Profil d'espèce

Meunier des montagnes Populations de la rivière Milk

Nom scientifique : Catostomus platyrhynchus
Taxonomie : Poissons
Distribution : Alberta, Saskatchewan
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Meunier des montagnes

Meunier des montagnes Photo 1

Haut de la page

Description

Le meunier des montagnes appartient à la famille des Catostomidae qui vivent dans les régions montagneuses de l’Ouest et des grandes plaines d’Amérique du Nord les plus à l’ouest. À partir de facteurs génétiques et géographiques, on a réparti le meunier des montagnes en trois unités désignables au Canada : 1) les populations des rivières Saskatchewan et Nelson; 2) les populations de la rivière Milk; et 3) les populations du Pacifique. Il présente les caractéristiques suivantes: bouche subterminale dépourvue de dents et aux lèvres charnues (un trait caractéristique des meuniers et des suceurs); museau évasé et épais; petits yeux; corps allongé, cylindrique et légèrement comprimé; corps relativement petit, dont la longueur totale atteint en moyenne entre 127 et 152 millimètres (le spécimen le plus long a été enregistré en Alberta et mesurait 232 millimètres); couleur du dos généralement de vert foncé à gris ou brun, avec le ventre de jaune pâle à blanc; bande latérale de vert foncé à noire et (ou) cinq tâches dorsales de fin pigment noir sur les côtés; et à l’époque du frai, le poisson affiche une bande latérale orangée ou rouge et le mâle comme la femelle développe des « bosses » (tubercules) sur ses nageoires.

Haut de la page

Répartition et population

On trouve le meunier des montagnes uniquement dans l’ouest des États-Unis et du Canada, généralement à haute altitude, bien qu’on en trouve également dans les cours d’eau des basses terres et des prairies. Aux États-Unis, on trouve l’espèce dans les bassins Green, Haut-Columbia, Yakima, partie supérieure de Sacramento et dans le haut bassin du Missouri, ainsi que dans les bassins Lahontan et Bonneville, et dans les affluents de la Colorado River, au sud jusqu’en Utah. Au Canada, on trouve le meunier des montagnes dans les bassins des fleuves Columbia, Fraser, de la rivière Saskatchewan et du haut bassin du Missouri (rivière Milk). Bien que l’espèce soit abondante dans certains secteurs de choix, le meunier des montagnes ne se trouve pas en abondance dans la plupart des eaux canadiennes où il atteint la limite nord de son aire de répartition.

Haut de la page

Habitat

Le meunier des montagnes est considéré comme étant une espèce d’eau tempérée, et il est associé aux petits cours d’eau à haute altitude (entre 20 et 800 mètres au-dessus du niveau de la mer) bien qu’on relève à l’occasion sa présence dans les lacs, les réservoirs et les grands fleuves. Il préfère des débits moyens. Le fond des plans d’eau (substrats) varie, mais il est caractérisé en général par du gravier, des cailloux ou des galets.

Haut de la page

Biologie

Le frai a lieu à la fin du printemps ou au début de l’été, dans les zones de rapides où l’eau circule dans un débit de moyen à rapide, souvent près des fosses. Les poissons reproducteurs se servent des zones de rapides, mais ils reviennent dans les fosses profondes dès le frai terminé. L’espèce ne bâtit aucun nid, et les œufs sont dispersés sur le fond de la rivière ou du cours d’eau. L’incubation des œufs dure de 8 à 14 jours, et le taux de croissance des alevins varie selon le cours d’eau. Les femelles ont tendance à être plus grosses et à vivre plus longtemps que les mâles. Les mâles peuvent vivre environ sept ans, alors que les femelles vivent jusqu’à neuf ans.

Haut de la page

Menaces

Les menaces qui pèsent sur le meunier des montagnes comprennent la perte d’habitat et la dégradation de la qualité de l’habitat découlant des pratiques agricoles et de l’élevage du bétail; l’urbanisation et le développement industriel; les pratiques en matière de gestion de l’eau et l’irrigation; et l’introduction d’espèces aquatiques envahissantes. Dans le centre sud de la Colombie-Britannique et le sud de l’Alberta et de la Saskatchewan, les risques associés à la disponibilité de l’eau pourraient représenter une plus grande menace en raison des épisodes de sécheresse accrus et des conditions liées aux changements climatiques.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

Pêches et Océans Canada est actuellement en train de déterminer si les populations de meunier des montagnes de la rivière Milk devraient être protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril comme étant « menacées ». Pour obtenir davantage de renseignements sur la LEP, notamment pour savoir comment elle protège les espèces, consultez www.especesaquatiquesenperil.gc.ca ou le Registre public des espèces en péril : www.registrelep.gc.ca.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le meunier des montagnes (Catostomus platyrhynchus) au Canada (2011)

    Le meunier des montagnes est un petit poisson de fond (habituellement moins de 250 mm de longueur à la fourche) qui vit en Amérique du Nord dans les régions montagneuses de l’Ouest et dans l’extrême ouest des Grandes Plaines. Il est doté d’une bouche infère présentant des « bosses charnues » (papilles) caractéristiques sur les lèvres. Le corps est allongé, cylindrique et quelque peu comprimé vers la queue. Les données de génétique moléculaire et la répartition de l’espèce parmi trois zones biogéographiques nationales d’eau douce (ZBNED) ont permis de recenser trois unités désignables (UD) au Canada (l’UD Saskatchewan‑Nelson, l’UD Missouri et l’UD Pacifique).

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Meunier des montagnes, Populations de la rivière Milk (2011)

    La répartition de ce petit poisson d'eau douce se limite au bassin hydrographique de la rivière Milk du sud de l’Alberta et de la Saskatchewan. Ce poisson a une petite zone d’occupation et un nombre de localités (8) qui le rend particulièrement vulnérable à la perte et à la dégradation de l’habitat causées par la modification du régime hydrologique et les sécheresses, lesquelles pourraient être exacerbées par les changements climatiques.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2016)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2017)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en vertu du paragraphe 27(1) de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Documents de consultation