamment la lamproie marine, le gaspareau et l'éperlan arc-en-ciel) a entraîné une modification fondamentale de la communauté de poissons et est susceptible de représenter une menace pour le kiyi sous forme de concurrence et de prédation. Bien que les connaissances sur le kiyi soient limitées, les renseignements concernant d'autres corégonidés plus connus (par exemple (p. ex.), Stockwell et al. 2009 à propos du cisco) peuvent être utilisés pour mieux comprendre le kiyi lorsque l'on estime que les caractéristiques du cycle biologique sont similaires. Par exemple, des comparaisons croisées entre plusieurs lacs portant sur d'autres corégonidés (kiyi exclu) ont montré que l'apparition de fortes classes d’âge s'était produite en même temps dans les lacs Huron, Michigan et Supérieur (Gorman et Bunnell 2011), permettant de supposer une relation entre les besoins du cisco pendant les premiers stades de son cycle biologique et les variations des facteurs climatiques régionaux, et faisant ressortir une influence similaire de la phénologie sur la réussite du recrutement à l'âge 1 (Stockwell et al. 2009).

Dans le cadre de la gestion durable de l'espèce, il est essentiel de mettre en place un cadre de recherche global permettant de mieux comprendre la dynamique et les phénomènes écologiques entourant les populations de kiyi. L'objectif à long terme du présent plan de gestion consiste à garantir la survie à long terme du kiyi dans l'ensemble de son aire de répartition actuelle dans le lac Supérieur. Les objectifs de gestion à court terme suivants ont été fixés pour les cinq prochaines années :

  1. déterminer l'état de santé et l'étendue des populations existantes, ainsi que leurs tendances en matière de démographie et d'habitat;
  2. améliorer les connaissances en ce qui a trait aux exigences biologiques, écologiques et en matière d'habitat de l'espèce;
  3. évaluer et atténuer les menaces pour l'espèce et son habitat;
  4. maintenir et accroître les populations existantes si possible;
  5. veiller à utiliser les ressources de façon efficace dans la gestion de l'espèce;
  6. faire connaître davantage le kiyi à la population et favoriser l'engagement du public dans la conservation de l'espèce.

Les approches à utiliser pour atteindre les objectifs décrits ci­dessus ont été divisées de façon thématique dans les cinq catégories suivantes, auxquelles correspondent des mesures clés :

Surveillance et évaluation

  • Établir des protocoles uniformes pour effectuer les relevés et la surveillance des populations de kiyi.
  • Intégrer les exigences à long terme en matière de surveillance du kiyi aux mesures existantes de relevés de la communauté de poissons.
  • Surveiller la situation des populations de mysis.
  • Surveiller la présence et l'arrivée éventuelle d'espèces envahissantes dans l'habitat du kiyi. Dans la mesure du possible, cette mesure doit être appliquée en coordination avec les programmes écosystémiques appropriés.

Gestion

  • Collaborer, par l'intermédiaire des réseaux déjà en place ainsi que des groupes, des initiatives et des équipes de gestion ou de rétablissement pertinents (p. ex. le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario), afin de coordonner la mise en œuvre de mesures de gestion profitant au kiyi.
  • Collaborer avec les chercheurs américains prenant part aux activités de gestion consacrées au lac Supérieur et avec ceux participant régulièrement aux relevés de kiyi (p. ex., United States Geological Survey).
  • Incorporer les connaissances dans une base de données centrale, comprenant les paramètres sur l'habitat, pour faciliter la synthèse et le transfert des données sur le kiyi.

Recherche et protection

  • Approfondir les connaissances générales sur le kiyi, notamment en matière de biologie et d'écologie, afin d'appuyer les efforts de planification de la conservation, plus particulièrement dans les domaines où il existe des lacunes dans les données.
  • Déterminer la quantité et la qualité de l'habitat requis pour garantir la conservation à long terme du kiyi et pour appuyer l'objectif de gestion à long terme.
  • Recueillir des renseignements sur la dynamique des populations de kiyi et des communautés de poissons associées, et notamment éclaircir le rôle joué par le kiyi dans la communauté de poissons du lac Supérieur et dans le réseau trophique des eaux hauturières.
  • Évaluer les menaces pour cerner les facteurs qui pourraient avoir une incidence sur le kiyi (p. ex., espèces envahissantes, eutrophisation, maladies) et élaborer des plans d'atténuation afin de tenir compte de ces facteurs. Ces données seront mises à jour à mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles.
  • Élaborer et mettre en œuvre un plan de surveillance de la conformité des activités susceptibles de nuire au kiyi (des Grands Lacs supérieurs) afin de sensibiliser davantage le public et de l'inciter à s'investir dans la conservation du kiyi.
  • Déterminer les mécanismes ayant mené à la perte des stocks de kiyi dans les lacs Huron, Ontario et Michigan afin de soutenir les efforts de conservation des populations de kiyi restantes.

Intendance et restauration

  • Coordonner les activités d'intendance et les programmes et initiatives déjà en place en matière de sensibilisation, de signalement et de surveillance des espèces aquatiques envahissantes (p. ex., le Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l'Ontario).
  • Promouvoir les initiatives d'intendance (p. ex., programmes de financement du fédéral et du provincial) liées à la conservation du kiyi et veiller à communiquer les renseignements sur les possibilités de financement des mesures d'intendance et de restauration aux groupes intéressés.

Sensibilisation et communication

  • Intégrer le kiyi aux plans de rétablissement écosystémique et soutenir les programmes de prévention, de contrôle et de sensibilisation aux espèces aquatiques envahissantes dans le cadre des programmes de communication et de sensibilisation, actuels et à venir.
  • Encourager la participation des communautés autochtones, en faisant part de leurs connaissances traditionnelles, à l'approfondissement des connaissances actuelles sur la biologie, l'écologie et la répartition du kiyi.
  • Sensibiliser les intervenants de l'industrie (p. ex., industrie du transport ou pêcheurs commerciaux), les groupes d'utilisateurs (p. ex., plaisanciers) et les propriétaires fonciers afin de les encourager à adopter des pratiques de gestion exemplaires des terres et des cours d'eau de manière à réduire les répercussions sur le kiyi.
  • Élaborer des documents éducatifs présentant les principales caractéristiques permettant de différencier les espèces de ciscos, et les distribuer aux principaux groupes et aux intervenants (p. ex., sociétés de transport, plaisanciers, pêcheurs commerciaux) qui sont de passage dans le bassin versant du lac Supérieur ou qui y habitent.

1. Information sur l'espèce

1.1 Information du COSEPAC sur l'évaluation de l'espèce

Date de l'évaluation : Mai 2005
Nom commun (population) : Kiyi des Grands Lacs supérieurs
Nom scientifique : Coregonus kiyi kiyiKoelz, 1929
Statut selon le COSEPAC: espèce préoccupante
Justification de la désignation : Actuellement, l'espèce se trouve uniquement dans le lac Supérieur; les sous-espèces ont disparu des lacs Huron et Michigan sous l'effet d'un ensemble de facteurs tels que l'exploitation et l'introduction d'espèces exotiques (envahissantes). La disparition des sous-espèces du lac Huron et du lac Michigan s'est produite il y a plus de trois générations. La population qui reste dans le lac Supérieur semble stable et fait l'objet d'une pêche réglementée de faible importance. D'autres menaces qui ont nui aux populations des lacs inférieurs, telles que l'introduction d'espèces envahissantesNote de bas de page 2, ne semblent pas importantes dans le lac Supérieur.
Présence au Canada : Ontario
Historique du statut selon le COSEPAC: Espèce désignée comme préoccupante en avril 1988. Division en deux sous-espèces (kiyi des Grands Lacs supérieurs et kiyi du lac Ontario) en mai 2005. Le kiyi des Grands Lacs supérieurs a été désigné comme espèce préoccupante en mai 2005. La dernière évaluation se fonde sur une mise à jour du rapport de situation.

1.2 Description

Le cisco kiyi (Coregonus kiyi; Koelz 1921) appartient à la sous-famille des corégoninés, qui fait partie de la famille des salmonidés. Il se caractérise par un corps allongé aux flancs comprimés, de grands yeux et une bouche terminale dont la mâchoire inférieure s’étend habituellement au-delà de la mâchoire supérieure (voir la figure 1). Il est généralement de couleur argentée avec des reflets roses à violets. Le dos est plus sombre (nageoires dorsale et caudale comprises), tandis que le ventre et les nageoires anale, pelviennes et pectorales sont blancs. Le cisco kiyi se distingue facilement des autres espèces de cisco de profondeur, telles que le cisco de fumage (C. hoyi) et le cisco à mâchoires égales (C. zenithicus) par sa combinaison unique de grands yeux et de longues nageoires paires. Toutefois, la différenciation certaine des espèces peut s'avérer difficile et nécessite une analyse d'un grand nombre de caractéristiques méristiques et morphométriques (Pratt et Mandrak 2007). Parmi les trois espèces de ciscos de profondeur, le cisco kiyi semble bénéficier de l'aire de répartition la plus profonde, suivi du cisco à mâchoires égales, tandis que le cisco de fumage occupe les zones moins profondes (Gorman et Todd 2005).

La longueur à la fourche du kiyi des Grands Lacs supérieurs (appelé kiyi dans la suite du texte) peut dépasser les 300 mm (Yule et al. 2013). Une étude récente couvrant neuf stations différentes du lac Supérieur et portant sur 845 kiyis capturés a enregistré des longueurs à la fourche allant de 41 à 254 mm (Gambleet al.2011a); une autre étude a relevé un éventail de taille similaire et une distribution bimodale des fréquences de la longueur, avec un mode à 130 mm et un entre 190 et 210 mm (Stockwellet al. 2010a). La masse corporelle est généralement comprise entre 10 et 60 g.et peut parfois dépasser 125 g.(calculé à partir des données d'Isaac 2010). Le développement sexuel du kiyi est rapide : la maturité sexuelle est rarement atteinte à deux et trois ans, mais est achevée à cinq ans (O. Gorman, United States Geological Survey, communication personnelle 2012). Bien que l'on connaisse mal la durée de vie du kiyi, peu d'individus de plus de 13 ans ont été observés (O. Gorman, United States Geological Survey [USGS], comm. pers. 2012), tandis que des relevés récents dans les eaux canadiennes ont révélé la présence de mâles âgés de 16 ans et de femelles âgées de 22 ans (Pratt et Chong 2012). D'autres résultats préliminaires de cette étude comparant le kiyi à trois autres espèces de ciscos ont montré, entre autres, que le kiyi est l'espèce la plus petite (longueur à la fourche et masse) et a la durée de vie la plus courte (jusqu'à 22 ans), le rapport des sexes le plus biaisé (77 % de femelles), l'estimation de mortalité annuelle la plus élevée et le coefficient de croissance le plus bas.

Figure 1. Cisco kiyi (Coregonus kiyi)
(© Joseph Tomelleri)

Figure 1. Dessin du Cisco kiyi (Coregonus kiyi) © Joseph Tomelleri (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description de la figure 1

La figure 1 montre une illustration en couleur d'un kiyi (Coregonus kiyi kiyi) de Joseph Tomelleri (qui en détient les droits d'auteur). C'est un poisson de couleur argenté avec une pigmentation d'un rouge bordeaux le long de son dos.

1.3 Populations et répartition

Aire de répartition

Aire de répartition mondiale

L'aire de répartition du kiyi se limite au lac Supérieur (Figure 2). Par le passé, des populations étaient présentes dans le lac Michigan et le lac Huron, et une sous-espèce (Coregonus kiyi orientalis) peuplait le lac Ontario.

Figure 2. Aire de répartition mondiale du kiyi
Les zones quadrillées indiquent les lacs desquels l'espèce a disparu, tandis que les zones en pointillés indiquent les aires de répartition actuelles de l'espèce dans le lac Supérieur (tiré de COSEPAC2005).

Aire de répartition mondiale du kiyi (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description de la figure 2

La figure 2 est intitulée « Aire de répartition mondiale du kiyi » et montre la région des Grands Lacs. Les zones quadrillées comprenant les lacs Huron, Michigan et Ontario indiquent les lacs desquels l'espèce a disparu, tandis que les zones en pointillés indiquent les aires de répartition actuelles de l'espèce dans le lac Supérieur. Cette figure renvoie au rapport du COSEPAC de 2005.

Aire de répartition canadienne

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a subdivisé les populations de kiyi en deux unités désignables (UD) au Canada. L'une regroupe des Grands Lacs supérieurs et l'autre inclut du lac Ontario (COSEPAC 2005). Ce plan de gestion ne couvre que l'unité désignable des Grands Lacs supérieurs, qui comprend uniquement la sous-espèce Coregonus kiyi kiyi présente dans le lac Supérieur (Figure 3), les populations du lac Huron semblant avoir disparu. La sous-espèce Coregonus kiyi orientalis, autrefois présente dans le lac Ontario et qui composait l'unité désignable du lac Ontario, a été déclarée disparue et ne sera donc pas couverte par le présent plan de gestion.

Figure 3. Aire de répartition canadienne du kiyi (des Grands Lacs supérieurs) (Coregonus kiyi kiyi)

Aire de répartition canadienne du kiyi (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description de la figure 3

La figure 3 s'intitule « Aire de répartition canadienne du kiyi, Grands Lacs supérieurs (Coregonus kiyi kiyi) ». Toutes les observations rapportées de kiyi sont incluses dans l'aire de distribution actuelle du lac Supérieur.

Taille, situation et tendances de la population

Taille, situation et tendances de la population à l'échelle mondiale

À l'échelle mondiale, le kiyi est considéré comme vulnérable et est désigné par le statut G3Note de bas de page 3; l'espèce est également considérée comme vulnérable en Ontario (NatureServe 2011) (tableau 1).

Tableau 1. Rang de conservation aux échelles mondiale, nationale et infranationale du kiyi
Rang de conservationClassement de la compétence
Mondial (G)G3 (dernière évaluation : 9 septembre 1996)
National (N)Canada: N3?
États-Unis: N3
Infranational (S)Canada: Ontario (S3)
États-Unis: Minnesota (S3), Michigan (S3), Wisconsin (S3S4)

Source : NatureServe (2011) (consultation le 3 octobre 2011).

Le kiyi semble être largement réparti dans le lac Supérieur et être une composante importante de la communauté de poissons pélagiques évoluant au-delà du rivage (plus de 80 m) (Gamble et al. 2011a), mais reste plus rare dans les communautés de poissons évoluant à proximité du rivage (moins de 80 m) (Gamble et al. 2011b).Le kiyi ne faisant pas l'objet d'un échantillonnage approfondi ou progressif, il n'est pas possible pour l'instant d'estimer la taille de la population et d'en dégager les tendances. L'utilisation des registres des pêches commerciales n'a pas permis de mesurer l’abondance historique car en général on ne séparait pas les différentes espèces de ciscos. Gorman et Todd (2005) ont déterminé que l'abondance du cisco de fumage et du kiyi avait augmenté (en comparant des données du début des années 1920 et des années 1950 aux relevés qu'ils ont menés entre 2001 et 2003) au détriment du cisco à mâchoires égales dans la plupart des écorégions du lac Supérieur. Ils ont conclu que le cisco de fumage était la principale espèce de cisco présente à une profondeur comprise entre 40 et 160 m, cette place revenant au kiyi pour les profondeurs supérieures à 160 m. Les données historiques regroupaient fréquemment les ciscos de profondeur, et la diversité morphologique au sein d'une même population et entre les populations, ainsi qu'entre les espèces, a été à l'origine de nombreuses erreurs d'identification.

Entre mai 2001 et octobre 2005, l’USGS a entrepris des travaux d'échantillonnage à divers endroits hauturiers (plus de 80 m. du rivage) dans les eaux canadiennes et américaines, de jour et de nuit, à l'aide de chaluts de fond, de chaluts pélagiques et de techniques acoustiques : le kiyi a été capturé en plus grande quantité durant les traits diurnes utilisant des chaluts de fond (Stockwell et al. 2006, 2010b). Les estimations de densité et de biomasse moyennes étaient de 21,0 ± 5,8 poissons/hectare (ha) et de 0,75 ± 0,170 kg/ha pour toutes les profondeurs échantillonnées (80 à 325 m). Le kiyi était plus abondant entre 110 et 225 m (30 ± 8 poissons/ha et 1,04 ± 0,23 kg/ha), tandis que très peu de kiyis ont été capturés pendant les traits nocturnes au chalut de fond. Les relevés acoustiques et au chalut pélagique ont révélé que la densité moyenne nocturne de kiyis dans les zones pélagiques était de 126 ± 40,8 poissons/ha. Les échantillonnages connexes réalisés par l’USGS entre 2005 et 2006 ont révélé une densité moyenne (± écart-type) de 76 ± 95,2 poissons/ha pour les traits diurnes au chalut de fond, avec un nombre de kiyis capturés proche de zéro lors des traits nocturnes au chalut de fond (Stockwell et al.2010a). Par ailleurs, les relevés acoustiques ont permis d'estimer que la densité pélagique des petits poissons de proie (que l'on suppose être des kiyis) atteignait en moyenne 13,9 ± 9,8 poissons/ha en journée et 111 ± 77,8 poissons/ha la nuit. En 2006, Yule et al. (2009) ont mené des relevés acoustiques et au chalut pélagique au-delà du rivage (plus de 80 m) du bras occidental du lac Supérieur et ont évalué que la densité de kiyi était comprise entre 115 et 195 poissons/ha, en fonction de la saison d'échantillonnage. Une étude portant sur l'ensemble du lac et combinant relevés acoustiques et au chalut pélagique a évalué que la biomasse de kiyis s'élevait à environ 2 500 tonnes pour le lac ouvert (eaux canadiennes et américaines incluses) en 2003 et 2004 (Ebener et al. 2008). Isaac (2010) a évalué la densité de kiyis (kg/ha ± erreur type) à 3,4 ± 0,7 pour l'ensemble du lac en 2005 et à 4,5 ± 2,2 en 2006 pour la partie occidentale du lac Supérieur dans des stations hauturières (93 à 312 m. du rivage), d'après des relevés nocturnes au chalut pélagique et des relevés acoustiques.

Au cours de l'été 2011, l’USGS a effectué deux relevés sur l'ensemble du lac Supérieur (D. Yule, USGS, comm. pers. 2011). Au début de l'été, des échantillons prélevés à l'aide de chaluts de fond ont été recueillis à 54 points du lac. Le plan d'échantillonnage a permis de stratifier le lac en quatre zones bathymétriques (0 à 30 m, 30 à 100 m, 100 à 200 m, and plus de 200 m) et de prélever un nombre à peu près égal d'échantillons au chalut dans chaque zone. Grâce à des estimations de la superficie de chaque zone (0 à 30 m = 387 736 ha, 30 à 100 m = 1 647 190 ha, 1000 à 200 m = 3 726 890 ha et plus de 200 m = 2 287 570 ha), la densité moyenne pondérée pour l'ensemble du lac a été calculée à 50 ± 32 poissons/ha, et la densité moyenne pondérée pour la zone bathymétrique au-dessus de 100 m à 64 ± 40 poissons/ha. Par ailleurs, la distribution des fréquences de la longueur du kiyi était bimodale, avec un mode à 135 mm et un mode à 205 mm. En comparant les estimations de l'abondance du kiyi réalisées précédemment (Stockwellet al. 2010a,b) et les relevés de 2011, l’USGS a conclu qu'il n'y avait pas eu de variation substantielle de la densité du kiyi dans le lac Supérieur au cours des dernières années. En outre, la capture d'individus plus petits laisse entendre que la population a connu au moins un recrutement réussi depuis 2005. À la fin de l'été 2011, des échantillons ont été recueillis dans les mêmes zones lors de relevés nocturnes acoustiques et au chalut pélagique. Les estimations de l'abondance du kiyi réalisées à partir de ces relevés (47,7 poissons/ha pour l'ensemble du lac et 62,6 poissons/ha pour la zone au-dessus de 100 m) sont quasiment identiques à celles réalisées à partir des relevés effectués en début d'été (Yule et al. 2013).

Taille, situation et tendances de la population canadienne

Il n'existe aucune estimation fiable du nombre de kiyis dans les eaux canadiennes du lac Supérieur. Le kiyi (des Grands Lacs supérieurs) a été désigné comme espèce préoccupante en 2005 par le COSEPAC(COSEPAC2005) et a été inscrit en 2007 à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La liste exhaustive des efforts d'échantillonnage menés est présentée dans le rapport du COSEPAC(COSEPAC2005). Au moment de l'adoption de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition par la province de l'Ontario, le 30 juin 2008, du kiyi des Grands Lacs supérieurs a été évaluée comme espèce préoccupante.

L’USGS, par l'intermédiaire du Great Lakes Science Center, effectue chaque printemps dans le lac Supérieur des relevés au chalut de fond durant la journée, y compris à des stations dans les eaux canadiennes (Gorman et al.2010a). Ces chaluts n'atteignent que la partie supérieure de la plage de profondeur dans laquelle le kiyi se trouve habituellement (jusqu'à 80 m). Depuis le début du XXe siècle, on peut davantage détecter les populations de kiyi se trouvant au-delà du rivage, populations canadiennes incluses (Gorman et Todd 2005). Afin d'échantillonner l'assemblage de ciscos des eaux canadiennes du lac Supérieur, Pêches et Océans Canada (MPO) a effectué des relevés à l'aide de filets maillants en 2004 et entre 2006 et 2008 (Pratt 2012). Le MPO a ainsi découvert que le cisco de fumage et le cisco étaient les espèces de ciscos dominantes dans les eaux canadiennes du lac Supérieur. Le kiyi était plus abondant dans les zones hauturières le long de la rive nord (c.-à-d. dans l'aire marine nationale de conservation du lac Supérieur), tandis que des niveaux d'abondance moyens ont été enregistrés dans les eaux occidentales. Entre 2007 et 2009, le MPO a effectué d'autres relevés au filet maillant afin d'en apprendre plus sur le cycle biologique des ciscos de profondeur (Pratt et Chong 2012). Les relevés ont montré que les kiyis étaient répartis de manière assez uniforme dans les zones d'échantillonnage. En l'absence de tendances et de données sur l'abondance, il est actuellement difficile de se prononcer avec certitude sur le statut de l'espèce dans la partie canadienne du lac Supérieur.

1.4 Besoins du kiyi

1.4.1 Besoins en matière d’habitat et besoins biologiques

On observe généralement le kiyi dans les zones plus profondes du lac; cependant, des kiyis ont été capturés en petit nombre dans les eaux peu profondes (moins de 10 m) (Yule et al. 2006). Gamble et al. (2011a) ont capturé des kiyis dans les neufs stations échantillonnées, dont les profondeurs étaient comprises entre 85 et 305 m. De même, Pratt (2012) a relevé que le kiyi était relativement plus abondant à des profondeurs de 130 à 150 m et que la présence du kiyi est fortement liée à la profondeur, mais pas aux autres variables de l’habitat qui étaient évaluées (pente, température ou substrat). La profondeur de plus forte abondance est grandement influencée par le moment de l'observation, car le kiyi effectue une migration verticale diurne avant de rejoindre des eaux moins profondes la nuit (généralement 'une profondeur de moins de 50 m) afin de pourchasser sa proie principale, la mysis (Hrabik et al. 2006a; Stockwell et al. 2010a; Ahrenstorff et al. 2011). Les proies secondaires du kiyi sont les chironomes, les Bythotrephes, les copépodes calanoïdes, les myes et les Daphnia spp. (Gamble et al. 2011a; Isaac et al. 2012;). Il convient de souligner que pendant la saison automnale, les Bythotrephes constituent un élément clé du régime alimentaire du cisco (Coregonus artedi), mais il semblerait que ce ne soit pas le cas pour le kiyi (Gamble et al. 2011a). L'habitat de frai n'est pas connu, mais se trouve probablement dans les eaux profondes. Il a été signalé entre 91 et 168 m de profondeur (Scott et Crossman 1973). Bon nombre des besoins biologiques du kiyi sont mal compris et auront des répercussions sur la réussite des efforts de rétablissement entrepris.

1.4.2 Rôle écologique

Le kiyi, qui se nourrit principalement d'invertébrés et est à son tour la proie du touladi (Salvelinusnamaycush) et de la lotte (Lota lota), contribue largement au transfert de l'énergie de la matière organique se trouvant au fond du lac (détritus benthiques) vers les éléments du réseau trophique des eaux libres (pélagiques) (Stockwell et al. 2010c; Gamble et al. 2011a; Gorman et al. 2012). Seul le lac Supérieur a conservé un ensemble complet d'espèces de la communauté des corégonidés; cet assemblage de poissons, diversifié et écologiquement important, comprend la majeure partie de la biomasse des poissons de fourrage évoluant au-delà du rivage. Pendant l'hiver, il semblerait que les œufs de ciscos soient des sources d'énergie importantes pour les poissons évoluant dans les eaux les plus profondes du lac, tels que le grand corégone (Coregonus clupeaformis) (Yule et al. 2010); il est possible que les œufs de kiyis jouent un rôle semblable. On dispose de plus en plus d’éléments probants permettant d’affirmer que les œufs de ciscos sont importants pour les benthivores vivant à proximité du rivage pendant les premiers mois de l’hiver (décembre et janvier) (D. Yule, USGS, comm. pers. 2013). On envisage de réintroduire plusieurs espèces de ciscos de profondeur dans certaines de leurs anciennes aires de répartition (Zimmerman et Krueger 2009) : le lac Supérieur ferait alors office de lac source pour le kiyi.

1.4.3 Facteurs limitatifs

En raison de la prédation qu'il exerce sur le kiyi, le touladi offre le meilleur potentiel de régulation du nombre de kiyis dans le lac Supérieur; le nombre de touladis semblant s'accroître, on peut s'attendre à un recul général du nombre de kiyis (D. Yule, USGS, comm. pers. 2012). Bien que certains facteurs tels que la prédation puissent être considérés comme des menaces plutôt que des facteurs limitatifs intrinsèques, on estime que la prédation est un facteur limitatif écosystémique; c'est la raison pour laquelle elle est abordée dans cette section. Bien que cet aspect n'ait pas été démontré dans le cas précis du kiyi, il semblerait que les ciscos juvéniles aient besoin d'une quantité de nourriture et de températures suffisantes pour pouvoir atteindre une taille adéquate leur permettant de passer l'hiver (Edsall et Frank 1997; Pangle et al. 2004). Les habitats d’alevinage chauds et productifs sont des ressources limitées pour les ciscos juvéniles du lac Supérieur, qui est un lac froid et oligotrophe (Bronte et al. 2010). On pense que la croissance des ciscos de profondeur est lente et que les taux de réussite du recrutement sont extrêmement variables; il s'agit donc d'une espèce qui se rétablit lentement après un déclin (voir Gorman etTodd [2005] au sujet du cisco à mâchoires égales). Les changements survenant dans l'abondance des corégonidés sont attribués en grande partie à l'échec du recrutement (Ray et al.2007; Gorman 2012); les causes principales de la forte variabilité en matière de recrutement observée chez les corégonidés sont mal comprises. Il semblerait que le kiyi se nourrisse presque exclusivement de mysis (Gamble et al. 2011a; Isaac et al. 2012). Par exemple, Gamble et al. (2011) ont découvert que la masse du contenu stomacal du kiyi était composée à 96 % ou plus de mysis, indépendamment de la saison ou de la profondeur de la capture. Par conséquent, tout changement de l'abondance des mysis pourrait avoir des conséquences dévastatrices sur le réseau trophique des eaux hauturières et sur les populations de kiyis. De plus, il se pourrait que le nombre de kiyis soit limité par des facteurs génétiques : en effet, il a également été avancé que l'hybridation introgressive était l'une des causes du déclin du cisco de profondeur (Smith 1964).

Une évaluation génétique récente des ciscos de profondeur (Reid et al. 2012) confirme clairement une spéciation sympatrique chez ces espèces; en d’autres termes, les différentes formes ou espèces ont évolué indépendamment dans chaque lac. Cela pourrait entraîner un réexamen taxonomique des espèces de ciscos de profondeur présentes en Amérique du Nord et a une incidence sur les espèces précédemment décrites, dont le kiyi.

1.5 Menaces

1.5.1 Classification des menaces

Le tableau 2 présente les menaces actuelles et anticipées pour le kiyi. Elles y sont classées en fonction de leur incidence relative, de leur étendue spatiale et de leur gravité prévue. Les menaces sont présentées par ordre d'importance en commençant par la menace la plus grave pour la survie de l'espèce, selon les éléments de preuve les plus probants. Il pourrait y avoir une certaine variabilité quant à la gravité et au niveau de préoccupation définis pour certaines menaces pesant sur des populations précises. L'évaluation des menaces, en particulier lorsque les éléments à l'appui sont limités, est un processus continu lié à l'évaluation de l'espèce et, le cas échéant, à la gestion de celle-ci. Les paramètres de classification des menaces sont définis de la manière suivante :

  • Étendue – Étendue spatiale de la menace dans l'aire de répartition de l'espèce ou les plans d'eau où celle­ci vit (généralisée ou localisée);
  • Occurrence – Statut actuel de la menace (p. ex., actuelle, imminente ou anticipée);
  • Fréquence – Fréquence à laquelle la menace se concrétise dans l'aire de répartition de l'espèce ou les plans d'eau où celle­ci vit (saisonnière ou continue)
  • Certitude causale – Niveau de certitude selon laquelle une menace pèse sur l'espèce (élevée, moyenne ou faible);
  • Gravité – Gravité de la menace dans l'aire de répartition de l'espèce ou les plans d'eau où celle­ci vit (élevée, moyenne ou faible);
  • Niveau de préoccupation– Niveau de préoccupation global à l'égard de la menace pour l'espèce, lequel tient compte des cinq paramètres ci­dessus (élevé, moyen ou faible)
Tableau 2. Classification des menaces pour le kiyi
MenaceÉtendue (généralisée ou localisée)Occurrence
(actuelle, imminente ou anticipée)
Fréquence (saisonnière ou continue)Certitude causale
(élevée, moyenne ou faible)
Gravité
(élevée, moyenne ou faible)
Niveau de préoccupation global
(élevé, moyen ou faible)
Espèces envahissantesGénéraliséeActuelle ou anticipéeContinueÉlevéeÉlevéeÉlevé
Qualité de l'eau : Apports de contaminantsGénéraliséeActuelleContinueFaibleFaibleFaible
Qualité de l'eau : Charge en éléments nutritifsGénéraliséeActuelleContinueFaibleFaibleFaible
Changements climatiquesGénéraliséeActuelle ou anticipéeContinueInconnueInconnueFaible
MaladiesInconnueAnticipéeContinueInconnueInconnueFaible
Pressions exercées par la pêcheLocaliséeAnticipéeSaisonnièreFaibleInconnueFaible

1.5.2 Description des menaces

Les principales menaces qui pèsent sur le kiyi semblent être les introductions d'espèces envahissantes ainsi que la détérioration des fonctions de l'écosystème et du réseau trophique qui en découlent. L'apparition continue d'espèces envahissantes a une incidence fondamentale sur la structure et les fonctions des populations de kiyi.

Espèces envahissantes

Selon Dextrase et Mandrak (2006), les espèces envahissantes représentent la deuxième menace en importance pour les espèces en péril après la perte et la dégradation de l'habitat, et cette menace plane sur 26 des 41 espèces canadiennes inscrites sur la liste fédérale des espèces en péril. Les espèces envahissantes peuvent nuire au kiyi de plusieurs façons (notamment en lui disputant directement son territoire, son habitat et sa nourriture), et en en faisant leur proie ou en perturbant la dynamique du réseau trophique. Bien que le lac Supérieur abrite le nombre d'espèces envahissantes le plus faible de tous les Grands Lacs, on a observé une augmentation du taux d'introduction non intentionnelle d'espèces envahissantes dans ses eaux (Bronte et al. 2003) et les effets néfastes potentiels de ce phénomène sur les populations de kiyis sont source d'inquiétude. Le lac Supérieur étant le lac qui abrite le moins d'espèces de tous les Grands Lacs, il risque d'être le plus vulnérable aux dommages écologiques provoqués par les introductions d'espèces envahissantes (Bronte et al. 2003). Cependant, la structure à long terme du réseau trophique du lac semble rester stable (Schmidt et al.2009) et les corégonidés supportent apparemment assez bien les changements touchant la structure du réseau trophique (Schmidt et al.2011). Les stocks de touladis sont essentiels au maintien de la stabilité du lac, puisqu'ils semblent réguler l'abondance des espèces envahissantes existantes, quelles qu'elles soient (L. Mohr, ministère des Richesses naturelles de l'Ontario [OMNR], comm. pers. 2012).

Si l'augmentation prévue de la température des eaux attribuable aux changements climatiques se produit, le lac risque de subir de nouvelles intrusions d'espèces envahissantes. Certaines d’entre elles, telles que la lamproie marine, (Petromyzon marinus), l'éperlan arc-en-ciel (Osmerus mordax) et le gaspareau (Alosa pseudoharengus) sont susceptibles de nuire aux populations de kiyi du lac Supérieur. Il est reconnu que la lamproie marine parasite les corégonidés (Harvey et al. 2008), et que l'éperlan arc-en-ciel (Myers et al. 2009) et le gaspareau (O’Gorman et Stewart 1999) se nourrissent de larves de corégonidés.

Qualité de l'eau :

Apports de contaminants – Les sources et les types d'apports de contaminants dans l'habitat du kiyi sont variés, tout comme les effets qu'ils ont sur la survie de l'espèce. Si l'expansion industrielle est relativement limitée dans le bassin versant du lac Supérieur, les dépôts atmosphériques constituent la principale source de charge de produits chimiques, notamment de biphényles polychlorés (BPC), mercure et toxaphène. Les taux de contaminants mesurés dans les poissons et la colonne d'eau ont diminué et sont plus faibles que ceux qui ont été mesurés dans les autres Grands Lacs, à l'exception du toxaphène (Glassmeyer et al. 2000; Bronte et al. 2003; Gorman et al. 2010b). Même si on ne connaît pas les effets des contaminants sur le kiyi, de nombreuses études ont montré que certains composés chimiques (biphényles polychlorés, hydrocarbures aromatiques polycycliques, métaux lourds, etc.) peuvent lui être fatals, alors que d'autres peuvent perturber le système endocrinien des organismes exposés, causer des difformités et nuire à la reproduction et à la croissance de nombreuses espèces de poissons (Kidd et al. 2007).

Charge en éléments nutritifs – Les détériorations physiques du bassin versant causées par le développement urbain, l'agriculture, l'exploitation minière et l'exploitation forestière sont susceptibles d'entraîner une augmentation des apports en nutriments et en sédiments, se traduisant par une dégradation de la qualité de l'eau. L'enrichissement en nutriments des voies navigables peut nuire à la santé aquatique par l'apparition de blooms phytoplanctoniques et la réduction correspondante des concentrations d'oxygène dissous. Traditionnellement, le lac Supérieur est le Grand Lac le moins touché par les charges en éléments nutritifs d'origine anthropique et, par conséquent, par l'eutrophisation (Bronte et al. 2003). Cependant, dans un contexte de développement continu du bassin versant du lac Supérieur, il est essentiel de poursuivre les activités de surveillance.

Changements climatiques

Même si on a observé des altérations attribuables aux changements climatiques dans la distribution des poissons marins (Perry et al. 2005), on n'a pas mené suffisamment d'analyses à long terme sur les réseaux d'eau douce. On prévoit que les changements climatiques auront des effets considérables sur les communautés aquatiques du lac Supérieur par l'intermédiaire de plusieurs mécanismes, comme l'augmentation de la température de l'eau et de l'air, la baisse des niveaux d'eau, la réduction de la durée de la couverture de glace, l'augmentation de la fréquence des événements météorologiques extrêmes, l'émergence de maladies ainsi que des changements dans la dynamique prédateur­proie (Lemmen et Warren 2004; Jones et al. 2006). Le lac Supérieur connaît une hausse de ses températures de surface en été, couplée à une baisse de sa couverture de glace en hiver (de 1979 à 2006) (Austin et Colman 2007); toutefois, aucun changement important concernant la communauté de poissons du lac et attribuable aux changements climatiques n'a encore été observé (Bronte et al.2003). De plus, les tendances au réchauffement résultant des changements climatiques peuvent favoriser l'établissement d'espèces envahissantes potentiellement nuisibles qui, pour le moment, pourrait être limité par les eaux froides. Les changements climatiques peuvent tout spécialement nuire au kiyi en provoquant la diminution de l'étendue de la niche thermique et en favorisant l'arrivée de nouvelles espèces envahissantes ou l'augmentation des populations actuelles d'espèces envahissantes. Par exemple, le nombre d'éperlans arc-en-ciel (Nyberg et al.2001) et de gaspareaux (Bronte et al.1991, 2003), deux prédateurs du kiyi, risque d'augmenter si le réchauffement lié aux changements climatiques se produit.

Maladies

L'introduction d'agents pathogènes peut elle aussi constituer une menace pour le kiyi. Par exemple, la septicémie hémorragique virale (SHV), décelée dans le bassin versant du lac Supérieur en 2010, est une maladie virale contagieuse qui touche diverses espèces de poissons du bassin des Grands Lacs (Whelan 2009; Bain et al. 2010). Décelée pour la première fois dans les Grands Lacs en 2005 (Centre canadien coopératif de la santé de la faune 2005), cette maladie potentiellement mortelle est associée à des mortalités massives chez plusieurs espèces de poissons de la région. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a instauré en 2007 un plan biennal visant à surveiller la présence du virus de la SHV dans les espèces canadiennes de poissons sauvages (ACIA 2011). Étant donné l'aire de répartition limitée du kiyi au Canada, les mortalités massives associées à cette maladie pourraient grandement compromettre la survie de l'espèce.

Pressions exercées par la pêche

Étant donné sa faible productivité, les rendements de la pêche sont relativement faibles dans le lac Supérieur par rapport aux autres Grands Lacs. Traditionnellement, des kiyis ont été capturés lors des activités de pêche commerciale aux ciscos de profondeur (« pêches commerciales aux cyprinidés ») menées dans le lac Supérieur. De faibles activités de pêche commerciale aux cyprinidés se poursuivent dans les eaux américaines du lac Supérieur (D. Schreiner, Minnesota Department of Natural Resources, comm. pers. 2012). Bien qu'un quota soit toujours en place pour cette pêche dans les eaux canadiennes du lac Supérieur, les cyprinidés n'ont pas fait l'objet de pêches depuis un certain nombre d'années, principalement en raison de facteurs économiques (K. Cullis, ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, comm. pers. 2011). Du fait de sa petite taille, le kiyi n’est généralement pas capturé régulièrement par les filets maillants utilisés pour la pêche commerciale aux cyprinidés (mailles de 6,35 à 6,5 centimètres [2 ½ et 2 9/16 po]).

1.6 Mesures déjà prises ou en cours

Relevés récents

Le tableau 3 résume les relevés de poissons récemment effectués par divers organismes dans les zones d'occurrence connues du kiyi. Par exemple, le MPO a effectué des relevés à l'aide de filets maillants afin d'échantillonner l'assemblage de ciscos dans les eaux canadiennes du lac Supérieur. Ces efforts ont permis d'accroître les connaissances disponibles sur la structure des populations de kiyi et de mieux connaître le cycle biologique du cisco de profondeur.

Tableau 3. Résumé des relevés effectués récemment par divers organismes dans le lac Supérieur

Description du relevé
  • L’USGSréalise chaque printemps des relevés diurnes au chalut de fond, y compris dans des stations situées dans les eaux canadiennes (Gorman et al.2011). Il a été proposé d'étendre la portée de ces relevés aux stations en eaux profondes.
  • Des contre-relevés acoustiques et optiques couplés à des relevés au chalut pélagique et au chalut de fond portant sur le plancton ont été effectués dans le bras occidental du lac Supérieur entre 2005 et 2008 afin d'étudier les caractéristiques de la migration verticale diurne (Ahrenstorff et al. 2011).
  • Entre 2001 et 2005, l’USGS a effectué des relevés diurnes et nocturnes acoustiques, au chalut de fond et au chalut pélagique, afin d'étudier la communauté de poissons évoluant au-delà du rivage (Stockwell et al. 2006, 2010b).
  • En 2005 et 2006, l’USGS a effectué des échantillonnages à l'occasion de relevés acoustiques, au chalut de fond et au chalut pélagique, afin d'étudier le comportement de migration verticale diurne des corégonidés (Stockwell et al. 2010a).
  • En 2006, l’USGS a effectué des relevés acoustiques et au chalut pélagique dans les eaux hauturières du bras occidental du lac Supérieur (Yule et al.2009).
  • Entre 2001 et 2004 l’USGS, en collaboration avec le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, a effectué des relevés en eaux profondes (Gorman et Todd 2005, 2007). Ces relevés ciblaient le cisco à mâchoires égales, mais des kiyis ont également été capturés.
  • En 2004, l’USGS, en collaboration avec le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, a effectué des relevés acoustiques dans les eaux côtières et hauturières de l'Ontario (O. Gorman, USGS, comm. pers. 2012).
  • Pendant l'automne 2007, 2008 et 2009, l’USGS, en collaboration avec le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, a effectué des relevés acoustiques et au chalut pélagique à Thunder Bay et ses environs (Yule et al. 2010). Ces relevés ciblaient les agrégations de pré-géniteurs de ciscos, mais des kiyis ont également été capturés.
  • Pendant l'été 2011, l’USGS a effectué des relevés diurnes au chalut de fond et des relevés nocturnes acoustiques et au chalut pélagique sur l'ensemble du lac.
  • En 2003 et 2004, un relevé acoustique et au chalut pélagique a été effectué dans les eaux du lac Supérieur relevant du Minnesota (Hrabik et al.2006b).
  • En 2003 et 2004, des études portant sur l'ensemble du lac et combinant des relevés acoustiques et au chalut pélagique ont été effectuées (Ebener et al. 2008).
  • En 2005 et 2006, des relevés nocturnes visant à évaluer l'importance des mysis pour la communauté de poissons ont été effectués à l'aide de chaluts de fond et de chaluts pélagiques, sur l'ensemble du lac (Isaac et al. 2012).
  • En 2004 et entre 2006 et 2008, le MPO a effectué des relevés ciblant les ciscos à l'aide de filets maillants dans les eaux canadiennes du lac. (Pratt et Mandrak 2007; T. C. Pratt comm. pers. 2012).
  • Entre 2007 et 2009, le MPO a effectué des relevés ciblant les ciscos de profondeur à l'aide de filets maillants dans les eaux canadiennes du lac. (T. C. Pratt 2012).
  • Entre 2009 et 2012, l'unité de gestion des ressources des Grands Lacs supérieurs du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a effectué des relevés à l'aide de filets maillants multi-mailles à toutes les profondeurs dans les eaux canadiennes du lac Supérieur (E. Berglund, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, comm. pers. 2012).

Sensibilisation et éducation

Des efforts supplémentaires sont déployés afin de sensibiliser le public et de surveiller la menace grandissante posée par les espèces envahissantes.

Le Plan de prévention contre les espèces aquatiques envahissantes du lac Supérieur est une initiative binationale visant à éviter que de nouvelles espèces aquatiques envahissantes ne s'établissent dans l'écosystème du lac Supérieur. Il offre aussi des recommandations importantes sur les mesures qui doivent être prises tant par les États-Unis que par le Canada, ainsi qu’une liste des vecteurs et des voies d’entrée des espèces aquatiques envahissantes qui sont traités par le plan. Le Plan d'aménagement panlacustre du lac Supérieur est un plan d'action binational ayant pour objectif de collaborer à la restauration et à la protection de l'écosystème du lac Supérieur. Le Plan d'aménagement panlacustre du lac Supérieur est coordonné par un comité dont les membres viennent du Canada et des États-Unis, avec la participation d'Environnement Canada, d'autres gouvernements fédéraux, provinciaux et des États, ainsi que d'organisations et de tribus des Premières Nations. Le Programme binational du lac Supérieur comprend le Plan d'aménagement panlacustre (PAP) et le Programme de démonstration du rejet nul, qui s'occupe de la pollution chimique dans le bassin du lac Supérieur (Rapport annuel de 2012 du Plan d’aménagement panlacustre du lac Supérieur, consulté en mars 2013). L'adoption de pratiques de gestion exemplaires standards visant à atténuer les répercussions éventuelles des projets sur les poissons, leur habitat et la qualité de l'eau est toujours encouragée afin de limiter les répercussions dans la région.

Depuis 1992, le Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l'Ontario, élaboré par l'Ontario Federation of Anglers and Hunters et le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, informe le public et le sensibilise aux questions des espèces envahissantes. Ces renseignements permettent de faire comprendre au public les menaces que les espèces aquatiques envahissantes font peser sur nos écosystèmes naturels et de l'inciter à participer aux efforts de surveillance et de suivi de la propagation des nouvelles espèces aquatiques et terrestres envahissantes dans la province (Invading Species [en anglais seulement], consulté en novembre 2012).

1.7 Lacunes dans les connaissances

Les lacunes liées à la compréhension des caractéristiques du cycle biologique, de l'écologie, de la dynamique de recrutement, de la mortalité et de la structure du stock demeurent un obstacle à la mise en place de mesures de gestion. Des efforts supplémentaires doivent être déployés afin de découvrir les facteurs qui ont provoqué la disparition du kiyi des lacs Huron, Michigan et Ontario. L'élaboration d'un schéma représentant la répartition spatiale et l'abondance du kiyi dans le lac Supérieur sera un point de départ important qui permettrait de préparer un plan d'action détaillé. Une fois que l'on comprendra mieux la répartition et la biologie du kiyi, il faudra recueillir d'autres données sur les menaces qui pèsent sur la survie de l'espèce.

2. Gestion

Le but et les objectifs de gestion qui suivent, ainsi que les mesures à prendre pour les atteindre, ont été établis à partir de l'évaluation et du rapport de situation du COSEPACsur le kiyi (COSEPAC2005), ainsi que des récents relevés et travaux de recherche portant sur le kiyi.

2.1 But

Le but à long terme du présent plan de gestion est d'assurer la survie à long terme du kiyi dans l'ensemble de son aire de répartition actuelle dans le lac Supérieur. Les mesures de gestion devraient viser à mieux comprendre le cycle biologique du kiyi et les causes de la réduction de son aire de répartition, et chercher à lutter contre la menace que représentent les espèces envahissantes pour les populations de kiyi. On établira des objectifs plus quantifiables pour les différentes populations une fois que les échantillonnages et les analyses requis auront été réalisés.

2.2 Objectifs

Les objectifs à court terme suivants ont été définis pour les cinq à dix prochaines années en vue de favoriser l'atteinte du but à long terme :

  1. Connaître l'état de santé et la répartition des populations existantes et en déterminer les tendances en matière de démographie et d'habitat;
  2. Améliorer les connaissances sur les exigences biologiques, écologiques et en matière d'habitat de l'espèce;
  3. Évaluer et atténuer les menaces qui pèsent sur l'espèce et son habitat;
  4. Maintenir et accroître les populations existantes si possible;
  5. Veiller à utiliser les ressources de façon efficace dans la gestion de l'espèce;
  6. Faire connaître davantage le kiyi à la population et favoriser l'engagement du public dans la conservation de l'espèce.

2.3 Mesures

Les stratégies définies pour chaque catégorie sont nécessaires pour encourager la protection, le maintien et l'amélioration des populations de kiyi et de leur habitat. Bon nombre de ces mesures peuvent et devraient être réalisées en collaboration avec les autres équipes de rétablissement et de gestion qui s'occupent d'autres espèces et qui adoptent des approches axées sur l'écosystème. Le fait de veiller à ce que, dans la mesure du possible, le kiyi soit inclus dans les relevés et dans les activités de vulgarisation et de sensibilisation visant les espèces en péril améliorera l'efficacité et la rentabilité des efforts de conservation.

Les priorités de gestion du kiyi ont été réparties dans les cinq grandes catégories suivantes :

  1. Surveillance et évaluation;
  2. Gestion;
  3. Recherche et protection;
  4. Intendance et restauration;
  5. Sensibilisation et communication.

2.3.1 Surveillance et évaluation

Pendant que des mesures de gestions sont élaborées et mises en œuvre, un programme de surveillance devrait être mis en place afin de mieux comprendre la biologie du kiyi, les tendances de ses populations et les menaces qui pèsent sur ces dernières . Il faudrait réévaluer régulièrement ce programme afin de s’assurer qu’il fait appel aux nouvelles technologies et à la meilleure information scientifique disponible. On devrait recourir à des techniques d'échantillonnage normalisées dans les relevés visant le kiyi. Gorman et Todd (2005) ont découvert que les mailles de 1,5 pouces (3,8 centimètres) sont les plus efficaces pour capturer le kiyi. La conception du relevé doit prendre en compte le comportement de frai et les migrations diurnes du poisson. Par exemple, en 2006, Yule et al. (2009) ont effectué des relevés au chalut à trois périodes différentes (juillet/août, octobre et novembre) et ont constaté une chute considérable de l'abondance des kiyis pendant les relevés au chalut effectués en novembre, chute attribuable selon toute probabilité au comportement précédant le frai. Par ailleurs, les migrations diurnes du kiyi ont été mises en évidence à plusieurs reprises, celui-ci rejoignant des eaux moins profondes pendant la nuit (Yule et al. 2007). Ce comportement varie en fonction des saisons, mais reste cohérent dans l'espace (Stockwell et al. 2010a). Des relevés acoustiques couplés à des relevés au chalut (Hrabik et al. 2006a; Yule et al. 2007) se sont révélés encourageants et pourraient fournir un indice de l'abondance permettant d'estimer le nombre de poissons pélagiques dans le lac Supérieur, kiyi inclus. Des procédures d'exploitation normalisées pour les relevés acoustiques des pêches dans les Grands Lacs ont été élaborées (Parker-Stetter et al. 2009). Les données des relevés seront ajoutées aux données de répartition actuelles et permettront d'établir des renseignements de base à partir desquels nous pourrons élaborer d'autres initiatives de gestion. Dans la mesure du possible, il faudrait coordonner un programme normalisé de surveillance de l'habitat et des populations indicatrices avec les programmes de surveillance existants. Un programme de surveillance à long terme permettra d'évaluer les changements et les tendances dans la zone occupée par l'espèce, la répartition et l'abondance des populations et les principales caractéristiques démographiques de l'espèce, de même que les changements et les tendances dans les paramètres de l'habitat (c.-à-d., température, oxygène dissous, niveaux de nutriments). En outre, étant donné que les mysis constituent la composante principale du régime alimentaire du kiyi, des relevés portant sur les mysis seraient fort utiles afin de mieux comprendre la dynamique des populations de kiyi.

Mesures
  1. Établir des protocoles clairs pour effectuer les relevés et la surveillance des populations de kiyi.
  2. Intégrer les exigences à long terme en matière de surveillance du kiyi aux relevés actuels de la communauté de poissons.
  3. Surveiller la situation des populations de mysis.
  4. Surveiller la présence et l'arrivée éventuelle d'espèces envahissantes dans l'habitat du kiyi. Dans la mesure du possible, cette mesure doit être appliquée en coordination avec les programmes écosystémiques appropriés.

2.3.2 Gestion

Les efforts de gestion visant le kiyi devraient être coordonnés avec ceux des équipes de gestion et de rétablissement concernées afin de faciliter le partage des ressources et des connaissances et d'éviter le chevauchement des efforts ainsi que des conflits éventuels. Ces efforts devraient être définis dans des plans de gestion intégrée, dans la mesure du possible (p. ex., le Plan d'aménagement panlacustre du lac Supérieur).

Comme on trouve le kiyi dans des eaux partagées par le Canada et les États­Unis, les efforts de conservation en cours aux États-Unis pourraient avoir une incidence directe sur la santé des populations évaluées au Canada. Il est donc impératif de continuer à coordonner les relevés et la protection des bassins versants avec les représentants des États­Unis. Étant donné que la surveillance à long terme des populations de poissons prédateurs (kiyi inclus) dans le lac Supérieur est du ressort de l’USGS, il sera essentiel de coordonner les activités avec nos partenaires américains afin d’obtenir des estimations précises de la dynamique des populations de kiyi.

Mesures
  1. Collaborer, par l'intermédiaire des réseaux déjà en place ainsi que des groupes, des initiatives et des équipes de gestions ou de rétablissement pertinents (p. ex., le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario ou le sous-comité technique du lac Supérieur de la Commission des pêcheries des Grands Lacs), afin de coordonner la mise en œuvre de mesures de gestion profitant au kiyi.
  2. Collaborer avec les chercheurs américains prenant part aux activités de gestion consacrées au lac Supérieur et avec ceux participant régulièrement aux relevés du kiyi (p. ex., USGS).
  3. Incorporer les connaissances dans une base de données centrale, comprenant les paramètres sur l'habitat, pour faciliter la synthèse et le transfert des données sur le kiyi.

2.3.3 Recherche et protection

Les connaissances actuelles sur la biologie générale du kiyi et sur les menaces pour l'espèce sont limitées. La protection des populations et de leur habitat est le fondement du présent plan de gestion. Pour mettre en œuvre des mesures de protection viables et ciblées, il faut élaborer une évaluation détaillée des menaces et quantifier les répercussions des menaces possibles. Il est important de veiller à ce que les menaces soient différenciées par zone géographique, lorsque nécessaire.

Mesures
  1. Approfondir les connaissances générales sur le kiyi, notamment en matière de biologie et d'écologie, afin d'appuyer les efforts de planification de la conservation, plus particulièrement dans les domaines où il existe des lacunes dans les données.
  2. Déterminer la quantité et la qualité de l'habitat requis pour garantir la conservation à long terme du kiyi et pour appuyer l'objectif de gestion à long terme.
  3. Recueillir des renseignements sur la dynamique des populations de kiyi et des communautés de poissons associées, et notamment éclaircir le rôle joué par le kiyi dans la communauté de poissons du lac Supérieur et dans le réseau trophique des eaux hauturières.
  4. Évaluer les menaces pour cerner les facteurs qui pourraient avoir une incidence sur le kiyi (p. ex., espèces envahissantes, eutrophisation, maladies) et élaborer des plans d'atténuation afin de tenir compte de ces facteurs. Ces données seront mises à jour à mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles.
  5. Élaborer et mettre en œuvre un plan de surveillance de la conformité des activités susceptibles de nuire au kiyi (populations des Grands Lacs supérieurs) afin de sensibiliser davantage le public et de l'inciter à s'investir dans la conservation du kiyi.
  6. Déterminer les mécanismes ayant mené à la perte des stocks de kiyi dans les lacs Huron, Michigan et Ontario afin de soutenir les efforts de conservation des populations de kiyi restantes.

2.3.4 Intendance et restauration

La promotion active des activités d'intendance permettra de sensibiliser la collectivité aux questions de conservation du kiyi et de mieux faire connaître les occasions d'améliorer les habitats aquatiques et de réduire les principales menaces auxquelles l'espèce doit faire face, permettant ainsi d'éviter l'introduction de nouvelles espèces envahissantes et de contrôler l'impact des espèces envahissantes existantes.

Mesures
  1. Coordonner les activités d'intendance et les programmes et initiatives déjà en place en matière de sensibilisation, de signalement et de surveillance des espèces aquatiques envahissantes (p. ex., le Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l'Ontario).
  2. Promouvoir les initiatives d'intendance (p. ex., programmes de financement du fédéral et du provincial) liées à la conservation du kiyi et veiller à communiquer les renseignements sur les possibilités de financement en matière d'intendance et de mesures de restauration aux groupes intéressés.

2.3.5 Sensibilisation et communication

Même s'il est inscrit en vertu de la Loi sur les espèces en péril, le kiyi est méconnu, et peu de documents de communication et d'éducation lui sont consacrés. Par conséquent, il est primordial d'obtenir la collaboration de tous les propriétaires fonciers concernés dans le contrôle des nutriments et des espèces envahissantes et de sensibiliser le public au kiyi. Ce poisson devrait faire partie des programmes de communication et de vulgarisation visant à la fois le rétablissement axé sur l'écosystème et le rétablissement des espèces aquatiques en voie de disparition ou menacées pour garantir que les ressources sont utilisées efficacement, ainsi que pour mieux faire connaître l'importance de la protection des poissons d'eau douce et de la protection de la santé des écosystèmes d'eau douce.

Mesures
  1. Intégrer le kiyi aux plans de rétablissement écosystémique et soutenir les programmes de prévention, de contrôle et de sensibilisation aux espèces aquatiques envahissantes dans le cadre des efforts de communication et de sensibilisation, actuels et à venir.
  2. Encourager la participation des communautés autochtones, en faisant part de leurs connaissances traditionnelles, à l'approfondissement des connaissances actuelles sur la biologie, l'écologie et la répartition du kiyi.
  3. Sensibiliser les intervenants de l'industrie (p. ex., industrie du transport ou pêcheurs commerciaux), les groupes d'utilisateurs (p. ex., plaisanciers) et les propriétaires fonciers afin de les encourager à adopter des pratiques de gestion exemplaires des terres et des cours d'eau de manière à réduire les répercussions sur le kiyi.
  4. Élaborer des documents éducatifs présentant les principales caractéristiques permettant de différencier les espèces de ciscos, et les distribuer aux principaux groupes et aux intervenants (p. ex. sociétés de transport, plaisanciers, pêcheurs commerciaux) qui sont de passage dans le bassin versant du lac Supérieur ou qui y habitent.

2.4 Autres lois et règlements fédéraux et provinciaux potentiellement applicables dans le cadre de la gestion du poisson et de son habitat

Canada

En plus de la Loi sur les espèces en péril, d'autres lois fédérales et règlements connexes comportent des dispositions qui s'appliquent directement ou indirectement à la gestion du kiyi et de son habitat dans les eaux canadiennes. Il s'agit, entre autres, des lois et règlements suivants :

  • La Loi sur les pêches, administrée par Pêches et Océans Canada et par Environnement Canada.
  • La Loi sur la protection des eaux navigables, administrée par Transports Canada.
  • La Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (2012) (LCEE 2012), administrée par l'Agence canadienne d'évaluation environnementale. Au Canada, la LEP et la LCEE (2012) réglementent directement et indirectement la gestion du kiyi. En vertu de l’article 79 de la LEP, les évaluations environnementales doivent préciser les effets d’un projet sur toutes les espèces inscrites sur la liste des espèces en péril dans la zone concernée. Lorsque la LCEE de 2012 s’applique et qu'une espèce en péril a été désignée comme une composante valorisée de l'écosystème dans le cadre de l'examen en vertu de cette Loi, l'évaluation environnementale doit tenir compte de tout changement subi par les espèces aquatiques au sens défini par le paragraphe 2(1) de la LEP. De plus, aux termes de l'article 79 de la LEP, pendant l'évaluation environnementale d'un projet visé par la LCEE de 2012, il faut aviser le ministre pertinent si on pense que le projet aura des effets néfastes sur une espèce inscrite.
  • La Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada, administrée par l'Agence Parcs Canada. La création de l’Aire marine nationale de conservation (AMNC) du lac Supérieur est actuellement à l’étude. Si elle est décidée, l'habitat du kiyi qui se trouve dans cette AMNC sera assujetti à la Loi sur les aires marines nationales de conservation une fois qu’il aura été entièrement désigné. Selon la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada, « les aires marines de conservation sont gérées et utilisées de manière à répondre, de façon durable, aux besoins des générations présentes et futures sans compromettre les éléments et fonctions des écosystèmes des terres immergées qui en font partie et des eaux qui les recouvrent ».

Ontario

En Ontario, plusieurs lois provinciales et règlements connexes comportent des dispositions qui s'appliquent directement ou indirectement à la gestion du kiyi et de son habitat dans la province. Il s'agit, entre autres, des lois et règlements suivants :

  • La Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition, la Loi de 1997 sur la protection du poisson et de la faune, la Loi sur l'aménagement des lacs et des rivières, la Loi sur les terres publiques, la Loi sur les ressources en agrégats et la Loi de 1994 sur la durabilité des forêts de la Couronne, administrées par le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario. Par ailleurs, le paragraphe 3(5) de la Loi sur l'aménagement du territoire indique que les décisions prises par les différents organismes doivent être conformes aux déclarations de principe provinciales faites en vertu du paragraphe 3(1) de la Loi. Selon l'alinéa 2.1.3a) de la Déclaration de principe provinciale de 2005, publiée en vertu du paragraphe 3(1) de la Loi sur l'aménagement du territoire, l'aménagement et la modification d'emplacements sont interdits « dans les habitats d’importance des espèces en voie de disparition et des espèces menacées » [désignées comme telles par le gouvernement de l'Ontario]. Les termes « aménagement », « modification d'emplacements » et « d'importance » ont un sens bien précis dans la Déclaration de principe. La disposition susmentionnée engendrera des bénéfices indirects pour les espèces préoccupantes qui coexistent avec des espèces menacées ou en péril. Le paragraphe 2.1.5 de la Déclaration de principe provinciale de 2005interdit l'aménagement et la modification d'emplacements « dans les habitats du poisson, sauf en conformité avec les exigences provinciales et fédérales », ce qui confère un certain niveau de protection à l'habitat du kiyi.
  • La Loi sur les évaluations environnementales, la Loi sur la protection de l'environnement et la Loi sur les ressources en eau de l’Ontario, administrées par le ministère de l'Environnement de l'Ontario.

Eaux américaines des Grands Lacs

Les effets directs et indirects des lois fédérales et provinciales ainsi que des lois des États américains voisins (p. ex., le Minnesota ou le Wisconsin) sont susceptibles d'avoir des répercussions sur les efforts de conservation du kiyi dans les eaux canadiennes.

2.5 Effets sur les autres espèces

Les mesures de gestion proposées devraient avoir un effet positif évident sur d'autres espèces indigènes partageant la même aire de répartition (p. ex., le cisco à mâchoires égales et le chabot de profondeur [Myoxocephalus thompsonii]). Même s'il y a des possibilités de conflits avec d'autres espèces en péril (tant aquatiques que semi-aquatiques) durant la mise en œuvre de certaines mesures de gestion, elles seront atténuées par une coordination rigoureuse avec les divers groupes, institutions et organismes gouvernementaux susceptibles de mener des activités de recherche, de sensibilisation et d'intendance sur des espèces en péril dans l'aire de répartition du kiyi.

3. Calendrier de mise en œuvre proposé

Le MPO encourage d'autres organismes et agences à participer à la conservation du kiyi par la mise en œuvre du présent plan de gestion. Le tableau 4 comporte un résumé des mesures recommandées pour atteindre les buts et les objectifs de gestion. Les activités mises en œuvre par Pêches et Océans Canada sont conditionnelles à la disponibilité des fonds et des autres ressources nécessaires. Au besoin, des partenariats conclus avec des organisations et des secteurs particuliers fourniront l’expertise et les ressources requises pour la réalisation des mesures énumérées. Toutefois, le calendrier de mise en œuvre n’est présenté qu’à titre indicatif pour les autres organismes et l'exécution des mesures en question dépendra des priorités et des contraintes budgétaires de chaque organisme. (Il est à noter que la liste des organismes participants ne constitue pas une liste exhaustive.) La mise en œuvre de ce plan sera évaluée dans un délai de cinq ans à compter de la publication du plan dans le registre public (article 72 de la Loi sur les espèces en péril) et il est prévu de le revoir à des intervalles semblables jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints.

Tableau 4. Calendrier de mise en œuvre
Catégorie de mesures
MesureObjectifsPrioritéMenaces viséesNote de tableauaOrganismes participantsNote de tableau bÉchéancier approximatifNote de tableau c
2.3.1. Surveillance et évaluation
1. Élaboration du protocolevNécessaireToutesMPO, MRNO2013–2018
2.3.1. Surveillance et évaluation
2. Surveillance à long termeiNécessaireToutesMPO, MRNO2013–2018
2.3.1. Surveillance et évaluation
3. Surveillance des populations de mysisIi, ivBénéfiqueToutesMPO,MRNO, Établissements d'enseignement (ÉE), USGS2013-2018
2.3.1. Surveillance et évaluation
4. Surveillance des espèces envahissantesiiiBénéfiqueEspèces envahissantesMPO, MRNO2013–2018
2.3.2. Gestion
1. CollaborervNécessaireToutesMPO, MRNO, USGS2014–2019
2.3.2. Gestion
2. Coordonner les mesures de gestionvBénéfiqueToutesMPO, MRNO2014–2019
2.3.2. Gestion
3. Gestion des donnéesiBénéfiqueToutesMPO, MRNO, USGS2014-2019
2.3.3. Recherche et protection
1. Biologie de l'espèceiiNécessaireToutesMPO, MRNO, ÉE, USGS2013–2018
2.3.3. Recherche et protection
2. Quantité et qualité de l'habitatiNécessaireToutesMPO, MRNO, ÉE, USGS2013–2018
2.3.3. Recherche et protection
3. Dynamique des populationsiNécessaireToutesMPO, MRNO, ÉE, USGS2013–2018
2.3.3. Recherche et protection
4. Évaluation des menacesiiiNécessaireToutesMPO, MRNO, ÉE2013–2018
2.3.3. Recherche et protection
5. Surveillance de la conformitéiii, vBénéfiqueToutesMPO, APC, Environnement Canada (EC), Transports Canada (TC), MRNO, Ministère de l'environnement de l'Ontario (MEO)2013–2018

2.3.3. Recherche et protection

6. Mécanismes du déclini, iv, viBénéfiqueToutesMPO, MRNO, ÉE, USGS2013-2018
2.3.4. Intendance et restauration
1. Coordonner les activités d'intendancev, viBénéfiqueToutesMPO, MRNO2013–2018
2.3.4. Intendance et restauration
2. Promouvoir l'intendanceiv, viBénéfiqueToutesMPO, MRNO2013–2018
2.3.5. Sensibilisation et communication
1. Programmes de communication et de sensibilisation, actuels et à venirviNécessaireToutesMPO, MRNO2013–2018

2.3.5. Sensibilisation et communication

2. Encourager la participation des communautés autochtonesviBénéfiqueToutesMPO, MRNO2013–2018
2.3.5. Sensibilisation et communication
3 Accroître la sensibilisation et promouvoir des pratiques de gestion exemplairesiiiBénéfiqueToutesMPO, MRNO2013-2018
2.3.5. Sensibilisation et communication
4. Élaborer des documents éducatifs sur les espèces de ciscosviBénéfiqueToutesMPO, MRNO2013–2018

Notes du tableau 4

Note de tableau a

Voir la section 1.5.2, Description des menaces.

Retour à la référence de la note de tableau a

Note de tableau b

Voir la section 7, Acronymes. Les mesures seront mises en œuvre en partenariat avec d'autres organismes de gestion du lac Supérieur dans la mesure du possible.

Retour à la référence de la note de tableau b

Note de tableau c

Les échéanciers peuvent être modifiés en fonction des demandes de ressources.

Retour à la référence de la note de tableau c

4. Plans connexes

Un certain nombre d'espèces en péril partagent les mêmes eaux que le kiyi (p. ex., le cisco à mâchoires égales et le chabot de profondeur), lesquelles font l'objet de programmes de rétablissement et de plans de gestion, en cours d'élaboration ou achevés, visant une seule ou plusieurs espèces. Les initiatives de rétablissement qui s'inscrivent dans ces programmes et plans peuvent aussi être bénéfiques pour le kiyi. En outre, bon nombre de plans et d'initiatives de gestion axés sur les bassins versants pourraient être profitables au kiyi, dont les plans d’aménagement panlacustres des Grands Lacs, les plans de gestion du poisson et de son habitat, les plans de protection de l'eau de source et les objectifs pour les communautés de poissons définis par la Commission des pêcheries des Grands Lacs.

5. Références

Ahrenstorff, T.D., Hrabik, T.R., Stockwell, J.D., Yule, D.L. et Sass, G.G. 2011. Seasonally dynamic diel vertical migration of Mysis diluviana, coregonine fishes, and siscowet Lake Trout in the pelagia of western Lake Superior. Transactions of the American Fisheries Society140:1504–1520.

Austin, J.A. et Colman, S.M. 2007. Lake Superior summer water temperatures are increasing more rapidly than regional air temperatures: a positive ice-albedo feedback. Geophysical Research Letters 34:L06604.

Bain M.B., Cornwell, E.R., Hope, K.M., Eckerlin, G.E., Casey, R.N., Groocock, G.H., Getchell, R.G., Bowser, P.R., Winton, J.R., Batts, W.N., Cangelosi, A. et Casey, J.W. 2010. Distribution of an invasive aquatic pathogen (Viral Hemorrhagic Septicemia Virus) in the Great Lakes and its relationship to shipping. PLoS ONE 5(4): e10156. doi:10.1371/journal.pone.0010156 [en anglais seulement].

Bronte, C.R., Selgeby J.H. et Curtis, G.L. 1991. Distribution, abundance, and biology of the Alewife in U.S. waters of Lake Superior. Journal of Great Lakes Research 17:304–313.

Bronte, C.R., Ebener, M.P, Schreiner, D.R., DeVault, D.S., Petzold, M.M., Jensen, D.A., Richards, C. et Lozano, S.J. 2003. Fish community change in Lake Superior, 1970-2000. Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques 60: 1552-1574.

Bronte, C.R., Hoff, M.H., Gorman, O.T., Thogmartin, W.E., Schneeberger, P.J. et Todd, T.N. 2010. Decline of the Shortjaw Cisco in Lake Superior: the role of overfishing and risk of extinction. Transactions of the American Fisheries Society 139:735–748.

Centre canadien coopératif de la santé de la faune. 2005. A mortality event in Freshwater Drum (Aplodinotus grunniens) from Lake Ontario, associated with viral hemorrhagic septicemia virus (VHSv), type IV. Wildlife Health Centre Newsletter 11: 10.

ACIA (Agence canadienne d'inspection des aliments). 2011. Virus de la septicémie hémorragique virale [en ligne] – Surveillance des maladies des animaux aquatiques. (consulté en décembre 2011).

COSEPAC(Comité sur la situation des espèces en péril au Canada). 2005. Mise à jour – Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Kiyi du lac Ontario Coregonus kiyi orientalis et le Kiyi des Grands Lacs supérieurs Coregonus kiyi kiyi au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. vi + 17 p (consulté le 26 septembre 2012).

Dextrase, A.J. et Mandrak, N.E. 2006. Impacts of alien invasive species on freshwater fauna at risk in Canada. Biological Invasions 18: 13-24.

Ebener, M.P., Stockwell, J.D., Yule, D.L., Gorman, O.T., Hrabik, T.R., Kinnunen, R.E., Mattes, W.P., Oyadomari, J.K., Schreiner, D.R., Geving, S., Scribner, K., Schram, S.T., Seider, M.J. et Sitar, S.P. 2008. Status of Cisco (Coregonus artedi) in Lake Superior during 1970–2006 and management and research considerations. Publication spéciale de la Commission des pêcheries des Grands Lacs, Rapport technique du lac Supérieur I. Ann Arbor, Michigan.

Edsall, T.A. et Frank, A.M. 1997. The effect of temperature on growth of juvenile Bloater. Journal of Great Lakes Research 23:468–471.

Gamble, A.E., Hrabik, T.R., Stockwell, J.D. et Yule, D.L. 2011a. Trophic connections in Lake Superior Part I: the offshore fish community. Journal of Great Lakes Research 37: 541-549.

Gamble, A.E., Hrabik, T.R., Yule, D.L. et Stockwell, J.D. 2011b. Trophic connections in Lake Superior Part II: the nearshore fish community. Journal of Great Lakes Research 37:550–560.

Glassmeyer, S.T., DeVault, D.S. et Hites, R.A. 2000. Rates at which toxaphene concentrations decrease in Lake Trout from the Great Lakes. Environmental Science and Technology 34:1851–1855.

Gorman, O.T. 2012. Successional change in Lake Superior fish community: population trends in Ciscoes, Rainbow Smelt, and Lake Trout, 1958-2008. Advances in Limnology 63:337–362.

Gorman, O.T. et Bunnell, D.B. 2011. Great Lakes prey fish populations: a cross-basin overview of status and trends from bottom trawl surveys, 1978–2010. U.S. Geological Survey, Great Lakes Science Center, Ann Arbor (Michigan).

Gorman, O.T. et Todd, T.N. 2005. Status of the Shortjaw Cisco (Coregonus zenithicus) in Lake Superior. Rapport final du Species-at-Risk Program, rapport du U.S. Geological Survey à l'United States Fish and Wildlife Service, Ann Arbor, Michigan.

Gorman, O.T. et Todd, T.N. 2007. History of the Shortjaw Cisco (Coregonus zenithicus) in Lake Superior, 1895–2003. Advances in Limnology 60:433–458.

Gorman, O.T., Evrard, L.M., Cholwek, G.A., Falck, J.MM et Vinson, M.R. 2010a. Status and trends of prey fish populations in Lake Superior, 2009. U.S. Geological Survey Annual Report, Great Lakes Science Center, Ann Arbor, Michigan.

Gorman, O.T., Brazner, J.C., Lohse-Hanson, C. et Pratt, T.C. 2010b. Habitat In The state of Lake Superior in 2005. Publié sous la direction de Gorman, O.T., Ebener, M.P. et Vinson, M.R. Publication spéciale de la Commission des pêcheries des Grands Lacs 10-01, Ann Arbor, Michigan. p. 9 à 14.

Gorman, O.T., Evrard, L.M., Cholwek, G.A., Yule, D.L. et Vinson, M.R. 2011. Status and trends of prey fish populations in Lake Superior, 2010. U.S. Geological Survey Annual Report, Great Lakes Science Center, Ann Arbor, Michigan.

Gorman, O.T., Yule, D.L. et Stockwell, J.D. 2012. Habitat use by fishes of Lake Superior. I. Diel patterns of habitat use in nearshore and offshore waters of the Apostle Islands region. Aquatic Ecosystem Health and Management. Sous presse.

Harvey, C.J., Ebener, M.P. et White, C.K. 2008. Spatial and ontogenetic variability of Sea Lamprey diets in Lake Superior. Journal of Great Lakes Research 34:434–449.

Hrabik T.R., Jensen, O.P., Martell, S.J.D., Walters, C.J. et Kitchell, J.F. 2006a. Diel migration in the Lake Superior pelagic community. I. Changes in vertical migration of coregonids in response to varying predation risk. Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques 63:2286–2295.

Hrabik, T., Schreiner, D., Balge, M. et Gerving, S. 2006b. Development of a hydroacoustic survey design to quantify prey fish abundance in the Minnesota waters of Lake Superior. Minnesota Department of Natural Resources,rapport de recherche 530 [en anglais seulement].

Isaac, E.J. 2010. An evaluation of the importance of Mysis relicta to the Lake Superior fish community. Mémoire de maîtrise ès sciences, University of Minnesota, Minnesota, États-Unis.

Isaac, E.J., Hrabik, T.R., Stockwell, J.D. et Gamble, A.E. 2012. Prey selection by the Lake Superior fish community. Journal of Great Lakes Research 38:326–335.

Jones, M.L., Shuter, B.J., Zhao, Y. et Stockwell, J.D. 2006. Forecasting effects of climate change on Great Lakes fisheries: models that link habitat supply to population dynamics can help. Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques 63:457–468.

Kidd, K.A., Blanchfield, P.J., Mills, K.H., Palace, V.P., Evans, R.E., Lazorchak, J.M., and Flick, R.W. 2007. Collapse of a fish population after exposure to a synthetic estrogen. Proceedings of the National Academy of Sciences 104:8897–8901.

Koelz, W. 1921. Description of a new cisco from the Great Lakes. Occasional papers of the Museum of Zoology, University of Michigan 104:1–4.

Koelz, W. 1929. Coregonid fishes of the Great Lakes. Bulletin of the Bureau of Fisheries 43:297–643.

Lemmen, D.S. et Warren, F.J. 2004. Impacts et adaptation liés aux changements climatiques : perspective canadienne. Ressources naturelles Canada : Ottawa (Ontario).xxiv+174 p.

Mills, E.L., Leach, J.H., Carlton, J.T. et Secor, C.L. 1993. Exotic species in the Great Lakes: a history of biotic crises and anthropogenic introductions. Journal of Great Lakes Research 19: 1–54 [en anglais seulement].

Myers, J.T., Jones, M.L., Stockwell, J.D. et Yule, D.L. 2009. Reassessment of the predatory effects of Rainbow Smelt on Ciscoes in Lake Superior. Transactions of the American Fisheries Society 138:1352–1368.

NatureServe. 2011. NatureServe explorer: an online encyclopedia of life. Version 7.1. NatureServe, Arlington (VA). (consulté le 3 octobre 2011).

Nyberg, P., Bergstrand, E., Degerman, E., et Enderlein, O. 2001. Recruitment of pelagic fish in an unstable climate: studies in Sweden’s four largest lakes. Ambio 30:559–564.

O’Gorman, R. et Stewart, T.J. 1999. Ascent, dominance, and decline of the Alewife in the Great Lakes: Food web interactions and management strategies. InGreat Lakes Fisheries Policy and Management: a Binational

Perspective. Publié sous la direction de Taylor, W.W. et de Ferreri, C.P. Michigan State University Press, East Lansing, Michigan. p.489 à 514.

Pangle, K.L., Sutton, T.M., Kinnunen, R.E. et Hoff, M.H. 2004. Overwinter survival of juvenile Lake Herring in relation to body size, physiological condition, energy stores, and food ration. Transactions of the American Fisheries Society 133:1235–1246.

Parker-Stetter, S.L., Rudstam, L.G., Sullivan, P.J. et Warner, D.M. 2009. Standard operating procedures for fisheries acoustic surveys in the Great Lakes. Publication spéciale de la Commission des pêcheries des Grands Lacs. 09-01.

Perry, A.L., P.J. Low, J.R. Ellis et J.D. Reynolds. 2005. Climate change and distribution shifts in marine fishes. Science 308: 1912–1915 [en anglais seulement].

Pratt, T.C. 2012. The distribution and abundance of deepwater ciscoes in Canadian waters of Lake Superior. In Biology and Management of Coregonid Fishes 2008. Publié sous la direction de Mills, K.H., Tallman, R.F. et Howland, K.L. Advances in Limnology 63:25–41.

Pratt, T.C. et Chong, S.C. 2012. Contemporary life history characteristics of Lake Superior deepwater ciscoes. Sous presse.

Pratt, T.C. et Mandrak, N.E. 2007. Abundance, distribution and identification of the Shortjaw Cisco (Coregonus zenithicus) in the proposed Lake Superior marine protected area. Rapport technique canadien des sciences halieutiques et aquatiques 2697:v + 26 p.

Ray, B.A., Hrabik, T.R., Ebener, M.P., Gorman, O.T., Schreiner, D.R., Schram, S.T., Sitar, S.P., Mattes, W.P.et Bronte, C.R. 2007. Diet and prey selection by Lake Superior Lake Trout during spring, 1986–2001. Journal of Great Lakes Research 33:104–113.

Schmidt, S.N., M.J. Vander Zanden et J.F. Kitchell. 2009. Long-term food web change in Lake Superior. Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques 66: 2118-2129 [en anglais seulement].

Schmidt, S.N., Harvey, C.J. et Vander Zanden, M.J. 2011. Historical and contemporary trophic niche partitioning among Laurentian Great Lakes coregonines. Ecological Applications 21:888–896.

Scott, W.B. et Crossman, E.J. 1973. Poissons d’eau douce du Canada. Fisheries Research Board of Canada Bulletin 184 [en anglais seulement].

Smith, S.H. 1964. Status of the deepwater cisco population of Lake Michigan. Transactions of the American Fisheries Society 93:155–163.

Stockwell, J.D., Yule, D.L., Gorman, O.T., Isaac, E.J. et Moore., S.A. 2006. Evaluation of bottom trawls as compared to acoustics to assess adult Lake Herring (Coregonus artedi) abundance in Lake Superior. Journal of Great Lakes Research 32:280–292.

Stockwell, J.D., Ebener, M.P. Black, J.A., Gorman, O.T., Hrabik, T.R., Kinnunen, R.E., Mattes, W.P., Oyadomari, J.K., Schram, S.T., Schreiner, D.R., Seider, M.J., Sitar, S.P. et Yule, D.L. 2009. A synthesis of Cisco recovery in Lake Superior: implications for native fish rehabilitation in the Laurentian Great Lakes. North American Journal of Fisheries Management 29:626–652.

Stockwell, J.D., Hrabik, T.R., Jensen, O.P. Yule, D.L. et Balge, M. 2010a. Empirical evaluation of predator-driver diel vertical migration in Lake Superior.Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques 67:473–485.

Stockwell, J.D., Yule, D.L. et Gorman, O.T. 2010b. Offshore fish community: prey fishes. In The State of Lake Superior in 2005. Publié sous la direction deGorman, O.T., Ebener, M.P. et Vinson, M.R. Publication spéciale de la Commission des pêcheries des Grands Lacs 10-01, Ann Arbor, Michigan. p. 89 à 93.

Stockwell, J.D., Yule, D.L., Hrabik, T.R., Sierszen, M.E., Negus, M.T., Gorman, O.T., Schreiner, D.R. et Ebener, M.P. 2010c. Offshore fish community: ecological interactions In The State of Lake Superior in 2005.Publié sous la direction de Gorman, O.T., Ebener, M.P. et Vinson, M.R. Publication spéciale de la Commission des pêcheries des Grands Lacs 10-01, Ann Arbor, Michigan. p.101 à 106.

Whelan, G.E. 2009. Viral hemorrhagic septicemia (VHS) briefing paper. Michigan Department of Natural Resources, Lansing, Michigan [en anglais seulement].

Yule, D., Stockwell, J., Evrard, L, Cholwek, G, Cullis, K. et Black J. 2006. Comparison of commercial landings of Cisco to acoustic estimates of abundance in Thunder Bay and Black Bay, Ontario. Rapport technique du U.S. Geological Survey, Ann Arbor, Michigan.

Yule, D.L., Adams, J.V., Stockwell, J.D. et Gorman, O.T. 2007. Using multiple gears to assess acoustic detectability and biomass of fish species in Lake Superior. North American Journal of Fisheries Management 27:106–126.

Yule, D.L., Stockwell, J.D., Schreiner, D.R., Evrard, L.M., Balge, M. et Hrabik, T.R. 2009. Can pelagic forage fish and spawning Cisco (Coregonus artedi) biomass in the western arm of Lake Superior be assessed with a single summer survey? Fisheries Research 96:39–50.

Yule, D.L., Berglund, E., Evrard, L.M., Cullis, K.I et Cholwek, G.A. 2010. 2009 spawning Cisco investigations in the Canadian waters of Lake Superior. Rapport technique du U.S. Geological Survey, Ann Arbor, Michigan.

Yule, D.L., Adams, J.V:, Hrabik T.R:, Vinson M.R:, Woiak Z. et Ahrenstorff, T.D. 2013. Use of classification trees to apportion single echo detections to species: application to the pelagic fish community of Lake Superior. Fisheries Research 140: 123-132.

Zimmerman, M.S. et Krueger, C.C. 2009. An ecosystem perspective on re-establishing native deepwater fishes in the Laurentian Great Lakes. North American Journal of Fisheries Management 29:1352–1371.

6. Personnes-ressources

Les personnes et organismes suivants ont pris part à l'élaboration du présent plan de gestion pour le kiyi :

  • Berglund, Eric – Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, Unité de gestion des ressources des Grands Lacs supérieurs
  • Boyko, Amy – MPO, Direction des espèces en péril
  • Cullis, Ken – Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, Unité de gestion des ressources des Grands Lacs supérieurs (à la retraite)
  • Dunn, Shelly – MPO, Direction des espèces en péril
  • Fisher, Fritz – Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, Unité de gestion des ressources des Grands Lacs supérieurs
  • Gorman, Owen – United States Geological Survey, Unité de gestion des ressources des Grands Lacs supérieurs
  • Pratt, Tom – MPO, Laboratoire des Grands Lacs pour les pêches et les sciences aquatiques
  • Reid, Scott – Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, Section de recherche-développement en matière de pêche
  • Schreiner, Don – Minnesota Department of Natural Resources, Lake Superior Area Fisheries Office
  • Yule, Daniel – United States Geological Survey, Station biologique du lac Supérieur

7. Acronymes

ÉE
Établissements d'enseignement
ACIA
Agence canadienne d'inspection des aliments
COSEPAC
Comité sur la situation des espèces en péril au Canada
MPO
Pêches et Océans Canada
UD
Unité désignable
MVD
Migration verticale diurne
EC
Environnement Canada
LEVD 2007
Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition
MRNO
Ministère des Richesses naturelles de l’Ontario
MEO
Ministère de l'Environnement de l'Ontario
MDNR
Minnesota Department of Natural Resources
APC
Agence Parcs Canada
USGS
United States Geological Survey
LEP
Loi sur les espèces en péril
EES
Évaluation environnementale stratégique
TC
Transports Canada
LF
Longueur à la fourche
SHV
Septicémie hémorragique virale

Avis et avertissement : Le MPO n'est pas responsable de la qualité des renseignements, produits ou services offerts par les sites Internet mentionnés plus haut. Les utilisateurs doivent aussi reconnaître que les renseignements provenant de sources externes ne sont disponibles que dans la langue d'origine.