Profil d'espèce

Escargot du Puget

Nom scientifique : Cryptomastix devia
Autres noms/noms précédents : Limace du Puget
Taxonomie : Mollusques
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2013
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue du pays
Statut de la LEP : Annexe 1, Disparue du pays


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition du pays | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Escargot du Puget

Escargot du Puget Photo 1

Haut de la page

Description

L' escargot du Puget appartient à la famille des polygyridés, un grand groupe diversifié d’escargots terrestres qui ne se trouvent qu’en Amérique du Nord. La coquille spiralée des individus matures, de couleur jaune pâle à brun, en forme de sphère légèrement aplatie, compte cinq ou six tours don’t le diamètre augmente régulièrement. L’ouverture de la coquille présente une large lèvre blanchâtre manifestement recourbée vers l’arrière. De plus, l’intérieur de l’avant-dernier tour de la coquille est porteur d’une structure dentiforme qui avance dans l’ouverture. La coquille des adultes mesure de 18 à 26 mm de diamètre. Le corps de l'escargot, de couleur brun pâle, peut avoir une nuance de fond lilas. Les jeunes escargots ressemblent superficiellement aux adultes, mais n’ont ni la lèvre de l’ouverture, ni la structure dentiforme.

Haut de la page

Répartition et population

L’aire de répartition de l' escargot du Puget allait de l’extrême Sud-Ouest de la Colombie-Britannique, au Canada, jusqu’à la partie de la gorge Colombia qui se trouve en Oregon, en passant par l’Ouest de l’État de Washington, aux États-Unis. Il n’existe que trois observations historiques de la escargot du Puget au Canada, l’observation la plus récente datant de 1905. Malgré les relevés d’escargots et de limaces terrestres effectués depuis 1986 dans 488 sites boisés du Sud de la Colombie-Britannique, et que plus d’une centaine d’heures aient été consacrées à la recherche de l' escargot du Puget en particulier dans 142 sites, aucun individu n’a été découvert.

Haut de la page

Habitat

Nous ne disposons pas de renseignements sur les habitats utilisés antérieurement par l'escargot du Puget au Canada. Aux États-Unis, cet escargot vit dans des vieux peuplements humides et des zones boisées des berges des rivières à basse et à moyenne altitude. Les caractéristiques essentielles de son habitat comprennent l’ombre offerte par le couvert forestier, qui conserve l’humidité et régularise les conditions de température et d’humidité sur le tapis forestier; de gros débris ligneux et des feuilles mortes où elle peut se cacher et pondre ses oeufs; et des champignons, comme aliments.

Haut de la page

Biologie

On connaît peu de choses au sujet de l’écologie et du cycle biologique de l'escargot du Puget. Les escargots sont hermaphrodites (elles ont à la fois des organes sexuels mâles et femelles) et se déplacent en rampant sur un pied en forme de ventouse. Comme c’est le cas pour d’autres escargots forestiers terrestres, il est probable qu’il faut au moins cinq ans à l'escargot du Puget pour devenir sexuellement mature, qu’elle a besoin d’endroits protégés et humides pour pondre ses œufs et qu’elle vit longtemps. On ne sait rien de l’alimentation de l'escargot du Puget, mais on suppose qu’elle se nourrit, entre autres, de plantes et de champignons. Un large éventail de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, de reptiles et d’autres invertébrés prennent pour proies les escargots terrestres. La distribution éparse de l’espèce dans toute son aire de répartition a mené à la conclusion que l'escargot du Puget n’est pas très apte à se disperser vers de nouveaux emplacements. La faible capacité de dispersion de cet escargot signifie probablement que si elle disparaît d’une parcelle locale d’habitat, celle-ci ne sera vraisemblablement pas repeuplée par l’immigration d’une autre population.

Haut de la page

Raison de la disparition du pays

On ignore pourquoi l'escargot du Puget est disparue du pays, mais il semble qu’elle n’était vraisemblablement pas commune au moment de sa disparition. Dans les régions où elle a été observée par le passé, son habitat est en grande partie disparu et fragmenté, et la qualité de l’habitat restant s’est détériorée. Les populations d’espèces à l’extrême limite de leur aire de répartition sont aussi plus vulnérables que les autres aux impondérables et aux fluctuations climatiques.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Escargot du Puget est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de l'escargot du Puget (Cryptomastix devia) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement des invertébrés terrestres de la C.B.

  • Jennifer Heron - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 604-222-6759  Téléc. : 604-660-1849  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

10 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’escargot du Puget (Cryptomastix devia) au Canada (2013)

    L'escargot du Puget fait partie de la famille des Polygyridés, groupe vaste et diversifié d'escargots terrestres endémiques de l'Amérique du Nord. La coquille, qui mesure de 18 à 25 millimètres de diamètre chez les adultes, est de couleur jaune pâle à brun et de forme globuleuse. Le péristome est pâle et présente un labre élargi, et on observe dans l'ouverture une structure blanche ressemblant à une dent (denticule pariétal). La coquille des juvéniles présente des villosités microscopiques, mais ne possède pas le denticule pariétal ni le labre bien développé des adultes.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Escargot du Puget (2013)

    Ce grand escargot terrestre est connu au Canada sur la base de seulement trois enregistrements historiques (1850-1905) provenant de l’île de Vancouver et de la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique. Des recherches approfondies pour trouver l’espèce dans son aire de répartition historique ont été infructueuses.
  • Énoncés de réaction - Limace du Puget (2004)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de l’escargot du Puget (Cryptomastix devia) au Canada (2010)

    L'escargot du Puget a été inscrit comme espèce disparue du pays à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en janvier 2005. En vertu de l'article 37 de la LEP, le ministre compétent doit élaborer un programme de rétablissement pour toute espèce inscrite comme disparue du pays, en voie de disparition ou menacée. L'article 44 de la LEP autorise le ministre à adopter une partie ou la totalité du plan existant concernant ces espèces, si ce dernier respecte les exigences relatives au contenu en vertu de la LEP, paragraphes 41 (1) ou (2). Le ministère de l'Environnement de la Colombie-Britannique a dirigé l'élaboration de ce programme de rétablissement en collaboration avec Environnement Canada, Service canadien de la faune – Région du Pacifique et du Yukon. Toutes les compétences responsables ont examiné ce programme de rétablissement et ont apporté leur soutien à son affichage. Dans l’esprit de collaboration de l’Accord, le gouvernement de la Colombie-Britannique a donné au gouvernement du Canada la permission d’adopter le Programme de rétablissement de l’escargot du Puget (Cryptomastix devia) en Colombie-Britannique (Annexe 1) en vertu de l’article 44 de la Loi sur les espèces en péril. Environnement Canada a inclus une addition au présent programme de rétablissement afin qu’il réponde aux exigences de la LEP et afin d’exclure la section sur les considérations socioéconomiques, qui n’est pas exigée par la Loi.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluation faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (2004)

    Par le décret, la gouverneure en conseil accuse réception des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2005)

    L'annexe 1, la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP), est modifiée par décret du gouverneur en conseil, à la suite de la recommandation du ministre de l'Environnement, par l'ajout de 73 espèces. Ce décret est fondé sur des évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et suit les consultations avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les peuples autochtones, les intervenants et le public, ainsi que l'analyse des coûts et des avantages pour les Canadiennes et les Canadiens.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2003 (2003)

    Rapport annuel de mai 2003 au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada
  • Rapport annuel du COSEPAC – 2012-2013 (2013)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2012 à septembre 2013), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 25 au 30 novembre 2012, et la deuxième, du 28 avril au 3 mai 2013. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 73 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2012-2013 sont les suivants : Disparues : 0 Disparues du pays : 2 En voie de disparition : 28 Menacées : 19 Préoccupantes : 19 Données insuffisantes : 4 Non en péril : 1 Total : 73 Sur les 73 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 50 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : mars 2004 (2004)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.