Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal dans les eaux canadiennes du Pacifique [version finale]


Rorqual bleu, rorqual commun et rorqual boréal

Juin 2006

Déclaration
Compétences responsables
Auteurs
Remerciements
Évaluation environnementale stratégique
Résidence
Résumé

Rorqual bleu
Rorqual commun
Rorqual boréal

La série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril

Qu’est-ce que la Loi sur les espèces en péril(LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l’une des pierres d’assise de l’effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, àpermettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées.

Qu’est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est le processus par lequel le déclin d’une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays est arrêté ou inversé et par lequel les menaces à sa survie sont éliminées ou réduites de façon à augmenter la probabilité de survie de l’espèce à l’état sauvage. Une espèce sera considérée comme rétablie lorsque sa survie à long terme à l’état sauvage aura été assurée.

Qu’est-ce qu’un programme de rétablissement?

Un programme de rétablissement est un document de planification qui identifie ce qui doit être réalisé pour arrêter ou inverser le déclin d’une espèce. Il établit des buts et des objectifs et indique les principaux champs des activités à entreprendre. La planification plus élaborée se fait à l’étape du plan d’action.

L’élaboration de programmes de rétablissement représente un engagement de toutes les provinces et de tous les territoires ainsi que de trois organismes fédéraux -- Environnement Canada, l’Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada -- dans le cadre de l’Accord pour la protection des espèces en péril. Les articles 37 à 46 de la LEP décrivent le contenu d’un programme de rétablissement publié dans la présente série ainsi que le processus requis pour l’élaborer.

Selon le statut de l’espèce et le moment où elle a été évaluée, un programme de rétablissement doit être préparé dans un délai de un à deux ans après l’inscription de l’espèce à la Liste des espèces en péril de la LEP. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de trois à quatre ans.

Et ensuite?

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs plans d’action seront élaborés pour définir et guider la mise en oeuvre du programme de rétablissement. Cependant, les recommandations contenues dans le programme de rétablissement suffisent pour permettre la participation des collectivités, des utilisateurs des terres et des conservationnistes à la mise en oeuvre du rétablissement. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin d’une espèce.

La série de Programmes de rétablissement

Cette série présente les programmes de rétablissement élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s’ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril et que les programmes de rétablissement existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de rétablissement, veuillez consulter le Registre public de la LEP et le site Web du Secrétariat du rétablissement (http://www.especesenperil.gc.ca/recovery/).

 

Référence à citer

Gregr, E.J., J. Calambokidis, L. Convey, J.K.B. Ford, R.I. Perry, L. Spaven et M. Zacharias, 2005. Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal (Balaenoptera musculus, B. physalus et B. borealis) dans les eaux canadiennes du Pacifique, Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Vancouver: Pêches et Océans Canada. vii + 63 pp.



Exemplaires supplémentaires

Des exemplaires supplémentaires peuvent être téléchargés à partir du site Web du Registre public de la LEP.

Illustration de la couverture : A. Denbigh, courtoisie de Pêches et Océans Canada.

Also available in English under the title:

“Recovery Strategy for Blue, Fin, and Sei Whales (Balaenoptera musculus, B. physalus, and B. borealis) in Pacific Canadian waters”.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Pêches et des Océans, Juin 2006. Tous droits réservés.

ISBN :  0-662-72055-5

Numéro de catalogue :  En3-4/1-2006F-PDF

Le contenu (à l'exception des illustrations) peut être utilisé sans permission, mais en prenant soin d'indiquer la source.

Déclaration

Le présent programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal dans les eaux canadiennes du Pacifique a été préparé en collaboration avec les compétences responsables de ces espèces, tel que décrit à l'Annexe I. Pêches et Océans Canada a examiné le document et l'accepte comme son programme de rétablissement pour ces espèces tel que l'exige la Loi sur les espèces en péril.

Réussir à rétablir ces espèces dépendra de l'engagement et de la collaboration d'un grand nombre de parties concernées qui participeront à la mise en œuvre des recommandations formulées dans le présent programme. Cette réussite ne pourra reposer sur Pêches et Océans Canada ou sur toute autre compétence seulement. Dans l'esprit de l'Accord pour la protection des espèces en péril, le ministre des Pêches et des Océans invite toutes les Canadiennes et tous les Canadiens à se joindre à Pêches et Océans Canada pour appuyer le programme et le mettre en œuvre, pour le bien des rorquals bleus, communs et boréaux et de l'ensemble de la société canadienne. Le ministère s'appliquera à appuyer la mise en œuvre du programme, compte tenu des ressources disponibles et des diverses priorités à l'égard de la conservation des espèces en péril. Le ministre rendra compte des progrès réalisés d'ici cinq ans.

Un ou plusieurs plans d'action détaillant les mesures de rétablissement particulières à prendre pour appuyer la conservation de ces espèces viendront s'ajouter au présent programme. Le ministre mettra en œuvre des moyens pour s'assurer, dans la mesure du possible, que les Canadiennes et les Canadiens directement touchés par ces mesures seront consultés.

Compétences responsables

Le ministère de Pêches et Océans Canada est la compétence responsable pour les rorquals bleus, communs et boréaux dans les eaux canadiennes du Pacifique. Ces rorquals se retrouvent au large de la côte de la province de la Colombie-britannique ainsi que dans la réserve d'aire marine nationale de conservation proposée de Gwaii Haanas.  La province de la Colombie-britannique et l'Agence Parcs Canada ont également collaboré au développement du présent programme de rétablissement.

Auteurs

Ce document a été rédigé par E.J. Gregr, J. Calambokidis, L. Convey, J.K.B. Ford, R.I. Perry, L. Spaven, et M. Zacharias, pour le ministère de Pêches et Océans Canada.

Remerciements

Pêches et Océans Canada exprime sa reconnaissance à Lance Barrett-Lennard, à Richard Sears et à Greg Silber qui ont consacré généreusement de leur temps et mis à profit leur expertise pour l'examen du présent document. Le ministère remercie également J. Breiwick, J. Calambokidis, A. McMillan, B. Mate, R. Sears, D. Smith, G. Steiger et D. Sandilands pour leurs contributions personnelles. Pêches et Océans Canada exprime également sa gratitude aux experts techniques qui ont participé à la rédaction du programme de rétablissement pour le temps qu'ils ont consacré aux réunions et aux révisions du document.

Évaluation environnementale stratégique

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée dans le cadre de tous les documents de planification du rétablissement en vertu de la LEP conformément à la Directive du Cabinet de 1999 sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L'objet de l'EES est d'incorporer les considérations environnementales à l'élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairées du point de vue de l'environnement.

La planification du rétablissement vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant reconnu que des programmes peuvent, par inadvertance, produire des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des lignes directrices nationales tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des incidences possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l'EES sont directement inclus dans le programme lui-même, mais également résumés ci-dessous.

Le présent programme de rétablissement favorisera clairement l'environnement en encourageant le rétablissement de le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal. La possibilité que le programme produise par inadvertance des effets négatifs sur d'autres espèces a été envisagée. L'EES a permis de conclure que le présent programme sera clairement favorable à l'environnement et n'entraînera pas d'effets négatifs significatifs. Consultez plus particulièrement les sections suivantes du document : Besoins biologiques, rôle écologique et facteurs limitatifs; Besoins habitat; et Stratégies pour faire face aux menaces et permettre le rétablissement.

Résidence

La LEPdéfinit la résidence comme suit : Gîte -- terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable -- occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l'élevage, les haltes migratoires, l'hivernage, l'alimentation ou l'hibernation[Paragraphe 2(1)].

Les descriptions de la résidence ou les raisons pour lesquelles le concept de résidence ne s'applique pas à une espèce donnée sont publiées dans le Registre public de la LEP.

Résumé

Les rorquals bleus (Balaenoptera musculus), communs (B. physalus) et boréaux (B. borealis) sont collectivement désignés sous le vocable de baleinoptères (ordre des cétacés, famille des balénoptéridés) dans le présent programme de rétablissement. Les espèces sont considérées ensemble parce que la similarité de leur répartition géographique et le caractère commun des menaces qui pèsent sur elles exigent l'élaboration d'un programme de rétablissement intégré et plurispécifique.

En tant que premières cibles de l'industrie baleinière moderne (c.-à-d., navires à vapeur), les populations de rorquals bleus ont connu un grave déclin dans tous les océans du monde au début des années 1900. Protégée dans le Pacifique Nord depuis 1966, la population de la partie est de cette région se chiffre actuellement à environ 2 000 individus et constitue l'une des rares à maintenir son effectif ou à être en voie de rétablissement. Durant la saison estivale, son aire de répartition présumée s'étend de la Californie à l'Alaska, en passant par la Colombie-Britannique.

Le rorqual commun a été chassé en même temps que le rorqual bleu dans le Pacifique Nord. Les prises les plus importantes ont été enregistrées dans les années 1950 et 1960 et ont causé un déclin important de la population avant sa protection en 1976. La structure de la population dans la partie est du Pacifique Nord est mal connue. Les effectifs de plus de 3 000 individus que l'on rencontre au large des États de la Californie, de Washington et de l'Oregon constituent vraisemblablement une population distincte de celle de l'Alaska. Les rorquals communs fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique toute l'année, les nombres les plus importants étant observés durant les mois d'été. Toutefois, on ne sait pas à quelle population ils appartiennent.

Les rorquals boréaux n'ont été chassés par les baleiniers modernes qu'après que les populations de mysticètes, des cibles de choix parce que de taille plus importante (ou plus faciles à capturer), ont été sévèrement réduites. La plupart des populations de rorquals boréaux ont connu des diminutions en raison de la chasse à partir des années 1950 et jusqu'au début des années 1970. Les rorquals boréaux du Pacifique Nord n'ont fait l'objet d'une protection qu'à partir de 1976. Cette espèce est la moins étudiée parmi les grands rorquals, et l'état actuel de la plupart de ses populations est inconnu. On présume l'existence d'une population dans la partie est du Pacifique Nord, mais son aire de répartition est inconnue.

La chasse à la baleine demeure la menace potentielle la plus importante pour les grands cétacés. Toutefois, comme il est peu vraisemblable que la chasse commerciale reprenne dans un avenir proche, et comme les Autochtones ne s'intéressent pas à la chasse de ces espèces, on ne considère pas celle-ci comme une menace à l'heure actuelle. L'intensification de la chasse à des fins scientifiques pourrait devenir une source de préoccupations si elle commençait à cibler des rorquals bleus, communs ou boréaux. Les menaces les plus immédiates qui pèsent sur ces trois espèces dans les eaux canadiennes du Pacifique sont les collisions avec les navires, les nuisances sonores dues aux activités industrielles et militaires, la pollution et le déplacement des habitats en raison de modifications de la structure physique et biologique de l'océan.

Les rorquals bleu et boréal sont inscrits en tant qu'espèces en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Le rorqual commun est quant à lui désigné comme espèce menacée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et on étudie actuellement la pertinence de l'inscrire en vertu de la LEP. Bien que le degré d'information dont on dispose sur chacune de ces espèces soit variable, on pense que le rétablissement est un objectif réaliste pour les trois espèces.

Les baleinoptères sont des espèces qui affichent une longue durée de vie, entre 50 et 100 ans. Les buts de rétablissement doivent donc s'étendre sur plusieurs générations et, par conséquent, avoir une portée de 150 à 300 ans. Les buts du programme de rétablissement sont d'assurer la pérennité des populations de rorquals bleus, communs et boréaux qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique. Pour que l'on puisse déterminer si des progrès ont été accomplis vis-à-vis de ces buts, les objectifs de le programme au cours des cinq à dix prochaines années sont les suivants : déterminer les populations auxquelles les rorquals bleus et communs qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique appartiennent; observer si la proportion relative de rorquals bleus et communs fréquentant ces eaux se maintient ou augmente; confirmer la présence de rorquals boréaux et, une fois celle-ci confirmée, observer si la proportion relative de ces rorquals fréquentant les mêmes eaux se maintient ou augmente; vérifier que des menaces ne réduisent pas de manière importante l'habitat potentiel ou la répartition des espèces.

On n'a pas déterminé quels sont les habitats essentiels des baleinoptères; il s'agit là de l'une des plus importantes lacunes dans nos connaissances, avec l'information de base sur la taille et la répartition des populations. On pourra mieux répondre aux menaces qui pèsent sur ces espèces et sur leurs habitats essentiels une fois que l'on aura recueilli cette information de base. Ainsi, les stratégies énoncées dans le présent document et visant à réagir aux menaces et à assurer le rétablissement sont les suivantes : répertorier les habitats essentiels, déterminer l'abondance et la répartition des espèces, et atténuer les menaces.

Informations du document