Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison

Programme de rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison (Lampetra richardsoni var. marifuga) au Canada

Lamproie du ruisseau Morrison

poisson

La série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril

Qu’est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l’une des pierres d’assise de l’effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, à permettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées.

Qu’est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est le processus par lequel le déclin d’une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays est arrêté ou inversé et par lequel les menaces à sa survie sont éliminées ou réduites de façon à augmenter la probabilité de survie de l’espèce à l’état sauvage. Une espèce sera considérée comme rétablie lorsque sa survie à long terme à l’état sauvage aura été assurée.

Qu’est-ce qu’un programme de rétablissement?

Un programme de rétablissement est un document de planification qui identifie ce qui doit être réalisé pour arrêter ou inverser le déclin d’une espèce. Il établit des buts et des objectifs et indique les principaux champs des activités à entreprendre. La planification plus élaborée se fait à l’étape du plan d’action.

L’élaboration de programmes de rétablissement représente un engagement de toutes les provinces et de tous les territoires ainsi que de trois organismes fédéraux -- Environnement Canada, l’Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada -- dans le cadre de l’Accord pour la protection des espèces en péril. Les articles 37 à 46 de la LEP décrivent le contenu d’un programme de rétablissement publié dans la présente série ainsi que le processus requis pour l’élaborer (http://www.registrelep.gc.ca/the_act/).

Selon le statut de l’espèce et le moment où elle a été évaluée, un programme de rétablissement doit être préparé dans un délai de un à deux ans après l’inscription de l’espèce à la Liste des espèces en péril de la LEP. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de trois à quatre ans.

Et ensuite?

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs plans d’action seront élaborés pour définir et guider la mise en oeuvre du programme de rétablissement. Cependant, les recommandations contenues dans le programme de rétablissement suffisent pour permettre la participation des collectivités, des utilisateurs des terres et des conservationnistes à la mise en oeuvre du rétablissement. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin d’une espèce.

La série de Programmes de rétablissement

Cette série présente les programmes de rétablissement élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s’ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril et que les programmes de rétablissement existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de rétablissement, veuillez consulter le Registre public de la LEP (http://www.registrelep.gc.ca)et le site Web du Secrétariat du rétablissement (http://www.especesenperil.gc.ca/recovery/).

Programme de rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison (Lampetra richardsoni var. marifuga) au Canada [Projet]

 Août 2006

Citation recommandée :

Équipe nationale de rétablissement pour la lamproie du ruisseau Morrison. 2006. Programme de rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison (Lampetra richardsoni var. marifuga) au Canada [Projet]. Série de programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Pêches et Océans Canada, Ottawa, ix + 31 pp.

Copies additionnelles :

Vous pouvez télécharger des copies additionnelles du Registre public de la LEP  (http://www.sararegistry.gc.ca/)

Page couverture : Lamproie du ruisseau Morrison. Photo prise par Jim Palmer.

Également disponible en anglais sous le titre

« Recovery Strategy for Morrison Creek (Lampetra richardsoni var. marifuga) in Canada»

© Sa Majesté du chef du Canada, représenté par le Ministre des Pêches et des Océans, 2006. Tous droits réservés.

ISBN    À venir

Cat. no   À venir

Le contenu (à l’exclusion des illustrations) peut être utilisé sans autorisation, en mentionnant la source. 

Déclaration

Le projet de programme de rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison a été préparé en collaboration avec les juridictions décrites dans la préface. Pêches et Océans Canada a passé en revue et a accepté le présent document comme programme de rétablissement pour la lamproie du ruisseau Morrison, comme l’exige la Loi sur les espèces en péril.

La réussite d’un rétablissement d’une espèce dépend de l’engagement et de la coopération de plusieurs groupes d’intérêt qui contribueront à la mise en œuvre de ses orientations et cette réussite ne pourra pas être réalisée par le seul ministère des Pêches et Océans ou par une seule entité administrative. Dans l’esprit de l’Accord pancanadien pour la protection des espèces en péril, le ministre des Pêches et Océans invite tous les Canadiens à se joindre au ministère pour appuyer et mettre en œuvre le plan, qui profilera à la lamproie du ruisseau Morrison et à la société canadienne dans son ensemble. Pêches et Océans Canada donnera son appui à la mise en œuvre à la mesure de ses moyens, compte tenu des ressources mises à sa disposition et sa responsabilité globale pour la conservation des espèces en péril. Le ministre fera rapport des progrès réalisés dans cinq ans.

Le plan sera complété par un ou plusieurs plans d’actions qui contiendront les détails sur les mesures précises à prendre pour assurer la conservation de l’espèce. Le ministère s’assurera, dans la mesure du possible, de consulter les Canadiens intéressés ou touchés par ces mesures.

Compétences Responsables

En vertu de la Loi sur les espèces en péril, le niveau de gouvernement responsable de la lamproie du ruisseau Morrison est Pêches et Océans Canada. La province de la Colombie-Britannique a également collaboré à l’élaboration du programme de rétablissement.

Auteurs

Le MPO et la Province de la Colombie-Britannique ont coopéré à l’élaboration du programme de rétablissement. Une équipe de rétablissement a été mise sur pied pour fournir des recommandations fondées sur l’expertise scientifique en ce qui touche le rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison. Voici les membres de l’Équipe de rétablissement :

 Jordan Rosenfeld, ministre de l’environnement, C.-B. (coprésident)

Dan Sneep, Pêches et Océans Canada, (coprésident) 

Todd Hatfield, Solander Ecological Research, (coordinateur)

Dick Beamish, Pêches et Océans Canada

Jim Palmer, Gardiens du ruisseau Morrison Creek

John Richardson, University of British Columbia

Dolph Schluter, University of British Columbia

Eric Taylor, University of British Columbia

Remerciements

Pêches et Océans Canada et la Province de la Colombie-Britannique remercient les experts techniques qui ont contribué à la rédaction du plan et qui ont consacré temps et efforts pour assister aux rencontres et réviser les documents. La mise en œuvre du présent plan a été financée en partie grâce à Habitat Conservation Trust Fund of British Columbia.

Évaluation environnementale stratégique

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée sur tous les documents de planification de rétablissement de la LEP, en conformité avec la Directive du Cabinet sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L’objectif de l’EES est d’inclure les facteurs environnementaux dans l’élaboration de la politique générale, des plans et des propositions de programme pour appuyer des prises de décisions écologiquement rationnelles.

La planification du rétablissement vise à profiter aux espèces en péril et à la biodiversité en général. Cependant, on reconnaît que les stratégies peuvent également par mégarde provoquer des conséquences environnementales qui débordent les avantages recherchés. Le processus de planification du rétablissement fondé sur des directives nationales inclut directement tous les effets environnementaux, avec comme cible particulière les répercussions sur les espèces ou les habitats non visés. Les résultats de l’ESS sont inclus directement dans le plan même mais sont également résumés ci-après.

Le présent programme de rétablissement profitera de toute évidence à l’environnement en faisant la promotion du rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison. On a étudié la possibilité que cette stratégie pourrait avoir par inadvertance des conséquences négatives sur les autres espèces. L’ESS a conclu que cette stratégie profitera clairement à l’environnement et ne donnera pas lieu à des répercussions négatives importantes. Veuillez vous en remettre aux Parties suivantes du présent document, en particulier : Description de l’espèce – Biologie, Rôle écologique, Facteurs limitatifs ; les répercussions potentielles sur la gestion des autres espèces ; et Approche recommandée/l’échelle de récupération.

Résidence 

La LEP définit la résidence comme suit: Gîte -- terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable --occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l’élevage, les haltes migratoires, l’hivernage,l’alimentation ou l’hibernation [Paragraphe 2(1)].

Les descriptions de la résidence, ou les raisons pour lesquelles le concept de résidence ne s’applique pas à une espèce donnée, sont publiées dans le Registre public de la LEP: http://www.registrelep.gc.ca/plans/residence_f.cfm.

Préface

La lamproie du ruisseau Morrison est un poisson d’eau douce, qui relève de la compétence du gouvernement fédéral. La Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37) exige du ministre compétent qu’il élabore un programme de rétablissement pour les espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. La lamproie du ruisseau Morrison a été inscrite en août 2003 comme espèce menacée aux termes de la LEP. Pêches et Océans Canada et la Région du Pacifique ont conjointement préparé le programme de rétablissement. Le plan proposé répond aux exigences de la LEP tant en termes de contenu qu’en termes de processus (articles 39 à 41). Le plan a été mis au point en collaboration et en consultation avec :

o      Le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique

Table des Matières