Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sommaire de l'information pour les consultations sur le projet d'inscription de la baleine à bec commune (population du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador) en tant qu'espèce préoccupante en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP)

Dans le cadre du processus de consultation, le gouvernement du Canada souhaite entendre vos commentaires sur les effets potentiels de l'inscription de la baleine à bec commune, population du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador (Hyperoodon ampullatus), en tant qu'espèce « préoccupante » en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Pêches et Océans Canada (MPO) a préparé ce sommaire pour présenter de l'information sur la situation de la baleine à bec commune, population du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador.

Qu'est-ce que la Loi sur les espèces en péril?

Dans le cadre de sa stratégie pour la protection des espèces en péril, le gouvernement du Canada a promulgué la LEP en 2003. L'un des objectifs de cette Loi est de prévoir la protection légale des espèces sauvages et la conservation de la diversité biologique. Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a pour mandat de mener des évaluations sur la situation des espèces sauvages et de classer ces dernières en fonction de leur niveau de risque d'extinction (espèce disparue, disparue du Canada, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Avant de prendre la décision sur l'inclusion d'une espèce à la Liste des espèces en péril prévue par la LEP, le gouvernement du Canada examine les preuves scientifiques, les commentaires reçus des Canadiens au cours des consultations et les effets socioéconomiques potentiels. Sont mis en place des plans de rétablissement de la totalité des espèces inscrites de même que des interdictions pour protéger du danger les espèces établies comme étant en voie de disparition, menacées ou préoccupantes.

Figure 1 Baleine à bec commune

baleine à bec commune (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description pour la figure 1

La figure 1 présente une image d'une baleine à bec commune grise à front proéminent ressemblant à un dauphin.

En savoir plus sur la baleine à bec commune

La baleine à bec commune, Hyperoodon ampullatus, est une baleine de taille moyenne, pourvue d'un bec, que l'on trouve dans l'Atlantique Nord. Elle ressemble à un dauphin, bien qu'elle soit beaucoup plus grande que la plupart des espèces de dauphins. La baleine à bec commune a un front proéminent qui est arrondi chez les femelles matures et les baleines immatures, carré et souvent de couleur blanche chez les mâles matures. Sa couleur va du brun foncé au gris clair. Elle peut atteindre de sept à neuf mètres, les mâles étant généralement plus longs d'un mètre que les femelles.

On trouve deux populations de baleines à bec communes dans les eaux canadiennes : celle du plateau néo-écossais et celle du détroit de Davis de la baie de Baffin et de la mer du Labrador. Ces deux populations sont génétiquement distinctes l'une de l'autre. Les baleines du plateau néo-écossais sont plus petites et peuvent se reproduire plus tard dans l'année. On trouve la baleine du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador dans les eaux au nord-est du Canada à plus de 500 mètres de profondeur.

Figure 2. Carte montrant les limites de la zone d'habitat de la population de baleines à bec communes du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador.

aire de distribution (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description pour la figure 2

La figure 2 est une carte montrant les limites de l'étendue où l'on retrouve la baleine à bec commune (détroit de Davis – baie de Baffin – population de la mer du Labrador) dans les eaux du Nord-Est du Canada. La population est répartie entre les eaux de l'Est donnant sur l'île de Terre-Neuve en direction nord jusqu'au Nunavut en allant à l'ouest du Groenland. La limite de l'Est est la zone économique exclusive du Canada.

Statut proposé en vertu de la LEP : préoccupant

Le niveau de protection et les actions de rétablissement entreprises pour une espèce figurant dans la liste de la LEP sont fonction de l'évaluation du niveau de risque d'extinction pour cette espèce. La population de baleines à bec communes du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador a été définie par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) comme une espèce préoccupante. Il s'agit du niveau de risque le plus faible, qui indique que cette espèce n'est pas actuellement en voie de disparition, mais qu'elle est considérée comme sensible aux activités humaines et aux événements naturels en raison de facteurs biologiques ou de menaces. Le COSEPAC a défini cette population comme préoccupante pour trois raisons : la population a vraisemblablement été très sérieusement réduite par la chasse à la baleine dans les années 1960 et au début des années 1970, il n'y a eu aucune preuve d'une tendance dans l'effectif de la population depuis cette époque, et les menaces résultant de l'interaction avec les pêches sont documentées et courantes.

Menaces pesant sur l'espèce

Le COSEPAC affirme que la baleine à bec commune des eaux canadiennes est confrontée à deux menaces principales : l'enchevêtrement dans les engins de pêche et le bruit sous-marin d'origine anthropique provenant de l'exploration sismique et des sonars de la marine. Le COSEPAC note que ces deux menaces sont réelles, mais que l'on n'est pas certain de l'étendue des dommages.

Importance particulière de l'espèce

Une grande partie de l'aire de répartition nord de la baleine à bec commune se trouve dans les eaux canadiennes. Ces baleines font partie de ceux des mammifères qui plongent le plus profond. Elles sont connues pour plonger à des profondeurs supérieures à 800 mètres pendant des périodes de plus de 70 minutes. Elles sont également connues pour être curieuses, et on les voit souvent s'approcher des navires.

Protection et rétablissement de l'espèce en vertu de la LEP

Si la population de baleines à bec du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador est ajoutée à la Liste des espèces en péril en tant qu'espèce préoccupante, elle ne fera pas l'objet d'interdictions aux termes de la LEP. Néanmoins, il sera demandé à Pêches et Océans Canada de produire un plan de gestion pour l'espèce afin de s'assurer qu'elle n'est pas mise en péril par les activités humaines. Un plan de gestion en vertu de la LEP comprendra des mesures de conservation de l'espèce et fixera des buts et des objectifs visant à maintenir des niveaux de population durables.

Mesures de gestion possibles

Si la population de baleines à bec communes du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador est ajoutée à la liste de la LEP, Pêches et Océans Canada, en collaboration et en consultation avec les parties intéressées et avec ses partenaires, utilisera les meilleurs renseignements disponibles pour élaborer un plan de gestion.

Le processus de consultation – Vos commentaires

Dans le cadre du processus de consultation, le gouvernement du Canada aimerait connaître votre avis sur l'inscription de la population de baleines à bec communes du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador en tant qu'espèce préoccupante en vertu de la LEP. Il aimerait aussi obtenir vos commentaires sur les effets positifs et négatifs que cette inscription pourrait avoir sur vous, votre industrie ou les écosystèmes. Vos réponses aux questions suivantes viseront à éclairer la décision à savoir s'il faut inscrire ou non l'espèce en vertu de la LEP.

  1. Quelles seraient les répercussions environnementales, sociales, culturelles et économiques si cette population était ajoutée à la liste de la LEP?
  2. Appuyez-vous l'inscription de la population de baleines à bec communes du détroit de Davis, de la baie de Baffin et de la mer du Labrador comme préoccupante sur la Liste des espèces en péril de la LEP? Si oui, pourquoi? Sinon, pourquoi?
  3. Représentez-vous un secteur d'activité, une collectivité, une communauté ou une organisation autochtone, ou un autre groupe? Si oui, quel groupe ou secteur représentez-vous?

Pour faire part de vos commentaires ou de vos réponses aux questions ci-dessus, veuillez communiquer avec :

Programme des espèces en péril
Pêches et Océans Canada
501 University Crescent
Winnipeg, MB
R2M 4R3
Télécopieur : (204)-983-5192
Courriel : fwisar@dfo-mpo.gc.ca

Programme des espèces en péril
Pêches et Océans Canada
C. P. 5667
St. John’s, T.-N.-L.
A1C 5X1
Télécopieur : 709-772-5562
Courriel : saranl-leptnl@dfo-mpo.gc.ca

Pour obtenir une copie de l'évaluation du COSEPAC concernant cette espèce ou pour d'autres demandes de renseignements généraux, veuillez consulter le Registre public de la LEP.

Référence

COSEPAC. 2011. Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur la baleine à bec commune Hyperoodon ampullatus au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa, 2006, Xii + 31 p.

| Page d'introduction|