Addenda à la version finale du Programme de rétablissement du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Canada portant sur la désignation de l'habitat essentiel

Pluvier siffleur, sous-espèce circumcinctus

Juillet 2007

Pluvier siffleur.  Judie Shore

Introduction

Le présent document est l’addenda final à la version finale du programme de rétablissement du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus (Charadrius melodus circumcinctus) qui a été affichée au Registre public de la Loi sur les espèces en péril (LEP) le 6 novembre 2006 (ce programme est ci-après appelé le « programme de rétablissement du Pluvier siffleur de 2006 »). L’addenda proposé a été affiché au Registre public le 16 mars 2007 pour une période de commentaires de 60 jours, durant laquelle un certain nombre de commentaires ont été reçus. Ces commentaires ont été soigneusement revus et analysés par les représentants d’Environnement Canada, incluant des représentants ayant des connaissances spécialisées portant sur le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus, et ont été considérés lors de la finalisation du présent addenda.

L’alinéa 41(1)c) de la LEP exige que les programmes de rétablissement désignent l'habitat essentiel d'une espèce, dans la mesure du possible, et qu’ils incluent des exemples d’activités susceptibles d'entraîner sa destruction. La LEP précise également que les programmes de rétablissement peuvent être modifiés en tout temps et que les modifications apportées doivent être affichées au Registre public de la LEP.

Depuis l’affichage de la version finale du programme de rétablissement du Pluvier siffleur de 2006, les recherches et les analyses des données recueillies sur son habitat essentiel ont progressé. Le présent addenda désigne l'habitat essentiel du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus en fonction des données disponibles à l'heure actuelle et modifie le programme de rétablissement publié précédemment. Dans le présent addenda figure une liste des bassins de terres humides et/ou de lits de rivières de l'aire de répartition de la sous-espèce circumcinctus (Ontario, Manitoba, Saskatchewan, Alberta) qui incluent vraisemblablement de l'habitat essentiel. Là où cela était possible, l'emplacement exact de l'habitat essentiel a été précisé à l'échelle du quart de section (voir note de bas de page 1, tableau 2).

Le quart de section a été choisi comme unité de base typique pour la l’identification de l’emplacement de l'habitat essentiel car les terres rurales de l'Ouest canadien sont généralement divisées et gérées à l’échelle du quart de section, et qu’il est facile de retracer les propriétaires fonciers à cette échelle. Il est important de retracer les propriétaires des terres désignées comme habitat essentiel dans les programmes de rétablissement (ou dans des addenda comme celui-ci) afin que ceux-ci et toute autre personne que le ministre compétent juge directement touchés puissent être consultés, comme le précise le paragraphe 39(3) de la LEP.

Il est important de faire des consultations, dans la mesure du possible, en ce qui a trait à la désignation de l'habitat essentiel afin que toutes les parties touchées, y compris les propriétaires fonciers, soient au fait des répercussions associées à l’habitat essentiel en vertu de la LEP. Les articles 58 et 61 de la LEP prévoient des interdictions relatives à la destruction de l'habitat essentiel dans diverses circonstances décrites par la LEP. Les consultations sont également importantes puisqu’elles servent à impliquer toutes les 3 parties touchées dans une approche coopérative de la gestion et de la protection de l’habitat essentiel en vertu de la LEP.

À l'heure actuelle, l'habitat essentiel a été désigné dans 65 quarts de section situés dans 20 bassins. Dans ces quarts de section, l'habitat essentiel est défini comme étant la bande de rivage située entre la ligne des hautes eaux ordinaires et le bord de l’eau, car le Pluvier siffleur est un oiseau de rivage terrestre qui utilise la portion du rivage se trouvant entre le bord de l’eau et la végétation terrestre.

Haut de la page

1.0 : Une approche hiérarchique a été utilisé pour la désignation de l'habitat essentiel

La LEP définit l'habitat essentiel comme suit : « L'habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d'une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d'action élaboré à l'égard de l'espèce ».

Une approche hiérarchique a été utilisée pour désigner l'habitat essentiel du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus. Un premier ensemble plus général de « Critères relatifs aux bassins » (énumérés à la section 1.1 ci-dessous) a été appliqué afin de déterminer lesquels des bassins de l'aire de répartition du Pluvier siffleur de la sousespèce circumcinctuscontiennent vraisemblablement de l'habitat essentiel de cette sousespèce.

Même si un bassin peut contenir de nombreux sites d'habitat essentiel, il peut également comprendre des aires ne convenant pas au Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus. Un deuxième critère ou ensemble de critères doit donc être appliqué dans les bassins qui incluent vraisemblablement de l'habitat essentiel afin de déterminer précisément les portions de rivage de chacun des bassins qui constituent de l'habitat essentiel. Le « critère relatif aux quarts de section » (énumérés à la section 1.2 ci-dessous) a donc été appliqué en deuxième lieu afin de désigner l'habitat essentiel dans les 20 bassins où l’habitat essentiel est actuellement identifié. Les portions du rivage qui constituent de l'habitat essentiel sont désignées à l'échelle du quart de section.

Haut de la page

1.1 : Critères relatifs aux bassins

L'application des « critères relatifs aux bassins » permet de cerner globalement les bassins susceptibles de contenir de l'habitat essentiel du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus. Les critères suivants, tels qu’ils apparaissent dans le programme de rétablissement du Pluvier siffleur de 2006 (Environnement Canada, 2006), ont été appliqués pour déterminer les bassins de l'aire de répartition du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus (Alberta, Saskatchewan, Manitoba et Ontario) qui contiennent vraisemblablement de l'habitat essentiel :

  1. un nombre moyen de ≥ 4 pluviers adultes en Alberta et en Saskatchewan et de ≥ 2 adultes au Manitoba et en Ontario recensés à tous les relevés, ou 5 % de la cible du rétablissement de la province pendant une année de la période couverte;
  2. un minimum de trois relevés par site pendant la saison de reproduction, tous menés au cours d'années différentes;
  3. une période flottante d'au moins 15 ans (débutant en 1991) pour déterminer le statut du site (terre humide, lac, lit de rivière). La période de 15 ans est fondée sur trois recensements internationaux se déroulant tous les cinq ans.

En d'autres termes, pour qu'un bassin soit considéré comme incluant vraisemblablement de l'habitat essentiel, le nombre moyen de pluviers adultes enregistré lors de tous les relevés réalisés dans le bassin au cours des 15 dernières années doit être supérieur ou égal à quatre (Alberta et Saskatchewan) ou à deux (Manitoba et Ontario). Pour chaque bassin, l’ensemble des relevés utilisés doit comprendre au moins trois relevés réalisés pendant la saison de reproduction, et peut inclure tout relevé réalisé dans un bassin particulier en plus de ceux menés dans le cadre du recensement international du Pluvier siffleur. On estime qu'un bassin contient vraisemblablement de l'habitat essentiel si, au cours d'une des quinze dernières années, le nombre de pluviers adultes recensés lors d'un relevé réalisé dans le bassin est supérieur ou égal à 5 % de la cible du rétablissement de la province où le bassin se trouve. Les cibles provinciales du rétablissement fixées pour le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus dans le programme de rétablissement du Pluvier siffleur de 2006 sont de 300 pour l’Alberta, de 1 200 pour la Saskatchewan, de 120 pour le Manitoba et de six pour l’Ontario (lac des Bois) (Environnement Canada, 2006). Il importe de prendre note du fait que la cible de 6 oiseaux pour l’Ontario s’applique seulement au lac des Bois, situé dans le nord de l’Ontario; il serait prématuré pour le moment de fixer une cible en matière de population pour le sud de l’Ontario car le Pluvier siffleur ne s’y est pas reproduit pendant les trois décennies précédant 2007, et la qualité et le caractère convenable de l’habitat sont incertains et requièrent une évaluation.

Le critère de ≥ 4 adultes pour tous les relevés réalisés en Alberta et en Saskatchewan et celui de ≥ 2 adultes pour tous ceux réalisés en Ontario et au Manitoba ont été choisis comme limites inférieures pour l’occurrence du Pluvier siffleur dans les bassins par consensus entre les membres de l'équipe de rétablissement du Pluvier siffleur des Prairies sur la base des connaissances historiques sur la taille de la population et sur l'utilisation de l'habitat. L'équipe de rétablissement accueille des membres qui possèdent une expertise en biologie, en conservation, en dynamique des populations et en gestion du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus. Une limite inférieure plus inclusive a été fixée pour le Manitoba et l'Ontario car la population du Manitoba est petite et celle de l'Ontario n’est qu’une population relique. La limite plus stricte établie pour l'Alberta et la Saskatchewan reconnaît que les populations de ces provinces sont plus grandes et qu’un plus grand nombre de pluviers risquent par conséquent d'être observés lors des relevés réalisés dans les bassins de ces provinces.

Le nombre minimum de trois relevés apporte une constance dans la localisation des sites en assurant que les fluctuations ponctuelles du nombre d'individus ou de l’utilisation d’un 5 bassin n'entraînent pas nécessairement l'exclusion d'un bassin. La fenêtre flottante de 15 ans assure que la sélection des bassins contenant vraisemblablement de l'habitat essentiel soit réalisée en tenant compte des données sur la reproduction provenant d’un minimum de trois recensements internationaux du Pluvier siffleur, lesquels sont réalisés tous les cinq ans.

Le recensement international du Pluvier siffleur est un inventaire exhaustif des Pluviers siffleurs mené aux États-Unis, au Canada, au Mexique, à Cuba, aux Bahamas, aux Caraïbes et à Saint-Pierre et Miquelon (France). Le but du recensement est d’effectuer le suivi des progrès réalisés vers l'atteinte des buts du rétablissement ainsi que de déterminer les changements dans la répartition de l'espèce et d’en effectuer le suivi (Haig et al., 2005). La méthodologie du recensement a été établie par l’équipe de rétablissement du Pluvier siffleur des Grands Lacs américains et des Grandes Plaines du nord, et comprend deux volets principaux : un recensement mené dans les lieux d'hivernage et un autre dans les lieux de reproduction. Seules les données sur la reproduction sont considérées pour la désignation de l'habitat essentiel de la population canadienne du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus, cette sous-espèce n’hivernant pas au Canada. Chacun des recensements sur la reproduction se déroule au cours des deux premières semaines de juin.

Haut de la page

1.2 : Critère relatif aux quarts de section

Tel que mentionné ci-dessus, les critères relatifs aux bassins ont été appliqués en premier lieu afin de cerner les bassins susceptibles de contenir de l'habitat essentiel. Un deuxième critère (critère relatif aux quarts de section) a ensuite été appliqué afin de déterminer quels quarts de section ou unité comparable du rivage contiennent l'habitat essentiel du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus :

  • Les quarts de section (ou les unités comparables) contenant de l'habitat essentiel sont ceux où l'utilisation a été documentée pour > 2 couples ou > 2 nids de Pluviers siffleurs, ou > 4 adultes lors de > 2 saisons de reproduction au cours d'une fenêtre flottante de 15 ans.

En d'autres termes, pour que l'habitat essentiel soit désigné dans un quart de section (ou une unité comparable), les données recueillies dans ce quart de section lors d’au moins deux relevés effectués pendant la saison de reproduction au cours des 15 dernières années doivent avoir montré un nombre supérieur ou égal à deux couples, à deux nids ou à quatre pluviers adultes. Cette méthodologie a pour résultat une désignation de l'habitat essentiel correspondant à des territoires qu’on sait avoir été utilisés au cours d'une période raisonnable, et elle est semblable à celle adoptée par l'équipe de rétablissement du Pluvier siffleur de l’Alberta (Alberta Piping Plover Recovery Team, 2006).

Dans les quarts de section désignés grâce à ce critère, l'habitat essentiel est défini comme étant la bande de rivage située entre la ligne des hautes eaux ordinaires et le bord de l’eau. La limite supérieure de l'habitat est définie par la ligne des hautes eaux ordinaires, comme que le mentionne le programme de rétablissement du Pluvier siffleur de 2006 (Environnement Canada, 2006).

Les structures anthropiques (p. ex. quais, bâtiments, marinas, équipement d'irrigation, etc.) ne sont pas considérées comme de l'habitat essentiel.

Tel que mentionné à la section 1.1 ci-dessus, les populations de Pluviers siffleurs de la sous-espèce circumcinctus de l'Ontario et du Manitoba sont plus petites que celles de l'Alberta et de la Saskatchewan. Par conséquent, pour l’Ontario et le Manitoba, la détermination des bassins contenant vraisemblablement de l’habitat essentiel s’appuie sur des critères relatifs aux bassins où la limite inférieure du nombre de pluviers adultes observés est plus inclusive. Il faudra peut-être également établir des exigences plus inclusives à l’échelle du quart de section (ou d'une unité comparable) si l'on veut désigner suffisamment d'habitat essentiel pour atteindre les cibles provinciales du rétablissement du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus qui ont été fixées dans le programme de rétablissement du Pluvier siffleur de 2006 pour les populations de l’Ontario et du Manitoba (Environnement Canada, 2006). De la même façon, les critères relatifs aux bassins et le critère relatif aux quarts de section peuvent être révisés, précisés et mis à jour, si cela s’avère approprié.

Haut de la page

2.0 : Résultats de l'application des critères relatifs aux « bassins » et du critère relatif aux « quarts de section »

L'application des critères relatifs aux bassins dans l'aire de répartition de la population canadienne du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus a permis de cerner 59 bassins incluant vraisemblablement l'habitat essentiel de cette population (tableau 1). Parmi ces 20 bassins, il y en a sept qui se trouvent à l'intérieur ou à proximité d'un territoire domanial ou de terres administrées par le gouvernement fédéral en Saskatchewan (tableau 2) et 13 qui se trouvent sur des terres non domaniales en Alberta (tableau 3). Le critère relatif aux quarts de section a été appliqué aux 15 bassins en Alberta qui répondent aux critères relatifs aux bassins (et qui sont énumérés au tableau 1), menant ainsi à l’identification de quarts de section qui comprennent de l’habitat essentiel dans 13 de ces 15 bassins. Pour ces 13 bassins, l'emplacement exact des quarts de section contenant de 7 l'habitat essentiel n'est pas précisé. Cet habitat essentiel en Alberta a été désigné à partir du plan de rétablissement du Pluvier siffleur de l’Alberta (Alberta Piping Plover Recovery Team, 2006), lequel utilise des lettres pour identifier les quarts de section plutôt que de fournir leur emplacement exact. La province de l’Alberta utilise cette approche pour la désignation de l’habitat essentiel afin de réduire au minimum les perturbations des pluviers, et de maintenir l'anonymat des propriétaires fonciers adjacents. En ce moment, le gouvernement fédéral ne connaît pas l’emplacement exact de ces quarts de section.

À l'heure actuelle, l’application du critère relatif aux quarts de section a permis d’identifier 65 quarts de section incluant de l’habitat essentiel du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus dans 20 des 59 bassins figurant au tableau 1. Le résultat a été la localisation de 65 quarts de section incluant l'habitat essentiel du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus. Parmi ces 20 bassins, il y en a sept qui se trouvent à l'intérieur ou à proximité d'un territoire domanial ou de terres administrées par le gouvernement fédéral en Saskatchewan (tableau 2) et 13 qui se trouvent sur des terres non domaniales en Alberta (tableau 3). Pour les 13 bassins de l'Alberta, l'emplacement exact des quarts de section contenant de l'habitat essentiel n'est pas spécifié. Ceci est dû au fait que l'habitat essentiel de l'Alberta a été désigné à partir du plan de rétablissement du Pluvier siffleur de l'Alberta (Alberta Piping Plover Recovery Team, 2006), lequel utilise des lettres pour identifier les quarts de section plutôt que de fournir leur emplacement exact. La province de l'Alberta utilise cette approche afin de réduire au minimum les perturbations des pluviers, et de maintenir l'anonymat des propriétaires fonciers adjacents. En ce moment, le gouvernement fédéral ne connaît pas l'emplacement exact de ces quarts de section.

L'habitat essentiel désigné en Alberta et en Saskatchewan dans le présent addenda a été identifié en collaboration avec les autorités provinciales et, dans la mesure du possible, en consultation avec les propriétaires fonciers et les autres parties intéressées. D'autres sites de l'aire de répartition de la population canadienne du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus répondant aux critères relatifs aux bassins et au critère relatif aux quarts de section seront ajoutés à la liste de l’habitat essentiel à mesure que de nouvelles données seront recueillies.

Afin de désigner l’habitat essentiel dans les bassins restants, les travaux suivant doivent être réalisés : en Ontario, une plus grande collaboration est requise avec la province afin de définir les critères, incluant l’unité de territoire appropriée (comparable au quart de section) pour la désignation à petite échelle de l’habitat essentiel; au Manitoba, une plus grande collaboration est requise avec la province afin de finaliser les critères et l’unité de territoire appropriée (comparable au quart de section) pour la désignation à petite échelle de l’habitat essentiel, et en Saskatchewan, le contrôle et l’assurance de la qualité doivent être appliqués à la liste provisoire des sites, et un relevé continu est en cours pour finaliser cette liste de sites. Ce travail est en cours et il est prévu que de l’habitat essentiel supplémentaire sera désigné d’ici décembre 2007.

La prédation semblerait être le principal facteur touchant le rétablissement de la population circumcinctus du Pluvier siffleur, Alors, bien que la désignation et la protection de l'habitat essentiel soient une étape importante vers l'atteinte du but du rétablissement du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus, elles ne représentent qu’un élément parmi les efforts consentis pour la protection et le rétablissement de cette sous-espèce au Canada. Les efforts de recherche et de suivi ainsi que les initiatives d'intendance de l’habitat sont également importants pour aborder les menaces connues pesant sur le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus et pour la conservation, la protection et le rétablissement du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus au Canada.

Le Programme d'intendance de l'habitat (PIH) du gouvernement fédéral, administré par le Service canadien de la faune d'Environnement Canada, a financé des programmes d’intendance et de tutelle pour le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Ces programmes ont augmenté la sensibilisation du public à cette sous-espèce et aux défis auxquels elle est confrontée. Ils ont aussi contribué à la mise en place d'une gestion interventionniste, à l'installation d'exclos pour les prédateurs et au suivi des nids. Le PIH a également fourni du financement pour appuyer l’installation de clôtures sur les rivages et l’aménagement d’installations d’approvisionnement en eau hors site afin que les bovins n'écrasent pas les nids des pluviers sur les plages.

D'importantes activités de recherche et de suivi sur le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus sont également en cours dans toute son aire de répartition au Canada. Celles-ci incluent le suivi accru de sites sélectionnés dans les Prairies et les recherches menées en Saskatchewan par des représentants d’Environnement Canada afin de clarifier l’information sur la productivité et la survie de l’espèce dans le but de permettre une modélisation plus précise des dynamiques de la population, laquelle contribuera aux efforts de conservation futurs.

Dans bien des cas, ces efforts d'intendance et de protection sont en cours depuis longtemps et ont déjà eu une incidence positive sur la population canadienne du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus. Le recensement international de 2006 a montré une augmentation globale de 77 % de la population canadienne recensée du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus par rapport au recensement de 2001. Bien que d’autres relevés soient nécessaires pour confirmer la stabilité de cette augmentation dans le temps, les données du recensement de 2006 représentent un résultat préliminaire positif qui indique que des progrès importants ont été faits vers l’atteinte du but du rétablissement fixé pour cette sous-espèce.

3.0 : Exemples d'activités susceptibles d'entraîner la destruction de l'habitat essentiel

Le présent addenda désigne l’habitat essentiel du Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus; des exemples d’activités susceptibles d’entraîner la destruction de cet habitat sont donc énumérés ci-dessous.

Les activités susceptibles d’entraîner la destruction de l'habitat essentiel incluent les activités suivantes : les activités agricoles (p. ex. labourage, surutilisation des rivages par les bovins), l'exploitation des ressources (p. ex. exploitation minière, pétrolière et gazière), la construction d'infrastructures (p. ex. routes, pipelines, ponts, marinas), la modification draconienne ou permanente des régimes hydrologiques normaux (p. ex. drainage de terres humides, construction de barrages, élévation permanente du niveau de l'eau), la pollution de l'eau ou des rivages et les activités récréatives excessives (p. ex. véhicules tout-terrain, circulation automobile).

Haut de la page

Tableaux

Tableau 1. Bassins de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta contenant vraisemblablement de l'habitat essentiel du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus)
Nom officiel du siteNom non officiel du siteLatitude
(N)
Longitude
(O)
Alberta
Lac Akasu 53° 30' N111° 50' O
Lacs Baxter 52° 53' N110° 43' O
Lac Birch 53° 19' N111° 35' O
Lacs ChainLac no 451° 83' N112° 15' O
Lac Dowling 51° 47' N112° 11' O
Lac Handhills 51° 30' N112° 07' O
Lac Killarney 52° 35' N110° 06' O
Lac Little Fish 51° 22' N112° 14' O
Lac Muriel 54° 09' N110° 40' O
Lac Red Deer 52° 43' N113° 02' O
Lacs ReflexLac West Reflex52° 40' N110° 00' O
Baie Rockeling 52° 33' N112° 48' N
Lac Sunken 52° 23' N110° 39' O
Sans nomLac Piper52° 33' N110° 62' O
Sans nomLac Rider52° 32' N112° 46' N
Saskatchewan
Lac Alkali 49° 00' N104° 18' O
Lac Aroma 52° 18' N108° 33' O
Lac Big Muddy 49° 09' N104° 51' O
Lac Big Quill 51° 55' N104° 22' O
Lac Bliss 49° 47' N105° 30' O
Lac Buffer 52° 23' N106° 00' O
Lac Burn 49° 43' N105° 28' O
Lac Channel 49° 31' N105° 16' O
Lac Chaplin 50° 22' N106° 36' O
Lac Coal Mine 49° 22' N105° 02' O
Lac Dryboro 49° 43' N105° 30' O
Lac East Coteau 49° 02' N104° 26' O
Rivière East PoplarRéservoir Cookson49° 03 N105° 27 O
Lac Elkona 52° 36' N105° 12' O
Lac Fife 49° 14' N105° 53' O
Lac Frederick 50° 02' N105° 47' O
Lac Freefight 50° 24' N109° 07' O
Lac Freshwater 52° 37' N109° 59' O
Lac Diefenbaker 50° 43' N107° 30' O
Lake of the Rivers 49° 49' N105° 44' O
Lac Last Mountain 51° 05' N105° 14' O
Lac Lenore 52° 30' N104° 59' O
Lac Little Manitou 51° 44' N105° 30' O
Lac Little Quill 51° 55' N104° 05' O
Lac Manitou 52° 43' N109° 43' O
Lac MidtskoganLac Chaplin, baie Midtskogan50° 24' N106° 39' O
Lac Old WivesLac Johnston50° 06' N106° 00' O
Lac Redberry 52° 42' N107° 10' O
Lac Reed 50° 24' N107° 05' O
Lacs ReflexLac West Reflex52° 67' N110° 00' O
Lac Sandoff 49° 05' N104° 09' O
Lac Shoe 49° 44' N105° 21' O
Rivière Saskatchewan-SudBarrage Gardiner à Saskatoon51° N106° O
Terre humide sans nom 540 279 49° 49' N105° 38' O
Terre humide sans nom 705 056 49° 42' N104° 24' O
Terre humide sans nom 840 020 49° 39' N105° 13' O
Terre humide sans nom 842 027 49° 39' N105° 13' O
Terre humide sans nom 846 992 49° 39' N105° 13' O
Terre humide sans nom 870 825Lac Horizon49° 03' N105° 11' O
Lac West Coteau 49° 02' N104° 32' O
Lac Willow Bunch 49° 27' N105 ° 27' O
Manitoba
Lac Manitoba 51° 00' N98° 45' O
Lac Winnipeg 52° 00' N97° 00' O
Lac West Shoal 50° 20' N97° 41' O
Ontario
Lac des Bois 49° 15' N94 ° 45' O

 

Tableau 2. Quarts de section contenant du rivage qui est l'habitat essentiel du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) en Saskatchewan
BassinDescriptionIDQSEC1SectionCantonRangMéridien
Lac BurnPâturage de l'ARAPà ExcelNE0409262
Lac DryboroPâturage de l'ARAPà ExcelSE1709262
Lac DryboroPâturage de l'ARAPà ExcelNO0809262
Lac DryboroPâturage de l'ARAPà ExcelNE0809262
Lac DryboroPâturage de l'ARAPà ExcelSO0909262
Lac DryboroPâturage de l'ARAPà ExcelNO0909262
Lac DryboroPâturage de l'ARAPà ExcelSE0909262
Lac DryboroPâturage de l'ARAPà ExcelNE0909262
Lac Last MountainRéserve nationale de faune2SO1427242
Lac Last MountainRéserve nationale de fauneNO1427242
Lac ShoePâturage de l'ARAPà ExcelSO2009252
Lac ShoePâturage de l'ARAPà ExcelSE2009252
Lac ShoePâturage de l'ARAPà ExcelNO1709252
Lac ShoePâturage de l'ARAPà ExcelNE1709252
Lac ShoePâturage de l'ARAPà ExcelSO2109252
Lac sans nom 842 027Pâturage de l'ARAP3 à KeywestNO2908242
Lac sans nom 842 027Pâturage de l'ARAPà KeywestNE2908242
Lac sans nom 842 027/
lac sans nom 840 020
Pâturage de l'ARAPà KeywestSE2908242
lac sans nom 840 020Pâturage de l'ARAPà KeywestSO2908242
lac sans nom 846 992Pâturage de l'ARAPà KeywestNE1708242
lac sans nom 846 992Pâturage de l'ARAPà KeywestSO1608242
lac sans nom 846 992Pâturage de l'ARAPà KeywestNO1608242

1 IDQSEC = Identification des quarts de section. Les descriptions des quarts de section sont fondées sur la méthode de quadrillage pour l'arpentage des terres fédérales avec laquelle la majorité de l'Ouest canadien est légalement divisé en cantons sur la base des méridiens et des parallèles. Chaque canton reçoit un numéro de canton et un numéro de rang. Les cantons ont une superficie d'environ 9,7 km sur 9,7 km(6 milles sur 6 milles) et sont divisés en 36 sections d'environ 1,6 km sur 1,6 km (1 mille x 1 mille). Ces sections sont ensuite divisées en quatre quarts de section : sud-est, sud-ouest, nord-ouest et nord-est, chacun ayant une superficie de 0,8 km sur 0,8 km (0,5 mille sur 0,5 mille). À titre d'exemple, la description légale complète du quart de section NO-36-002-06-E est quart nord-ouest de la section 36, canton 002, rang 06, à l'est du premier méridien (voir McKercher et Wolf, 1986, pour de plus amples renseignements).
2 Refuge d'oiseaux migrateurs dans une réserve nationale de faune.
3 ARAP = Administration du rétablissement agricole des Prairies (division d'Agriculture et Agroalimentaire Canada).

Tableau 3. Habitat essentiel du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) dans les bassins de l'Alberta
BassinSegment1
Lac AkasuA
Lac BaxterA
Lac BirchA, B, C
Lacs Chain (no 4)A, B
Lac DowlingA, B, C, D, E, F, G, H, I, J
Lac HandhillsA, B, C, D, E
Lac KillarneyA, B, C, D, E
Lac Little FishA, B, C, D
Lac MurielA, B, C
Lac Red DeerA, B
Lacs Reflex (« lac West Reflex »)A B, C, D
Lac SunkenA
Lac sans nom (« lac Piper »)A, B

1 Segment = quart de section

Références

Alberta Piping Plover Recovery Team. 2006. Alberta Piping Plover Recovery Plan, 2005-2010, Alberta Sustainable Resource Development, Fish and Wildlife Division, Alberta Species at Risk Recovery Plan No. 10, Edmonton,Alberta, 27 p.

Environnement Canada. 2006. Programme de rétablissement du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Canada, Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Environnement Canada, Ottawa, 32 p.

Haig, S.M., C.L. Ferland, F.J. Cuthbert, J. Dingledine, J.P. Goossen, A. Hecht, N. McPhillips. 2005. A complete species census and evidence for regional declines in Piping Plovers, Journal of Wildlife Management69(1):160-173.

McKercher, Robert B.; Bertram Wolf (1986). Understanding Western Canada's Dominion Land Survey System, Saskatoon: Division of Extension and Community Relations, University of Saskatchewan.

 

Haut de la page