Profil d'espèce

Phlox de l'Ouest

Nom scientifique : Phlox speciosa ssp. occidentalis
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2004
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Phlox de l'Ouest

Taxinomie

Il existe six sous-espèces de phlox de l’Ouest, dont une seule est présente en Colombie-Britannique, soit la sous-espèce occidentalis. Au Canada, le phlox de l’Ouest est donc uniquement désigné par son nom d’espèce, sans référer à la sous-espèce. (Mise à jour 2008/05/21)

Haut de la page

Description

Une seule sous-espèce de phlox de l’Ouest, Phlox speciosa ssp. occidentalis, est présente au Canada. Elle est donc désignée simplement Phlox speciosa dans le présent rapport. Le phlox de l’Ouest est une herbacée vivace au pied modérément arbustif. Les tiges, longues de 15 à 40 cm et dressées, partent d’une racine pivotante ligneuse. Le haut de la plante est de glanduleux à glanduleux-pubescent alors que le bas est pubescent. Les feuilles, linéaires à lancéolées, sont opposées et séparées par des entre-nœuds bien développés; elles peuvent atteindre une longueur de 7 cm et une largeur de 1 cm. Les fleurs, gamopétales et gamosépales, sont regroupées en inflorescences terminales à bractées foliacées. Leur couleur varie du rose au blanc. Le tube de la corolle (de 1 à 1,5 cm de longueur) s’évase en formant cinq grands lobes (de 1 à 1,5 cm de longueur) émarginés. Le calice, glanduleux, est formé de segments plats et transparents séparés par cinq nervures vertes. Les styles ont de 0,5 à 2 mm de longueur. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Répartition et population

L’espèce est historiquement présente dans la vallée de l’Okanagan depuis Summerland au nord jusqu’au lac Skaha (ancien lac Dog) vers le sud et aux Twin Lakes vers le sud-ouest. Les populations retrouvées ou découvertes lors des relevés de terrain sont regroupées dans la région avoisinant le lac Yellow et les Twin Lakes, entre les villes de Keremeos et de Penticton. L’aire de répartition connue de l’espèce en Colombie-Britannique est d’environ 57 km². La superficie de la zone d’occupation connue est d’environ 0,9 à 1,4 km². (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Habitat

Le Phlox speciosa semble nécessiter un milieu présentant les caractéristiques suivantes : climat de type continental, très chaud et sec; forêt de douglas (Pseudotsuga menziesii) et/ou de pin ponderosa (Pinus ponderosa), arbustaie ou prairie d’armoise (Artemisia tridentata) clairsemées; altitude comprise entre 700 et 1 100 m; plateaux ou pentes moyennement exposés. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Biologie

Il existe peu d’information sur la biologie du Phlox speciosa. L’espèce est vivace et se reproduit par les graines. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Menaces

L’absence de protection des communautés végétales naturelles dans la majeure partie de l’aire de répartition canadienne de Phlox speciosa constitue une menace pour l’espèce. Quarante-et-un pour cent de la zone d’occurrence actuelle de l’espèce sont de tenure privée et sont donc particulièrement menacés par le développement et les changements d’affectation, notamment le réensemencement. L’intensification de l’aménagement des terres à des fins récréatives constitue la principale menace pour l’habitat de l’espèce. La population canadienne de Phlox speciosa est d’autant plus vulnérable que la superficie qu’elle occupe est restreinte. Les activités de désherbage exigées par la Weed Control Act constituent une autre menace pour l’espèce. Les herbicides à large spectre qui éliminent les plantes latifoliées seraient probablement mortels pour le Phlox speciosa. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Phlox de l'Ouest est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

En Colombie-Britannique, le phlox de l’Ouest n’est protégé par aucune loi provinciale.   La population du lac White se trouve en partie sur des terres fédérales qui appartiennent au Conseil national de recherches, où l’espèce et son habitat sont protégés. (Mise à jour 2008/05/21)

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du phlox de l'Ouest (Phlox speciosa ssp. occidentalis) au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation du Phloxde l'Ouest (Phlox speciosa) au Canada (2005)

    Une seule sous-espèce de phlox de l'Ouest, Phlox speciosa ssp. occidentalis, est présente au Canada. Elle est donc désignée simplement Phlox speciosa dans le présent rapport. Le phlox de l'Ouest est une herbacée vivace au pied modérément arbustif. Les tiges, longues de 15 à 40 cm et dressées, partent d'une racine pivotante ligneuse. Le haut de la plante est de glanduleux à glanduleux-pubescent alors que le bas est pubescent. Les feuilles, linéaires à lancéolées, sont opposées et séparées par des entre nouds bien développés; elles peuvent atteindre une longueur de 7 cm et une largeur de 1 cm. Les fleurs, gamopétales et gamosépales, sont regroupées en inflorescences terminales à bractées foliacées. Leur couleur varie du rose au blanc. Le tube de la corolle (de 1 à 1,5 cm de longueur) s'évase en formant cinq grands lobes (de 1 à 1,5 cm de longueur) émarginés. Le calice, glanduleux, est formé de segments plats et transparents séparés par cinq nervures vertes. Les styles ont de 0,5 à 2 mm de longueur.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Phlox de l'Ouest (2005)

    Présente dans moins de 10 sites, cette espèce vivace remarquable a une aire de répartition très restreinte. Elle est présente dans une région où l'aménagement de propriétés privées, certaines pratiques agricoles et la prolifération des espèces envahissantes causent la perte et la détérioration continues de l'habitat.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du phlox de l'Ouest (Phlox speciosa ssp. occidentalis) au Canada (2017)

    La ministre de l’Environnement et du Changement climatique est le ministre compétent en vertu de la LEP à l’égard du phlox de l’Ouest et a élaboré la composante fédérale (partie 1) du présent programme de rétablissement, conformément à l’article 37 de la LEP. Dans la mesure du possible, le programme de rétablissement a été préparé en collaboration avec la Province de la Colombie-Britannique en vertu du paragraphe 39(1) de la LEP. L’article 44 de la LEP autorise le ministre à adopter en tout ou en partie un plan existant pour l’espèce si ce plan respecte les exigences de contenu imposées par la LEP au paragraphe 41(1) ou 41(2). La Province de la Colombie-Britannique a remis le programme de rétablissement ci-joint (partie 2), à titre d’avis scientifique, aux autorités responsables de la gestion de l’espèce en Colombie-Britannique. Ce programme a été préparé en collaboration avec Environnement et Changement climatique Canada.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017