Profil d'espèce

Buse à épaulettes

Nom scientifique : Buteo lineatus
Taxonomie : Oiseaux
Distribution : Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2006
Dernière désignation du COSEPAC : Non en péril
Statut de la LEP : Annexe 3, Préoccupante   (Les dispositions de l'Annexe 1 de la LEP ne s'appliquent pas)


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Buse à épaulettes

Buse à épaulettes Photo 1

Haut de la page

Description

- Grand rapace de 40 à 61 cm de long. - Les ailes ont une envergure de un mètre. - Les femelles sont plus grandes que les mâles. - Les parties supérieures sont surtout brunes, les épaules sont roussâtres. - La poitrine et le ventre sont rayés de blanc et de brun roussâtre. - La queue est noire avec d’étroites barres blanches. - Sur les oisillons, la queue est brune avec plusieurs barres transversales blanches. - Les oiseaux immatures sont plus uniformément bruns avec les parties inférieures rayées. - Le plumage adulte est atteint à 18 mois. - L’espèce est souvent confondue avec la Buse à queue rousse, plus lourde et plus grande. - La différence est que la Buse à épaulettes a une queue qui n'est pas roussâtre et qui a des étroites barres. - La Petite Buse est aussi semblable mais elle est plus petite, avec des barres blanches beaucoup plus larges sur sa queue.

Haut de la page

Répartition et population

- L’aire de reproduction en Amérique du Nord s’étend du sud du Michigan, de l’Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick jusqu’au centre du Mexique et la région du golfe du Mexique des États-Unis. - Une sous-espèce se reproduit seulement sur la côte de la Californie. - Au Canada, l’oiseau se reproduit dans le sud de l’Ontario, le sud-ouest du Québec et parfois au Nouveau-Brunswick. - La plupart hivernent dans l’est et le sud des États-Unis, mais on a observé certains oiseaux qui restent dans le sud de l’Ontario et du Québec. - L'espèce était autrefois le rapace diurne (c'est-à-dire actif pendant le jour) le plus répandu de tous les rapaces se reproduisant dans les forêts d’arbres à feuilles caduques de l’est de l’Amérique du Nord Cependant, les populations connurent de grands déclins de la fin des années 1950 jusqu’aux années 1970. - Depuis 1970, les populations se sont soit stabilisées ou elles ont augmenté en nombre. -On estime maintenant que la population au Canada comprend de 2000 à 5000 paires.

Haut de la page

Habitat

- L'espèce préfère les forêts d’arbres feuillus ou les forêts d’essences mixtes contenant des arbres feuillus tolérant l’ombre et situés près de marécages. - Comme les forêts d’arbres feuillus de l’est de l’Amérique du Nord ont été graduellement éliminées par la coupe de bois pendant l’établissement des Européens, la quantité et la qualité de l’habitat de la buse à épaulettes a énormément diminué. - Toutefois, la régénération des forêts des dernières décennies a créé un nouvel habitat. - Les grands boisés (10 à 100 hectares) peuvent accueillir des populations viables de ces buses en autant qu'il y ait peu de compétition avec les autres grands rapaces.

Haut de la page

Biologie

- L'espèce se reproduit au Canada après avoir terminé sa migration vers le nord, à la fin de mars ou au début d’avril. - Elle commence à se reproduire à deux ans. - Durant la parade nuptiale, on peut voir l'oiseau voler, planer et piquer. - L’espèce construit de gros nids de branches capitonnés d’écorce, de feuilles et de lichen à la mi-hauteur de gros arbres matures. - Les arbres ont normalement des troncs droits et peu de branches inférieures. - Le hêtre à grandes feuilles est l'arbre de nidification préféré en Ontario. - La buse s'éloigne très rarement du nid pendant la saison de reproduction. - L’espèce est monogame. - Les femelles ont une portée de deux à quatre œufs par an, qui sont pondus de deux à trois jours d'intervalle, normalement du milieu à la fin d’avril. - Les œufs sont blancs mats, parfois marqués de brun. - L’incubation est partagée par le mâle et la femelle. - L’éclosion a lieu de 28 à 33 jours après la ponte. - L’oisillon atteint le stade de juvénile avec toutes ses plumes environ 45 jours après l’éclosion. - Environ 41 % des juvéniles survivent la première année, mais 70 % survivent chacune des années subséquentes. - La diète est principalement composée de mammifères, de reptiles et d’amphibiens. - L’espèce est caractérisée par une nature timide, et. elle est aussi connue pour son habitude de retourner au même site de reproduction année après année. - La migration d’automne a lieu du milieu d’octobre au début de novembre.

Haut de la page

- La perte d’habitat a un très grave effet sur la Buse à épaulettes. - La destruction d’énormes étendues de forêts a beaucoup limité la disponibilité d'habitats adéquats et donc la taille des populations. - L’abattage des forêts et le remplissage des terres humides a réduit l'abondances de leurs proies. - La Buse à queue rousse et le Grand-duc d’Amérique excluent la Buse à épaulettes des plus petites régions boisées. - Ces deux compétiteurs s'adaptent plus facilement au changement des conditions environnementales que la Buse à épaulettes. - Puisque la Buse à queue rousse se reproduit plus tôt dans la saison, elle usurpe souvent les sites de nidification préalablement établis par la Buse à épaulettes. -Les êtres humains ont chassé l'espèce, détruit leurs nids et tué les oisillons. - Les effets de l’empoisonnement par des produits chimiques sont incertains. - L’amincissement et le bris prématuré de la coquille des œufs ont aussi été observés.

Haut de la page

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

3 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Buse à épaulettes (Buteo lineatus) au Canada – Mise à jour (2006)

    La Buse à épaulettes (Buteo lineatus) est un rapace diurne de taille moyenne qui se distingue par ses taches roux-brun sur les épaules, ses quatre rémiges primaires les plus distales émarginées et son tarse moins qu’à demi emplumé. Les parties supérieures sont principalement brunes; sa queue est noirâtre sur le dessus, blanchâtre sur le dessous et blanche à l’extrémité et elle comporte plusieurs larges bandes foncées intercalées d’étroites bandes blanches. Les parties inférieures sont blanches et comportent des rayures roux-brun. Son cri le plus fréquent est un « ki-aah », émis au début de la saison de reproduction.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Buse à épaulettes (2006)

    Espèce désignée « préoccupante » en avril 1983. Réexamen et confirmation du statut en avril 1996. Réexamen du statut et inscription à la catégorie « non en péril » en avril 2006. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2006 (2006)

    Le rapport annuel de 2006 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.