Sommaire du statut de l’espèce du COSEPAC sur L’escargot du Puget Cryptomastix devia au Canada – 2013

Disparue du pays
2013

COSEPAC - Comité sur la situation des espèces en péril au Canada

Les sommaires du statut de l’espèce du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages au Canada que l’on croit en péril. On peut citer le présent document de la façon suivante :

COSEPAC. 2013. Sommaire du statut de l’espèce du COSEPAC sur l’escargot du Puget (Cryptomastix devia) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. xvi p.

Note de production :
Le COSEPAC remercie Robert G. Forsyth d’avoir rédigé le sommaire du statut de l’espèce sur l’escargot du Puget (Cryptomastix devia) au Canada, aux termes d’un marché conclu avec Environnement Canada. La supervision et la révision du rapport ont été assurées par Dwayne Lepitzki, coprésident du Sous-comité de spécialistes des mollusques du COSEPAC.

Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s’adresser au :

Secrétariat du COSEPAC
a/s Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3

Tél. : 819-953-3215
Téléc. : 819-994-3684
Courriel COSEPAC
Site Web COSEPAC

Also available in English under the title COSEWIC Status Appraisal Summary on the Puget Oregonian Cryptomastix devia in Canada.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2013.
No de catalogue  CW69-14/2-34-2013F-PDF
ISBN 978-0-660-21076-6

Haut de la page


COSEPAC
Sommaire de l’évaluation

Sommaire de l’évaluation – mai 2013

Nom commun
Escargot du Puget

Nom scientifique
Cryptomastix devia

Statut
Disparue du pays

Justification de la désignation
Ce grand escargot terrestre est connu au Canada sur la base de seulement trois enregistrements historiques (1850-1905) provenant de l’île de Vancouver et de la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique. Des recherches approfondies pour trouver l’espèce dans son aire de répartition historique ont été infructueuses.

Répartition
Colombie-Britannique

Historique du statut
Espèce désignée « disparue du pays » en novembre 2002. Réexamen et confirmation du statut en mai 2013.

Haut de la page

COSEPAC
Sommaire du statut de l’espèce

Cryptomastix devia
Escargot du Puget
Répartition au Canada : Colombie-Britannique

Historique du statut :

Espèce désignée « disparue du pays » en novembre 2002. Réexamen et confirmation du statut en mai 2013.

 

Preuves (cocher la case appropriée) :

Espèce sauvage :
Changement quant à l’admissibilité, à la taxinomie ou aux unités désignables : non

Explication :
Aucun changement quant à l’admissibilité, à la taxinomie ou aux unités désignables n’est survenu. Toutefois, le nom commun anglais est « Puget Oregonian » (et non « Puget Oregonian Snail »), selon l’usage courant (Turgeon et al., 1998) et la recommandation du Sous-comité de spécialistes des mollusques. Le nom français commun a été incorrectement rendu à la traduction par « limace de Puget » (COSEPAC, 2002; correctement traduit ailleurs); le nom correct est « escargot du Puget ».

 

Répartition :
Changement de la zone d’occurrence : non
Changement de l'indice de la zone d’occupation (IZO: non
Changement du nombre de localités actuelles connues ou inférées*: non
Nouvelles données importantes issues de relevés : oui 

Explication :
En dépit des recherches approfondies dont il a été l’objet, l’escargot du Puget n’a pas été observé récemment au Canada, et aucune population connue ne semble y subsister (Durand; Gelling; Ovaska; Heron; Millikin; Ramsay; Nernberg, toutes comm. pers., 2011).

Depuis la dernière évaluation du statut de l’escargot du Puget (COSEPAC, 2002), les gouvernements locaux et provincial, les organismes de conservation, les experts-conseils œuvrant sous contrat avec le gouvernement ou d’autres clients et les naturalistes accordent un intérêt considérable aux gastéropodes terrestres. Plusieurs relevés de gastéropodes terrestres ont été effectués depuis 2000 à divers sites compris dans l’aire de répartition historique de l’escargot du Puget, dans la vallée du bas Fraser et le sud de l’île de Vancouver. Bon nombre de ces relevés visaient l’escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana), dont l’habitat semble similaire à celui de l’escargot du Puget (COSEPAC, 2002), tandis que d’autres étaient plus généraux et étendus à l’ensemble des espèces de gastéropodes terrestres (Ovaska, comm. pers., 2011). Des gastéropodes terrestres ont également été découverts de façon fortuite dans le cadre de certains relevés d’invertébrés (p. ex. Parkinson et al.,2009) (Heron, comm. pers., 2011). Les observateurs qui participent aux recherches sur le terrain de l’escargot-terrestre de Townsend et d’autres gastéropodes terrestres sont au courant de la situation de l’escargot du Puget et demeurent vigilants à son égard durant leurs relevés (Forsyth, obs. pers.). Comme des escargots du Puget pourraient être découverts durant les relevés ciblant l’escargot-forestier de Townsend, la situation des deux espèces a été réévaluée en même temps selon la même intensité de recherche (figure 1).

À l’intérieur de l’aire de répartition historique de l’escargot du Puget, des relevés ont été effectués dans le sud de l’île de Vancouver dans des parcs du District régional de la Capitale et des terres du ministère de la Défense nationale (MDN), de l’industrie forestière, de Parcs Canada et de la Couronne, et dans la vallée du bas Fraser, dans des forêts municipales (Matsqui et Mission) et des terres du MDN et de la Couronne (Ovaska et Sopuck, 2006, 2007, 2008, 2009; Bains et al., 2009; Parkinson et al., 2009; Sopuck et al., 2010; Astley, comm. pers., 2011; Durand, comm. pers., 2011; Heron, comm. pers., 2011; COSEPAC, 2013). Depuis 2000, des relevés de gastéropodes terrestres ont été effectués à au moins 1 083 sites dans la vallée du bas Fraser (232 sites) et dans l’île de Vancouver et la portion sud de l’archipel des îles Gulf (400 sites) (COSEPAC, 2013). Entre 2009 et 2011, au moins 827 heures ont été consacrées à la recherche de l’escargot-forestier de Townsend le long de transects sinueux totalisant 525 km (pour de plus amples renseignements, voir le tableau 2 dans COSEPAC, 2013). De façon générale, les données amassées par des biologistes dans le cadre de contrats conclus avec des propriétaires fonciers privés ne sont pas disponibles ou ne sont pas quantifiables.

À l’extérieur de l’aire de répartition historique de l’escargot du Puget, des relevés d’escargots terrestres ont également été effectués dans certaines îles du sud de l’archipel des îles Gulf, le long de la côte ouest et dans le nord de l’île de Vancouver, dans la région de la Sunshine Coast et dans le sud-est de la Colombie-Britannique, mais aucun escargot du Puget n’a été trouvé (Matthias, comm. pers., 2011; Ovaska, comm. pers., 2011; Forsyth, comm. pers., 2011). La carte présentée à l’annexe 1 indique certains des endroits où des recherches de gastéropodes terrestres ont été effectuées en Colombie-Britannique et dans les provinces et territoires adjacents.

* Utiliser la définition de « localité » de l’UICN.

 

Information sur la population :
Changement du nombre d’individus matures : non
Changement de la tendance de la population totale : non
Changement quant à la gravité de la fragmentation de la population : non
Changement de la tendance de la superficie et/ou de la qualité de l’habitat : non
Nouvelles données importantes issues de relevés : oui

Explication :
Aucune nouvelle donnée n’a été recueillie depuis la dernière évaluation malgré les recherches ciblant l’espèce (voir précisions ci-dessous) effectuées récemment, et la qualité de l’habitat (voir précisions ci-après) a continué de se dégrader.

 

Menaces :
Changement de la nature ou de la gravité des menaces : oui

Explication :
La cause de la disparition de l’escargot du Puget au Canada est incertaine, mais la perte et la dégradation de l’habitat ont été décrites comme des menaces aux États-Unis (COSEPAC, 2002). À l’intérieur de l’aire de répartition historique de l’espèce, la destruction et la fragmentation de l’habitat propice à l’espèce se poursuivent. Autrefois, le phénomène était associé à la conversion des terres forestières en terres agricoles, mais de nos jours, le développement urbain est la principale cause de perte d’habitat. Dans la vallée du bas Fraser, d’importants projets domiciliaires sont en cours à Mission, Abbotsford et Chilliwack (COSEPAC, 2013). Dans les nouvelles communautés à grande échelle qui voient ainsi le jour, de vastes pans d’habitat très propice aux gastéropodes terrestres ont été ou pourraient être détruits ou sont en voie de l’être (Durand, comm. pers., 2011; COSEPAC, 2013). Depuis le dernier rapport, la gravité des menaces a augmenté.

 

Protection :
Changement quant à la protection efficace : non

Explication :
En vertu de la Loi sur les espèces en péril, l’escargot du Puget a été inscrit sur la liste des espèces disparues du pays à l’annexe 1. La cote SX (espèce disparue de la province) lui a été attribuée en Colombie-Britannique (BCCDC, 2011). Un des buts énoncés dans le programme de rétablissement consiste à protéger l’habitat et à atténuer toute éventuelle menace si une population était découverte (BCIRT, 2008).

 

Immigration de source externe :
Changement quant à l’immigration de source externe constatée : non

Explication :
Aucune nouvelle donnée n’a été recueillie depuis la dernière évaluation. Le programme de rétablissement de l’escargot du Puget fait état de la possibilité et de la nécessité de rétablir l’espèce au Canada d’ici 2017 à partir de populations de l’État de Washington (BCIRT, 2008). La dispersion naturelle de l’espèce vers le nord à partir des États-Unis paraît très improbable. Une pétition réclamant l’inscription de l’espèce sur la liste des espèces en péril aux États-Unis en vertu de l’Endangered Species Act a été soumise en 2008 (Curry et al., 2008; USFWS, 2011). La décision d’inscrire un certain nombre des espèces de gastéropodes aquatiques mentionnées dans la pétition a été prise en septembre 2012 (USFW, 2012), et une décision concernant les espèces terrestres, dont l’escargot du Puget, devrait être rendue au cours de l’année financière 2013.

 

Analyse quantitative :
Changement quant à la probabilité de disparition du pays : inconnu

Précisions :
Aucune donnée n’est disponible.

 

Sommaire et autres points à examiner : [p. ex. activités de rétablissement]
L’escargot du Puget a disparu du Canada. Il n’y a pas été observé depuis le début des années 1900, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de son aire de répartition historique, en dépit des recherches approfondies menées au cours des dix dernières années par des observateurs chevronnés.

Haut de la page

Remerciements et experts contactés :

Anderson, Robert, Chercheur, Musée canadien de la nature, C.P. 3443 – Station D, Ottawa (Ontario)  K1P 6P4.

Astley, Caroline, TEM Specialist (Wildlife and Vegetation), Hemmera, Suite 250 – 1380 Burrard Street, Vancouver (Colombie-Britannique)  BC V6Z 2H3.

Durand, Ryan, Taara Environmental, PO Box 41, Nelson (Colombie-Britannique)  V1L 5P7.

Fraser, David F, Directeur adjoint,BC CDC, Ecosystem Branch, Conservation Planning Section, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, C.P. 9358 – Station Prov Govt, Victoria (Colombie-Britannique)  V8W 9M2.

Gelling, Lea, Zoologiste,BC CDC, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, C.P. 9358 – Station Prov Govt, Victoria (Colombie-Britannique)  V8W 9M2.

Heron, Jennifer, Présidente de l’équipe de rétablissement des invertébrés de la Colombie-Britannique, spécialiste des invertébrés, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Ecosystem Protection and Sustainability Branch, Terrestrial Conservation Science Section, Pièce 315 - 2202 Main Mall, Vancouver (Colombie-Britannique)  V6T 1Z4.

Howes, B., Science Support, Programme des espèces en péril, Parcs Canada, 25, rue Eddy, 4e étage, Gatineau (Québec)  K1A 0M5.

Matthias, Laura, Species at Risk Biologist, Salt Spring Island Conservancy, C.P. 722, Ganges, Île Salt Spring (Colombie-Britannique)  V8K 2W3

Millikin, R.L., A/Head Population Assessment, Centre de recherche sur la faune du Pacifique, Service canadien de la faune, Environnement Canada, R.R. 1, 5421 Robertson Rd., Delta (Colombie-Britannique)  V4K 3N2.

Nantel, Patrick, Conservation Biologist, Programme des espèces en péril, Dierction de l’intégrité écologique, Parcs Canada, 25, rue Eddy, 4e étage, Gatineau (Québec)  K1A 0M5.

Nernberg, Dean, Agent des espèces en péril, Direction générale de l’Environnement, Direction de la gérance de l’environnement, Quartier général de la Défense nationale, Édifice Mgén George R. Pearkes, 101, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario)  K1A 0K2.

Ovaska, Kristiina, Biolinx Environmental Research, 1759 Colburne Place, North Saanich (Colombie-Britannique)  V8L 5A2.

Ramsay, Leah, Program Zoologist, Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, Wildlife Inventory Section, Resources Inventory Branch, Ministry of Environment, Lands and Parks, C.P. 9344 Station Provincial Government, Victoria (Colombie-Britannique)  V8W 9M1.

Haut de la page

Sources d’information : 

Astley, C., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, octobre 2011, biologiste, Hemmera, Vancouver (Colombie-Britannique).

Bains, B., A. Caldicott, L. Parkinson et J. Heron. 2009. Surveys for invertebrate species at risk within the Mission Municipal Forest, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Vancouver (Colombie-Britannique), 65 p.

BCCDC (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique). 2011. Species Summary: Cryptomastix devia,. Ministry of Environment de la Colombie-Britannique (consulté en octobre 2011; en anglais seulement).

BCCDC (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique). 2013. British Columbia Species and Ecosystems Explorer, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique), disponible à l’adresse : http://www.a100.gov.bc.ca/pub/eswp/ (consulté le 15 février 2013; en anglais seulement).

BCIRT (Équipe de rétablissement des invertébrés de la Colombie-Britannique). 2008. Recovery strategy for Puget Oregonian snail (Cryptomastix devia) in British Columbia (PDF 655 Ko), préparé pour le Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Victoria, 21 p. (consulté en octobre 2011; en anglais seulement).

COSEPAC. 2002. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’escargot du Puget (Cryptomastix devia) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa, vii + 23 p.

COSEPAC. 2013. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana) au Canada, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa, ix + 22 p.

Curry, T., N. Greenwald et A. Garty, 2008. Petition to list 32 mollusk species from freshwater and terrestrial ecosystems of the northwestern United States as Threatened or Endangered under the Endangered Species Act (PDF 1,18 Mo), Center for Biological Diversity, Portland (Oregon), pétition présentée au Secretary of the Interior, Washington,DC and U.S. Fish & Wildlife Service, Portland (Oregon), 86 p. [consulté le 21 février 2013; en anglais seulement].

Durand, R., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, octobre 2011, biologiste, Taara Environmental, Nelson (Colombie-Britannique).

Gelling, L., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, octobre 2011, zoologiste, Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique).

Heron, J., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, septembre-octobre 2011, présidente de l’équipe de rétablissement des invertébrés de la Colombie-Britannique, spécialiste des invertebrés, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Vancouver (Colombie-Britannique).

Matthias, L., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, septembre-octobre 2011, Species at Risk Biologist, Salt Spring Island Conservancy, île Salt Spring (Colombie-Britannique).

Millikin, R.L., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, octobre 2011, A/Head Population Assessment, Centre de recherche sur la faune du Pacifique, Service canadien de la faune, Delta (Colombie-Britannique).

Nernberg, D., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, novembre 2011, Agent des espèces en péril, Direction générale de l’Environnement, Direction de la gérance de l’environnement, Quartier général de la Défense nationale, Ottawa (Ontario).

Ovaska, K., comm. pers. 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, octobre 2011, biologiste, Biolinx Environmental Research, North Saanich (Colombie-Britannique).

Ovaska, K., et L. Sopuck. 2006. Surveys for the Blue-grey Taildropper and other gastropods at risk within CRD parks and trail systems in 2006. Rapport préparé par Biolinx Environmental Research Ltd. pour Capital Regional District Parks, Victoria (Colombie-Britannique), viii + 45 p.

Ovaska, K., et L. Sopuck. 2007. Surveys for the Blue-grey Taildropper within CRD Parks and Trails System in 2007, rapport d’étape, décembre 2007, préparé par Biolinx Environmental Research Ltd. pour Capital Regional District Parks, Victoria (Colombie-Britannique), 14 p.

Ovaska, K., et L. Sopuck. 2008. Surveys for the Blue-grey Taildropper and other gastropods at risk within the CRD Parks and Trails System in 2008, rapport préparé par Biolinx Environmental Research Ltd. pour Capital Regional District Parks, Victoria (Colombie-Britannique), viii + 61 p.

Ovaska, K., et L. Sopuck. 2009. Surveys for the Blue-grey Taildropper and other gastropods at risk within the CRD Regional Parks and Trails System in 2009. rapport préparé par Biolinx Environmental Research Ltd. pour Capital Regional District Parks, Victoria (Colombie-Britannique), 36 p.

Parkinson, L., S.A. Blanchette et J. Heron. 2009. Surveys for Bremner’s Fritillary (Speyeria zerene bremnerii) on Salt Spring, Mayne and Galiano islands, British Columbia, 2009. Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Ecosystems Branch, Wildlife Science Section, Vancouver (Colombie-Britannique), 42 p.

Ramsay, L., comm. pers., 2011. Correspondance par courriel adressée à R. Forsyth, octobre 2011, Program Zoologist, Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, Victoria (Colombie-Britannique).

Sopuck, L., K. Ovaska et J. Heron. 2010. Surveys for terrestrial gastropods in Burns Bog, Delta, Ministry of Environment de la Colombie-Britannique, Vancouver (Colombie-Britannique), xii + 15 p.

Turgeon, D.D., J.F.J. Quinn, A.E. Bogan, E.V. Coan, F.G. Hochberg, W.G. Lyons, P.M. Mikkelsen, R.J. Neves, C.F.E. Roper, G. Rosenberg, B. Roth, A. Scheltema, F.G. Thompson, M. Vecchione et J.D. Williams. 1998. Common and scientific names of aquatic invertebrates from the United States and Canada: Mollusks, 2e edition, American Fisheries Society, Special Publication 26: ix + 526 p.

USFWS (United States Fish and Wildlife Service). 2011. Endangered and threatened wildlife and plants; 90-day finding on a petition to list 29 mollusk species as threatened or endangered with critical habitat; proposed rule, Federal Register 76: 61826-61853 (PDF 372 Ko). (consulté le 21 février 2013; en anglais seulement).

USFWS. 2012. Endangered and threatened wildlife and plants; 12-Month finding on a petition to list 14 aquatic mollusks as endangered or threatened; proposed rule, Federal Register 77: 57922-57948 (PDF 437 Ko). (consulté le 21 février 2013; en anglais seulement).

Rédacteur du SSE : Robert G. Forsyth

Haut de la page

Résumé technique

Cryptomastix devia
Escargot du Puget
Répartition au Canada : Colombie-Britannique

Données démographiques

Durée d’une génération (généralement, âge moyen des parents dans la population; indiquer si une méthode d’estimation de la durée d’une génération autre que celle qui est présentée dans les lignes directrices de l’UICN [2008] est utilisée).> 1 an
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre total d’individus matures?
Aucun individu n’a été observé au Canada depuis plus de cent ans, en dépit de recherches approfondies effectuées récemment.
Sans objet
Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur [cinq ans ou deux générations].
Aucun individu n’a été observé au Canada depuis plus de cent ans, en dépit de recherches approfondies effectuées récemment.
Sans objet
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de changement, de réduction ou d’augmentation] du nombre total d’individus matures au cours des [dix dernières années ou trois dernières générations].
Aucun individu n’a été observé au Canada depuis plus de cent ans, en dépit de recherches approfondies effectuées récemment.
Sans objet
Pourcentage [prévu ou présumé] [de changement, de réduction ou d’augmentation] du nombre total d’individus matures au cours des [dix prochaines années ou trois prochaines générations].
Aucun individu n’a été observé au Canada depuis plus de cent ans, en dépit de recherches approfondies effectuées récemment.
Sans objet
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] [de changement, de réduction ou d’augmentation] du nombre total d’individus matures au cours de toute période de [dix ans ou trois générations] commençant dans le passé et se terminant dans le futur.Sans objet
Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles et comprises et ont effectivement cessé?Sans objet
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?Sans objet

Haut de la page

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d’occurrencekm2
Indice de zone d’occupation (IZO)
[Fournissez toujours une valeur selon la grille à carrés de 2 km de côté]
km2
La population totale est-elle très fragmentée?Sans objet
Nombre de localités*0
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de la zone d’occurrence?Sans objet
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de l’indice de zone d’occupation?Sans objet
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de populations?Sans objet
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de localités*?Sans objet
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de [la superficie, l’étendue ou la qualité] de l’habitat?Oui
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de localités*?Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d’occurrence?Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de l’indice de zone d’occupation?Non

* Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et IUCN 2010 (en anglais seulement) pour obtenir des précisions sur ce terme.

Haut de la page

Nombre d’individus matures dans chaque population
PopulationNombre d’individus matures
Aucune0
Total0

Haut de la page

Analyse quantitative

La probabilité de disparition de l’espèce de la nature est d’au moins [20 % sur 20 ans ou 5 générations, ou 10 % sur 100 ans].Aucune donnée disponible

Haut de la page

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou leur habitat)

Perte, dégradation et fragmentation de l’habitat causées par le développement urbain.

Haut de la page

Immigration de source externe (immigration de l’extérieur du Canada)

Situation des populations de l’extérieur
Washington (S2S3)
Oregon (S1)

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Inconnue, improbable

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Peut-être

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Peut-être

La possibilité d’une immigration depuis des populations externes existe­t­elle?
Non

Haut de la page

Nature délicate de l’information sur l’espèce

L’information concernant l’espèce est-elle de nature délicate?

Il n’existe aucune donnée récente sur l’espèce. Si des données sur l’espèce étaient découvertes, elles seraient vraisemblablement de nature délicate.

Haut de la page

Historique du statut

Espèce désignée « disparue du pays » en novembre 2002. Réexamen et confirmation du statut en mai 2013.

Haut de la page

Statut et justification de la désignation

Statut :
Disparue du pays

Code alphanumérique :
Sans objet

Justification de la désignation :
Ce grand escargot terrestre est connu au Canada sur la base de seulement trois enregistrements historiques (1850-1905) provenant de l’île de Vancouver et de la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique. Des recherches approfondies pour trouver l’espèce dans son aire de répartition historique ont été infructueuses.

Haut de la page

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) :
Sans objet. L’espèce n’a pas été observée au pays depuis 1905.
Critère B (petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Sans objet. L’espèce n’a pas été observée au pays depuis 1905.
Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) :
Sans objet. L’espèce n’a pas été observée au pays depuis 1905.
Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) :
Sans objet. L’espèce n’a pas été observée au pays depuis 1905.
Critère E (analyse quantitative) :
Sans objet. L’espèce n’a pas été observée au pays depuis 1905.

Haut de la page

Figure 1. Recherches de gastéropodes terrestres effectuées à l’intérieur et à proximité immédiate des aires de répartition connues de l’escargot-forestier de Townsend et de l’escargot du Puget. Les données du BCCDC (2013) jusqu’en avril 2012 et de Forsyth (données inédites) jusqu’en 2011 sont incluses. Cette carte, établie par le Secrétariat du COSEPAC et présentée dans COSEPAC (2013), a été modifiée pour montrer les sites actuellement occupés par l’escargot-forestier de Townsend. Aucun escargot du Puget n’a été trouvé durant ces recherches.

Carte montrant les sites où des recherches de gastéropodes terrestres ont été effectuées à l’intérieur et à proximité immédiate des aires de répartition connues de l’escargot-forestier de Townsend et de l’escargot du Puget dans le sud de l’île de Vancouver et la portion continentale de la Colombie-Britannique (zones côtières et vallée du Fraser).

Haut de la page

Annexe 1. Recherches de mollusques terrestres effectuées en Colombie-Britannique et dans les provinces et territoires adjacentes de 1999 à septembre 2011, d’après les données de Biolinx Environmental Research Ltd., de Forsyth et de Wildlife Systems Research. Les points indiquent les endroits où des recherches d’escargots et de limaces terrestres ont été effectuées selon diverses méthodes (carte préparée par Forsyth).

Carte montrant les sites où des recherches de gastéropodes terrestres ont été effectuées en Colombie-Britannique et dans les provinces et territoires adjacents de 1999 à septembre 2011.

Haut de la page

Historique du COSEPAC
Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le Comité a été créé pour satisfaire au besoin d’une classification nationale des espèces sauvages en péril qui soit unique et officielle et qui repose sur un fondement scientifique solide. En 1978, le COSEPAC (alors appelé Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée le 5 juin 2003, le COSEPAC est un comité consultatif qui doit faire en sorte que les espèces continuent d’être évaluées selon un processus scientifique rigoureux et indépendant.

Mandat du COSEPAC
Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés ou d’autres unités désignables qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes comprises dans les groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC
Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes responsable des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l’Agence Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le Partenariat fédéral d’information sur la biodiversité, lequel est présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres scientifiques non gouvernementaux et des coprésidents des sous-comités de spécialistes des espèces et du sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit au moins une fois par année pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Définitions (2013)

Espèce sauvage
Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d’animal, de plante ou d’une autre organisme d’origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s’est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.
Disparue (D)
Espèce sauvage qui n’existe plus.
Disparue du pays (DP)
Espèce sauvage qui n’existe plus à l’état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.
En voie de disparition (VD)*
Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.
Menacée (M)
Espèce sauvage susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.
Préoccupante (P)**
Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison de l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces reconnues qui pèsent sur elle.
Non en péril (NEP)***
Espèce sauvage qui a été évaluée et jugée comme ne risquant pas de disparaître étant donné les circonstances actuelles.
Données insuffisantes (DI)****
Une catégorie qui s’applique lorsque l’information disponible est insuffisante (a) pour déterminer l’admissibilité d’une espèce à l’évaluation ou (b) pour permettre une évaluation du risque de disparition de l’espèce.

* Appelée « espèce disparue du Canada » jusqu’en 2003.
** Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.
*** Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.
**** Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».
***** Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999. Définition de la catégorie (DI) révisée en 2006.

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

Haut de la page