Profil d'espèce

Noctuelle jaune pâle des dunes

Nom scientifique : Copablepharon grandis
Taxonomie : Arthropodes
Distribution : Alberta, Saskatchewan, Manitoba
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2007
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Noctuelle jaune pâle des dunes

Description

La noctuelle jaune pâle des dunes est un papillon nocturne de taille moyenne. Chez les deux sexes, les ailes avant sont jaune pâle et les ailes arrière, blanches. L’aile avant, d’une longueur de 16 à 20 mm, est parfois marquée d’un ou plusieurs points foncés. L’aile arrière est uniformément blanche, mais peut être plus sombre en bordure. Des variations s’observent d’une région à l’autre. Ainsi, les individus de la région du Grand Bassin, aux États-Unis, sont généralement plus petits que ceux des Grandes Plaines et du Canada. Les œufs d’un blanc verdâtre sont finement ridés sur le dessus, et lisses en dessous. La chenille est brun clair, avec des lignes blanches au milieu du dos et sur les côtés, et peut mesurer jusqu’à 38 mm de longueur. La chrysalide, d’où sortira l’adulte, mesure environ 19 mm de longueur. Elle est protégée par une couche de grains de sable agglomérés.

Haut de la page

Répartition et population

La noctuelle jaune pâle des dunes est largement répartie dans l’ouest de l’Amérique du Nord. On la rencontre depuis le sud de la Californie, au sud-ouest, jusqu’au centre du Texas, au sud-est, et jusqu’à Lloydminster, en Alberta, au nord. Au Canada, l’espèce a été capturée dans 10 localités en Alberta, en Saskatchewan, et au Manitoba. Trois de ces sites ont été récemment découverts, soit en 2004–2005.. D’autres populations sont probablement encore à découvrir ailleurs dans les Prairies canadiennes.     On ne dispose d’aucune donnée concernant la taille et les tendances à long terme des populations de la noctuelle jaune pâle des dunes. À l’exception de 18 papillons capturés dans des pièges lumineux, l’espèce n’a pas été observée sur le terrain en 2004–2005. Puisque l’espèce requiert des dunes semi-stables, lesquelles connaissent un déclin, elle est peut-être en déclin.

Haut de la page

Habitat

Ce papillon forme des populations isolées dans des milieux sableux à végétation clairsemée, un type d’habitat régionalement rare dans le sud des Prairies canadiennes. Il est habituellement associé aux dunes semi-stables, partiellement couvertes de graminées et d’autres herbacées. Cette association avec les milieux à sol sableux meuble semble indiquer que l’espèce a besoin de zones de sable dénudées pour sa reproduction ou son développement larvaire. Étant donnée la diversité des espèces végétales qui ont été répertoriées dans le voisinage immédiat des sites accueillant l’espèce, il y a lieu de croire que la noctuelle sombre des dunes exploite plus d’une espèce végétale pour son alimentation et pour sa reproduction.

Haut de la page

Biologie

On dispose de peu d’informations sur la biologie de cette espèce difficile à observer dans la nature. On sait toutefois que la noctuelle jaune pâle des dunes est un papillon nocturne qui ne présente qu’une brève période de vol par année, et qu’au Canada, cette période s’étale sur huit semaines, du début de juillet à la fin d’août. Les œufs sont déjà entièrement formés chez les femelles qui viennent d’émerger, mais l’accouplement et la ponte n’ont jamais été observés. On croit que les œufs sont déposés dans le sable et que l’éclosion survient environ trois semaines après la ponte. Les chenilles s’alimentent probablement sur les parties aériennes des plantes hôtes pendant la nuit et passent la journée enfouies dans le sable, mais il n’est pas exclu qu’elles se nourrissent sur les racines et les tiges souterraines des plantes hôtes. Les chenilles hibernent probablement dans le sol, mais on ignore dans quelles conditions. Au printemps, elles continuent peut-être de se nourrir avant de se transformer en chrysalides, d’où émergeront les adultes. La noctuelle jaune pâle des dunes ne semble pas dépendre d’une seule espèce végétale pour sa reproduction et son alimentation aux stades adulte et larvaire.

Haut de la page

Menaces

La stabilisation progressive des dunes résultant de leur colonisation naturelle par la végétation est la principale menace qui pèse sur les populations canadiennes de noctuelle jaune pâle des dunes.   Le broutage par le bétail est considéré comme une menace potentielle pour cette espèce. Même si cette activité peut contribuer au maintien des milieux sableux à végétation clairsemée qui servent d’habitat à la noctuelle, le piétinement par le bétail peut entraîner le compactage des sols et l’écrasement d’œufs, de chenilles ou de chrysalides, et le broutage, la destruction des plantes dont les chenilles se nourrissent.   L’utilisation récréative intensive de certains milieux sableux est également considérée comme une menace potentielle pour la noctuelle jaune pâle des dunes. Tout comme le broutage, les activités récréatives peuvent entraîner une perte de végétation, la perturbation des sols sableux et la destruction d’œufs, de chenilles ou de chrysalides, bien qu’elles puissent contribuer au maintien ou à la création de zones sableuses dénudées.   Les activités d’aménagement et de développement, comme la construction de routes et d’infrastructures pétrolières, peuvent causer la perte de milieux naturels favorables ou la mort de papillons et sont de ce fait considérées comme une menace potentielle pour cette espèce.   Enfin, les populations canadiennes pourraient être menacées d’effondrement en raison de leur petite taille et de leur isolement. Ces facteurs les rendent davantage susceptibles de disparaître.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Noctuelle jaune pâle des dunes (2008)

    Bien que la zone d’occupation soit petite, il y a des indications d’un déclin dans la zone d’occurrence et la zone d’occupation. L’espèce persiste dans des systèmes de dunes largement séparés, les déclins ne sont pas bien documentés, et la situation des menaces n’est pas claire. L’espèce requiert des dunes semi-stables, lesquelles connaissent un déclin.

Plans de gestion

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2007 - 2008 (2008)

    Le rapport annuel de 2008 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : espèces terrestres (2009)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 20 mars 2009 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 19 mars 2010 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017