Profil d'espèce

Arnoglosse plantain

Nom scientifique : Arnoglossum plantagineum
Autres noms/noms précédents : Cacalie tubéreuse,Cacalia plantaginea
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2002
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Arnoglosse plantain

Arnoglosse plantain Photo 1

Haut de la page

Description

L'arnoglosse plantain est une plante vivace très voyante lorsqu’elle est en fleurs. La tige florifal mesure de 60 à 180 cm de hauteur et porte une grappe de 30 à 100 fleurs blanches. Les feuilles sont grosses à la base de la plante et plus petites vers son extrémité. Les plantes qui n’ont pas de tige florales sont formées d’une dense rosette de feuilles qui poussent à leur base.

Haut de la page

Répartition et population

Dans la partie centrale des États-Unis, l’Arnaglosse plantain pousse depuis l’Ohio et le Michigan jusqu’au Texas et à l’Alabama, vers le sud. Au nord, l’espèce atteint la limite de son aire de répartition au Canada, où elle ne croît que dans le Sud de l’Ontario. À cet endroit, elle occupe surtout la partie occidentale de la péninsule Bruce. En 1998, la population a été estimée à environ 5 000 tiges florales occupant 13 sites. La comparaison avec les données de 1988 révèle que la population est apparemment stable, mais qu’il y a peut-être un léger déclin de l’habitat disponible.

Haut de la page

Habitat

L’arnoglosse plantain a besoin de prés humides et riches en calcium, ou de tourbières minérotrophes riveraines.

Haut de la page

Biologie

La plupart des populations d’arnoglosses plantains comptent à la fois des plantes florifères et non florifères; la floraison a lieu en juin et en juillet. L’espèce ne se reproduit que par ses graines, qui sont dispersées en juillet et en août.

Haut de la page

Menaces

La principale menace qui pèse sur les populations canadiennes d’arnoglosses plantains est la perte d’habitat causée surtout par la construction de chalets, entraînant le drainage des terres et l’aménagement de pelouses. En certains endroits, les plantes sont exposées au piétinement par les pêcheurs, les collectionneurs de fossiles et les véhicules tout-terrain.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Dans le parc national de la Péninsule-Bruce, les plantes bénéficient aussi de la protection de la Loi sur les parcs nationaux. Aucune loi provinciale ne protège l’arnoglosse plantain, et la majorité des sites où pousse l’espèce se trouvent sur des terres privées. Toutefois, plusieurs sites se trouvent dans des parcs provinciaux, des aires de conservation ou des réserves naturelles, où des mesures sont prises pour protéger cette plante et son habitat.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Arnoglosse plantain (2004)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Plans d'actions

  • Plan d'action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Péninsule-Bruce et dans le parc marin national du Canada Fathom Five (2016)

    Le parc national du Canada de la Péninsule-Bruce (PNPB) et le parc marin national du Canada Fathom Five (PMNFF) sont situés à l'extrémité de la péninsule Bruce qui sépare la baie Georgienne du lac Huron. La péninsule s'étend sur 90 km de long, l'escarpement du Niagara, qui longe toute sa bordure du côté est, en constitue la caractéristique la plus notable. À l'intérieur du PNPB, l'escarpement forme la rive de la baie Georgienne et est reconnu comme faisant partie de l'aire centrale de la réserve de la biosphère mondiale de l'UNESCO dénommée “ Escarpement du Niagara ”. Le PNPB a été créé par le gouvernement fédéral en 1987 pour protéger un exemple représentatif de la région naturelle des basses terres des Grands Lacs et du Saint-Laurent. En raison de la nature fragmentée des terrains du parc, bon nombre des pressions exercées sur son écosystème proviennent de l'extérieur de ses limites. C'est la raison pour laquelle les Premières Nations, les résidents locaux, les organismes non gouvernementaux, d'autres groupes ainsi que les utilisateurs des terres jouent un rôle important dans la gestion, la restauration et la protection de l'écosystème du nord de la péninsule Bruce.

Plans de gestion

  • Plan de gestion de l’arnoglosse plantain (Arnoglossum plantagineum) au Canada (2015)

    Le ministre de l’Environnement et le ministre responsable de l’Agence Parcs Canada sont les ministres compétents pour la gestion de l’arnoglosse plantain et ont élaboré le présent plan de gestion, conformément à l’article 65 de la LEP. Dans la mesure du possible, ce plan a été préparé en collaboration avec l'Agence Parcs Canada et le gouvernement de l'Ontario.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluation faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (2004)

    Par le décret, la gouverneure en conseil accuse réception des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2005)

    L'annexe 1, la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP), est modifiée par décret du gouverneur en conseil, à la suite de la recommandation du ministre de l'Environnement, par l'ajout de 73 espèces. Ce décret est fondé sur des évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et suit les consultations avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les peuples autochtones, les intervenants et le public, ainsi que l'analyse des coûts et des avantages pour les Canadiennes et les Canadiens.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : mars 2004 (2004)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 17 mars 2017