Profil d'espèce

Lespédèze de Virginie

Nom scientifique : Lespedeza virginica
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2013
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Lespédèze de Virginie

Lespédèze de Virginie Photo 1

Haut de la page

Description

L'espèce est une plante herbacée vivace produisant une à plusieurs tiges dressées et non ramifiées si ce n'est parfois des quelques branches pouvant se développer à l'apex. En Ontario, les plantes à fruits varient de 13 à 71 cm de haut. Avec ses feuilles trifoliolées, la plante semble mal proportionnée et ressemble à une baguette dont la tête serait démesurément lourde. Les folioles terminales sont légèrement pubescentes (couvertes de poils) et sont de 4 à 6 fois plus longues que larges. Les fleurs sont pourpres et mesurent de 6 à 8 mm de long. Elles sont groupées en de courts racèmes à l'aisselle des feuilles supérieures, créant ainsi un ensemble dense d'inflorescences et de feuilles à l'apex de la plante.

Haut de la page

Répartition et population

Aux États-Unis, l'espèce est présente du centre de la Nouvelle-Angleterre, du sud du Michigan, du sud de l'Iowa et de l'est du Kansas jusqu'au nord de la Floride et à l'est du Texas. Elle est surtout abondante dans la partie sud de son aire de répartition. Au Canada, on a déjà observé quatre colonies de l’espèce dans le comté d’Essex, en Ontario. En 1997, un inventaire a révélé la présence de 200 individus répartis en deux colonies, mais les deux autres populations n’ont pas été retrouvées. Cela représente une faible amélioration par rapport à la situation de 1984, alors qu’une seule localité comptant 150 individus avaient été notée.

Haut de la page

Habitat

En Ontario, l'espèce semble limitée aux vestiges d'anciens habitats de type prairie du comté d'Essex. Ce comté détient le climat le plus chaud et le plus sec du sud de l'Ontario, et ce, grâce à sa position méridionale ainsi qu'à la proximité des Grands Lacs. Les habitats de l'espèce sont ouverts et le sol sablonneux est sec à mésique-xérique; il arrive que le sol minéral soit exposé. La végétation de la strate herbacée est dominée par une association spécifique de plantes des prairies. La présence d'un sol minéral exposé montre que certaines perturbations de l'habitat semblent réunir les conditions nécessaires à la survie de l'espèce. De plus, l'espèce ne semble pas en mesure de se régénérer dans un habitat dont la luminosité est faible. Elle ne supporte pas non plus même une faible compétition interspécifique.

Haut de la page

Biologie

Le Lespédèze de Virginie fleurit en août ou en septembre. Il développe des fleurs voyantes et discrètes. La production de graines est faible chez les individus de petite taille. Au contraire, les individus de grande taille peuvent produire plusieurs centaines de graines. Les fruits demeurent sur la plante une bonne partie de l'hiver. Différents insectes se nourrissent du Lespédèze de Virginie, en particulier les larves de plusieurs espèces de papillons.

Haut de la page

Menaces

Les deux populations sont maintenant protégées par des parcs appartenant à la ville de Windsor. Cependant, l'espèce pourrait éventuellement disparaître suite au phénomène naturel de succession, et la taille des populations demeure petite. Les feux de prairie printaniers, fréquents où se trouve l'espèce, semblent nécessaires afin, d'une part, d'enlever l'accumulation de matière organique (aboutissant à des sols dont la température est plus élevée) et, d'autre part, de réduire la fertilité du sol ainsi que la compétition interspécifique, surtout celle provenant des arbustes créant de l'ombre et des herbacées des saisons froides. La destruction accidentelle des deux populations par des activités humaines reste possible.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Lespédèze de Virginie est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le lespédèze de Virginie est protégé par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. Cette loi interdit de nuire aux individus de cette espèce, de les tuer, de les harceler ou de les collecter, et de détruire leur habitat. La réglementation ne s’applique qu’aux sites se trouvant dans le parc patrimonial Tallgrass Prairie, le parc Ojibway et le parc patrimonial Black Oak.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la lespédèze de Virginie (Lespedeza virginica) au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la lespédèze de Virginie (Lespedeza virginica) au Canada - Mise à jour (2013)

    La lespédèze de Virginie (Lespedeza virginica (L.) Britt.) est une herbacée vivace appartenant à la famille des Légumineuses (Fabacées). Cette plante au port dressé, parfois ramifié, mesure généralement moins de 1 m de hauteur. Ses tiges se forment à partir d’un rhizome ligneux qui comporte des nodosités. Des poils courts et couchés couvrent les tiges, les feuilles et les fruits de la plante. Les feuilles sont composées et fortement ascendantes; elles comportent trois folioles dont la taille varie de 1,5 à 3 cm. Les fleurs, typiques des Légumineuses, sont habituellement roses à violettes. Les fruits sont des gousses qui renferment une seule graine et mesurent entre 4 et 7 mm de longueur. Les gousses sont produites par des fleurs chasmogames (ouvertes) ou cléistogames (fermées). Les populations canadiennes de lespédèze de Virginie se trouvent près de la limite nord de l’aire de répartition de l’espèce (certaines populations des États-Unis sont situées plus au nord); les populations se trouvant à la limite de l’aire de répartition d’une espèce peuvent être génétiquement distinctes.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Lespédèze de Virginie (2000)

    Espèce désignée en voie de disparition en avril 1986. Réexamen et confirmation du statut en avril 1999 et en mai 2000. L'évaluation de mai 2000 est fondée sur de nouveaux critères quantitatifs, qui ont été appliqués aux données du rapport de situation d'avril 1999.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Lespédèze de Virginie (2013)

    Cette espèce vivace occupe de petites parcelles de prairie à herbes hautes et de savane restantes, dans une seule localité dans le sud de l’Ontario, où elle est menacée par les impacts combinés de l’absence de perturbations naturelles par des feux périodiques et de la présence de plantes envahissantes. Il y a un déclin continu dans la qualité et la superficie de l’habitat disponible pour la plante.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la lespédèze de Virginie (Lespedeza virginica) au Canada (2016)

    Le ministre de l’Environnement est le ministre compétent en vertu de la LEP de la lespédèze de Virginie et a élaboré la composante fédérale (partie 1) du programme de rétablissement, conformément à l’article 37 de la LEP. L’article 44 de la LEP autorise le ministre à adopter en tout ou en partie un plan existant pour l’espèce si ce plan respecte les exigences de contenu imposées par la LEP au paragraphe 41(1) ou 41(2). Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (maintenant nommé ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario) a dirigé l’élaboration du programme de rétablissement de la lespédèze de Virginie présenté en pièce jointe (partie 2), en collaboration avec Environnement Canada. La province de l’Ontario a également dirigé l’élaboration de la Déclaration du gouvernement jointe au présent document (partie 3). Cette déclaration est la réponse stratégique du gouvernement de l’Ontario au programme de rétablissement provincial; elle résume les mesures prioritaires que le gouvernement de l’Ontario entend prendre et soutenir.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC – 2012-2013 (2013)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2012 à septembre 2013), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 25 au 30 novembre 2012, et la deuxième, du 28 avril au 3 mai 2013. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 73 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2012-2013 sont les suivants : Disparues : 0 Disparues du pays : 2 En voie de disparition : 28 Menacées : 19 Préoccupantes : 19 Données insuffisantes : 4 Non en péril : 1 Total : 73 Sur les 73 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 50 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 17 mars 2017