Profil d'espèce

Campagnol sylvestre

Nom scientifique : Microtus pinetorum
Taxonomie : Mammifères
Distribution : Ontario, Québec
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Campagnol sylvestre

Campagnol sylvestre Photo 1
Campagnol sylvestre Photo 2

Haut de la page

Description

Le campagnol sylvestre (Microtus pinetorum) est un petit campagnol d’un poids moyen de 26 g et d’une longueur d’environ 120 mm. Sa courte queue mesure moins de 20 % de sa longueur totale. Il s’agit d’un fouisseur adapté à la vie souterraine. Il a un pelage épais et court, et ses yeux, ses oreilles et sa queue sont relativement courts. Sa coloration varie, mais elle est généralement marron foncé sur le dos et gris pâle sur le ventre. Aux États-Unis, on le considère comme un ravageur dans les vergers. Il atteint la limite nord de son aire de répartition au Canada. (Mise à jour 2017/05/31)

Haut de la page

Répartition et population

Le campagnol sylvestre est présent partout dans l’est de l’Amérique du Nord, depuis le Canada jusqu’au golfe du Mexique. Il atteint la limite nord de son aire de répartition dans le sud du Québec et le sud-ouest de l’Ontario. Moins de 2 % de son aire de répartition mondiale se trouve au Canada. Entre les aires de répartition dans chaque province, il existe une vaste superficie qui n’a fait l’objet d’aucun relevé et qui pourrait contenir des milieux propices à l’espèce. (Mise à jour 2017/05/31)

Haut de la page

Habitat

Le campagnol sylvestre habite habituellement des forêts de feuillus, mais on le trouve aussi dans des dunes broussailleuses, des marécages et des vergers. La quantité et le type de couvert végétal, le type de sol et la teneur en humidité du sol influent sur sa présence, car il préfère la végétation herbacée dense et les sols friables peu saturés. Depuis un siècle, il y a eu de la fragmentation de son habitat dans le sud de l’Ontario, et le couvert forestier global y est faible. Le couvert forestier est beaucoup plus élevé que la moyenne là où le campagnol sylvestre est présent, et il y a eu peu de changement depuis la dernière évaluation. (Mise à jour 2017/05/31)

Haut de la page

Biologie

Les campagnols sylvestres sont des animaux semi-fouisseurs qui passent la plupart de leur temps dans des terriers. Ils vivent en petites colonies, leurs domaines vitaux se chevauchent, et ils ont des nids communautaires. La superficie du domaine vital est semblable pour les mâles et les femelles (moyenne = 45 m2). La dispersion semble être provoquée par des densités de saturation, des individus des deux sexes se dispersant pour accroître leurs possibilités de reproduction. La distance de dispersion maximale est estimée à 300 m et elle pourrait être plus grande grâce à l’utilisation d’habitats de bordure et de lignes d’arbres ou d’arbustes. Le campagnol sylvestre atteint la maturité plus tard et a de plus petites portées (moyenne = 3) que la plupart des autres Microtus. Sa saison de reproduction s’étend de mai à octobre, et la femelle produit de une à quatre portées par année. La survie des jeunes est faible, la plupart vivant probablement moins de six mois. Au Canada, les campagnols ont sans doute divers prédateurs, notamment des musaraignes, des rapaces et des couleuvres. Plutôt que d’hiberner ou d’entrer en léthargie l’hiver, le campagnol sylvestre niche en colonie et cache de la nourriture. Son mode de vie de fouisseur le protège contre les températures extrêmes et les prédateurs. (Mise à jour 2017/05/31)

Haut de la page

Menaces

La perte et la dégradation de l’habitat attribuables à l’urbanisation, à l’intensification de l’agriculture et à l’exploitation forestière constituent les plus importantes menaces qui pèsent actuellement sur le campagnol sylvestre au Canada. L’urbanisation aura un plus grand effet dans les zones où les humains se concentrent déjà et entraînera sans doute plus de perte d’habitat en Ontario qu’au Québec. La perte d’habitat attribuable à l’intensification de l’agriculture est un problème dans le sud de l’Ontario. (Mise à jour 2017/05/31)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Le campagnol sylvestre se trouve isolé dans de petites parcelles d’habitat et de récentes études laissent entendre que ces parcelles disparaissent à un rythme constant. Résumé des activités de recherche et de surveillance Étant donné les faibles densités démographiques du campagnol sylvestre et comme il s’agit d’un animal fouisseur qui passe beaucoup de temps à creuser et à construire des terriers, il est difficile de le surveiller. Des populations du campagnol sylvestre ont été trouvées dans les comtés d’Elgin, de Kent et de Haldimand-Norfold lors des inventaires menés en 1986. Cependant, le campagnol n’a pas été observé au cours des relevés menés en 1986 dans le comté de Wellington, à Walpole Island, et dans la région de Waterloo, ni dans la municipalité de Hamilton-Wentworth en 1991. Résumé des activités de rétablissement Des ententes en matière de terres protégées sont élaborées par les organismes gouvernementaux avec les propriétaires fonciers privés dans le but de protéger l’habitat du campagnol sylvestre contre le lotissement. Le gouvernement de l’Ontario a remis en vigueur le Programme de remise fiscale sur les terres aménagées de l’Ontario afin de protéger et d’améliorer les régions boisées. Adresses électroniques Biodiversité de l’Ontario : Espèces en périlhttp://www.rom.on.ca/ontario/risk.php?doc_type=fact&lang=&id=286 [en anglais seulement] Ressources naturelles Canada : La faune et la flore forestières en périlwww.cfs.nrcan.gc.ca/sof/sof98/spart4_f.html

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

5 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le campagnol sylvestre (Microtus pinetorum) au Canada (2011)

    Le campagnol sylvestre (Microtus pinetorum) est un petit campagnol d’un poids moyen de 26 g et d’une longueur d’environ 120 mm. Sa courte queue mesure moins de 20 % de sa longueur totale. Il s’agit d’un fouisseur adapté à la vie souterraine. Il a un pelage épais et court, et ses yeux, ses oreilles et sa queue sont relativement courts. Sa coloration varie, mais elle est généralement marron foncé sur le dos et gris pâle sur le ventre. Aux États-Unis, on le considère comme un ravageur dans les vergers. Il atteint la limite nord de son aire de répartition au Canada.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Campagnol sylvestre (2011)

    L'aire de répartition canadienne de ce petit mammifère rare se limite à des secteurs très fragmentés du sud de l'Ontario et du sud du Québec. Toutefois, un manque d’efforts de suivi adéquat et de quantification des menaces ont rendu difficile la réévaluation de l’espèce. Rien n'indique que la situation de l'espèce ait changé depuis la dernière évaluation. Les menaces semblent limitées et ne semblent ni imminentes ni croissantes.

Plans de gestion

  • Plan de gestion du campagnol sylvestre (Microtus pinetorum) au Canada (2015)

    Le ministre de l’Environnement du Canada est responsable du campagnol sylvestre et présente ici son plan de gestion visant cette espèce, conformément à l’article 65 de la LEP. Dans la mesure du possible, ce plan de gestion a été élaboré en collaboration avec les gouvernements de l’Ontario (ministère des Richesses naturelles et des Forêts) et du Québec (ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs).

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017