Profil d'espèce

Marbré insulaire

Nom scientifique : Euchloe ausonides insulanus
Autres noms/noms précédents : Marbré insulaire de la sous-espèce insulanus
Taxonomie : Arthropodes
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue du pays
Statut de la LEP : Annexe 1, Disparue du pays


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition du pays | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Marbré insulaire

Marbré insulaire  Photo 1
Marbré insulaire  Photo 2

Haut de la page

Description

Ce papillon relativement petit appartient à la sous-famille Pierinae, qui sont habituellement blancs. Les femelles du marbré insulaire sont souvent jaunâtres et peuvent réfléchir la lumière ultraviolette. Ce papillon vole droit, irrégulièrement et ordinairement vite. Lorsqu’il se chauffe au soleil, ses ailes sont fermées et orientées de côté par rapport au soleil. Le dessin pommelé de ses ailes est caractéristique de l’espèce.

Haut de la page

Répartition et population

Dans le passé, on trouvait cette sous-espèce du marbré insulaire en Colombie-Britannique, sur l’île Gabriola et sur l’île de Vancouver, de Nanaimo au nord, vers le sud le long de la côte est de l’île, jusqu’au parc Beacon Hill à Victoria. On l’a observé à basse altitude seulement et il semble avoir toujours été rare sur l’île de Vancouver. On a observé récemment la sous-espèce sur l’île de San Juan dans l’état de Washington. Il est possible qu’il soit encore présent sur trois petites îles situées entre les îles de Vancouver et de San Juan. Deux autres sous-espèces de marbré insulaire existent. L’une d’entre elles vit dans les habitats plus secs de la Colombie-Britannique, de l’état de Washington et du nord-ouest de l’Oregon, à l’est de la chaîne côtière et des Cascades. L’autre vit dans le nord du Yukon et dans les régions adjacentes en Alaska.

Haut de la page

Habitat

Aucune étude sur l’habitat du marbré insulaire n’a été publiée. À partir des étiquettes de lieu de prélèvement des 14 spécimens trouvés dans les musées, il semble que le papillon habitait des prairies ouvertes dans les boisés de chênes de Garry. Ce type d’habitat existe toujours sur l’île de San Juan.

Haut de la page

Biologie

On n’a rien noté au sujet de l’alimentation végétale des larves de la sous-espèce. Ailleurs, dans l’aire de distribution de l’espèce, les larves des deux autres sous-espèces se nourrissent de crucifères sauvages du genre Arabis qui poussent sur l’île de Vancouver. Les larves de l’espèce disparue se nourrissaient probablement de l’Arabis hirsuta qui pousse sur l’île de Vancouver.

Haut de la page

Raison de la disparition du pays

La sous-espèce ayant disparu du Canada avant 1910, il est peu probable que la propagation de mauvaises herbes exotiques et l’accroissement de la population humaine après la Première Guerre mondiale aient contribué à cette disparition. La cause la plus probable de cette perte est le broutage des moutons et du bétail des plantes dont se nourrissaient les larves dans l’habitat plat et à basse altitude du marbré insulaire.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Marbré insulaire est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement multi-espèces visant les espèces en péril des prés maritimes associés aux chênaies de Garry au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'écosystème des chênes de Garry

  • Conan Webb - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 250-478-5153  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : Marbré insulaire Euchloe ausonides insulanus (2010)

    Sommaire de l’évaluation – avril 2010 Nom commun Marbré insulaire Nom scientifique Euchloe ausonides insulanus Statut Disparue du pays Justification de la désignation * Une justification de la désignation n'est pas précisée lorsqu'une révision de la classification est effectuée dans le cadre d'un sommaire du statut de l'espèce. Répartition Colombie-Britannique Historique du statut Espèce disparue du Canada avant 1910. Espèce désignée « disparue du pays » en avril 1999. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000 et en avril 2010.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Marbré insulaire (2010)

    Ce papillon relativement petit appartient à la sous-famille Pierinae, qui sont habituellement blancs. Les femelles du marbré insulaire sont souvent jaunâtres et peuvent réfléchir la lumière ultraviolette. Ce papillon vole droit, irrégulièrement et ordinairement vite. Lorsqu’il se chauffe au soleil, ses ailes sont fermées et orientées de côté par rapport au soleil. Le dessin pommelé de ses ailes est caractéristique de l’espèce.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement multi-espèces visant les espèces en péril des prés maritimes associés aux chênaies de Garry au Canada (2016)

    Le présent programme de rétablissement vise sept espèces végétales et deux espèces de papillons ainsi que leurs habitats. Ces espèces présentent l'une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : déclin de la population totale, aire de répartition peu étendue avec déclin ou fluctuation, perte d'habitat, petite population en déclin, ou très petite population ou aire de répartition restreinte (COSEPAC, 2003b). Si des mesures de rétablissement ne sont pas prises, ces espèces pourraient disparaître du Canada ou de la planète à l'état sauvage.

Décrets

  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2012)

    L’objet du Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril est d’ajouter 18 espèces à l’annexe 1, la Liste des espèces en péril (la Liste), et de changer la classification de 7 espèces inscrites, aux termes du paragraphe 27(1) de la LEP. Cette modification est proposée à la suite de la recommandation du ministre de l’Environnement à la lumière d’évaluations scientifiques qu’a faites le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et à la suite de consultations tenues auprès des gouvernements, des peuples autochtones, des intervenants et du public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Novembre 2010 (2010)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 février 2011 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 4 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.