Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du loup à tête large et du loup tacheté et plan de gestion du loup atlantique au Canada [finale] 2008


Loup à tête large, loup tacheté, loup atlantique

Février 2008

Loup a tête large, tacheté et atlantique

La série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril

Qu’est-ce que la Loi sur les espèces en péril (LEP)?

La LEP est la loi fédérale qui constitue l’une des pierres d’assise de l’effort national commun de protection et de conservation des espèces en péril au Canada. Elle est en vigueur depuis 2003 et vise, entre autres, à permettre le rétablissement des espèces qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées.

Qu’est-ce que le rétablissement?

Dans le contexte de la conservation des espèces en péril, le rétablissement est le processus par lequel le déclin d’une espèce en voie de disparition, menacée ou disparue du pays est arrêté ou inversé et par lequel les menaces à sa survie sont éliminées ou réduites de façon à augmenter la probabilité de survie de l’espèce à l’état sauvage. Une espèce sera considérée comme rétablie lorsque sa survie à long terme à l’état sauvage aura été assurée.

Qu’est-ce qu’un programme de rétablissement?

Un programme de rétablissement est un document de planification qui identifie ce qui doit être réalisé pour arrêter ou inverser le déclin d’une espèce. Il établit des buts et des objectifs et indique les principaux champs des activités à entreprendre. La planification plus élaborée se fait à l’étape du plan d’action.

L’élaboration de programmes de rétablissement représente un engagement de toutes les provinces et de tous les territoires ainsi que de trois organismes fédéraux -- Environnement Canada, l’Agence Parcs Canada et Pêches et Océans Canada -- dans le cadre de l’Accord pour la protection des espèces en péril. Les articles 37 à 46 de la LEP décrivent le contenu d’un programme de rétablissement publié dans la présente série ainsi que le processus requis pour l’élaborer.

Selon le statut de l’espèce et le moment où elle a été évaluée, un programme de rétablissement doit être préparé dans un délai de un à deux ans après l’inscription de l’espèce à la Liste des espèces en péril de la LEP. Pour les espèces qui ont été inscrites à la LEP lorsque celle-ci a été adoptée, le délai est de trois à quatre ans.

Et ensuite?

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs plans d’action seront élaborés pour définir et guider la mise en oeuvre du programme de rétablissement. Cependant, les recommandations contenues dans le programme de rétablissement suffisent pour permettre la participation des collectivités, des utilisateurs des terres et des conservationnistes à la mise en oeuvre du rétablissement. Le manque de certitude scientifique ne doit pas être prétexte à retarder la prise de mesures efficientes visant à prévenir la disparition ou le déclin d’une espèce.

La série de Programmes de rétablissement

Cette série présente les programmes de rétablissement élaborés ou adoptés par le gouvernement fédéral dans le cadre de la LEP. De nouveaux documents s’ajouteront régulièrement à mesure que de nouvelles espèces seront inscrites à la Liste des espèces en péril et que les programmes de rétablissement existants seront mis à jour.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la Loi sur les espèces en péril et les initiatives de rétablissement, veuillez consulter le Registre public de la LEP et le site Web du Secrétariat du rétablissement.



Citation recommandée


Kulka, D., C. Hood et J. Huntington. 2007. Programme de rétablissement du loup à tête large (Anarhichas denticulatus) et du loup tacheté (Anarhichas minor) et plan de gestion du loup atlantique (Anarhichas lupus) au Canada [Projet]. Pêches et Océans Canada : Région de Terre-Neuve et du Labrador. St. John’s (T.-N.L.) xi + 115 pp.

 

Exemplaires supplémentaires


Des exemplaires supplémentaires peuvent être téléchargés à partir du site Web du Registre de la LEP


Illustration de la couverture : Pêches et Océans Canada


Also available in English under the title
Recovery Strategy for Northern Wolffish (Anarhichas denticulatus) and Spotted Wolffish (Anarhichas minor), and Management Plan for Striped Wolffish (Anarhichas lupus) in Canada [Proposed].


© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Environnement, 2007. Tous droits réservés.
ISBN à venir
No de cat. à venir.

Le contenu du présent document (sauf l’illustration de la couverture) peut être utilisé sans permission, à condition que la source soit adéquatement citée.

Déclaration

Les présents programme de rétablissement et plan de gestion proposés pour le loup à tête large, le loup tacheté et le loup atlantique ont été élaborés en collaboration avec les entités responsables des espèces, comme il est décrit dans l’annexe 1. Pêches et Océans Canada a passé en revue ce document et l’accepte en tant que programme de rétablissement et plan de gestion de ces espèces, conformément aux exigences de la Loi sur les espèces en péril.

La réussite du rétablissement et de la gestion de ces espèces dépendra de l’engagement et de la collaboration d’un grand nombre de parties qui participent à la mise en œuvre des orientations formulées dans le présent programme. Cette réussite ne pourra reposer sur Pêches et Océans Canada ou sur une autre instance seulement. Dans l’esprit de l’Accord national pour la protection des espèces en péril, le ministre des Pêches et des Océans invite tous les Canadiens à se joindre à Pêches et Océans Canada pour appuyer le présent programme et le mettre en œuvre au profit du loup à tête large, du loup tacheté et du loup atlantique et de l’ensemble de la société canadienne. Pêches et Océans Canada s’appliquera à soutenir l’exécution de ce programme avec les ressources disponibles et compte tenu des diverses priorités relatives à la conservation des espèces en péril. Le ministre rendra compte des progrès réalisés d’ici cinq ans.

Un ou plusieurs plans d’action détaillant les mesures de rétablissement qu’il faudra prendre pour appuyer la conservation des espèces viendront s’ajouter au présent programme. Le ministre mettra en œuvre des moyens pour s’assurer, dans la mesure du possible, que les Canadiens directement touchés par ces mesures soient consultés.


Autorités responsables

L’autorité responsable du loup à tête large, du loup tacheté et du loup atlantique dans les eaux atlantiques canadiennes est Pêches et Océans Canada.

Auteurs

Le présent document a été élaboré par D. Kulka, C. Hood et J. Huntington, sur les conseils de l’équipe de rétablissement du loup de mer, au nom de Pêches et Océans Canada. Les membres de l’équipe de rétablissement du loup de mer sont les suivants :

Catherine Hood (co-présidente), MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
David Kulka (co-président), MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
John Angel, Canadian Association of Prawn Producers;
Sharmane Allen, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Wade Barney, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
John Boland, Union des pêcheurs de Terre-Neuve;
Carole Bradbury, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Joe Brazil, Newfoundland and Labrador Department of Environment and Conservation;
Gerald Brothers, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Scott Campbell, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Bruce Chapman, Conseil des allocations aux entreprises d’exploitation du poisson de fond;
David Coffin, Newfoundland and Labrador Department of Fisheries and Aquaculture;
Karen Ditz, MPO, Iqaluit, Nunavut;
Tom Hurlbut, MPO, Moncton, Nouveau-Brunswick;
George Rose, Memorial University, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Mark Simpson, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Jason Simms, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Dena Wiseman, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador;
Larry Yetman, MPO, St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador.

Remerciements

Les présents programme de rétablissement et plan de gestion ont été rédigés par David Kulka, Catherine Hood et Julie Huntington avec l’apport exhaustif et la collaboration de l’équipe de rétablissement et d’autres intervenants, le cas échéant. L’édition a été réalisée par les co-présidents David Kulka et Catherine Hood, ainsi que par Derek Osborne (MPO). Le financement du projet a été assuré par le Bureau des espèces en péril, Région de Terre-Neuve et du Labrador, ministère des Pêches et des Océans (MPO), St. John’s, Terre Neuve et Labrador.

L’équipe de rétablissement du loup de mer regroupe des représentants de l’industrie, du milieu universitaire et des gouvernements provinciaux et fédéral. Les populations de loup de mer, notamment des deux espèces menacées, sont en grande partie concentrées entre les Grands Bancs et le plateau continental du Labrador, une zone qui relève de la région de Terre Neuve et du Labrador du MPO, et dans les eaux adjacentes à la province de Terre Neuve et Labrador. En conséquence, la majorité des membres de l’équipe provenaient de cette zone. L’industrie était représentée par des personnalités des secteurs côtier et extracôtier. Tous les secteurs de la région de Terre Neuve et du Labrador du MPO étaient représentés dans l’équipe. Chaque membre de l’équipe a mené des consultations intensives au sein de son secteur, de sorte que les intervenants clés ont été mis au courant de l’élaboration du document et ont eu la possibilité de fournir leurs commentaires.

Nous étendons notre reconnaissance à tous les membres de l’équipe pour leurs efforts en vue de l’élaboration des présents programme de rétablissement et plan de gestion, et notamment pour leurs efforts d’information et de collecte des commentaires auprès de leurs secteurs respectifs. L’équipe souhaite également remercier les nombreuses personnes qui ont examiné le présent document, qui proviennent de différents secteurs de la région de Terre Neuve et du Labrador, d’autres régions de l’Atlantique et de l’Administration centrale. Nous tenons particulièrement à remercier le personnel de la Division de l’environnement marin et de la gestion de l’habitat (EMGH), qui a travaillé sur plusieurs sections relatives à l’habitat, ainsi qu’au personnel de l’Agence canadienne d'évaluation environnementale (ACEE) et de la Direction des politiques et de l’économique (DPE) des régions de Terre Neuve et du Labrador, du Québec et des Maritimes, qui a fourni des analyses économiques détaillées afin que les meilleures connaissances soient prises en considération. L’apport collectif des examinateurs et des collaborateurs a assuré la conformité à la Loi sur les espèces en péril et a grandement amélioré la qualité d’un document qui traite d’un vaste éventail de sujets.

Évaluation environnementale stratégique

Conformément à la Directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes, une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée pour tous les documents de planification du rétablissement produits en vertu de la LEP. L’objet de l’EES est d’intégrer les considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics afin de soutenir la prise de décisions éclairées sur le plan environnemental.

La planification du rétablissement profitera aux espèces en péril et à la biodiversité en général. Il est toutefois reconnu que des programmes peuvent produire, sans que cela ne soit voulu, des effets environnementaux négatifs qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des lignes directrices nationales tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des impacts possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l’EES sont directement compris dans le programme lui même, mais sont également résumés ci après.

Les présents programme de rétablissement et plan de gestion profiteront clairement à l’environnement en favorisant la conservation et le rétablissement du loup à tête large, du loup tacheté et du loup atlantique dans les eaux canadiennes. On a envisagé la possibilité que le programme produise, sans que cela ne soit voulu, des effets négatifs sur d’autres espèces; toutefois, comme les objectifs du rétablissement recommandent la réalisation de recherches supplémentaires sur les espèces ainsi que d’initiatives d’éducation et de sensibilisation du public, l’EES a conclu que le programme sera clairement favorable à l’environnement et n’entraînera pas d’effets négatifs importants.

Introduction