Profil d'espèce

Psilocarphe élevé

Nom scientifique : Psilocarphus elatior
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2001
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Psilocarphe élevé

Psilocarphe élevé Photo 1

Haut de la page

Description

Le Psilocarphe élevé est une plante annuelle laineuse et droite qui mesure de 1 à 15 cm de haut. Ses tiges ramifiées sont pileuses et laineuses comparativement à ses feuilles entières relativement pileuses et soyeuses. Une ou plusieurs fleurs sphériques se trouvent en grappes dans les fourches des tiges ou à leur sommet et mesurent jusqu’à 6 mm de haut. Les fruits cylindriques et glabres (dépourvus de poils), mesurent de 1 à 1,7 mm de long.

Haut de la page

Répartition et population

Au Canada, l’espèce se trouve dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique, le sud-est de l’Alberta et le sud-ouest de la Saskatchewan; elle s’étend vers le sud dans l’Idaho, l’état de Washington et l’Oregon jusqu’en Californie du Nord. La population du Pacifique est limitée au sud de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique.L’espèce se trouve encore dans six des onze sites connus de C.-B. La présence de quatre de ces sites a été confirmée depuis 1993.

Haut de la page

Habitat

L’espèce se retrouve dans des trous d’eau printaniers asséchés et d’autres sites humides et ouverts, souvent perturbés, de la région côtière abritant des Douglas taxifoliés, à une altitude de moins de 1000 m. Le climat de cette zone est composé d’hivers modérés et humides et d’étés chauds et secs. Le Psilocarphe élevé se trouve généralement dans des sites ouverts et exposés qui sont habituellement inondés de façon saisonnière après une rapide fonte des neiges. Les sites sont souvent plats, bien qu’en général ils sont dans des creux peu profonds. L’espèce ne se retrouve pas dans une communauté de plantes particulière, et occupe souvent des sites où la présence d’autres espèces est rare. Elle ne semble pas avoir développé aucune association en particulier avec d’autres plantes.

Haut de la page

Biologie

Il existe peu d’information concernant la biologie de l’espèce. Le manque de caractéristiques attirantes pour les insectes et les animaux, de même qu’une étude de la structure florale, laisse supposer que l’espèce pourrait pratiquer l’autopollinisation. Toutefois, le pollen n’est peut-être pas essentiel à la production de semences et, il est possible que l’espèce se reproduise de façon asexuée.

Haut de la page

Menaces

La destruction de l’habitat représente la plus grande menace pour les populations de psilocarphes élevés. En Colombie-Britannique, les sites où se trouvent l’espèce sont soit sujets au piétinement humain, ou en péril en raison du développement. Un site de psilocarphes élevés est situé dans le parc municipal Uplands, mais l’état de la population du parc régional Francis-King est inconnu. L’entretien des sentiers pédestres et des pistes cyclables dans les deux parcs a détruit la végétation environnante. La population du lac Somenos disparaîtrait probablement si le niveau de l’eau était baissé à des fins agricoles. Les menaces à la survie à long terme de cette espèce sont aggravées par le manque d’information biologique et écologique, ce qui rend difficile la gestion des sites où se trouve cette plante.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Psilocarphe élevé est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement multi-espèces visant les plantes en péril des mares printanières et autres milieux humides saisonniers associés aux chênaies de Garry au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'écosystème des chênes de Garry

  • Conan Webb - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 250-478-5153  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

1 enregistrement(s) trouvé(s).

Programmes de rétablissement