Profil d'espèce

Crotale des bois

Nom scientifique : Crotalus horridus
Taxonomie : Reptiles
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue du pays
Statut de la LEP : Annexe 1, Disparue du pays


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition du pays | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Crotale des bois

Crotale des bois Photo 1

Haut de la page

Description

Le Crotale des bois est un gros serpent venimeux. Il est jaune, brun ou noir et il a des bandes transversales brun foncé ou noires en forme de V sur le dos. La tête est quelque peu triangulaire et les yeux ont des pupilles elliptiques verticales.

Haut de la page

Répartition et population

Historiquement, l’espèce se trouvait dans l’ensemble de l’est des États-Unis et en Ontario. Elle n’existe plus dans le Maine ni dans le Rhode Island, et n’a pas été observée au Canada depuis 1941, lorsqu’un individu a été recueilli dans la gorge du Niagara. Depuis, on ne l’a trouvée nulle part au pays, elle est donc considérée comme disparue du Canada.

Haut de la page

Habitat

L’habitat préféré du Crotale des bois dans la partie nord de son aire de répartition est constitué de régions forestières offrant des affleurements rocheux pour la mise bas et pour se prélasser au soleil. Les escarpements et les saillies de granite présentant des accumulations d’éboulis (débris rocheux) sont des caractéristiques communes aux gîtes communautaires dans lesquels les serpents hibernent.

Haut de la page

Biologie

La nourriture du Crotale des bois comprend presque seulement de petits mammifères. Les femelles gravides (qui portent un foetus) ne se nourrissent pas et choisissent un habitat différent de celui préféré par les mâles et les femelles non gravides, en particulier des sites plus chauds. En moyenne, les femelles se reproduisent à tous les trois ans, chaque portée comprenant habituellement entre cinq et neuf petits. La température corporelle idéale est d’environ 27 oC durant la saison active et elle baisse à un minimum de 4,3 oC durant l’hibernation.

Haut de la page

Raison de la disparition du pays

Les caractéristiques propres à cette espèce, tels la maturité tardive, le faible taux de reproduction et le taux de mortalité élevé des juvéniles, en plus de l’exploitation par les humains par l’intermédiaire de la chasse de primes, de la collection commerciale et de la chasse sportive, ont mené à la disparition de l’espèce au Canada. La destruction de l’habitat et la répartition clairsemée de gîtes d’hibernation convenables représentent d’autres facteurs limitants. La nature coloniale de cette espèce la rend particulièrement vulnérable à la persécution par les humains, laquelle a eu des conséquences dévastatrices sur les populations de crotales des bois.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Crotale des bois est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du crotale des bois (Crotalus horridus) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Un programme de rétablissement du crotale des bois a été ébauché. On a rassemblé des données sur les causes possibles de la disparition de l’espèce du Canada. À l’aide d’informations historiques vérifiées, on a décrit l’étendue de son aire de répartition et le territoire de ses populations d’autrefois. Une révision de la documentation scientifique disponible a été effectuée et elle renfermait des données sur la taille d’autres populations connues et leur viabilité, leurs habitudes de déplacement et d’activité, leurs besoins particuliers en matière d’habitat, dont ceux qui concernent l’hibernation, la gestation et la recherche de nourriture. On a également évalué une description comparative des sites historiques et possiblement convenables. Les lacunes dans les connaissances sur cette espèce ont été précisées. Résumé des activités de rétablissement On a mené des recherches dans des musées et des bibliothèques dans le but d’y trouver de l’information et des spécimens. De plus, des réunions avec des experts en matière de crotales ont eu lieu au Canada et aux États-Unis. On a également considéré les zoos comme source possible de matériel génétique. Adresses électroniques La diversité en Ontario : Espèces en périlhttp://www.rom.on.ca/ontario/risk.php?doc_type=fact&lang=&id=102 [en anglais seulement] Ressources naturelles Canada : Amphibiens et reptiles de l’Ontariohttp://scf.rncan.gc.ca/soussite/cfgl-amphibiens/crotalus-horridus La biodiversité canadienne : Espèces :http://canadianbiodiversity.mcgill.ca/english/species/herps/herppages/Cro_hor.htm [en anglais seulement]

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

5 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le crotale des bois (Crotalus horridus) au Canada (2011)

    Le crotale des bois est un gros crotale venimeux de couleur jaune ou brune, caractérisé par les bandes brun foncé ou noires en V qui ornent son dos. À l’âge adulte, il peut atteindre une taille de un à deux mètres. Sa tête est triangulaire et son « cou » marqué. Comme c'est le cas pour tous les crotalidés, on peut observer chez le crotale des bois un creux entre l'œil et la narine. Le mâle est beaucoup plus long et lourd que la femelle. On confond parfois le crotale des bois avec le crotale Massasauga et avec certaines espèces non venimeuses, comme la couleuvre fauve. Aucun serpent non venimeux ne présente la fossette faciale du crotale. La tête du crotale Massasauga est ornée de neuf grandes écailles, tandis que celle du crotale des bois est couverte de nombreuses petites écailles.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Crotale des bois (2011)

    En raison d’un récent changement dans les procédures du COSEPAC, la justification de désignation n’est pas disponible pour certaines espèces dont la classification est confirmée.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du crotale des bois (Crotalus horridus) au Canada (2010)

    Le crotale des bois (Crotalus horridus) a été désigné espèce « disparue du pays » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en 2001 et a été officiellement inscrit en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en juin 2003. L’article 37 de la LEP exige que le ministre compétent élabore un programme de rétablissement pour toutes les espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada, Région de l’Ontario, a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement en collaboration avec le Gouvernement de l’Ontario. Toutes les compétences responsables ont examiné le programme et en ont accusé réception.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.