Profil d'espèce

Lamproie brune

Nom scientifique : Ichthyomyzon castaneus
Taxonomie : Poissons
Distribution : Saskatchewan, Manitoba
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Non active
Statut de la LEP : Annexe 3, Préoccupante   (Les dispositions de l'Annexe 1 de la LEP ne s'appliquent pas)


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Lamproie brune

Lamproie brune Photo 1

Haut de la page

Description

La Lamproie brune est une petite lamproie parasite; sa tête se termine en une bouche en forme de ventouse. Cette lamproie a des dents minces et pointues, une peau lisse sans écailles, semblable au cuir. Les Lamproies brunes sont de couleur gris foncé à olive ou brun jaune sur le dos avec des parties inférieures plus pâles; les adultes deviennent bleu noir au temps du frai. Les Lamproies brunes mesurent à peu près 325 mm.

Haut de la page

Répartition et population

Au Canada, on retrouve les Lamproies brunes dans certaines rivières de la Saskatchewan et du Manitoba. Il n'existe pas d'estimés de la taille de la population de Lamproies brunes au Canada.

Haut de la page

Habitat

On retrouve les Lamproies brunes dans des rivières de grosseur moyenne et des gros ruisseaux. La saison du frai est de la mi-juin à la fin de juillet; le frai se produit dans des régions de gravier grossier.

Haut de la page

Biologie

Les Lamproies brunes s'accouplent une fois entre les âges de 7 et 9 ans; ils meurent après avoir pondu leurs oeufs. Les jeunes poissons demeurent cachés dans des trous et se nourrissent d'algues, de planctons et de protozoaires. Les adultes attaquent une variété de poissons; ils se fixent au corps du poisson et se nourrissent de ses sécrétions et de ses muscles. Ces poissons sont nocturnes; pendant la journée, ils se cachent sous des roches ou sous le feuillage des berges des rivières.

Haut de la page

De nombreuses régions adéquates pour le frai de cette espèce ont été détruites par l'envasement ou la pollution. La dégradation des rivières menace aussi leurs sources de nourriture. Les produits chimiques toxiques sont cause de mortalité. L'eutrophisation est une cause de mortalité chez les jeunes Lamproies brunes.

Haut de la page

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

2 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la lamproie brune (Ichthyomyzon castaneus) au Canada (2011)

    La lamproie brune est une espèce parasite qui atteint une longueur totale maximale de 363 mm à l’âge adulte et de 165 mm au stade larvaire. Elle possède une nageoire dorsale entaillée unique. Les larves de plus grande taille (plus de 95 mm) se distinguent de celles de toutes les autres espèces de lamproies canadiennes par leurs organes de ligne latérale fortement pigmentés. À l’âge adulte, la lamproie brune se différencie de la lamproie argentée et de la lamproie du Nord, les 2 seules autres espèces de lamproies canadiennes possédant une nageoire dorsale unique, par ses dents endolatérales bicuspides habituellement présentes au nombre de 6. Ces dents font habituellement défaut chez les 2 autres espèces. En tout, 2 unités désignables (UD) sont reconnues, soit l’UD des rivières Saskatchewan et Nelson et l’UD des Grands Lacs et du haut Saint-Laurent. Cette espèce de lamproie parasite se rencontre au Canada (Saskatchewan, Manitoba, Ontario et Québec) et aux États-Unis (19 États contigus s’étendant du Dakota du Nord au Texas), mais sa plus proche parente, l’Ichthyomyzon gagei, espèce non parasite, est présente seulement aux États-Unis.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.