Profil d'espèce

Cornouiller fleuri

Nom scientifique : Cornus florida
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2007
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Cornouiller fleuri

Description

Le cornouiller fleuri est un petit arbre feuillu de 3 à 10 mètres de haut. Chez les individus les plus grands, l’écorce est brun-gris et fragmentée en plaques rectangulaires rappelant les écailles d’une peau d’alligator. Les branches principales sont réparties de façon nettement étagée tout autour du tronc. Les feuilles ovales sont disposées face à face sur les branches. Les petites fleurs sont réunies au bout des rameaux en inflorescences entourées de quatre feuilles blanches voyantes, semblables à des pétales. Les fruits charnus, en forme d’œuf, sont regroupés en grappes denses. Le cornouiller fleuri ressemble au cornouiller à feuilles alternes, dont il se distingue principalement par la disposition de ses feuilles, la présence de « pétales » blancs accompagnant ses inflorescences et la couleur de ses fruits, rouge écarlate plutôt que vert foncé ou bleus.

Haut de la page

Répartition et population

Le cornouiller fleuri se trouve dans l’est de l’Amérique du Nord, depuis le sud du Michigan, de l’Ontario et du Maine jusque dans l’est du Texas et le nord de la Floride. Il se rencontre communément dans les forêts de feuillus des États du centre et du sud des États-Unis. Deux populations très isolées sont connues dans les montagnes de l’est du Mexique. Au Canada, l’espèce se rencontre uniquement dans les forêts de feuillus du sud de l’Ontario, depuis Oakville, immédiatement à l’ouest de Toronto, et le long de l’escarpement du Niagara, en passant par les régions de Halton et de Hamilton, jusqu’à plusieurs sites répartis dans la région de Niagara et plus loin vers le sud-ouest. Le cornouiller fleuri est particulièrement abondant dans la plaine sableuse du comté de Norfolk. De 1975 à 2005, 154 populations de cornouillers fleuris ont été documentées au sein de 12 comtés et régions du sud de l’Ontario. L’effectif total estimé comptait de 1200 à 1300 individus environ. Certaines populations ne comptent qu’un individu, mais de nombreuses populations en comptent de une à plusieurs douzaines, et une population en compte plus de cent. Depuis l’apparition récente de l’anthracnose du cornouiller, une maladie des feuilles causant la mort de l’arbre, de nombreuses populations ont subi un déclin prononcé, à un rythme moyen de 7 à 8 % par année. Un déclin spectaculaire de 86,5 % a ainsi été observé au pays depuis le début des années 1990.

Haut de la page

Habitat

Le cornouiller fleuri pousse généralement sous le couvert forestier ou en bordure des forêts de feuillus ou mixtes d’âge moyen à mature. L’espèce occupe souvent les zones plus sèches de son habitat et, à l’occasion, les milieux légèrement humides. Le cornouiller fleuri pousse en sol sableux, plus ou moins argileux. L’espèce est généralement répartie en groupes d’individus à l’intérieur de parcelles plus vastes d’habitat apparemment tout aussi favorable mais inoccupé. Dans le passé, le cornouiller fleuri se trouvait dans une bonne partie de la forêt carolinienne du sud de l’Ontario, mais de vastes pans de forêts y ont depuis fait place à des terres agricoles, à des zones habitées et à des installations industrielles. Cette profonde transformation a entraîné une importante réduction et fragmentation du couvert forestier et de l’habitat favorable.

Haut de la page

Biologie

Le cornouiller fleuri est un arbre à croissance lente et à longue durée de vie. Les fleurs apparaissent au milieu du printemps, au moment où les feuilles commencent à peine à se développer. Les grandes feuilles blanches, semblables à des pétales, qui accompagnent les fleurs les rendent particulièrement voyantes, attirant ainsi les insectes pollinisateurs qui assurent leur reproduction. Même si elles renferment à la fois des structures mâles et femelles, la production de graines est optimale lorsque la pollinisation d’une fleur est faite par le pollen d’une autre. Les fruits virent au rouge à la fin de l’été, lorsqu’ils parviennent à maturité. La dispersion des fruits mûrs est assurée par de nombreuses espèces d’oiseaux et quelques espèces de mammifères qui s’en nourrissent. Les graines germent au printemps, un an ou deux après avoir été dispersées. La germination et l’établissement des jeunes pousses s’effectuent à l’ombre du couvert forestier, mais l’exposition à une intensité lumineuse moyenne stimule la croissance.

Haut de la page

Menaces

La principale menace qui pèse sur l’espèce est l’anthracnose du cornouiller, une maladie récemment arrivée en Ontario. L’anthracnose est causée par un champignon microscopique qui provoque un fort taux de dépérissement des feuilles, entraînant ainsi la mort des arbres. De nombreuses populations ont été décimées par cette maladie et quelques populations seulement semblent avoir été épargnées à ce jour. En plus de provoquer une forte mortalité, l’anthracnose du cornouiller compromet la production de fleurs et de fruits chez les individus restants. Parmi les autres menaces qui pèsent sur le cornouiller fleuri figurent la perte et la fragmentation des forêts dans le sud de l’Ontario, en particulier dans l’extrême sud-ouest du comté d’Essex et dans la région de Chatham-Kent. La détérioration de l’habitat du cornouiller réduit la probabilité que des oiseaux puissent disperser efficacement les graines sur de grandes distances, d’un habitat occupé à un habitat favorable inoccupé.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Cornouiller fleuri est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le cornouiller fleuri n’est protégé par aucune loi provinciale en Ontario.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du cornouiller fleuri (Cornus florida) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

10 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le cornouiller fleuri (Cornus florida) au Canada (2007)

    Le cornouiller fleuri (Cornus florida) est un petit arbre du sous-étage ou de la lisière des forêts. Les branches du fût sont réparties en verticilles, nettement étagées. Les feuilles sont simples, opposées et caduques. Les fleurs sont réunies en inflorescences terminales entourées de quatre bractées florales blanches voyantes. Les fruits, écarlates, luisants, monospermes, ovoïdes et charnus sont regroupés en grappes terminales denses. Le cornouiller fleuri ressemble au cornouiller à feuilles alternes (Cornus alternifolia), mais chez ce dernier, les feuilles et les ramifications sont alternes, les bractées florales font défaut et les fruits sont vert foncé à bleus et réunis en grappes lâches.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Cornouiller fleuri (2007)

    Cette espèce est un petit arbre du sous-étage ou des bordures de forêts présente seulement en petites populations dans les régions boisées fragmentées de la forêt carolinienne du sud de l'Ontario. La propagation de l'anthracnose du cornouiller a causé un grave déclin des populations canadiennes, semblable aux déclins observés dans l’ensemble de l'aire de répartition de l'espèce dans l'est de l'Amérique du Nord. L’évaluation des risques s’applique seulement aux populations sauvages et non aux plantes cultivées en serre, dans les parcs et les jardins.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du cornouiller fleuri (Cornus florida) au Canada (2014)

    Le cornouiller fleuri, un petit arbre de sous-étage des forêts de feuillus, a été inscrit sur la liste de l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril comme espèce en voie de disparition en 2009. Environnement Canada est le ministère fédéral responsable en vertu de la Loi sur les espèces en péril, mais la province de l'Ontario est la compétence responsable de la gestion de cette espèce et dirige la planification du rétablissement dans le cadre de l'Accord pour la protection des espèces en péril. Un programme de rétablissement provincial de cette espèce a été élaboré au nom de la province de la Colombie-Britannique en 2009. Environnement Canada adopte le programme de rétablissement provincial et la réponse du gouvernement de l'Ontario en vertu de l'article 44 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) et a inclus une addition fédérale au programme de rétablissement afin qu’il réponde aux exigences de la LEP. L'addition fédérale, le programme de rétablissement provincial et la réponse du gouvernement constituent ensemble le programme de rétablissement fédéral du cornouiller fleuri. Le programme a été élaboré en collaboration avec le gouvernement de l'Ontario et le ministère de la Défense nationale.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (2016)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe-Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara s’applique aux terres et aux eaux situées à l’intérieur des limites des deux sites : le parc national du Canada de la Pointe-Pelée (PNPP) et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (LHNN). Ce dernier terme est utilisé pour désigner collectivement deux endroits de la région du Niagara qui comprennent trois lieux historiques nationaux, soit le lieu historique national du Canada du Fort-George, le lieu historique national du Canada du Champ-de-Bataille-du-Fort-George et le lieu historique national du Canada des Casernes-de-Butler. Le présent plan satisfait aux exigences concernant les plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le PNPP et les LHNN pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2007 (2007)

    Le rapport annuel de 2007 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultations sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril - Espèces terrestres (2008)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 25 mars 2008 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 27 mars 2009 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Exceptions

  • Avis affiché dans le Registre public concernant les exceptions en vertu de l’article 83 - Ancien camp Ipperwash (2015)

    Selon le protocole d’entente entre le MDN, Environnement Canada et Parcs Canada : 6.1 c) les activités menées sur les lieux des établissements de défense qui sont considérées comme nécessaires aux fins de la sécurité publique, selon l'alinéa a) ci-dessus, et autorisées en vertu de la Loi sur la défense nationale et de la Loi sur les explosifs, sont les suivantes : Assainissement des lieux contaminés; Assujettissement, manutention, destruction ou élimination de munitions dangereuses, notamment de munitions non explosées.