Profil d'espèce

Collème bâche

Nom scientifique : Collema coniophilum
Taxonomie : Lichens
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Collème bâche

Description

Le collème bâche, Collema coniophilum, est un lichen foliacé particulier, de taille modérée, qui possède plusieurs grands lobes principalement arrondis mesurant au plus 2 à 4 (- 5) mm de large. La surface supérieure lisse va du vert olive foncé à marron noirâtre et se recouvre légèrement de « boursouflures » à sa base, qui finissent par s'étendre vers le haut pour devenir de grandes rainures inférieures. De petites saillies noirâtres ayant la forme d'un doigt sont présentes sur la surface supérieure et font ressortir le contraste avec cette dernière. La couleur de la surface inférieure varie du vert olive foncé au beige olive pâle et comporte parfois des touffes de poils blancs minuscules. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Répartition et population

On sait actuellement que le collème bâche est endémique au Canada. Son aire de répartition principale occupe une partie limitée et humide du sillon des Rocheuses, environ 65 km à l'est de Prince George; en outre, on sait qu'elle s'étend du cours supérieur de la rivière Adams dans la chaîne Columbia, à 20 km au sud-est de la rivière Blue. Sur le plan biogéoclimatique, ces régions sont situées dans les sous-biozones les plus humides et les plus fraîches de la zone du cèdre et de la pruche de l'Intérieur ainsi que de la zone subboréale de l'épinette. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Habitat

Dans l'ensemble de son aire de répartition, le collème bâchesemble être limité à des arbres à base riche ou enrichie, notamment le sapin subalpin, la pruche de l'Ouest, l'épinette d'Engelmann et, dans une bien moindre mesure, le peuplier occidental, le peuplier faux-tremble et le cèdre rouge de l'Ouest. Sa pousse à un emplacement donné est grandement améliorée par l'enrichissement en nutriments à partir de plusieurs sources et elle dépend sans doute de ce facteur. L'espèce a seulement été détectée dans des forêts anciennes humides qui datent de plus 100 ans environ. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Biologie

Le collème bâche est un lichen envahisseur des jeunes ramilles. Il semble être une espèce asexuée qui se reproduit exclusivement par l'intermédiaire d'excroissances à grains grossiers de la surface supérieure connues sous le nom d'isidies. Les isidies sont trop larges pour être efficacement dispersées par le vent; en outre, étant donné qu'elles n'ont aucun mécanisme particulier d'adhésion, on prévoit rarement leur dispersion sur les pieds d'oiseaux sur de longues distances. Cependant, dans le cas où une isidie atteint un nouvel emplacement, l'établissement n'est susceptible de se produire que sur des ramilles ou de jeunes branches riches en nutriments ou enrichies de ceux-ci. Dans les parties les plus humides de l’aire de répartition géographique du collème bâche, on trouve sans doute rarement des ramilles et des branches riches en nutriments en raison des effets de lessivage des fortes précipitations. Cela réduit grandement la fréquence d’occurrence de l'espèce. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Menaces

Jusqu’ici, le collème bâche a seulement été localisé dans des forêts anciennes; on ne sait pas s'il pousse dans des forêts plus jeunes. Ainsi, il fait peu de doute que la perte de forêts anciennes due à la coupe à blanc engendre une baisse correspondante de cette espèce, du moins dans des conditions naturelles. En revanche, il existe des preuves que les activités d'exploitation forestière peuvent en fait stimuler la pousse du collème bâche à certains sites, par la création artificielle de noyaux d'enrichissement en nutriments associés à la poussière calcaire des routes. Par conséquent, le seul fait de transporter des grumes vers une scierie semble favoriser l'établissement de populations non négligeables de cette espèce. Il n'est pas certain que le collème bâche puisse s'accumuler en une quantité aussi importante que 140 thalles dans une localité, dans des conditions naturelles. Tant que l'effet de la poussière persistera, et que les peuplements anciens qui soutiennent le collème bâche demeureront intacts, on pourra entrevoir l'avenir de cette espèce comme étant protégé. Malheureusement, il n'existe aucune méthode simple permettant de garantir que les forêts anciennes recouperont indéfiniment les routes de gravier calcaire. Qui plus est, les pratiques d'utilisation des terres qui, par la perte de forêts anciennes ont tendance à limiter le collème bâche à une petite quantité de peuplements de bord de route artificiellement améliorés, mettent clairement en péril cette espèce (p. ex. par l'augmentation de sa vulnérabilité aux perturbations entraînant le remplacement de peuplements, telles que les incendies de forêt, les maladies, les infestations d’insectes et des chablis. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Collème bâche est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le collème bâche (Collema coniophilum) au Canada (2011)

    Le collème bâche, Collema coniophilum, est un lichen foliacé particulier, de taille modérée, qui possède plusieurs grands lobes principalement arrondis mesurant au plus 2 à 4 (- 5) mm de large. La surface supérieure lisse va du vert olive foncé à marron noirâtre et se recouvre légèrement de « boursouflures » à sa base, qui finissent par s'étendre vers le haut pour devenir de grandes rainures inférieures. De petites saillies noirâtres ayant la forme d'un doigt sont présentes sur la surface supérieure et font ressortir le contraste avec cette dernière. La couleur de la surface inférieure varie du vert olive foncé au beige olive pâle et comporte parfois des touffes de poils blancs minuscules.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Collème bâche (2011)

    Ce cyanolichen foliacé arboricole est endémique au Canada, où il occupe une aire de répartition restreinte se limitant aux forêts anciennes à sol calcaire situées dans les régions humides de l'intérieur de la Colombie-Britannique. Le lichen est mal adapté pour la dispersion, car il n’a jamais été trouvé avec des organes de reproduction sexuée, et ses propagules végétatives ont une faible capacité de dispersion. L'aire de répartition du lichen semble connaître un déclin dû à la perte continue des forêts anciennes par la coupe à blanc. Les facteurs expliquant la rareté de l'espèce et son étroit endémisme ne sont pas bien compris.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2016)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2017)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en vertu du paragraphe 27(1) de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2011 (2011)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 8 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 8 novembre 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.