Profil d'espèce

Épinoche à trois épines limnétique du lac Hadley

Nom scientifique : Gasterosteus aculeatus
Autres noms/noms précédents : Épinoche limnétique à trois épines du lac Hadley ,Épinoche limnétique du lac Hadley ,Gasterosteus sp.
Taxonomie : Poissons
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2000
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition | Documents

Image de Épinoche à trois épines limnétique du lac Hadley

Épinoche à trois épines limnétique du lac Hadley Photo 1

Haut de la page

Description

L'Épinoche à trois épines est un petit poisson (35 à 55 mm) comprimé latéralement et possédant de délicates nageoires pectorales et caudale. Elle possède des épines pelviennes et dorsales rétractables et le corps est protégé par des plaques latérales calcifiées. La couleur varie d’argenté à tacheté de vert et brun. Les mâles sexuellement matures présentent une gorge rouge vif ou deviennent complètement noirs. L'Épinoche du lac de Hadley, forme limnétique, était une épinoche d’eau douce qui se nourrissait de plancton et n’occupait qu’un seul lac. Le corps était fusiforme, avec une petite bouche et plusieurs longues branchicténies, caractéristiques adaptées pour une alimentation basée sur le zooplancton.

Haut de la page

Répartition et population

Cette espèce occupait autrefois le lac Hadley sur l’île Lasqueti en Colombie-Britannique, dans le détroit de Georgia. Il s’agissait d’une espèce endémique à la province ne se retrouvant que dans ce lac. Elle fut découverte à la fin des années 80, et elle disparut suite à l’introduction non-autorisée de Barbottes brunes (Ameirus nebulosus) dans le lac.

Haut de la page

Habitat

Le lac Hadley est un petit lac côtier situé à environ 50 m au-dessus du niveau de la mer. Il est relié à la mer par un ruisseau de 1,2 km. Le lac ne possède aucun ruisseau de tête permanent et le ruisseau de décharge s’écoule dans un conduit sous un barrage. L’hydrologie de ce ruisseau de décharge a été considérablement modifié par la construction routière et le développement domiciliaire. En été, le littoral du lac est couvert de lits de plantes aquatiques. Une zone pélagique distincte assure une forte productivité de plancton en été. La barbotte est la seule espèce de poisson actuellement présente mais la Truite fardée devait occuper le ruisseau avant sa transformation.

Haut de la page

Biologie

Plusieurs lacs sur les îles Texada, Lasqueti et Vancouver dans le détroit Georgia abritent deux espèces distinctes d’épinoches. Dans chaque cas, une des espèces est une forme limnétique et l’autre une forme benthique. Au cours des mois du printemps et d’été, l’Épinoche du lac Hadley, forme limnétique, se nourrissait de plancton au large du lac. Pendant l’automne et l’hiver, ces épinoches se dispersaient avec les épinoches de la forme benthique dans des eaux plus profondes. La forme limnétique se reproduisait à la fin de sa première année et mourait généralement avant sa seconde saison de reproduction. Les mâles des deux formes établissaient des territoires dans la zone littorale où prenaient place la construction des nids et le frai, quelquefois avec plusieurs femelles. L’éclosion avait lieu dans les 7 à 10 jours suivant la fertilisation. Le mâle ventilait activement les oeufs par des mouvements des nageoires pectorales. Il protégeait vigoureusement son nid et son territoire contre les intrus (le plus souvent d’autres épinoches), et protégeait ses jeunes jusqu’à une semaine après l’éclosion.

Haut de la page

Raison de la disparition

Avant l’introduction de la barbotte dans le lac, le facteur limitant principal pour l’espèce était la capacité du lac à produire du benthos et du plancton. Le lac n’était occupé par aucune espèce de poissons piscivores et la prédation par les oiseaux (hérons, martin-pêcheurs et huards) devait être minime. La disparition de ces deux formes d’Épinoches du lac Hadley aurait pu être évitée si les pêcheurs et les autres citoyens avaient été sensibilisés sur les conséquences potentiellement catastrophiques et irréversibles de l’introduction d’espèces exotiques.

Haut de la page

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

0 enregistrement(s) trouvé(s).