Profil d'espèce

Buchnéra d'Amérique

Nom scientifique : Buchnera americana
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2011
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Buchnéra d'Amérique

Buchnéra d'Amérique Photo 1

Haut de la page

Description

La buchnéra d’Amérique est une plante vivace qui atteint 40 à 80 cm de hauteur. La tige pubescente est non ramifiée, et elle porte des feuilles opposées sessiles, ce qui signifie qu’elles sont dépourvues de pédoncule. Généralement parasite, la buchnéra d’Amérique se développe sur les racines de diverses espèces d’arbres, mais elle peut aussi se développer sans se fixer à d’autres végétaux. En Ontario, la floraison s’étale de la mi-juillet au début de septembre. Les fleurs, sessiles et de couleur violet foncé, sont groupées en un épi terminal. Le fruit est une capsule oblongue d’environ 7 mm de longueur.

Haut de la page

Répartition et population

La buchnéra d’Amérique est présente dans 11 États des États-Unis, depuis l’Ohio et l’Indiana jusqu’à la Géorgie et au Missouri. Les plus fortes densités se trouvent dans le Tennessee, le Kentucky, l’Arkansas et le Missouri. L’espèce est considérée disparue en Pennsylvanie, au Michigan et au New Jersey, et d’occurrence historique dans le district de Columbia, le Delaware, le Maryland, la Caroline du Nord et l’État de New York. Son statut n’a pas encore été établi pour six États du sud des États-Unis. Au Canada, la buchnéra d’Amérique se trouve uniquement sur 10 km de la rive du lac Huron, dans le sud-ouest de l’Ontario. L’aire de l’espèce dans cette province est demeurée inchangée depuis 1981. On trouve actuellement, six populations existant en Ontario. Au moment des campagnes de recensement de 1997, les populations totalisaient 553 individus. Depuis 1981, l’espèce a disparu de deux sites connus, en raison de la construction domiciliaire.

Haut de la page

Habitat

La buchnéra d’Amérique préfère les sols sablonneux humides des clairières ou des prairies. En Ontario, l’espèce pousse en bordure de dépressions interdunaires humides où elle côtoie d’autres espèces des prairies, comme l’asclépiade tubéreuse, le faux-sorgo penché, le barbon à balais et le barbon de Gérard.

Haut de la page

Biologie

La buchnéra d’Amérique est un hémiparasite, c’est-à-dire qu’elle peut se nourrir aux dépens d’autres végétaux, mais ce genre de parasitisme n’est pas essentiel à sa croissance. L’espèce se développe sur les racines de nombreuses espèces d’arbres, dont le pin blanc, le frêne rouge, le peuplier deltoïde et le chêne blanc. On a constaté que les arbres de petites tailles peuvent être gravement endommagés par la présence d’un trop grand nombre d’individus parasites et que les effets du parasitisme s’aggravent en conditions de stress, par exemple pendant les périodes de sécheresse. Afin de germer, les graines de la plante ont besoin de lumière, et elles peuvent rester viables dans le sol pendant deux à trois ans. Il n’a pas été établi à ce jour si l’autopollinisation peut aussi produire des graines.

Haut de la page

Menaces

La fluctuation du niveau de l’eau dans la région où se trouve l’espèce joue un rôle capital dans le maintien de son habitat. Le principal facteur limitant l’espèce est la perte massive d’habitats interdunaires naturels au profit de la construction de maisons et de chalets. Sa survie est aussi menacée de plus en plus par les activités récréatives.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Buchnéra d'Amérique est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du buchnéra d’Amérique (Buchnera americana) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la Buchnéra d'Amérique

  • Chris Risley - Président/Contact - Gouv. de l'Ontario
    Tél. : 705-755-1838  Téléc. : 705-755-1788  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Le nombre d’individus des populations de buchnéras d’Amérique du parc Pinery, un des parcs provinciaux de l’Ontario, fluctue considérablement d’une année à l’autre. La surveillance annuelle semble indiquer que le nombre de buchnéras du parc diminue. Depuis plus de deux décennies, les activités récréatives menacent ces plantes et leur habitat (c. à d. les communautés des prairies humides) et continuent, de nos jours, de représenter une menace. De plus, il se peut que des plantes ligneuses, en particulier le thuya occidental, qui lui succèdent dans les exclos de protection qui ont été érigés représentent une menace pour le buchnéra d’Amérique; une gestion des sites s’avèrera peut être nécessaire. Une surveillance davantage accrue des populations de buchnéras du parc Pinery ainsi que de la situation des prairies humides est absolument requise. Résumé des activités de recherche et de surveillance Un relevé des populations de buchnéras d’Amérique est effectué chaque année depuis 1980 dans le parc Pinery. Les plantes sont dénombrées et les positions GPS sont notés tant pour les plantes isolées que pour les groupes de plantes. Les résultats de la surveillance effectuée chaque année sont consignés et conservés avec ceux des années antérieures afin qu’il soit possible d’observer les tendances à long terme pour les populations de buchnéras d’Amérique du parc Pinery. Résumé des activités de rétablissement Les buchnéras d’Amérique sont protégés dans le parc Pinery contre le développement et deux exclos clôturés ont été installés autour des principales populations dans les années 1980. Un panneau d’interprétation qui renseigne les visiteurs du parc sur la plante et sur sa situation a été placé dans l’exclos. Adresses URLOntario Species at Risk : Bluehearts : http://www.rom.on.ca/ontario/risk.php?doc_type=fact&id=51 (en anglais seulement)Ontario Parks : The Pineryhttp://www.ontarioparks.com/french/pine.html

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

8 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Buchnéra d’Amérique (Buchnera americana) au Canada (2012)

    Le buchnéra d’Amérique (Buchnera americana) est une herbacée vasculaire hémiparasite atteignant de 40 à 80 cm de hauteur. La tige, généralement non ramifiée, est pubescente et porte des feuilles opposées sessiles. Les fleurs, sessiles et d’un violet foncé, sont groupées en un épi terminal. En Ontario, la floraison s’échelonne de la mi?juillet à septembre. Le fruit est une capsule oblongue d’environ 7 mm de longueur.
  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le buchnéra d’Amérique (Buchnera americana) au Canada - Mise à jour (2000)

    Le buchnéra d'Amérique est une herbacée vivace atteignant de 40 à 80 cm de hauteur. La tige, généralement non ramifiée, est pubescente et porte des feuilles sessiles opposées. Les fleurs, sessiles et d'un violet foncé, sont groupées en un épi terminal. En Ontario, la floraison s'étale de la mi-juillet au début de septembre. Le fruit est une capsule oblongue d'environ 7 mm de longueur. L'espèce est hémiparasite de divers conifères et feuillus, se fixant à leurs racines au moyen de suçoirs.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Buchnéra d'Amérique (2000)

    Espèce désignée « menacée » en avril 1985. Réexamen du statut : l'espèce a été reclassifiée dans la catégorie de risque plus élevé « en voie de disparition » en avril 1998. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000. L'évaluation de mai 2000 est fondée sur de nouveaux critères quantitatifs, qui ont été appliqués aux données du rapport de situation de 1998.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Buchnéra d'Amérique (2013)

    Une plante herbacée hémiparasite qui est retrouvée en trois petites populations dans l’habitat de dunes des Grands Lacs, dans le sud-ouest de l'Ontario. La taille réduite de sa population et les menaces liées aux changements des niveaux d'eau, à la perturbation des processus naturels, dont la suppression des feux, aux activités récréatives, et aux plantes envahissantes soumettent cette espèce à un risque continu.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du buchnéra d’Amérique (Buchnera americana) au Canada (2014)

    Le ministre de l’Environnement est le ministre compétent pour le rétablissement du buchnéra d’Amérique et a élaboré le présent programme de rétablissement, conformément à l’article 37 de la LEP. Ce programme a été préparé en collaboration avec la province de l’Ontario, le ministère de la Défense nationale et la Première nation des Chippewas de Kettle et de Stony Point.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2011-2012 (2012)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (1er septembre 2011 au 30 septembre 2012), le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 21 au 25 novembre 2011, et la deuxième, du 29 avril au 4 mai 2012. Le 3 février 2012, un sous-comité des évaluations d’urgence du COSEPAC a également évalué la situation de la pipistrelle de l’Est (Perimyotis subflavus), de la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et de la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis). Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 67 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2011-2012 sont les suivants : Disparues : 1 Disparues du pays : 4 En voie de disparition : 29 Menacées : 10 Préoccupantes : 15 Données insuffisantes : 2 Non en péril : 6 Total : 67 Sur les 67 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 49 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente (voir le tableau 1a).

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2012 (2013)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 mars 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations régulières; et le 4 octobre 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations prolongées. Processus de consultation.

Exceptions

  • Avis affiché dans le Registre public concernant les exceptions en vertu de l’article 83 - Ancien camp Ipperwash (2015)

    Selon le protocole d’entente entre le MDN, Environnement Canada et Parcs Canada : 6.1 c) les activités menées sur les lieux des établissements de défense qui sont considérées comme nécessaires aux fins de la sécurité publique, selon l'alinéa a) ci-dessus, et autorisées en vertu de la Loi sur la défense nationale et de la Loi sur les explosifs, sont les suivantes : Assainissement des lieux contaminés; Assujettissement, manutention, destruction ou élimination de munitions dangereuses, notamment de munitions non explosées.