Profil d'espèce

Leptoge à grosses spores

Nom scientifique : Leptogium platynum
Taxonomie : Lichens
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2011
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Leptoge à grosses spores

Description

Le leptoge à grosses spores (Leptogium platynum) est un lichen gélatineux rupestre qui se reconnaît facilement à ses lobes foliacés de grandeur moyenne et à sa surface supérieure bleuâtre foncé qui porte habituellement de nombreuses apothécies et parfois de petits lobules qui jouent le rôle de propagules végétatives. Les thalles produisent presque toujours à la fois des propagules végétatives et des propagules issues de la reproduction sexuée, ce qui est inhabituel chez les cyanolichens. La limite nord de la répartition de l’espèce se situe dans le sud de la zone côtière de Colombie-Britannique. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Répartition et population

Le leptoge à grosses spores est endémique à l’ouest de l’Amérique du Nord. Il est présent dans les régions côtières à étés secs, où il occupe des localités dispersées à partir du sud de la Californie (32° N) jusqu’au sud de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique (49° N). Des populations ont également été signalées au Nouveau-Mexique, au Texas et au Mexique. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Habitat

L’espèce pousse à basse altitude sur des affleurements rocheux inclinés où des suintements périodiques se produisent. Elle semble coloniser uniquement les surfaces rocheuses riches en minéraux alcalins, souvent parmi un tapis constitué d’une variété de mousses et d’hépatiques. Le leptoge à grosses spores est donc limité aux substrats possédant un pH plutôt élevé. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Biologie

La reproduction sexuée nécessite une nouvelle synthèse lichénique à chaque génération, ce qui pourrait en partie expliquer la forte fragmentation de l’aire de répartition du leptoge à grosses spores. Les lobules sont des propagules végétatives relativement lourdes qui sont peu susceptibles de se disperser à plus de quelques mètres du thalle parent. Le cycle vital du leptoge à grosses spores consiste donc en de longues périodes de survie à l’état végétatif ponctuées de très rares épisodes où les spores du champignon éjectées des apothécies sont dispersées sur de longues distances puis s’associent avec une souche compatible de cyanobactérie pour former un nouveau thalle. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Menaces

La disparition du leptoge à grosses spores de trois des sept localités pourrait être attribuable à des causes naturelles telles que la compétition des mousses et les changements climatiques, qui entraînent des étés de plus en plus secs. Ce lichen est également vulnérable aux phénomènes stochastiques comme les pluies exceptionnellement abondantes. Le leptoge à grosses spores est probablement disparu d’une des localités parce son habitat a été enrichi en nutriments par les activités agricoles intensives qui se déroulent à proximité. De plus, certains secteurs de la région où pousse le lichen subissent un accroissement rapide de la population humaine, qui pourrait également entraîner une perte d’habitat et une augmentation de la pollution de l’air. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Leptoge à grosses spores est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le leptoge à grosses spores (Leptogium platynum) au Canada (2011)

    Le leptoge à grosses spores (Leptogium platynum) est un lichen gélatineux rupestre qui se reconnaît facilement à ses lobes foliacés de grandeur moyenne et à sa surface supérieure bleuâtre foncé qui porte habituellement de nombreuses apothécies et parfois de petits lobules qui jouent le rôle de propagules végétatives. Les thalles produisent presque toujours à la fois des propagules végétatives et des propagules issues de la reproduction sexuée, ce qui est inhabituel chez les cyanolichens. La limite nord de la répartition de l’espèce se situe dans le sud de la zone côtière de Colombie-Britannique.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Leptoge à grosses spores (2011)

    Ce lichen foliacé se trouve dans l’ouest de l’Amérique du Nord, atteignant la limite septentrionale de son aire de répartition sur la côte sud-ouest de la Colombie-Britannique où il se trouve de façon commune dans trois, possiblement quatre localités sur l’île de Vancouver. Le lichen pousse sur des affleurements rocheux riches en calcium et en magnésium, et plus de 80 % des individus se trouvent dans une seule localité. Il est disparu de trois autres localités. Ce lichen est vulnérable aux événements stochastiques, à la compétition avec les mousses et hépatiques, à la pollution causée par les activités industrielles et agricoles, ainsi qu’aux sécheresses estivales de plus en plus fréquentes résultant des changements climatiques.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2016)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2017)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en vertu du paragraphe 27(1) de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2011 (2011)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 8 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 8 novembre 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.