Toxolasme nain

Consultations sur l’inscription en vertu de la Loi sur les espèces en péril

Image d’une main tenant trois toxolasmes nains

toxolasme-questionnaire.pdf 720 ko, Obtenir Adobe Reader

Un des objectifs de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée par le gouvernement du Canada en 2003 est de prévoir la protection légale des espèces sauvages et la conservation de la diversité biologique.

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a pour mandat de mener des évaluations sur la situation des espèces sauvages et de classer ces dernières en fonction de leur niveau de risque d’extinction (espèce disparue, disparue du Canada, en voie de disparition, menacée ou préoccupante).

Avant de prendre la décision d’ajouter une espèce à la Liste des espèces en péril prévue par la LEP, le gouvernement du Canada examine les preuves scientifiques, les commentaires reçus des Canadiens et des Canadiennes au cours des consultations et les effets socioéconomiques potentiels.

La planification du rétablissement est effectuée pour l’ensemble des espèces inscrites, et des interdictions entrent en vigueur pour protéger les espèces évaluées comme étant disparues du pays, en voie de disparition, ou menacées.

Dans le cadre du processus de consultation, le gouvernement du Canada aimerait connaître votre avis sur l’inscription du toxolasme nain en tant qu’espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Il aimerait aussi obtenir vos commentaires sur les effets positifs et négatifs que cette inscription pourrait avoir sur vous, sur votre industrie, sur votre communauté ou sur l’écosystème.

Le toxolasme nain a récemment été évaluée comme étant une espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Avant de décider si cette espèce sera protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril, Pêches et Océans Canada souhaite obtenir votre opinion, vos commentaires et suggestions au sujet des répercussions écologiques, culturelles et économiques possibles de son inscription ou non-inscription.

Veuillez fournir vos commentaires en utilisant le questionnaire ou le questionnaire en ligne sur le site Web du Registre public des espèces en péril d’ici le 15 septembre 2014.

Toxolasme nain

Le toxolasme nain est l’une des 54 moules d’eau douce au Canada et l’une des deux seules moules du genre Obovaria au pays. Il s’agit d’une espèce de moule petite et rare, mesurant généralement moins de 4 cm de long, mais pouvant atteindre 5,5 cm. La coquille est épaisse, de forme elliptique ou ovale avec une coquille externe est arrondie, lisse comme du tissu. La couleur de la coquille va du brun au noir brunâtre avec des raies vertes sur la partie dorsale.Un profil complet du toxolasme nain se trouve sur le site Web de Pêches et Océans Canada .

Disparu de plus de 40 % de son aire de répartition historique, à l’heure actuelle, le toxolasme nain n’est présent que dans la rivière Sydenham, le cours inférieur de la rivière Thames (rivière Baptiste) ainsi que les rivières Ruscom, Belle, Grand et Welland, et les ports de Jordan et de Hamilton (Sunfish Pond, Cootes Paradise et le ruisseau Grindstone).

La répartition du toxolasme nain au Canada

Carte

Inscription proposée en vertu de la LEP : En voie de disparition

En 2011, cette espèce a été évaluée comme étant une espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Si l’espèce est inscrite comme étant en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril, un programme de rétablissement et un plan d’action seront élaborés.

Menaces

Parmi les menaces graves qui pèsent sur le toxolasme nain, il faut compter la perte d’habitat et la pollution croissante des eaux où il vit et s’alimente.  Les activités municipales, agricoles et industrielles peuvent causer une élévation du niveau de sédiments, de nutriments et de contaminants qui peuvent boucher les branchies des moules, perturber la respiration et la reproduction et dégrader la qualité de l’habitat. Le dragage du lit des cours d’eau constitue une possible menace qui peut mener à la destruction de l’habitat, voire la disparition de l’espèce de l’habitat; le développement résidentiel et commercial ainsi que la construction de barrages peuvent avoir les mêmes effets. Des espèces envahissantes comme les moules zébrées et quagga peuvent coloniser en grand nombre l’habitat du toxolasme nain et avoir une incidence négative sur l’alimentation, la respiration, les déplacements et la reproduction de l’espèce. Une autre espèce envahissante, le gobie à taches noires, peut aussi entrer en concurrence avec le toxolasme nain pour la nourriture et les poissons-hôtes.

Importance particulière de l’espèce

Les moules d’eau douce sont des mollusques au corps mou sans squelette, donc des invertébrés, qui vivent au fond des ruisseaux, des rivières, des lacs et des étangs. Elles utilisent leur pied musculeux pour creuser et ramper et elles sont dotées d’une paire de coquilles articulées. Ce sont des organismes filtreurs qui agissent comme des purificateurs d’eau naturels, et qui servent de nourriture à d’autres espèces comme les poissons, les loutres, les visons, les rats musqués et certains oiseaux. Les moules d’eau douce sont parmi les organismes les plus menacés de disparition sur terre.

Mesures de gestion possibles

Si le toxolasme nain est inscrite en vertu de la LEP, Pêches et Océans Canada, en collaboration et en consultation avec les parties intéressées et ses partenaires, utilisera les meilleurs renseignements disponibles pour élaborer un programme de rétablissement et un plan d’action pour cette espèce.

Protection et rétablissement de l’espèce en vertu de la LEP

Si le toxolasme nain est ajoutée à la Liste des espèces en péril comme espèce en voie de disparition, elle sera protégée légalement en vertu de la LEP et des interdictions entreront en vigueur.  Il sera illégal de tuer cette espèce, de lui nuire, de la harceler, d’en capturer ou d’en prendre, d’en posséder, d’en vendre, d’en acheter ou d’en échanger, sauf en cas d’autorisation par un permis émis en vertu de la LEP. Il sera interdit de détruire l’habitat essentiel du toxolasme nain (c’est-à-dire l’habitat nécessaire à sa survie et à son rétablissement) dès que l’habitat essentiel sera désigné dans un programme de rétablissement ou dans un plan d’action. 

Les questions :

  1. Quel groupe ou secteur vous ou votre organisation représente le mieux?
    1. Autochtones
    2. Administrations gouvernementales
    3. Conseil de gestion des ressources
    4. Grand public
    5. Industrie
    6. Milieu universitaire
    7. Organisme sans but lucratif
    8. Petites entreprises
    9. Autres ______________________________________
  2. Estimez-vous que la protection accordée au toxolasme nain en vertu de la Loi sur les espèces en péril procurera des AVANTAGES économiques, environnementaux, culturels ou sociaux pour vous, votre entreprise ou votre collectivité?

  3. Estimez-vous que la protection accordée au toxolasme nain en vertu de la Loi sur les espèces en péril engendrera des COÛTS environnementaux, culturels ou sociaux pour vous, votre groupe, votre bande, votre collectivité ou votre organisation?

  4. Le gouvernement du Canada devrait-il ajouter le toxolasme nain à la Liste des espèces en péril à titre d'espèce en voie de disparition afin de lui accorder une protection en vertu de la Loi sur les espèces en péril?

  5. Avez-vous d'autres commentaires dont vous aimeriez nous faire part concernant cette consultation sur l'inscription?