Profil d'espèce

Fausse-teigne à cinq points du yucca

Nom scientifique : Prodoxus quinquepunctellus
Taxonomie : Arthropodes
Distribution : Alberta
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2013
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Fausse-teigne à cinq points du yucca

Description

La fausse-teigne à cinq points du yucca est un petit papillon nocturne d’une envergure de 11 à 21 mm. Le corps est entièrement couvert d’écailles blanches. Habituellement, les ailes avant sont blanches sur le dessus, avec 18 petites taches foncées. Les ailes arrière sont habituellement plus foncées, variant du blanc au gris. En dessous, les ailes avant sont brun moyen, tandis que les ailes arrière sont gris brunâtre. Les deux paires d’ailes sont entièrement bordées de blanc. Les adultes demeurent cachés à l’intérieur des fleurs de yucca glauque durant la journée, mais durant la nuit, ils se déplacent sur les tiges des fleurs, ou hampes florales. Tous les stades immatures du papillon vivent à l’intérieur des hampes florales du yucca glauque, la plante hôte de l’espèce. Les œufs sont lisses et blancs, et mesurent approximativement 0,4 mm de diamètre. Les chenilles sont blanchâtres au début, mais elles virent au vert pâle en vieillissant. À maturité, elles atteignent une longueur de 5 à 7 mm. La chenille se transforme ensuite en une chrysalide pourvue d’un « bec » frontal proéminent qu’elle utilise probablement pour se forer un trou de sortie dans la hampe florale. Ce papillon se distingue de la teigne du yucca par les taches foncées de ses ailes avant.

Haut de la page

Répartition et population

La fausse-teigne à cinq points du yucca est largement répandue en Amérique du Nord. Elle se rencontre du sud de l’Alberta jusqu’au Texas et au golfe du Mexique au sud, et des Grandes Plaines jusqu’à la côte Atlantique des États-Unis à l’est. Au Canada, l’espèce est représentée par une seule population établie près de Onefour, dans la vallée de la rivière Lost, un affluent de la rivière Milk, dans l’extrême sud-est de l’Alberta. La fausse-teigne à cinq points du yucca se rencontre uniquement parmi les populations de yucca glauque, sa plante hôte. On retrouve en Alberta deux populations naturelles de cette plante vivace, une première étant disséminée en bordure de la rivière Lost et une deuxième se trouvant dans la réserve de pâturage de Pinhorn, située dans le bassin de la rivière Milk. La fausse-teigne à cinq points du yucca ne semble cependant pas présente à cet endroit. On a estimé que l’unique population de la fausse-teigne à cinq points du yucca au Canada se composait, en 2002, de cinq cents à quelques milliers d’individus environ. En l’absence de données à long terme, il est impossible de connaître les tendances de cette population qui semble relativement à l’abri de toute menace immédiate.

Haut de la page

Habitat

La fausse-teigne à cinq points du yucca dépend entièrement du yucca glauque, sa plante hôte. C’est sur cette plante vivace qui tolère bien la sécheresse que le papillon pond ses œufs, se nourrit et que ses larves se développent. En Alberta, le yucca glauque est confiné au bassin de la rivière Milk, une région aride où les étés sont chauds et les précipitations, faibles. L’espèce pousse principalement dans le sol calcaire peu profond des pentes bien drainées, soumises à l’érosion, dégagées et exposées au sud.

Haut de la page

Biologie

On sait relativement peu de choses sur la biologie de la fausse-teigne à cinq points du yucca. Les adultes se réfugient à l’intérieur des fleurs de yucca glauque durant la journée et s’y accouplent durant la nuit. Une fois accouplées, les femelles déposent leurs œufs directement dans les hampes florales. Neuf jours après l’éclosion, les jeunes larves, ou chenilles, s’enfoncent dans les tissus de la tige pour s’y nourrir. C’est dans cet univers protégé qu’elles complètent leur développement. Les chenilles peuvent demeurer dans la tige pendant un ou plusieurs hivers avant de se métamorphoser en adultes durant une saison de floraison subséquente. La survie de la fausse-teigne à cinq points du yucca dépend donc principalement de la production de fruits du yucca glauque, qui dépend à son tour de la teigne du yucca. En effet, cet autre papillon permet au yucca de produire des fruits en pollinisant ses fleurs. La fausse-teigne à cinq points du yucca dépend donc entièrement de ce papillon. Si aucun fruit n’est produit, la hampe florale se dessèche rapidement, et presque toutes les chenilles qui se trouvent à l’intérieur meurent.

Haut de la page

Menaces

L’abondance de la fausse-teigne à cinq points du yucca est limitée par le nombre de hampes florales et de fruits produits. En conséquence, tout facteur qui menace la plante hôte ou son pollinisateur, la teigne du yucca, a également des effets négatifs pour la fausse-teigne. Onefour constitue une région nordique isolée pour les populations du yucca glauque, de la teigne du yucca et de la fausse-teigne à cinq points du yucca. Les données disponibles donnent également à croire que le nombre de plants dans les petites populations isolées et en déclin de yucca glauque est insuffisant pour assurer la survie d’une population viable de teigne du yucca. Les populations de yucca glauque abritant un faible nombre de teignes du yucca produiraient moins de fruits, ce qui entraînerait probablement le déclin de la fausse-teigne. La consommation des fleurs par l’antilope d’Amérique et le cerf-mulet peut compromettre de façon importante le succès de reproduction du yucca glauque et des espèces de papillons qui en dépendent. L’antilope ne mange que les fleurs, mais le cerf-mulet dévore habituellement toute la hampe florale, éliminant du coup toutes les chenilles qui se trouvent à l’intérieur. Il dévore également les fruits en développement durant les périodes de sécheresse. Parmi les autres facteurs qui représentent une menace pour la fausse-teigne à cinq points du yucca, mentionnons aussi la circulation des véhicules hors route détruisant sa plante hôte et la collecte de plants de yucca à des fins horticoles ou médicinales.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Fausse-teigne à cinq points du yucca est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

En Alberta, la fausse-teigne à cinq points du yucca n’est protégée par aucune loi provinciale.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

11 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Fausse-teigne à cinq points du yucca (2013)

    La fausse-teigne à cinq points du yucca n’est trouvée que dans deux sites au Canada, dont un ayant été découvert en 2011. Cette espèce de papillon nocturne est un foreur des tiges obligatoire du yucca glauque. La survie des chenilles dépend de la relation mutualiste entre le yucca glauque et son pollinisateur, la teigne du yucca. Les fleurs des tiges non pollinisées du yucca glauque se fanent plus rapidement que les tiges pollinisées, entraînant la mort chez presque tous les individus des cycles de vie immatures de la fausse-teigne à cinq points du yucca. La perte de fleurs ou de graines résultant de l’herbivorie par les ongulés est une menace continue, et à long terme les populations de yucca glauque pourraient être limitées par l’absence de feux et autres perturbations qui fournissent des sites d’établissement pour les plantules.
  • Énoncés de réaction - Fausse-teigne à cinq points du yucca (2006)

    Ce papillon nocturne hautement spécialisé existe au Canada dans une seule population qui se trouve dans une aire très petite et restreinte, isolée de l’aire de répartition principale de l’espèce aux États‑Unis. L’espèce est entièrement dépendante de la relation mutualiste obligatoire entre sa plante hôte (le yucca glauque) et le pollinisateur de celle-ci (la teigne du yucca), les deux étant à un niveau de risque élevé. L’espèce est menacée par le haut taux d’herbivorie des ongulés sauvages, lequel, au cours de certaines années, réduit considérablement le recrutement du papillon, de sa plante hôte et du pollinisateur de celle-ci. L’espèce est également menacée par les véhicules tout-terrains qui détruisent la plante hôte.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2007) (2007)

    Le Décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation de 40 espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en vertu de l'alinéa 15(1)a) et conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition — de la planète ou du Canada seulement — des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, ont disparu du pays, sont en voie de disparition ou menacées, et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2007)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2006 (2006)

    Le rapport annuel de 2006 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
  • Rapport annuel du COSEPAC – 2012-2013 (2013)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2012 à septembre 2013), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 25 au 30 novembre 2012, et la deuxième, du 28 avril au 3 mai 2013. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 73 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2012-2013 sont les suivants : Disparues : 0 Disparues du pays : 2 En voie de disparition : 28 Menacées : 19 Préoccupantes : 19 Données insuffisantes : 4 Non en péril : 1 Total : 73 Sur les 73 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 50 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres: Décembre 2006 (2006)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles. Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 16 mars 2007 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 14 mars 2008 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 17 mars 2017