Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Lampsile fasciolé

La Lampsile fasciolé(male à gauche et femelle a droite)

À propos de la série des stratégies de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril

Qu’est que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est une loi établie par le gouvernement fédéral comme contribution importante à l’effort national commun pour protéger et conserver les espèces en péril au Canada. La lettre est entrée en vigueur en 2003 et l’un de ses buts est « d’assurer le rétablissement des espèces sauvages qui sont disparues du pays, en péril et menacées en conséquence de l’activité humaine ».

Qu’est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est le processus par lequel le déclin des espèces en voie de disparition, menacées ou disparues est arrêté ou inversé, et par lequel le menaces sont éliminées ou réduites pour améliorer la probabilité de persistance des espèces à l’état sauvage. Une espèce est considérée rétablie lorsque sa persistance à long terme à l’état sauvage est assurée.

Qu’est-ce qu’une stratégie de rétablissement?

Une stratégie de rétablissement est un document de planification qui détermine ce qui doit se faire pour arrêter ou inverser le déclin d’une espèce. Elle établit les buts et objectifs et détermine les principales activités à entreprendre. La planification détaillée se fait au stade du plan d’action.

L’élaboration de stratégies de rétablissement est un engagement de toutes les provinces, des territoires et des trois organismes fédéraux – Environnement Canada, Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada – en vertu de l’Accord pour la protection des espèces en péril. Les articles 37 à 46 de la LEP (http://www.sararegistry.gc.ca/the_act/default_e.cfm) établissent le contenu requis et le processus pour élaborer les stratégies de rétablissement publiées dans cette série.

Selon la situation de l’espèce et le moment de son évaluation, une stratégie de rétablissement doit être établie un à deux ans après que l’espèce est ajoutée à la Liste des espèces sauvages en péril. Trois à quatre ans est permis pour les espèces qui ont été inscrites automatiquement lorsque la LEP est entrée en vigueur.

Et ensuite?

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs plans d’action seront élaborés pour définir et guider la mise en œuvre de la stratégie de rétablissement. Néanmoins, les orientations établies dans la stratégie de rétablissement sont suffisantes pour commencer à engager la participation des communautés, des utilisateurs des terres et des groupes de conservation à la mise en œuvre du rétablissement. Des mesures rentables pour prévenir la réduction ou la perte de l’espèce ne devraient pas être reportées à cause du manque de certitude scientifique.

La série

Cette série présente les stratégies de rétablissement préparées ou adaptées par le gouvernement fédéral en vertu de la LEP. De nouveaux documents s’ajouteront régulièrement à mesure que les espèces inscrites et les stratégies sont mises à jour.

Pour en savoir davantage

Pour en savoir davantage sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de rétablissement, consultez le Registre de la LEP (http://www.sararegistry.gc.ca/) et le site Web du Secrétariat du rétablissement (http://www.speciesatrisk.gc.ca/recovery/default_f.cfm)

Stratégie de rétablissement de la lampsile fasciolée (Lampsilis fasciola) au Canada [proposée]

Juin 2006

Citation recommandée :

Text Box: Morris T.J. 2006. Stratégie de rétablissement de la lampsile fasciolée (Lampsilis fasciola) au Canada [proposée] dans la série des stratégies de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril. Ottawa : Pêches et Océans Canada. 51 pages.

Copies supplémentaires :

Vous pouvez télécharger des copies supplémentaires du Registre de la LEP (http://www.sararegistry.gc.ca/)

Illustrations de la couverture : courtoisie Environnement Canada (mâle à gauche, femelle à droite)

Also available in English under the title « Recovery Strategy for the Wavyrayed Lampmussel (Lampsilis fasciola, Rafinesque 1820) in Canada

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Pêches et Océans, 2005.

Tous droits réservés.

ISBN : À venir

Numéro de catalogue : À venir

Le contenu (en excluant l’illustration de la couverture) peut être utilisé sans autorisation, en indiquant la source de façon appropriée.

DÉCLARATION

Cette stratégie de rétablissement proposée pour la lampsile fasciolée a été préparée en collaboration avec les instances décrites dans la préface. Pêches et Océans Canada a examiné ce document et l’accepte comme sa stratégie de rétablissement pour la lampsile fasciolée, tel que requis par la Loisur les espèces en péril.

Le succès du rétablissement de ces espèces dépend de l’engagement et de la coopération de nombreux groupes différents qui participeront à la mise en œuvre des orientations établies dans cette stratégie, et elle ne sera pas réalisée par Pêches et Océans Canada ou un autre secteur de compétence seulement. Dans l’esprit de l’Accord national pour la protection des espèces en péril, le ministre des Pêches et des Océans invite tous les Canadiens à se joindre à Pêches et Océans Canada pour soutenir et mettre en œuvre cette stratégie à l’avantage de la lampsile fasciolée et de toute la société canadienne. Pêches et Océans Canada soutiendra la mise en œuvre de cette stratégie dans la mesure du possible, étant donné les ressources disponibles et sa responsabilité globale pour la conservation des espèces en péril. Le ministre rendra compte des progrès dans cinq ans.

Cette stratégie sera complétée par un ou plusieurs plans d’action qui fourniront les détails sur les mesures de rétablissement spécifiques à prendre à l’appui de la conservation des espèces. Le ministre prendra des mesures pour s’assurer que, dans la mesure du possible, les Canadiens intéressés ou affectés par ces mesures seront consultés.

INSTANCES RESPONSABLES

L’instance responsable de la lampsile fasciolée est Pêches et Océans Canada. La lampsile fasciolée est présente seulement en Ontario, et le gouvernement de l’Ontario a collaboré à la production de cette stratégie de rétablissement.

AUTEURS

Ce document a été préparé par Todd J. Morris au nom de l’Ontario Freshwater Mussel Recovery Team (équipe de rétablissement des moules d’eau douce de l’Ontario).

REMERCIEMENTS

L’Ontario Freshwater Mussel Recovery Team remercie les organisations suivantes de leur appui à l’élaboration de la stratégie de rétablissement de la lampsile fasciolée : Pêches et Océans Canada, Environnement Canada, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, Université de Guelph, Université de Toronto et Musée royal de l’Ontario, Université McMaster, Office de protection de la nature d’Ausable-Bayfield, Office de protection de la nature de la rivière Grand, Office de protection de la nature de la vallée Maitland, Office de protection de la nature de la région St. Clair, Office de protection de la nature de la rivière Thames supérieure, Office de protection de la nature de la vallée de la Thames inférieure et Walpole Island Heritage Centre.

PRÉFACE

La lampsile fasciolée est une moule d’eau douce et relève de la compétence du gouvernement fédéral. La Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37) exige que le ministre compétent prépare des stratégies de rétablissement pour les espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. La lampsile fasciolée est inscrite comme espèce en voie de disparition en vertu de la LEP depuis juin 2003. La région du Centre et de l’Arctique de Pêches et Océans Canada a dirigé l’élaboration de cette stratégie de rétablissement. La stratégie proposée satisfait aux exigences de la LEP quant au contenu et au processus (articles 39 à 41). Elle a été élaborée en coopération ou en consultation avec :

  • Instances – Environnement Canada, province de l’Ontario.
  • Groupes autochtones – Chippewa of Kettle and Stoney Point, Aamjiwnaang First Nation, Caldwell First Nation, Moravia of the Thames First Nation, Chippewa of the Thames, Oneida, Munsee-Delaware First Nation, Southern First Nation Secretariat, Mississauga of New Credit First Nation, Six Nations of the Grand, Walpole Island First Nation, Metis Nation of Ontario. 
  • Groupes non gouvernementaux en environnement – Office de protection de la nature d’Ausable Bayfield, Office de protection de la nature de la rivière Grand, Office de protection de la nature de la vallée de la Thames inférieure, Office de protection de la nature de la vallée Maitland, Office de protection de la nature de la région St. Clair, Office de protection de la nature de la rivière Thames supérieure, Université McMaster, Université de Guelph, Université de Toronto/Musée royal de l’Ontario.

ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE

Une évaluation environnementale stratégique (EES) a été entreprise sur tous les documents de planification du rétablissement de la LEP, conformément à la Directivedu Cabinet sur l’évaluation environnementale des propositions de politiques, de plans et de programmes. Le but d’une EES est d’intégrer les considérations environnementales à l’élaboration des propositions de politiques publiques, de plans et de programmes à l’appui du processus décisionnel écologiquement rationnel.

La planification du rétablissement vise à bénéficier aux espèces en péril et à la biodiversité en général. Toutefois, il est reconnu que les stratégies peuvent aussi conduire par inadvertance à des effets environnementaux au-delà des avantages visés. Le processus de planification du rétablissement fondé sur des lignes directrices nationales intègre directement la considération de tous les effets environnementaux, avec un accent particulier sur les impacts possibles sur les espèces ou les habitats non visés. Les résultats de l’EES sont intégrés directement à la stratégie elle-même, mais sont également résumés ci-après.

Cette stratégie de rétablissement bénéficiera clairement à l’environnement en encourageant le rétablissement de la lampsile fasciolée. Le potentiel de la stratégie de conduire par inadvertance à des effets négatifs sur d’autres espèces a été considéré. L’ESS conclut que cette stratégie bénéficiera clairement à l’environnement et n’entraînera pas d’effets négatifs importants.

Table des Matières