Profil d'espèce

Scoulérie à feuilles marginées

Nom scientifique : Scouleria marginata
Taxonomie : Mousses
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2012
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Scoulérie à feuilles marginées

Scoulérie à feuilles marginées Photo 1
Scoulérie à feuilles marginées Photo 2

Haut de la page

Description

La scoulérie à feuilles marginées est une mousse relativement grande qui forme des coussins et dont les touffes sont vert foncé ou brun jaunâtre à noirâtres. Les tiges sont fréquemment ramifiées et mesurent entre 6 et 10 cm de long. Les feuilles sont lancéolées, longues de 2,5 à 4 mm et larges d’environ 1 mm.

Haut de la page

Répartition et population

La répartition mondiale de la scoulérie à feuilles marginées est limitée au nord-ouest de l’Amérique du Nord. Au Canada, la seule population connue se trouvait dans la région des Kootenays, en Colombie Britannique, près de la frontière des États-Unis. Il n’existe aucune information sur la taille et les tendances de la population canadienne. La scoulérie à feuilles marginées n’a pas été observée de nouveau dans la localité où elle a été découverte. Comme le secteur a été fortement perturbé, il est possible que l’espèce en soit maintenant disparue.

Haut de la page

Habitat

La scoulérie à feuilles marginées pousse sur les roches, notamment de granite, dans les cours d’eau. Elle peut être exposée ou submergée, et elle a été observée à différentes altitudes. La population du sud de la Colombie-Britannique se trouvait sur des roches mouillées, à 1 300 mètres d’altitude. Aux États Unis, l’espèce est en général mélangée à une espèce plus commune, le Scouleria aquatica, et a besoin d’eau propre et de températures fraîches.

Haut de la page

Biologie

On connaît peu la biologie de la scoulérie à feuilles marginées. L’espèce est dioïque : les organes reproducteurs mâles et femelles sont portés par des individus différents. L’espèce ne semble pas se multiplier par voie végétative. Chez de nombreuses espèces de mousses dioïques, ce caractère limite la production de spores (corpuscules reproducteurs donnant de nouveaux individus). Sans production de spores, il est impossible pour la mousse de se propager. Lorsque des spores sont produites, elles sont vraisemblablement dispersées par l’eau, ou peut être le vent. La scoulérie à feuilles marginées pousse souvent en compagnie du Scouleria aquatica, espèce étroitement apparentée. Il semble que les besoins des deux espèces en matière d’habitat soient semblables. Il se peut donc que la scoulérie à feuilles marginées ait été délogée en certains endroits par le S. aquatica, ce qui expliquerait en partie son aire de répartition limitée.

Haut de la page

Menaces

Les inondations, l’utilisation du milieu par les bovins et l’envasement des cours d’eau menacent la scoulérie à feuilles marginées. Le dépôt de limon sur les roches des cours d’eau fait particulièrement obstacle à l’établissement de cette mousse.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Scoulérie à feuilles marginées est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la scoulérie à feuilles marginées (Scouleria marginata) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablisssement de la Bryophyte de la C.-B.

  • Brenda Costanzo - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 250-387-9611  Téléc. : 250-356-9145  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Le programme de rétablissement provisoire a été élaboré. L’espèce n’a pas été observée de nouveau pendant un inventaire réalisé au cours de l’été 2005.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

12 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la scoulérie à feuilles marginées (Scouleria marginata) au Canada (2002)

    Le Scouleria marginata est une mousse acrocarpe relativement grande, de la famille des Scoulériacées. Une seule autre espèce de Scouleria se rencontre en Amérique du Nord, le S. aquatica, dont la répartition est plus vaste que celle du S. marginata. Les deux espèces sont très semblables et peut-être impossibles à distinguer sur le terrain sans l'aide d'un microscope. Cependant, elles peuvent être distinguées au moyen de caractères microscopiques de la feuille et du sporophyte.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Scoulérie à feuilles marginées (2013)

    Cette mousse remarquable de grande taille est retrouvée juste au-dessus de la ligne des eaux, le long des petits ruisseaux de montagne. Espèce rare, endémique de l’ouest de l’Amérique du Nord, elle est connue au Canada à un seul endroit dans le sud de la Colombie-Britannique. Bien que cette espèce n’ait pas été trouvée lors de récents relevés, il se peut qu’elle soit présente dans les bassins versants avoisinants.
  • Énoncés de réaction - Scoulérie à feuilles marginées (2004)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la scoulérie à feuilles marginées (Scouleria marginata) au Canada (2008)

    La scoulérie à feuilles marginées a été inscrite à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en tant qu’espèce en voie de disparition en juin 2003. L’article 37 de la LEP exige que le ministre compétent élabore un programme de rétablissement pour toutes les espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. L’article 44 de la LEP permet au ministre d’adopter un plan existant, dans son ensemble ou en partie, pour l’espèce si le contenu de ce plan est conforme aux exigences en vertu de la LEP (paragraphe 41(1) ou (2)). Le Ministry of Environment de la Colombie-Britannique était responsable de l’élaboration du présent programme de rétablissement pour l’espèce en collaboration avec la Région du Pacifique et du Yukon du Service canadien de la faune d’Environnement Canada. Le programme satisfait aux exigences de la LEP en termes de contenu et de processus (articles 39 à 41). Dans l’esprit de collaboration de l’Accord, le gouvernement de la Colombie Britannique a donné au gouvernement du Canada la permission d’adopter le Programme de rétablissement de la scoulérie à feuilles marginées (Scouleria marginata Britt) en Colombie Britannique (Annexe 1) en vertu de l’article 44 de la Loi sur les espèces en péril. Environnement Canada a inclus une addition au présent programme de rétablissement afin qu’il réponde aux exigences de la LEP et afin d’exclure la section sur les considérations socioéconomiques, qui n’est pas exigée par la Loi. A cause d'un problème technique, la période de consultation pour ce Programme de rétablissement proposé avait été prolongée jusqu'au 25 mars 2008.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluation faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (2004)

    Par le décret, la gouverneure en conseil accuse réception des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2005)

    L'annexe 1, la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP), est modifiée par décret du gouverneur en conseil, à la suite de la recommandation du ministre de l'Environnement, par l'ajout de 73 espèces. Ce décret est fondé sur des évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et suit les consultations avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les peuples autochtones, les intervenants et le public, ainsi que l'analyse des coûts et des avantages pour les Canadiennes et les Canadiens.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2003 (2003)

    Rapport annuel de mai 2003 au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada
  • Rapport annuel du COSEPAC - 2011-2012 (2012)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (1er septembre 2011 au 30 septembre 2012), le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 21 au 25 novembre 2011, et la deuxième, du 29 avril au 4 mai 2012. Le 3 février 2012, un sous-comité des évaluations d’urgence du COSEPAC a également évalué la situation de la pipistrelle de l’Est (Perimyotis subflavus), de la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et de la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis). Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 67 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2011-2012 sont les suivants : Disparues : 1 Disparues du pays : 4 En voie de disparition : 29 Menacées : 10 Préoccupantes : 15 Données insuffisantes : 2 Non en péril : 6 Total : 67 Sur les 67 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 49 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente (voir le tableau 1a).

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : mars 2004 (2004)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.
  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2012 (2013)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 mars 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations régulières; et le 4 octobre 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations prolongées. Processus de consultation.