Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur L'esturgeon vert Acipenser medirostris au Canada - 2013

Préoccupante
2013

Haut de la page

Liste des figures

Haut de la page

Information sur le document

Logotype du COSEPAC

Les sommaires du statut de l’espèce du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages au Canada que l’on croit en péril. On peut citer le présent document de la façon suivante :

COSEPAC. 2013. Sommaire du statut de l’espèce du COSEPAC sur l'esturgeon vert (Acipenser medirostris) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. xvi p. (Registre public des espèces en péril site Web).

Note de production :

Le COSEPAC remercie Todd Hatfield (Ph.D.) d’avoir rédigé le sommaire du statut de l’espèce sur l’esturgeon vert (Acipenser medirostris) au Canada, aux termes d’un marché conclu avec Environnement Canada. La supervision et la révision du sommaire ont été assurées par Eric Taylor (Ph.D.), coprésident du sous-comité de spécialistes des poissons d’eau douce du COSEPAC.

Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s’adresser au :

Secrétariat du COSEPAC
a/s Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3

Tél. : 819-953-3215
Téléc. : 819-994-3684
COSEPAC Courriel
COSEPAC site Web

Also available in English under the title COSEWIC Status Appraisal Summary on the Green Sturgeon Acipenser medirostris in Canada.

©Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2014.
No de catalogue CW69-14/2-38-2014F-PDF
ISBN 978-0-660-22111-3

Haut de la page

Logotype du COSEPAC

COSEPAC
Sommaire de l’évaluation

Sommaire de l’évaluation - novembre 2013

Nom commun
Esturgeon vert
Nom scientifique
Acipenser medirostris
Statut
Préoccupante
Justification de la désignation
Cette espèce de poisson de grande taille se développe lentement et met du temps à atteindre la maturité. On ne connaît pas le nombre d’individus dans les eaux canadiennes, mais ce nombre est sans aucun doute peu élevé. L’espèce est en péril à l’échelle mondiale, et les menaces connues sont les prises accessoires tant au Canada qu’aux États-Unis, et la perte et la dégradation de l’habitat causées par l’extraction d’eau, le développement industriel et l’aménagement à des fins récréatives, ainsi que la construction de barrages aux États-Unis où se trouvent toutes les localités de frai connues.
Répartition
Colombie-Britannique, Océan Pacifique
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1987. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2004 et en novembre 2013.

Haut de la page

 

Logotype du COSEPAC

COSEPAC
Sommaire du statut de l’espèce

Acipenser medirostris
Esturgeon vert
Green Sturgeon
Répartition au Canada : Colombie Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

COSEPAC :
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1987. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2004 et en novembre 2013.

Preuves

Espèce sauvage :

Changement quant à l’admissibilité, à la taxinomie ou aux unités désignable
Non
Explication
L’esturgeon vert est une espèce anadrome qui dépend d’un accès libre à des milieux marins (pour la croissance et la maturation) et d’eau douce (pour la reproduction). Aucune reproduction n’est confirmée dans l’aire de répartition canadienne. L’aire de répartition de l’esturgeon vert couvre les zones marines côtières depuis le nord du Mexique (30o N.) jusqu’à la mer de Béring, dans l’ouest de l’Alaska (~ 59o N.). Au Canada, on observe souvent l’espèce dans les eaux marines et occasionnellement dans les eaux douces (Huff et al., 2012; voir la figure 1). L’espèce est réputée frayer dans les systèmes des fleuves Sacramento et San Joaquin (Californie), des rivières Rogue et Umpqua (Oregon) et de la rivière Klamath (Oregon et Californie), aux États-Unis.

Répartition

Changement de la zone d’occurrence
Non
Changement de l’indice de zone d’occupation (IZO)
Non
Changement du nombre de localités actuelles connues ou inférées*
Non
Nouvelles données importantes issues de relevés
Non
Explication
Les données disponibles, rares et incertaines, n'indiquent aucun changement dans la répartition de l'espèce au Canada. Quelques nouvelles données ont permis d'étendre au nord et au sud les limites de l'aire de répartition marine de l'esturgeon vert en Amérique du Nord, mais son effectif est faible à proximité de ces limites (Huff et al., 2012; voir la figure 1). L'aire de répartition, illustrée sur des cartes géographiques, s'étendait à l'isobathe de 200 m, du nord du Mexique à l'ouest de l'Alaska, mais Huff et al. (2012) ont indiqué que la concentration constante d'esturgeons verts se situait environ à 41-51,5o N. et à proximité des baies de San Francisco et de Monterey, à 36-37o N. Aux États-Unis, l'esturgeon vert se compose de deux segments de population distincts (Distinct Population Segments, DPS). Un DPS équivaut à peu près à la définition d'« unité désignable » du COSEPAC. Trois principales populations distinctes se rencontrent dans le DPS nord (dans les cours d'eau Rogue, Klamath et Umpqua) et 1 autre dans le DPS sud (dans le fleuve Sacramento). Adams et al. (2007) font part de récentes observations de juvéniles faisant partie de ce qu'on croyait être des populations de géniteurs disparues dans 3 cours d'eau ou affluents du DPS nord (cours d'eau Eel et Trinity [Californie] et Umpqua [Oregon]). Il est probable que la plupart des mentions canadiennes incluent des données à propos du DPS nord.

Haut de la page

Information sur la population

Changement du nombre d’individus matures
Non
Changement de la tendance de la population totale
Non
Changement de la gravité de la fragmentation de la population
Non
Changement de la tendance de la superficie et/ou de la qualité de l’habitat
Non
Nouvelles données importantes issues de relevés
Non

Explication :

Les données disponibles, rares et incertaines, n’indiquent aucun changement dans la répartition ou l’effectif de l’espèce au Canada. Il n’existe pas d’estimation fiable des populations aux États-Unis, mais la population du DPS sud est considérée comme moins abondante et plus menacée que celle du DPS nord (NOAA, 2012). Aux États-Unis, il n’y a pas de pêches commerciales dirigées de l’esturgeon vert, mais il arrive que l’espèce fasse partie des prises accessoires des pêches commerciales et récréatives visant l’esturgeon blanc, les saumons et quelques poissons de fond. Selon des données sur les prises, y compris les prises accessoires, il n’y a aucun changement important relatif à ces dernières, mais on a noté une légère hausse statistiquement significative des prises d’esturgeons verts dans le fleuve Columbia (États de Washington et d’Oregon) de 1960 à 1992. Après cette période, les données ne sont pas comparables à cause des changements apportés à la réglementation (fermetures de pêches, pêche avec remise à l’eau). Les captures par unité d’effort (CPUE) ont été assez stables dans les pêches de la tribu Yurok (rivière Klamath, DPS nord) de 1984 à 2003. Ici encore, les modifications à la réglementation après cette période empêchent les comparaisons (Adams et al., 2007).

Au Canada, les données de Pêches et Océans Canada (MPO) font état de très peu de prises accessoires par la pêche au saumon ou la pêche d’essai dans la région d’Albion (total de neuf individus, 2002-2011).

Selon les données du MPO, on observe au pays un nombre plus élevé de prises accessoires par les pêches au chalut du poisson de fond. De 2001 à 2011, les prises accessoires, estimées à 11 208 kg (24 710 lb) sur l’ensemble de la région côtière, variaient de 81,6 kg (180 lb) à 1 961 kg (4 324 lb) par année. Ces données ne permettent pas de dégager une tendance évidente. Lindley et al. (2008) mentionnent un total de 24 843 kg1 (54 655 lb) de prises accessoires par les pêches au chalut canadiennes au cours de la période de 1996 à 2006 (aucune ventilation par année). On ne doit pas déduire de tendances à partie de ces 2 ensembles de données à cause des différences possiblement importantes sur le plan des méthodes de collecte et d’analyse de données.

1 En présumant qu’un esturgeon vert adulte pèse de 80 à 100 kg (le plus gros individu observé pesait 159 kg), poids équivalent à 248-310 poissons.

Menaces

Changement de la nature ou de la gravité des menaces
Non

Explication :

Les données sur les menaces touchant l’espèce au Canada sont rares et peu nombreuses. Au pays, l’habitat en eau douce serait semblable à celui de l’esturgeon blanc (p. ex. bas Fraser, en Colombie-Britannique), mais les données sur les prises accessoires révèlent une plus grande utilisation des aires marines canadiennes. On croit qu’il n’y a eu aucun changement important relatif aux menaces visant l’esturgeon blanc dans le bas Fraser (COSEPAC, 2013). Au Canada et aux États-Unis, l’esturgeon blanc est étudié de façon plus approfondie que l’esturgeon vert.

Puisqu’on ne dispose d’aucune donnée estimative sur la mortalité après la remise à l’eau dans le cadre des pêches au chalut (Phaedra Doukakis, NOAA, comm. pers. avec Todd Hatfield, janvier 2014), on ignore le nombre d’esturgeons verts blessés ou tués directement chaque année au Canada dans ce secteur.

Aux États-Unis, les deux DPS continuent de subir une perte et une dégradation de l’habitat. À titre d’exemple, la rivière Eel (DPS nord) connaît toujours une dégradation de l’habitat, et l’habitat de la rivière Klamath est souvent touché par des hausses de la température de l’eau (Adams et al., 2007). L’habitat du DPS sud (fleuves Sacramento et San Joaquin, en Californie) est encore touché par de multiples facteurs, dont les plus importants sont la présence de barrages, l’extraction de l’eau, l’introduction d’espèces envahissantes, l’urbanisation et la pollution due au ruissellement des terres agricoles (Adams et al., 2007; NOAA, 2006, 2012).

Haut de la page

Protection

Changement quant à la protection efficace
Non

Explication :

Il y a davantage de mesures pour protéger les esturgeons verts, mais il est difficile de savoir si les changements relatifs à la réglementation et à la conservation sont efficaces, puisqu’on n’a pas de données fiables sur la taille ou les tendances des populations dans l’aire de répartition (NOAA, 2012). À titre d’exemple, il n’y a eu aucun changement important récent dans la réglementation canadienne sur les pêches en eaux douces et en eaux marines. De plus, on n’a observé aucune modification majeure des mesures visant à assurer une protection efficace (p. ex. parcs marins ou aires de conservation) de l’espèce dans son aire de répartition au Canada. À l’échelle nationale, des modifications à la Loi sur les pêches ont été apportées en 2012 et mises en œuvre en novembre 2013; cependant, celles-ci pourraient entraîner une réduction des mesures de protection de l’habitat de l’esturgeon vert, car les populations ne sont pas ciblées par les pêches commerciales, récréatives ou autochtones. Enfin, un plan de gestion, qui est nécessaire pour l’esturgeon vert à cause de son statut d’espèce préoccupante accordé aux termes de l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril(LEP), n’a pas encore été élaboré. Dans les eaux états-uniennes, toutefois, il est interdit depuis 2007 de conserver des esturgeons verts pêchés accidentellement dans les États de Washington, d’Oregon et de Californie (exception : lors des pêches côtières en Oregon). Le DPS nord, où l’espèce est considérée préoccupante (« species of concern »), et le DPS sud, où l’espèce est menacée (« threatened »), sont officiellement visés par l’Endangered Species Act des États-Unis (NOAA, 2012). L’habitat essentiel a été établi pour le DPS sud, et la pêche récréative de cette espèce est maintenant interdite en Californie. Dans le cas des pêches dans le fleuve Columbia et des pêches de la tribu Yurok, une diminution des prises d’esturgeons verts pourrait refléter l’efficacité accrue des mesures de protection. Ainsi, une protection adéquate pourrait maintenant couvrir une plus grande superficie aux États-Unis. Étant donné l’importance du commerce mondial de caviar d’esturgeon, l’esturgeon vert figure aussi maintenant à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES; NOAA, 2012).

Haut de la page

Immigration de source externe

Changement quant à l'immigration de source externe constatée
Non

Explication :

On croit que la reproduction a lieu entièrement aux États Unis.

Haut de la page

Analyse quantitative

Changement quant à la probabilité de disparition du pays
Non

Explication :

Il n'y a aucune étude quantitative sur le risque de disparition au Canada.

Haut de la page

Sommaire et autres points à examiner [mesures de rétablissement, etc.]

Les données les plus récentes portent sur les profils de déplacement et de migration de l’esturgeon vert (voir par exemple Huff et al., 2011, 2012; Lindley et al., 2008, 2011). Il semble y avoir un intérêt accru pour cette espèce d’après le nombre de nouvelles études scientifiques à son sujet. Un plan de gestion de l’esturgeon vert (espèce préoccupante aux termes de l’annexe 1 de la LEP) n’a pas encore été élaboré.

Haut de la page

Remerciements et experts contactés

Christie Whelan, MPO
Courtney Druce, MPO
Ted Down, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique
Troy Nelson, Fraser River Sturgeon Conservation Society
Sean MacConnachie, MPO
John K. Davidson, MPO

Haut de la page

Résumé technique

Acipenser medirostris

Esturgeon vert

Green Sturgeon

Répartition au Canada :
Colombie Britannique, océan Pacifique

Données démographiques

Durée d'une génération (généralement, âge moyen des parents dans la population; indiquer si une méthode d'estimation de la durée d'une génération autre que celle qui est présentée dans les lignes directrices de l'UICN [2008] est utilisée)
27 33 ans

Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre total d'individus matures?

  • Le dénombrement des adultes est probablement le plus facile dans les frayères de l’Oregon et de la Californie, mais on n’effectue pas de surveillance continue et coordonnée de l’effectif et des tendances de l’espèce. Il est possible à un certain degré de déduire la taille de la population en surveillant les prises accessoires des pêches en eaux marines et fluviales (Adams et al., 2007) et de constater une tendance positive, mais le lien est faible et difficile à établir en raison des changements apportés à la réglementation sur les pêches.

Non

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur [cinq ans OU deux générations].
Inconnu

Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de changement, de réduction ou d’augmentation] du nombre total d’individus matures au cours des [dix dernières années ou trois dernières générations].

Inconnu

Pourcentage [prévu ou présumé] [de changement, de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours des [dix prochaines années ou trois prochaines générations].

  • Aux États-Unis, la situation est plus préoccupante dans le segment de population distinct (DPS) sud, où les individus frayent dans le fleuve Sacramento, en Californie. À cet endroit, on considère que l’espèce deviendra probablement en voie de disparition (« endangered ») dans un avenir rapproché. Le DPS nord n’est pas considéré en péril ni susceptible de devenir en voie de disparition dans un avenir rapproché (Adams et al., 2007).

Inconnu

Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de changement, de réduction ou d'augmentation] du nombre total d'individus matures au cours de toute période de [dix ans ou trois générations] commençant dans le passé et se terminant dans le futur.

Inconnu

Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles et comprises et ont effectivement cessé?

  • Dans le passé, les effets les plus graves étaient attribuables aux pêches commerciales ciblant l’esturgeon blanc à la fin du 18e siècle; les esturgeons verts constituaient vraisemblablement des prises accessoires. Aujourd’hui, la prise d’esturgeons verts est principalement accessoire dans le cadre des pêches commerciales et récréatives ciblant l’esturgeon blanc, des pêches autochtones (tribu Klamath) aux filets maillants visant les saumons et des pêches côtières au chalut du poisson de fond dans les eaux canadiennes et états-uniennes.
  • Dans les deux pays, la réglementation relative aux pêches et à la remise à l’eau a considérablement changé pour tenir compte des mesures de conservation, récentes ou antérieures (Adams et al., 2007; Lindley et al., 2008).

Sans objet; aucune évidence de déclin

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d'individus matures?

  • Les données à ce sujet sont limitées, mais des fluctuations extrêmes de l’effectif sont peu probables parce que les esturgeons verts sont longévifs. On se fonde également sur les données de prises accessoires et de prises en eau douce.

Peu probable

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d’occurrence
Estimation provenant de COSEPAC, 2004.
~ 500 000 km2

Indice de zone d’occupation (IZO)
[Fournissez toujours une valeur établie à partie d'une grille à carrés de 2 km de côté.]
En présumant que les poissons frayent dans toutes les portions accessibles des cours d'eau Sacramento, Rogue, Umpqua et possiblement Eel, aux États Unis.
De 12 000 à 30 000 km2 (selon l'aire de répartition marine)
< 2 000 km2 ou moins selon l'aire de reproduction

La population totale est elle gravement fragmentée?
Non

Nombre de localitésNote de bas de page*
On connaît seulement l'emplacement des frayères aux États Unis, et l'espèce est séparée en deux DPS (définition semblable à celle d'unité désignable).
DPS sud : 1 cours d'eau de fraye (système du fleuve Sacramento, en Californie)
DPS nord : 3 rivières de fraye
(rivières Klamath [Californie/Oregon], Rogue et Umpqua [Oregon] et possiblement Eel [Californie]; Adams et al., 2007)
* « Points chauds » d'hivernage en mer : Il existe au moins 3 zones étendues, dont Haida Gwaii ainsi que le nord et le sud ouest de l'île de Vancouver (Huff et al., 2012). Il y a de nombreuses zones où les pêches (prises accessoires) sont concentrées long de la côte (< 10 localités).
3 4 (au moins 3 au Canada* et
3 4 aux États Unis)

Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de l'indice de zone d'occupation?
Dans Huff et al. (2012), l'aire de répartition marine, illustrée sur des cartes, s'étendait plus au nord et au sud que les estimations antérieures; cependant, la modélisation de la qualité de l'habitat permet de cibler des « points chauds » d'étendue limitée à l'intérieur de cette aire de répartition étendue.
Non

Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de l'indice de zone d'occupation?
Non, pas dans les frayères.
Non

Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de populations?
Non; cependant, le DPS sud est considéré comme menacé au terme de l’Endangered Species Act des États-Unis, alors que le DPS nord est considéré comme préoccupant.
Non

Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de localitésNote de bas de page*?
Non; cependant, les données à ce sujet sont peu nombreuses.
Non

Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de [la superficie, l'étendue ou la qualité] de l'habitat?
Les grandes tendances sont vraisemblablement négatives, selon notre interprétation d'autres études sur l'utilisation des terres et de l'eau.
Dans les cours d'eau de fraye des États Unis (aucune connue au Canada), l'habitat d'eau douce (fraye et premiers stades de croissance) est principalement menacé par l'utilisation de l'eau (extractions, barrages, détournements, mesures de régularisation du débit) et des terres (sédiments) ainsi que de la pollution (rejets d'effluents). Les pêches et l'utilisation des terres influent sur les zones marines et les estuaires du Canada et des États Unis.
Probablement

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?
Non; cependant, les données à ce sujet sont peu nombreuses.
Non

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de localitésNote de bas de page*?
Non; cependant, les données à ce sujet sont peu nombreuses.
Non

Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d'occurrence?
Non; cependant, les données à ce sujet sont peu nombreuses.
Non

Y a-t-il des fluctuations extrêmes de l'indice de zone d'occupation?
Non; cependant, les données à ce sujet sont peu nombreuses.
Non

Note de bas de page

Note de bas de page 1

Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et (International Union for Conservation of Nature) IUCN 2010 pour obtenir des précisions sur ce terme.

Retour à la première référence de la note de bas de page *

Nombre d'individus matures dans chaque population

Population
Probablement moins de 10 000 individus au total.

Nombre d'individus matures
Inconnu

Analyse quantitative

La probabilité de disparition de l'espèce à l'état sauvage est d'au moins [20 % sur 20 ans ou 5 générations, ou 10 % sur 100 ans].
Non disponible

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou leur habitat)

Dans le passé, les effets les plus graves touchant l’espèce étaient attribuables aux pêches commerciales ciblant l’esturgeon blanc, durant lesquelles les esturgeons verts constituaient des prises accessoires à la fin du 18e siècle.

Aujourd’hui, la prise d’esturgeons verts est principalement accessoire dans le cadre des pêches commerciales et récréatives ciblant l’esturgeon blanc, des pêches autochtones (tribu Klamath) aux filets maillants visant les saumons et des pêches côtières au chalut du poisson de fond dans les eaux canadiennes et états-uniennes. Dans les deux pays, la réglementation sur les pêches et la remise à l’eau a considérablement changé pour tenir compte des mesures de conservation, récentes ou antérieures, mais les prises accessoires demeurent une menace. À titre d’exemple, un faible nombre d’esturgeons verts sont probablement capturés dans le bas Fraser par les pêches récréatives avec remise à l’eau de l’esturgeon blanc. La réglementation exige que les deux espèces soient remises à l’eau.

Au Canada, il existe peu de mentions d’individus en eau douce, et ces individus constituent des prises accessoires de divers types de pêches. Cependant, la mauvaise qualité de l’eau des rejets d’effluents constitue probablement une menace dans le bas Fraser. Aux États-Unis, l’habitat en eau douce (fraye et premiers stades de croissance) est principalement menacé par l’utilisation de l’eau (extractions, barrages, détournements, mesures de régularisation du débit) et des terres (sédiments) ainsi que de la pollution (rejets d’effluents). Les pêches (prises accessoires et perturbation de l’habitat due aux pêches au chalut), l’utilisation des terres (sédiments) et la pollution (rejets d’effluents) influent sur les zones marines et les estuaires.

Immigration de source externe (immigration de l'extérieur du Canada)

Situation des populations de l’extérieur?
On connaît deux DPS aux États‑Unis. Le DPS sud est menacé, et le DPS nord, préoccupant, aux termes de l’Endangered Species Act des États‑Unis. Les individus observés au Canada proviennent vraisemblablement du DPS nord.

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
La population canadienne serait entièrement dépendante de la fraye dans les cours d'eau des États Unis.

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Oui. cependant, il n'y a aucune fraye confirmée au Canada.

Y a-t-il suffisamment d'habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Oui, pour la composante marine du cycle vital; cependant, il n'y a aucune fraye confirmée au Canada.

La possibilité d'une immigration depuis des populations externes existe t elle?
Probablement. Le concept d'immigration de source externe est difficile à appliquer à cette espèce : la fraye aurait lieu entièrement aux États Unis, et une partie substantielle de l'habitat de grossissement marin se trouve au Canada.

Nature délicate de l’information sur l’espèce

L'information concernant l'espèce est elle de nature délicate?
Probablement pas, parce que des individus sont observés au Canada dans des zones marines extracôtières et parfois en eau douce (p. ex. fleuve Fraser).

Historique du statut

COSEPAC :
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1987. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2004 et en novembre 2013.

Statut et justification de la désignation

Statut
Espèce préoccupante
Code alphanumérique
s.o.
Justification de la désignation
Cette espèce de poisson de grande taille se développe lentement et met du temps à atteindre la maturité. On ne connaît pas le nombre d’individus dans les eaux canadiennes, mais ce nombre est sans aucun doute peu élevé. L’espèce est en péril à l’échelle mondiale, et les menaces connues sont les prises accessoires tant au Canada qu’aux États-Unis, et la perte et la dégradation de l’habitat causées par l’extraction d’eau, le développement industriel et l’aménagement à des fins récréatives, ainsi que la construction de barrages aux États-Unis où se trouvent toutes les localités de frai connues.
Critère A
Sans objet. Aucune preuve de déclin.
Critère B
Sans objet. Correspond presque aux sous‑critères de la catégorie « préoccupante », Ba et Bb(iii), en raison du nombre de frayères (3‑4) et de sites d’hivernage (environ 3) connus, mais ces chiffres sont supérieurs aux valeurs seuils de la zone d’occurrence et de l’indice de zone d’occupation.
Critère C
Sans objet. La taille des populations est inconnue, et il n’y a pas de signes de déclin.
Critère D
Sand objet. La taille des populations est inconnue, et la superficie de l’aire de répartition est supérieure au critère établi.
Critère E
Sans objet. Les données nécessaires à l’évaluation du critère ne sont pas disponibles.

Haut de la page

Sources d'information

Adams, P., C. Grimes, J. Hightower, S. Lindley, M. Moser et M. Parsley. 2007. Population Status of North American Green Sturgeon, Acipenser medirostris, Environmental Biology of Fishes 79:339-356.

Beamesderfer, R., M. Simpson et G. Kopp. 2007. Use of life history information in a population model for Sacramento green sturgeon, Environmental Biology of Fishes 79:315-337.

Bellman, M. A., E. Heery et J. Majewski. 2010. Observed and Estimated Total Bycatch of Green Sturgeon in the 2002-2008 U.S. West Coast Groundfish Fisheries, West Coast Groundfish Observer Program, NWFSC, 2725 Montlake Blvd E., Seattle (État de Washington), 98112.

COSEPAC. 2012. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'esturgeon blanc (Sturgeon Acipenser transmontanus) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. i + 87 p.

Huff, D.D., S.T. Lindley, P.S. Rankin et E.A. Mora. 2011. Green Sturgeon Physical Habitat Use in the Coastal Pacific Ocean, PLoS ONE 6:e25156.

Huff, D.D., S.T. Lindley, B.K. Wells et F. Chai. 2012. Green Sturgeon Distribution in the Pacific Ocean Estimated from Modeled Oceanographic Features and Migration Behavior, PLoS ONE7:e45852.

Lindley, S.T., M.L. Moser, D.L. Erickson, M. Belchik, D.W. Welch, E.L. Rechisky, J.T. Kelly, J. Heublein et A.P. Klimley. 2008. Marine Migration of North American Green Sturgeon, Transactions of the American Fisheries Society137:182-194.

Lindley, S.T., D.L. Erickson, M.L. Moser, G. Williams, O.P. Langness, B.W. McCovey, M. Belchik, D. Vogel, W. Pinnix, J.T. Kelly, J.C. Heublein et A.P. Klimley. 2011. Electronic Tagging of Green Sturgeon Reveals Population Structure and Movement among Estuaries, Transactions of the American Fisheries Society 140:108-122.

Moser, M., et S. Lindley. 2007. Use of Washington Estuaries by Subadult and Adult Green Sturgeon, Environmental Biology of Fishes 79:243-253.

NOAA. 2006. Endangered and Threatened Wildlife and Plants: Threatened Status for Southern Distinct Population Segment of North American Green Sturgeon, Department of Commerce des États-Unis, Federal Register 17-17757 (PDF; 99.8 KB) (en anglais seulement).

NOAA Fisheries. 2012. Office of protected ressources (en anglais seulement), (site consulté le 23 octobre 2012).

Adams, P., C. Grimes, J. Hightower, S. Lindley, M. Moser et M. Parsley. 2007. Population Status of North American Green Sturgeon, Acipenser medirostris, Environmental Biology of Fishes 79:339-356.

Beamesderfer, R., M. Simpson et G. Kopp. 2007. Use of life history information in a population model for Sacramento green sturgeon, Environmental Biology of Fishes 79:315-337.

Bellman, M.A., E. Heery et J. Majewski. 2010. Observed and Estimated Total Bycatch of Green Sturgeon in the 2002-2008 U.S. West Coast Groundfish Fisheries, West Coast Groundfish Observer Program, NWFSC, 2725 Montlake Blvd E., Seattle (État de Waskington), 98112.

Huff, D.D., S.T. Lindley, P.S. Rankin et E.A. Mora. 2011. Green Sturgeon Physical Habitat Use in the Coastal Pacific Ocean, PLoS ONE 6:e25156.

Huff, D.D., S.T. Lindley, B.K. Wells et F. Chai. 2012. Green Sturgeon Distribution in the Pacific Ocean Estimated from Modeled Oceanographic Features and Migration Behavior, PLoS ONE7:e45852.

Lindley, S.T., M.L. Moser, D.L. Erickson, M. Belchik, D.W. Welch, E.L. Rechisky, J.T. Kelly, J. Heublein et A.P. Klimley. 2008. Marine Migration of North American Green Sturgeon, Transactions of the American Fisheries Society137:182-194.

Lindley, S.T., D.L. Erickson, M.L. Moser, G. Williams, O.P. Langness, B.W. McCovey, M. Belchik, D. Vogel, W. Pinnix, J.T. Kelly, J.C. Heublein et A.P. Klimley. 2011. Electronic Tagging of Green Sturgeon Reveals Population Structure and Movement among Estuaries, Transactions of the American Fisheries Society 140:108-122.

NOAA Fisheries. 2012. Office of protected resources (en anglais seulement). (site consulté le 23 octobre 2012).

Moser, M., et S. Lindley. 2007. Use of Washington Estuaries by Subadult and Adult Green Sturgeon, Environmental Biology of Fishes 79:243-253.

Haut de la page

Figure 1. Carte illustrant l’aire de répartition de l’esturgeon vert (Acipenser medirostris) le long de la côte du Pacifique de l’Amérique du Nord (provient de Huff et al., 2012). La zone hachurée en vert correspond à la zone où des esturgeons verts ont été observés à l’isobathe de 200 m; les carrés noirs indiquent les mentions d’occurrence d’esturgeons verts utilisées par Huff et al. (2012) dans leur modélisation de l’habitat; les points rouges désignent l’embouchure des principaux cours d’eau de fraye; les triangles jaunes représentent les principales zones d’hivernage.

carte

Description longue pour la figure 1

Carte illustrant l'aire de répartition de l'esturgeon vert (Acipenser medirostris) le long de la côte du Pacifique de l'Amérique du Nord. L'aire de répartition correspond à la zone où des esturgeons verts ont été observés à l'isobathe de 200 m. Les symboles indiquent les mentions d'occurrence d'esturgeons verts utilisées par Huff et al. (2012) dans leur modélisation de l'habitat, l'embouchure des principaux cours d'eau de fraye et les principales zones d'hivernage. Les flèches représentent la direction des courants océaniques.

Haut de la page

Logotype du COSEPAC

Historique du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le Comité a été créé pour satisfaire au besoin d’une classification nationale des espèces sauvages en péril qui soit unique et officielle et qui repose sur un fondement scientifique solide. En 1978, le COSEPAC (alors appelé Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée le 5 juin 2003, le COSEPAC est un comité consultatif qui doit faire en sorte que les espèces continuent d’être évaluées selon un processus scientifique rigoureux et indépendant.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés ou d’autres unités désignables qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes comprises dans les groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes responsable des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l’Agence Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le Partenariat fédéral d’information sur la biodiversité, lequel est présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres scientifiques non gouvernementaux et des coprésidents des sous-comités de spécialistes des espèces et du sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit au moins une fois par année pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Haut de la page

Définitions (2013)

Espèce sauvage
Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d’animal, de plante ou d’un autre organisme d’origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s’est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.
Disparue (D)
Espèce sauvage qui n’existe plus.
Disparue du pays (DP)
Espèce sauvage qui n’existe plus à l’état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.
En voie de disparition (VD)Note de bas de page*
Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.
Menacée (M)
Espèce sauvage susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.
Préoccupante (P)Note de bas de page **
Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison de l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces reconnues qui pèsent sur elle.
Non en péril (NEP)Note de bas de page ***
Espèce sauvage qui a été évaluée et jugée comme ne risquant pas de disparaître étant donné les circonstances actuelles.
Données insuffisantes (DI)Note de bas de page****
Une catégorie qui s’applique lorsque l’information disponible est insuffisante (a) pour déterminer l’admissibilité d’une espèce à l’évaluation ou (b) pour permettre une évaluation du risque de disparition de l’espèce.

Note de bas de page

Note de bas de page *

Appelée « espèce disparue du Canada » jusqu’en 2003.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page **

Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

Retour à la référence de la note de bas de page **

Note de bas de page ***

Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de page ***

Note de bas de page ****

Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

Retour à la référence de la note de bas de page ****

Note de bas de page *****

Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999. Définition de la catégorie (DI) révisée en 2006.

*****

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

Haut de la page