Profil d'espèce

Trichophore à feuilles plates

Nom scientifique : Trichophorum planifolium
Autres noms/noms précédents : Scirpe timide,Scirpus verecundus
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2000
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Trichophore à feuilles plates

Trichophore à feuilles plates Photo 2

Haut de la page

Description

Le Tricophore à feuilles plates est un carex vivace herbacé qui pousse en petites touffes à partir de courts rhizomes. Ses feuilles sont courtes (de 10 à 40 cm), droites et plates, semblables à de l’herbe, et chaque touffe peut produire jusqu'à plusieurs douzaines de tiges à fleurs de 10 à 20 cm de haut qui sont triangulaires en coupe (ce qui caractérise les carexes). Chaque tige est composée de plusieurs petites fleurs sans pétales qui passent presque inaperçues.

Haut de la page

Répartition et population

Le Tricophore à feuilles plates a une aire de répartition plutôt limitée dans le Nord-Est de l'Amérique du Nord, et se trouve surtout aux États-Unis. Au Canada, la plante atteint la limite septentrionale de son aire de répartition et on la trouve seulement dans le Sud-Ouest de l'Ontario. Elle est confinée à la rive ouest du lac Ontario où on trouve un des climats les plus chauds et une des saisons de croissance les plus longues de la province. Sept populations se trouvaient dans deux régions (Toronto et Hamilton). Trois de ces populations n'ont pu être retrouvées en 1999 et la taille de la population a diminué au moins de moitié à trois autres endroits. La population totale du Canada a alors été estimée à moins de 20 touffes. Cependant, des centaines de touffes supplémentaires ont été découvertes durant le travail de terrain effectué en 2000. Il est estimé que la population du Canada compte maintenant entre plusieurs centaines et un millier de touffes, presque entièrement situées dans les sanctuaires naturels des Jardins botaniques royaux.

Haut de la page

Habitat

Le Tricophore à feuilles plates pousse dans des forêts mixtes et des forêts à arbres caduques dont la voûte végétale est peu dense et où il y a peu d'arbustes. Puisqu'elle nécessite de la chaleur et un sol bien drainé, elle a tendance à pousser sur des pentes abruptes où il y a peu de végétation ligneuse, sur les versants sud ou sud-ouest. On la trouve normalement dans des régions où il y a des perturbations naturelles occasionnelles.

Haut de la page

Biologie

Espèce du Sud, le Tricophore à feuilles plates ne croît que dans les régions les plus chaudes de l'Ontario. Au printemps, chaque touffe produit de nombreuses tiges à fleurs délicates. Les fleurs sont pollinisées par le vent et les graines sont dispersées de la fin juillet au début d'août. Les feuilles et les tiges deviennent enchevêtrées sur le sol de la forêt à la fin de juillet. Certaines feuilles survivent l'hiver et forment la base de la plante au printemps.

Haut de la page

Menaces

Le Tricophore à feuilles plates pousse dans les régions les plus chaudes et les plus urbanisées de l'Ontario. L’espèce peut être sensible au degré de perturbation subit par l’environnement, exigeant un niveau de perturbation modéré pour maintenir les conditions appropriées de l’habitat, tout en étant touchée d’une manière défavorable par les graves perturbations humaines. On croit également que la concurrence d’autres espèces peut nuire à la scirpe. Actuellement, l'espèce est menacée par les moyens utilisés pour contrôler l'érosion sur les pentes où on la retrouve, le piétinement des animaux (une population est située près de l’entrée d'une tanière de renard), les cyclistes, les piétons et les joggeurs, et par l'ombre des arbres et des arbustes.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Trichophore à feuilles plates est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le trichophore à feuilles plates est protégé en certains endroits précis par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. Cette loi interdit de nuire aux individus de cette espèce, de les tuer, de les harceler ou de les collecter, et de détruire leur habitat.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du trichophore à feuilles plates/scirpe timide au Canada (Trichophorum planifolium (Sprengel) Palla)
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la trichophore à feuilles plates

  • Donald Kirk - Président/Contact - Gouv. de l'Ontario
    Tél. : 519-826-4925  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent L’équipe de rétablissement du tricophore à feuilles plates veut assurer la survie à long terme des populations canadiennes. L’équipe est d’avis que ne pas comprendre totalement l’écologie de la plante et les menaces auxquelles elle fait face nuit à l’heure actuelle à son rétablissement. Elle a de plus cerné les lacunes qu’il faut combler dans nos connaissances pour que la planification du rétablissement soit efficace. Résumé des activités de recherche et de surveillance Les chercheurs s’emploient à découvrir ce qui limite les populations de tricophores à feuilles plates en Ontario. Les exigences de cette espèce en matière d’habitat sont étudiées depuis 2000. Dans le cadre des relevés de la classification écologique des terres effectués pour toutes les populations se trouvant dans le refuge naturel de Cootes Paradise (géré par les Jardins botaniques royaux), on a évalué l’occupation des habitats disponibles; les résultats ont montré qu’ils n’étaient pas tous occupés. De plus, il n’y a pas de tricophores à feuilles plates dans la vallée Hendrie, avoisinante, bien qu’il s’y trouve un habitat convenable. Les résultats indiquent qu’un facteur autre que la disponibilité d’un habitat convenable limite le tricophore à feuilles plates. Les chercheurs effectuent des études démographiques afin de déterminer à quels stades biologiques la plante est limitée; ils évalueront par exemple la production de graines, la propagation des graines, le taux de germination, la mortalité des plantules et la mortalité des adultes. Parmi les menaces à l’étude qui peuvent peser sur le tricophore à feuilles plates, il y a la perturbation par l’être humain, les prédateurs et les pathogènes, la compétition (y compris les espèces exotiques) et la possibilité de perte de la variabilité génétique. Les Jardins botaniques royaux étudient l’utilisation de brûlages dirigés, dont cette espèce pourrait bénéficier. Résumé des activités de rétablissement On a recueilli des graines des populations de Cootes Paradise afin de créer un jardin de secours et de stocker les gènes de l’espèce. Des techniques de propagation en captivité ont été mises au point. Les populations du jardin ne serviront pas à augmenter la population ni à la réintroduire, à moins que les chercheurs ne décident que c’est souhaitable.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

4 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Mise à jour Rapport de situation du COSEPAC sur le scirpe timide (Trichophorum planifolium) au Canada (2000)

    Le scirpe timide (Trichophorum planifolium = Scirpus verecundus) appartient à la famille des Cypéracées. Il forme de petites touffes de feuilles graminoïdes, courtes et dressées. Au printemps, la plante produit un nombre variable (quelques-unes à plusieurs douzaines) de tiges florifères délicates, à section triangulaire, généralement hautes de seulement 10 à 20 cm. Chacune de ces tiges produit un petit épi terminal constitué de plusieurs fleurs apétales. Chaque fleur est partiellement enveloppée par une bractée se terminant en une arête. L’espèce pousse habituellement en groupes lâches formés de quelques touffes à plusieurs centaines de touffes. Plus tard durant la saison, les feuilles et les tiges tendent à se coucher et à former un tapis entremêlé sur le sol forestier.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du trichophore à feuilles plates/scirpe timide au Canada (Trichophorum planifolium (Sprengel) Palla) (2007)

    La gestion du trichophore à feuilles plates/scirpe timide relève de la compétence du gouvernement de l’Ontario. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37), le ministre compétent est tenu d’élaborer un programme de rétablissement à l’égard de toute espèce inscrite comme disparue du pays, en voie de disparition ou menacée. Conformément au paragraphe 44(1) de la LEP, le ministre peut adopter pour l’espèce un plan existant qui répond aux exigences de la LEP en termes de contenu et de processus (articles 39 à 41). Le trichophore à feuilles plates/scirpe timide a été désigné espèce en voie de disparition sous le régime de la LEP en juin 2003. Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement de l’espèce en collaboration avec le Service canadien de la faune, Région de l’Ontario, Environnement Canada. Toutes les compétences responsables ont révisé le présent programme et en accusé réception. Le programme de rétablissement a été élaboré en consultation avec les responsables des Jardins botaniques royaux et ceux du parc de la Rouge, au nom de l’Office de protection de la nature de Toronto et de la région.

Description de la résidence

  • Justification de la résidence - trichophore à feuilles plates/scirpe timide (2007)

    Les individus de trichophore à feuilles plates/scirpe timide ne semblent pas utiliser un lieu d’habitation semblable à un nid ou à un terrier et, par conséquent, ne réunissent pas les conditions voulues pour être considérés avoir une résidence. Il n’y a donc aucune mesure de protection additionnelle accordée par la loi, outre celle qui est prévue par la protection de l’individu et de son habitat essentiel.